Archives du mot-clé histoire orale

Des "Européens" restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d'Algérie : le parcours d'une historienne, Hélène Bracco

6888084601_e7e7b053f8_o

 

Le vendredi 21 novembre 2014, Hélène Bracco, historienne, présentera ses ouvrages à la librairie Le lézard amoureux, 28 rue Emile Zola à Cavaillon (83300), à 18h30.

 

L'autre face : "Européens" en Algérie indépendante, préface de Daho Djerbal. 2e édition revue et augmentée. Paris : Non Lieu, 2012. 223p.

Pour avoir dit non : actes de refus dans la guerre d'Algérie : 1954-1962. Paris : Paris-Méditerranée, 2003. 334 p.

"Soldats algériens de l'armée française en guerre d'Algérie : un appelé du contingent, Bachir Hadjadj" dans l'ouvrage collectif dirigé par Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault, La France en guerre, 1954-1962 : expériences métropolitaines de la guerre d'indépendance algérienne. Paris : Éd. Autrement, 2008. 501 p. (Collection Mémoires, ; n°142).

Les sources sonores sur lesquelles s'appuient les publications d'Hélène Bracco  ont été déposées à la phonothèque de la MMSH et cataloguées sur la base de données Ganoub. L'annonce de cette présentation est l'occasion, pour l'équipe de la phonothèque, de mettre en ligne un nouvel entretien issu de son corpus, repris dans la deuxième édition de son ouvrage "L'autre face".

Titre :  Récit de vie d'un couple d’Européens engagés avec le FLN

Numéro de l'enquête : 4017

Date de l'enregistrement : 1er mars 2011

Lieu de l'enregistrement : Aix-en Provence

Durée : 1h

Accès au fichier son : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-4017

Résumé de l'enquête : 
Hélène Bracco s'est déjà entretenue avec ce couple d’informateurs engagé au côté du FLN durant la guerre d’Algérie mais l'entretien n'était pas enregistré. Le mari est né en Algérie de parents espagnols naturalisés Français. L'informatrice refuse le terme de Pied-Noir puisque ses ascendants, de confession juive, sont arrivés en 1492 d’Espagne, avant la colonisation française de 1830. En 1959 le couple d’informateurs a fui au Maroc, après la découverte par les autorités françaises de réunions du FLN dans leur appartement. Après le tremblement de terre de 1960 à Agadir, le couple est rentré en Algérie où la femme a pu exercer la profession d’institutrice et le mari a continué son activité de formateur dans l’aéronautique. Par son activité et les liens entretenus avec le FLN, le mari a été amené à s’occuper de l’avion de Ben Bella et à le piloter lors de l’évasion d’Aït Ahmed de la prison de Lambèse. Le coup d’Etat de Boumédienne a bouleversé leurs vies, le mari s’est retrouvé au chômage et le couple sans paye pendant plusieurs mois. Actuellement, le couple se partage entre la France et l'Algérie même si, aujourd'hui, la vie quotidienne en Algérie leur paraît de plus en plus difficile Ils évoquent les conditions d'obtention de la nationalité algérienne. L’entretien se conclut sur les dates et souvenirs significatifs de la guerre d’Algérie. 

 

Crédits photographiques : Repas dans une école en Algérie en 1963, Mennonite Board of Missions - Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 2 folder 27, photo #30, Mennonite Church USA Archives - Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droit connues.

 

Histoire orale du lycée Charlemagne, 40 ans d'enseignement

Dans le cadre du 40e anniversaire du lycée Français Charlemagne de Pointe Noire, sept élèves de 3e et 2nde ont mené une enquête orale pour mieux connaître l'histoire de l'établissement. Neuf témoins ont été enregistrés qui ont soit travaillé, soit étudié dans le lycée ou y sont encore. C'est Maguelonne Batt, une professeure d'histoire du lycée Charlemagne, qui a eu l'idée de monter ce projet et c'est avec l'aide d'une ingénieure de recherche du CNRS venue de France, Véronique Ginouvès, que nous l'avons mis en œuvre. Il nous a permis de découvrir le métier d’anthropologue et d'historien de l'oral.

Le premier jour, nous nous sommes posé la question : à quoi cela peut servir d'enregistrer des témoins ?
Voilà quelques réponses, n'hésitez à ajouter les vôtres dans le commentaire du blog. D'après nous, enregistrer des témoins a permis :
- d'avoir plusieurs points de vue (les souvenirs sont différents en fonction de la vision de chacun) ;
- de compléter les archives papier du lycée ;
- de donner de la vie à l'histoire de l'établissement, comprendre les changements ;
- de permettre à ceux qui ne peuvent pas transmettre leur savoir par l'écrit de participer à la connaissance.

Méthologie :
- Pour réaliser notre grille d'entretien, nous avons dessiné une carte mentale ou carte heuristique.
- Pour informer chacun des témoins de ce qui allait être fait de leur parole enregistrée, nous avons fait signer à chacun d'entre eux un contrat. Tous les témoins ont accepté que leurs enregistrements soient conservés et diffusés . Nous avons décidé de les déposer ensuite au CDI du lycée où ils pourront être écoutés par tous.

carte-mentale

Pour ceux qui ne pourront pas venir à Pointe-Noire, voilà quelques thèmes qui ont été abordés...

Le paysage 
Nous avons découvert qu’autrefois le lycée Charlemagne était au cœur de la nature. Le long de la côte sauvage, de l’ancien village des artisans, il y avait de magnifiques flamboyants. Certes le paysage a été quelque peu modifié aux alentours de l’école depuis les années 70. A cette époque, la Citronnelle s’appelait La Rotonde. C’était alors un bar qui appartenait au grand-père d’une de nos témoins, celui-là même qui avait cédé le terrain pour construire le lycée.

Les bâtiments
Tous les témoins enregistrés s’accordent à dire que l’établissement est resté le même à travers les années même si, bien sûr, les bâtiments ont pu connaître des fonctions différentes au fil des 40 ans et que des aménagements ont permis d’accueillir de plus en plus d’élèves. Le lycée a subi également de nombreuses modifications concernant l’organisation administrative.
Mme De Jésus, ancienne élève devenue assistante de direction au lycée :
Nous : Avez-vous remarqué des changements dans le lycée depuis le temps où vous étiez élève ?
Mme De Jésus : Des changements sur la structure du lycée ? oui énormément. On n’avait pas les classes climatisées, on avait des nacos1, des ventilateurs au plafond. Il n’y avait pas de postes informatiques, les classes de sciences étaient moins modernes que maintenant, tout ça a beaucoup évolué.

M. Manicas, ancien élève actuellement dans la restauration :
Nous : Est-ce que les classes étaient déjà climatisées quand vous alliez au lycée ?
M. Manicas : Non, il y avait pas de climatisation, il n’y avait même pas de mur d’enceinte, c'est-à-dire que le lycée était délimité par des petits murets des poteaux et des poutres en béton. Pas de mur de clôture. Il y avait une maman qui vendait des arachides le long du mur et aux intercours on allait chercher nos arachides.

Enregistrement-M.-Simba-pour-webM. Simba, aujourd'hui retraité, ancien bibliothécaire, professeur de mathématiques et qui a occupé plusieurs postes au lycée, nous a expliqué qu’en 1977, les cours A et B correspondaient à la maternelle. La cour D au collège, l’étage du bâtiment D était réservé au primaire et le bas au collège. L’infirmerie, d’abord en salle D11, s'est retrouvée dans la cour C vers 1980. La cour C était réservée au secondaire. Certaines salles n’ont pas changé de place comme celles de gym, de techno et la permanence. L’organisation de l’administration et le CDI ont changé à plusieurs reprises en restant toujours autour de la cour C. Le passage entre la salle de réunion et les salles de physique n’existait pas, il fallait faire le tour, plus haut.

Contexte historique
Avant la construction du lycée Charlemagne, les élèves, congolais ou européens, allaient à l’école Félix Tchicaya. Le programme était celui qui était suivi en France et n’était pas relié au Congo. Entre 1963 et 1968 tout a basculé avec révolution congolaise. Suite à cela, le programme des écoles congolaises portait sur l’histoire du Congo et les Français on décidé de construire un lycée, c’était le lycée Charlemagne. M. Simba nous a expliqué que les parents d’élèves d’enfants français se sont cotisés et M. Joseph René Trouyet, forestier, propriétaire d’un secteur de La Losonge (où était située La Rotonde) a cédé une partie de ses terres pour la construction du bâtiment. De 1974 à 1992, seuls les élèves de nationalité française pouvaient suivre les cours de cette école consulaire (elle dépendait du consulat de France). Après les événements de 1992 à 1998, le statut du lycée a changé et toutes les nationalités ont pu être accueillies.

 

Les loisirs
A la Rotonde (qui deviendra "La Citronelle"), dans l’arrière salle, il y avait des jeux comme des flippers ou un baby-foot, à midi les lycéens venaient y manger leurs sandwiches, c’était un lieu où les élèves aimaient se regrouper. A côté, le Victory Palace existait déjà, tout comme l’Atlantic (on peut voir le sommet de l'immeuble de cet hôtel au fond de la photo de groupe en-tête du billet). D’après Madame Trouyet, en face de l’école (là où se trouve le tribunal aujourd’hui) se trouvait un centre sportif où les élèves prenaient des cours de judo. Plusieurs témoins nous ont aussi raconté, que la nuit, près du lycée, il arrivait que professeurs et élèves européens se retrouvent car il y avait une pizzeria et deux boîtes de nuit dont une s’appelait La Licorne. D’autres lieux de rencontre nous ont été cités. Monsieur Manicas nous en a dressé la liste : l’amicale bouliste qui fonctionnait principalement le soir, le cercle civil spécialisé dans les tennis, le club nautique ou cercle naval, spécialisé dans tout ce qui était activité voile et plage, le club hippique, un club de judo nous a également été signalé. Il y avait aussi un cinéma qui passait les films du moment.

Les évènements de 1997
La vie au lycée pendant 40 ans a été très paisible, l’événement marquant pour nos témoins est la période de 19972. Ils nous ont appris que l’école avait été fermée quelques temps avant d’ouvrir à nouveau. Les avis divergent sur la période de fermeture, entre une semaine et un mois. Cette période de crise n’a pas eu que des inconvénients : aujourd’hui, le lycée Charlemagne est un centre d’examen. En effet, Monsieur Panguini nous a appris que comme les élèves ne pouvaient plus aller à Brazzaville pour passer leurs examens, comme seul ce lycée était ouvert au Congo, les élèves sont venus les passer à Charlemagne.

Monsieur Panguini : En 1997, il y avait des événements à Brazzaville, la rentrée en Octobre, n’a pas eu lieu. Bon, le proviseur ne voulait pas venir. Il y avait un professeur de maths qui avait demandé que le portail soit ouvert (…) c’est la cause [de cela] que Charlemagne est maintenant centre d’examens parce ce que [à cette époque à] Brazzaville, l’école était fermée. A Charlemagne les portes étaient ouvertes pendant les examens voilà. C’est là où le lycée Charlemagne est maintenant centre d’examens. Donc les élèves de Charlemagne au 2e tour [avant] ils passaient ça à Brazzaville alors que maintenant, pour les élèves le 2e tour c’est ici. (…) Le lycée était ouvert parce que M. Mourgantes, un professeur à l’époque (il n’est plus professeur, il est maintenant proviseur) quand le proviseur est venu, ils ont travaillé ensemble et après on l’a affecté ailleurs. Donc il est affecté [comme] proviseur.

