Archives par mot-clé : ethnomusicologie

Matera, capitale européenne de la culture 2019 : appel à archives !

Les 9 et 10 février 2017, s’est tenu à Matera, à l’université de la Basilicate, une première réunion1 sur la mise en place de l’Istituto Demo-Etno-Antropologico (I-DEA). La création de cet institut fait partie des projets phares2 qui vont participer à la mise en place de Matera  capitale européenne de la culture 2019. Un de ses axes est celui de réunir, de façon virtuelle sur un site encore à créer, le patrimoine historique et culturel de la Basilicate, abrité sur son territoire et dans le monde – en effet de nombreux chercheurs étranger, en particulier des anthropologues, sont venus étudier ce territoire « exotique ». L’objectif est de valoriser l’histoire et la culture de ses habitants par ses habitants et leurs archives, de rendre cette matière accessible à tous et qu’elle fasse, le plus possible, l’objet de ré-usage et de re-création.

Dans ce projet, John Cage (1912-1992)  qui s’est positionné à certains moment de son oeuvre comme un « curator » / commissaire d’exposition3 est l’un des inspirateurs de Joseph Grima, à l’origine du  dossier qui a permis la nomination de Matera capitale européenne de la culture, publié en octobre 20144. Au cours de l’année 2019, des artistes en résidence – ou d’autres acteurs culturels ou scientifiques – pourront s’emparer des fonds d’archives qui auront été repérées au préalable pour réaliser des oeuvres, des installation ou des conférences. L’ambition est de proposer des interprétations toujours en changement, en fonction des artistes qui découvriront la matière : les archives autour de la ville de Matera et plus largement de la Basilicate – sans oublier celles issues de la parole des habitants, archives vivantes qui ont participé à l’histoire de leur ville.

La première journée a été avant tout une présentation du projet auprès des différents experts invités suivie d’échanges avec les membres de l’équipe de la fondation Matera-Basilicata 2019 afin d’organiser les actions et les événements à venir dès 20175 et le compte rendu est d’ores et déjà en ligne. La seconde réunion s’est tenue la matinée du lendemain6. Elle a permis de lancer les bases d’un premier inventaire et de préparer l’organisation d’un colloque international qui se tiendra à Matera en mai 2017 avec le soutien de l’équipe du département Cultures européennes et de la Méditerranée / Culture europee e del Mediterraneo de l’Université de la Basilicata dirigé par l’anthropologue Ferdinando Mirizzi7 et collaboration avec Pietro Clemente, anthropologue qui a placé au coeur de sa recherche le récit de vie et l’enquête orale8.

Ce billet est l’occasion de faire un point sur les archives que l’on peut trouver en ligne sur la ville de Matera et plus largement de la Basilicate. Les documents sont extrêmement dispersés, le défi est encore à relever et se fera au fur et à mesure de l’avancée du projet.  Vous trouverez ci-dessous, les résultats d’une première recherche très large d’archives prioritairement sonores et audiovisuelles sur la ville de Matera et plus largement la région de la Basilicata.

Ce billet est aussi l’opportunité de lancer un premier appel à leur repérage : n’hésitez pas à signaler celles que vous aurez repérées de votre côté ! Merci par avance de vos retours.

Premier repérage
des archives accessibles en ligne
et librement réutilisables
sur la ville de Matera

et plus largement de la région de Basilicate

Sur Internet archive, cette bibliothèque virtuelle multimédia ouverte et universelle, ce sont plutôt des ouvrages que l’on trouvera mais ils sont assez nombreux et intéressants pour être signalés, aussi bien sur Matera que sur la Basilicata. Par exemple, plusieurs éditions de l’ouvrage de 1818 de Francesco Paolo Volpe  Le Memorie storiche di Matera 9 sont accessibles ainsi que d’autres ouvrages numérisés par la bibliothèque centrale de Rome, comme ce texte de 1629 Erminia pastorella intermedio primo. Del dottor Horatio Persio da Matera patritio romano. Plus largement, sur la Basilicata, on y trouve des récits de voyage (1826)10 ou de tremblements de terre dans la région en 186511, ou encore de brigandage aux temps de Fra Diavolo jusqu’en 1811 publié en 187312 comme un essai sur la délinquance en Basilicate de 190413.

En Europe :

Mémoires audiovisuelles de la Méditerranée – MedMem : ce programme européen, terminé en 2014, a permis de réunir 4000 archives audiovisuelles accessibles gratuitement en ligne, sur un site trilingue, offrant un regard croisé sur le patrimoine de l’ensemble du bassin méditerranéen. Une émission télévisée de la RAI, du 24 janvier 2009, porte sur la ville spécifiquement, sous le titre Les pierres de Matera: la ville cachée (9min) : http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00248

Quatre autres émissions – toujours produites par la RAI – portent, plus largement, sur la région de la Basilicate :
Investissements à la Basilicate, production propre de la RAI en 2008 (2min) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00458
Rionero in Vulture, production propre de la RAI en 2008 (11min 39s) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00406
Les chèvres du Frioul– Forenza et sa tradition : ce reportage de la RAI (2008) présente plusieurs thématique et se termine par une présentation de Forenza ville de Basilicate qui produit le fromage du Templier (14min) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00462
Le silence des sommets, documentaire de la collection Cose dell’altro Geo, 2010 (6min 9s) : http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00290

Europeana, le catalogue collectif des bibliothèques en Europe permet de retrouver :
Des enquêts orales : les collectes enregistrées par Diego Carpitella et Ernesto De Martino comme cette berceuse (Costantino Albanese, 1954) ou la chanson Fosse vedute la mia brunettella (Pistici, 1952). Une autre collecte a été réalisée en 1975-1976 sur cette région par Aurora Milillo, accompagnée parfois par d’autres chercheurs dont Diego Carpitella. Malheureusement il s’agit seulement d’un repérage puisque l’Academia de Santa Cecilia à Rome qui est dépositaire de ces enquêtes, ne permet pas l’écoute en ligne de ces archives.
Des articles de presse sur la Basilicata issus du journal Il Popolo ;
Le film de Roberto Rossellini (1962) réalisé à partir d’archives : Benito Mussolini, dalla marcia alla catastrofe où  l’on voit, rapidement, sur les murs des maisons de Matera des inscriptions vantant les mérites du Duce (env. à 10 min) comme une forme de clin d’oeil au récit enregistré en 1978 sur la base Memoro, d’un habitant de Calciano qui raconte « L’obbligo di iscrizione al partito fascista » ;
Des ouvrages numérisés comme  À travers l’Apulie et la Lucanie notes de voyage par François Lenormant (numérisé à l’université d’Oxford), ainsi que d’autres documents publiés dont un guide touristique issu du fonds de la Fondazione Ranieri di Sorbello qui traverse le Sud de l’Italie, dont la Basilicata : Italia meridionale (Touring club italiano and Bertarelli L.V.)
Des émissions télévisées sur Matera (7) et la Basilicata (11) se retrouvent sur Europeana ou sur le site EuScreen.

En France :

Les Archives ethnomusicologiques du CREM / LESC (Paris) : Le fonds d’archives sonores du CNRS – Musée de l’Homme rassemble des enregistrements inédits et publiés de musique et de traditions orales du monde entier, de 1900 à nos jours. Constitué de supports variés (cylindres, 78 tours, disques vinyles, cassettes, supports numériques). Sur la Basilicate et Matera en particulier, sont repérés uniquement des disques édités dont il serait intéressant de retrouver les documents de terrain inédits originaux :
Sounds of the earth, atlante di musiche tradizionle orel in Italia, vol. 1, enregistré entre 1964 et 2002
Basilicata, enregistrements de Diego Carpitella et Ernesto de Martino, 1952 (les documents originaux sont déposés à la phonothèque nationale à Rome).
Tradizione musicale del Materano, enregistrements de terrain de  Stella, Maria Carmela, Steven Feld, Elisa Piria et Nicola Scaldaferri, 2002 – 2004
Voir : http://archives.crem-cnrs.fr/search/?q=basilicata

La Cité de la Musique / Philarmonique de Parisdans les ressources numériques, on trouve un extrait du concert de Giovana Marini La tour de Babel (2 octobre 2009) qui interprète une de ses collectes qu’elle a enregistrée et transcrite elle-même : Mamma meamma, Lamentation pour le fiancé perdu en guerre14, à écouter en ligne (3min 36s).

Sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France on ne trouvera ni photographie, ni archive sonore ou audiovisuelle, mais toutefois :
11 cartes de la région de la Basilicata, dessinées entre 1589 et 1780.
990 livres évoquent la Basilicate ou portent sur cette région (mais tous ne sont pas en libre accès, certains sont seulement accessibles en extraits). On y trouve par exemple la Cronistoria documentata della rivoluzione in Basilicata del 1860 e delle cospirazioni che la precedettero (1895).
470 articles de presse en ligne évoquent la Basilicate ou portent sur cette région.

Une recherche dans les archives de l’Institut national de l’audiovisuel – Inathèque ne propose que peu de documentaires ou d’émissions sur la Basilicate. Deux sont à noter particulièrement.  Le premier est un magazine de 2011 qui évoque les gisements de pétrole exploités depuis 199615. Le second est un documentaire d’Arte, dans la série Paysages d’ici & d’ailleurs qui porte spécifiquement sur Matera, réalisé en 2014 par Jean Michel Vennemani16.

