Archives du mot-clé ethnomusicologie

Murmures de la foggara – 23 mars 2012, amphithéâtre de la MMSH

A la suite de la journée d’étude Collecter le patrimoine culturel immatériel : Pratiques, usages, bricolage de l’inventaire vendredi 23 mars à la MMSH, Maya Saidani présentera son film Murmures de la foggara. Ce film,  réalisé en 2011, en collaboration avec le réalisateur Mohamed Yargui, raconte les aventures de Mohamed Ben Ali Ben Sadiq, récit de vie  à la croisée de deux langues, de deux cultures similaires en apparence, celle du Touat et celle du Gourara. Le film, pièce d’un ensemble de 12 collectes audiovisuelles, est  l’occasion d’inventorier les danses et les répertoires musicaux de la région de Timimoune et Adrar, dans le sud ouest algérien.

Durée : 52 minutes.

Lieu : amphithéâtre de la MMSH

Horaire : 18h-19h

Auteur : Maya Saidani est ethnomusicologue au CNRPAH, engagée dans l’inventaire du PCI en Algérie.

Babel Med Music : dissémination des musiques de la Méditerranée à Marseille

Depuis 2005 se tient à Marseille à la fin du mois de mars et pendant trois jours, un des plus grands marchés mondial des musiques du monde : Babel Med Music. Des professionnels venus de plus de 60 pays utilisent cet « espace marché » pour développer leurs activités, détecter de nouvelles tendances, échanger, découvrir des artistes. Le public marseillais découvre principalement le monde de Babel Med le soir, à travers sa superbe programmation musicale. Cette année encore il sera possible d’aller écouter dans les salles des « Docks des Suds » une dizaine de spectacles tous les soirs et profiter d’une salle de projection dédiée pour visionner des documentaires et des concerts.

Mais la journée, seuls les professionnels de la musique peuvent y entrer : programmateurs, responsables de festivals, musiciens, institutions représentant le spectacle vivant, directeurs de labels, journalistes… C’est tout un monde qui s’active sur les 2000m² qui ont été mis à sa disposition, autour de stands (130 en 2010), de lieux de convivialité créés pour l’occasion et d’un espace de projection. Chaque année, des conférences qui éclairent un angle des musiques traditionnelles sur la région PACA est organisées par le service des musiques et danses traditionnelles et du monde d’ARCADE, souvent en collaboration avec l’IRMA et/ou la FAMDT. Je n’ai pas participé à tous ces rendez-vous mais ceux auxquels j’ai pu assister ont été des moments de rencontre riches et passionnants :  en 2006 il s’agissait d’évoquer l’adoption par l’Unesco de la Convention sur la sauvegarde du Patrimoine immatériel puis l’année suivante c’était la singularité des musiques traditionnelles qui était interrogée à travers un clin d’oeil sous forme d’aphorisme Les musiques traditionnelles ne sont pas un long fleuve tranquille (2007). L’année dernière il était question des “petits lieux” de la diversité (2010).  Cette année Philippe Fanise propose une table ronde sur le thème Roms et Gitans en Provence : un patrimoine culturel et humain à sauvegarder, thème dont il explicite clairement l’actualité dans son texte de présentation :

« Leurs musiques, Oui ! mais eux, Non ! » En même temps que se manifeste depuis plusieurs années un regain d’intérêt pour les musiques et cultures du monde rom et gitan – musiques gitanes, gypsy music, jazz manouche, ensembles tsiganes, fanfares et tarafs d’Europe orientale, cirque, cinéma – et que l’UNESCO inscrit le Flamenco au Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité, on observe en France et en Europe une recrudescence du rejet et de la discrimination à l’encontre des communautés roms et des « Gens du voyage ».

Cette table-ronde réunit des artistes gitans et roms de familles française, espagnole, russe, roumaine, italienne, des associations culturelles locales, des chercheurs et élus régionaux pour s’interroger sur ce paradoxe qui n’épargne pas la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, espace privilégié de sédentarisation et de passage de nombreux gitans et roms depuis des siècles, terre de flamenco et de rumba, où a lieu chaque année le plus célèbre pèlerinage gitan du monde aux Saintes-Maries de la Mer.

Philippe Fanise animera cette table-ronde où artistes, chercheurs, responsables de festival, élus et acteurs sociaux se rencontreront pour discuter :

- Jean Fernandez, dit « Tchoune », chanteur gitan aixois, interprète du spectacle « Chants sacrés gitans en Provence » produit par Opus 31 (sélection Babel Med Music 2011)

- Claudio Cavallo Giagnotti, chanteur rom de Mascarimiri (Italie du sud). Projet Gitanistan auprès des tsiganes du Salento, (Dilino, Centre des musiques alternatives et de Méditerranée)

- Armelle Audigane, conteuse rom d’origine russe de la Compagnie Audigane, installée dans le Var. Spectacles itinérants de contes et musiques tsiganes.

- Ghitsa Iorga, musicien rom roumain, fondateur de Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie, basée à Marseille.

- Laurence Janner, metteur en scène, et Nicolas Martin, cinéaste, co-fondateurs de Latcho Divano, Festival des cultures tsiganes à Marseille.

- Emilia Sinsoilliez-Iorga, présidente de Bari Bahtali, association marseillaise de promotion et diffusion de la culture tsigane.

- André Gabriel, professeur de musique provençale (Conservatoires de Marseille et Avignon), auteur d’une exposition de santons sur les boumians (bohémiens) dans l’imaginaire provençal.