Madame Ricci : Déjà c’était très compliqué parce que (…) les élèves étaient en plein examen de bac, on devait arrêter [à cause de la guerre]. Après le second problème, on a arrêté l’école 1 mois, une fois en février. Bien sûr, on avait les vacances, on arrêtait. Il y avait des problèmes de sécurité pour les élèves, par exemple quand il y avait des tirs, on apprenait à les mettre à plat ventre sous les tables. C’était une atmosphère très tendue.

IMG_9995

Les cercles de connaissance
Nous avons été touchées lorsque nous nous sommes rendues compte, lors des entretiens, que les « anciens » gardaient le contact même après le lycée, même après avoir quitté Pointe-Noire, et que même des professeurs gardaient le contact avec des élèves. Ils restaient toujours amis malgré  la distance.

Voici donc un extrait de Monsieur Célestin Simba :
Nous : Est-ce que vous avez un souvenir qui vous a marqué depuis que vous êtes au lycée ?
Célestin Simba : Le bon souvenir que j’ai, c’est par rapport aux élèves. Moi j’étais au CDI et j’ai fait les maths, pendant la guerre j’ai enseigné les maths à l’école, parce qu’il n’y avait pas de professeur de maths. Les élèves étaient autour de moi, au CDI, j’aidais certains pour expliquer certains cours qu’ils ne comprenaient pas. Le grand souvenir c’est que j’avais beaucoup de contact avec les élèves.

Nous : Vous êtes restés en contact avec les gens qui sont aujourd’hui partis ?
Célestin Simba : Avec les élèves. Ils sont presque tous ici dans de grandes sociétés. L’année dernière j’avais le contact, mais maintenant je suis rentré chez moi [M. Simba est retraité], je n’ai pas l’internet.

Et celui de madame X (anonyme) :
Nous : Est-ce que vous avez gardé le contact avec certains professeurs qui sont partis ou des élèves ?
Madame X : Des élèves pas beaucoup. J’ai gardé le contact avec des élèves qui sont ici. Des professeurs, oui, mais après c’est dans la sphère de ma  vie privée. Mais on se parle sur internet, on se donne des nouvelles. Comme moi je n’ai pas oublié, elles n’ont pas oublié le lycée. Donc elles sont toujours aux aguets des améliorations, les changements, l’ambiance, voilà. Le Congo, ça ne s’oublie pas dans une vie.

Ce qui nous a aussi émues c’est qu’en plus d’être amies, certaines ont rencontré leur conjoint pendant leur scolarité à Charlemagne. Voilà un extrait du témoignage de Mme Bouvarel :
Nous : Et vous aviez beaucoup d’amis à l’école ?
Corine Bouvarel : Eh bien oui ! On avait beaucoup d’amis comme vous aujourd’hui, pour moi  ce qui est un petit peu spécial c’est que j’en ai gardé un,  et aujourd’hui c’est mon mari.
Nous -C’est formidable !
Corine Bouvarel : Donc en fait on s’est connu en 6ème, on a fait pratiquement toutes nos classes ensemble parce qu’on était toujours dans les mêmes classes et on a été jusqu’en terminale ici tous les deux. 

Et un autre témoignage de Carine Trouyet, ancienne élève qui a aujourd'hui des enfants au lycée :
Carine Trouyet : Mon mari aussi était un ancien donc voilà.
Nous : Et vous avez connu votre mari dans le lycée ?
Carine Trouyet : Mon mari je l’ai rencontré en maternelle et puis après donc moi je suis partie en France. Je suis revenue passer  mon bac et lui il est parti en France au moment ou j’allais faire mon secondaire. Et puis après on s’est rencontrés longtemps après, on était copains d’enfance et voilà.

En conclusion, cette expérience a été très enrichissante car elle nous a permis d'inverser notre regard sur le monde. La phrase d'Amadou Hampaté Bâ a pris tout son sens : [En Afrique] "Quand un vieil homme meurt, c'est comme une bibliothèque qui brûle".

Auteures du billet : Danielle, Eva, Fidélia, Julia, Lorena, Mireine, Sarah. La carte mentale a été dessinnée par Fidélia.

Crédits photographiques : les photographies ont été prises par Julia Bitar et Véronique Ginouvès pendant la semaine du lycée.

  1. Volets en verre qui laissent passer l’air []
  2. De 1997 à 1999, une guerre civile a eu lieu au Congo []
Un cargo entre dans le port de Barcelone

Pouvoir et démocratie : innombrables voix de l'histoire orale (Barcelone, juillet 2014)

Du 9 au 12 juillet 2014 se tiendra à Barcelone le 18ème congrès de l'IOHA - International Oral History Association sous le titre "Power and Democracy: the many voices of Oral History".  Une magnifique occasion de rencontrer les acteurs internationaux de l'histoire orale. D'autant que Barcelone est aussi la ville où se publie une des meilleures revues du domaine1 Historia, Antropología y Fuentes Orales.

Plus de 400 propositions ont été envoyées aux organisateurs du congrès après leur appel à communication, preuve de la vitalité de l'histoire orale. La phonothèque de la MMSH y sera présente puisqu'avec Myriam Fellous-Sigrist de l'Association pour l'histoire des chemins de fer nous interviendrons dans le cadre du panel dirigé par Rob Perks (British Library) "What happens when oral history goes public ?", dans une conférence à deux voix sous le titre : Back to identity : sound archive databases and the issue of witness privacy and acknowledgement.

Vous pouvez suivre l'actualité sur le congrès grâce au compte twitter IOHA Conférence 2014 et sur le blog créé pour l'occasion, Power and Democracy: the many voices of Oral History.

A très bientôt à Barcelone !

Crédits photographiques : Un cargo entre dans le port de Barcelone, photographie de Véronique Ginouvès, 2001.

  1. La revue est publiée par l'association Historia y Fuente Oral, l'Arxiu Històric de la ville de Barcelone et l'université de Barcelone. Elle paraît de 1989 à 1995 sous le titre Historia y Fuente Oral, puis depuis 1996, sous le titre Historia, Antropología y Fuentes Orales. Malheureusement aucun numéro n'est en libre accès, la revue est uniquement accessible sur JSTOR. Vous pouvez lire la version papier à la médiathèque de la MMSH où la collection est quasiment complète... Il manque seulement le n°43, sur le thème "Mundos intangibles" : si vous en avez un exemplaire en double, merci de nous le faire parvenir ! []

Compte rendu de l’édition 2013 du colloque annuel de la Société britannique d’histoire orale

Les 5 et 6 juillet derniers, le colloque annuel de la Société britannique d’histoire orale s'est déroulé à Brighton (R.-U.) au sein du Centre for Life History and Life Writing Research. Cette année, ce rendez-vous des professionnels britanniques et anglo-saxons de l’histoire orale portait sur "l'histoire orale dans l'administration et dans l'entreprise".

Dans l'optique1 de contribuer à la diffusion des pratiques françaises de l'histoire orale au Royaume-Uni et à la connaissance des expériences anglo-saxonnes en France, j’y ai coordonné une session sur la place du patrimoine immatériel dans l’histoire française des entreprises et des administrations. Avec Marie-Noëlle Polino2 et Arthur Mettetal3 , nous avons proposé, à travers quatre cas d’études, une réflexion sur l’histoire de ces structures en France et son inflexion récente vers les archives orales.

Après avoir exposé le contexte français de l’histoire orale et de l’histoire des entreprises et des administrations, nous avons présenté quatre projets de collecte d’entretiens, élaborés avec des méthodes, des moyens et dans des cadres différents. Ont ainsi été détaillées les collectes menées par l’association French Lines sur l’histoire des grandes compagnies maritimes, par l’Office Français pour la Protection des Réfugiés et demandeurs d’Asile auprès de ses anciens agents, par le collectif Anachronique Symposium Committee sur les anciens employés de l’usine Panarroya-Metaleurop et par l’Association pour l’histoire des chemins de fer sur la vie et le travail des cheminots pendant la Deuxième Guerre mondiale.  

Marie-Noëlle Polino a animé notre discussion sur les usages du patrimoine immatériel dans ces milieux. Le public, qui a rempli notre petite salle de séminaire, a été invité à contribuer à notre comparaison des usages de l’histoire orale en France et dans les pays anglo-saxons.

 

Nos présentations se sont inscrites dans une réflexion portant sur de multiples aspects de l’histoire orale des entreprises et des administrations. Je vous propose un petit aperçu4 des questions soulevées et des approches adoptées dans les différents pays et projets représentés durant ces deux jours.

 

Photo des participants, Brighton, juillet 2013. Avec l'aimable autorisation de Stuart G. Robinson, University of Sussex.

Photo des participants, Brighton, juillet 2013. Avec l'aimable autorisation de Stuart G. Robinson, University of Sussex.

Un défi pour l’histoire orale

Dans son introduction générale, Rob Perks (British Library, R.-U.) nous a rappelé qu'il s’agissait de la première des conférences annuelles de l’Oral History Society, depuis la première édition en 1971, à aborder le thème des entreprises. Cela s’explique notamment par les origines politiques de l’histoire orale au Royaume-Uni : elle a été lancée avec le mouvement de « history from bellow », par les chercheurs s’intéressant à  l’histoire des dominés (sous-représentés dans la recherche : les ouvriers, les immigrés, les femmes, les enfants…).

Malgré tout, l’histoire orale s’avère être un bon moyen pour permettre aux entreprises de garder une trace des savoir-faire, pour apporter une reconnaissance aux employés, pour tirer les leçons des échecs, ou encore pour construire une image de marque.

Les défis qui se posent à l’historien oral sont nombreux s’il veut aborder le thème du business : dépasser sa réticence vis-à-vis des grandes entreprises et institutions, se confronter aux relations de pouvoirs de ce milieu, négocier un cadre de travail, garantir la polyphonie et enfin établir si l’enquêteur doit être interne ou externe à l’établissement.

 

Le business de l’histoire des entreprises

La valeur de l’histoire vivante : pourquoi les entreprises compétitives investissent dans des projets d’histoire orale (allocution plénière de Bruce Weindruch, fondateur et CEO de The History Factory, E.-U.) :

L’entreprise The History Factory a été créée en 1979 à Washington D.C. et emploie aujourd'hui 35 personnes dont les différents métiers (archiviste, graphiste, historien…) sont mis à profit pour répondre à des commandes d’histoire orale d’entreprises et d’institutions dans le monde entier. Les entretiens, réalisés auprès d’employés de structures telles qu’Adobe, McDonalds ou Western Union, sont sauvegardés dans l’un des 35 bâtiments servant à l’archivage des projets. 