En Italie :

Le site Archivio sonoro Basilicata propose en ligne plusieurs extraits d’archives. Malheureusement, il n’y a pas de renvoi vers les inventaires et, malgré un contexte de recherche bien décrit, il manque la possibilité de fouiller dans les collections. On peut également regretter que les extraits, lorsqu’ils sont présents, ne puissent être « embarqués » et affichés sur d’autres sites. Rien n’est indiqué non plus sur les ré-usages possibles des documents mis en ligne. Ce site traverse toutefois les nombreuses  collectes (repérées d’ailleurs ensuite ci-dessous pour certaines) qui ont été réalisées au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle sur ce territoire et permet de découvrir les fonds de :
– l’Accademia Nazionale Santa Cecilia qui présente (sans écoute possible) les collectes de Diego Carpitella et Ernesto De Martino en 1952, 1954, 1956, 1963 et 1976 ;
Antonio Bellusci donne à entendre plusieurs chants de  la communauté albanophone de la Basilicate ;
Del Fra, avec deux films en ligne de 1960 : La passione del grano (1960) avec un texte d’Ernesto De Martino, et L’inceppata ;
Luigi Di Gianni, avec plusieurs films en ligne de cet ethnodocumentariste de l’école de de Martini, réalisés entre 1958 et 1971 ;
Steven Feld : plusieurs extraits sonores enregistrés par cet ethnologue qui parcouru la Nouvelle Guinnée et la Basilicate peuvent être écoutés en ligne sur les aired de Campanacci – San Mauro Forte, Tricarico – Campanacci, Matera et San Costantino Albanese ;
Mariko Kanemitsu de la Faculty of Education and Human Sciences, Yokohama National University (Japon) a filmé les danses traditionnelles de la Basilicate méridionale (4 archives) ;
Roberto Leydi, ce fondateur de l’ethnomusicologie italienne a réalisé plusieurs enregistrements en Lucania dont 7, enregistrés à Matera, peuvent être écoutés en ligne sur le site ;
Francesco, Marano, présente 7 films issus de ses recherches enanthropologie visuelle ;
Musée national des arts et traditions populaires / Nazionale delle Arti e delle Tradizioni Popolari (338 fichiers en ligne) ;
Franco Pinna, donne à voir des photographies de la Lucania en 1952, 1956 et 1959, en couleur et en noir et blanc ;
Nicola Scaldaferri, anthropologue à l’université di Milano, il enseigne l’ethnomusicologie et il dirige le LEAV (Laboratorio di Etnomusicologia e Antropologia Visuale). De nombreux fichiers sont proposés à l’écoute, accompagnés des images qu’il a réalisées avec le photographe Stefano Vaja ;
Teche Rai traverse 50 ans de productions télévisées sur la musique traditionnelle du Sud de l’Italie ;
Fondo Unibas 1996-1997 : ce fonds a été constitué sur l’impulsion de Pietro Sassu, ethnomusicologue à l’Université degli Studi della Basilicata de 1995 à l’année de sa mort, 2001 ;
Laboratorio di Etnomusicologia 2002 : coordonné par Nicola Scaldaferri à but pédagogique, les enregistrements ont été réalisés par Elisa Piria et Agostina Lavagnino,  les vidéos par Rossella Schillaci.

Leav  :  le site du Laboratoire ethnomusicologie et anthropologie visuel de Milan propose un article en langue anglaise qui présente des images, des vidéos et des sons capturés en Lucania dans les années 2000, offrant un large aperçu de la diversité des musiques et des traditions musicales de la région.

Les archives de l’Academia di Santa Cecilia (Roma) sont repérées sur plusieurs catalogues (cf supra) mais seul l’instrument de recherche est en ligne, rien ne peut être écouté.  Un ouvrage a été publié qui reprend les archives de 1952 de Diego Carpitella ed Ernesto de Martino accompagné de 3 disques cédés sous le titre Musiche tradizionali in Basilicata. On ne peut qu’espérer que ce projet soit l’occasion de libérer ces archives, bien commun de la Basilicate.

Dans l’Archivio diaristico nazionale (archive nationale des journaux et documents intimes), la recherche « provenienza geografica = matera » renvoie vers 14 journaux et documents personnels, datant pour la plupart de la fin du 20ème siècle, un petit carnet ((ADN-1427) est rédigé lors de la première guerre mondiale, un autre débute son récit en 1913 et le termine en 198917. Impossible toutefois de citer précisément les références et de consulter les carnets en ligne.

Le Circolo Bosio (Rome) est une association qui se préoccupe d’archiver la mémoire, la connaissance critique et la présence alternative des cultures populaires en Italie. L’association met à disposition les archives que Giovanna Marini a collecté en Basilicata ainsi que celles de Franco Coggiola mais elles doivent être consultées sur place, rien ne semble en ligne : http://www.circologiannibosio.it/archivio

[maj 2017-02-17]18 Le catalogue de l’Istituto centrale per i beni sonori ed audiovisivi nous signale de nombreuses archives issues de l’ancienne Discoteca di Stato. On peut regretter le site n’offre que quelques secondes en ligne qui donnent envie d’entendre la suite et surtout l’enquête dans sa continuité pour comprendre la démarche sur le terrain des chercheur.e.s
– La Raccolta dell’Archivio Etnico-Linguistico-Musicale della Discoteca di Stato : Folklore musicale italiano (Basilicata e Calabria). Cette collecte enregistrée par Carla Bianco qui s’est rendu en Basilicate en mars 1963 comprend une centaine de titres. Le catalogue présente quelques 240 séquences extraites de 8 bandes mais il est difficile de savoir ce qui fait partie de l’enquête de la Basilicate ou de la Calabre.
– Une collecte sur Matera : Tricarico, Garaguso, Ferrandina et Montescaglioso enregistrée par Aurora Milillo en avril 1980. 7 bandes (66 séquences) dont une autre collecte est déposée à l’Academia di Santa Cecilia. Une partie de cette collecte peut être écoutée sur l’Archivio della Basilicata, citée plus haut, comme étant issue du fonds du Musée national des traditions populaires. Une autre série d’enregistrements par la même collectrice, non datés, sur les contes de traditions orales, renvoie vers 37 autres titres.
– Dans le cadre de la « Carta dei dialetti / Carte des dialectes italiens » réalisée en collaboration avec le CNR, Minervini, Pantaleo, a enregistré la Parabola del figliol prodigo dans divers villages de la Basilicate en 1967.
Les quelques secondes que l’on peut entendre du début d’une archive de Leo Levi, donne quelques idées de la façon dont il a enregistré en 1968 les chants féminins (14 titres) qui figurent dans le catalogue en ligne.
– Sur le site de l’Internet Culturale, on trouve l’enregistrement d’une procession pour la festa della Madonna del Pollino, enregistrée par Nada Gitto, Grazia Magazzù, localisée à l’Istituto19.
– Enfin, dans l’inventaire papier en ligne de l’ancienne discoteca di Stato, on trouve aussi des enregistrements, entre 1968 et 1969, de contes dans différentes régions d’Italie, dont la Basilicate par Alberto Mario Cirese qui ne se retrouvent pas dans le catalogue en ligne.

Dans la  base de données Memoro – la banca della memoria, il est possible de faire une recherche par lieu et la région est riche de 47 récits, dont un a été enregistré à Matera et cinq l’ont été à Calciano.

Il manque encore de savoir où sont les archives d’Alan Lomax qui, de juin 1954 à janvier 1955, a  accompagné l’ethnomusicologue Diego Carpitella. Ils ont traversé l’Italie de la Sicile aux Alpes et enregistré plus de 3 000 morceaux. Dans une des publications, un morceau vient de la Basilicata,  d’autres archives sont signalées dans les catalogues. Certainement, Alan Lomax dont les archives sont désormais en ligne, aurait apprécié que celles enregistrées en Italie – où il avait été si heureux – le soient aussi…. comme sans doute les témoins, et leurs enfants ou les habitants des villages où ces témoins vivaient car ces chants sont appartiennent aux biens communs de cette région.

D’autres archives restent à découvrir : nous attendons vos signalements avec impatience !*

Un billet sur la mise en place du projet au sein de la Mairie de Matera par  Francesco Giusto : Matera 2019, riunitosi il cda della Fondazione. Emerse alcune novità (TRM Network, 18 février 2017).

 

*Il vous suffit d’ajouter un commentaire à ce billet ou de m’écrire directement pour que les informations soient ajoutées au billet et communiquée au groupe de travail.

Crédits photographiques :  extrait de la carte mentale, notes de la réunion du 9 février,  dessinée par Fedele Congedo, architecte.

 

 

 

 