- Marc Bordigoni, anthropologue, chercheur CNRS à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, auteur du livre « les Gitans » dans la collection «Idées Reçues»

- Alain Fourest, président de Rencontres Tsiganes en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

- Association de lutte contre les discriminations et pour la défense des droits des tsiganes.

- Cécile Février, médiatrice de l’association Petit-à-Petit. Projet « Partage de mémoires tsiganes » à Arles, commandité par le Museon Arlaten en partenariat avec Marseille-Provence 2013.

- Gaëlle Lenfant, Vice-Présidente de la Région PACA chargée des solidarités, prévention, sécurité et lutte contre les discriminations.

La rencontre se terminera en musique avec Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie basée à Marseille. Pour y participer, il faut vous inscrire très vite (avant lundi 21 mars) auprès d’ARCADE.

Il y a d’autres rencontres qui sont présentées pendant les trois jours de Babel Med : n’hésitez pas à y aller !

British-Library-201102

Une après-midi à la British Library Sound Archive

L’installation de la Bristish Library dans un nouveau bâtiment à Saint-Pancras avait pour objectif de regrouper l’ensemble des collections éparpillé sur plusieurs sites londoniens.  Le bâtiment, dont la construction s’est terminée en 1998, été conçu comme évolutif ; le département des documents sonores l’a intégré en 2007. Les crédits alloués à cette bibliothèque nationale ne sont sans doute pas à la hauteur des exigences du projet initial mais les archives sonores ont réussi à y faire entendre leur voix.

La Bristish Libray Sound Archive conserve plus de 3 millions d’enregistrements dont plus d’un million de disques, 200 000 milles bandes magnétiques et 3000 cylindres. Le dépôt légal des documents sonores édités n’existe pas au Royaume Uni aussi les documents inédits occupent  naturellement une place importante dans les collections (10% environ de la totalité). Voilà un bref compte-rendu d’une visite professionnelle que j’ai pu faire le 4 février dernier où j’ai rencontré les responsable de quatre services différents  : la conservation, le catalogage, l’ethnomusicologie et l’histoire orale.

Will Prentice, qui dirige  le Technical Services, Sound & Vision1 a présenté  les installations techniques. Ce département a largement bénéficié de l’installation dans le nouveau bâtiment de Saint-Pancras avec la création de 3 studios de numérisation, l’acquisition de serveurs, de  logiciels et  de machines de numérisation et le matériel de nettoyage des différents supports sonores source. Plus de 4000 heures ont ainsi été numérisées entre 2008 et 2011 (format wave 96khz/32bits) avec le logiciel Wavelab.

Le cataloge est déployé sur le logiciel Dynix (Symphony). Il n’est pas encore intégré à l’ensemble du catalogue de la British Library qui, lui, l’est sur Aleph. Antony Gordon, Senior Cataloguer, en est l’administrateur système. Les recherches sur le catalogue se font donc de façon indépendante soit sur l’ensemble des enregistrements organisés en 8 grandes thématiques2 soit sur les enregistrements accessibles en ligne (23 200 items) organisé suivant 32 corpus.

Le département d’ethnomusicologie que dirige Janet Topp Fargion a analysé et mis en ligne de nombreux documents de terrain. Parmi les 244 cylindres enregistrés entre 1898 et 1915 vous pouvez écouter en ligne des musiques traditionnelles d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande mais aussi d’Australie, d’Inde et du Pakistan : Inanim na pina est une belle interprétation de Kripa Ram Bali enregistré par un aristocrate anglais  Arthur Fox Strangways (1859-1948) en 1911 dans le Hindostan.  Plus récents, les enregistrements réalisés par Klaus Wachsmann (1907-1984) en Ouganda, où on peut entendre par exemple ce chant à boire très joyeux (1954) ou, plus près de nous encore, ce Réel entrainant3 Les questions de droit et d’éthiques sont au centre des problématiques de ce service qui réfléchit à la façon dont les archives vont pouvoir être diffusées en ligne en s’appuyant sur les démarches proposées par la WIPO4. L’onglet Legal and ethical usage explicite la démarche de la Bristish Libray Sound Archives.

En Grande-Bretagne – comme en France5 – la pression des financeurs est forte pour que les documents sonores soient mis en ligne. Il est ainsi toujours difficile pour les phonothèques de traiter les documents anciens qui ne peuvent être diffusés librement faute de  pouvoir retrouver les témoins pour leur demander leur accord. Le département d’histoire orale dirigé par Robert Perks6 a développé une stratégie très intéressante afin de bénéficier de financements substantiels dans l’objectif de constituer des archives d’histoire orale conséquentes.  Il a créé en 1987 la National Life Stories qui finance des chercheurs pour la collecte de récits de vie pour lesquels l’ensemble des questions de droit sont réglées. Le département d’histoire orale de la bibliothèque nationale  présentait d’ailleurs en ce début d’année 2011 une grande exposition sur les langues et les dialectes dans le Royaume-Uni.

Le dynamisme de ce département est aussi lié aux différentes associations internationales auxquelles les professionnels de l’information participent activement : IASA (International Association of Sound and Audiovisual Archives), IAML ou AIBM (international association of music libraries and documentation) et IOHA 5International Oral History Association). Les archives sonores inédites trouvent leur place dans les institutions nationales et peu à peu les masses critiques des collections augmentent intéressant un public toujours plus nombreux, et c’est tant mieux.

Crédits photographiques : entrée de la British Library – Saint-Pancras, département des archives sonores de la BL, par Véronique Ginouvès, 4 février 2011.


