Archives par mot-clé : Guyane

Qu’est-ce que vivre au bagne ? Chronique sonore

Radio Calade, la radio du Beaujolais et du Val de Saône a mis en ligne une chronique sonore terrifiante1 de Philippe Collin sur la vie aux bagnes de Guyane et de Nouvelle Calédonie. Réalisée à partir des témoignages de Léon Collin, son grand-père (1880-1970), médecin militaire de l’Empire français qui a consigné et photographié ce qu’il vivait et voyait dans l’enfer carcéral des colonies de Guyane (de 1906 à 1910) et de Nouvelle Calédonie (de 1910 à 1913).  Son carnet de notes a été publié sous le titre Des hommes et des bagnes en 2015 aux éditions Libertalia avec une partie de ses 130 photographies2.

Continuer la lecture de Qu’est-ce que vivre au bagne ? Chronique sonore

  1. Cette chronique historique du bagne par Philippe Collin a été diffusée entre avril et mai 2017,  le vendredi à 16h30 et rediffusée le dimanche à 9h30 sur CALADE , elle est en réécoute sur le site www.radio-calade.fr sous licence Creative Commons CC-BY-SA []
  2. Philippe Colin a fait en sorte que l’ensemble de la production de son grand-père soit accessible de multiples manières et le plus librement possible réutilisable.  Outre la publication de son carnet, un documentaire a été diffusé sur Arte le 20 mai 2017 à 16h25. Les exemplaires originaux ont été déposés aux ANOM, aux archives de Nouvelle-Calédonie, au musée de Saint-Laurent-du-Maroni et au Musée Nicéphore Nièpce. Enfin les documents de Léon Collin sont accessible sur le site de Criminocorpus. []

Un voyage culturel à Mana et Awala-Yalimapo

Les étudiants de l’Université de Guyane ont eu l’opportunité de se rendre à Mana la fin de semaine du 5 au 6 novembre 2016, dans le cadre du festival international du Conte Paul Henri Gérard.les participants à cette sortie étaient des étudiants chercheurs et professeurs dont l’objectif était de connaître la culture et de se confronter à la réalité du terrain.  Nous profitons de l’atelier sur la collecte de terrain pour en faire un compte-rendu. Continuer la lecture de Un voyage culturel à Mana et Awala-Yalimapo

Mixi-campus* dans la peau d’un enquêteur

Nous étions tranquillement en cours sur la collecte de terrain , échangeant quelques regards complices suite à quelques commentaires sur le document partagé où nous prenions nos notes collectivement.

Université de Guyane - cours - 2016/12

Continuer la lecture de Mixi-campus* dans la peau d’un enquêteur

De la Guyane au Surinam…

Amélie, Anne, Guillaume, Olivier et Violaine, nous sommes cinq étudiants en Master 2 « Sociétés et interculturalité », tous issus d’horizons professionnels différents. Pour conclure une semaine d’enseignement sur la collecte des entretiens de terrain et leur valorisation, nous avons choisi d’écrire un billet sur le sujet « La place du Surinam dans l’identité guyanaise » en faisant un point sur les sources documentaires et en nous appuyant sur des enregistrements que nous avons réalisés. En effet, alors que nos deux groupes étaient partis sur le campus de l’Université de Guyane, à la recherche de potentiels témoins pour mener à bien une enquête sur l’identité culturelle guyanaise, au bout du compte c’est l’importance de la place de traits culturels surinamiens dans leur vie de tous les jours en Guyane que ceux-ci ont soulignée.