  1. Le groupe de travail réuni les anthropologues Ferdinando Mirizzi (directeur du Dipartimento Culture europee e del Mediterraneo, Université de la Basilicate) et  Pietro Clemente (Docente di Antropologia culturale presso le Università di Siena, Roma e Firenze) ; Véronique Ginouvès, responsable le la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, CNRS – Aix-Marseille Université ). Les représentants de la fondation Matera-Basilicata 2019 qui étaient présents étaient Joseph Grima (inventeur du projet et concepteur de l’Open Design School), le designer Jan Boelen, (directeur artistique de Z33 et directeur de l’académie de Design de Eindhoven, LUMA Arles), Ekaterina Golovatyuk (architecte, chercheure, elle a participé au projet de restauration du musée de l’Hermitage. Francesco Marano et Vita Santoro, anthropologues à l’université de la Basilicate ont aussi participé à la réunion, ainsi que le directeur du projet Paolo Verri, Ariane Bieou (Manager culturel), Rossella Tarantino (Manager) Rita Orlando (Assistante). Les notes de la réunion ont été prises toute la journée par l’architecte Fedele Congedo,  sous forme de carte mentale. []
  2. D’autres projets vont être mis en place pour l’événement « Matera 2019 ». Par exemple, le 10 février une autre réunion clôturait la première phase d’une action déjà bien avancée, celle  de l’Open Design School dans le cadre de laquelle avait été organisée l’exposition Attraverso la città – La via del Sole qui se terminait à Matera le 12 février. []
  3. Joseph Grima fait référence à la  « composition pour musée »  qui avait été réalisée à la MOCA de Los Angeles puis reprise sous le titre « Rolywholyover A Circus » par Julie Lazar  en 1993 après la mort du compositeur, écrivain, philosophe et artiste visuel. L’exposition s’est ensuite déplacée au musée Guggenheim Museum SoHo,  au Art Tower Mito Contemporary Art Center à Tokyo et enfin au  Philadelphia Museum of Art en 1995. Pour l’artiste il était central que son son  univers  artistique ne soit pas gouverné par la subjectivité : John Cage y présentait des oeuvres sélectionnées au préalable mais visibles au public selon des principes aléatoires. Il s’agissait principalement d’œuvres d’artistes qui l’avaient inspiré, des objets empruntés à des musées locaux ainsi qu’une sélection de ses propres tableaux, estampes, partitions et objets quotidiens auxquels il accordait une importance particulière. L’idée de cette exposition en perpétuel mouvement était que le visiteur ne la reconnaisse pas d’une visite à un autre.  L’idée a été plus tard reprise dans d’autres cadres et en particulier dans une exposition « After Cage » qui a été présentée par Jan Boelen aux membres du groupe de travail du projet Matera 2019. []
  4. Dans un entretien avec Mariapia Ebreo pour Wired.it le 20 octobre 2014 « Joseph Grima ha un sogno. E racconta Matera, la sua Capitale della Cultura Europea« , il se confie : Matera est vraiment un laboratoire extraordinaire qui peut devenir un lieu d’expérimentation à étendre aux autres villes européennes, peu importe leur dimension pourvu qu’elles aient une vision. Je pense à de nombreuses villes qui ont eu un passé parfois traumatisant, qui ont subi de fortes transformations d’un point de vue économique, qui ont besoin de se réinventer et qui peuvent le faire à travers la culture. Cela ne signifie pas que les projets vont s’ajouter mais plutôt qu’ils vont s’intégrer à l’économie. C’est cette vision que nous avons, que nous devons réaliser non seulement à travers le tourisme mais aussi en intégrant la technologie, l’innovation, l’alimentation et l’art« – (traduction de V. Ginouvès []
  5. Le projet a connu des retards administratifs, relatés dans la presse par plusieurs articles dont celui de Roberta Carlini, « Per Matera capitale della cultura comincia la corsa contro il tempo« , Internazionale, 18 décembre 2016. []
  6. Ferdinando Mirizzo avait réuni son équipe, Francesco Marano et Vita Santoro, anthropologues, et deux doctorantes en anthropologie du département, ainsi que Véronique Ginouvès, MMSH. []
  7. De Ferdinando Mirizzi, sur Matera, vous pouvez lire en ligne Les Sassi de Matera, du scandale national au monument ethnologique, chapitre de l’ouvrage dirigé par Thierry Fabre et Anna Luso, « Les monuments sont habités ». []
  8. De Pietro Clemente, vous pouvez lire en ligne, traduit par Liliane Izzi, Biens culturels sans culture : le patrimoine ethnologique italien, chapitre de l’ouvrage dirigé par Thierry Fabre (2015). []
  9. La référence présentée est ici numérisée par l’Université de Californie. []
  10. Numérisé par l’University of Illinois Urbana-Champaign. []
  11. Ici numérisé par le Getty Research Institute. []
  12. Ici l’ouvrage est numérisé par la bibliothèque nationale centrale de Florence. []
  13. Ici numérisé par la bibliothèque de Harvard []
  14. Giovanna Marini, chant et guitare ; Patrizia Bovi, Francesca Breschi et Patrizia Nasini, chant []
  15. Les italiens ont du pétrole, Chaîne : France, diffusé le 28 mai 2011, à 18h35, collection Avenue de l’Europe, numéro de dépôt légal : CL T 20110528 FR3. []
  16. Diffusé le 13 novembre 2014, à17h48, numéro de dépôt légal : CL T 20141113 ART []
  17. ADN-1583 []
  18. Pietro Clemente m’a signalé cet institut extrêmement important dans l’histoire de la collecte en Italie e en Basilicata, qui a recueilli de nombreux enregistrements de terrain dont certains étaient déposés  à la Discoteca di Stato de Rome dont la disparition prévue par loi de l’Etat italien avait suscité un grand émoi signalé en 2012 dans ce même blog. []
  19. Archives non repérées dans le catalogue. []

« We Say GoodBye, We say Hello! »

Europeana Sounds project comes to its end on January 31st 2017. Since 2014, 24 organizations from 12 European countries have brought together their sound libraries on a common platform, in order to provide access to their audio contents, to share, to aggregate and to enrich them. The goal of one million of sounds collected by January 2017 was successfully reached!

As far as the French National Center for Scientific Research (CNRS) is concerned, Europeana Sounds was a great opportunity to create an efficient sustainable network between four laboratories: the Mediterranean Social Science Center (MMSH), the Research Center for Ethnomusicology (CREM-LESC), the Historical Researches Laboratory of Rhône-Alpes Region (LARHRA) and the Center for Researches on Sound Spaces and Urban Environments (CRESSON). This collaboration allowed each structure to upgrade and enrich their sound archives. A nice example here: “cartophonies” by the CRESSON. Continuer la lecture de « We Say GoodBye, We say Hello! »

L’empreinte maghrébine, un colloque international à Gabès

Du 14 au 17 avril s’est tenu à l’université de Gabès, Institut supérieur des arts et métiers la troisième session du colloque international sur le thème « Arts et musiques tunisiens, dimensions arabo-musulmanes africaines et méditerranéennes : l’empreinte maghrébine ».

من  14 الى 17 ابريل إنتضم في جامعة قابس المعهد العالي للفنون والحرف، الدورة الثالثة للمؤتمر الدولي حول « الفنون  والموسيقى التونسية، أبعاد عربية وإسلامية  في أفريقيا ومنطقة البحر الأبيض المتوسط: بصمة شمال أفريقيا »  

From 14 to 17 April, the University of Gabes and the Higher Institute of Arts and Trades held the third session of the international conference on « Tunisian Arts and music, African and Mediterranean Arab-Muslim dimensions: the Maghreb footprint »

affichecollloqueGABES2016

PROGRAMME

Mercredi 14 avril 2016

9h30 : Allocution d’ouverture d’Olfa Njima (Maître assistante à l’ISAMG, directrice d’ISAM) et de Mohamed Gouja (directeur de l’UF EASYER « Esthétique, arts, synergie environnementale et recherche », Maître de conférence en musique et musicologie, ISAMG)

Parcours et enjeux créatifs  – Career and creative issues 
مسار واهداف الإبداع   

Séance 1 – Modérateur : Mohamed Gouja (Directeur de l’UF EASYER, Maître de conférence en musique et musicologie ISAMG)

Nacer Ben Cheikh (Professeur émérite, Université de la Manouba) Numériquement autre

Amor Keraim (Directeur de l’ISAM, Sidi Bouzid)                                       تراسل الفنون في تجريبة عمر كريم التشكيلية
Les affinités entre les arts selon l’expérience plastique d’Omar Karim

Mohamed-Sahbi Chtioui (Sculpteur tunisien vivant au Maroc)
Parcours sculptural de Sahbi Chtioui/ témoignage et débat

Séance 2 : Modérateur : Nacer Ben Cheikh (Professeur émérite, Université de la Manouba)

Salwa Bakr (écrivaine égyptienne)
تجربتها الروائية و رحلتها الاءبداعية
L’expérience de l’écriture de fiction et son voyage créatif

Fata Ben Amer (Maître de conférence en arts plastiques, ISAMS) فسيفساء الفن التونسي
La mosaïque de l’art tunisien

Sara Ben Ahya (Enseignant chercheur ISBAT)
Corps céramiques métamorphosés : miroirs d’un Être et image d’une vie

Abdellali Maazouz (Professeur habilité de l’Unversité Hassan 2 de Casablanca, Maroc)
Image cinématographique et narrativité

Chaker Louaibi (Maître assistant ISAMG) :
اشكالية الفارق  بين (الحرفي) و (الفنان) مطلع القرن العشرين ,تونس مثـلآ
La problématique de la différence entre l’art et l’artisanat du début du 20ème siècle, le cas tunisien

Séance 3 – Modérateur :  Samiha Ben Said (Maître assistante à l’ISMS)

Salah Adouni (Assistant ISAMG) :
تساؤلات حول مسارات الحرف في التشكيل العربي المعاصر
Interrogations autour des parcours artisanaux dans les arts plastiques arabe contemporains

Mouna Khaskoussi (Doctorante) :
التجربة النسجية لدى محمد مطيمط على ضوء بعض التجارب التونسية
L’expérience du tissage chez Mohamed Mtimtin

Arij Jaouachi (Doctorant) : La issaya de Kébili
Transmission, apprentissage et pratique

Karim Thlibi (Doctorant)
التعبيرية الموسيقية التنسية: الاصوات الشعبية بين التداول و التوثيق
L’expressivité musicale tunisienne

Bassam Tabelsi (Assistant)
التعبيرية الموسيقية المغاربية من خلال التدوين و التداول: استخبار على آلة الناي في تونس نموذجا
L’expressivité musicale maghrébine

Soirée musicale : Croisement, avec Abdelkhalek Draouil et Zied Mnifi « Aswât »

DSC00070

15 avril 2016

Musique et musicologie – Music and musicology
الموسيقى و علم الموسيقة

Séance 4 – Modérateur : Mahmoud Guettat, professeur émérite (excusé)

Jérôme Clerc (Maître de conférence à l’université Paris-Sorbonne : Réflexion sur la notion de géo- musicologie, à travers l’exemple d’une recherche en Turquie méridionale

Pierre-Philippe Rey (Professeur des Universités, Paris 8 : L’art Mudéjar’ au Mexique pendant la colonisation espagnole, un transfert du Maghreb à l’Amérique latine

Zouhaier Gouja (Maître assistant à l’ISMT)
Le Gougay, genre de vièle du Stambali tunisien

Séance 5 – Modératrice : Fouzia Belhachemi (Maître de conférence en anthropologie, CNRPAH)