  1. Sur cette couverture de Playback (n°43), la revue que la Bristish Library Sound Archive a publié jusqu’en 2010, vous pouvez voir Will Prentice en train de donner une formation []
  2. Langues et dialectes, Art – littérature et théâtre, Musique classique, Environnement et nature, Jazz et musique populaire, Histoire orale, Documents historiques, Musique traditionnelle []
  3. Interprété par “Big John” (bodhran). Blaney, Frank (banjo). Hall, Reg (piano). Malynn, Paddy (accordion). O’Neill, Kathleen (fiddle). Power, Jimmy, 1918- (fiddle). Sheridan, Tommy (uilleann pipes). Waldren, Kathrine (flute). []
  4. The World Intellectual Property Organization []
  5. Voir le point 4 de l’introduction de Florence Descamps à la journée du 30 novembre 2010, “Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles” []
  6. Robert Perk dirige le Oral History Society Journal []

Cartographie des pratiques musicales en Colombie

Au sein de la bibliothèque nationale de Colombie, le Centre de Documentation Musicale a développé un site de cartographie des musiques traditionnelles nationale avec le soutien du Ministère de Culture. Voilà l’occasion de découvrir un pays d’une diversité peu commune : le seul pays d’Amérique du Sud qui soit à à la fois sur l’océan Pacifique et sur la mer des Caraïbes, qui passe des Andes à l’Amazonie et dont la biodiversité est reconnue comme l’une des plus riches de la planète. Sa musique, elle aussi, est riche, multiple, éblouissante et complexe car elle puise dans les nombreuses cultures et langues qui composent ce pays. Le site vous fait voyager à travers tout le territoire, à partir de deux axes : les musiques traditionnelles et les festivals de musique (de tous types de musique). Des vidéos, des film pédagogiques, des notices documentaires, des enregistrements sonores, des photographies et un thesaurus documentent la musique de Colombie. Dommage que le système choisi pour la mise en oeuvre du site ne permette pas la citabilité des pages,  mais des évolutions sont en cours et il faudra suivre les modifications à venir de ce site car l’occasion est trop rare de connaître et comprendre ces musiques.

Pour vous donnez une idée de cette richesse, écoutez Melba Nancy, de l’île de Providencia, en Colombie calypso traditionnelle interprétée par le groupe Roots Radical avec Roger Fox (guitare, voix), Carlos May – “Suku” (tub-bass, voix), Rolando Brian (jawbone), Esebio Alcàzar (maracas), Tini Martinez (mandoline) et Avelino – “Coyote” Whitaker en invité pour le chant. Ou encore, cette Mazurca traditionnelle , toujours de l’île de Providencia,  interprétée par le groupe El Polvorete, avec Trujillo Hawkins à l’accordéon diatonique, Avelino – “Coyote” Whitaker (guitare, voix), Jorge – “Kepe” Hyman (maracas, voix), Rodolfo Robinson (jawbone, voix) et Max Alex Mac Lean (tub-bass, voix). [Musique en CC]

Notice de présentation du site sur Aldébaran (en langue espagnole, résumé en français) : http://aldebaran.revues.org/6580

Crédits photographiques : musiciens sur l’île de San-Andres, Chevaux dans la mer Caraïbes, île de Providencia. Photographies de Véronique Ginouvès, septembre 2009.

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, deuxième journée (4 octobre 2010)

La deuxième journée des rencontres d’Alger sur le patrimoine immatériel avaient deux objectifs concrets. Il s’agissait  d’une part de  faire des propositions pour organiser des projets de numérisation et de diffusion de sources sonores et audiovisuelles dans le domaine de l’ethnomusicologie mais aussi de mettre en place un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie.

Discutante de la première séance, je n’ai pu prendre toutes les notes nécessaires à la retransmission des communications de Nasredine Baghdadi, directeur des archives de la radio nationale algérienne et de Hadj Miliani, professeur en littérature comparée à l’université d’Oran.  N. Baghdadi a relaté point par point la chaîne de traitement numérique mise en place pour les archives sonores radiodiffusées  tandis que H. Miliani  présentait la construction d’un catalogue des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000).  Cette dernière intervention, très documentée, a mis en lumière tout l’intérêt à ne pas se limiter aux seuls documents de terrain dans la collecte. Il est encore possible d’identifier des documents édités chez de nombreux collectionneurs, ces enregistrements sont fragiles, complexes dans leur histoire éditoriale et il est capital de les numériser et de les cataloguer aux côtés des enregistrements de terrain. A l’écoute des interventions, il apparaît fondamental d’introduire dans le système d’enseignement algérien les digital humanities, discipline qui émerge progressivement en Europe. Les besoins en terme de formation et de réalisations numériques sont importants chez les chercheurs algériens. Ils pourront s’appuyer sur les méthodes et les outils développés par cette jeune communauté pour travailler sur la structuration des données et leur édition.

La question de l’enseignement est au coeur des missions du CNRPAH . Une école doctorale d’archéologie a déjà été mise en place. Elle accueille des étudiants licenciés en archéologie pour préparer un magister (le Master en Europe) ou un doctorat dans le domaine. Dans la même lignée, va être mis en place en 2011 au CNPRHA un nouveau programme pour les métiers de la culture, sur le patrimoine culturel immatériel. L’ethnomusicologie fera partie intégrante du projet. Dans une conférence introductive, Mehena Mahfoufi, ethnomusicologue, a dressé un état des lieu des différentes catégories des musiques algériennes qui pourraient intéresser les études d’ethnomusicologie en s’appuyant sur son expérience de terrain en Kabylie. Pour pouvoir être étudiées dans leur complexité, ces catégories sont destinées à se répondre : musiques professionnelles et non professionnelles, musiques religieuses et profanes, musiques familiales et publiques, pratiques féminines et masculines… Au-delà de la catégorisation, il est également nécessaire d’aménager de nouvelles formes d’écriture de la musique. En effet, l’écriture de la musique occidentale s’avère insuffisante pour les musiques traditionnelles. A titre d’exemple, Mehena Mahfoufi a évoqué le concert organisé la veille par le CNRPAH sur la musique de type “Sraoui”. Il a rappelé à l’auditoire un son étonnant et récurrent qui s’entendait, une sorte de gloussement effectuée par le chanteur. Voilà un élément vocal évoqué déjà  Bartok1 lors de ses collectes en 1913, impossible à noter sur les partitions classiques…

