Archives pour l'étiquette histoire orale

L’histoire orale par Antigone (de Shatila)

Elles sont huit femmes face au spectateurs qui lancent en langue arabe, dans un chœur monodique et puissant, la vieille histoire d’Antigone. Celle-la même qui a accompagné son père Œdipe à Colonne, celle qui s’est entêtée à enterrer son frère Polynice et pour cela a été enterrée vivante, subissant la rage de son oncle Créon. Pour nous raconter cette histoire, elles sont assises sur des chaises de bois et de paille. Peut-être sont elles épuisées de la route qu’elles ont parcouru entre Alep, Daraa ou Damas et Beyrouth et dont elle vont nous faire le récit entrelacé dans les vers d’Antigone ? Peut-être qu’elle sont assises ainsi comme on peut l’être dans la cuisine avec ses amies, pour leur confier soudain – parce que les circonstances s’y prêtent – des récits jusqu’ici enfouis, des récits que l’on a jusqu’ici préféré oublier.

Car les chaises vont bouger. Le chœur est là pour rythmer les monologues de chacune d’entre elle, indiquer le passage de l’une à l’autre. Comme dans la tradition du théâtre antique, il est mené par une coryphée qui sort du chœur régulièrement pour s’installer à son petit bureau de bois. C’est elle qui a la fonction de guider le spectateur, lui faire comprendre le contexte à travers la lecture de son journal intime qui raconte pourquoi ces huit femmes, qui habitent le camp de Shatila à Beyrouth, sont là ce soir.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9556

Ainsi, assise à son bureau, elle raconte d’abord sa surprise – au milieu du désordre du camp de Shatila – d’apprendre que des cours de théâtre se mettent en place et s’adressent à des femmes. Elle est la seule “dans la vraie vie” : elle boit quelques gorgées de thé ou d’eau à même la bouteille au fil de sa lecture, elle feuillette son journal, elle fume… – les autres ne prennent vie que lorsqu’elles racontent, comme si elles représentaient l'”Histoire” -. Elle a tout noté de ces deux mois de travail et de répétitions, avec la tristesse de l’excitation du premier jour qui sait déjà que l’aventure qui rompt son quotidien sinistre, se terminera.  “Aide par le théâtre”, c’était ce qui circulait par le bouche à oreille dans le camp de Shatila et laissait chacune circonspecte. Antigone of Shatila@Didier Nadeau0066

Au camps, une trentaine de femmes décident de participer à ce projet mené par Omar Abusaada1 et participent à des ateliers d’écriture qui vont peut à peu constituer le corps d’Antigone. Car chacune se reconnait dans ce personnage entêté à défendre ses valeurs, essentielles pour se construire, et à prendre son destin en main.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9965

Assises sur leurs chaises, pieds nus, elles sont semblables et différentes. Chacune a sa façon de se tenir, de porter son foulard, de se vêtir. Lorsqu’elles sont sous la lumière, cette individualité déferle dans un récit qui renvoie à une traversée de quelques kilomètres qui les a arrachées à leur vie, leur maison, leurs proches – de la Syrie au Liban. La soeur qui a perdu son frère, la mère qui a perdu ses fils, la fille qui a perdu son père, celle qui ne parle pas de ses morts mais du combat de la vie chaque jour… Des récits qui nous happent et viennent éclairer les statistiques que l’on lit trop souvent sans s’en représenter la réalité.  L’écriture est belle, la diction mélodieuse, plongeant le spectateur dans chacune de ces bribes d’Histoire, uniques et universelles.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9936

Une soeur court d’une faction à une autre pour chercher son frère disparu. La rumeur le dit mort, elle veut l’enterrer. Contrainte à définitivement quitter sa campagne d’Alep sans avoir pu le retrouver, elle emporte avec elle une pierre de sa maison détruite par un bombardement. Une fille retrouve l’odeur de son père mort d’épuisement dans ses bras en dépliant le pull-over qu’il portait ce jour là. Elle déplie avec lui cette journée, où à l’hôpital libanais, en tant que réfugiés, leur douleur s’est heurtée à une absence totale de considération. Il y a aussi cette épouse réveillée un matin pour la première fois de sa vie après son mari, le lit est vide. Inquiète aussitôt – car tout qui change de l’habitude peut être douloureux -, elle s’alarme d’autant plus quand il lui demande de ne pas ranger, de rien préparer mais de partir en taxi, quitter le camp, aller à Beyrouth. Et voilà qu’il entre dans un magasin, lui achète un chemisier et  lui souhaite une belle Saint-Valentin ! Quel émerveillement que de ressentir ce bonheur simple de ne plus trembler. Il y a celle mariée très jeune à un mari grincheux qui lui impose de porter un voile intégral. Sa propre famille soutient cette obligation, le ciel et les oiseaux s’obscurcissent. Mais le camp de Shatila curieusement va la libérer. En voulant ramasser son linge, étendu sur la terrasse de leur pauvre appartement le lendemain même de leur long périple,  elle découvre que quelqu’un lui a volé son voile. Les premiers jours, son mari lui impose la règle, “Pas de voile, pas de sorties” mais son épuisement et les vicissitudes de la vie quotidienne auront le dessus : il finira par la laisser aller visage découvert.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9888

“Aide par le théâtre”, c’était par ces mots que ces actrices se sont décider à participer à ce projet d’écriture de pièce sans savoir qu’à travers le théâtre c’est elles qui allaient aider le public à comprendre l’Histoire. Leurs bribes de récits de vie, nous permettent de partager pour un instant leur intimité, leur douleur et leurs espoirs. Loin du stéréotype des femmes au foulard, elles se découvrent opiniâtres telles Antigone, créatrices, actrices, conteuses… Et leurs histoires nous permettent de comprendre le monde.

Antigone of Chatila©Didier Nadeau9478

Mise en scène : Omar Abusaada
Dramaturgie : Mohammad Al Attar
Préparation des actrices : Hala Omran
Lumières : Hasan Al Balkhi
Première européenne à la Friche de la Belle de Mai,
A Hambourg lundi 1er février et mardi 2 à 15h et à 20h, théâtre  Thalia. Réservations : http://www.thalia-theater.de
Si nous apprenons d’autres dates nous le signalerons sur le carnet.

Traduction (les didascalies en langue française s’affichent sur les deux côtés de la scène pendant le spectacle) : Lise Alchami, Khadija Fadel avec le soutien de Simon Dubois.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau0057Actrices : Fatema Al Hasan, Faten Al Hasan, Aicha Al Khalaf, Muntaha Al Shahadat, Israa Alabdou, Fadoa Alaoyete, Zarifa Aljafar, Zakieh Alkhalaf, Heba Alsahly, Reem Meselmani, Esraa Shahror, Walaa Sokare, Wessam Soukari.

Crédits photographiques : Merci à Didier Nadeau (Atelier Pan, Marseille) de m’avoir autorisée à diffuser ses images pour ce billet.

 

Voir une vidéo sur les répétitions de la pièce à Beyrouth :

  1. Omar Abusaada est un metteur en scène syrien qui a créé la troupe Studio Theatre. Son premier spectacle ‘Insomnia’ en 2004 a été joué à Damas et au Contact Theatre Festival de Manchester. Il enchaîne ensuite les productions en Syrie : Poster (2006), Samah (2008) – une improvisation collective réalisée avec un groupe de jeunes prisonniers – puis Al Merwad wa Al Mekhala (2009) – joué à l’opéra national de Syrie à Damas – et Look at the Streets.  This is how Hope looks like (2011). Il quitte la Syrie en 2011 et continue son travail de metteur en scène comme Can You Please Look at the Camera? []

Hommage à Abdelkader Rahmani

Abdelkader Rahmani, officier algérien de l’armée française s’est éteint à l’âge de 92 ans. Lieutenant de cavalerie blindée, chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire des Nations Unies. Pour avoir refusé de se battre contre ses frères pendant la guerre d’Algérie, il est emprisonné, puis verra son avenir professionnel réduit à néant. Une voix dissidente sur la guerre d’Algérie s’est tue. Ses témoignages peuvent être écoutés en ligne sur Ganoub,  la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ils font partie de la collection Actes de refus civils et militaires dans la guerre d’Algérie (1954-1962) (12h), enregistrés par Hélène Bracco en 2007.

couvR

En 1956, Abdelkader Rahmani, entre en désobéissance, entraînant avec lui cinquante-deux autres officiers algériens. Ils écrivent au Président de la République, René Coty, exposant leur cas de conscience à aller combattre les leurs : “Nous avons rempli notre devoir de soldats sur tous les fronts où la France nous envoyait la défendre… Des officiers algériens continuent à servir la cause française face à leurs compatriotes, peut-être même face à leurs parents, et tombent au service de la France en Algérie… Nous ne pouvons plus supporter que notre pays soit à feu et à sang, que nos parents soient massacrés par des hommes portant un uniforme qui est aussi le nôtre. Régulièrement les bataillons nord-africains et leurs cadres sont envoyés en Afrique du Nord pour combattre leurs frères de sang, au risque de détruire leur village natal et peut-être même de mitrailler leurs femmes et leurs enfants… Peut-on refuser à un Algérien d’avoir un drame de conscience ?”

