Archives du mot-clé Europe

TenoreOliena

Polyphonies des collections sonores européennes

TenoreOliena

Le CNRS est parti prenante du programme européen Europeana Sounds à travers les collections sonores de deux laboratoires de recherche :
- le LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative) qui accueille le CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) où sont numérisées et mises en ligne les archives sonores du CNRS-Musée de l’homme et celles des chercheurs en ethnomusicologie grâce à la plateforme web Telemeta  ;
- l’USR 3125 au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence dont la phonothèque recueille, archive et valorise les entretiens de terrain des différents laboratoires qui la constitue sur la base de données Ganoub et sur la plateforme Calames.

Ces deux centres de ressources participent déjà à des catalogues collectifs ou des moteurs de recherche fédérés comme Isidore ou le Portail du patrimoine oral, leurs archives sonores seront bientôt présentes sur Europeana. Ainsi un nouveau territoire polyphonique se dessine en Europe où les voix du passé trouvent leurs auditeurs, se croisent, s’entendent… Ce projet sonore est présenté dans un des derniers billet du blog du programme Europeana Sounds et  illustré par deux chants polyphoniques issus des collections deux laboratoires.

Chant sarde, enregistré par Bernard Lortat Jacob en 1992 à Britti (province de Nuoro), CREM

Chant en langue française et occitane composé par Zéphirin Castellon, interprété à Belvédère en Vésubie, enregistré par Patrick Vaillant en 1989, MMSH

Crédits photographiques : Tenore à Oliena, photographie de Gabriele Doppiu, repérée par Enedina Sanna.

Europeana Sounds : une porte ouverte sur le patrimoine sonore européen

D’ici 2017 plus de 540 000 enregistrements seront  disponibles sur la plateforme en ligne Europeana illustrant la riche variété du patrimoine sonore européen : des performances de musique classique et contemporaine ; de la musique, des chants et des contes issus de la tradition orale ; des bruitages, environnements sonores et sons de la nature ; des langues, accents, dialectes et souvenirs ; des enquêtes de terrain réalisées par des chercheurs en sciences humaines et sociales…

Le projet Europeana Sounds, coordonné par la British Library, regroupe 24 bibliothèques nationales, institutions et centres de recherche sur le son et universités partenaires, répartis dans 12 pays européens (voir la fiche d’identité du projet Eureopeana Sounds au bas du billet). Ces collections reflètent la diversité des cultures, des histoires, des langues et la créativité européenne au cours de ces 130 dernières années. Europeana Sounds est une initiative novatrice puisque, pour la première fois, des établissements patrimoniaux d’envergure internationale dotés de collections audio exceptionnelles unissent leurs efforts pour améliorer l’accès à des enregistrements anciens, et partager leur expertise et leurs compétences. Que ce soit par la télévision, la radio, Internet ou le cinéma, l’audiovisuel constitue depuis des décennies la bande-son de notre vie quotidienne. Pourtant il reste largement ignoré quant à la préservation de notre patrimoine culturel.

Europeana Sounds donnera accès à une multitude d’enregistrements d’exception, illustrant la place significative qu’ont pris les sons dans le paysage social, culturel et scientifique de notre temps. De dialectes oubliés depuis longtemps aux sons d’environnements naturels en voie de disparition ou à la musique contemporaine, Europeana Sounds fera dialoguer passé récent et temps présent, réunissant les citoyens européens autour d’un patrimoine oral commun. Une grande part de ce patrimoine est née à l’âge du droit d’auteur. Le préserver pour les générations futures fera avancer le dossier du libre accès à ces documents protégés. Ces sons forment un nouveau champ de notre expérience culturelle partagée. Garantir son accès au grand public dans l’ère du tout numérique constitue un défi.