Cette intervention a donné lieu à un débat sur la question des aires culturelles : quelles sont celles qui doivent être l’objet d’étude de la discipline ? A la question,  ”Le genre musical dépasse-t-il les frontières nationales ?” l’auditoire est unanime, oui la musique ne se préoccupe pas des frontières. Par contre la question de la dénomination de la musique en fonction d’une aire (quelle qu’elle soit) enflamme la discussion. Ainsi peut-on utiliser le terme de “musique arabo-musulmane supranationale” ? Pour Mahmoud Guettat, l’entité “arabo-musulmane supranationale” repose musique modale, éloignée de la musique tempérée et tonale de l’occident. De cette musique modale, un fil conducteur (qui reste encore à analyser avec précision) permettrait à un marocain -par exemple- d’être sensible à la musique iranienne ou turque. En réponse à cet argumentaire, plus d’un participant rappelle que la modalité existe dans nombre de musiques traditionnelles qui ne font pas partie du monde musulman, à commencer par l’Australie… Mais tous s’accordent à dire que l’ethnomusicologie doit, en tout cas, s’attacher aux diversités locales, plutôt que de produire des discours génériques sur les pays.

Dans sa conférence Mahmoud Guettat avait pour objectif de proposer des méthodes à mettre en œuvre pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb et il a commencé par souligner le travail qui restait à faire.. Il s’est appuyé sur trois expériences concrètes. La première a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2004, réédité en 2009 par le ministère de la culture algérien sur la musique du monde arabo musulman2 qui présente une bibliographie analytique et critique de plus de 2000 titres d’ouvrages et de 600 disques. La deuxième s’appuie sur son expérience de chercheur et d’enseignant à l’ISM (institut supérieur de musique) de Tunis qu’il a créé en 1982. Enfin, la troisième expérience est celle déjà évoquée du centre de musiques traditionnelles créé dans le sultanat d’Oman. Le répertoire musical, très riche et varié, est représenté dans une collection sonore qui couvre tout le terrain d’Oman. Très largement soutenu par l’UNESCO, ce projet ne donne encore aucun accès au grand public. Enfin, parmi les outils à constituer, il s’avèrerait très productif de dresser une carte musicale du Maghreb qui valorisant les travaux réalisés dans le domaine ethnomusicologique. En effet, ombre d’études ont été menées mais malheureusement, la plupart demeurent dans l’obscurité : la matière existe mais elle n’est pas archivée, diffusée, distribuée.

D’après Mahmoud Guettat  la culture musicale algérienne est encore méconnue et elle offre une matière abondante pour la recherche, laissant imaginer la richesse des recherches à venir. En tant qu’enseignant, il considère comme essentiel de trouver un équilibre entre l’enseignement de la musique traditionnelle, trop souvent oubliée, et celui de la musique classique.  La profusion des recherches sur la Nouba ne devraient pas en empêcher d’autres sur les musiques populaires. Car la recherche doit aussi servir à balayer les lieux communs. Il faudrait dépasser certains mythes comme celui du système tonal et de l’échelle à 24 quarts de ton institué comme modèle musical, refuser de continuer à colporter l’idée d’une origine mythique de la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, arrêter d’essayer de reconstituer la musique antique ou médiévale à partir des musiques du Maghreb… Nombreux sont les clichés qui ont la vie dure ! Et pourtant, il est évident qu’au fil des ans, des siècles, le répertoire n’a pas seulement été copié mais il a été enrichi, modifié profondément. Il est temps désormais de revenir sur les corpus, de les écouter, de partir sur le terrain pour des lectures musicologiques et saisir les marqueurs dans la société, de réaliser un vrai travail critique, exhaustif, sur l’histoire musicale de la musique  algérienne et d’aiguillonner les étudiants vers une recherche loin de tous préjugés. Un enseignement de ce type ne peut se fonder sur la reproduction pétrifiée d’un répertoire, il doit laisser la place au changement, aux réinterpréations, à la création. Dans cette dynamique, toutes les universités du Maghreb doivent s’ouvrir vers l’étude des musiques du monde dans leur ensemble…

A une question dans la salle sur l’existence de collectes sur la musique berbère en Tunisie, Mahmoud Guettat souligne que cette musique est bien vivante dans le Sud du pays. Pour lui, c’est bien la preuve que la musique n’a rien à voir avec les frontières politiques et que parfois, si elle a été étouffée, elle peut ressurgir ou réapparaître, « digérée » dans des régions limitées. Au chercheur de la découvrir.

La conférence de Maya Saidani, membre du comité organisateur de ces journées, a rappelé les missions du CNRPAH en insistant sur la volonté de l’Algérie de rompre son isolement. Trois axes dominent les projets à venir : la formation, la numérisation des sources à grande échelle et leur structuration, et surtout bien entendu, ne jamais cesser de faire de la recherche. Pour étayer cette position, dans une dernière série de conférences, Jürgen Elsner, Pierre Augier et Abdelmadjid Merdaci ont présenté leurs différentes recherches dans le domaine. Enfin, Youssef Nassib a listé l’ensemble des recommandations émanant de ces deux journées afin que tous les projets à venir puissent en tenir compte.