Le 1er mars 1957, il sort de forteresse, en transit pour la prison de Fresnes. Il vient d’être inculpé d’entreprise de démoralisation de l’armée. L’histoire de son refus, il l’écrira dans un livre paru au Seuil en 1959, saisi dès sa sortie : L’affaire des officiers algériens. Dès son enfance et son adolescence en Kabylie, il perçoit la discrimination à l’encontre des habitants non Européens. Après avoir fait l’école des officiers indigènes d’Algérie et de Tunisie (EOAT), il réussit à intégrer l’école d’officiers de Saumur, où il se bat pour imposer sa compétence d’officier ” nord-africain “, malgré les injustices dont sont victimes les militaires « indigènes ». En 1948, au moment de sa promotion au grade de sous-officier, le gouvernement lui fait rejeter la nationalité française. Il ne l’obtiendra à nouveau qu’en 1967.

Après son entrée en désobéissance, c’est la prison (sans avoir jamais été jugé), puis la résidence surveillée, et la punition : rétrogradé et placé en position de non activité par retrait d’emploi pendant quinze ans, huit mois et cinq jours. Après trente-trois années de présence dans l’armée, il se retire avec sa seule retraite de lieutenant, sans aucune réparation salariale, sans aucune compensation, aucune restitution de ses grades, ni indemnités, « à l’inverse des officiers de la torture, amnistiés, promus, généreusement gratifiés, pensionnés, blanchis » s’insurgera-t-il jusqu’au bout. Il est décédé le premier septembre 2015.

Hélène Bracco, Pour avoir dit non, actes de refus dans la guerre d’Algérie (1954-1962),  Paris-Méditerranée, 2003

 

Crédits photographiques : photographie “à la une” prise dans l’article Bejaia : Un fort hommage à Abdelkader Rahmani, le père fondateur de l’académie berbère, publié sur El Goual, le 19 septembre 2015, pas d’indication de photographe ni d’utilisation.

Corpus des réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 = Συλλογη προφορικων μαρτυριων μικρασιατων προσφυγων του 1922 στη Συρο

En 2013, le corpus sonore “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922” a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et à la phonothèque de la MMSH et traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice corpus en langue française sur Ganoub.

To 2013 η συλλογή προφορικών μαρτυριών  “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλής τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών. Η επεξεργασία και η τεκμηρίωση των μαρτυριών έχουν γίνει κυρίως στην γαλλική γλώσσα,  μπορούμε όμως να βρούμε  στην ελληνική, την περίληψη και τον τίτλο της κάθε μαρτυρίας.  Οι πληροφορίες, τα δεδομένα και  τα μεταδεδομένα της συλλογής  στην γαλλική γλώσσα είναι προσβάσιμα από την βάση δεδομένων Ganoub, ενώ στην ελληνική γλώσσα είναι διαθέσιμα με την μορφή μικρών άρθρων  στην  ενημερωτική ιστοσελίδα της φωνοθήκης Les carnets de la phonothèque.

Οι 29 συνεντεύξεις πραγματοποιήθηκαν  το 1994 έως το 2001 από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάκου, την  αρχειονόμο και προϊσταμένη του Ιστορικού Αρχείου Κυκλάδων Αγγελική Ψιλοπούλου και την τραπεζικό υπάλληλο  Μαργαρίτα Καλουτά. Έξι ακόμα συνεντεύξεις έγιναν μεταγενέστερα, το 2015 από την βιβλιοθηκονόμο Ελένη Λούκου. Οι μαρτυρίες είναι από πρόσφυγες πρώτης και δεύτερης γενιάς που εγκαταστάθηκαν στην Σύρο μετά την μικρασιατική καταστροφή του 1922. Ακολουθήθηκε η μέθοδος της ελέυθερης συνέντευξης, αλλά με βάση  ειδικό ερωτηματολόγιο και κατά την εγγραφή χρησιμοποιήθηκε μαγνητόφωνο.

Liste des notices en langue française et billets en langue grecque :
Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 :

7 août 2001, entretien avec Euthimia Tsaousoglou et sa fille = 7 Αυγούστου του 2001, συνομιλία με την Βασιλεία Τσαούσογλου και την κόρη της : https://phonotheque.hypotheses.org/15109

9 août 2001, entretien avec Euthimia Kehagia = 9 Αυγούστου 2001, συνεντευξη της Ευθυμιας Κεχαγιας : https://phonotheque.hypotheses.org/15111

9 août 2001, entretien avec Chrysanthos Vagianos = 9 Αυγούστου 2001, συνέντευξη με τον Χρύσανθο Βαγιανό : https://phonotheque.hypotheses.org/15121

9 août 2001, entretιen avec Despina Dimou=9 Αυγούστου 2001, συνέντευξη με  την Δέσποινα Δήμου : https://phonotheque.hypotheses.org/15672

 

 

Crédits photographiques : Syra , 1850,  Library of Congress. Pas de restriction de droits connues.

Fuir Smyrne en bateau en 1922

En 2013, la phonothèque de la MMSH a numérisé et traité une collection sonore déposée par les Archives historiques des Cyclades (Grèce) portant sur les réfugiés de la catastrophe de Smyrne de 1922 sur l’île de Syros. Une série de billets présente ces entretiens en langues française, grecque et anglaise.

Plusieurs témoignages issus de la collection sur les Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 évoquent la fuite en bateau des grecs de Smyrne et de sa région depuis les côtes d’Asie Mineure en septembre 1922. Sur les ports1 sont amarrés des bateaux grecs, français, américains et anglais qui vont transporter les grecs persécutés jusqu’en Grèce. Les récits de la fuite des réfugiés de la première et de la deuxième génération racontent les épreuves de la vie comme la  maladie,  la mort,  l’amitié ou encore l’amour.

Ceux qui habitent à l’intérieur des terres sont contraints de parcourir de longues distances à pied, en emportant seulement leurs enfants, comme la famille de Timonidou (entretien n°4465) qui est partie de la Haute-Mésopotamie jusqu’à Mersin ou encore la famille Chrisafidis (entretien n°4458) qui a fait le chemin d’Eskişehir jusqu’à Antalya. Ils racontent comment, pour éviter les mauvais traitements et les arrestations durant le voyage, ils échafaudent différentes ruses : les filles revêtent des vêtements d’homme, tandis que les garçons portent des pantalons plus courts pour paraître plus jeunes. Comme les autorités turques interdisent aux grecs de transporter des objets de valeur, les femmes cousent des pièces d’or dans le revers de leur jupon ou de leurs chaussettes, d’autres vont jusqu’à les avaler. Une fois obtenue une place – si convoitée – sur les bateaux surchargés, ils doivent encore affronter les dangers de la mer agitée et l’épidémie de typhus.

Ce billet reprend les récits directs et indirects de trois témoins : Despina Dimou, Despina Eleftheriadou et un réfugié qui a souhaité demeurer anonyme.

Despina Dimou est une réfugiée de la première génération originaire d’Aïvali, ville au nord-ouest de la mer Egée. Toute la famille a réussi à s’enfuir, à l’exception des grands-parents. Ils ont embarqué sur les bateaux nord-américains qui les ont conduit à Mytilène, sur l’île de Lesbos, située en face de la côte turque. Ils y ont vécu quelques temps puis se sont installés à Syros.

Despina Dimou : A Aïvali, des bateaux anglais et américains sont venus nous chercher.
Enquêtrice : Il y avait beaucoup de familles ?
Despina Dimou : Ceux qui voulaient partir, c’est à dire tous, puisqu’on pouvait pas rester, les turcs nous chassaient. Il m’est arrivé une aventure en route, comme on était des gens pieux, j’avais pris avec moi une icône… (l’informatrice se met à pleurer) (…) Ma mère avait de l’argent sur elle, des livres turques, qu’elle avait cousues dans l’ourlet de ses vêtements et les turcs n’ont rien remarqué. Mais ils lui ont pris autre chose, une petite montre je crois, qu’ils lui ont rendue par la suite en lui disant “nous ne prenons pas les accessoires féminins” Ils se sont comportés avec gentillesse, on ne peut pas dire le contraire. Mais nous, on tremblait comme des oiseaux. Puis on est partis à Mytilène.
Enquêtrice : Qu’est-ce que vous aviez pris d’autre avec vous ?
Despina Dimou : Pas grand chose : un matelas, une poule bouillie pour la manger.

Despina Eleftheriadou est une réfugiée de la deuxième génération. Elle raconte la fuite de ses parents originaires d’Istanbul (alors Constantinople) en reprenant le récit familial entendu dans sa jeunesse. Lors des événements de 1922, sa mère réussit à embarquer sur un bateau, avec sa mère et sa soeur. Sur le bateau elle rencontre son futur mari. A leur arrivée en Grèce à Ioannina, ils se marient et fondent une famille. Ils travaillent pendant 6 ans dans les usines de la région avant de s’installer à Syros.

