Archives par mot-clé : histoire orale

Un projet de loi aux Etats-Unis menace la diffusion des données de la recherche en SHS

Le New York Times du 25 octobre 2011 évoque le les incertitudes des chercheurs en sciences humaines et sociales aux Etats Unis qui attendent la modification d’une loi qui modifierait les règles régissant la recherche impliquant des sujets humains. La proposition de loi a pour but de protéger les personnes et les informations qu’ils fournissent lors des enquêtes – en particulier les enquêtes biomédicales -. Bien entendu, les chercheurs trouvent légitime que des garanties soient mises en place sur la diffusion des données personnelles mais ils sont consternés de se rendre compte que la volonté de l’Etat fédéral de protéger la vie privée puisse aboutir à des règles susceptibles de restreindre l’accès aux données de base pour les sciences humaines et sociales : statistiques,  recensements, études de marché mais aussi enregistrements de récits de vie.

Mais les chercheurs qui créent des corpus pour documenter leur recherche sont donc  inquiets sur l’avenir de la communication et de la conservation des sources qu’ils constituent au fil de leur terrain. Ils avaient jusqu’à mercredi 26 octobre 2011 pour déposer leurs commentaires publics mais ils sont très septiques sur l’avenir de leurs recherches.  Zachary Schrag, historien à l’Université George Mason  s’insurge : « Pendant des décennies, les chercheurs en sciences humaines et sociales ont souffert en raison de règlements bien intentionnés mais mal prises en compte, mal rédigées et dont les conséquences involontaires ont restreint la recherche »1. L‘American Historical Association, l’Association américaine d’histoire orale ou encore le Consortium des associations de sciences sociales (COSSA) et l’American Anthropological Association (AAA) sont unanimes sur le danger que pourrait représenter cette loi sur l’accès à l’information et pour la recherche en SHS. Ces questions préoccupent aussi les chercheurs européens.

Au moment où nous nous apprêtons à rédiger collectivement un guide de bonnes pratiques sur les questions de droit et d’éthique pour la diffusion des données en SHS, il sera essentiel de suivre les réactions des chercheurs nords américains sur ce projet de loi et de lire les Principles and Best Practices republiés à cette occasion par l’association américaine d’histoire orale.

A propos du projet de loi :

Un article (2011) de Robert B. Townsend sur le thème « Could history become an information risk? » :  http://blog.historians.org/articles/1424/could-history-become-an-information-risk

Affichage des commentaires publics sur le projet de loi : http://www.regulations.gov/#!documentDetail;D=HHS-OPHS-2011-0005-0001

Les contre propositions à la proposition de loi fédérale de l’Historical american association (HAA) : http://blog.historians.org/news/1439/oral-history-and-information-risk-a-response-to-the-federal-proposal et celles de l’association d’histoire orale : http://www.oralhistory.org/2011/10/18/oral-history-and-information-risk-a-response-to-the-federal-proposal/

Présentation de l’ouvrage de Zachary M. Schrag Ethical ImperialismInstitutional Review Boards and the Social Sciences, 1965–2009

Les réactions de l’AAA : http://www.aaanet.org/issues/policy-advocacy/Protecting-Human-Subjects.cfm 

Crédits photographiques : Gen. Jones’ « FORWARD » suffragettes (LOC). Publié par Bain News Service. Photographie prise entre 1910 et 1915. Plaque de verre,  5 x 7. Collection de la Bibliothèque du Congrès. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.15124. Pas de restrictions de droit connues.

  1. For decades, scholars in the social sciences and humanities have suffered because of rules that were well intended but poorly considered and drafted and whose unintended consequences restricted research. []

Européens en Algérie indépendante : un corpus sonore à la phonothèque de la MMSH

Le 5 juillet 2012, l’Algérie fêtera le 50ème anniversaire de son indépendance. A cette occasion l’ouvrage de l’historienne Hélène Bracco1, sera réédité dans une version complétée. Cette monographie a été éditée à partir de son mémoire de DEA d’études Arabes et Islamiques, portant sur les Européens ayant fait le choix de rester ou de venir vivre en Algérie après l’indépendance de 19622. Pour documenter ce travail universitaire, Hélène Bracco s’est appuyée sur des entretiens qu’elle a enregistrés. La totalité du corpus a été déposé à la phonothèque de la MMSH où il est aujourd’hui consultable sur place dans sa totalité.