Pour Bruno Racine, Président de la BnF et de la Fondation Europeana, « le grand apport d’Europeana Sounds est de mettre en lumière un média fondamental qui, de façon assez surprenante, est soit négligé, soit au contraire considéré comme curieux ou trop complexe à gérer. »

Roly Keating, Directeur général de la British Library affirme : « nous sommes impatients de travailler avec d’autres bibliothèques et archives européennes pendant les trois années à venir pour constituer un nécessaire ‘jukebox virtuel’ réunissant des sons de tout le continent accessibles en ligne à l’ensemble des internautes. La British Library possède à elle seule cinq millions d’enregistrements dans ses collections, couvrant un large éventail de documents sonores : musique, théâtre et littérature, histoire orale et sons de la nature. »

Dans ce projet, le CNRS est représenté par deux grands centres de ressources sonores : les archives du CNRS – musée de l’Homme, gérées par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM- LESC UMR 7186 CNRS Université Paris Ouest) où à été développé la plateforme web audio Telemeta, et la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence (USR3125).

Suivre Europeana Sounds sur les réseaux sociaux : 
Sur Twitter : @EU_Sounds
Sur Facebook : www.facebook.com/SoundsEuropeana

Europeana_Sounds_KickOff_British Library_Elizabeth_Hunter_CCBYSA  (47)

Fiche d’identité du projet Europeana Sounds

Durée : 01/02/2014 – 31/01/2017 (36 months)

Co-financement : Information and Communication Technologies Policy Support Programme of the European Commission

Coût total : €6.14m (€4.91m contribution européenne)

24 participants au projet :
8 bibliothèques nationales : British Library (Coordinator, UK), Bibliothèque nationale de France (FR), Deutsche Nationalbibliothek (DE), Music Library of Greece (GR), National Library of Latvia (LV), Österreichische Mediathek (AU), Statsbiblioteket (DA), Österreichische Nationalbibliothek (AU)

5 Centres de recherche et d’archives : Sound & Vision (NL) , Irish Traditional Music Archive (IR), Language Archive at Max Planck (NL), Austrian Institute of Technology (AU), Centre national de la
Recherche scientifique (FR)

2 Autres types d’institution publiques : Istituto Centrale per il Catalogo Unico (IT), Rundfunk Berlin-brandenburg (DE)

3 Associations à but non lucratif : Kennisland (NL), Europeana (NL), Comhaltas Ceoltoiri Eireann (IR)

3 Universités : National Technical University of Athens (GR), Sabhal Mòr Ostaig (IR), Universidade Nova de Lisboa (PT)

3 Sociétés : NET7 SRL (IT), We Are What We Do Community Interest Company (UK), UAB DIZI (LT)

Contacts :
Richard Ranft, Coordonnateur du projet
richard.ranft<@>bl.uk - +44 207 412 7424

Catherine Gater, Directrice du projet
catherine.gater<@>bl.uk – +44 207 412 7854

Axelle Bergeret-Cassagne, Coordonnatrice de la communication du projet
axelle.bergeret-cassagne<@>bnf.fr – +33 153 79 52 3

Europeana est le portail numérique multilingue des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes. A ce jour, Europeana donne accès à 30 millions de livres, de films, de tableaux, de pièces de musée et d’archives en provenance de quelque 2 200 fournisseurs de contenus de toute l’Europe. Le contenu est issu de tous les États membres et l’interface du portail en ligne est disponible en 29 langues. Europeana est principalement financé par la Commission européenne.

Communiqué de presse du projet en langue française (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue anglaise (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue lettone (25 avril 2014)

Crédits photographiques : Logo d’Europeana Sounds créé en mars 2014, Photo de groupe du KickOffGroupe du projet à la British Library, février 2014, par Elizabeth Hunter (CC-BY-SA).

jukeboxe

Construire un jukebox pour l’Europe

Building a jukebox for Europe c’est sous ce titre joyeux que la British Library présente le programme Europeana Sounds qu’elle coordonne et qui a été lancé ce 1er février pour trois ans. L’objectif est de proposer des contenus sonores, accompagnés des documents qui leur sont associés, issus des grands centres de ressources en Europe. Le projet part du constat qu’Europeana, portail du patrimoine numérique européen, propose certes un gigantesque catalogue donnant accès à plus de 30 millions de livre, peintures, photographies, films, archives provenant des collections détenues par les institutions de 2200 sources mais que les documents sonores ne représentent que 2% de ce catalogue. Ainsi, Europeana Sounds a le projet de réunir les archives sonores de tous types, musique, parole, environnement naturel et sonore, d’une vingtaine d’établissements en Europe. Deux laboratoires du CNRS vont participer à ce réseau européen, en mettant en commun les collections du CREM et celles de la phonothèque de la MMSH. Soyez-en sûr-e-s, Les carnets de la phonothèque feront le récit ces nouvelles aventures sonores… En attendant, vous pouvez suivre l’actualité du projet sur le Twitter d’Europeana Sounds.