Despina Eleftheriadou  : Ma mère m’a raconté : ils nous ont mis sur un bateau et nous avons voyagé pendant un mois. La saleté, nulle part où te laver, des poux, rien à manger… On pensait qu’on allait mourir sur le bateau.
Enquêtrice : Qui a réussi à s’enfuir dans votre famille?
Despina Eleftheriadou : Elle, sa mère, sa soeur…
Enquêtrice : Les femmes donc ?
Despina EleftheriadouToutes les femmes. Les hommes avaient été exilés et ils sont morts de faim et de soif.
Enquêtrice : Elles ont pu prendre des affaires avec elles ?
Despina EleftheriadouElles avaient seulement un matelas, qui nous a sauvé pendant l’Occupation car il était fait de laine à l’intérieur et ma mère fabriquait des vêtements pour les échanger dans des villages contre des pois chiches, du riz, de l’huile, des légumes… (…) Si vous savez ce que ces gens-là ont enduré : ils sont morts très fatigués et malheureux. (…)
Enquêtrice : Et qu’est-il arrivé après le bateau?
Despina EleftheriadouIls sont descendus à Ioannina et ils ont reçu de l’aide de l’Etat pour trouver un logement (…) C’est dans le bateau que ma mère a rencontré mon père. Il avait 17 ans et ils n’avaient pas réussi à l’attraper. Il avait dû s’enfuir car mon père était très malin. Elles étaient 6-7 femmes et il a proposé de les aider. Il dit à ma mère : “Tu me plais beaucoup et j’aimerais que tu deviennes ma femme”. Elle avait 14 ans.

Le troisième entretien présenté dans le billet a été enregistré auprès d’un réfugié de la première génération né à Ikonios en Asie Mineure. En 1922, il se dirige avec sa mère et ses trois frères et soeurs vers la ville de Mersin, sur la côte turque. Arrivés au port, sa mère cherche un moyen pour faire passer des pièces d’or par la douane. Elle fait alors appel à un voisin turc qui a eu une idée : il demande à sa mère d’amener des couteaux et autres ustensiles de cuisine avec de grands manches. Il ouvre une cachette dans les manches et cache les pièces à l’intérieur. Puis, ils en cache dans la doublure de leurs vêtements et leur fait avaler le reste. Ils réussissent à passer la douane sans être découverts. Ils voyagent ensuite dans un un bateau de transport où de milliers des gens sont entassés. Puis ils débarquent dans la ville de Nauplie, dans le Péloponnèse. Après un séjour à Tripoli, ils partent rejoindre des parents à Syros.

(extrait) L’informateur : Durant la catastrophe, nous sommes passés par Mersin. C’était le port où  les bateaux grecs arrivaient pour prendre  les réfugiés. Pour monter sur les bateaux nous devions passer la douane : ils nous avaient interdit de faire passer de l’or, mais nous pouvions emporter de la monnaie grecque, autant de billets qu’on voulait. Ma mère ne savait pas si en Grèce la monnaie turque allait être acceptée et elle s’inquiétait de savoir comment elle allait nourrir ses 4 enfants. On avait de l’or, beaucoup de pièces de livres turques, et elle réfléchissait à comment les faire passer à la douane (…)
Enquêtrice : En Grèce où êtes-vous allés ?
L’informateur : Avec le bateau, nous avons voyagé 7 jours et nous sommes arrivés à Nauplie. A Nauplie, ma mère a loué un logement. Après nous sommes allés à Tripoli, puis notre oncle a envoyé quelqu’un pour nous faire venir à Syros.

Crédits photographiques : photographie à la une Too crowded for comfort, 1921, Library of Congress. Pas de restrictions de droits connues.

Vignette de soundcloud : Smyrna, Silas and Anna Weaver Hertzler Papers. Middle East Photographs, 1919-20. HM1-197. Box 19 Folder 1 photo 1822. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Dans les entretiens, quatre ports sont cités par les réfugiés : Antalya, Istanbul – anciennement Constantinople-, Izmir – anciennement Smyrne -, Mersin. []

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922

Une des collections sonores traitées par la phonothèque au cours du premier trimestre 2015 porte sur des témoignages en langue grecque. Ils ont été enregistrés auprès de réfugiés de la première et deuxième génération arrivés d’Asie Mineure en 1922 et installés sur l’île de Syros. Les archives qui documentent cette population de réfugiés étant clairsemées, les Archives Historiques des Cyclades avaient voulu enregistrer le témoignage de ceux qui pouvaient encore raconter ces évènements, de manière directe ou indirecte. Entre 1996 et 2001 une campagne de collecte a été lancée sous la direction d’un historien1. Vingt-neuf entretiens ont été réalisés par deux historiens et une archiviste rattachés aux Archives Historiques des Cyclades. Ces enregistrements ont été numérisés à la phonothèque de la MMSH en 2013 et sont en cours d’analyse, en langues française et grecque. Les supports originaux (27 cassettes) seront conservés aux Archives historiques des Cyclades où une copie numérique des enregistrements accompagnée du traitement des archives en langue grecque y sera bientôt accessible.

A l’époque de la Grande catastrophe, le port d’Ermoupoli, faisait de Syros un centre commercial important et sa zone industrielle offrait un bassin d’emplois conséquent (chantier naval, tanneries et filatures textiles…) ce qui explique en partie que l’île ait pu être une destination pour les réfugiés de Smyrne. Les registres des Archives Historiques des Cyclades indiquent que le nombre des réfugiés  arrivés à Syros peu après la Grande catastrophe a pu atteindre les 7 800 personnes, principalement des femmes et des enfants. Une autre raison de l’arrivée de ces réfugiés a pu être l’installation d’un orphelinat américain, construit à côté d’Ermoupoli en 1923 qui a accueilli des milliers d’orphelins, en majorité d’origine grecque et arménienne2.  La plupart des réfugiés arrivaient des grandes villes d’Asie Mineure : Smyrne, Cilicie, Aïdini, Trébizonde, Halicarnasse, Mésopotamie et Constantinople.3

Dans leurs récits, les réfugiés reconstituent des bribes de leur vie en Asie Mineure avant 1922. Ils évoquent leurs liens avec les habitants de la Turquie d’alors, et plusieurs aspects de leur culture : leurs métiers, leur niveau de vie, leur éducation, leur pratique de la religion, leur vie quotidienne, leurs traditions familiales. A partir de 1922, les réfugiés racontent l’épisode de leur fuite vers la Grèce,4 un pays qui, à cette époque, souffre de la misère et de la pauvreté. Dans cette “nouvelle patrie”, les réfugiés essaient de trouver un travail, de nourrir leurs familles et d’améliorer leurs conditions de vie. L’état grec tente d’accueillir au mieux ces nouvelles populations et de leur fournir une indemnité de guerre. L’intégration des micrasiates en Grèce ne se fait pas sans heurts et nombre d’entre eux se font exploiter : les enfants doivent travailler dès leur plus jeune âge, les salaires sont extrêmement bas – et parfois difficiles à obtenir -, la durée du temps de travail excessive.

Certains commerçants ou artisans vont toutefois tirer parti du contexte cosmopolite et de l’activité commerciale du port d’Ermoupoli et saisir l’occasion de réussir leur nouvelle vie. A travers certains témoignages, comme celui d’Antonis Mavromoustakis (enquête n°4443) quand il évoque le travail réalisé par son père, un des fondateurs de l’association “Union des réfugiés des Cyclades”, on peut saisir la solidarité qui se noue entre les réfugiés et la façon dont ils essaient, à travers la fondation de leurs propres regroupements et associations, d’améliorer leur sort.

Quand il est arrivé d’Asie Mineure, comme il était instituteur et qu’il avait une certaine éducation, il a compté parmi les fondateurs de l’association “Union des Réfugiés des Cyclades” qui avait comme mission d’aider les réfugiés à vivre dans de bonnes conditions. C’est grâce à l’action de cette association qu’a été aménagé le premier quartier pour réfugiés à Xirokampos.

A partir des années 1940, au moment où les réfugiés commencent à laisser derrière eux le souvenir de la Grande catastrophe, un autre épisode historique survient : l’occupation de la Grèce et ses conséquences économiques et sociales désastreuses. Les réfugiés connaissent de nouveau la famine, la peur, la lutte pour la survie. Malgré les difficultés constantes, dans ces discours personnels transparaît la joie de vivre des réfugiés, à travers les fêtes et la musique orientale qui font partie de leurs traditions. Nous vous proposons de vous présenter ce fonds sonore dans une série de billets à venir sur les Carnets de la phonothèque.

Crédits photographiques : Refugees from Asia Minor, 1922, Library of Congress. Pas de restriction de droits connues.