Mahmoud Guettat (Professeur émérite)
الموسيقى المغربية و مقاربات التوثيق
Musique maghrébine et approche archivistique (excusé)

Abdhallah Mokhtar Sebai (Professeur à l’Université de Tripoli)
النوبة الليبية
La nouba lybienne

Samiha Ben Said (Maître assistante à l’ISMS)
نقدية لواقع الموسيقى التونسية في بعدها المغربي
Critique de la réalité de la musique tunisienne dans le contexte maghrebin

Sélim Gouja (Maître assistant à l’ISAMG)
إشكالية محمدودية جدوى التدوين السلالم و الإيقاعات التونسية
La problématique de la limite des archives

Séance 6 –  Modératrice : Maya Saidani (Professeure en ethnomusicologie, CNRPAH, Alger)

Houda Fekili (Enseignante-chercheuse à l’ISAMG)
الحلي و التحلي: تجليات إيقاعية
Les bijoux traditionnels : manifestations rythmiques

Ikbal Hamzaoui (Assistante à l’ISMK)
Musique Jarocho et musique Stambali

Abdhelkhaled Draouil (Assistant en musicologie à l’ISAMG)
العناصر الدرمية لرواية طرق الصيد بآلة القصبة في الجنوب التونسي
Les éléments dramatiques de la flûte de roseau (caçba) dans le Sud tunisien

Ali Chamsseddine (Assistant en musicologie à l’ISAMG)
المحاكاة الصوتية في المنظومة الإيقاعية العربية بين رؤى التنظير و واقع التطبيق
L’onomatopée sonore dans les systèmes rythmiques arabes entre pratique et théorie

Malek Hamdi (Doctorant en musicologie)
القصبة في الجنوب الشرقي لتونس دراسة ارغانولوجية
Flûtes de roseaux dans le Sud tunisien

Selfeddine Mayouf (Doctorant en musicologie)
القصبة في الشمال الغربي لتونس دراسة ارغانولو جية
Flûtes de roseaux dans le Nord tunisien

Mohamed Besbes (Assistant à l’ISAMG)
الحظرة العيساوية لسيدي مهمد بن جابربالمهدية: دراسة توثيقية تحليلية
La transe de la confraternité Esaoui chez Mohamed Bendjaber de Medhia : étude archivistique analytique

Fida Louhichi (Chercheur UR)
مقومات المقام في الموسيقى المغربية بين النظرية و الممارسة من خلال مقاربة مقاربة بين مزموم التونسي و القسنطيني
Les fondements des échelles musicale maghrébines : études comparatives du tab° mazmùm à travers sa pratique dans le màlùf tunisien et constantinois à travers sa pratique

Soirée musicale : atelier musiques de tradition orale « Stambali », direction Zouhaier Gouja

MOhamed Gouja, Maya Saidani et Hala Ben Maalam, conférence Gabès 2016

Archivage de l’art et art de l’archivage – Archiving art and art of archiving
أرشيف الفن و فن الأرشيف

Séance 7  – Modérateur : Mohamed Gouja (Directeur de l’UF EASYER, Maître de conférence en musique et musicologie ISAMG)

Fouzia Belhachemi (Maître de conférence)
Observer, décrire, analyser et archiver dans l’urgence à Tamanrasset

Olfa Njima (Maître assistante à l’ISAMG, Directrice d’ISAM)
L’archivage dans la pratique picturale de Tahar Aouida

Véronique Ginouvès (Phonothèque, MMSH Aix-en-Provence – USR3125 AMU/CNRS)
Cataloguer, conserver et diffuser les archives sonores de la recherche : exemples issus de l’expérience de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence)

Hala Ben Maalam (Assistante à l’ISAMG)
La pérennisation de l’éphémère : le paradoxe de l’archivage des formes artistiques numériques

Maya Saidani (Professeure en ethnomusicologie, CNRPAH, Alger)
Autour de l’archivage du patrimoine des musiques et danses traditionnelles en Algérie : propositions, réalisations, perspectives

Séance 8 – Modératrice  – Olfa Njima (Maître assistante à l’ISAMG, directrice d’ISAM)

Mohamed Mehannek (CNRPAH)
L’archivage et la documentation au CNRPAH, Algérie

Zouair Tighellet (Directeur du Centre Culturel Méditerranéen de l’Archivage de Houmt Souk)
تجربة المركز الثقافي المتوسطي بحومة السوق جربة في التوثيق
L’expérience archivistique du Centre Culturel Méditerranéen à Houmt Souk, Djerba

Zied Mnifi (Chercheur UR)
مساهمة الوسائل الرقمية الحديثة في التوثيقالفني
Contribution numérique dans l’archivage artistique

Rihab Farhat (Doctorant UR Toulouse 2)
Échantillonnage et archivage : question de couleur

Sonia Chamsi (Doctorante)
Archiver c’est communiquer

Souhir Trab (Doctorante)
الخططات المعمارية اشكالية و مشاكل التوثيق
Les plans architecturaux : problèmes d’archivage

Dimanche 17 avril : visite du Centre culturel et touristique méditerranéen de Djerba qui a l’objectif de numériser les archives de l’île.

26479694841_88c36f7438_k

Ce colloque a été également l’occasion de diffuser les actes de la précédente session publiés par l’ISAMG (la session 2014 avait été publiée en 2015). Ces actes sont consultables à la bibliothèque de la Médiathèque de la MMSH, sous la cote MUS 780 GOU (1) et MUS 780 GOU (2).

Comité scientifique : Mohamed Gouja et Olfa Njima

Pour en savoir plus sur l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès, lire la présentation de sa directrice, Madame Olfa Njima.

Comité d’organisation : Inés Aboud, Sonia Chamsi, Rihab Farhat, Houda Fekili, Arij Jaouachi, Hala ben Maalam, Salma Mansouri, Amana Najjari, Souheir Trab, Fatma Soltan.

Lieu : Université de Gabès, Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès, UR « Esthétique, Arts, Synergie Environnementale et Recherche (EASYER)

Merci à Hanaé Allali pour la mise en page, la traduction en langues anglaise et arabe et les transcriptions en langues arabe.

Crédits photographiques : deux vues de l’université de Gabès, affiche du programme, Mohamed Gouja, Maya Saidani et Hala Ben Maalam à la tribune, façade du centre culturel et touristique méditerranéen de Djerba, photographies de Véronique Ginouvès (avril 2016). Film réalisé par l’équipe des étudiants de Mme Hela Ben Maallen, Institut supérieur des arts et métiers de Gabès.

La fabrique des patrimoines musicaux, 21 novembre 2014, Villeurbanne

RIZE-NOV20141-image

Le 21 novembre 2014 au Rize (Villeurbanne) est organisée une Journée d’étude sur le thème, La fabrique des patrimoines musicaux. Organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde, le Centre Georg Simmel (EHESS), le Rize et avec le soutien du Ministère de la Culture, cette journée d’étude réunit chercheurs, représentants d’associations et d’institutions culturelles pour échanger sur les liens entre création musicale, interculturalité et action patrimoniale. À partir de leurs expériences respectives, les intervenants reviendront sur des actions menées en vue de fabriquer des patrimoines musicaux, sur l’évolution des catégories institutionnelles et les nouvelles collaborations articulant recherche scientifique et action culturelle.

La table-ronde inaugurale permettra d’évoquer les stratégies de mobilisation collective : dans quelle mesure le collectage musical, la fabrique d’orchestres ou l’organisation de festivals permettent-ils de relier des personnes ou des groupes sociaux distincts ? Quels sont les effets volontaires ou involontaires de ces mobilisations ? Les ateliers thématiques seront l’occasion de questionner les modalités concrètes de ces démarches, à travers quatre entrées thématiques : la gestion des archives, l’exposition et la publication, la transmission, la création participative. La dernière table-ronde visera à questionner les partages institutionnels : des Centres de Musiques Traditionnelles au Ministère de la Culture en passant par les DRAC, les associations militantes, les conservatoires ou départements d’université, les intervenants reviendront sur l’évolution des catégories auxquels ils se réfèrent, sur les assignations qu’elles produisent et sur les points aveugles des découpages institutionnels.

PROGRAMME

10h : Mots de bienvenue / Présentation de la journée
Xavier de la Selle (Le Rize), Yaël Epstein (CMTRA), Talia Bachir-Loopuyt (IRMM/Centre Georg Simmel)

10h30-12h : Faire de la musique ensemble ? Musique, interculturalité, territoires.
Cette table-ronde vise à faire retour sur des projets mobilisant la musique comme un enjeu interculturel et de développement territorial. On attribue souvent à la musique le pouvoir de relier des individus et des groupes par delà des frontières culturelles et sociales. Mais quel(s) lien(s) font effectivement émerger ces mobilisations, quel impact ont-elles ? Quels territoires sont concernés ou, à l’inverse, laissés à l’écart? Dans quelle mesure ces mobilisations  contribuent-elles à redéfinir des sentiments d’appartenance mais butent-elles aussi sur certaines frontières? Du collectage à la fabrique d’orchestres en passant par la création participative et des expérimentations pédagogiques, les intervenants reviendront sur les stratégies, outils et pratiques qu’ils ont développés pour saisir les réalités multiformes qui les entourent et susciter la rencontre de groupes sociaux pluriels autour de la musique.

Modération de la table ronde :
Denis Laborde (Centre Georg Simmel / IRMM)
Intervenants :
Gilles Delebarre (Responsable pédagogique Cité de la Musique, projet DEMOS)
François Bensignor (Président du Collectif des Musiques et Danses du Monde d’IDF)
Bruno Messina (Directeur Agence Aida / Festival Berlioz)
Philippe Fanise (Directeur artistique Le monde est chez nous)
Guillaume Veillet (Chargé de mission PCI, Conseil Général de Haute-Savoie)
Anne Damon-Guillot (Maître de conférence, Université Jean Monnet CIEREC)
Marc Villarubias (Directeur de la Mission de Coopération Culturelle de la Ville de Lyon)

12h00-13h00 : Patrimoine et création. Retour sur la.BA.la.BEL (CMTRA/ARFI) et la Folle Tentative d’Aubervilliers. Avec Yaël Epstein et Mélaine Lefront (CMTRA), Christian Rollet et Clément Gibert (ARFI), Olivier Le Comte (Compagnie Les Souffleurs).