Après avoir convaincu nos informateurs de participer à notre projet, nous nous sommes rendus très vite compte de la difficulté d’obtenir des informations exploitables : réponses trop vastes, sans doute à cause de questions trop générales et trop abstraites malgré notre grille d’enquête ; son peu audible pour ne pas avoir assez pris en compte les bruits extérieurs (vents, circulation automobile sur le campus). A notre retour dans la salle de cours, après une écoute collective des entretiens nous avons pris conscience des points forts de notre enquête (mise en confiance des témoins qui se sont présentés disponibles et ouverts) et de nos points faibles (faire la chasse aux questions fermées ou induites, ne pas avoir peur du silence sont plus faciles à dire qu’à faire…). Nous avons dégagé une thématique commune aux deux entretiens pourtant enregistrés de façon complètement indépendante : la place du Surinam dans l’identité guyanaise. Le premier étudiant, en licence d’ingénierie, enregistré par Anne, Olivier et Violaine, était d’origine surinamaise. Le second un étudiant guyanais en AES, enregistré, par Amélie, David et Guillaume, insistait sur la place de la musique surinamaise dans la partie ouest de la Guyane. Ainsi, d’abord lancés sur l’identité guyanaise, nous avons voulu mettre en avant l’omniprésence de la culture surinamaise en Guyane.

Premier extrait : Deuxième extrait :

Troisième extrait :

En recherchant des références sur le Surinam nous avons trouvé deux  ouvrages du XIXème siècle qui soulignent l’histoire qui lie la Guyane et le Surinam et que nous avons voulu partager.

By Pierre Jacques Benoit Published 1839, non paginé

La première référence est le récit de voyage d’un français au Surinam. On y trouve une centaine de gravures qui nous plongent dans le Surinam du début du 19ème siècle. Il s’agit de l’ouvrage de Jacques Benoit Voyage au Surinam, publié en 19391 dont nous avons extrait l’illustration ci-dessus.

La deuxième référence est une publication de la société d’études pour la colonisation de la Guyane française (n°4) : Extraits des auteurs et voyageurs qui ont écrit sur la Guyane. Même si le titre de cette référence n’évoque pas le Surinam, grâce à la fonction « search inside » du site Archives.org, où a été écrit « Surinam », toutes les pages contenant ce mot ont été identifiées par des icônes en bas de document. En cliquant sur chacune d’entre elle on accède immédiatement au contenu identifié.

En conclusion la semaine a été enrichissante et formatrice. Lors des entretiens, nous avons pu mettre l’accent sur les écueils à éviter avec nos témoins.  Avant l’interview nous avons pu aborder l’importance de la préparation d’un questionnaire d’une grille d’enquête, notamment avec la méthode de la carte heuristique. Le carnet de terrain nous a semblé être un outil indispensable permettant le relevé d’éléments qui peuvent sembler anodins sur le moment mais importants pour la suite de la recherche. La signature de contrats afin d’obtenir les accords pour l’utilisation et l’exploitation des données demeure une étape capitale pour la valorisation des données.

Par ailleurs, au cours de la semaine, nous avons découvert et travaillé avec plusieurs logiciels libres qui nous ont paru très efficaces :

– L’éditeur de texte collaboratif framapad nous a permis de communiquer ensemble et de partager des informations et framindmap de réaliser notre carte mentale pour la grille d’enquête.

Zotero  nous a permis d’éditer nos bibliographies

– Avec le logiciel Audacity nous avons créé nos extraits sonores

– Sur WordPress, utilisé par la plateforme Hypotheses.org, nous avons publié notre billet.

En définitive, en plus d’acquérir des compétences techniques et méthodologiques, nous avons pris plaisir à travailler ensemble, en mutualisant nos recherches et nos connaissances.

buvezdusurinam

Crédits photographiques : image à la une d’une pirogue sur le Maroni, entre Guyane et Surinam, photographiée par Polo973, 2004, CC-BY-SA ; Gravure extraite de l’ouvrage de Pierre Jacques Benoit publié en 1839, non paginé, représentant une pratique magico-religieuse au Surinam, domaine pubic ; « Buvez du Surinam », estampe par Donjean, Gustave (1800-1899), sur Gallica, domaine public.

  1. Pierre Jacques Benoit (1782-1854). Voyage à Surinam : description des possessions néerlandaises dans la Guyane, Cent dessins pris sur nature par l’auteur, Société des Beaux-Art, Bruxelles, 1839. []

Les tweets de deux journées autour du patrimoine culturel immatériel dans le Morvan

Pour vous donner une idée des échanges et des expériences présentées lors des journées qui ont lieu à la Maison du Patrimoine oral de Bourgogne dans le Morvan à Anost autour des projets participatifs en Europe (Italie, Flandre, France, Pays-Basque) et en Guyane en lien avec lePCI,  voilà le fil des tweets #rencontresPCIanost.