En conclusion, Slimane Hachi (directeur du CNRPAH) a exprimé tout l’intérêt qu’il a porté à l’ensemble des communications, confiant à l’auditoire qu’il était bien loin d’imaginer la qualité des résultats lorsqu’il avait confié la direction scientifique de ces journées à Maya Saidani. Non seulement elles se sont avérées riches de propositions et encourageantes pour l’avenir mais elles sont aussi venues confirmer la place capitale de l’ethnomusicologie en tant que discipline dans le travail d’inventaire à mener pour l’UNESCO sur le patrimoine immatériel en Algérie. Slimane Hachi a confirmé la volonté du CNRPAH de prendre une place centrale dans les questions de culture en Algérie, de la préhistoire à nos jours. Si le Ministère de la Culture est le responsable et le comptable de l’état de santé du patrimoine culturel algérien, le CNRPAH, lui, en est le bras scientifique. La rigueur des méthodes engagées, des cheminements que le laboratoire a suivis, valident ce choix. A la différence de l’inventaire classique demandé par l’UNESCO, la base de données sur le patrimoine immatériel de l’Algérie qui va être mise en place, est un acte de souveraineté nationale : il s’agira d’un chantier permanent. Les thèses, les articles, les ouvrages, les films, les entretiens, les analyses multiples et les supports sous toutes leurs formes qui pourront y être intégrés seront collectés par des scientifiques, qu’ils appartiennent au CNRPAH ou à son réseau de collaborateurs. Ils pourront y verser tout les savoir  qu’ils ont accumulés depuis des années et ceux des années à venir. Cette base de données constituera un véritable  vivier pour former les futurs cadres de la nation dans le domaine culturel et offrira des outils permanents et structurels pour consolider la mise en place d’une école doctorale sur l’ensemble du patrimoine immatériel : savoir faire, ethnomusicologie, littérature orale… Des appels internationaux seront lancés pour récupérer le patrimoine algérien collecté par les chercheurs étrangers et les programmes de coopération seront amplifiés. De beaux projets en perspective, à suivre sur le site du CNPRAH.

Le programme des journées : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

Le compte rendu du 3 octobre 2010 : http://phonotheque.hypotheses.org/3904

Crédits photographiques : vue du port d’Alger ; Véronique Ginouvès, Nasredine Baghdadi et Hadj Miliani (de gauche à droite) ; Mehena Mahfoufi discute avec Mahmoud Guettat (de dos) ; Maya Saidani (au micro) et Mahmoud Guettat ; Mahmoud Guettat, Pierre Augier et Jürgen Elsner (de gauche à droite) ; Maya Saidani, Slimane Hachi et Youssef Nassib (de gauche à droite). Photographies de V. Ginouvès, octobre 2010.

  1. Bartók and Arab Folk Music PC CD-ROM. UNESCO, European Folklore Institute, Institute for Musicology of HAS, Ministry of Cultural Heritage. Budapest, 2006. []
  2. Mahmoud Guettat. Musiques du monde arabo-musulman : guide bibliographique et analogiques. Approche analytique et critique. Dãr Al-’Uns, 2004. 243p. []

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, première journée (3 octobre 2010)

Depuis la ratification par l’Algérie de la convention de l’UNESCO DE 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le Ministère de la culture algérien s’est engagé sur la réalisation d’un inventaire de ce patrimoine sur le sol national et a confié cette mission au CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques). Cet inventaire, Slimane Hachi directeur du CNRPAH, l’envisage comme un chantier ouvert et permanent, qu’il rapproche – non sans humour – aux constructions des maisons algériennes pour lesquelles on prévoient toujours de construire un nouvel étage sur la terrasse…  Pour réaliser au mieux cette entreprise, le CNRPAH organise régulièrement des journées thématiques dans une volonté de formation et de réflexion sur le patrimoine immatériel et ce dans toutes les disciplines. Déjà des journées d’étude avaient été organisées en 2008 sur la littérature orale. Le centre est en train d’en programmer de nouvelles, sur tous les thèmes qui touchent au patrimoine immatériel.  Le programme scientifique de celles d’octobre a été élaboré par Maya Saidani, maître de conférence à l’école normale supérieure d’Alger, et Ouiza Gallleze, philosophe. Les musiques algériennes de tradition orale sont riches, multiples et certaines demandent encore à être mieux connues.  Dans cette quête de la préservation et de la valorisation du patrimoine immatériel, le CNRPAH a plusieurs projets et il en est un que Maya Saidani porte depuis longtemps : pouvoir numériser et traiter les archives sonores musicales déposées dans le centre. Une quinzaine de jours avant ces journées, le centre a justement reçu une station de numérisation du son. Elle va être installée très vite et sera mise au service de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel. C’est dans cette effervescence qu’ont eu lieu à Alger, les 3 et 4 octobre 2010, ces rencontres sur l’ethnomusicologie.

Slimane Hachi, directeur du CNRPAH, Louise Gallezez, philosophe, et Maya Saidani, ethnomusicologue, lors de l'ouverture des journées sur l'ethnomusicologie le 3 octobre 2010

Ces deux journées se sont avérées d’une extrême densité. Elles ont été également très constructives pour le CNRPAH, qui a pu y puiser des idées non seulement pour la mise en place de l’inventaire du patrimoine immatériel algérien à préserver mais aussi pour la création de la cellule de numérisation et d’archivage des entretiens de terrain qui sera mise en production très prochainement au sein du centre.