L'intervenant remarque que les entreprises qui le contactent (sa politique est de ne jamais démarcher de possibles clients) sont très préoccupées, non par le changement, mais par la perte de leur identité. Par ailleurs, beaucoup des projets sont commandés après l’enterrement d’un haut dirigeant d’entreprise : ces cérémonies servent de déclencheur pour les autres responsables qui s‘inquiètent de la mémoire qu’ils laisseront derrière eux, à leur départ de l’établissement. 

Les projets de collecte revêtent des formes très différentes : le kit de collecte (selon le concept du « Do It Yourself »), les enquêtes téléphoniques, les entretiens collectifs, la discussion filmée entre membres d’une équipe… Une fois collectés, les entretiens sont transformés en des produits utilisables par l’entreprise à l'avenir (mini site internet, film, livre, etc.). Ainsi, la devise de The History Factory est « Start with the future, and walk back ».

La compagnie revendique le respect d'une éthique professionnelle rigoureuse : les entretiens font l’objet de contrat de cession de droits d'auteur, les commanditaires reçoivent un dossier expliquant le déroulement de la collecte et les enquêtés obtiennent des conseils pour se préparer à l’entretien. Chaque entretien coûte en moyenne 10 000$ (environ 7 500€) en incluant le coût de toutes les étapes depuis la recherche préparatoire jusqu’à la réalisation du produit final. 40% du temps utilisé dans ce processus est dédié à la recherche.

Les entretiens ne se concentrent pas que sur les dirigeants, les employés en bas de la hiérarchie d’entreprise ont aussi la parole car les commanditaires reconnaissent souvent que ce sont ces employés qui possèdent la connaissance de terrain. De même qu’est généralement accepté que les personnes qui ont démissionné ou ont été renvoyées aient aussi la parole, de peur que, si elles ne sont pas interviewées, les informations qu’elles ont à transmettre ne se retrouvent dans les médias.

Le plus grand défi qui se pose à The History Factory aujourd’hui vient des nouvelles technologies qui permettent de s’auto-enregistrer : beaucoup des entreprises qui prennent contact demandent en quoi elles ont encore besoin d’historiens alors que leurs employés pourraient réaliser leur propre entretien avec des outils tels que les lunettes Google. L’intervenant répond à cela qu’on ne peut comparer l’utilisation ponctuelle d’un gadget à la mode et la construction méthodique d’un projet de collecte.

Par manque de temps l’intervenant n’a pas pu être interrogé sur la diffusion des entretiens enregistrés et stockés dans les bâtiments de The History Factory. Il reste à comprendre qui, en dehors du commanditaire, pourra avoir accès à ces milliers d’heures de son et de vidéo. Et la question majeure qui se pose est sans doute celle de la nature du travail qui est réalisé : si ce n’est pas tout à fait de l’histoire orale, comme le reconnait l’intervenant, comment qualifier ce type de méthode ?

 

L’histoire des entreprises et du business

L’histoire du monde des affaires en Egypte à l’aide de l’histoire orale : une expérimentation institutionnelle (allocution plénière d’Abdel Aziz EzzelArab, American University of Cairo, Egypte)

L’ Economic and Business History Research Center  a été créé en 2004  à l’initiative de 5 économistes américains et égyptiens, parmi lesquels figure l’intervenant. Ses activités incluent la collecte et l’archivage d’entretiens avec des acteurs de la vie économique du pays, la formation d’étudiants, la publication et l’organisation d’évènements scientifiques. Le centre est soutenu par de nombreuses institutions comme les universités de Harvard, Princeton, ou Washington. Une personne y est actuellement employée de façon permanente.

La collecte d’archives orales est au cœur du projet de création de ce centre, bien qu’aucun des fondateurs n’ait eu une expérience préalable en histoire orale. Ils se sont formés par la suite. Ce besoin de créer de telles sources résulte de l’importance de la censure dans le milieu des affaires égyptien et de l’absence de politique d’archivage à l’université. Ce centre de recherche tente de produire de nouvelles sources pour comprendre les processus de prises de décisions dans le monde des affaires et notamment les politiques de privatisation mises en place en Egypte depuis plusieurs décennies. Les témoins enregistrés sont des anciens ministres ou des personnes qui ont été influentes dans les prises de décisions économiques.

L’analyse des entretiens révèle le poids des dynamiques informelles dans la prise de décision, un phénomène qui explique l’absence de trace des débats ou des décisions dans les médias ou les documents officiels. Par ailleurs ces entretiens mettent en lumière l’écart entre les lois votées et les intentions initiales de leurs promoteurs. Contrairement à  ce qui aurait pu être pensé au vu de l’opacité de ce milieu, les témoins sont enthousiastes à l’idée d’être enregistrés car cette sollicitation leur donne le sentiment que le pays se souvient d’eux. A la suite des entretiens, plusieurs d’entre eux ont commencé à écrire leurs mémoires. Et lorsqu’ils ont été invités à participer à des séminaires pour discuter de leurs entretiens, ils l'ont accepté.

Le centre de recherche utilise deux vecteurs principaux de diffusion des entretiens. La transcription et l’archivage constituent un de ces moyens. Le second vecteur de diffusion prend la forme de séminaires, regroupant des étudiants, des chercheurs et les témoins. L’intervenant remarque que la rencontre a un fort impact sur les étudiants lorsqu’ils entendent d’anciens politiciens faire des erreurs dans la chronologie des faits ou affirmer qu’ils n’ont jamais débattu les décisions politiques qu’ils ont prises. L’opinion des étudiants quant aux preneurs de décision de leur pays s’en trouve bouleversée. Enfin, la cession des droits d’auteur a été demandée pour tous les entretiens afin de permettre que ces nouvelles sources soient étudiées à l’avenir.

 

Histoires invisibles : chansons et récits des emplois perdus de Salford (par Neil Dymond-Green, Working Class Movement Library, R.-U.)

Il s’agit du premier projet de collecte mené par la Working Class Movement Library, qui a porté sur les anciennes usines de cette banlieue de Manchester. L’appel à témoignage a été diffusé au moyen d’affiches dans les bibliothèques municipales et d’annonces dans la presse locale. 24 entretiens ont pour l’instant été recueillis, auprès d’employés de 3 lieux différents : une mine de charbon, une usine de plastiques et une usine de coton.

Pour la valorisation et la diffusion des entretiens, l’équipe du projet s’est inspirée d’un autre projet local mené dans les années 1960 par des chanteurs de la région qui ont enregistré et diffusé à la radio des ballades racontant l’histoire locale. En partenariat avec une des écoles de Salford et des musiciens locaux, l’équipe du projet d’histoire orale est en train de créer de nouvelles chansons utilisant des extraits des entretiens collectés sur fonds de mélodie hip hop. Leur objectif principal est de faire en sorte que ces histoires restent vivantes. Les chansons seront bientôt disponibles sur leur site internet, sur Youtube et Audioboot.

 

L’histoire des institutions politiques et des fonctionnaires

Observer le changement dans une institution traditionnelle : l’histoire orale dans le Sénat américain (par Donald Ritchie, US Senate Historical Office)

Le fort sentiment de continuité propre aux membres du Sénat américain explique leur intérêt pour l’histoire de leur institution. Ce projet d’histoire orale sur l’évolution du Sénat a ainsi débuté en 1966, année où l’intervenant a été embauché comme enquêteur. Les entretiens sont menés lorsque les témoins sont proches de l’âge de la retraite. Outre les sénateurs et d’autres politiciens, le projet entend capter l’évolution de tous les métiers qui permettent de faire fonctionner l’institution.

Malgré leur sentiment de continuité, les sénateurs ont connu de nombreux changements, en raison notamment des avancées technologiques. Ainsi, avant qu'il soit possible de traverser les Etats-Unis en quelques heures en avion, les sénateurs déménageaient systématiquement à Washington avec toute leur famille ; aujourd’hui leurs billets d’avion sont payés par l’Etat fédéral pour qu’ils puissent rentrer chez eux toutes les semaines.

Alors que le nombre d’employés est passé de 1000 dans les années 1960 à plus de 7000 aujourd’hui, plusieurs autres grandes évolutions sont mises en valeur par les entretiens. Afin de permettre que les employés fassent connaissance, l’institution doit organiser des évènements pour les réunir. Le rapport à la technologie est passé d’une forte réticence (notamment pour s’adapter à l’ordinateur dans les années 1980) à une acceptation générale des outils informatiques, qui  sont désormais omniprésents. Enfin, jusqu’aux années 1970 les assistants des sénateurs pouvaient rédiger des projets de lois pour des sénateurs de bords différents ; aujourd’hui les assistants ne peuvent travailler que pour un seul parti.

 

Les politiques racontent des histoires : le projet d’histoire orale du Parlement britannique (par Paul Seaward, Priscilla Pivatto et Emma Peplow, membres du projet History of Parliament, R.-U.)

Cette collecte qui a débuté en 2011 s’insère dans un vaste projet de recherche sur l’institution et ses membres, en cours depuis les années 1960. L’enregistrement de récits de vie de parlementaires vise à saisir le parcours de vie qui a amené des centaines d’hommes et de femmes à siéger au Parlement britannique, à comprendre leur caractère et à recueillir leurs observations des évolutions de l’institution. L’un des enjeux du projet est d’arriver à faire sortir ces anciens politiciens de leurs discours rodés ou souvent répétés.

La collecte est réalisée par une vingtaine d’enquêteurs bénévoles, qui ont été choisis pour leur connaissance de l’histoire ou de la politique britannique. La sélection des parlementaires se fait en fonction de leur origine géographique et de leur appartenance politique, avec l’objectif d’obtenir un corpus d’entretiens équilibré. 60 personnes déjà ont été interviewées et les intervenants projettent de rencontrer une centaine de témoins d’ici à la fin de leur projet.

Les archives orales sont destinées à être déposées au département des archives sonores de la British Library. Pour les prochaines étapes du projet, les responsables envisagent d’élargir l’enquête à l’histoire des circonscriptions, des militants et des bloggeurs impliqués dans la vie politique locale. Le projet vient de recevoir un financement de la part de la Loterie nationale (Heritage Lottery Fund) pour mener cette nouvelle enquête dans une première région, qui servira de test.

 

Les scientifiques au service de l’Etat britannique entre la Deuxième Guerre mondiale et les années 1990 (par Sally Horrocks, University of Leicester, et Tom Lean, National Life Stories, R.-U.)

Ce projet s’inscrit dans le programme de collectes d’entretiens menées depuis 1987 par le département d’histoire orale de la British Library sous le nom de National Life Stories qui entend créer des archives orales couvrant le plus grand nombre possible de thèmes de l’histoire de la société britannique contemporaine.

Le projet présenté lors de cette session porte sur le volet « Made in Britain »  de la collecte sur l’histoire de la science au Royaume-Uni qui a débuté en 2009 grâce au financement de l’association caritative Arcadia Fund. L’objectif de cette collecte sur l’histoire de la science est de regrouper environ 200 témoins, avec lesquels sont menés des entretiens d'une durée 10 à 15 heures chacun.