 

Le programme des ces deux journées est accessible ici. Elles ont été organisées par le Centre Georges Chevrier (université de Bourgogne) et la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, en collaboration avec le Centre français du patrimoine culturel immatériel et avec le soutien de la Région Bourgogne.

A la rencontre des Wayanas

Fantaisie après une semaine de stage sur la collecte à l’Université de Guyane.

Etudiantes en Master II en “Sociétés et interculturalité”à l’Université de Guyane, nous venons de passer une semaine ultra-enrichissante avec Véronique Ginouvès (CNRS), nous décidons d’utiliser notre nouveau savoir pour partir toutes les quatre faire des enquêtes au coeur de l’Amazonie sur les traces des Wayanas, sur le haut Maroni.

Elisabeth met  dans son sac à dos nos carnets de terrains pour ne rien oublier des nombreux entretiens que nous comptons bien mener sur place ! Attention, ne pas oublier les contrats d’autorisation et de diffusion sinon rien ne pourra être diffusé, archivé et partagé sur le blog…Tracy s’en charge.

Corinne prend son Zoom H4 pour que chacune de nos prises de son soient bien audibles. La bonnette aussi est dans le sac, qui empêchera le vent de couvrir les paroles ; et Anne se charge d’emballer précautionneusement son appareil photo et sa caméra numérique afin d’immortaliser la beauté des paysages et des rencontres.

Les hamacs, l’anti-moustique, le couac, les papiers, le désinfectant sont à l’abri dans la touque. Finalement… soyons prudentes, une pirogue est vite renversée surtout lors des passages des sauts : mettons tous nos objets précieux dans la touque !

C’est parti ! Le vol Cayenne-Maripasoula est dans une demi-heure, nous avons juste le temps d’arriver à l’aérodrome.

Chance1 ! Tracy parle le wayana et Elisabeth a une grand-mère maternelle aluku.

Dès notre arrivée au Degrad de Maripasoula, nous montons dans la pirogue, Fred le piroguier est bien au rendez-vous. Le Maroni s’offre à nous. Nous allons le remonter pour arriver à Antécume-Pata.

3021895263_5061709967_o

Le chef coutumier du village avec qui nous devons nous entretenir habite  non loin de là. Fatiguées par le long voyage, nous décidons de passer la nuit sous le carbet, comme nous le proposent gentiment les habitants du village.

Dès notre réveil, le chef coutumier nous rejoint : il sait que nous sommes venus l’interroger sur sa vie, son expérience, sa manière de vivre dans sa communauté. Il nous propose d’aller dans un lieu calme pour mener l’entretien dans de bonnes conditions, le carbet communautaire appelé Tukushipan.

Tukushipan Taluen, Guyane - mars 14 CLQ

Chacune a pris son matériel. Nous commençons par expliquer au chef coutumier que nous devons lui faire signer un contrat d’autorisation et de diffusion pour que la connaissance qu’il va partager avec nous puisse être valorisée dans les meilleures conditions juridiques et éthiques. Un climat de confiance s’installe. L’entretien est passionnant et nous décidons de rester deux jours complets pour partager la vie de la communauté, enregistrer des chants , filmer des danses, écouter les habitants parler de leur vie quotidienne.

Nous leur laissons une copie des  fichiers sur CD et en MP3 avec les informations sur le contexte de production pour qu’ils conservent une copie de nos enregistrements.

Au cours de notre séjour, nous nous sommes attachées à respecter les règles méthodologiques et déontologiques que nécessite une collecte patrimoniale et nous espérons avoir participé à la connaissance des manières de vivre en Guyane.

Corinne, Tracy, Elisabeth, Anne : toute ressemblance avec des anthropologues patenté-e-s, serait fortuite.

