Archives par mot-clé : #freeBasselday

Que ferais-tu si tu mourrais aujourd’hui ?

Depuis le 15 mars 2012, nous attendions que Bassel Khartabil soit libéré. Après tout, c’était certainement une erreur. Malgré l’horreur de la guerre, un geôlier, un militaire, quelqu’un comprendrait vite que c’était une erreur. Bassel était simplement informaticien et travaillait à un internet libre en développant les Creatives Commons dans son pays.  Alors que j’attendais, il a été exécuté. Cela s’est passé il y a longtemps déjà, sans doute en octobre 2015.

Une fois dévastés par l’absurdité et l’absence, Bassel Khartabil est toujours là ! Un fonds à sa mémoire vient d’être ouvert, hébergé par la fondation des Creatives Commons The Bassel Khartabil Memorial Fund, une communauté internationale s’est constituée dès les débuts de son incarcération dont il est le ciment toujours très animée, une playlist donne à entendre les formes sensibles du souvenir et des images de ceux qui attendaient, encore ouverte. A très bientôt Bassel.

Si l’on me disait encore : Que ferais-tu si tu mourrais aujourd’hui ? Je répondrais sur-le-champ : Si le sommeil me gagne, je m’endormirai ; si j’ai soif, je boirai ; si j’écris, ce que j’écris me plaira et j’ignorerai la question ; si je déjeune, j’ajouterai un peu de moutarde et de poivre à ma grillade ; si je me rase, je pourrai me couper au lobe ; si j’embrasse mon amie, je dévorerai ses lèvres comme une figue ; si je lis, je sauterai quelques pages ; si j’épluche des oignons, je verserai quelques larmes ; si je marche, j’irai plus lentement ; si j’existe ainsi qu’à présent, je ne penserai pas au néant ; si je ne suis pas présent, l’affaire ne me concernera pas ; si j’écoute Mozart, je me rapprocherai du carré des anges ; si je dors, je continuerai à dormir, rêvant et follement amoureux du gardénia ; si je ris, je réduirai mon rire de moitié par décence. Que puis-je faire ? Que puis-je faire d’autre, même si j’étais plus courageux qu’une tête brûlée et plus fort qu’Hercule ? Extrait de « La trace du papillon », Mahmoud Darwich.

Suivez Freebassel sur Instagram et @freebassel sur Twitter

Crédit photographique :  Portrait de Bassel Khartabil lors du Creative Commons Arab Regional Meeting, par Mohamed Nanabhay, 24 octobre 2010  (CC BY)

#Freebasselday, 5ème anniversaire

Aujourd’hui cela fera 5 ans que Bassel Khartabil est en détention en Syrie. Ingénieur, défenseur du logiciel libre et contributeur au projet des Creatives Commons, Bassel a été enlevé sans raison particulière le 15 mars 2012. Il a été emprisonné, sans doute dans plusieurs établissements, et avec lui ont disparu quelques 65 000 syriens dans les geôles du régime qui a recours depuis 5 ans aux disparitions forcées1 . De Bassel, plus personne n’a entendu parler depuis plus d’un an.  L’habitude devient angoissante, désormais quatre billets dans ce carnet  s’insurgent contre cette détention, en 2013, 2014, 2015, 2016. Peu importe, le collectif de soutien de Bassel Khartabil est international et tenace. Cette année encore, prenez le temps de penser à lui, comme à l’un de vos proches, comme à une personne à laquelle vous tenez et qu’avec force vous souhaitez retrouver : Continuer la lecture de #Freebasselday, 5ème anniversaire

  1. Voir le documentaire « Disparus, la guerre invisible de Syrie », d’Etienne Huver et Sophie Nivelle-Cardinale, qui a reçu le 27 mai 2016 le prix Albert Londres dans la catégorie Audiovisuel []

Alors que j’attendais…

Voilà comment le metteur en scène Omar Abussaada évoque la  Syrie dans un entretien au journal La terrasse1 : « On parle souvent de guerre à propos de la situation en Syrie. Je ne suis pas très à l’aise avec ce terme-là. Car ce qui se passe aujourd’hui est la conséquence directe de la répression brutale qui mit fin, en 2011, à l’impulsion révolutionnaire. C’est à partir de ce moment-là que ma vie a définitivement changé. Ma famille a quitté Damas. La plupart de mes amis sont partis vivre à l’étranger. Et parmi ceux qui sont restés, certains ont été arrêtés par les autorités (…). Aujourd’hui, plus que jamais, le théâtre est la chose qui me permet de continuer à vivre, de faire face à la mort. » Continuer la lecture de Alors que j’attendais…

  1. La terrasse, 26 juin 2016, n°245. []

#FreeBasselDay 2016

En 2013, 2014, 2015 des appels ont été lancés sur ce blog et partout dans la presse et sur internet pour que soit libéré Bassel Khatibi emprisonné en Syrie. Un réseau de volontaires s’est créé pour aider à soutenir ces campagnes de presse. Rien n’y a fait. En 2015, un article paru en langue française puis anglaise a retracé les bribes d’histoire que l’on peut recueillir sur cet informaticien qui vit pour un Internet libre et risque d’en mourir Un billet sur le blog de la Jimmy Wales Foundation, paru le 5 mars dernier nous enjoint à continuer à poser la question sans relâche : Où est Bassel ?  #WhereIsBassel? Il a disparu depuis 2012 !

