Archives par mot-clé : ethnologue

(ré)Ecouter Claude Levi-Strauss

France-Culture met en ligne une série d’extraits d’émissions radiophoniques avec Claude Levi-Strauss :

Sur la ‘Pensée sauvage’ – Extrait d' »Enquêtes et commentaires » du 21 décembre 1962. Entretien avec Jacqueline Narcy (9’01 »)

Sur ‘Le cru et le cuit’ – Extrait du magazine des sciences du 22 octobre 1964, avec Georges Charbonnier (5’47 »)

Origine des manières de table – Les fausses questions de l’ethnologie, à l’exception de Georges Dumézil. Extrait des matinées de France Culture, avec Georges Charbonnier, le 12 septembre 1969 (5’47 »)

A propos de l’origine des manières de table – Extrait des matinées de France Culture, avec Georges Charbonnier, le 12 septembre 1969 (22″)

La mise en structure – Extrait de l’émission « Réflexion faite », avec Emile Noël, du 31 juillet 1974 (4’57 »)

Quid du style ? ‘La voie des Masques’ – Extrait des après-midi de France Culture, du 15 décembre 1975, avec Pierre Descargues (9’10 »).

Merci à France-Culture de cette initiative car pour le moment aucun des cours ou des conférences de Claude Levi-Strauss ne peuvent encore être écoutés en ligne. Pour ce qui est de ses archives, elles ne sont pas encore consultables sur Gallica (Claude Levi-Strauss a déposé ses archives à la BnF en 2007) ; rien non plus de très accessible sur le site du Musée du Quai Branly.

Bien sûr, il est possible d’écouter Claude Levi-Strauss sur les archives de l’INA qui mettent en ligne 53 émissions télévisées et 15 émission radiophoniques enregistrées entre 1971 et 1993. Il vous coûtera entre 0,99 et 2,99 euros pour écouter un entretien dans son intégralité. Nombreux sont les journalistes qui ont réalisé des émissions avec lui : Marcel Bluwal, Pierre DumayetFrançois de Closets, Michel FieldBernard PivotBernard Rapp,  ou Jacques Chancel à la radio.

Allez fureter également sur le site de la télé Suisse Romande où vous pourrez visionner deux captivants documentaires réalisés en 1965 par le journaliste Henri Stierlin. Le plus court (8min 16s) montre Claude Levi-Strauss, au Collège de France, expliquant le fonctionnement du fichier du laboratoire d’anthropologie et la méthodologie de la recherche en anthropologique. Dans le plus long (33 min 42s), on peut voir un Claude Levi-Strauss ravi de faire découvrir son « local plutôt misérable » et de poursuivre dans un magistral entretien sur l’ethnologie et le structuralisme.

 

Crédits photographiques : On the upper Amazon, vers 1915, Archives de l’université de l’Oregon, pas de restrictions de droit connues.

Disparition de Marceau Gast, ethnologue nomade

Depuis plusieurs années Marceau Gast se battait contre la maladie, elle a fini par l’emporter dimanche 26 juillet 2010. Depuis quelques mois, à la phonothèque de la MMSH, nous travaillions sur des archives sonores qu’il y avait déposées et – pour pouvoir traiter ses enregistrements – nous écoutions et ré-écoutions sa voix, avec celles des témoins qu’il avait interrogés dans les campagnes yéménites, ou celles de ses collègues lors de conférences auxquelles il avait participé et dont il souhaitait garder trace.

Lorsque Marceau Gast a découvert la phonothèque à la MMSH, il a tout de suite adhéré au projet de mise à disposition des archives de la recherche. Dans un premier temps, il a voulu avoir des copies numériques d’entretiens anciens pour les transmettre à des amis algériens. Puis, en 2006, il a déposé la totalité de ses enregistrements. Malgré notre tristesse, nous sommes heureux* d’avoir engagé le traitement de ses archives et de permettre leur accès, dans la mesure des droits qui nous ont été accordés. Il s’agit d’un travail de longue haleine, coûteux en temps de travail et la totalité du dépôt n’a pu encore être traitée. Ces enregistrements ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras et dans les Alpes de Haute-Provence. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Les premiers enregistrements traités par la phonothèque sont ceux qui portaient sur les Hautes-Alpes, le Queyras plus précisément où Marceau Gast a travaillé sur l’artisanat du bois, sur les coffres en particulier, en envisageant des comparaisons avec les coffres kabyles. Toujours à l’écoute de ce qui peut embellir la vie, ses enquêtes font également entendre des chants du Queyras, car comme au Yémen ou au Sahara, il a été sensible à la musique et à la poésie que l’on retrouve ainsi tout au long de ses enregistrements de terrain. Curieux de la vie culturelle et de ceux qui agissaient pour l’éducation populaire, il a réalisé en 1992 en Haute Provence où il venait résider en vacances, un entretien avec Pierre Martel, alors directeur de l’association Alpes de Lumière. Il n’a rien publié à partir de cet enregistrement mais il s’avère que cet échange vient compléter deux fonds très riches qui ont été déposés à la phonothèque, ceux de l’association elle-même et du musée de Salagon que Pierre Martel avait contribué à créer. Ainsi les collections sonores se complètent et se parlent.