14h00-15h30 : Ateliers
La question du « faire–ensemble » se décline différemment selon les activités et cadres institutionnels. Nous avons ici distingué quatre faisceaux d’action : la gestion des archives, l’exposition et la publication, la transmission, la création collective, dont chacun alimente une vaste littérature et qu’il s’agira ici d’envisager à l’aune des retours d’expérience. Quels sont les acteurs concernés par ces opérations, quelles « prises » mobilisent-ils pour appréhender la spécificité de leur territoire ? Dans quelle mesure s’associent-ils ou ne s’associent-ils pas ? Comment bâtir des passerelles entre les mondes de la recherche scientifique, de l’action associative, des institutions culturelles et de la création artistique ? Chaque atelier sera modéré par un acteur du champ concerné en concertation avec un chercheur.

Atelier « Que faire des archives sonores ? »
Un immense corpus de documents enregistrés sur le terrain a été constitué par le passé, aujourd’hui conservé au sein de différents centres de ressources. Les participants de l’atelier s’interrogeront sur les modalités de leur accès, de leur mise en relation et de leur dissémination. Comment cartographier ces archives ? Quelles questions juridiques et éthiques se posent pour leur valorisation? Quelle place ont les témoins dans ce dispositif ?
Atelier modéré par Véronique Ginouvès (MMSH Aix) et Rémy Besson (LLA-CREATIS, Toulouse 2)

Atelier 2 « Exposer / publier » 
De l’organisation d’expositions ou d’événements culturels à la production de disques, brochures ou « Atlas Sonores »,  cet atelier explore les processus de mise en public de patrimoines musicaux et les problèmes qu’ils font surgir. Qui participe à l’élaboration de ces objets? Quelle place ces auteurs accordent-ils aux divers matériaux (sons, images, paroles de certains « témoins »)? Qui en fait usage et quel impact ont ces mises en public ?
Atelier modéré par Xavier de la Selle (Le Rize) et Talia Bachir-Loopuyt (IRMM / Centre Georg Simmel)

Atelier 3 Transmettre des patrimoines ?
Cet atelier sera l’occasion de réfléchir aux liens entre les patrimoines des habitants d’un territoire et les lieux de transmission de la musique. Nous porterons ici notre attention à des projets et structures travaillant à l’échelle de certains territoires ou quartiers (ENM de Villeurbanne, DEMOS, Orchestre à l’école, « Fabriques d’orchestres » en Ile de France, chorales du CMTRA…). Comment s’effectue le choix des répertoires ? Quels sont les publics visés et effectivement atteints ? L’enjeu, ici, n’est pas la caractérisation d’un type de musique (écrite/orale, traditionnelles/du monde) mais aussi de mettre en relation des mondes qui, malgré toutes les occasions de rencontre, se connaissent mal : les conservatoires, lieux de concert, associations, écoles et collèges.
Atelier modéré par Martial Pardo (ENM Villeurbanne) et Marta Amico (IRMM / centre Georg Simmel)

Atelier 4 «  Créer ensemble  »
Depuis quelques années émergent, en milieu urbain et rural, de nombreux projets centrés sur la mobilisation des habitants et la création participative. Ces projets s’appuient sur le partage de savoirs, y compris entre musiciens professionnels et amateurs. Quelles en sont les visées, les effets, les difficultés ? Comment ce type de rencontre peut-il (ou non) induire la dynamique de « faire société » ?
Atelier modéré par François Bensignor (Président du collectif MDM-IDF) et Laura Jouve-Villard (IRMM / Centre Georg Simmel)

15h30-17h00 Table-ronde « Plus facile à faire qu’à dire !  Le jeu des catégories et des institutions »
« Musiques traditionnelles », « musiques du monde », « musiques actuelles », « patrimoine immatériel », « patrimoines de l’oralité »… Les « mots-clés » mis en avant par les acteurs artistiques, associatifs, institutionnels évoluent et s’ajustent en fonction de stratégies de positionnement variables. Nous porterons ici notre attention aux dynamiques  d’institution de ces  catégories. Comment expliquer que les acteurs du monde associatifs recourent aujourd’hui aux notions de « patrimoine immatériel » et de « patrimoines de l’oralité » alors qu’elles suscitent la méfiance parmi les chercheurs ?  Qui sont les experts du « patrimoine musical » et dans quelle mesure leurs pratiques entrent-ils en dialogue ou en tension ? Après un exposé introductif de François Gasnault, les intervenants reviendront sur l’évolution des catégories dans le paysage institutionnel français, sur le partage des rôles entre diverses institutions (collectivités, associations, universités etc.) et l’émergence de nouvelles collaborations reliant ces différents mondes.

Intervenants :
François Gasnault (Conservateur du Patrimoine, chercheur, IIAC)
– Yaël Epstein (Directrice du CMTRA)
Christian Hottin  (Direction Générale du Patrimoine, Ministère de la Culture)
Hélène Hatzfeld (Secrétariat général du Ministère de la Culture, GIS IPAPIC)
Laura Jouve-Villard (Doctorante « Musique » à l’EHESS, coordinatrice IRMM)
Yann Laville (Conservateur – Adjoint au Musée d’Ethnographie de Neuchâtel)
Modération : Emilie Da Lage (Attacafa, Université de Lille 3)

17h00-18h00 : Compte-rendu des ateliers et discussion finale.

Lieu de la journée d’étude : Le Rize , 23-25 rue Valentin-Haüy, 69100 Villeurbanne

Organisation : Centre de Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde et le RIZE – Centre Mémoires, cultures, échanges

Renseignements, contacts et réservation : CMTRA (Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes) http://www.cmtra.org
Talia Bachir-Loopuyt : tbachir<@>noos.fr
Yaël Epstein yael.epstein<@>cmtra.org

Accéder au Rize
Bus C3 | arrêt Blanqui-Centre mémoires & société
Bus 38 | arrêt Blanqui-Centre mémoires & société
Bus 11 | arrêt Arago
Bus 198 | arrêt Grandclément
Tram T3 | arrêt Reconnaissance Balzac
Vélo’v | « Mémoires & société » rue Valentin-Haüy

Murmures de la foggara – 23 mars 2012, amphithéâtre de la MMSH

A la suite de la journée d’étude Collecter le patrimoine culturel immatériel : Pratiques, usages, bricolage de l’inventaire vendredi 23 mars à la MMSH, Maya Saidani présentera son film Murmures de la foggara. Ce film,  réalisé en 2011, en collaboration avec le réalisateur Mohamed Yargui, raconte les aventures de Mohamed Ben Ali Ben Sadiq, récit de vie  à la croisée de deux langues, de deux cultures similaires en apparence, celle du Touat et celle du Gourara. Le film, pièce d’un ensemble de 12 collectes audiovisuelles, est  l’occasion d’inventorier les danses et les répertoires musicaux de la région de Timimoune et Adrar, dans le sud ouest algérien.

Durée : 52 minutes.

Lieu : amphithéâtre de la MMSH

Horaire : 18h-19h

Auteur : Maya Saidani est ethnomusicologue au CNRPAH, engagée dans l’inventaire du PCI en Algérie.

Babel Med Music : dissémination des musiques de la Méditerranée à Marseille

Depuis 2005 se tient à Marseille à la fin du mois de mars et pendant trois jours, un des plus grands marchés mondial des musiques du monde : Babel Med Music. Des professionnels venus de plus de 60 pays utilisent cet « espace marché » pour développer leurs activités, détecter de nouvelles tendances, échanger, découvrir des artistes. Le public marseillais découvre principalement le monde de Babel Med le soir, à travers sa superbe programmation musicale. Cette année encore il sera possible d’aller écouter dans les salles des « Docks des Suds » une dizaine de spectacles tous les soirs et profiter d’une salle de projection dédiée pour visionner des documentaires et des concerts.

Mais la journée, seuls les professionnels de la musique peuvent y entrer : programmateurs, responsables de festivals, musiciens, institutions représentant le spectacle vivant, directeurs de labels, journalistes… C’est tout un monde qui s’active sur les 2000m² qui ont été mis à sa disposition, autour de stands (130 en 2010), de lieux de convivialité créés pour l’occasion et d’un espace de projection. Chaque année, des conférences qui éclairent un angle des musiques traditionnelles sur la région PACA est organisées par le service des musiques et danses traditionnelles et du monde d’ARCADE, souvent en collaboration avec l’IRMA et/ou la FAMDT. Je n’ai pas participé à tous ces rendez-vous mais ceux auxquels j’ai pu assister ont été des moments de rencontre riches et passionnants :  en 2006 il s’agissait d’évoquer l’adoption par l’Unesco de la Convention sur la sauvegarde du Patrimoine immatériel puis l’année suivante c’était la singularité des musiques traditionnelles qui était interrogée à travers un clin d’oeil sous forme d’aphorisme Les musiques traditionnelles ne sont pas un long fleuve tranquille (2007). L’année dernière il était question des « petits lieux » de la diversité (2010).  Cette année Philippe Fanise propose une table ronde sur le thème Roms et Gitans en Provence : un patrimoine culturel et humain à sauvegarder, thème dont il explicite clairement l’actualité dans son texte de présentation :

« Leurs musiques, Oui ! mais eux, Non ! » En même temps que se manifeste depuis plusieurs années un regain d’intérêt pour les musiques et cultures du monde rom et gitan – musiques gitanes, gypsy music, jazz manouche, ensembles tsiganes, fanfares et tarafs d’Europe orientale, cirque, cinéma – et que l’UNESCO inscrit le Flamenco au Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité, on observe en France et en Europe une recrudescence du rejet et de la discrimination à l’encontre des communautés roms et des « Gens du voyage ».