Le propos des intervenants portait sur les entretiens réalisés auprès de scientifiques entrés au service de l’Etat britannique pendant la Deuxième Guerre mondiale. En 1949, 9 000 scientifiques qualifiés travaillaient dans les ministères.

La plupart avaient été embauchés pendant la guerre. En acceptant de devenir fonctionnaires, ils ont fait le choix de placer leur carrière au service des besoins de la nation, quitte à mettre entre parenthèse leurs ambitions professionnelles. Beaucoup des personnes rencontrées expliquent cette décision par le sentiment d’avoir été sauvés par l’Etat en étant requis loin du front et d’avoir un devoir à accomplir en retour. Cependant plusieurs témoins expliquent qu’ils ont été contraints de ne pas aller sur le front, contre leur volonté, par la menace d’être envoyés en prison s’ils refusaient de devenir fonctionnaires et de rester en Grande-Bretagne.

Le sens du service à la patrie persiste après la guerre : jusqu’aux années 1960, beaucoup de témoins se désignent comme des « soldats scientifiques ». A partir des années 1980, leur opinion sur leur métier change fortement, en raison notamment du contexte politique de tournant libéral initié par le gouvernement de Margaret Thatcher. Ils reçoivent désormais la consigne de faire en sorte que la science devienne rentable. Les passages des entretiens portant sur cette période de leur carrière sont caractérisés par la nostalgie et le ressentiment.

 

L’histoire orale par et sur les universités

Qui sommes-nous ? L’histoire orale de l’Université de Sussex (par Margaretta Jolly, Dorothy Sheridan et Suart Robinson, University of Sussex)

A l’occasion de l’anniversaire des 50 ans de cette université, son Centre for Life History and Life Writing Research a mené un projet d’histoire orale sur l’institution. De 2009 à 2011, 50 entretiens ont été collectés, avec un financement de £18 000 (environ 21 100 €) apporté par l’université.

Les entretiens ont tous été accompagnés de la réalisation d’un portrait du témoin sur le campus universitaire. Comme l’expliquait le photographe de l’établissement, qui s’est lui aussi retrouvé interviewé sur sa longue carrière dans l’institution, il a laissé  le choix du cadre de la photo à chaque personne pour qu’elle représente un lieu fortement associé à sa mémoire des années passées dans l’université.

De nombreux enseignants-chercheurs ont été sollicités, et parmi eux une des intervenantes, le professeur Sheridan, qui fut enseignante en sociologie puis directrice du Mass Observation Archive jusqu’à sa récente retraite. Elle nous a livré ses réflexions sur l’expérience d’être interviewée pour la première fois après avoir mené de nombreuses enquêtes au cours de sa carrière. Elle a admis avoir eu peur que ses propos soient inadéquats pour un projet mené dans le cadre de la célébration d’un anniversaire. Par ailleurs, l’expérience l’a fait réfléchir sur l’effort de présenter un visage serein et un récit de vie avec lequel on est à l’aise. La notion qu’elle a utilisée (celle de « composure ») renvoie au besoin de négocier avec soi-même pour livrer une narration qui nous satisfasse et qui soit acceptable à entendre pour l’autre. Enfin, elle a reconnu que l’histoire de vie qu’elle a racontée pour ce projet aurait sûrement été très différente si elle avait été interviewée à une autre étape de son parcours.

.

Le Centre for Popular Memory : dilemmes institutionnels pour l’histoire orale dans le contexte académique (par Sean Field, University of Cape Town, Afrique du Sud)

Le professeur Sean Field nous a proposé une réflexion sur les 10 dernières années d’existence du Centre for Popular Memory, dont il a été le directeur de 2001 à 2012. Ce centre de recherche en histoire orale a été créé pour prendre le relais du Western Cape Oral History Project qui avait commencé son activité en 1985. Son équipe a réalisé de nombreux projets de collecte d’entretiens, des expositions, des documentaires radio, des publications scientifiques.

Dans les années 2000, soit la phase de réconciliation nationale qui faisait suite à l'apartheid, l’histoire orale a connu dans tout le pays un essor et a bénéficié de financements importants avec une demande accrue de formation en technique de collecte pour la société civile, notamment pour les enseignants du secondaire, les personnels des ONG et les responsables de centres communautaires. L’université qui abrite ce centre de recherche a encouragé l’équipe à se concentrer sur la formation, la diffusion auprès du grand public et l’archivage.

Si entre 2001 et 2005 l’université a soutenu et financé les activités de diffusion des méthodes et résultats de l’histoire orale, à partir de 2006 le centre de recherche s’est retrouvé pris en contradiction entre les demandes de formation au niveau local (l’histoire orale est devenue obligatoire dans les écoles de la région) et les exigences pour la recherche au niveau national (seule la recherche en sciences dites "dures" est financée). En outre, au niveau institutionnel, la pression exercée par l’université abritant le centre de recherche oblige l’équipe à publier pour obtenir des financements supplémentaires. L’Université de Cape Town étant la seule université africaine présente dans le classement international qui désigne chaque année les 100 meilleures universités, l’institution exige que les équipes de recherche se concentrent sur la publication, au lieu de la diffusion et des partenariats avec la société civile. Aujourd’hui le Centre for Popular Memory ne fonctionne qu’avec deux personnes permanentes, dont une est à mi-temps.

Suite à cette présentation il était intéressant de réfléchir au fait que l’histoire orale a pour principal objet la production de sources audio-visuelles, qui ne peuvent seulement être analysées dans un second temps et faire l’objet d’une production écrite. A moins de changer en profondeur la nature et la méthode de l’histoire orale, le problème que pose la réponse aux exigences de publications référencées n’est-il pas sans solution? Est-il possible de concilier le caractère chronophage de la constitution et du traitement de corpus d’archives orales avec cette exigence institutionnelle, sans avoir pour cela de moyens supplémentaires en ressources humaines ?

Cette situation problématique est observée par beaucoup de professionnels présents à cette séance du colloque: l’université valorise les partenariats que peuvent susciter des projets d’histoire orale avec la société civile mais elle ne donne pas les moyens financiers pour assurer le travail de recherche nécessaire à la réalisation et à la diffusion de ces projets.

La revue publiée par l’Oral History Society (Oral History Journal, une des principales revues européennes dans le domaine) pâti aussi du système international de classement universitaire: bien qu’accessible sur la plateforme JStor, cette revue n’est pas référencée et le comité de rédaction ne reçoit pas suffisamment d’articles à évaluer.

.

Pour plus d'informations sur ce colloque, il est possible de consulter le programme et les résumés des papiers présentés.

  1. Historienne orale exerçant en France après une formation au Royaume-Uni, je suis cheffe de projet d'une collecte d'archives multimédia à l'Association pour l'histoire des chemins de fer. []
  2. Secrétaire scientifique de l'Association pour l'histoire des chemins de fer et spécialiste du patrimoine industriel. []
  3. Président de l'association Anachronique Symposium Committee et responsable du patrimoine pour le Réseau Empreintes de Haute-Savoie. []
  4. Je remercie Marie-Noëlle Polino et Arthur Mettetal pour leur relecture de ce texte. []
Tradition orale et identite culturelle

Méthodologie de l'histoire orale à Aix-en-Provence : une conférence sur les « ethnotextes » de Jean-Claude Bouvier en 1981

 Jean-Claude Bouvier a été professeur de dialectologie et de langue occitane à l'Université d'Aix-en-Provence où il a fondé et dirigé le CREHOP1. Spécialiste de dialectologie, d'ethnolinguistique et d'onomastique, il est aussi le co-fondateur, avec Philippe Joutard (historien moderniste), de la Phonothèque d'Aix-en-Provence, actuellement implantée à la MMSH. Enfin, il est l'un des fondateurs de l'Association Française d'Archives Sonores (AFAS),  en 1979, qui a pour objectif de "réunir institutions et personnes qui s'intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités".

Lors de la numérisation de bandes magnétiques déposées par le Musée ethnologique de Salagon, j'ai écouté un enregistrement que l'on peut désormais qualifier d'"historique" : Jean-Claude Bouvier, lors d’un stage d’ethnologie à Saint-Michel-l’Observatoire en 1981, présente ce qu'il appelle les "ethnotextes", ou "textes oraux". Nous sommes alors dans une période de fort intérêt chez les chercheurs de sciences humaines et sociales de l'université d'Aix-en-Provence pour les archives orales et l'histoire orale, longtemps ignorées dans le monde de la recherche française. Il présente devant l'auditoire une méthodologie d'enquête orale puis développe quelques exemples avant de terminer sur la préservation des supports physiques.

Dans une première partie, Jean-Claude Bouvier définit le concept d'ethnotextes2 et présente une méthodologie qui passe par un plan d'enquête, donc d'une bonne connaissance du sujet. Toutefois, ce plan doit être flexible, en évolution permanente. Il conseille de limiter les interventions de l'enquêteur lors de l'entretien, de laisser parler librement l'informateur, et de revenir ensuite sur certains points qui mériteraient d'être éclairer:

 

Pour Jean-Claude Bouvier, le texte oral qui découle de l'entretien doit être étudié au même titre que n'importe quel autre texte écrit :

 

Ce texte oral contient la représentation que se font les informateurs de leur propre culture :

 

Il donne alors l'exemple d'enquêtes réalisées sur le thème du baptême :

 

Puis il insiste sur l'importance lors de l'entretien des non-dits :

 

Jean-Claude Bouvier insiste sur l'importance de passer par des intermédiaires afin de trouver des informateurs pouvant renseigner sur le sujet étudié, mais il ne faut pas rester prisonnier de leur "réseau". Il est aussi important de travailler avec différents types d'informateurs, aux âges, sexes et lieux d'habitation différents à l'intérieur d'une zone définit :

 

Les enquêtes doivent être renseignées par le biais d'une fiche de renseignement, nécessaire dans le travail de recherche de l'enquêteur :

 

Il enjoint ensuite à croiser source orale et source écrite :

 

Car l'enquête orale ne se suffit pas en elle-même, elle doit être croisée avec d'autres formes de sources car elle n'est qu'une représentation de la culture :

 

Pour conclure sur l'apport de l'ethnotexte dans la recherche, je vous renvoie vers plusieurs articles publiés jusqu'au début des années 1990 par les chercheurs du CREHOP. Jean-Noël Pelen en a rédigés plusieurs portant sur la naissance et l'utilisation de l'ethnotexte en 1992, La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement,3 ou plus largement sur le dépôt des sources orales et les phonothèques de recherche. Clairvoyant sur l'avenir de la méthode en science humaine et sociale, il insiste sur l'intérêt du travail pluridisciplinaire dans le domaine de la source orale. Philippe Joutard, toujours inspiré par l'oralité, vient de publier un nouvel ouvrage sur le thème  Histoire et mémoires, conflits et alliance paru en 20134 que je vous invite à découvrir, comme en symétrie à cette conférence, plus de trente ans plus tard. 