Crédits photographiques et sonores : 
– Romz Fantaz, Dégrad à Maripasoula, Prise le 17 octobre 2008 (CC BY-NC-ND 2.0)
– Chant célébrant la beauté d’une jeune fille et l’art de la danse enregistré en 1968 par Jean Hurault, repéré sur la base du CREM/LESC Temeta.
– Le film sur le Le tukusipan, carbet communautaire wayana diffusé  par le parc amazaonien ne peut être diffusé en ligne sur le blog car l’embed n’est pas autorisé, dommage !
– Phographie du Tukushipan par Corinne Le Quinio, printemps 2014.

  1. D’après la base de données Ethnologue.com en 2007, il n’y avrait plus que 850 personnes dans le monde qui parlaient wayana. []

Sur les traces de Jean-Baptiste Chrisostome Aublet…

Dans le cadre du Master 2 Sociétés et Interculturalité de l’université de Guyane, nous avons suivi un atelier intitulé « Le traitement de données numérisées en lettres et sciences humaines » dispensé par Véronique Ginouvès. Elle nous a ouvert une porte sur différents outils de recherches et de méthodologie. Pour conclure cette semaine de formation, nous devions rédiger un billet collectif et nous avons choisi d’évoquer Jean Baptiste Christostome Fusée-Aublet, pharmacien, botaniste, et explorateur français du 18ème siècle, sollicité en 1762 par le roi de France pour se rendre en Guyane afin d’y établir le premier herbier des plantes endémiques locales.

Une première recherche sur le moteur de recherche académique sur les données et services numériques de SHS Isidore, nous a orienté vers le site d’archivage patrimonial de l’Université de Strasbourg Docnum, sur lequel l’ouvrage essentiel d’Aublet sur la flore de Guyane « Histoire des plantes de la Guyane Françoise », écrit en 1775, a été entièrement numérisé pour notre plus grand bonheur ! Ceci, nous a ainsi permis de feuilleter en ligne la quasi-totalité des pages de cet extraordinaire herbier !

Voici deux dessins de l’herbier qui nous ont particulièrement marqué :

Thoa Urens

téléchargement (2).jpg

Eugenia Latifolia

téléchargement (3).jpg

Pour faire le point sur les différentes publications de ce fameux botaniste, nous avons interrogé un autre moteur de recherche worldcat identities qui recherche à travers 72 000 bibliothèques dans le monde. Cela nous a permis de trouver des informations concernant sa biographie, ses publications, les différentes façons qu’ont eu les bibliothécaires d’orthographier son nom, les auteurs associés à son nom (qui ont publié sur lui ou avec lui) et un nuage de mots clés qui caractérise ses oeuvres.

Lire en ligne l’Histoire des plantes de la Guiane françoise de Jean-Bapstiste-Christophe-Fusée Aublet (1775) :

Tome 1 : http://www.docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/93583/rec/4

Tome 2 : http://www.docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/94153/rec/1

Tome 3 : http://www.docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/92925/rec/3

Tome 4 : http://www.docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/91671/rec/2

Billet rédigé par : Claudia GALLY, Consuela WELLI, Adams M’BACKE, Fabrice CABRISSEAU et Marc- Antoine TAREAU.

Crédits photograhiques : Photographie en une :  image extraite (figure 6) de l’article Gabriela Lamy, « Le Jardin d’Éden, le paradis terrestre renouvellé dans le Jardin de la Reine à Trianon de Pierre-Joseph Buc’hoz », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [Online], Articles et études, Online since 20 September 2010, connection on 05 December 2014. URL : http://crcv.revues.org/10300 ; DOI : 10.4000/crcv.10300. Il s’agit de la figure 6 prise sans doute par l’auteur de l’article : À gauche : « Malus hybrida. Hort. Reg. Trianensis. Pomme poire. B. Michel femme Fessard Pinx. Fessard scu. », in P.-J. Buc’hoz, Histoire universelle du règne végétal, pl. 3, decad. 10, cent. 6. À droite : pl. 32 du Recueil de dessins enluminés24, Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 269. Photographies de l’herbier de J-B C Aublet, domaine public. Images de l’herbier