Présentation du projet Europeana Sounds en langue anglaise 

Europeana Sounds is Europeana’s ‘missing’ fifth domain aggregator, joining APEX (Archives), EUscreen (television), the Europeana Film Gateway (film) and TEL (libraries).

The project will:

  • increase the opportunities for access to and creative re-use of Europeana’s audio and audio-related content
  • build a sustainable best practice network of stakeholders to aggregate, enrich and share a critical mass of audio for public audiences, the creative industries (notably publishers) and researchers.

 

The consortium of 24 partners from 12 countries will:

  • Double the number of audio items accessible through Europeana to over 1 million and improve geographical and thematic coverage by aggregating items with widespread popular appeal such as contemporary and classical music, traditional and folk music, the natural world, oral memory, and languages and dialects.
  • Enrish metadata for 2 million items in Europeana’s audio and audio-related collections, developing techniques for cross-media and cross-collection linking.
  • Develop and validate audience-specific sound channels and a distributed crowdsourcing infrastructure for end-users that will improve Europeana’s search facility, navigation and user experience.
  • Engage music publishers and rights-holders in efforts to make more material accessible online through Europeana by resolving domain constraints and lack of access to commercially unviable (i.e. out-of-commerce) content.
  • These outcomes will be achieved through a network of leading sound archives working with specialists in audiovisual technology, rights issues and software development. The network will expand to include other content-providers and mainstream distribution platforms (Historypin, Spotify, Soundcloud) to ensure widest possible availability of their content.

Crédits photographiques : Women at the jukebox during a New Year’s Eve part in Tallahassee, Floride, 31 décembre 1956, Bibliothèque et archives nationales de Floride, projet Florida Memory, pas de restrictions de droit connues. 

Solar : un groupe de travail sur les sources orales de la recherche

casadellamemoria

Le groupe Solar (Sources OraLes et Audiovisuelles de la Recherche en sciences humaines et sociales) s’est réuni à Rome, à la Casa della memoria e della storia ces jours derniers, accueilli avec une chaleureuse hospitalité par Alessandro Portelli et son équipe.

Solar est un groupe de travail européen qui centre ses réflexions sur l’utilisation des sources orales et audiovisuelles de la recherche en sciences humaines et sociales, en respectant la multiplicité et la diversité des auteurs impliqués dans leur création.  Solar regroupe des chercheurs et des archivistes originaires de Belgique, de France, d’Italie, du Luxembourg et de Suisse qui s’intéressent aux questions relatives à la valorisation et l’exploitation des archives orales et audiovisuelles et veulent favoriser le dialogue avec les institutions patrimoniales qui conservent ce type d’archives. Il vise l’étude, dans une perspective interdisciplinaire, des récits individuels et collectifs produits par la création de telles archives, l’histoire et la sociologie des contextes de leur production, l’analyse des méthodes de production, la possibilité d’exploitation et de valorisation dans un cadre de recherche autre que celui qui l’a produit, dans un souci de comparaison au niveau régional, national, européen et international. Il s’intéresse aux mémoires collectives régionales, nationales et européennes. Il porte attention aux problèmes techniques spécifiques posés par l’exploitation de ce type d’archives, telles la transcription ou la numérisation.

Ainsi à Rome, la question de la transcription a été abordée du point de vue des chercheurs, des enseignants et des éditeurs. Pour partager ses connaissances sans multiplier les outils de la communauté qui sont encore peu nombreux, le groupe a décidé de publier les interventions présentées lors des rencontres (qui se tiennent maintenant depuis décembre 2007) sur le site de l’AFAS (association française des documents sonores et audiovisuels)  dans une rubrique spécifique qui sera créée prochainement. Les chercheurs souhaitent également investir la liste Archives sonores et audiovisuelles afin que les questions épistémologiques puissent se développer dans la communauté. Solar essaiera aussi d’être présent lors des prochaines journées de l’association internationale d’histoire orale qui se tiendront à Prague en 2010. Un programme de formation européenne sur les enquêtes de terrain, de leur collecte à leur valorisation, commence également à se mettre en place. Beaucoup de projets et d’attentes donc dans ce groupe de travail dont j’espère vous donner rapidement des nouvelles.