Dans les années 1970, des problèmes politiques interdisent le terrain du Sud Sahara aux ethnologues qui doivent se tourner vers d’autres aires culturelles. Marceau Gast part pour le Yémen du Nord pendant dix années consécutives (1974-1984).  Il nous a laissé une collection homogène (92 enquêtes – environ 36 heures), sur les pratiques agricoles et plus largement sur la vie quotidienne des campagnes yéménites. Ces enquêtes l’ont mené également à s’intéresser à des questions plus larges d’organisation sociale ou d’évolution politique et à leurs impacts sur la vie de ces campagnes. Comme toujours, la musique et la poésie ne sont pas absentes de ses enregistrements. Ces enregistrements sont inestimables car ils offrent un matériau encore à exploiter sur une société en pleine mutation, un peu plus de dix ans après la révolution de 1962.  Lui-même aura d’ailleurs finalement peu publié à partir de ces entretiens. Pour des questions de recherche de droits, ces entretiens seront mis en ligne prochainement sur la base de données de la phonothèque.

Parmi les cassettes déposées, une grande partie est constituée de conférences ou de cours enregistrés à l’initiative de Marceau Gast. Nous avons choisi de traiter en priorité le colloque de Sénanque (1981) sur Les chars préhistoriques du Sahara, archéologie et techniques d’attelage, qu’il avait organisé avec son complice du désert Gabriel Camps, disparu lui aussi. D’autres conférences seront bientôt mises en ligne.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad avait réalisé une série d’entretiens avec Marceau Gast pour la publication de sa biographie qui a pris pour titre un mot de la langue tamahaq, Tikatoûtin, « Souvenirs ». Ce livre ne pouvait tout transmettre de cet échange, il est maintenant possible d’écouter la totalité des enregistrements (6h 30) sur la base de données de la phonothèque de la MMSH. Si vous ne connaissiez pas cet homme, attachant et généreux, voilà l’occasion de découvrir sa jeunesse et sa formation en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touaregs du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie.  Dans ces entretiens Marceau Gast pose un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touareg, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche.

Il manque à toutes ces archives, celles qu’il a enregistrées dans les campements du désert, dans le sud du Sahara. Il reste encore une petite centaine d’heures sur bandes et sur cassettes à numériser et à analyser. Elles sont en grande partie en langue tamahaq. Pour cela, il nous faudra trouver un locuteur capable de les comprendre pour réaliser le traitement documentaire, il nous faudra aussi obtenir les financements nécessaires pour réaliser ce travail. Nous les trouverons, l’enthousiasme de Marceau Gast est une maladie qui s’attrape !

 

 

Marceau Gast est décédé le lundi 26 juillet 2010 à Aix-en-Provence dans sa 84e année. Il a été mis en terre au cimetière de Salignac dans les Alpes de Haute Provence (04) là où, en 1962, sa famille avait acheté un cabanon qui devait devenir au fil des ans une grande maison de famille et d’amis.


Référence des ouvrages cités :

Gast, Marceau et Hélène Claudot-Hawad , Tikatoûtîn. Un instituteur chez les Touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. [A lire sur cet ouvrage, la critique de Kamel Chachoua sur la revue des mondes musulmans et de la Méditerranée http://remmm.revues.org/index3901.html]

Sous la direction de Camps, Gabriel et Gast, Marceau, « Les chars préhistoriques du Sahara. Archéologie et techniques d’attelage. Actes du colloque de Sénanque, 21-22 mars 1981 ». Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1982.-200p.

La bibliographie de Marceau Gast liée aux enquêtes orales est sur la bibliothèque Zotero de la phonothèque de la MMSH : http://www.zotero.org/phonotheque/items/collection/2144813

Tous les billets du blog sur le fonds Marceau Gast : http://phonotheque.hypotheses.org/tag/marceau-gast

* Les documentalistes qui ont travaillé sur le fonds de Marceau Gast sont : Marie Doumain, Laurent Llhuilier, Hanan Maloom, Laure Principaud. Laure Principaud a dirigé l’organisation des corpus en langue française et de ceux enregistrés au Yémen. Elle a présenté sa méthodologie lors d’un colloque organisé par la Maison des sciences de l’homme Alpes en janvier sous le titre « L’histoire orale, regards croisés et décalés » : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html.

 

 

Crédit photographique : Marceau Gast en 1973, par Lucy Vallauri.