  1. Christos Loukos, aujourd’hui retraité, alors rattaché à l’Université de Crète, a suivi le projet et a déposé les archives à la phonothèque de la MMSH []
  2. La population arménienne avait été victime d’un génocide en 1915 qui a fait de 1,2 à 1,5 victimes []
  3. Nous renvoyons ici vers l’article collectif paru en 1999 sous le titre “Les réfugiés d’Asie Mineure à Ermoupoli : premières hypothèses d’une recherche sur les questions de leur installation et de leur intégration” Οι Μικρασιάτες πρόσφυγες στην Ερμούπολη. Πρώτες υποθέσεις μιας έρευνας για τα προβλήματα εγκατάστασης και ενσωμάτωσης”, Εταιρεία Σπουδών Νεοελληνικού Πολιτισμού και Γενικής Παιδείας (εκδ.), Ο ξεριζωμός και η άλλη πατρίδα. Οι προσφυγουπόλεις στην Ελλάδα.. Επιστημονικό Συμπόσιο (11 και 12 Απριλίου 1997), Αθήνα [1999], σ. 203-214. []
  4. En septembre 1922, à la fin de la guerre d’indépendance, l’armée de Mustafa Kemal se livre aux pillages et aux meurtres contre les populations grecque et arménienne. []

Des “Européens” restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie : le parcours d’une historienne, Hélène Bracco

6888084601_e7e7b053f8_o

 

Le vendredi 21 novembre 2014, Hélène Bracco, historienne, présentera ses ouvrages à la librairie Le lézard amoureux, 28 rue Emile Zola à Cavaillon (83300), à 18h30.

 

L’autre face : “Européens” en Algérie indépendante, préface de Daho Djerbal. 2e édition revue et augmentée. Paris : Non Lieu, 2012. 223p.

Pour avoir dit non : actes de refus dans la guerre d’Algérie : 1954-1962. Paris : Paris-Méditerranée, 2003. 334 p.

“Soldats algériens de l’armée française en guerre d’Algérie : un appelé du contingent, Bachir Hadjadj” dans l’ouvrage collectif dirigé par Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault, La France en guerre, 1954-1962 : expériences métropolitaines de la guerre d’indépendance algérienne. Paris : Éd. Autrement, 2008. 501 p. (Collection Mémoires, ; n°142).

Les sources sonores sur lesquelles s’appuient les publications d’Hélène Bracco  ont été déposées à la phonothèque de la MMSH et cataloguées sur la base de données Ganoub. L’annonce de cette présentation est l’occasion, pour l’équipe de la phonothèque, de mettre en ligne un nouvel entretien issu de son corpus, repris dans la deuxième édition de son ouvrage “L’autre face”.

Titre :  Récit de vie d’un couple d’Européens engagés avec le FLN

Numéro de l’enquête : 4017

Date de l’enregistrement : 1er mars 2011

Lieu de l’enregistrement : Aix-en Provence

Durée : 1h

Accès au fichier son : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-4017

Résumé de l’enquête : 
Hélène Bracco s’est déjà entretenue avec ce couple d’informateurs engagé au côté du FLN durant la guerre d’Algérie mais l’entretien n’était pas enregistré. Le mari est né en Algérie de parents espagnols naturalisés Français. L’informatrice refuse le terme de Pied-Noir puisque ses ascendants, de confession juive, sont arrivés en 1492 d’Espagne, avant la colonisation française de 1830. En 1959 le couple d’informateurs a fui au Maroc, après la découverte par les autorités françaises de réunions du FLN dans leur appartement. Après le tremblement de terre de 1960 à Agadir, le couple est rentré en Algérie où la femme a pu exercer la profession d’institutrice et le mari a continué son activité de formateur dans l’aéronautique. Par son activité et les liens entretenus avec le FLN, le mari a été amené à s’occuper de l’avion de Ben Bella et à le piloter lors de l’évasion d’Aït Ahmed de la prison de Lambèse. Le coup d’Etat de Boumédienne a bouleversé leurs vies, le mari s’est retrouvé au chômage et le couple sans paye pendant plusieurs mois. Actuellement, le couple se partage entre la France et l’Algérie même si, aujourd’hui, la vie quotidienne en Algérie leur paraît de plus en plus difficile Ils évoquent les conditions d’obtention de la nationalité algérienne. L’entretien se conclut sur les dates et souvenirs significatifs de la guerre d’Algérie. 

 

Crédits photographiques : Repas dans une école en Algérie en 1963, Mennonite Board of Missions – Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 2 folder 27, photo #30, Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droit connues.

 

Histoire orale du lycée Charlemagne, 40 ans d’enseignement

Dans le cadre du 40e anniversaire du lycée Français Charlemagne de Pointe Noire, sept élèves de 3e et 2nde ont mené une enquête orale pour mieux connaître l’histoire de l’établissement. Neuf témoins ont été enregistrés qui ont soit travaillé, soit étudié dans le lycée ou y sont encore. C’est Maguelonne Batt, une professeure d’histoire du lycée Charlemagne, qui a eu l’idée de monter ce projet et c’est avec l’aide d’une ingénieure de recherche du CNRS venue de France, Véronique Ginouvès, que nous l’avons mis en œuvre. Il nous a permis de découvrir le métier d’anthropologue et d’historien de l’oral.

Le premier jour, nous nous sommes posé la question : à quoi cela peut servir d’enregistrer des témoins ?
Voilà quelques réponses, n’hésitez à ajouter les vôtres dans le commentaire du blog. D’après nous, enregistrer des témoins a permis :
– d’avoir plusieurs points de vue (les souvenirs sont différents en fonction de la vision de chacun) ;
– de compléter les archives papier du lycée ;
– de donner de la vie à l’histoire de l’établissement, comprendre les changements ;
– de permettre à ceux qui ne peuvent pas transmettre leur savoir par l’écrit de participer à la connaissance.

Méthologie :
– Pour réaliser notre grille d’entretien, nous avons dessiné une carte mentale ou carte heuristique.
– Pour informer chacun des témoins de ce qui allait être fait de leur parole enregistrée, nous avons fait signer à chacun d’entre eux un contrat. Tous les témoins ont accepté que leurs enregistrements soient conservés et diffusés . Nous avons décidé de les déposer ensuite au CDI du lycée où ils pourront être écoutés par tous.

carte-mentale

Pour ceux qui ne pourront pas venir à Pointe-Noire, voilà quelques thèmes qui ont été abordés…

Le paysage 
Nous avons découvert qu’autrefois le lycée Charlemagne était au cœur de la nature. Le long de la côte sauvage, de l’ancien village des artisans, il y avait de magnifiques flamboyants. Certes le paysage a été quelque peu modifié aux alentours de l’école depuis les années 70. A cette époque, la Citronnelle s’appelait La Rotonde. C’était alors un bar qui appartenait au grand-père d’une de nos témoins, celui-là même qui avait cédé le terrain pour construire le lycée.

Les bâtiments
Tous les témoins enregistrés s’accordent à dire que l’établissement est resté le même à travers les années même si, bien sûr, les bâtiments ont pu connaître des fonctions différentes au fil des 40 ans et que des aménagements ont permis d’accueillir de plus en plus d’élèves. Le lycée a subi également de nombreuses modifications concernant l’organisation administrative.
Mme De Jésus, ancienne élève devenue assistante de direction au lycée :
Nous : Avez-vous remarqué des changements dans le lycée depuis le temps où vous étiez élève ?
Mme De Jésus : Des changements sur la structure du lycée ? oui énormément. On n’avait pas les classes climatisées, on avait des nacos1, des ventilateurs au plafond. Il n’y avait pas de postes informatiques, les classes de sciences étaient moins modernes que maintenant, tout ça a beaucoup évolué.

M. Manicas, ancien élève actuellement dans la restauration :
Nous : Est-ce que les classes étaient déjà climatisées quand vous alliez au lycée ?
M. Manicas : Non, il y avait pas de climatisation, il n’y avait même pas de mur d’enceinte, c’est-à-dire que le lycée était délimité par des petits murets des poteaux et des poutres en béton. Pas de mur de clôture. Il y avait une maman qui vendait des arachides le long du mur et aux intercours on allait chercher nos arachides.

Enregistrement-M.-Simba-pour-webM. Simba, aujourd’hui retraité, ancien bibliothécaire, professeur de mathématiques et qui a occupé plusieurs postes au lycée, nous a expliqué qu’en 1977, les cours A et B correspondaient à la maternelle. La cour D au collège, l’étage du bâtiment D était réservé au primaire et le bas au collège. L’infirmerie, d’abord en salle D11, s’est retrouvée dans la cour C vers 1980. La cour C était réservée au secondaire. Certaines salles n’ont pas changé de place comme celles de gym, de techno et la permanence. L’organisation de l’administration et le CDI ont changé à plusieurs reprises en restant toujours autour de la cour C. Le passage entre la salle de réunion et les salles de physique n’existait pas, il fallait faire le tour, plus haut.

Contexte historique
Avant la construction du lycée Charlemagne, les élèves, congolais ou européens, allaient à l’école Félix Tchicaya. Le programme était celui qui était suivi en France et n’était pas relié au Congo. Entre 1963 et 1968 tout a basculé avec révolution congolaise. Suite à cela, le programme des écoles congolaises portait sur l’histoire du Congo et les Français on décidé de construire un lycée, c’était le lycée Charlemagne. M. Simba nous a expliqué que les parents d’élèves d’enfants français se sont cotisés et M. Joseph René Trouyet, forestier, propriétaire d’un secteur de La Losonge (où était située La Rotonde) a cédé une partie de ses terres pour la construction du bâtiment. De 1974 à 1992, seuls les élèves de nationalité française pouvaient suivre les cours de cette école consulaire (elle dépendait du consulat de France). Après les événements de 1992 à 1998, le statut du lycée a changé et toutes les nationalités ont pu être accueillies.