 

Crédits photographiques : Couverture de l'ouvrage "Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes", BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 

  1. Centre de Recherche et d'Etude sur l'Histoire Orale et les Parlers régionaux []
  2. On trouvera plus d'informations sur le sujet dans le livre collectif Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 []
  3. "La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement" in Actes du Congrès international de dialectologie, Iker 7, Bilbao, 1992 []
  4. Histoire et mémoire, conflits et alliance, La Découverts, 2013 []

A qui appartient l’histoire orale ? Proposition de solutions utilisant les licences Creative Commons

 

Ce texte est une traduction de l'article de Jack Dougherty et Candace Simpson : "Who Owns Oral History? A Creative Commons Solution", in Oral History in the Digital Age, edited by Doug Boyd, Steve Cohen, Brad Rakerd, and Dean Rehberger. Washington, D.C.: Institute of Museum and Library Services, 2012, http://ohda.matrix.msu.edu/2012/06/a-creative-commons-solution. Il est d'abord paru in Jack Dougherty (collectif), On The Line: How schooling, housing, and civil rights shaped Hartford and its suburbs (Hartford, CT: Trinity College, Fall 2011 web-book), http://OnTheLine.trincoll.edu, et partagé sous une licence Creative Commons BY-NC-SA. Cela signifie que vous pouvez réutiliser, partager et modifier ce texte si vous indiquez la citation originale (BY), pour une proposition non commerciale (NC), et que vous le partagez à l'identique (SA).

Qui est «propriétaire» des enregistrements réalisés dans le cadre de projets d’histoire orale ? Quand un témoin enregistré partage son histoire en réponse aux questions d’un enquêteur et que l'enregistrement et sa transcription sont déposés dans un centre d’archive, qui détient les droits sur ces sources historiques? Qui décide si oui ou non ils peuvent être partagées, cités dans une publication, ou téléchargés sur le web? Qui décide si une personne a le droit de gagner de l’argent en commercialisant un livre, une vidéo, un site où sera publié l’entretien ? Est-ce que les licences Creative Commons, mises au point par le mouvement du libre accès pour protéger le droit d'auteur, tout en augmentant la distribution publique, offrent une meilleure solution à ces questions que les protocoles existants dans le domaine de l’histoire orale ?

Les historiens de l’oral ont commencé à se poser ce type de questions lorsqu’ils ont été confrontés aux nouveaux défis posés par Internet. En novembre 2010, au moment de l’organisation du congrès Oral History in the Digital Age : law and technology le professeur Sheldon Halpern posa la question provocatrice : « Et vous, qu'est-ce que vous en pensez ? ». L’archiviste Troy Reeves, qui participait au colloque, réfléchit aux conséquences juridiques dans le domaine de l’histoire orale. Il y a désormais plus d'une décennie, lorsque les témoins accordaient un entretien d'histoire orale, ils signaient un formulaire de décharge qui les informait que l'enregistrement et la transcription audio / vidéo « resteraient sous la surveillance et le contrôle » d'une archive ou une bibliothèque. Celle-ci en détenait les droits de propriété et accordait  l'accès au public de façon appropriée. Mais le Web a modifié radicalement cette façon de procéder. De nombreux centres d’archives orales ont commencé à partager le contenu de leurs enregistrements en ligne ; et l’archiviste de dire  « cela vaut la peine de renoncer à un certain contrôle pour que plus de personnes utilisent les matériaux »1.  Notre réflexion s’appuie sur notre ouvrage, publié en libre accès, sur la façon dont Internet a transformé la profession de l’historien, Writing Historoy in the digital age  = Ecrire l'histoire à l'ère numérique2

Jack Dougherty et ses étudiants-chercheurs ont commencé à utiliser les licences Creative Commons dans les formulaires de consentement de d’histoire orale comme alternative aux protocoles traditionnels lorsqu’ils menaient des entretiens dans la région d’Hartford (Connecticut), dans les villes et les banlieues du réseau des écoles de Trinity College. Plusieurs entretiens sont présentés dans le web-book librement accessible en ligne : On the Line: How Schooling Housing, and Civil Rights Shaped Hartford and its Suburbs ; la totalité de la collection sonore, au format numérique, est conservée et accessible au Trinity College3. En mêlant les interprétations scientifiques, l’écoute d’entretiens et d'autres fonctions interactives, ce web-book raconte la façon, dont dans ces quartiers, les sociétés immobilières ont maintenu la ligne de démarcation raciale, les prêts au logements se sont alignés sur cette frontière, les familles ont cherché des logements en fonction des cartes scolaires et des militants se sont battus pour traverser, redessiner ou effacer ces frontières. Cet essai a d'abord été présenté en 2012, dans le cadre d'une discussion plus large, sous le titre Whose Civil Rights Stories on the Web? = Où en est l’histoire des droits civiques sur le Web ? lors du congrès conjoint de l’OAH (Organization of American Historians) et du NCPH (National Council on Public History)4.

Jack Dougherty

Au milieu des années 1990, j’ai commencé à conduire des entretiens dans le cadre de ma thèse sur les militants Afro-américains de la réforme scolaire à Milwaukee5. J'ai enregistré des récits de vie, j’ai suivi des protocoles standardisés proposant des formulaires de consentement et de dépôt institutionnel et j’ai tenu ma promesse de transcrire les entretiens et de fournir un exemplaire de cette transcription et de l’enregistrement à chacun des 60 participants qui avaient bien voulu partager leur histoire. Mais ces «bonnes pratiques» dans le domaine m'ont laissé insatisfait. A l'origine, je m’étais dirigé vers l'histoire orale et l'histoire publique en l’envisageant comme une forme de responsabilisation collective de l'histoire des droits civiques. Or les guides de bonnes pratiques m’obligeaient à demander aux témoins enregistrés – ceux là même qui m’avaient librement offert leurs récits –, de renoncer à certains de leurs droits.

A cette époque, le guide de référence que j’utilisais pour rédiger les formulaires de consentement s’appuyait sur la brochure de l’OHA (Oral History Association) de John Neuenschwander : Oral History and the Law = L’histoire orale et la loi, qui a depuis été publié dans une édition augmentée6. Sur la question juridique de la propriété intellectuelle, au moment où l’entretien est enregistré dans le cadre d'une enquête orale, le témoin détient initialement le droit d'auteur. Mais, la pratique en vigueur consiste à lui faire signer un formulaire de consentement pour transférer ses droits. Comme l'explique John Neuenschwander « La grande majorité des historiens de l’oral (et de leur programmes de recherche) est de sécuriser  à un moment donné le transfert du droit d'auteur du témoin par la signature d'un accord juridique qui l’en libère »7. Il propose ainsi plusieurs exemples de contrats en annexe de son ouvrage. La Déclaration de l'OHA sur les Principles and Best Practices = Principes et bonnes pratiques va dans le même sens puisqu’elle attend de chaque participant à un projet d'histoire orale de suivre la procédure standard après une entretien :

« L'enquêteur doit obtenir un formulaire d'autorisation par l’informateur, qui doit être signé après chaque session d'enregistrement ou à la fin du dernier entretien avec le témoin, qui transfère les droits du témoin au centre d’archive ou à l'organisme désigné. »8. En m’appuyant sur ces informations, et si je comprenais bien les questions de copyright, dans le cas où je voulais réaliser une transcription de mes entretiens et les citer librement dans mes publications scientifiques, il valait mieux pour moi opérer un transfert du droit d'auteur et exclure le témoin de ces questions.

Mais quelle affligeante ironie : en tant que chercheur blanc appartenant au mouvement des droits civiques, mon formulaire de consentement exigeait des activistes afro-américains de signer « pour renoncer » à leurs droits sur leur propre histoire. A cette époque, le meilleur arrangement que je pouvais envisager était de proposer deux étapes, parce que je travaillais avec deux centres d’archives. Ainsi, je proposais d’abord aux témoins  dans mon formulaire de consentement de me transférer directement leurs droits, et à mon tour, je faisais don des enregistrements et des transcriptions à deux institutions:  le Wisconsin Black Historical Society/Museum (une organisation du Wisconsin tournée vers des publics locaux qui était la mieux placée pour partager ces histoires orales avec la communauté afro-américaine) et les archives de la bibliothèque de l'Université de Wisconsin-Milwaukee (une institution majoritairement blanche, mieux financée et mieux équipée pour partager cette histoire sur ​​les réseaux Internet émergents le plus largement possible). J'ai volontairement réalisé ce partenariat avec les deux centres d’archives, et tenu ma promesse de donner les enregistrements et les transcriptions aux deux parties, pour contrecarrer les générations précédentes d'universitaires blancs et de journalistes, venus dans la communauté noire de Milwaukee chercher des « scoop » dans leurs histoires, tout en ne laissant aucune trace derrière eux. La version 1995 de mon formulaire de consentement incluait ces phrases, paraphrasée de la brochure de Neuenschwander datant de1993 :

Je suis d'accord pour être interviewé et enregistré par Jack Dougherty, dans le cadre de sa thèse sur l'histoire récente de l'éducation afro-américaine à Milwaukee. A la fin du projet de recherche, les bandes originales et les transcriptions seront versées aux Archives Urban Milwaukee de l'Université de Wisconsin-Milwaukee ainsi qu’à la Black Historical Society Museum / Wisconsin. Ces documents seront identifiés par mon nom, et mis à la disposition du public à des fins scientifiques et éducatives, sauf exceptions figurant ci-dessous…

J'accorde également à Jack Dougherty tous les droits d'auteur et de propriété littéraire dans cet (ces) enregistrement (s) ainsi que leur utilisation dans toute publication ou pour toutes reproduction, qu’il s’agisse des transcriptions, des index ou des instruments de recherche produits par cet (ces) enregistrement (s) .

Ma participation à ce projet est entièrement volontaire, et je peux me retirer à tout moment avant sa conclusion et le don des matériaux aux Archives.

Cochez ici pour recevoir gratuitement un exemplaire de l’enregistrement

Cochez pour recevoir une copie de la transcriptions (totale ou partielle). Vous pourrez la relire et préciser vos paroles.