L’ethnologue et l’enquête de terrain enregistrée

Anges sur la place de la Comédie, Montpellier
Anges sur la place de la Comédie, Montpellier

Les interventions des journées organisées par l’association des archivistes français à Montpellier du 24 au 26 septembre dernier ont permis de prendre connaissance de nombreuses expériences de valorisation menées à partir d’archives sonores au sein de services d’archives communales et départementales. La matinée du vendredi portait sur la valorisation scientifique et, inévitablement, est apparue la nécessité de définir avec précision non seulement le témoin, mais aussi celui qui enquête, si on veut pouvoir revenir vers les entretiens enregistrés. Géographes, ethnologues, sociologues, historiens, archivistes, psychanalystes, militants… Les figures se sont succédées au cours de ces trois jours pour évoquer des entreprises autour de l’enquête enregistrée qui auraient pu, chacune, être racontée différemment en fonction des postures des enquêteurs. Christian Hottin a abordé celle de l’ethnologue en s’appuyant sur son expérience de chef de la mission ethnologie au ministère de la culture qu’il occupe depuis 2006. La réflexion était riche et il m’a semblé important d’essayer de restituer ses idées aux lecteurs de ce carnet qui s’intéressent à la constitution des archives sonores en ethnologie. En particulier parce que cette expérience s’inscrit en écho à la réflexion menée par Corinne Cassé de l’association Paroles Vives dans le texte qu’elle propose sur la mémoire arménienne des Bouches-du-Rhône et à l’histoire de la constitution du fonds sonores de la phonothèque de la MMSH.

Nota bene : Pour ne pas que la lecture de la synthèse de Christian Hottin ne soit troublée par celle de mes commentaires, j’ai choisi de les signaler en italique.

Christian Hottin constate tout d’abord que la mission de l’ethnologie elle-même, créée au début des années 1980, a généré très peu d’archives consultables. Cela ne faisait d’ailleurs pas partie de ses objectifs : elle se voulait plutôt un levier pour la production de la recherche en ethnologie et la conservation n’était pas inscrite dans ses problématiques. Elle y a certes réussi, lorsqu’on regarde la variété des titres de rapports de recherche qui ont été financés par la mission depuis sa création. La mission de l’ethnologie a eu une action importante dans le développement d’une « ethnologie de la France » alors que les anthropologues se tournaient presque uniquement vers les sociétés « exotiques ». Quoiqu’il en soit, cette absence d’accès aux archives des ethnologues est plutôt emblématique. Une partie des sources créées par ces appels d’offre sont aujourd’hui en ligne soit tout simplement en proposant le PDF du rapport soit en mettant en ligne des extraits audiovisuels de 118 films réalisés sur des financements de la mission. La mission a également créé PORTETHNO, un répertoire qui recense les recherches et les ressources en ethnologie de la France. Christian Hottin a rappelé aussi que de nombreux partenaires du ministère de la culture avaient pour charges, entre autres, la conservation des sources comme le MuCEM, ancien MNATP, le conservatoire ethnologique de Salagon ou l’écomusée de la Roudoule. Il a rappelé l’importance du plan national de numérisation et a renvoyé l’assemblée vers le portail du patrimoine numérique du ministère de la culture qui permet de repérer rapidement les projets de numérisation de documents sonores et audiovisuels.

 J’aurais voulu ajouter qu’il ne faut pas oublier que les archives sonores à la source de la rédaction de ces rapports d’étude de la mission ethnologie sont parfois conservées dans des institutions auxquels appartiennent, ou ont appartenu, les chercheurs enquêteurs. Par exemple, à la phonothèque de la MMSH, sont déposées plus de 350 heures issues des rapports de Jean-Luc Bonniol sur Les passés du Larzac (2001), de Pierre Laurence sur La mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte (1998), Nicole Coulomb sur les Jeux et jouets en Cévennes (1989) ou de Jean-Noël Pelen sur Le pays d’Arles (1987). Les enregistrements sonores peuvent ainsi être consultés en même temps que les rapports.

En consultant l’ouvrage d’Agnès Calu et Hervé Lemoine, un répertoire sur le patrimoine sonore et audiovisuel, Christian Hottin n’a trouvé que peu d’institutions qui gèrent des archives sonores. L’EHESS, le CNRS ou l’ENS détiennent quelques entretiens de l’histoire de leurs institutions mais rien n’est organisé. Il s’interroge donc : où se trouvent donc les archives issues de la pratique des chercheurs en ethnologie ? Pour analyser ce phénomène, il développe deux arguments. Le premier tiendrait dans la faiblesse de l’implantation de l’archivistique dans l’espace universitaire. Le chercheur français aurait un rapport à son institution très distancié. Il serait peu enclin à déposer car il n’existe pas de service d’archives digne de ce nom dans les laboratoires et les universités françaises. Pour preuve, il renvoie l’assemblée au réseau AURORE (voir sa liste de diffusion : aurore@ac-poitiers.fr) dont l’un des objectifs est de consolider la place des archives au sein des universités. Autre raison évoquée, la constitution volontariste d’entretiens destinés à l’histoire des établissements : les ethnologues s’intéressent peu à ce type de corpus le plus souvent organisés par des historiens.