 

Les loisirs
A la Rotonde (qui deviendra “La Citronelle”), dans l’arrière salle, il y avait des jeux comme des flippers ou un baby-foot, à midi les lycéens venaient y manger leurs sandwiches, c’était un lieu où les élèves aimaient se regrouper. A côté, le Victory Palace existait déjà, tout comme l’Atlantic (on peut voir le sommet de l’immeuble de cet hôtel au fond de la photo de groupe en-tête du billet). D’après Madame Trouyet, en face de l’école (là où se trouve le tribunal aujourd’hui) se trouvait un centre sportif où les élèves prenaient des cours de judo. Plusieurs témoins nous ont aussi raconté, que la nuit, près du lycée, il arrivait que professeurs et élèves européens se retrouvent car il y avait une pizzeria et deux boîtes de nuit dont une s’appelait La Licorne. D’autres lieux de rencontre nous ont été cités. Monsieur Manicas nous en a dressé la liste : l’amicale bouliste qui fonctionnait principalement le soir, le cercle civil spécialisé dans les tennis, le club nautique ou cercle naval, spécialisé dans tout ce qui était activité voile et plage, le club hippique, un club de judo nous a également été signalé. Il y avait aussi un cinéma qui passait les films du moment.

Les évènements de 1997
La vie au lycée pendant 40 ans a été très paisible, l’événement marquant pour nos témoins est la période de 19972. Ils nous ont appris que l’école avait été fermée quelques temps avant d’ouvrir à nouveau. Les avis divergent sur la période de fermeture, entre une semaine et un mois. Cette période de crise n’a pas eu que des inconvénients : aujourd’hui, le lycée Charlemagne est un centre d’examen. En effet, Monsieur Panguini nous a appris que comme les élèves ne pouvaient plus aller à Brazzaville pour passer leurs examens, comme seul ce lycée était ouvert au Congo, les élèves sont venus les passer à Charlemagne.

Monsieur Panguini : En 1997, il y avait des événements à Brazzaville, la rentrée en Octobre, n’a pas eu lieu. Bon, le proviseur ne voulait pas venir. Il y avait un professeur de maths qui avait demandé que le portail soit ouvert (…) c’est la cause [de cela] que Charlemagne est maintenant centre d’examens parce ce que [à cette époque à] Brazzaville, l’école était fermée. A Charlemagne les portes étaient ouvertes pendant les examens voilà. C’est là où le lycée Charlemagne est maintenant centre d’examens. Donc les élèves de Charlemagne au 2e tour [avant] ils passaient ça à Brazzaville alors que maintenant, pour les élèves le 2e tour c’est ici. (…) Le lycée était ouvert parce que M. Mourgantes, un professeur à l’époque (il n’est plus professeur, il est maintenant proviseur) quand le proviseur est venu, ils ont travaillé ensemble et après on l’a affecté ailleurs. Donc il est affecté [comme] proviseur.

Madame Ricci : Déjà c’était très compliqué parce que (…) les élèves étaient en plein examen de bac, on devait arrêter [à cause de la guerre]. Après le second problème, on a arrêté l’école 1 mois, une fois en février. Bien sûr, on avait les vacances, on arrêtait. Il y avait des problèmes de sécurité pour les élèves, par exemple quand il y avait des tirs, on apprenait à les mettre à plat ventre sous les tables. C’était une atmosphère très tendue.

IMG_9995

Les cercles de connaissance
Nous avons été touchées lorsque nous nous sommes rendues compte, lors des entretiens, que les « anciens » gardaient le contact même après le lycée, même après avoir quitté Pointe-Noire, et que même des professeurs gardaient le contact avec des élèves. Ils restaient toujours amis malgré  la distance.

Voici donc un extrait de Monsieur Célestin Simba :
Nous : Est-ce que vous avez un souvenir qui vous a marqué depuis que vous êtes au lycée ?
Célestin Simba : Le bon souvenir que j’ai, c’est par rapport aux élèves. Moi j’étais au CDI et j’ai fait les maths, pendant la guerre j’ai enseigné les maths à l’école, parce qu’il n’y avait pas de professeur de maths. Les élèves étaient autour de moi, au CDI, j’aidais certains pour expliquer certains cours qu’ils ne comprenaient pas. Le grand souvenir c’est que j’avais beaucoup de contact avec les élèves.

Nous : Vous êtes restés en contact avec les gens qui sont aujourd’hui partis ?
Célestin Simba : Avec les élèves. Ils sont presque tous ici dans de grandes sociétés. L’année dernière j’avais le contact, mais maintenant je suis rentré chez moi [M. Simba est retraité], je n’ai pas l’internet.

Et celui de madame X (anonyme) :
Nous : Est-ce que vous avez gardé le contact avec certains professeurs qui sont partis ou des élèves ?
Madame X : Des élèves pas beaucoup. J’ai gardé le contact avec des élèves qui sont ici. Des professeurs, oui, mais après c’est dans la sphère de ma  vie privée. Mais on se parle sur internet, on se donne des nouvelles. Comme moi je n’ai pas oublié, elles n’ont pas oublié le lycée. Donc elles sont toujours aux aguets des améliorations, les changements, l’ambiance, voilà. Le Congo, ça ne s’oublie pas dans une vie.

Ce qui nous a aussi émues c’est qu’en plus d’être amies, certaines ont rencontré leur conjoint pendant leur scolarité à Charlemagne. Voilà un extrait du témoignage de Mme Bouvarel :
Nous : Et vous aviez beaucoup d’amis à l’école ?
Corine Bouvarel : Eh bien oui ! On avait beaucoup d’amis comme vous aujourd’hui, pour moi  ce qui est un petit peu spécial c’est que j’en ai gardé un,  et aujourd’hui c’est mon mari.
Nous -C’est formidable !
Corine Bouvarel : Donc en fait on s’est connu en 6ème, on a fait pratiquement toutes nos classes ensemble parce qu’on était toujours dans les mêmes classes et on a été jusqu’en terminale ici tous les deux. 

Et un autre témoignage de Carine Trouyet, ancienne élève qui a aujourd’hui des enfants au lycée :
Carine Trouyet : Mon mari aussi était un ancien donc voilà.
Nous : Et vous avez connu votre mari dans le lycée ?
Carine Trouyet : Mon mari je l’ai rencontré en maternelle et puis après donc moi je suis partie en France. Je suis revenue passer  mon bac et lui il est parti en France au moment ou j’allais faire mon secondaire. Et puis après on s’est rencontrés longtemps après, on était copains d’enfance et voilà.

En conclusion, cette expérience a été très enrichissante car elle nous a permis d’inverser notre regard sur le monde. La phrase d’Amadou Hampaté Bâ a pris tout son sens : [En Afrique] “Quand un vieil homme meurt, c’est comme une bibliothèque qui brûle”.

Auteures du billet : Danielle, Eva, Fidélia, Julia, Lorena, Mireine, Sarah. La carte mentale a été dessinnée par Fidélia.

Crédits photographiques : les photographies ont été prises par Julia Bitar et Véronique Ginouvès pendant la semaine du lycée.

  1. Volets en verre qui laissent passer l’air []
  2. De 1997 à 1999, une guerre civile a eu lieu au Congo []

Pouvoir et démocratie : innombrables voix de l’histoire orale (Barcelone, juillet 2014)

Du 9 au 12 juillet 2014 se tiendra à Barcelone le 18ème congrès de l’IOHA – International Oral History Association sous le titre “Power and Democracy: the many voices of Oral History”.  Une magnifique occasion de rencontrer les acteurs internationaux de l’histoire orale. D’autant que Barcelone est aussi la ville où se publie une des meilleures revues du domaine1 Historia, Antropología y Fuentes Orales.

Plus de 400 propositions ont été envoyées aux organisateurs du congrès après leur appel à communication, preuve de la vitalité de l’histoire orale. La phonothèque de la MMSH y sera présente puisqu’avec Myriam Fellous-Sigrist de l’Association pour l’histoire des chemins de fer nous interviendrons dans le cadre du panel dirigé par Rob Perks (British Library) “What happens when oral history goes public ?”, dans une conférence à deux voix sous le titre : Back to identity : sound archive databases and the issue of witness privacy and acknowledgement.

Vous pouvez suivre l’actualité sur le congrès grâce au compte twitter IOHA Conférence 2014 et sur le blog créé pour l’occasion, Power and Democracy: the many voices of Oral History.

A très bientôt à Barcelone !

Crédits photographiques : Un cargo entre dans le port de Barcelone, photographie de Véronique Ginouvès, 2001.