Cette table-ronde réunit des artistes gitans et roms de familles française, espagnole, russe, roumaine, italienne, des associations culturelles locales, des chercheurs et élus régionaux pour s’interroger sur ce paradoxe qui n’épargne pas la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, espace privilégié de sédentarisation et de passage de nombreux gitans et roms depuis des siècles, terre de flamenco et de rumba, où a lieu chaque année le plus célèbre pèlerinage gitan du monde aux Saintes-Maries de la Mer.

Philippe Fanise animera cette table-ronde où artistes, chercheurs, responsables de festival, élus et acteurs sociaux se rencontreront pour discuter :

– Jean Fernandez, dit « Tchoune », chanteur gitan aixois, interprète du spectacle « Chants sacrés gitans en Provence » produit par Opus 31 (sélection Babel Med Music 2011)

– Claudio Cavallo Giagnotti, chanteur rom de Mascarimiri (Italie du sud). Projet Gitanistan auprès des tsiganes du Salento, (Dilino, Centre des musiques alternatives et de Méditerranée)

– Armelle Audigane, conteuse rom d’origine russe de la Compagnie Audigane, installée dans le Var. Spectacles itinérants de contes et musiques tsiganes.

– Ghitsa Iorga, musicien rom roumain, fondateur de Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie, basée à Marseille.

– Laurence Janner, metteur en scène, et Nicolas Martin, cinéaste, co-fondateurs de Latcho Divano, Festival des cultures tsiganes à Marseille.

– Emilia Sinsoilliez-Iorga, présidente de Bari Bahtali, association marseillaise de promotion et diffusion de la culture tsigane.

– André Gabriel, professeur de musique provençale (Conservatoires de Marseille et Avignon), auteur d’une exposition de santons sur les boumians (bohémiens) dans l’imaginaire provençal.

– Marc Bordigoni, anthropologue, chercheur CNRS à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, auteur du livre « les Gitans » dans la collection «Idées Reçues»

– Alain Fourest, président de Rencontres Tsiganes en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

– Association de lutte contre les discriminations et pour la défense des droits des tsiganes.

– Cécile Février, médiatrice de l’association Petit-à-Petit. Projet « Partage de mémoires tsiganes » à Arles, commandité par le Museon Arlaten en partenariat avec Marseille-Provence 2013.

– Gaëlle Lenfant, Vice-Présidente de la Région PACA chargée des solidarités, prévention, sécurité et lutte contre les discriminations.

La rencontre se terminera en musique avec Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie basée à Marseille. Pour y participer, il faut vous inscrire très vite (avant lundi 21 mars) auprès d’ARCADE.

Il y a d’autres rencontres qui sont présentées pendant les trois jours de Babel Med : n’hésitez pas à y aller !

Une après-midi à la British Library Sound Archive

L’installation de la Bristish Library dans un nouveau bâtiment à Saint-Pancras avait pour objectif de regrouper l’ensemble des collections éparpillé sur plusieurs sites londoniens.  Le bâtiment, dont la construction s’est terminée en 1998, été conçu comme évolutif ; le département des documents sonores l’a intégré en 2007. Les crédits alloués à cette bibliothèque nationale ne sont sans doute pas à la hauteur des exigences du projet initial mais les archives sonores ont réussi à y faire entendre leur voix.

La Bristish Libray Sound Archive conserve plus de 3 millions d’enregistrements dont plus d’un million de disques, 200 000 milles bandes magnétiques et 3000 cylindres. Le dépôt légal des documents sonores édités n’existe pas au Royaume Uni aussi les documents inédits occupent  naturellement une place importante dans les collections (10% environ de la totalité). Voilà un bref compte-rendu d’une visite professionnelle que j’ai pu faire le 4 février dernier où j’ai rencontré les responsable de quatre services différents  : la conservation, le catalogage, l’ethnomusicologie et l’histoire orale.

Will Prentice, qui dirige  le Technical Services, Sound & Vision1 a présenté  les installations techniques. Ce département a largement bénéficié de l’installation dans le nouveau bâtiment de Saint-Pancras avec la création de 3 studios de numérisation, l’acquisition de serveurs, de  logiciels et  de machines de numérisation et le matériel de nettoyage des différents supports sonores source. Plus de 4000 heures ont ainsi été numérisées entre 2008 et 2011 (format wave 96khz/32bits) avec le logiciel Wavelab.

Le cataloge est déployé sur le logiciel Dynix (Symphony). Il n’est pas encore intégré à l’ensemble du catalogue de la British Library qui, lui, l’est sur Aleph. Antony Gordon, Senior Cataloguer, en est l’administrateur système. Les recherches sur le catalogue se font donc de façon indépendante soit sur l’ensemble des enregistrements organisés en 8 grandes thématiques2 soit sur les enregistrements accessibles en ligne (23 200 items) organisé suivant 32 corpus.

Le département d’ethnomusicologie que dirige Janet Topp Fargion a analysé et mis en ligne de nombreux documents de terrain. Parmi les 244 cylindres enregistrés entre 1898 et 1915 vous pouvez écouter en ligne des musiques traditionnelles d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande mais aussi d’Australie, d’Inde et du Pakistan : Inanim na pina est une belle interprétation de Kripa Ram Bali enregistré par un aristocrate anglais  Arthur Fox Strangways (1859-1948) en 1911 dans le Hindostan.  Plus récents, les enregistrements réalisés par Klaus Wachsmann (1907-1984) en Ouganda, où on peut entendre par exemple ce chant à boire très joyeux (1954) ou, plus près de nous encore, ce Réel entrainant3 Les questions de droit et d’éthiques sont au centre des problématiques de ce service qui réfléchit à la façon dont les archives vont pouvoir être diffusées en ligne en s’appuyant sur les démarches proposées par la WIPO4. L’onglet Legal and ethical usage explicite la démarche de la Bristish Libray Sound Archives.

En Grande-Bretagne – comme en France5 – la pression des financeurs est forte pour que les documents sonores soient mis en ligne. Il est ainsi toujours difficile pour les phonothèques de traiter les documents anciens qui ne peuvent être diffusés librement faute de  pouvoir retrouver les témoins pour leur demander leur accord. Le département d’histoire orale dirigé par Robert Perks6 a développé une stratégie très intéressante afin de bénéficier de financements substantiels dans l’objectif de constituer des archives d’histoire orale conséquentes.  Il a créé en 1987 la National Life Stories qui finance des chercheurs pour la collecte de récits de vie pour lesquels l’ensemble des questions de droit sont réglées. Le département d’histoire orale de la bibliothèque nationale  présentait d’ailleurs en ce début d’année 2011 une grande exposition sur les langues et les dialectes dans le Royaume-Uni.

Le dynamisme de ce département est aussi lié aux différentes associations internationales auxquelles les professionnels de l’information participent activement : IASA (International Association of Sound and Audiovisual Archives), IAML ou AIBM (international association of music libraries and documentation) et IOHA 5International Oral History Association). Les archives sonores inédites trouvent leur place dans les institutions nationales et peu à peu les masses critiques des collections augmentent intéressant un public toujours plus nombreux, et c’est tant mieux.

Crédits photographiques : entrée de la British Library – Saint-Pancras, département des archives sonores de la BL, par Véronique Ginouvès, 4 février 2011.


  1. Sur cette couverture de Playback (n°43), la revue que la Bristish Library Sound Archive a publié jusqu’en 2010, vous pouvez voir Will Prentice en train de donner une formation []
  2. Langues et dialectes, Art – littérature et théâtre, Musique classique, Environnement et nature, Jazz et musique populaire, Histoire orale, Documents historiques, Musique traditionnelle []
  3. Interprété par « Big John » (bodhran). Blaney, Frank (banjo). Hall, Reg (piano). Malynn, Paddy (accordion). O’Neill, Kathleen (fiddle). Power, Jimmy, 1918- (fiddle). Sheridan, Tommy (uilleann pipes). Waldren, Kathrine (flute). []
  4. The World Intellectual Property Organization []
  5. Voir le point 4 de l’introduction de Florence Descamps à la journée du 30 novembre 2010, « Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles » []
  6. Robert Perk dirige le Oral History Society Journal []

Cartographie des pratiques musicales en Colombie

Au sein de la bibliothèque nationale de Colombie, le Centre de Documentation Musicale a développé un site de cartographie des musiques traditionnelles nationale avec le soutien du Ministère de Culture. Voilà l’occasion de découvrir un pays d’une diversité peu commune : le seul pays d’Amérique du Sud qui soit à à la fois sur l’océan Pacifique et sur la mer des Caraïbes, qui passe des Andes à l’Amazonie et dont la biodiversité est reconnue comme l’une des plus riches de la planète. Sa musique, elle aussi, est riche, multiple, éblouissante et complexe car elle puise dans les nombreuses cultures et langues qui composent ce pays. Le site vous fait voyager à travers tout le territoire, à partir de deux axes : les musiques traditionnelles et les festivals de musique (de tous types de musique). Des vidéos, des film pédagogiques, des notices documentaires, des enregistrements sonores, des photographies et un thesaurus documentent la musique de Colombie. Dommage que le système choisi pour la mise en oeuvre du site ne permette pas la citabilité des pages,  mais des évolutions sont en cours et il faudra suivre les modifications à venir de ce site car l’occasion est trop rare de connaître et comprendre ces musiques.