Crédit photographique : Réunion du 22 juin 2009 à la Casa della memoria e della storia, Véronique Ginouvès

Menaces sur la mise en ligne des archives sonores

Les responsables des phonothèques de l’oral suivent de près l’évolution de la législation sur les modifications éventuelles de la durée des droits d’auteurs. En effet, le vote d’un amendement à la directive 2006/116/EC en réunion plénière du parlement européen en mars 2009 pourrait avoir de lourdes conséquences sur les nouveaux projets de mise en ligne des archives sonores.

Lorsqu’au cours d’une enquête de terrain un témoin est enregistré, il est informé de la problématique du chercheur. En général, si il accepte de témoigner, c’est qu’il a aussi conscience de transmettre, à travers cette recherche, son point de vue ou celui de la communauté à laquelle il appartient. Les collections de la phonothèque de la MMSH fourmillent d’exemples significatifs. Le plus récent est celui de l’enquête menée par l’association Paroles Vives sur la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône où les 170 informateurs ont tous accepté que leur témoignage puisse être diffusé librement en ligne. Autre exemple, les enquêtes d’Hélène Bracco sur les actes de refus civils et militaires pendant la guerre d’Algérie réalisées en 2008, là encore tous les témoins ont souhaité que leur parole puisse être écouté par tous. Mais il s’agit là de corpus créés récemment et réalisés par des chercheurs préoccupés par la restitution des enregistrements. Ils ont fait signer à leurs informateurs des contrats de diffusion et d’utilisation qui permettent aujourd’hui à la phonothèque de la MMSH de les mettre en ligne. Pour les corpus plus anciens que faire ? Ils ont été créés à un moment où la question du droit de la personne enregistrée, et plus particulièrement de l’artiste interprète n’était pas aussi draconienne. Dans les années 1970, ceux qui parcouraient les campagnes françaises à la recherche d’une culture populaire en train de disparaître enregistraient des personnes anonymes, qui souhaitaient transmettre le “bien commun” qu’elles avaient engrangé par la transmission orale : leur savoir-faire, leur répertoire conté ou chanté, leurs récits…

Aujourd’hui, poussée par les lobbys de l’industrie du disque, la législation européenne risque d’interdire ou, en tout cas d’étouffer dans l’oeuf, la diffusion du patrimoine oral auprès du grand public. En effet, après la commission culture en décembre 2008, la commission des affaires juridiques du Parlement européen a adopté jeudi 12 février 2009 le rapport Crowley qui modifie la législation européenne pour étendre à 95 ans la durée de protection des droits des artistes-interprètes et des producteurs de chansons.  Qui pourra s’opposer au vote de cet amendement à la réunion plénière de mars 2009 ?  Pour le moment, on sait que Monica Frassoni, coordonnatrice des verts à la commission juridique européenne a rejeté ce vote. Elle l’a commenté ainsi : Avec le vote d’aujourd’hui la musique ira désormais uniquement dans les oreilles des grandes maisons de disques et dans celles d’une élite de stars de la musique. Ils tireront les bénéfices des mofications proposées à la législation sur le droit d’auteur tandis que les artistes mons connus et les consommateurs paieront le prix fort. L’ère numérique demande une révision innovante de la législation sur le droit d’auteur. Une nouvelle approche pourrait permettre de trouver une meilleur accord pour les artistes-interprètes mais aussi pour développer autrement la consommation des contenus créatifs de la part du public. (trad. V. Ginouvès). Cette législation obsolète ne se préoccupe en rien des questions de diffusion du patrimoine oral qui participe de plus en plus activement à la construction de ce qui est appelé aujourd’hui sur l’Internet le “bien commun“. Les phonothèques de l’oral mettent en ligne des fichiers son créés à partir de la parole de ceux qui ont souhaité témoigner, volontairement et sans rétribution, de leur histoire, de leur culture, de leur identité et partager ce savoir avec le reste du monde.