Comme le souligne Christian Hottin au début de son intervention, les bases de données qui permettent d’accéder aux corpus sonores sont éparpillées et les fonds sonores sont mal cartographiés. Le travail mené par PORTETHNO ou celui de Patrimoine numérique, référencé par le portail européen Michael, est en ce sens essentiel. Cependant, repérer des fonds sonores à partir du seul ouvrage d’A. Calu et H. Lemoine revient à limiter sa recherche aux archives historiques et administratives. En effet, c’est sur ce domaine que le recensement s’est focalisé. L’ethnologie n’était pas au centre de l’enquête. La musique, en particulier, en a été exclue et, avec elle, une grande partie des grands corpus ethnomusicologiques. Et puis, à la différence des bases en ligne, l’ouvrage papier est déjà obsolète puisque l’enquête s’est terminée en 2003.

De façon plus structurelle, les documents sonores de la pratique ethnologique ne seraient pas abordés comme des archives mais relèveraient de la source personnelle. Christian Hottin renvoie, en exemple, à un numéro de Genèse reprenant un débat de 2005 entre Florence Descamps et Florence Weber (« Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses n° 62, mars, p. 93-109). Dans cet article apparait dans le débat entre l’historienne et l’ethnologue, une différence de statut des archives sonores ; en particulier, chez l’ethnologue où prime l’observation de la société et la prise de note qui va croiser les entretiens. L’historien aurait un objectif quantitatif lors de la réalisation de ses enquêtes, tandis que l’ethnologue n’a pas besoin de « faire nombre » : lorsque de nouveaux entretiens n’apportent plus rien à sa recherche il cesse d’enregistrer. Le statut du témoin, lui aussi, est différent dans les deux disciplines. En histoire, le témoin est de plus en plus valorisé, voire sacralisé, tandis qu’en ethnologie, la notion de témoin n’est pas essentielle ; l’exemple est celui de Florence Weber qui évoque le « témoin malgré lui ». Enfin il revient sur la place de l’observation pendant l’entretien et sur l’importance de la prise en compte du contexte pour l’ethnologue. Il vient tempérer cette remarque en citant Florence Descamps qui rappelle les recherches de nombreux historiens qui prennent en compte le contexte de leur enquête. Pour exemple les recherches de Marc Gillet qui, étudiant la mine au 19e siècle, a interrogé des mineurs qui ont travaillé durant les années 1950. La question de la patrimonialisation elle-même n’est pas envisagée de la même manière dans les deux disciplines. Pour terminer, C. Hottin a évoqué le problème de l’anonymisation, thème central chez Florence Weber. Pour elle, la relation avec le témoin est avant tout une relation de l’ordre de l’intimité : l’ethnologue est un confident discret qui ne peut dévoiler les informations personnelles. L’usage public qu’il réalisera de ces entretiens ne pourra se faire qu’au terme d’un processus d’anonymisation. Il donne comme exemple ultime celui de Bruno Latour qui, dans « La fabrique du droit », recrée des dialogues à partir de ses notes et anonymise ainsi les discours eux-mêmes.

C’est cette partie de l’intervention, particulièrement riche, qui a donné lieu à un débat avec les participants. Florence Descamps a signalé à cette occasion que Florence Weber avait, depuis, accepté l’idée que les historiens eux aussi pouvaient à la fois enregistrer et observer les témoins et la société. Il me semble que ces remarques sont ici l’écho du texte de Corinne Cassé présenté lors du même colloque. Elles sont incontestables, mais l’attitude de l’ethnologue évolue rapidement. A la phonothèque de la MMSH plus de 60% des dépôts émanent de chercheurs de cette discipline et chaque année de nouveaux enregistrements sonores d’ethnologues affluent à la phonothèque (environ 200 heures par an). En 2008, nous avons ainsi reçu les dépôts (nouveaux ou complémentaires) de Christian Bromberger et d’Annie-Hélène Dufour.

Pour conclure, Christian Hottin revient sur la nécessité d’avoir accès à l’ensemble des sources dans le contexte de la revisite des terrains. Dans cette nouvelle exploration d’un terrain par un nouveau chercheur, les entretiens sont alors réutilisés comme le ferait un historien. Il donne l’exemple de Gilles Laferté qui revisite actuellement les archives de Minot. Une nouvelle question se pose alors, au-delà de la place des archives orales en anthropologie, de la place de l’archive dans l’écriture.

Crédit photographiques : Véronique Ginouvès, CC