Pour vous donnez une idée de cette richesse, écoutez Melba Nancy, de l’île de Providencia, en Colombie calypso traditionnelle interprétée par le groupe Roots Radical avec Roger Fox (guitare, voix), Carlos May – « Suku » (tub-bass, voix), Rolando Brian (jawbone), Esebio Alcàzar (maracas), Tini Martinez (mandoline) et Avelino – « Coyote » Whitaker en invité pour le chant. Ou encore, cette Mazurca traditionnelle , toujours de l’île de Providencia,  interprétée par le groupe El Polvorete, avec Trujillo Hawkins à l’accordéon diatonique, Avelino – « Coyote » Whitaker (guitare, voix), Jorge – « Kepe » Hyman (maracas, voix), Rodolfo Robinson (jawbone, voix) et Max Alex Mac Lean (tub-bass, voix). [Musique en CC]

Notice de présentation du site sur Aldébaran (en langue espagnole, résumé en français) : http://aldebaran.revues.org/6580

Crédits photographiques : musiciens sur l’île de San-Andres, Chevaux dans la mer Caraïbes, île de Providencia. Photographies de Véronique Ginouvès, septembre 2009.

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, deuxième journée (4 octobre 2010)

La deuxième journée des rencontres d’Alger sur le patrimoine immatériel avaient deux objectifs concrets. Il s’agissait  d’une part de  faire des propositions pour organiser des projets de numérisation et de diffusion de sources sonores et audiovisuelles dans le domaine de l’ethnomusicologie mais aussi de mettre en place un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie.

Discutante de la première séance, je n’ai pu prendre toutes les notes nécessaires à la retransmission des communications de Nasredine Baghdadi, directeur des archives de la radio nationale algérienne et de Hadj Miliani, professeur en littérature comparée à l’université d’Oran.  N. Baghdadi a relaté point par point la chaîne de traitement numérique mise en place pour les archives sonores radiodiffusées  tandis que H. Miliani  présentait la construction d’un catalogue des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000).  Cette dernière intervention, très documentée, a mis en lumière tout l’intérêt à ne pas se limiter aux seuls documents de terrain dans la collecte. Il est encore possible d’identifier des documents édités chez de nombreux collectionneurs, ces enregistrements sont fragiles, complexes dans leur histoire éditoriale et il est capital de les numériser et de les cataloguer aux côtés des enregistrements de terrain. A l’écoute des interventions, il apparaît fondamental d’introduire dans le système d’enseignement algérien les digital humanities, discipline qui émerge progressivement en Europe. Les besoins en terme de formation et de réalisations numériques sont importants chez les chercheurs algériens. Ils pourront s’appuyer sur les méthodes et les outils développés par cette jeune communauté pour travailler sur la structuration des données et leur édition.

La question de l’enseignement est au coeur des missions du CNRPAH . Une école doctorale d’archéologie a déjà été mise en place. Elle accueille des étudiants licenciés en archéologie pour préparer un magister (le Master en Europe) ou un doctorat dans le domaine. Dans la même lignée, va être mis en place en 2011 au CNPRHA un nouveau programme pour les métiers de la culture, sur le patrimoine culturel immatériel. L’ethnomusicologie fera partie intégrante du projet. Dans une conférence introductive, Mehena Mahfoufi, ethnomusicologue, a dressé un état des lieu des différentes catégories des musiques algériennes qui pourraient intéresser les études d’ethnomusicologie en s’appuyant sur son expérience de terrain en Kabylie. Pour pouvoir être étudiées dans leur complexité, ces catégories sont destinées à se répondre : musiques professionnelles et non professionnelles, musiques religieuses et profanes, musiques familiales et publiques, pratiques féminines et masculines… Au-delà de la catégorisation, il est également nécessaire d’aménager de nouvelles formes d’écriture de la musique. En effet, l’écriture de la musique occidentale s’avère insuffisante pour les musiques traditionnelles. A titre d’exemple, Mehena Mahfoufi a évoqué le concert organisé la veille par le CNRPAH sur la musique de type « Sraoui ». Il a rappelé à l’auditoire un son étonnant et récurrent qui s’entendait, une sorte de gloussement effectuée par le chanteur. Voilà un élément vocal évoqué déjà  Bartok1 lors de ses collectes en 1913, impossible à noter sur les partitions classiques…

Cette intervention a donné lieu à un débat sur la question des aires culturelles : quelles sont celles qui doivent être l’objet d’étude de la discipline ? A la question,  ”Le genre musical dépasse-t-il les frontières nationales ?” l’auditoire est unanime, oui la musique ne se préoccupe pas des frontières. Par contre la question de la dénomination de la musique en fonction d’une aire (quelle qu’elle soit) enflamme la discussion. Ainsi peut-on utiliser le terme de “musique arabo-musulmane supranationale » ? Pour Mahmoud Guettat, l’entité “arabo-musulmane supranationale” repose musique modale, éloignée de la musique tempérée et tonale de l’occident. De cette musique modale, un fil conducteur (qui reste encore à analyser avec précision) permettrait à un marocain -par exemple- d’être sensible à la musique iranienne ou turque. En réponse à cet argumentaire, plus d’un participant rappelle que la modalité existe dans nombre de musiques traditionnelles qui ne font pas partie du monde musulman, à commencer par l’Australie… Mais tous s’accordent à dire que l’ethnomusicologie doit, en tout cas, s’attacher aux diversités locales, plutôt que de produire des discours génériques sur les pays.

Dans sa conférence Mahmoud Guettat avait pour objectif de proposer des méthodes à mettre en œuvre pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb et il a commencé par souligner le travail qui restait à faire.. Il s’est appuyé sur trois expériences concrètes. La première a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2004, réédité en 2009 par le ministère de la culture algérien sur la musique du monde arabo musulman2 qui présente une bibliographie analytique et critique de plus de 2000 titres d’ouvrages et de 600 disques. La deuxième s’appuie sur son expérience de chercheur et d’enseignant à l’ISM (institut supérieur de musique) de Tunis qu’il a créé en 1982. Enfin, la troisième expérience est celle déjà évoquée du centre de musiques traditionnelles créé dans le sultanat d’Oman. Le répertoire musical, très riche et varié, est représenté dans une collection sonore qui couvre tout le terrain d’Oman. Très largement soutenu par l’UNESCO, ce projet ne donne encore aucun accès au grand public. Enfin, parmi les outils à constituer, il s’avèrerait très productif de dresser une carte musicale du Maghreb qui valorisant les travaux réalisés dans le domaine ethnomusicologique. En effet, ombre d’études ont été menées mais malheureusement, la plupart demeurent dans l’obscurité : la matière existe mais elle n’est pas archivée, diffusée, distribuée.

D’après Mahmoud Guettat  la culture musicale algérienne est encore méconnue et elle offre une matière abondante pour la recherche, laissant imaginer la richesse des recherches à venir. En tant qu’enseignant, il considère comme essentiel de trouver un équilibre entre l’enseignement de la musique traditionnelle, trop souvent oubliée, et celui de la musique classique.  La profusion des recherches sur la Nouba ne devraient pas en empêcher d’autres sur les musiques populaires. Car la recherche doit aussi servir à balayer les lieux communs. Il faudrait dépasser certains mythes comme celui du système tonal et de l’échelle à 24 quarts de ton institué comme modèle musical, refuser de continuer à colporter l’idée d’une origine mythique de la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, arrêter d’essayer de reconstituer la musique antique ou médiévale à partir des musiques du Maghreb… Nombreux sont les clichés qui ont la vie dure ! Et pourtant, il est évident qu’au fil des ans, des siècles, le répertoire n’a pas seulement été copié mais il a été enrichi, modifié profondément. Il est temps désormais de revenir sur les corpus, de les écouter, de partir sur le terrain pour des lectures musicologiques et saisir les marqueurs dans la société, de réaliser un vrai travail critique, exhaustif, sur l’histoire musicale de la musique  algérienne et d’aiguillonner les étudiants vers une recherche loin de tous préjugés. Un enseignement de ce type ne peut se fonder sur la reproduction pétrifiée d’un répertoire, il doit laisser la place au changement, aux réinterpréations, à la création. Dans cette dynamique, toutes les universités du Maghreb doivent s’ouvrir vers l’étude des musiques du monde dans leur ensemble…

A une question dans la salle sur l’existence de collectes sur la musique berbère en Tunisie, Mahmoud Guettat souligne que cette musique est bien vivante dans le Sud du pays. Pour lui, c’est bien la preuve que la musique n’a rien à voir avec les frontières politiques et que parfois, si elle a été étouffée, elle peut ressurgir ou réapparaître, « digérée » dans des régions limitées. Au chercheur de la découvrir.

La conférence de Maya Saidani, membre du comité organisateur de ces journées, a rappelé les missions du CNRPAH en insistant sur la volonté de l’Algérie de rompre son isolement. Trois axes dominent les projets à venir : la formation, la numérisation des sources à grande échelle et leur structuration, et surtout bien entendu, ne jamais cesser de faire de la recherche. Pour étayer cette position, dans une dernière série de conférences, Jürgen Elsner, Pierre Augier et Abdelmadjid Merdaci ont présenté leurs différentes recherches dans le domaine. Enfin, Youssef Nassib a listé l’ensemble des recommandations émanant de ces deux journées afin que tous les projets à venir puissent en tenir compte.