Pour ce triste jour d’anniversaire, et malgré toutes les menaces sur sa vie, continuons de réclamer sa libération !

Une marche de protestation aura lieu le 19 mars prochain conjointement à Paris, San Francisco, Berlin et Londres. A Paris, elle partira de la Bibliothèque publique d’Information (BPI) à 14h !

Aidez-nous à soutenir la campagne pour la libération de Bassel en signant la lettre de soutien et la pétition et suivre les informations

sur le site http://freebassel.org

et sur Twitter https://twitter.com/freebassel

freebassel-infosheet-2016-color-outlines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

#FREEBASSELDAY 2015

Depuis le 15 mars Bassel Khartabil a été emprisonné, en Syrie et chaque 15 mars la communauté des Creatives Commons et du libre accès à la connaissance sur Internet lui rend hommage et appelle à sa libération.

Depuis le 15 mars 2012, on ne sait rien.  Même si on doit découvrir l’horreur, donnez nous des nouvelles de Bassel.

 

Crédits photographiques : #FREEBASSEL campaign. Pictures taken in Amsterdam, Haarlem and Utrecht par Kennisland. CC BY-SA 2.0

#FREEBASSELDAY 2014

FREEBASSELDAY-2014-Head-Outline

Il y a un an le web résonnait d’une rumeur mondiale pour libérer Bassel Khartibi, informaticien pour un internet libre, emprisonné illégalement en Syrie. Depuis, la torture a été systématisée dans ce pays où 6,8 millions de déplacés ont besoin d’une assistance humanitaire. Bassel n’est sans doute qu’un grain de sable au milieu de ces milliers de personnes en souffrance, mais on a vu des grains de sable enrayer des machines complexes, alors continuons à appuyer la libération de Bassel ! Le 15 mars,  jour du #FREEBASSELDAY 2014, Bassel sera emprisonné depuis deux ans. Vous pouvez rejoindre des groupes de soutien à San Francisco, à Berlin ou en créer vous même, cuisiner en son honneur, suivre les tweets sur #freebassel… et tout ce que vous imaginez possible pour vous ce jour là qui puisse s’ajouter au grain de sable, pour que s’interrompe l’horreur dans ce pays où les enfants grandissent plus vite que partout au monde.

#FreeBassel Cookbook

#freebassel : Participez à la rumeur mondiale pour libérer Bassel Khartibil

Aujourd’hui, cela fera un an que Bassel Khartibil est emprisonné illégalement en Syrie. Ce 15 mars 2013 marque non seulement le deuxième anniversaire de la guerre en Syrie mais aussi le premier anniversaire de sa détention. Informaticien pour un internet libre, il écrivait sur plusieurs journaux et sites web, participait à de nombreux projets locaux techniques et culturels dans des entreprises et des écoles. Transmettant sans relâche, et avec pédagogie, comment utiliser les technologies ouvertes, il contribuait à différents projets internationaux comme Creative Commons, Mozilla Firefox, Wikipédia, l’Open Clip Art Library, Fabricatorz et Sharism. En tant que « champion de l’internet ouvert », il a été nommé pour recevoir à Londres le Digital Freedom Award de Index, une organisation qui défend la liberté d’expression. Amnesty International a lancé une action et ses collègues organisent le #FreeBasselDay, une campagne en ligne et autour d’événements de solidarité dans différentes villes du monde, de Paris à San Francisco.

Aujourd’hui 15 mars, participez à la rumeur mondiale pour libérer Bassel Khartabil : twittez #FREEBASSEL, placardez des affiches dans votre rue ou sur votre lieu de travail, écrivez un billet sur votre blog, ajoutez dans votre langue l’article « Bassel Khartabil » sur Wikipedia, créez un événement ou une fête, portez un tee-shirt à son image, criez son nom, chantez des chansons, organisez un Harlem Shake pour célébrer Bassel, ou encore laissez en bookcrossing un récit de détenus dans les geôles syriennes, qu’il s’agisse de La coquille de Mustafa Khalifé ou de Treize ans dans les prisons syriennes. Voyage vers l’inconnu d’Aram Karabet qui vient d’être traduit par Nathalie Bomtemps (tous les deux chez Actes Sud).

Une tribune collective a été publiée ce jour sur Libération.

 Crédits photographiques : Crédits photographiques : Bassel Khartibil à Séoul en juin 2010 par Joi et l’arc en ciel de Bassel par Felici Jeny (avec son aimable autorisation).