  1. La revue est publiée par l’association Historia y Fuente Oral, l’Arxiu Històric de la ville de Barcelone et l’université de Barcelone. Elle paraît de 1989 à 1995 sous le titre Historia y Fuente Oral, puis depuis 1996, sous le titre Historia, Antropología y Fuentes Orales. Malheureusement aucun numéro n’est en libre accès, la revue est uniquement accessible sur JSTOR. Vous pouvez lire la version papier à la médiathèque de la MMSH où la collection est quasiment complète… Il manque seulement le n°43, sur le thème “Mundos intangibles” : si vous en avez un exemplaire en double, merci de nous le faire parvenir ! []

Compte rendu de l’édition 2013 du colloque annuel de la Société britannique d’histoire orale

Les 5 et 6 juillet derniers, le colloque annuel de la Société britannique d’histoire orale s’est déroulé à Brighton (R.-U.) au sein du Centre for Life History and Life Writing Research. Cette année, ce rendez-vous des professionnels britanniques et anglo-saxons de l’histoire orale portait sur “l’histoire orale dans l’administration et dans l’entreprise”.

Dans l’optique1 de contribuer à la diffusion des pratiques françaises de l’histoire orale au Royaume-Uni et à la connaissance des expériences anglo-saxonnes en France, j’y ai coordonné une session sur la place du patrimoine immatériel dans l’histoire française des entreprises et des administrations. Avec Marie-Noëlle Polino2 et Arthur Mettetal3 , nous avons proposé, à travers quatre cas d’études, une réflexion sur l’histoire de ces structures en France et son inflexion récente vers les archives orales.

Après avoir exposé le contexte français de l’histoire orale et de l’histoire des entreprises et des administrations, nous avons présenté quatre projets de collecte d’entretiens, élaborés avec des méthodes, des moyens et dans des cadres différents. Ont ainsi été détaillées les collectes menées par l’association French Lines sur l’histoire des grandes compagnies maritimes, par l’Office Français pour la Protection des Réfugiés et demandeurs d’Asile auprès de ses anciens agents, par le collectif Anachronique Symposium Committee sur les anciens employés de l’usine Panarroya-Metaleurop et par l’Association pour l’histoire des chemins de fer sur la vie et le travail des cheminots pendant la Deuxième Guerre mondiale.  

Marie-Noëlle Polino a animé notre discussion sur les usages du patrimoine immatériel dans ces milieux. Le public, qui a rempli notre petite salle de séminaire, a été invité à contribuer à notre comparaison des usages de l’histoire orale en France et dans les pays anglo-saxons.

 

Nos présentations se sont inscrites dans une réflexion portant sur de multiples aspects de l’histoire orale des entreprises et des administrations. Je vous propose un petit aperçu4 des questions soulevées et des approches adoptées dans les différents pays et projets représentés durant ces deux jours.

 

Photo des participants, Brighton, juillet 2013. Avec l'aimable autorisation de Stuart G. Robinson, University of Sussex.
Photo des participants, Brighton, juillet 2013. Avec l’aimable autorisation de Stuart G. Robinson, University of Sussex.

Un défi pour l’histoire orale

Dans son introduction générale, Rob Perks (British Library, R.-U.) nous a rappelé qu’il s’agissait de la première des conférences annuelles de l’Oral History Society, depuis la première édition en 1971, à aborder le thème des entreprises. Cela s’explique notamment par les origines politiques de l’histoire orale au Royaume-Uni : elle a été lancée avec le mouvement de « history from bellow », par les chercheurs s’intéressant à  l’histoire des dominés (sous-représentés dans la recherche : les ouvriers, les immigrés, les femmes, les enfants…).

Malgré tout, l’histoire orale s’avère être un bon moyen pour permettre aux entreprises de garder une trace des savoir-faire, pour apporter une reconnaissance aux employés, pour tirer les leçons des échecs, ou encore pour construire une image de marque.

Les défis qui se posent à l’historien oral sont nombreux s’il veut aborder le thème du business : dépasser sa réticence vis-à-vis des grandes entreprises et institutions, se confronter aux relations de pouvoirs de ce milieu, négocier un cadre de travail, garantir la polyphonie et enfin établir si l’enquêteur doit être interne ou externe à l’établissement.

 

Le business de l’histoire des entreprises

La valeur de l’histoire vivante : pourquoi les entreprises compétitives investissent dans des projets d’histoire orale (allocution plénière de Bruce Weindruch, fondateur et CEO de The History Factory, E.-U.) :

L’entreprise The History Factory a été créée en 1979 à Washington D.C. et emploie aujourd’hui 35 personnes dont les différents métiers (archiviste, graphiste, historien…) sont mis à profit pour répondre à des commandes d’histoire orale d’entreprises et d’institutions dans le monde entier. Les entretiens, réalisés auprès d’employés de structures telles qu’Adobe, McDonalds ou Western Union, sont sauvegardés dans l’un des 35 bâtiments servant à l’archivage des projets. 

L’intervenant remarque que les entreprises qui le contactent (sa politique est de ne jamais démarcher de possibles clients) sont très préoccupées, non par le changement, mais par la perte de leur identité. Par ailleurs, beaucoup des projets sont commandés après l’enterrement d’un haut dirigeant d’entreprise : ces cérémonies servent de déclencheur pour les autres responsables qui s‘inquiètent de la mémoire qu’ils laisseront derrière eux, à leur départ de l’établissement. 

Les projets de collecte revêtent des formes très différentes : le kit de collecte (selon le concept du « Do It Yourself »), les enquêtes téléphoniques, les entretiens collectifs, la discussion filmée entre membres d’une équipe… Une fois collectés, les entretiens sont transformés en des produits utilisables par l’entreprise à l’avenir (mini site internet, film, livre, etc.). Ainsi, la devise de The History Factory est « Start with the future, and walk back ».

La compagnie revendique le respect d’une éthique professionnelle rigoureuse : les entretiens font l’objet de contrat de cession de droits d’auteur, les commanditaires reçoivent un dossier expliquant le déroulement de la collecte et les enquêtés obtiennent des conseils pour se préparer à l’entretien. Chaque entretien coûte en moyenne 10 000$ (environ 7 500€) en incluant le coût de toutes les étapes depuis la recherche préparatoire jusqu’à la réalisation du produit final. 40% du temps utilisé dans ce processus est dédié à la recherche.

Les entretiens ne se concentrent pas que sur les dirigeants, les employés en bas de la hiérarchie d’entreprise ont aussi la parole car les commanditaires reconnaissent souvent que ce sont ces employés qui possèdent la connaissance de terrain. De même qu’est généralement accepté que les personnes qui ont démissionné ou ont été renvoyées aient aussi la parole, de peur que, si elles ne sont pas interviewées, les informations qu’elles ont à transmettre ne se retrouvent dans les médias.

Le plus grand défi qui se pose à The History Factory aujourd’hui vient des nouvelles technologies qui permettent de s’auto-enregistrer : beaucoup des entreprises qui prennent contact demandent en quoi elles ont encore besoin d’historiens alors que leurs employés pourraient réaliser leur propre entretien avec des outils tels que les lunettes Google. L’intervenant répond à cela qu’on ne peut comparer l’utilisation ponctuelle d’un gadget à la mode et la construction méthodique d’un projet de collecte.

Par manque de temps l’intervenant n’a pas pu être interrogé sur la diffusion des entretiens enregistrés et stockés dans les bâtiments de The History Factory. Il reste à comprendre qui, en dehors du commanditaire, pourra avoir accès à ces milliers d’heures de son et de vidéo. Et la question majeure qui se pose est sans doute celle de la nature du travail qui est réalisé : si ce n’est pas tout à fait de l’histoire orale, comme le reconnait l’intervenant, comment qualifier ce type de méthode ?

 

L’histoire des entreprises et du business

L’histoire du monde des affaires en Egypte à l’aide de l’histoire orale : une expérimentation institutionnelle (allocution plénière d’Abdel Aziz EzzelArab, American University of Cairo, Egypte)

L’ Economic and Business History Research Center  a été créé en 2004  à l’initiative de 5 économistes américains et égyptiens, parmi lesquels figure l’intervenant. Ses activités incluent la collecte et l’archivage d’entretiens avec des acteurs de la vie économique du pays, la formation d’étudiants, la publication et l’organisation d’évènements scientifiques. Le centre est soutenu par de nombreuses institutions comme les universités de Harvard, Princeton, ou Washington. Une personne y est actuellement employée de façon permanente.

La collecte d’archives orales est au cœur du projet de création de ce centre, bien qu’aucun des fondateurs n’ait eu une expérience préalable en histoire orale. Ils se sont formés par la suite. Ce besoin de créer de telles sources résulte de l’importance de la censure dans le milieu des affaires égyptien et de l’absence de politique d’archivage à l’université. Ce centre de recherche tente de produire de nouvelles sources pour comprendre les processus de prises de décisions dans le monde des affaires et notamment les politiques de privatisation mises en place en Egypte depuis plusieurs décennies. Les témoins enregistrés sont des anciens ministres ou des personnes qui ont été influentes dans les prises de décisions économiques.