Expérience d’enquête orale sur la transmission culinaire en Guyane

Mardi 18 mars, 15h00, dans le cadre d’un enseignement sur la collecte de données numériques au sein du Pôle Universitaire de Guyane nous voilà avec un exercice pratique à réaliser : interroger un témoin qui accepterait de répondre à nos questions sur ses pratiques culinaires et leur transmission. Nous n’avions que deux magnétophones, deux groupes de huit étudiants se sont formés. Les questionnaires sont établis, il ne manque plus que notre informateur, une salle assez silencieuse. Ça y est, tout est trouvé, nous pouvons commencer.

Le but de l’opération est de collecter des données orales sur la transmission culinaire. Nous disposons d’un enregistreur numérique (Zoom H4) avec des consignes spécifiques sur le format des fichiers pour respecter les standards de conservation. Chaque personne du groupe a un rôle bien précis : l’une est chargée de présenter le contrat autorisant l’exploitation de l’enquête orale et d’informer le témoin sur les conditions juridiques et éthiques qui encadrent ce projet, une se préoccupe des aspects techniques (orientation du micro, volume sonore, spatialisation…), une autre pose les questions, d’autres notent et vérifient que les questions de la grille d’enquête, représentée sur une carte heuristique, ont toutes été couvertes.

Notre enquête s’est bien déroulée dans l’ensemble, nous n’avons pas eu de difficultés pour trouver une personne qui accepte de témoigner de son expérience sur la transmission de la cuisine dans sa famille.

Nous avons pu mener notre entretien à terme, car nos deux témoins ont été dynamiques et bienveillants même si nous nous sommes rendus compte que nos questions trop fermées n’ont pas toujours permis aux témoins de s’exprimer plus librement. En effet, cette enquête a été une première pour nous et en prenant du recul nous avons pu constater que nous aurions pu mieux la gérer (temps, questions, réactions, aspects techniques etc…) si elle avait été mieux préparée. Il nous aurait peut être aussi fallu trouver un moyen pour mettre le témoin en confiance afin qu’il se livre à nous sans craintes.

Malgré le support de la carte heuristique, nous n’avons pas eu assez de temps pour établir un questionnaire plus pertinent. Nous étions pleins d’enthousiasme à l’idée de produire un enregistrement de qualité. Zut, c’était trop compter sur notre bonne volonté. Paf, il nous fallait trouver une salle. Mince le magnétophone ne fonctionne pas. Ouf, l’appareil fonctionne, nous pouvons démarrer notre enquête.

Nous avons donc posé nos questions à nos témoins sur leurs habitudes culinaires pour en venir progressivement à leur apprentissage de la cuisine. Sans surprise, les mamans jouent un rôle important dans cette transmission et les plats traditionnels de Guyane sont mis en avant. Surtout nous avons constaté qu’il n’est pas toujours facile de ne pas se perdre, de relancer les témoins, de ne pas fermer les questions, mais nous avons finalement appris beaucoup de choses. Par exemple, lorsqu’un témoin a évoqué les haricots, nous avons complété sa réponse en ajoutant leur couleur sans attendre ses précisions.

Au delà de la recette du poisson boucané que vous avez écouté plus haut, nous avons compris que la position d’écoute de l’enquêteur est essentielle, avec des manières d’acquiescer qui relancent sans fermer, de rester neutre, de poser des questions ouvertes, de conserver notre objectif sans nous tenir toujours à notre “grille” de questions. La carte heuristique est pratique pour cela, elle permet de représenter un cheminement mental et de sortir du piège de la liste de questions linéaires.

La bonne utilisation du matériel et de l’environnement est importante : les bruits ambiants parasitent la compréhension du message. Et poser l’appareil sur la table les amplifie ! Pour les contourner, il faut tenir l’appareil à la main et l’approcher alternativement de la bouche du témoin et de l’enquêteur. Quoi qu’il en soit, cette expérience s’est avérée enrichissante. Elle nous a permis de découvrir notre complémentarité au sein du groupe et nous a appris sur nous mêmes. Nous avons compris d’une des qualités essentielles pour réussir un bon entretien est d’être en empathie avec son témoin et de sortir de ses propres représentations. Nous ne pouvons que remercier nos témoins de leur patience, de leur confiance, face à huit personnes et un appareil d’enregistrement.