Ce texte de loi est d’autant plus aberrant que nombre d’articles et de témoignanges vont à l’encontre de ce type de solution. Un des plus intéressant est sans doute le rapport de Rufus Pollock paru en 2007 sous le titre Forever minus a day ? Some theory and empirics of optimal copyrigth. Il démontre, formules de mathématiques à l’appui, que la durée optimale de protection d’une oeuvre devrait être de 15 ans après sa création car la durée de protection devrait baisser à mesure que le stock d’oeuvres disponibles augmente. Malheureusement, l’auteur est conscient du fait que le niveau de protection n’est en général pas déterminé par un législateur bienveillant et rationnel, mais plutôt par le lobbying*. En mars prochain, face aux lobbysites intéressés par une protection forte (maison de disques, presse écrite, éditeurs, studios de cinémas, dessinateurs, compositeurs, artistes interprètes…) comment les phonothèques de l’oral pourraient-elles exprimer leurs revendications ?

* p.16 du rapport : “The obvious answer to this conundrum is that the level of protection is not usually determined by a benevolent and rational policy-maker but rather by lobbying”.

Crédit photographique : David De Maus (photographe), Ship Garthsnaid, ca 1920s (plaque de verre) – Reference No. 1/2-014494-G / De Maus Collection, Alexander Turnbull Library, National Library of New Zealand – Aucune restriction de copyrigth connue – http://flickr.com/photos/nationallibrarynz_commons/3057385436

Conseils européens sur la sauvegarde des fonds audiovisuels

Le projet européen DPE (Digital preservation Europe) vient de proposer en langue française plusieurs de ses rapports (intitulés “briefing papers”). Parmis eux, celui sur la préservation du contenu de l’audio visuel numérique nous intéresse tout particulièrement. Ce rapport, publié en septembre 2008, insiste sur trois changements majeurs que les gestionnaires de fonds audiovisuels devront prendre en compte dans les années à venir :

1) Les technologies existantes de la préservation numérique et des silos de stockage devraient etre utilisées pour les collections audiovisuelles ;

2) Il faut surveiller les technologies qui vont évoluer afin de prendre en compte les médias dépendant du temps ;

3) Les technologies de l’information, en général, et des supports de masse devraient aussi évoluer afin de prendre en compte les besoins spécifiques des fichiers audiovisuels.

Beaucoup de travail en perspective puisque il nous est dit en introduction que l’existant européen (dans les archives et autres collections officielles) est estimé à 50 millions d’heures de vidéo, de films et de bandes sonores la plupart en formats analogiques. Déjà 10 millions d’entre elles ont été numérisées… Pourtant, environ 70 pour cent de ces objets sont en danger aujourd’hui, et cela ne fera qu’empirer dans les années à venir à cause des dégradations diverses, des détériorations et de l’obsolescence des formats !

Après avoir abordé tous les écueils et les problèmes que rencontrent les gestionnaires de fonds audiovisuel, des conseils très pratiques leurs sont proposés pour engager leur préservation :

- Préserver l’objet : conserver “l’original”, même s’il est compressé et sa “chaîne de bits”. Le contenu audiovisuel a un avantage : il est très volumineux, mais en un relativement petit nombre de formats.

- Décoder sans compression puis sauvegarder toujours sans compresser (en plus de conserver l’original). Ceci est une obligation contraignante pour la vidéo (100 GB /heure pour la télévision 625 lignes), mais le stockage est maintenant peu onéreux.

- Renforcer les métadonnées : l’extension de fichiers (ex .wav, .avi) n’est pas suffisante. Il existe plus de 50 variantes d’encodage pour la définition de .wav ; MPEG-1 et MPEG-2 sont sous l’extension .mpg. Au mieux, il y aura un outil d’extraction des métadonnées.

- Dernier conseil qui n’est pas des moindres, après les journées d’étude appelant à la collaboration : Vous n’êtes pas seul. Utilisez les centres d’enregistrement des types de fichiers, les entrepôts de progiciels, les plates formes d’émulation, et les publications citées en références dans le rapport.

Texte du rapport en langue anglaise : Micha Richard Wright (BBC) – Traduction : Jean-Pierre Hazel Teil