L’analyse des entretiens révèle le poids des dynamiques informelles dans la prise de décision, un phénomène qui explique l’absence de trace des débats ou des décisions dans les médias ou les documents officiels. Par ailleurs ces entretiens mettent en lumière l’écart entre les lois votées et les intentions initiales de leurs promoteurs. Contrairement à  ce qui aurait pu être pensé au vu de l’opacité de ce milieu, les témoins sont enthousiastes à l’idée d’être enregistrés car cette sollicitation leur donne le sentiment que le pays se souvient d’eux. A la suite des entretiens, plusieurs d’entre eux ont commencé à écrire leurs mémoires. Et lorsqu’ils ont été invités à participer à des séminaires pour discuter de leurs entretiens, ils l’ont accepté.

Le centre de recherche utilise deux vecteurs principaux de diffusion des entretiens. La transcription et l’archivage constituent un de ces moyens. Le second vecteur de diffusion prend la forme de séminaires, regroupant des étudiants, des chercheurs et les témoins. L’intervenant remarque que la rencontre a un fort impact sur les étudiants lorsqu’ils entendent d’anciens politiciens faire des erreurs dans la chronologie des faits ou affirmer qu’ils n’ont jamais débattu les décisions politiques qu’ils ont prises. L’opinion des étudiants quant aux preneurs de décision de leur pays s’en trouve bouleversée. Enfin, la cession des droits d’auteur a été demandée pour tous les entretiens afin de permettre que ces nouvelles sources soient étudiées à l’avenir.

 

Histoires invisibles : chansons et récits des emplois perdus de Salford (par Neil Dymond-Green, Working Class Movement Library, R.-U.)

Il s’agit du premier projet de collecte mené par la Working Class Movement Library, qui a porté sur les anciennes usines de cette banlieue de Manchester. L’appel à témoignage a été diffusé au moyen d’affiches dans les bibliothèques municipales et d’annonces dans la presse locale. 24 entretiens ont pour l’instant été recueillis, auprès d’employés de 3 lieux différents : une mine de charbon, une usine de plastiques et une usine de coton.

Pour la valorisation et la diffusion des entretiens, l’équipe du projet s’est inspirée d’un autre projet local mené dans les années 1960 par des chanteurs de la région qui ont enregistré et diffusé à la radio des ballades racontant l’histoire locale. En partenariat avec une des écoles de Salford et des musiciens locaux, l’équipe du projet d’histoire orale est en train de créer de nouvelles chansons utilisant des extraits des entretiens collectés sur fonds de mélodie hip hop. Leur objectif principal est de faire en sorte que ces histoires restent vivantes. Les chansons seront bientôt disponibles sur leur site internet, sur Youtube et Audioboot.

 

L’histoire des institutions politiques et des fonctionnaires

Observer le changement dans une institution traditionnelle : l’histoire orale dans le Sénat américain (par Donald Ritchie, US Senate Historical Office)

Le fort sentiment de continuité propre aux membres du Sénat américain explique leur intérêt pour l’histoire de leur institution. Ce projet d’histoire orale sur l’évolution du Sénat a ainsi débuté en 1966, année où l’intervenant a été embauché comme enquêteur. Les entretiens sont menés lorsque les témoins sont proches de l’âge de la retraite. Outre les sénateurs et d’autres politiciens, le projet entend capter l’évolution de tous les métiers qui permettent de faire fonctionner l’institution.

Malgré leur sentiment de continuité, les sénateurs ont connu de nombreux changements, en raison notamment des avancées technologiques. Ainsi, avant qu’il soit possible de traverser les Etats-Unis en quelques heures en avion, les sénateurs déménageaient systématiquement à Washington avec toute leur famille ; aujourd’hui leurs billets d’avion sont payés par l’Etat fédéral pour qu’ils puissent rentrer chez eux toutes les semaines.

Alors que le nombre d’employés est passé de 1000 dans les années 1960 à plus de 7000 aujourd’hui, plusieurs autres grandes évolutions sont mises en valeur par les entretiens. Afin de permettre que les employés fassent connaissance, l’institution doit organiser des évènements pour les réunir. Le rapport à la technologie est passé d’une forte réticence (notamment pour s’adapter à l’ordinateur dans les années 1980) à une acceptation générale des outils informatiques, qui  sont désormais omniprésents. Enfin, jusqu’aux années 1970 les assistants des sénateurs pouvaient rédiger des projets de lois pour des sénateurs de bords différents ; aujourd’hui les assistants ne peuvent travailler que pour un seul parti.

 

Les politiques racontent des histoires : le projet d’histoire orale du Parlement britannique (par Paul Seaward, Priscilla Pivatto et Emma Peplow, membres du projet History of Parliament, R.-U.)

Cette collecte qui a débuté en 2011 s’insère dans un vaste projet de recherche sur l’institution et ses membres, en cours depuis les années 1960. L’enregistrement de récits de vie de parlementaires vise à saisir le parcours de vie qui a amené des centaines d’hommes et de femmes à siéger au Parlement britannique, à comprendre leur caractère et à recueillir leurs observations des évolutions de l’institution. L’un des enjeux du projet est d’arriver à faire sortir ces anciens politiciens de leurs discours rodés ou souvent répétés.

La collecte est réalisée par une vingtaine d’enquêteurs bénévoles, qui ont été choisis pour leur connaissance de l’histoire ou de la politique britannique. La sélection des parlementaires se fait en fonction de leur origine géographique et de leur appartenance politique, avec l’objectif d’obtenir un corpus d’entretiens équilibré. 60 personnes déjà ont été interviewées et les intervenants projettent de rencontrer une centaine de témoins d’ici à la fin de leur projet.

Les archives orales sont destinées à être déposées au département des archives sonores de la British Library. Pour les prochaines étapes du projet, les responsables envisagent d’élargir l’enquête à l’histoire des circonscriptions, des militants et des bloggeurs impliqués dans la vie politique locale. Le projet vient de recevoir un financement de la part de la Loterie nationale (Heritage Lottery Fund) pour mener cette nouvelle enquête dans une première région, qui servira de test.

 

Les scientifiques au service de l’Etat britannique entre la Deuxième Guerre mondiale et les années 1990 (par Sally Horrocks, University of Leicester, et Tom Lean, National Life Stories, R.-U.)

Ce projet s’inscrit dans le programme de collectes d’entretiens menées depuis 1987 par le département d’histoire orale de la British Library sous le nom de National Life Stories qui entend créer des archives orales couvrant le plus grand nombre possible de thèmes de l’histoire de la société britannique contemporaine.

Le projet présenté lors de cette session porte sur le volet « Made in Britain »  de la collecte sur l’histoire de la science au Royaume-Uni qui a débuté en 2009 grâce au financement de l’association caritative Arcadia Fund. L’objectif de cette collecte sur l’histoire de la science est de regrouper environ 200 témoins, avec lesquels sont menés des entretiens d’une durée 10 à 15 heures chacun.

Le propos des intervenants portait sur les entretiens réalisés auprès de scientifiques entrés au service de l’Etat britannique pendant la Deuxième Guerre mondiale. En 1949, 9 000 scientifiques qualifiés travaillaient dans les ministères.

La plupart avaient été embauchés pendant la guerre. En acceptant de devenir fonctionnaires, ils ont fait le choix de placer leur carrière au service des besoins de la nation, quitte à mettre entre parenthèse leurs ambitions professionnelles. Beaucoup des personnes rencontrées expliquent cette décision par le sentiment d’avoir été sauvés par l’Etat en étant requis loin du front et d’avoir un devoir à accomplir en retour. Cependant plusieurs témoins expliquent qu’ils ont été contraints de ne pas aller sur le front, contre leur volonté, par la menace d’être envoyés en prison s’ils refusaient de devenir fonctionnaires et de rester en Grande-Bretagne.

Le sens du service à la patrie persiste après la guerre : jusqu’aux années 1960, beaucoup de témoins se désignent comme des « soldats scientifiques ». A partir des années 1980, leur opinion sur leur métier change fortement, en raison notamment du contexte politique de tournant libéral initié par le gouvernement de Margaret Thatcher. Ils reçoivent désormais la consigne de faire en sorte que la science devienne rentable. Les passages des entretiens portant sur cette période de leur carrière sont caractérisés par la nostalgie et le ressentiment.

 

L’histoire orale par et sur les universités

Qui sommes-nous ? L’histoire orale de l’Université de Sussex (par Margaretta Jolly, Dorothy Sheridan et Suart Robinson, University of Sussex)

A l’occasion de l’anniversaire des 50 ans de cette université, son Centre for Life History and Life Writing Research a mené un projet d’histoire orale sur l’institution. De 2009 à 2011, 50 entretiens ont été collectés, avec un financement de £18 000 (environ 21 100 €) apporté par l’université.

Les entretiens ont tous été accompagnés de la réalisation d’un portrait du témoin sur le campus universitaire. Comme l’expliquait le photographe de l’établissement, qui s’est lui aussi retrouvé interviewé sur sa longue carrière dans l’institution, il a laissé  le choix du cadre de la photo à chaque personne pour qu’elle représente un lieu fortement associé à sa mémoire des années passées dans l’université.