En conclusion, Slimane Hachi (directeur du CNRPAH) a exprimé tout l’intérêt qu’il a porté à l’ensemble des communications, confiant à l’auditoire qu’il était bien loin d’imaginer la qualité des résultats lorsqu’il avait confié la direction scientifique de ces journées à Maya Saidani. Non seulement elles se sont avérées riches de propositions et encourageantes pour l’avenir mais elles sont aussi venues confirmer la place capitale de l’ethnomusicologie en tant que discipline dans le travail d’inventaire à mener pour l’UNESCO sur le patrimoine immatériel en Algérie. Slimane Hachi a confirmé la volonté du CNRPAH de prendre une place centrale dans les questions de culture en Algérie, de la préhistoire à nos jours. Si le Ministère de la Culture est le responsable et le comptable de l’état de santé du patrimoine culturel algérien, le CNRPAH, lui, en est le bras scientifique. La rigueur des méthodes engagées, des cheminements que le laboratoire a suivis, valident ce choix. A la différence de l’inventaire classique demandé par l’UNESCO, la base de données sur le patrimoine immatériel de l’Algérie qui va être mise en place, est un acte de souveraineté nationale : il s’agira d’un chantier permanent. Les thèses, les articles, les ouvrages, les films, les entretiens, les analyses multiples et les supports sous toutes leurs formes qui pourront y être intégrés seront collectés par des scientifiques, qu’ils appartiennent au CNRPAH ou à son réseau de collaborateurs. Ils pourront y verser tout les savoir  qu’ils ont accumulés depuis des années et ceux des années à venir. Cette base de données constituera un véritable  vivier pour former les futurs cadres de la nation dans le domaine culturel et offrira des outils permanents et structurels pour consolider la mise en place d’une école doctorale sur l’ensemble du patrimoine immatériel : savoir faire, ethnomusicologie, littérature orale… Des appels internationaux seront lancés pour récupérer le patrimoine algérien collecté par les chercheurs étrangers et les programmes de coopération seront amplifiés. De beaux projets en perspective, à suivre sur le site du CNPRAH.

Le programme des journées : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

Le compte rendu du 3 octobre 2010 : http://phonotheque.hypotheses.org/3904

Crédits photographiques : vue du port d’Alger ; Véronique Ginouvès, Nasredine Baghdadi et Hadj Miliani (de gauche à droite) ; Mehena Mahfoufi discute avec Mahmoud Guettat (de dos) ; Maya Saidani (au micro) et Mahmoud Guettat ; Mahmoud Guettat, Pierre Augier et Jürgen Elsner (de gauche à droite) ; Maya Saidani, Slimane Hachi et Youssef Nassib (de gauche à droite). Photographies de V. Ginouvès, octobre 2010.

  1. Bartók and Arab Folk Music PC CD-ROM. UNESCO, European Folklore Institute, Institute for Musicology of HAS, Ministry of Cultural Heritage. Budapest, 2006. []
  2. Mahmoud Guettat. Musiques du monde arabo-musulman : guide bibliographique et analogiques. Approche analytique et critique. Dãr Al-‘Uns, 2004. 243p. []

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, première journée (3 octobre 2010)

Depuis la ratification par l’Algérie de la convention de l’UNESCO DE 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le Ministère de la culture algérien s’est engagé sur la réalisation d’un inventaire de ce patrimoine sur le sol national et a confié cette mission au CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques). Cet inventaire, Slimane Hachi directeur du CNRPAH, l’envisage comme un chantier ouvert et permanent, qu’il rapproche – non sans humour – aux constructions des maisons algériennes pour lesquelles on prévoient toujours de construire un nouvel étage sur la terrasse…  Pour réaliser au mieux cette entreprise, le CNRPAH organise régulièrement des journées thématiques dans une volonté de formation et de réflexion sur le patrimoine immatériel et ce dans toutes les disciplines. Déjà des journées d’étude avaient été organisées en 2008 sur la littérature orale. Le centre est en train d’en programmer de nouvelles, sur tous les thèmes qui touchent au patrimoine immatériel.  Le programme scientifique de celles d’octobre a été élaboré par Maya Saidani, maître de conférence à l’école normale supérieure d’Alger, et Ouiza Gallleze, philosophe. Les musiques algériennes de tradition orale sont riches, multiples et certaines demandent encore à être mieux connues.  Dans cette quête de la préservation et de la valorisation du patrimoine immatériel, le CNRPAH a plusieurs projets et il en est un que Maya Saidani porte depuis longtemps : pouvoir numériser et traiter les archives sonores musicales déposées dans le centre. Une quinzaine de jours avant ces journées, le centre a justement reçu une station de numérisation du son. Elle va être installée très vite et sera mise au service de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel. C’est dans cette effervescence qu’ont eu lieu à Alger, les 3 et 4 octobre 2010, ces rencontres sur l’ethnomusicologie.

Slimane Hachi, directeur du CNRPAH, Louise Gallezez, philosophe, et Maya Saidani, ethnomusicologue, lors de l'ouverture des journées sur l'ethnomusicologie le 3 octobre 2010

Ces deux journées se sont avérées d’une extrême densité. Elles ont été également très constructives pour le CNRPAH, qui a pu y puiser des idées non seulement pour la mise en place de l’inventaire du patrimoine immatériel algérien à préserver mais aussi pour la création de la cellule de numérisation et d’archivage des entretiens de terrain qui sera mise en production très prochainement au sein du centre.

Trois axes orientaient les discussions : la définition de la discipline et ses perspectives, la  formation à l’ethnomusicologie au niveau des doctorats, les questions de numérisation et d’archivage du patrimoine musical. En guise d’introduction, les interventions sur les questions de définition de ces deux journées se sont appuyées sur deux colloques internationaux organisés au CNRPAH en 2007 et 2009 et qui avaient déjà tenté de définir les études algériennes du domaine. Mehenna Mafoufi a rappelé combien l’Algérie avait été arpentée par des passionnés, démontrant la variété de la substance musicale et l’importance de l’inscription anthropologique et sociale de ces musiques. Il a rappelé les noms des pionniers qui ont commencé à raconter cette musique aux nombreux pays et aux multiples facettes : Francisco Salvador Daniel (1831-1871), Bela Bartok venu enregistrer en Afrique du Nord en 1913, Robert Lachmann (1892-1939) ethnomusicologue allemand spécialiste de la musique kabyle, Paul Arma 1904-1987), compositeur français d’origine hongroise qui vint collecter en Algérie en 1954, et tant d’autres plus contemporains dont Jürgen Elsner venu de Berlin présenter ses recherches de terrain menées il y a bien longtemps. Car la musique algérienne a intéressé et intéresse de nombreux ethnomusicologues.

Mehenna Mafoufi, Jürgen Elsner et Jean Lambert

Pour entamer les discussions d’un bon pied, Jean Lambert et Jürgen Elsner avaient la mission de définir le terme d’ethnomusicologie. Mais à la fin de la séance, tous les participants se demandaient si le terme était finalement bien adéquat. Les définitions de cette discipline hybride, créée dans les années 1950, se comptent par dizaines …  Peu importe, comme le répètera dans les discussions Maya Saidani, chercheure au CNRPAH et à l’origine du programme scientifique de ces journées, l’important c’est de commencer à travailler sur les musiques de tradition orale nationales et d’asseoir cette discipline en Algérie.

Cette tradition orale, d’où émanent les musiques étudiées par l’ethnomusicologie, est certes difficile à comprendre par des publics éduqués dans le cadre de programmes qui proposent de longs processus d’apprentissages par l’écriture. Dans les réticences à l’étude de ces musiques, il faut aussi prendre conscience que les formes de la musique habituelles aux oreilles des occidentaux sont limitées à sept notes, une gamme hégémonique qui ne rend pas compte des variétés d’échelles à travers le monde. Selon Jürgen Elsner, il est essentiel de se détacher de l’histoire occidentale pour comprendre les musiques de tradition orale qu’il faut écouter en intégrant la multitude de cultures et de régions. Quant aux musiques du Maghreb, Mahmoud Guettat, fondateur de l’ISM (Institut Supérieur de Musicologie) de Tunis souligne qu’elles sont encore, pour beaucoup, à découvrir et qu’il serait précieux d’en dresser une cartographie. Car la matière existe mais elle n’est ni archivée, ni diffusée, ni distribuée. Parmi les expériences qui lui sont parues exemplaires, il a décrit celle du sultanat d’Oman où un centre de musique traditionnelle a réalisé un travail de terrain en profondeur, présentant un répertoire riche et varié qui couvre tout le terrain d’Oman.

Mehenna Mafoufi et Mahmoud Guettat

Si on veut pouvoir mettre en œuvre de véritables recherches scientifiques, il convient de dépasser certains clichés qui ont la peau dure. Ainsi, il est primordial de trouver un équilibre entre musique populaire et musique classique car le plus souvent c’est au détriment de la musique populaire que les recherches s’engagent ; il faut aussi dépasser le mythe des origines qui jusqu’ici présente la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, alors qu’elle n’a cessé d’être en évolution et qu’elle s’appuie sur une école antérieure, l’école du Maghreb… La matière est riche mais elle est mal connue et Mahmoud Guettat nous invite à écouter les corpus, revenir sur le terrain, sortir la musicologie de l’histoire fabuleuse et mythique qui limite le cheminement scientifique.

L’après-midi, la numérisation et l’archivage étaient au cœur des interventions. Le laboratoire attendait des conférenciers des conseils et des orientations en la matière. Il est apparu clairement, dans la communication de Véronique Ginouvès ou dans celle de Jean Lambert que cette numérisation n’a de sens que si elle permet de restituer l’analyse du document sonore et le contexte de sa production pour que le document puisse être exploité. Jean Lambert l’a exprimé en décrivant le long travail de classification qu’il a mené sur le chant de Sanaa et Fayçal Belkelfat un travail collectif d’inventaire du patrimoine musical maghrébo-andalou qui sera bientôt publié par le Ministère de la Culture algérien.

La journée s’est terminée par le concert d’un groupe d’hommes originaires des hauts plateaux (nord est), les Chaouis, qui ont interprété un répertoire de chant non mesuré très ancien, le çrâwî. Certains y ont entendu les échos des enquêtes de Bela Bartok enregistrées à Birkra en 1913. Un moment magique et serein après une journée où les discussions fusaient. Une belle occasion d’ouvrir nos oreilles aux musiques algériennes de tradition orale, d’imaginer les bergers danser, avec leurs troupeaux, sur les montagnes des Aurès.

Le programme : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

A suivre dans un prochain billet, la synthèse de la journée du 4 octobre.

Quelques images du concert


Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques
et historiques)