Un autre récit (façon Petit Nicolas) de cette après-midi par Pierre :

Mardi, avec la maîtresse, on a fait un truc épatant. Enfin quand je dis avec la maîtresse, la maîtresse elle était pas là, elle nous a laissé tous seuls, c’est ça qui est épatant. Mais à sa place elle nous a donné un drôle d’appareil qui s’appelle zoom H4. Tu parles d’un nom !

zoomH4

D’abord on a fait un joli dessin, que la maîtresse, elle a appelé “carte heuristique”. J’ai pas compris le nom, mais on a passé du temps sur le dessin. Il avait plein de couleurs, et plein de branches comme une fleur.

Et puis, on est allé dans la cour et on a trouvé une fille qu’on ne connaissait pas. Elle était chouette la fille, elle a pas eu peur, pourtant on était toute une bande, comme les 7 nains. On l’a posé sur une table (l’appareil zoom H4, pas la fille, elle elle était sur une chaise devant), on a appuyé sur REC, qui veut dire “vas-y, enregistre”, c’est plus court, et on a posé des questions à la chouette fille. Et elle a répondu. Comme c’était pas assez, on a reposé d’autres questions, et elle a encore répondu. Elle était cool la chouette fille, même si à la fin, elle commençait à en avoir un peu marre.

Tu parles, on voulait savoir qui c’est qui lui avait appris à faire à manger. On pensait qu’une fille ça sait cuisiner mais elle, elle aimait que les pâtes et les patates. Bon c’est vrai que moi aussi j’aime bien les pâtes et les patates, mais il parait que c’est pas du vrai manger, que c’est trop facile et que ça compte pas. A la fin, on a compris que c’était sa maman qui lui apprenait, mais que elle, la chouette fille, elle faisait pas beaucoup à manger, et que sa maman se débrouille très bien toute seule.

Bon si quand même, elle fait du gâteau au chocolat et de la mousse au chocolat. Si je la croise une autre fois dans la cour, la fille chouette, c’est sûr que je lui offre du chocolat, je crois qu’elle aimera bien.

Après on a fait signer un contrat à la chouette fille, qui dit qu’on peut mettre son enregistrement là dessous, mais elle a pas voulu qu’on la prenne en photo, même si le contrat le disait aussi.

Après, on est revenu dans la classe avec la maîtresse et on a écouté les enregistrements. Houlala, c’est là qu’on a appris à poser des questions, mais c’était trop tard, on l’avait déjà fait. En plus dans la salle où on s’était mis y avait un truc qui faisait un gros bruit, et la chouette fille, on l’entend pas en fait.

La maîtresse elle nous a dit que si on redoublait, on pourrait recommencer. C’est ce que je vais faire, j’aimerais bien interroger à nouveau la chouette fille.

 

Texte collectif rédigé par les étudiants du Master 2 Sociétés et interculturalité, promotion 2013-2014 : Manuella, Ludivine, Chloé, Laura, Dayale, Noémi, Pierre, Maryse, Nicole, Emilie, Dimitri, Mary, Odile, Boris, Sofia. La carte mentale a été faite par Emilie.

groupe

amphi

 Crédits photographiques : Nicole, Chloé, Manuella, Véronique, mars 2014, Cayenne.