Trois axes orientaient les discussions : la définition de la discipline et ses perspectives, la  formation à l’ethnomusicologie au niveau des doctorats, les questions de numérisation et d’archivage du patrimoine musical. En guise d’introduction, les interventions sur les questions de définition de ces deux journées se sont appuyées sur deux colloques internationaux organisés au CNRPAH en 2007 et 2009 et qui avaient déjà tenté de définir les études algériennes du domaine. Mehenna Mafoufi a rappelé combien l’Algérie avait été arpentée par des passionnés, démontrant la variété de la substance musicale et l’importance de l’inscription anthropologique et sociale de ces musiques. Il a rappelé les noms des pionniers qui ont commencé à raconter cette musique aux nombreux pays et aux multiples facettes : Francisco Salvador Daniel (1831-1871), Bela Bartok venu enregistrer en Afrique du Nord en 1913, Robert Lachmann (1892-1939) ethnomusicologue allemand spécialiste de la musique kabyle, Paul Arma 1904-1987), compositeur français d’origine hongroise qui vint collecter en Algérie en 1954, et tant d’autres plus contemporains dont Jürgen Elsner venu de Berlin présenter ses recherches de terrain menées il y a bien longtemps. Car la musique algérienne a intéressé et intéresse de nombreux ethnomusicologues.

Mehenna Mafoufi, Jürgen Elsner et Jean Lambert

Pour entamer les discussions d’un bon pied, Jean Lambert et Jürgen Elsner avaient la mission de définir le terme d’ethnomusicologie. Mais à la fin de la séance, tous les participants se demandaient si le terme était finalement bien adéquat. Les définitions de cette discipline hybride, créée dans les années 1950, se comptent par dizaines …  Peu importe, comme le répètera dans les discussions Maya Saidani, chercheure au CNRPAH et à l’origine du programme scientifique de ces journées, l’important c’est de commencer à travailler sur les musiques de tradition orale nationales et d’asseoir cette discipline en Algérie.

Cette tradition orale, d’où émanent les musiques étudiées par l’ethnomusicologie, est certes difficile à comprendre par des publics éduqués dans le cadre de programmes qui proposent de longs processus d’apprentissages par l’écriture. Dans les réticences à l’étude de ces musiques, il faut aussi prendre conscience que les formes de la musique habituelles aux oreilles des occidentaux sont limitées à sept notes, une gamme hégémonique qui ne rend pas compte des variétés d’échelles à travers le monde. Selon Jürgen Elsner, il est essentiel de se détacher de l’histoire occidentale pour comprendre les musiques de tradition orale qu’il faut écouter en intégrant la multitude de cultures et de régions. Quant aux musiques du Maghreb, Mahmoud Guettat, fondateur de l’ISM (Institut Supérieur de Musicologie) de Tunis souligne qu’elles sont encore, pour beaucoup, à découvrir et qu’il serait précieux d’en dresser une cartographie. Car la matière existe mais elle n’est ni archivée, ni diffusée, ni distribuée. Parmi les expériences qui lui sont parues exemplaires, il a décrit celle du sultanat d’Oman où un centre de musique traditionnelle a réalisé un travail de terrain en profondeur, présentant un répertoire riche et varié qui couvre tout le terrain d’Oman.

Mehenna Mafoufi et Mahmoud Guettat

Si on veut pouvoir mettre en œuvre de véritables recherches scientifiques, il convient de dépasser certains clichés qui ont la peau dure. Ainsi, il est primordial de trouver un équilibre entre musique populaire et musique classique car le plus souvent c’est au détriment de la musique populaire que les recherches s’engagent ; il faut aussi dépasser le mythe des origines qui jusqu’ici présente la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, alors qu’elle n’a cessé d’être en évolution et qu’elle s’appuie sur une école antérieure, l’école du Maghreb… La matière est riche mais elle est mal connue et Mahmoud Guettat nous invite à écouter les corpus, revenir sur le terrain, sortir la musicologie de l’histoire fabuleuse et mythique qui limite le cheminement scientifique.

L’après-midi, la numérisation et l’archivage étaient au cœur des interventions. Le laboratoire attendait des conférenciers des conseils et des orientations en la matière. Il est apparu clairement, dans la communication de Véronique Ginouvès ou dans celle de Jean Lambert que cette numérisation n’a de sens que si elle permet de restituer l’analyse du document sonore et le contexte de sa production pour que le document puisse être exploité. Jean Lambert l’a exprimé en décrivant le long travail de classification qu’il a mené sur le chant de Sanaa et Fayçal Belkelfat un travail collectif d’inventaire du patrimoine musical maghrébo-andalou qui sera bientôt publié par le Ministère de la Culture algérien.

La journée s’est terminée par le concert d’un groupe d’hommes originaires des hauts plateaux (nord est), les Chaouis, qui ont interprété un répertoire de chant non mesuré très ancien, le çrâwî. Certains y ont entendu les échos des enquêtes de Bela Bartok enregistrées à Birkra en 1913. Un moment magique et serein après une journée où les discussions fusaient. Une belle occasion d’ouvrir nos oreilles aux musiques algériennes de tradition orale, d’imaginer les bergers danser, avec leurs troupeaux, sur les montagnes des Aurès.

Le programme : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

A suivre dans un prochain billet, la synthèse de la journée du 4 octobre.