Pourtant, je restais frustré avec ce langage juridique qui impliquait un transfert de droit d'auteur. A mes yeux, la formulation était un mal nécessaire pour conserver ces histoires orales dans des centres d’archives universitaires (dont le personnel me poussait à utiliser ce formulaire de consentement) et me permettre de citer les entretiens dans mon ouvrage (ainsi que l'exigeait mon éditeur). Naturellement, de nombreux noirs de Milwaukee étaient sceptiques ou réticents lorsque j’expliquais les termes du formulaire de consentement. Nombre d’entre eux exprimaient une profonde inquiétude en devant renoncer à leurs droits sur leurs récits de vie, alors que je leur assurais que ce n’était pas le cas. Quelques-uns ont accepté d'être enregistrés, mais n'ont pas signé le formulaire. D’autres ont refusé d'être interrogés. Un témoin m'a convaincu, après l’entretien, de rédiger un formulaire de consentement spécifique préservant son droit d'auteur et m'a accordé la permission de citer des passages précis dans mon ouvrage, sans étendre les droits, comme aux centres d’archives. Finalement, plus de soixante participants à ce projet d'histoire orale ont accepté de signer mon formulaire de consentement, et je leur en suis reconnaissant. Certains ont signé en échange d'un exemplaire gratuit de l'enregistrement et de la transcription, les considérant comme une contribution à leur propre histoire de familiale. D'autres ont été motivés par l'intérêt public de conserver et de partager leurs histoires de droits civiques par un ou plusieurs centres d’archives partenaires. Toutes ces discussions m'ont mis au défi de réfléchir plus profondément sur la question du bénéficiaire de cet arrangement contractuel. Si des militants avaient partagé librement leurs récits sur les droits civiques avec moi, avais-je le droit d’en tirer profit en tant qu'historien ? Cette démarche a élargi ma réflexion sur l'histoire orale et le bien public, et après avoir bénéficié d’un contrat d'édition universitaire, j'ai retourné ma part des droits (et, par la suite, l’argent reçu d’un prix) à la Black Historical Society Museum / Wisconsin pour qu’ils puissent continuer leurs travaux d'histoire.

En tant qu’étudiant diplômé dans le milieu des années 1990, et au regard de ce que je savais de l'histoire orale et du droit d'auteur, c'était la meilleure forme de consentement éclairé que je pouvais imaginer. Avec le recul, des alternatives auraient mérité plus de considérations. Par exemple, j’aurais pu élargir l’autorisation de transfert des droits d'auteur en ajoutant une ligne pour que les témoins puissent bénéficier du droit d'utiliser leurs propres entretiens au cours de leur vie. Mais l'ajout de cette clause ne résolvait en rien le problème latent de transfert de la propriété du droit d'auteur vers les ayants droit à la fin de leur vie9. Une autre alternative que j'aurais pu explorer aurait été de demander aux témoins de placer leurs entretiens dans le domaine public. Mais cette option aurait impliqué l'élimination totale de leurs droits en vertu du droit d'auteur ; et d’autant plus, qu’à cette époque, je ne trouvais aucun exemple de cette approche par les historiens de l’oral. Dans ces circonstances, au milieu des années 1990, ce formulaire de  consentement était le meilleur que je pouvais rédiger10. Il m’a toutefois laissé un goût amer et a accentué ma volonté de trouver un meilleur modèle pour l'avenir.

Candace Simpson

Lorsque j'ai commencé à travailler sur le projet On The Line public history web-book au cours de l'été 2011, une de mes missions était de mener des entretiens enregistrés dans le cadre d'enquêtes orales réalisées avec des militants des droits civiques à Hartford. À ce moment là, notre équipe de recherche avait cessé d'utiliser les formulaires de consentement conventionnels (qui demandaient aux témoins de « se défaire de tous leurs droits sur les entretiens) et elle commençait à utiliser un nouveau formulaire développé par Jack Dougherty à partir des licences Creative Commons. Pour aller vite,  les Creative Commons proposent des licences standards qui permettent à l'auteur original de conserver ses droits, tout partageant largement son oeuvre avec le public. L’auteur peut ajouter certaines restrictions, s’il le désire. Initialement publiées en 2002 avec le soutien du Center for the Public Domain, il y a maintenant six types de licences Creative Commons :

La forme actuelle de contrat de consentement que nous utilisons pour les enregistrements réalisés dans le cadre d'enquêtes orales utilise la licence Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique accompagnée de ces phrases clés :

Je suis d'accord, d'être enregistré volontairement dans le cadre de cette étude d’histoire…

Je comprends que mon entretien (et d'autres éléments ci-dessus) peut être distribué au public à des fins éducatives, y compris toute autre forme comme l'impression, la programmation publique, et la diffusion sur Internet.

Je suis également d'accord pour partager librement mon entretien (et d'autres éléments ci-dessus) aux termes de la licence Creative Commons « Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage à l’identique 3.0 ». Cela signifie que je conserve mon droit d'auteur, mais que le public peut librement copier, modifier et partager ces documents à des fins non commerciales dans les mêmes termes, si elles incluent les informations de la source originale enregistrée.

En retour, l’enquêteur envoie une copie gratuite de l'enregistrement de l’entretien, de la transcription, et des articles connexes à mon adresse ci-dessus.

Nous préférons le formulaire de consentement Creative Commons (CC), car le droit d'auteur est clairement aux mains de la personne enregistrée dans le cadre de projets d'histoire orale, mais il nous permet également de partager librement l'enregistrement et la transcription sur notre site web et dans notre centre de ressources, où chacun peut copier et diffuser les matériaux en indiquant les crédits et la source originale. Dans notre formulaire de consentement destiné aux enregistrements d'histoire orale,  nous avons ajouté la restriction « Pas d'Utilisation Commerciale », afin d'assurer aux témoins que personne ne pourra vendre leurs entretiens. Ainsi que la FAQ du site des Creative Commons l’indique, une fois qu’une licence CC est appliquée à un document, elle ne peut pas être révoquée. Toutefois, toutes les licences CC sont non-exclusives, ce qui signifie que le titulaire du droit d'auteur (dans ce cas, le témoin) peut accorder des licences supplémentaires pour d’autres éléments (comme par exemple un livre ou un film à but commercial)11. En outre, les licences CC ne limitent pas les dispositions "fair use" du droit d'auteur américain, ce qui signifie que tout autre auteur pourra utiliser l’œuvre originale avec les mêmes droits, en la citant. Par ailleurs, les licences CC sont de plus en plus utilisées par des institutions majeures, fondées sur la connaissance, comme le projet OpenCourseWare du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et la Public Library of Science (PLoS). En conclusion, il nous semble que cette combinaison d'outils sur la propriété intellectuelle - droit d'auteur traditionnel lié aux licence Creative Commons - correspond mieux à notre objectif principal qui est la conservation des matériaux historique et l'éducation du public, ce que ne fait pas le droit d'auteur traditionnel.

À Hartford, un entretien d'histoire orale, que nous avons mené avec Elizabeth Horton Sheff, militante de l'intégration scolaire, mérite d'être mentionné. Elle a repris notre format de consentement Creative Commons en allant plus loin et en renégociant ses termes, juste avant que nous ne commencions notre enregistrement vidéo. Horton Sheff était d'accord avec notre objectif de conserver pour le bien commun son enregistrements réalisé dans le cadre de programme d’enquêtes orales, mais sa principale préoccupation était d'éviter d'être citée hors contexte ; elle avait vécu cette expérience avec des journalistes dans le passé. Elle voulait que son entretien puisse être disponible dans son intégralité sur le web et ne souhaitait pas que soit possible la création de versions modifiées ou l’obtention d’extraits. Par chance, Horton Sheff connaissait bien les licences Creative Commons parce que son fils travaillait dans le monde de la musique indépendante. Elle a donc demandé la restriction « pas de produits dérivés », et au moment de l’entretien, nous avons modifié la licence sur le formulaire de consentement en indiquant la licence CC By Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de travaux dérivés. C’est ainsi que son entretien enregistré en vidéo et la transcription apparaissent dans le centre d’archive numérique du Trinity College, mais respectent sa restriction puisque nous avons bloqué la possibilité pour les utilisateurs de télécharger une copie de la vidéo (rendant ainsi rendre plus difficile la possibilité de créer une version modifiée)12. Bien entendu n'importe qui peut déplacer le curseur du lecteur vidéo sur leur navigateur Web pour n’en regarder qu’une partie (par exemple de la 28e à 32e minute). En outre, n'importe qui peut télécharger la transcription de l'interview, et citer le texte sous les directives de « fair use ».

Nous ne prétendons pas que les licences Creative Commons peuvent résoudre toutes nos questions au sujet de « qui possède » des enregistrements réalisés dans le cadre d'enquêtes orales, et nous ne prétendons en rien avoir une quelconque expertise en droit de propriété intellectuelle. Toutefois, l'histoire orale est en quête d'alternatives et nous pensons que cette combinaison - copyright traditionnel et licence Creative Commons - répond à nos besoins pour préserver à la fois les droits des témoins en tant qu’individu mais aussi le partage de la connaissance avec le public.

Nous vous invitons à nous envoyer vos questions, vos commentaires ou à nous proposer d'autres exemples de projets d'histoire orale qui utilisent les licences Creative Commons.

 

Crédits photographiques : Trinity student researcher Candace Simpson, 2012, CC by-nc-sa.

 

Traduction de Véronique Ginouvès, mai 2012.

  1. Troy Reeves, “What Do You Think You Own,” in Oral History in the Digital Age, 2012, http://ohda.matrix.msu.edu/2012/06/what-do-you-think-you-own. []
  2. Writing History in the Digital Age a born-digital, open-review volume edited by Jack Dougherty and Kristen Nawrotzki, Mai 2013, University of Michigan Press, 59p. []
  3. Jack Dougherty and colleagues, On The Line: How Schooling, Housing, and Civil Rights Shaped Hartford and its Suburbs. Web-book preview edition. Hartford, CT: Trinity College, Fall 2011, http://OnTheLine.trincoll.edu; Oral History Interviews, Cities Suburbs and Schools Project, Trinity College Digital Repository, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp. []
  4. “Whose Civil Rights Stories on the Web?” roundtable session at Organization of American Historians/National Council on Public History joint meeting, Milwaukee, WI, April 20, 2012, available from the Trinity College Digital Repository, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp_papers/40. []
  5. Jack Dougherty, More Than One Struggle: The Evolution of Black School Reform in Milwaukee (University of North Carolina Press, 2004). Voir les différents liens sur le site de l'auteur, http://caribou.cc.trincoll.edu/depts_educ/struggle/, et “More Than One Struggle Oral History Project Records,” University of Wisconsin-Milwaukee archives, http://digital.library.wisc.edu/1711.dl/wiarchives.uw-mil-uwmmss0217. Some interviews  have been digitized and included in the March on Milwaukee Civil Rights History Project website, http://www4.uwm.edu/libraries/digilib/march/index.cfm. []
  6. John Neuenschwander, Oral History and the Law, revised edition. (Oral History Association Pamphlet series no. 1, originally published 1985, revised 1993), mis à jour et renommé en Neuenschwander, A Guide to Oral History and the Law (New York: Oxford University Press, 2009). []
  7. Neuenschwander, A Guide to Oral History and the Law, p. 64. He also cites case law that the copyright may be jointly held by the interviewee and interviewer. []
  8. Oral History Association, “Principles and Best Practices”, 2009, http://www.oralhistory.org/do-oral-history/principles-and-practices/ []
  9. Je me souviens que l'une des raisons de pas inclure cette clause dans le formulaire de consentement a été que, dans mon esprit à ce moment-là, je craignais que le libellé proposé à partir de la brochure de l'association d'histoire orale de 1993 (p. 46) mette l'accent sur la mort du témoin, faisant fuir certains de mes participants : “Je vous autorise à copier, utiliser et publier ma mémoire orale en partie ou en totalité jusqu'à la date de ma mort ou [insérer la date].”  Au contraire, l'édition 2009 de Neuenschwander’s 2009 edition (p. 116) comprend des éléments de langages beaucoup plus accés sur le vivant du témoin : “[En contrepartie de la cession d'auteur], le Centre me concède une licence non exclusive pour utiliser mon entrevue / s au cours de ma vie.” []
  10. Dans l'édition 2009 de Neuenschwander’s il y a maintenant cette phrase, rédigée dans un langage simple : “En faisant ce don, je comprends parfaitement que mon(mes) entretien(s) ne sera(ont) pas protégé(s) par copyright qu'il s'agisse de moi-même ou du programme d'histoire orale, mais sera(ont) placé(s) immédiatement dans le domaine public. Cette décision est destinée permettre une utilisation maximale de(des) entretiens(s) par les futurs chercheurs” (p. 85). []
  11. “How Do CC Licenses Operate?” Frequently Asked Questions, Creative Commons,http://wiki.creativecommons.org/FAQ. []
  12. Elizabeth Horton Sheff, Oral history interview on Sheff v. O’Neill (with video) by Candace Simpson for the Cities, Suburbs, and Schools Project, July 28, 2011. Available from the Trinity College Digital Repository, Hartford Connecticut, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp_ohistory/16. []