Regards d’apprentis sur la collecte d’archives orales en Guyane

Mauricienne Fortino, conteuse palikur

Nous sommes un groupe d’étudiants en Master 2  Sociétés et interculturalités (filière Arts, Lettres et Civilisations) à l’Université des Antilles-Guyane qui avons suivi pendant une semaine un cours portant sur le traitement des données numérisées en sciences humaines et plus particulièrement sur les archives sonores. La matière de ce cours nous incite aujourd’hui à vouloir approfondir notre connaissance sur nos cultures dominées par l’oralité. Il nous fait prendre conscience de l’ampleur du patrimoine local matériel et immatériel. Les enseignements et la méthodologie acquis durant cette formation nous  ouvrent un champ de recherches encore faiblement exploré1. Dans ce cadre, nous avons appris à réaliser un entretien, avec un enregistreur numérique, à partir d’une grille d’entretien en étant vigilant sur le format d’enregistrement (wave) et  les questions juridiques et éthiques pour l’utilisation de l’enregistrement. C’est avec ce matériel, très perfectionné en matière de restitution de la qualité sonore (la voix du témoin nous a paru particulièrement claire), que nous avons posé nos questions à une étudiante sur ses premiers pas au campus universitaire. 

Ce travail de terrain nous a amenés à  comprendre les difficultés liées à la collecte des sources orales. Les réticences que peuvent légitimement éprouver les témoins , la nécessité pour l’enquêteur de se mettre en retrait afin de laisser le témoin déployer sa parole. Nous avons également découvert les outils et méthodes de recherche dans le domaine des archives sonores. Sur le site du CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) nous avons l’heureuse surprise de découvrir 26 archives sonores concernant la Guyane française. Les premiers enregistrements datant du début des années 50.  Par contre, nous avons eu beaucoup de difficultés pour trouver des images libres de droit sur la Guyane. Pour enrichir notre étude nous pouvons constituer un fonds documentaire à partir d’un corpus thématique et établir des bibliographies sur différentes bases de données, en particulier sur le moteur Isidore.

Il est important que ces archives orales soient restituées en Guyane et que l’on puisse faire écouter ces enregistrements aux populations qui ont été enquêtées.

Auteurs : Antonella Atidong, Mireille Badamie, Adrien Guilleau, Quentin Le Bert, Tchisséka Lobelt, Yasmina Patient, Yohann Pierre, Stephanie Waya

Crédits photographiques : Mauricienne Fortino, conteuse Palikur, photographie de Julien Salaud, droits réservés.

Le programme de la formation : http://phonotheque.hypotheses.org/8867

  1. Selon nous il y a trop peu de manifestations consacrées à la littérature orale en Guyane, excepté quelques festivals comme le Mémorial du conte Paul-Henri Gérard à Mana []

Nos premiers pas d’enquêteurs

Dans le cadre d’un module intitulé « Traitement des données numérisées en sciences sociales » du Master 2  « Sociétés et inter-culturalité », Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH, nous a proposé de réaliser des entretiens s’inscrivant  dans un projet patrimonial et imaginer toute la chaîne de traitement (les archiver, les cataloguer, les diffuser et les valoriser). Le thème choisi était  celui du souvenir d’école.

A l’issue de ce travail, nous avons mené une réflexion analytique qui  nous  a permis de dégager les éléments positifs et négatifs des entretiens réalisés. Pour nous aider à rédiger notre grille d’enquête, nous avons découvert, à cette occasion,  la carte mentale. Nous avons utilisé le logiciel libre Free Mind qui permet d’organiser, synthétiser et hiérarchiser ses idées.

 

 

Malgré cette carte, le déroulement des entretiens n’a pas été aisé : nous nous sommes rendues compte  qu’il était difficile de faire parler les témoins sans doute parce que nous n’avions pas suffisamment exploité notre grille d’enquête.  Cependant, la carte mentale nous est apparue comme un formidable outil dans la préparation des entretiens et il nous semble que nous pourrons l’utiliser dans de nombreux autres domaines.

Les auteurs :  Josy Joseph, Jessica Barker, Gabrielle Newton, Dominique Moges et Eliane Izéros.

Le programme de la formation : http://phonotheque.hypotheses.org/8867

Crédits photographiques :

Navy Hill School, photographie de Adolph B. Rice Studio, 10 avril 1958, Rice Collection, Bibliothèque de l’Etat de Virginie, pas de restrictions de droit connues.

Enquête orale à l’université Antilles-Guyane, 12 décembre 2012, photographie de Josy Joseph.