De nombreux enseignants-chercheurs ont été sollicités, et parmi eux une des intervenantes, le professeur Sheridan, qui fut enseignante en sociologie puis directrice du Mass Observation Archive jusqu’à sa récente retraite. Elle nous a livré ses réflexions sur l’expérience d’être interviewée pour la première fois après avoir mené de nombreuses enquêtes au cours de sa carrière. Elle a admis avoir eu peur que ses propos soient inadéquats pour un projet mené dans le cadre de la célébration d’un anniversaire. Par ailleurs, l’expérience l’a fait réfléchir sur l’effort de présenter un visage serein et un récit de vie avec lequel on est à l’aise. La notion qu’elle a utilisée (celle de « composure ») renvoie au besoin de négocier avec soi-même pour livrer une narration qui nous satisfasse et qui soit acceptable à entendre pour l’autre. Enfin, elle a reconnu que l’histoire de vie qu’elle a racontée pour ce projet aurait sûrement été très différente si elle avait été interviewée à une autre étape de son parcours.

.

Le Centre for Popular Memory : dilemmes institutionnels pour l’histoire orale dans le contexte académique (par Sean Field, University of Cape Town, Afrique du Sud)

Le professeur Sean Field nous a proposé une réflexion sur les 10 dernières années d’existence du Centre for Popular Memory, dont il a été le directeur de 2001 à 2012. Ce centre de recherche en histoire orale a été créé pour prendre le relais du Western Cape Oral History Project qui avait commencé son activité en 1985. Son équipe a réalisé de nombreux projets de collecte d’entretiens, des expositions, des documentaires radio, des publications scientifiques.

Dans les années 2000, soit la phase de réconciliation nationale qui faisait suite à l’apartheid, l’histoire orale a connu dans tout le pays un essor et a bénéficié de financements importants avec une demande accrue de formation en technique de collecte pour la société civile, notamment pour les enseignants du secondaire, les personnels des ONG et les responsables de centres communautaires. L’université qui abrite ce centre de recherche a encouragé l’équipe à se concentrer sur la formation, la diffusion auprès du grand public et l’archivage.

Si entre 2001 et 2005 l’université a soutenu et financé les activités de diffusion des méthodes et résultats de l’histoire orale, à partir de 2006 le centre de recherche s’est retrouvé pris en contradiction entre les demandes de formation au niveau local (l’histoire orale est devenue obligatoire dans les écoles de la région) et les exigences pour la recherche au niveau national (seule la recherche en sciences dites “dures” est financée). En outre, au niveau institutionnel, la pression exercée par l’université abritant le centre de recherche oblige l’équipe à publier pour obtenir des financements supplémentaires. L’Université de Cape Town étant la seule université africaine présente dans le classement international qui désigne chaque année les 100 meilleures universités, l’institution exige que les équipes de recherche se concentrent sur la publication, au lieu de la diffusion et des partenariats avec la société civile. Aujourd’hui le Centre for Popular Memory ne fonctionne qu’avec deux personnes permanentes, dont une est à mi-temps.

Suite à cette présentation il était intéressant de réfléchir au fait que l’histoire orale a pour principal objet la production de sources audio-visuelles, qui ne peuvent seulement être analysées dans un second temps et faire l’objet d’une production écrite. A moins de changer en profondeur la nature et la méthode de l’histoire orale, le problème que pose la réponse aux exigences de publications référencées n’est-il pas sans solution? Est-il possible de concilier le caractère chronophage de la constitution et du traitement de corpus d’archives orales avec cette exigence institutionnelle, sans avoir pour cela de moyens supplémentaires en ressources humaines ?

Cette situation problématique est observée par beaucoup de professionnels présents à cette séance du colloque: l’université valorise les partenariats que peuvent susciter des projets d’histoire orale avec la société civile mais elle ne donne pas les moyens financiers pour assurer le travail de recherche nécessaire à la réalisation et à la diffusion de ces projets.

La revue publiée par l’Oral History Society (Oral History Journal, une des principales revues européennes dans le domaine) pâti aussi du système international de classement universitaire: bien qu’accessible sur la plateforme JStor, cette revue n’est pas référencée et le comité de rédaction ne reçoit pas suffisamment d’articles à évaluer.

.

Pour plus d’informations sur ce colloque, il est possible de consulter le programme et les résumés des papiers présentés.

  1. Historienne orale exerçant en France après une formation au Royaume-Uni, je suis cheffe de projet d’une collecte d’archives multimédia à l’Association pour l’histoire des chemins de fer. []
  2. Secrétaire scientifique de l’Association pour l’histoire des chemins de fer et spécialiste du patrimoine industriel. []
  3. Président de l’association Anachronique Symposium Committee et responsable du patrimoine pour le Réseau Empreintes de Haute-Savoie. []
  4. Je remercie Marie-Noëlle Polino et Arthur Mettetal pour leur relecture de ce texte. []

Méthodologie de l’histoire orale à Aix-en-Provence : une conférence sur les « ethnotextes » de Jean-Claude Bouvier en 1981

 Jean-Claude Bouvier a été professeur de dialectologie et de langue occitane à l’Université d’Aix-en-Provence où il a fondé et dirigé le CREHOP1. Spécialiste de dialectologie, d’ethnolinguistique et d’onomastique, il est aussi le co-fondateur, avec Philippe Joutard (historien moderniste), de la Phonothèque d’Aix-en-Provence, actuellement implantée à la MMSH. Enfin, il est l’un des fondateurs de l’Association Française d’Archives Sonores (AFAS),  en 1979, qui a pour objectif de “réunir institutions et personnes qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités”.

Lors de la numérisation de bandes magnétiques déposées par le Musée ethnologique de Salagon, j’ai écouté un enregistrement que l’on peut désormais qualifier d'”historique” : Jean-Claude Bouvier, lors d’un stage d’ethnologie à Saint-Michel-l’Observatoire en 1981, présente ce qu’il appelle les “ethnotextes”, ou “textes oraux”. Nous sommes alors dans une période de fort intérêt chez les chercheurs de sciences humaines et sociales de l’université d’Aix-en-Provence pour les archives orales et l’histoire orale, longtemps ignorées dans le monde de la recherche française. Il présente devant l’auditoire une méthodologie d’enquête orale puis développe quelques exemples avant de terminer sur la préservation des supports physiques.

Dans une première partie, Jean-Claude Bouvier définit le concept d’ethnotextes2 et présente une méthodologie qui passe par un plan d’enquête, donc d’une bonne connaissance du sujet. Toutefois, ce plan doit être flexible, en évolution permanente. Il conseille de limiter les interventions de l’enquêteur lors de l’entretien, de laisser parler librement l’informateur, et de revenir ensuite sur certains points qui mériteraient d’être éclairer:

 

Pour Jean-Claude Bouvier, le texte oral qui découle de l’entretien doit être étudié au même titre que n’importe quel autre texte écrit :

 

Ce texte oral contient la représentation que se font les informateurs de leur propre culture :

 

Il donne alors l’exemple d’enquêtes réalisées sur le thème du baptême :

 

Puis il insiste sur l’importance lors de l’entretien des non-dits :

 

Jean-Claude Bouvier insiste sur l’importance de passer par des intermédiaires afin de trouver des informateurs pouvant renseigner sur le sujet étudié, mais il ne faut pas rester prisonnier de leur “réseau”. Il est aussi important de travailler avec différents types d’informateurs, aux âges, sexes et lieux d’habitation différents à l’intérieur d’une zone définit :

 

Les enquêtes doivent être renseignées par le biais d’une fiche de renseignement, nécessaire dans le travail de recherche de l’enquêteur :

 

Il enjoint ensuite à croiser source orale et source écrite :

 

Car l’enquête orale ne se suffit pas en elle-même, elle doit être croisée avec d’autres formes de sources car elle n’est qu’une représentation de la culture :

 

Pour conclure sur l’apport de l’ethnotexte dans la recherche, je vous renvoie vers plusieurs articles publiés jusqu’au début des années 1990 par les chercheurs du CREHOP. Jean-Noël Pelen en a rédigés plusieurs portant sur la naissance et l’utilisation de l’ethnotexte en 1992, La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement,3 ou plus largement sur le dépôt des sources orales et les phonothèques de recherche. Clairvoyant sur l’avenir de la méthode en science humaine et sociale, il insiste sur l’intérêt du travail pluridisciplinaire dans le domaine de la source orale. Philippe Joutard, toujours inspiré par l’oralité, vient de publier un nouvel ouvrage sur le thème  Histoire et mémoires, conflits et alliance paru en 20134 que je vous invite à découvrir, comme en symétrie à cette conférence, plus de trente ans plus tard. 

 

Crédits photographiques : Couverture de l’ouvrage “Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes”, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 

  1. Centre de Recherche et d’Etude sur l’Histoire Orale et les Parlers régionaux []
  2. On trouvera plus d’informations sur le sujet dans le livre collectif Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 []
  3. “La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement” in Actes du Congrès international de dialectologie, Iker 7, Bilbao, 1992 []
  4. Histoire et mémoire, conflits et alliance, La Découverts, 2013 []