Quelques images du concert


Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques
et historiques)

Alger : rencontre autour des sciences du patrimoine immatériel, l’ethnomusicologie

Les 3 et 4 octobre 2010 sont organisées à Alger deux journées de rencontre internationale autour des sciences du patrimoine immatériel organisées par le CNRPAH (Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques), sous l’égide du Ministère de la culture. Ces deux journées seront l’occasion de dresser un bilan des actions de sauvegarde et de mise à dispositions des fonds ethnomusicologiques et de proposer des bonnes pratiques dans le domaine.

9h30 : Ouverture officielle

10h – 12H

L’ethnomusicologie : définitions et perspectives

Mehenna MAHFOUFI : Discutant

Jean LAMBERT

L’ethnomusicologie en perspective avec les sciences humaines et les sciences de la nature.

Mahmoud GUETTAT

Perspectives de l’ethnomusicologie dans le Maghreb

Jürgen ELSNER

Pourquoi l’ethnomusicologie ?

Débat

14h – 16h

Quand la numérisation sert l’ethnomusicologie

Ahmad SKOUNTI : Discutant

Véronique Ginouvès

Ecouter les enquêtes de terrain : analyse, numérisation, valorisation des archives sonores

Jean LAMBERT

Ethnomusicologie et numérisation du patrimoine musical.

Fayçal BELKELFAT

Méthode de sauvegarde par numérisation du patrimoine musical Maghrebo-andalou

Débat

Concert  Srâwî : Laïd BADAWI accompagné de deux gaçbâ-s et deux bandîr-s

4 octobre 2010

9h-11h

Quel programme pour un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie?

Abdelmadjid MERDECI : Discutant

Mahmoud GUETTAT

Quelles méthodes pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb

Mehena Mahfoufi

Catégories des musiques algériennes pouvant intéresser les études d’ethnomusicologie

Maya SAIDANI

L’ethnomusicologie en Algérie : état des lieux et perspectives

Débat

11h15-13h

Techniques d’archivages en ethnomusicologie

Véronique GINOUVES : Discutant

Ahmed SKOUNTI

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 et l’inventaire du patrimoine ethnomusicologique maghrébin

Nasredine BAGHDADI

La gestion électronique des documents (ged) à la radio algérienne

Hadj MILIANI

La Mise en place d’un catalogage des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000)

Débat

14h-16h30

Perspectives de la recherche en ethnomusicologie en Algérie

Mahmoud GUETTAT: Discutant

Jürgen ELSNER

Travaux réalisés et expériences vécues – Nûba, Aiyai et le reste

Pierre Augier

De la musique entendue au village à celle proposée aux mass médias

Abdelmadjid MERDECI

Quels outils pour une ethnomusicologie des musiques d’Algérie ?

Débat

Recommandations

REVUE DE PRESSE

Journée du 3 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3904

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3386

Journée du 4 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3988

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3415

Signalement de la journée sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17476.html

Crédits photographiques : Algiers: Music Kiosk in Bresson Square (GRI)  Postcard of Algiers, early 20th century  Creator: unknown Date: early 20th century Featured in the exhibition, Walls of Algiers: Narratives of the City, May 19 – October 18, 2009 at the Getty Research Institute.  Pas de restrictions de droits connus http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583659/#/

Diaporama intervention de V. Ginouvès – Alger, 3 octobre 2010

Documentation du fonds Olivier Féraud : mon expérience de stagiaire à la phonothèque de la MMSH

Je me répétais: tu sais que dans les moments importants de ta vie tu as de la chancetu trouveras… de nouveau étudiante à presque 30 ans, un peu frustrée par mon accent étranger, j’avais besoin de trouver un stage pratique qui puisse correspondre à mon Master Monde du Livre à l’Université de Provence. J’ai été acceptée à la Médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, un campus de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, spécialisé sur le monde méditerranéen. Cette médiathèque constitue un important appui documentaire pour les étudiants en sciences humaines et sociales. Elle est constituée de trois services (la bibliothèque, l’iconothèque et la phonothèque) qui rassemblent des fonds et des collections en provenance de divers laboratoires de la MMSH.

Je suis restée une semaine dans chacun des services et mon expérience à la phonothèque a été particulièrement riche car j’ai pu suivre un projet du début à la fin. Le projet du stage portait sur le traitement documentaire d’enquêtes de terrain réalisées dans le cadre de la thèse de doctorat d’Olivier Féraud, rattaché au  LAIOS, Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire des Institutions Culturelles. Ethnomusicologue, Olivier Féraud a réalisé en 2003 un mémoire de maîtrise intitulé Les voix du marché : le cri de marchand et son écoute, sous la direction de Bernard Lortat-Jacob. Il est également  musicien, luthier et chercheur en archéomusicologie. Consultable en ligne sur TEL, sa thèse, Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples propose une approche pluridisciplinaire où la production sonore se révèle le centre de la vie sociale du quartier, mettant en avant les relations des acteurs quotidiens.