Mémoires orales des industries du bord de l'eau des pays Asses, Verdon, Vaïre et Var

Dans le cadre de l’opération de mise en tourisme du patrimoine culturel du Pays A3V1 j'ai réalisé, en tant qu'ethnologue au sein de l’association Paroles Vives, plusieurs collectages de la mémoire orale des activités drapières, de la minoterie de la Mure-Argens et de la distillerie de Barrême.  La campagne de collecte s'est déroulée du 28 avril au 30 août 2012. Vous pouvez écouter de nombreux extraits de ces enquêtes contextualisés sur le blog du projet Museoa3v

Ce travail, limité dans le temps, n’avait pas la prétention de produire une analyse close de cette réalité industrielle mais d’ouvrir des fenêtres sur certains de ces aspects concrets : qu’avaient apporté ces entreprises pour la population, quel était le contexte social de leur implantation, de quoi héritaient-elles et qu’avaient-elles laissé ?

Les témoins sont les descendants des propriétaires, des contemporains, des professionnels partenaires de ces entreprises, ou de jeunes professionnels héritiers des savoir-faire. Chaque récit d’expériences personnelles et de souvenirs familiaux illustre l’un ou l’autre aspect de l’activité industrielle : la vie quotidienne dans la minoterie, la transmission du métier, l’appropriation et l’intégration des atouts du territoire dans une activité, la recherche de la nouveauté, des évolutions technologiques. Chacune de ces pièces de mémoire personnelle est légitime car elle compose, avec toutes les autres, le portrait vivant d’une aventure humaine, de son territoire, de son époque et de ses valeurs.

Trente deux heures d’entretiens ont été ainsi collectées et font partie aujourd’hui des archives du patrimoine commun. Elles sont déposées auprès de l’association Pays A3V, commanditaire du collectage, et auprès de plusieurs partenaires du projet pour sa conservation et sa mise à disposition : les archives départementales 04, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, le Musée de Salagon, le Service de l’Inventaire général du Patrimoine Culturel, les Communautés de Communes du Moyen et du Haut Verdon Val d’Allos.

Les témoins participant aux entretiens ont donné par contrat leur autorisation pour l’utilisation de leur parole dans le cadre de restitutions muséographiques, culturelles et touristiques. Trente trois personnes sur seize villes et villages, de Barrême à la Foux-d’Allos, ont légué leurs souvenirs sur les entreprises de la région, l’utilisation de l’eau, les évolutions techniques, la vie quotidienne des campagnes des années 1930 aux années 1980.

La grille d’enquête utilisée couvrait les trois domaines majeurs et leurs liens professionnels : distillerie et culture de lavande, minoterie, production de céréales et activité de boulangerie, draperie et élevage ovin. Très vite les commentaires des personnes ont révélé une imbrication étroite entre les espaces professionnels. Chacun, chacune avait une expérience plus ou moins lointaine de ces professions, les familles allant souvent de l’une à l’autre pour trouver les revenus nécessaires au foyer. Dans l’ensemble des récits les thèmes de l’évolution des techniques, de l’ingéniosité et de la créativité dominent largement.

Ces souvenirs d’activité sont, pour les témoins, l’occasion d’exposer une réalité rurale difficile pour leurs parents au début du 20ème siècle jusque dans les années 1960 même si leurs souvenirs d’enfance sont colorés d’une sensation plus sereine que la vie aujourd’hui. Ils se situent néanmoins dans un contexte social de travail incessant, sans congé, pour un résultat toujours précaire, permettant tout juste de subvenir aux besoins élémentaires. Les plus modestes louaient leur force de travail dans les travaux agricoles, ceux de la terre, des bêtes et du bois et, lorsqu’ils le pouvaient, entretenaient leurs maigres hectares. Ainsi, l’apparition d’entreprises, même de petite taille, représentait une embauche plus pérenne et un salariat régulier pour des dizaines de personnes et la sécurité de leur famille. Les héritiers de ces entrepreneurs nous ont raconté l’investissement financier et l’intérêt de leurs aïeux pour les avancées technologiques, leur formation, leurs relations avec la population.

Cette première campagne de collectage révèle une disposition certaine des témoins à penser leur région sur une longue période de développement et de transitions. Entre l’élevage et la culture comme uniques moyens de subsistance, les villages ont connu les bouleversements des deux guerres, des expériences industrielles, de leur fermeture, des métamorphoses du tourisme (de luxe puis de masse), du chômage des femmes et du départ des jeunes.

Si les difficultés quotidiennes ne sont pas éludées, ce sont les savoir-faire, les compétences et la créativité de ces hommes et de ces femmes qui prennent une place centrale dans tous les entretiens. Les activités professionnelles interrogées rendent compte des liens entre les villages mais aussi vers les régions voisines, Marseille, Nice, Gap, pour vendre, acheter, travailler et se former

Enfin, un éclairage très actuel des professions, éleveurs ou encore lavandiculteurs, expose l’intégration des connaissances fines des expériences du passé dans une exploitation en 2012, avec ses parti pris, la précision de ses savoir-faire, ses choix économiques.

Une série de trois espaces est réservée sur ces carnets à l’écoute d’extraits d’entretiens  sélectionnés :

- l’exploitation de la lavande, la distillerie de Barrême

- la minoterie de la Mure-Argens, la vie au moulin, les liens avec le monde de la boulangerie

- la vie quotidienne et le travail dans les campagnes à la Foux-d’Allos, Barrême, Saint-André-les-Alpes

La thématique des savoir-faire, leur apparition et leur transmission, est transversale à tous les sujets. Cette sélection d’extraits n’est pas exhaustive, elle ne rendra compte que d’une partie de la mémoire collectée, de quelques fenêtres ouvertes sur un ensemble plus vaste que vous pourrez découvrir en écoutant l’intégralité de la collection.

L’intégralité des notices descriptives de la collection est disponible sur le site de la phonothèque de la MMSH. L’association Paroles Vives a été chargée du traitement documentaire de ces enquêtes suivant la méthodologie prescrite par la phonothèque de la MMSH.

La restitution sur les carnets est une façon de remercier l'ensemble des personnes rencontrées  d'avoir accepté de nous  rencontrer. Celles qui nous ont aidé dans la construction du terrain et les témoins et leur famille, pour leur accueil et leur participation, pour la qualité de leur témoignage et leur volonté de transmettre ces savoir-faire et ces savoir-être comme un héritage commun. Cette écoute leur permettra aussi de s'entendre et d'écouter la voix de tous les autres.

Chacun et chacune est dépositaire d’éléments uniques de cet héritage et, de fait, un témoin légitime. Dans un contexte idéal, cette mémoire devrait avoir un espace où être déposée, entendue et conservée pour être transmise.

Le projet de mise en tourisme du patrimoine culturel du pays A3V réalise en partie cette mission. La société toute ensemble des vallées peut elle aussi prendre soin de cette mémoire en légitimant cette prise de parole, en la stimulant et en aménageant des espaces de recueil, inspirée d’un dicton auquel on prête plusieurs origines, dont une sénégalaise : Si tu ne sais pas où tu vas, au moins sache d’où tu viens.

Crédits photographiques

Colmars-les-Alpes vue générale, Mossot, Wikipedia, Creative Commons Attribution-Share Alike.

  1. Le A et les trois V du pays A3V correspondent aux pays d'Asses, Verdon, Vaïre, Var est une association qui regroupe 40 communes des cantons de Castellane, Saint- André-les-Alpes, Barrême, Colmars, Annot et Entrevaux. []

Présentation d'un corpus sonore : Celles qui n'ont pas écrit

Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911

Pour leur mise en lumière et analyse des récits de femmes de la région marseillaise de 1914 à 1945, publiées dans un ouvrage de 19951, Anne Roche et Marie-Claude Taranger se sont appuyées sur un ensemble d’enquêtes orales réalisées entre 1977 et 1992 dont les supports (cassettes audio) et les transcriptions ont fait l’objet d’un dépôt à la phonothèque de la MMSH respectivement en 2009 et en 19992. L'année 1983-1984, qui comprend une cinquantaine d'enquêtes soit la quasi-totalité des enregistrements réalisés cette année, est en cours de numérisation et de traitement (voir la liste des notices d'enquêtes). Nous présentons ici les grandes caractéristiques de ce corpus.

Fabrication du corpus

Les circonstances de constitution de ce corpus n’ont pas d’équivalent dans les fonds de la phonothèque : ces enregistrements s'inscrivent en effet dans le cadre d'un enseignement de Lettres Modernes à l’Université de Provence, que Marie-Claude Taranger et Anne Roche avaient axé, dans la lignée des travaux de Philippe Lejeune qui préface leur ouvrage, sur le récit autobiographique3. Pour les étudiants qui suivaient ce cours, l’examen consistait à mener une enquête orale auprès de l’informateur de leur choix. L’évaluation portait sur la méthodologie d’enquête, l’intérêt du témoin et du témoignage, et la qualité de la transcription. Pour cela, les étudiants devaient remettre aux enseignants un enregistrement de l’enquête (sur cassette) accompagné d’une transcription.

La vue du contexte de constitution permet ordinairement de comprendre le choix des informateurs. Dans le cadre d'une évaluation, il ne fait pas de doute que les étudiants ont parfois cherché à se distinguer par le choix d'un témoin prestigieux (figures militaires, de la résistance). La dynamique de ce corpus est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre étudiants-enquêteurs en quête de vedettes. Cette tendance, en mettant l'accent sur l'intérêt du témoin, menace dans certains cas l'intérêt de l'enquête. Par exemple, dans certaines d'entre elles l'informateur se contente de lire le récit déjà écrit (parfois publié comme dans cet entretien) de son parcours. Dans le choix des informateurs par les étudiants, l'aspect pratique apparaît également : les liens de parenté entre enquêteur et informateur sont fréquents. Ces liens ne sont toutefois pas systématiques et dans de nombreux cas le lien reste à identifier.