Il ne s’agissait pas de numérisation puisque les enquêtes étaient déjà au format numérique : Olivier Féraud avait réalisé ses enquêtes au format Wave. Mon travail consistait principalement à les écouter ou visionner les films (formats mov, m4v) pour que je puisse les analyser et les cataloguer. Pour chaque enregistrement, je rédigeais un résumé explicitant le contenu et le contexte de la production,  ses caractéristiques, le but de l’émission vocale et remplissais les différents champs de la base de données. Je travaillais sur le logiciel documentaire de la phonothèque, Alexandrie. Aucun détail qui pourrait définir le mieux un document sonore ne devait pas échapper à cette analyse. Alors pour chaque enquête j’indiquais ainsi la cote, le numéro d’inventaire, le nom de l’enquêteur et de l’informateur, le genre du document (ex: expression vocale, paysage sonore), la durée de l’enregistrement, les noms cités, les lieux cités, les instruments, les descripteurs, la production et technique du son, sa qualité. Avec l’aide de Marie Doumain qui travaille depuis deux ans à la phonothèque, j’ai réussi à comprendre  le fonctionnement d’un thesaurus documentaire et appris à sélectionner les descripteurs. Une fois les données validées par la responsable du service, j’ai imprimé un catalogue pour le chercheurs avec des index afin que lui aussi relise et reprenne éventuellement le travail réalisé. Enfin, avec l’accord du chercheur et en fonction de la volonté des informateurs, les enregistrements sonores ont été mis en ligne en lien avec les notices documentaires.

Les 23 enregistrements sonores enregistrés à Naples, constituent un corpus d’une durée totale de 43 minutes à laquelle s’ajoutent 6 séquences audiovisuelles, d’une durée totale de 40 minutes. J’ai découvert un paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouaient dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural. Pour tout documenter, je me suis appuyé sur le Guide d’analyse documentaire du son inédit et bien évidemment sur la thèse d’Olivier Féraud qu’il considère une approche pluridisciplinaire en abordant des aspects relevant de l’anthropologie sociale, la microsociologie, l’anthropologie urbaine, l’anthropologie de la communication, la sociolinguistique, l’anthropologie sensorielle et la prosodie.

Maintenant peut-être avez-vous la curiosité de faire la connaissance de Pino qui lance des appels exposant les attributs du poisson d’une voix incisive pour susciter l’urgence et l’envie ? Je vous laisse vous imaginer son âge, son portrait, son histoire racontée par ses mélismes.

Impossible de ne pas tambouriner le rythme en écoutant une “tammurriata” pendant la fête de Monte Somma, mieux connu sous le nom de “Vésuve”, interprétée pour vous par le groupe ‘A parenz’ d’Auniundo .

Enfin, malgré la chaleur de l’été l’envie vous viendra peut-être de vous préparer des marrons chauds en écoutant un castagnaro (vendeur de marrons). Ce n’est pas grave si vous ne connaissez pas la langue napolitaine, ses explications sont sous-titrées en français.

Olivier Féraud a réussi à associer l’image et le son dans des diaporamas, sorte de “films sonores” qui offrent une nouvelle façon de contextualiser les enquêtes orales. L’un d’entre eux vous invite à la fête qui a lieu le mardi in albis, après les Pâques. Tout en écoutant un canto sul tamburo, des photos des chanteurs avec leur auditoire glissent sous vos yeux.

A vous désormais de reconstituer le puzzle de ce quartier populaire de Naples !

Crédits photographiques : Alina Zaharia, la station de numérisation de la phonothèque de la MMSH.

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

La vie de l’AFAS, association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels

Le 24 juin 2010 aura lieu l’assemblée générale de l’AFAS, l’occasion aussi d’organiser une journée d’étude sur un sujet qui tient à coeur à l’association : l’ethnomusicologie. La manifestation est ouverte à tous, seule l’assemblée générale sera ouverte aux adhérents de l’association. C’est peut-être l’occasion d’y adhérer et de participer à la vie de l’AFAS.  La journée est organisée par deux conservateurs de la Bibliothèque nationale de France qui ont beaucoup oeuvré pour les archives sonores inédites comme éditées, Elizabeth Giuliani et Pascal Cordereix, et par Anne Faure, responsable de la médiathèque du musée du quai Branly. Le programme complet de la journée est disponible sur le site de l’AFAS. L’assemblée générale sera aussi l’occasion de dévoiler le nouveau site de l’association, passé sur la nouvelle version de Lodel, qui intégrera bientôt la catégorie des Bulletins sur le site de Revues.org.  Le passage sur la plateforme de Revues.org sera l’occasion de mettre en ligne d’anciens numéros du bulletin et de Sonorités, les deux publications de l’AFAS. France Besson, stagiaire à la phonothèque de la MMSH en MASTER à l’ENSSIB, a rendu possible ce nouvel accès à des informations précieuses, parfois effacées de nos mémoires… à lire bientôt !

Saisissez une adresse URL ou cliquez sur l’un des préréglages ci-dessus

Sonore et amoureux, un deuxième aperçu du corpus yéménite de Marceau Gast


Riche des enquêtes sur les pratiques agricoles des populations du Yémen du nord dans les années 1970-1980, le corpus yéménite de l’ethnologue Marceau Gast contient également quelques chants et morceaux instrumentaux. Certains s’inscrivent dans le cadre d’une cérémonie comme le mariage. D’autres sont enregistrés lors de moments plus informels.

C’est le cas de l’extrait que nous vous proposons ici  : durant ce court moment, Marceau Gast échange quelques paroles et rires avec un groupe d’enfants et d’adolescents. Nous sommes dans un village de la région de Sadah au nord-ouest du Yémen, en novembre 1974. C’est la première année de terrain pour l’ethnologue dans ce pays du sud de la péninsule arabique. L’extrait sonore fait entendre un jeune garçon, entouré des encouragements et des rires de ses camarades. Ce garçon, que l’on devine adolescent au timbre de sa voix, entonne au micro un chant d’amour.

Du refrain voici une transcription en arabe et une proposition de traduction en français :

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Traduction

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis assoiffé
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu’il n’y a rien
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu’il n’y a rien

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d’amour
Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d’amour
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi

Transcription et traduction de la chanson: Hanan Maloom, François Dumas
Crédits photographiques: Laure Principaud