Bien que la méthode de chacun diffère (à chaque enquête correspond un enquêteur), les consignes des professeures donnent un axe général. Pour Roche et Taranger, le projet de départ est de « faire mener à leurs étudiants une série d’interviews sur le souvenir du Front Populaire dans le Midi » (les enregistrements de 1977 à 1979 le montrent), mais « la richesse du matériau recueilli a aussitôt modifié les buts des enquêteurs »4 : le récit des personnes interrogés se trouve être « plein d’informations variés que la seul rubrique ''souvenirs du Front populaire'' »5 ne contient plus. Une fois la période relayée au second plan au profit du récit de vie, la méthode s’achemine vers sa forme finale : une « interview semi-directive, à consigne ouverte (« racontez votre vie depuis vos premiers souvenirs jusqu’à 1945 »), sans questionnaire fermé (contrairement aux enquêtes de type statistique), […] le but étant de créer une situation de parole dans laquelle les femmes (mais aussi les hommes) puissent donner leur version privée, personnelle, de la grande Histoire »6. Cependant, de la variété des informations recueillis et des informateurs peuvent ensuite émerger des ensembles cohérents comme le sous-corpus de l'année universitaire 1991-1992 référencé sous le titre "Appelés en Algérie".

Nature du corpus

Les deux auteures caractérisent leur corpus par un découpage temporel : le témoignage peut débuter à la petite enfance (jusqu’à la guerre de 1914-1918 pour certain), mais doit s’arrêter en 1945. Un découpage géographique intervient également : le corpus est « centré sur des témoins habitant […] le midi de la France »7. Si la plupart des témoins sont originaires des Bouches-du-Rhônes, du Var et du Vaucluse, il s’agit parfois de retraités venant d’autres régions ainsi que des témoins d’origine étrangère : « Italiens ayant fui le fascisme ou la misère du Sud, Espagnols exilés de la guerre civile et du franquisme, Allemands ou Autrichiens, juifs ou non, ayant fui le nazisme »8. Roche et Taranger soulignent aussi la variété socio-professionnelle des informateurs et l’absence consciente de découpage de cet ordre.

Exemple d'une analyse par M.-C. Taranger d'après une enquête de N. Morel auprès de P. Pinguet (1990)

Le titre de l’ouvrage (Celles qui n’ont pas écrit), parce qu’il suggère un corpus composé exclusivement de témoignage de femmes, n’en exprime pas la véritable nature. En effet, la distinction des genres est une problématique propre à l’ouvrage, étrangère aux consignes fournies aux étudiants (ils étaient alors libres d’interroger un homme ou une femme). Ainsi, le corpus déposé à la phonothèque est mixte. Par ailleurs, si l’ouvrage s’appuie essentiellement sur des témoignages de femmes, les auteures font également usage de témoignages d’hommes, non seulement via les témoignages mixtes, mais aussi par leur emploi à titre de « contre-épreuve »9.

Au dépôt des cassettes s'ajoute celui des transcriptions et des analyses de contenu. Les résumés analytiques de Marie-Claude Taranger et Anne Roche, bien que destinés dans un premier temps à l'évaluation de l'enquête, manifestent déjà l'intérêt du chercheur. Ils témoignent de l'évolution de ce corpus, passé du statut d'archive « pédagogique » à celui de source scientifique lors de la publication de l'ouvrage.

Dans son compte-rendu de l'ouvrage de Roche et Taranger10, Sonia Branca-Rosoff regrettait l'absence des sources orales elles-mêmes, en rappelant que le toilettage que nécessitent la transcription empêche par exemple tout travail syntaxique sur ces discours.  L'accès à cette source orale est désormais possible sans concours de l'écrit.

Liste non-exhaustive de publications exploitant ce corpus

Anne Roche, "Popular Front in the South of France : memory and oral transmission", communication au colloque "1936", Université d'Essex, 1978, paru dans  Practices of literature and politics, Colchester, 1978.

Anne Roche, Marie-Claude Taranger, "Ne compte pas que tu vas boire l'huile de l'olivier que tu viens de planter" analyse de l'interview d'un militant communiste, dans "Mémoire du chantier de Port-de-Bouc", Technologies, idéologies et pratiques, 1980.

Anne Roche, "Deuil et mélancolie dans quelques autobiographies "nostalgériques" de l'après 1962", Cahiers de sémiotiques textuelle, 4, 1985.

Marie-Claude Taranger, "Pouvoir dire le pouvoir", communication au 5e Colloque international d'histoire orale "El Poder a la Societat", Barcelone, 1995.

Anne Roche, "La perte et la parole. Témoignages oraux de pieds-noirs", dans J.-P. Rioux, La guerre d'Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990.

Anne Roche, "Un défaut de vision. Les Arabes vus par des Pieds-noirs. Analyse d'entretiens", dans Mots, mars 1992, N°30, Images arabes en langue française, pp. 72-89. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mots_0243-6450_1992_num_30_1_1681, consulté le 05 décembre 2012.

Crédits photographiques : Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911. U.S. National Archives’ Local Identifier: 102-LH-2395 ; Photographe: Hine, Lewis ; Lien permanent : research.archives.gov/description/523447. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n'ont pas écrit. Récits de femmes dans la région marseillaise. 1914-1945, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, 238 p. (voir notice SUDOC) []
  2. Il existe quelques divergences entre le corpus déposé à la phonothèque et le corpus de l’ouvrage. L’index des enquêtes établi par Roche et Taranger et qui figure à la fin de l’ouvrage permet de constater que toutes les cassettes n’ont pu être déposées. A l’inverse, l’exercice demandé aux étudiants s’étant poursuivi alors que l’ouvrage était en cours de rédaction certaines enquêtes déposées ne sont pas indexées. []
  3. des recherches sont en cours auprès des archives de l’Université Aix Marseille pour déterminer avec plus de précision le contenu de ces enseignements []
  4. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n'ont pas écrit, op. cit., p. 10 []
  5. Ibid. p. 10 []
  6. Ibid. p. 11 []
  7. Ibid. p. 12 []
  8. Ibid. p. 12 []
  9. Ibid. p. 12 []
  10. Sonia Branca-Rosoff. Anne Roche, Marie-Claude Taranger - Celles qui n'ont pas écrit, Langage et société, 1995, vol. 73, n° 1, pp. 91-93. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lsoc_0181-4095_1995_num_73_1_2712. Consulté le 03 décembre 2012. []

Enfin en libre accès ! L'historien l'archiviste et le magnétophone : de la constitution de la source orale à son exploitation

C'est une merveille pour les gestionnaires des archives sonores de voir paraître en libre accès sur le site de  l'Institut de la gestion publique et du développement économique, cette somme sur l'histoire orale qu'est le livre de Florence Descamps : L'historien, l'archiviste et le magnétophone. J'aurais certainement l'occasion sur Les Carnets de revenir sur cet ouvrage, essentiel pour les phonothèques de l'oral, mais pour le moment, je savoure sa relecture en ligne.  Bonne lecture à vous !

A lire aussi, quatre compte-rendus de lecture de L'historien, l'archiviste et le magnétophone :

- sur Le mouvement social (2001), par Anne-Marie Arborio : http://mouvement-social.univ-paris1.fr/document.php?id=474

- sur la revue Histoire de l'Education (2002) par Pierre Mignaval : http://histoire-education.revues.org/index352.html

- sur Lapurdum (2002) par Charles Videgain : http://lapurdum.revues.org/1071

 

- sur Parutions.com (2002) par Hervé Lemoine : http://www.parutions.com/pages/1-4-95-2261.html

 

Un projet de loi aux Etats-Unis menace la diffusion des données de la recherche en SHS

Le New York Times du 25 octobre 2011 évoque le les incertitudes des chercheurs en sciences humaines et sociales aux Etats Unis qui attendent la modification d'une loi qui modifierait les règles régissant la recherche impliquant des sujets humains. La proposition de loi a pour but de protéger les personnes et les informations qu'ils fournissent lors des enquêtes – en particulier les enquêtes biomédicales -. Bien entendu, les chercheurs trouvent légitime que des garanties soient mises en place sur la diffusion des données personnelles mais ils sont consternés de se rendre compte que la volonté de l'Etat fédéral de protéger la vie privée puisse aboutir à des règles susceptibles de restreindre l'accès aux données de base pour les sciences humaines et sociales : statistiques,  recensements, études de marché mais aussi enregistrements de récits de vie.

Mais les chercheurs qui créent des corpus pour documenter leur recherche sont donc  inquiets sur l'avenir de la communication et de la conservation des sources qu'ils constituent au fil de leur terrain. Ils avaient jusqu'à mercredi 26 octobre 2011 pour déposer leurs commentaires publics mais ils sont très septiques sur l'avenir de leurs recherches.  Zachary Schrag, historien à l'Université George Mason  s'insurge : "Pendant des décennies, les chercheurs en sciences humaines et sociales ont souffert en raison de règlements bien intentionnés mais mal prises en compte, mal rédigées et dont les conséquences involontaires ont restreint la recherche"1. L'American Historical Association, l'Association américaine d'histoire orale ou encore le Consortium des associations de sciences sociales (COSSA) et l'American Anthropological Association (AAA) sont unanimes sur le danger que pourrait représenter cette loi sur l'accès à l'information et pour la recherche en SHS. Ces questions préoccupent aussi les chercheurs européens.

Au moment où nous nous apprêtons à rédiger collectivement un guide de bonnes pratiques sur les questions de droit et d'éthique pour la diffusion des données en SHS, il sera essentiel de suivre les réactions des chercheurs nords américains sur ce projet de loi et de lire les Principles and Best Practices republiés à cette occasion par l'association américaine d'histoire orale.

A propos du projet de loi :

Un article (2011) de Robert B. Townsend sur le thème "Could history become an information risk?" :  http://blog.historians.org/articles/1424/could-history-become-an-information-risk

Affichage des commentaires publics sur le projet de loi : http://www.regulations.gov/#!documentDetail;D=HHS-OPHS-2011-0005-0001

Les contre propositions à la proposition de loi fédérale de l'Historical american association (HAA) : http://blog.historians.org/news/1439/oral-history-and-information-risk-a-response-to-the-federal-proposal et celles de l'association d'histoire orale : http://www.oralhistory.org/2011/10/18/oral-history-and-information-risk-a-response-to-the-federal-proposal/

Présentation de l'ouvrage de Zachary M. Schrag Ethical ImperialismInstitutional Review Boards and the Social Sciences, 1965–2009

Les réactions de l'AAA : http://www.aaanet.org/issues/policy-advocacy/Protecting-Human-Subjects.cfm 

Crédits photographiques : Gen. Jones' "FORWARD" suffragettes (LOC). Publié par Bain News Service. Photographie prise entre 1910 et 1915. Plaque de verre,  5 x 7. Collection de la Bibliothèque du Congrès. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.15124. Pas de restrictions de droit connues.

  1. For decades, scholars in the social sciences and humanities have suffered because of rules that were well intended but poorly considered and drafted and whose unintended consequences restricted research. []