 

Hélène Bracco avait fait un premier dépôt au cours de l’année 2000, les enquêtes avaient été documentées et numérisées à la phonothèque de la MMSH. Ce travail avait donné l’occasion à Hélène Bracco de mieux comprendre l’intérêt du dépôt de ses sources et elle avait largement participé au travail d’indexation. Elle avait d’ailleurs, en 2005, numérisé et traité elle-même son corpus sonore sur les refus civils et militaires de la guerre d’Algérie à la phonothèque. Ce second dépôt, qui eut lieu au mois de juin 2011, vient clore cet ensemble. Le traitement documentaire restait à réaliser. Dans le cadre de mon stage de licence professionnelle à la phonothèque de la MMSH durant le mois de septembre 2011, j’ai travaillé sur ce corpus en m’attachant à l’ensemble de la chaîne documentaire, de sa numérisation à sa valorisation.

Ce second dépôt est constitué de neufs entretiens, six menés en Algérie et deux menés en France en 1993, auxquels s’ajoute un entretien mené récemment au mois de mars 2011 près d’Aix-en-Provence ; ils s’ajoutent aux 15 enregistrements déjà traités. Ces enquêtes nous font découvrir le témoignage de Français ayant fait le choix, au lendemain de l’indépendance de l’Algérie en 1962, de rester y vivre – les Pieds Noirs -, ou de venir y vivre – les Pieds-Rouges -. Il est intéressant de noter à ce sujet, que le terme de Pied-Vert a rapidement fait place à celui de Pied-Noir pour désigner les Européens restés vivre en Algérie indépendante. Ce terme a trouvé un écho favorable (et vraisemblablement sa source) dans la presse et les médias.

L’intérêt pour Hélène Bracco, en enregistrant des témoins, était de pallier le manque d’archives papiers souvent frappées du secret de la défense nationale. Les témoignages qu’elle a recueillis lui ont notamment permis d’obtenir des récits de la clandestinité, livrés par des acteurs des réseaux de soutien au FLN (réseau Curiel), que peu d’écrits relataient au moment de son enquête. Pour elle3, “la source orale est la seule à pouvoir révéler certains actes accomplis dans la clandestinité”.

 

L’auditeur peut ainsi entendre des témoignages d’une différence radicale : du militant pour une Algérie indépendante à celui qui ne voit dans l’Algérie qu’un département français où les « Arabes » n’ont pas leur place. Car ceux qui sont restés sont aussi bien des militants œuvrant pour l’indépendance depuis la métropole, que des Européens d’Algérie travaillant avec le FLN, des libéraux favorables à une Algérie française mais égalitaire, des personnes soutenant l’OAS ou enfin ceux qui, ainsi que les qualifie Pierre Chaulet4, ne furent que simples spectateurs du conflit. Tous racontent leur vie en Algérie indépendante et pourquoi ils ont fait le choix d’y rester. C’est aussi le récit de la recherche d’une identité. Les Français d’Algérie qu’elle a rencontrés n’ont souvent connu que l’Algérie et y vivent depuis plusieurs générations. Leurs origines sont diverses : Juifs espagnols ayant fui les persécutions, Alsaciens refusant la domination prussienne après la défaite de 1870, paysans du Sud de la France poussés à fuir la crise du phylloxéra… C’est ce qui explique en partie la déchirure que certains ont ressentie lors du départ des Pieds-Noirs en 1962, et que d’autres aient refusé de partir. C’est à ces derniers que le choix de la nationalité s’est posée5. En effet les accords d’Evian laissaient aux Français d’Algérie un délai de trois ans au terme duquel ils devaient avoir fait le choix de rester Français en Algérie ou devenir Algérien.

Le travail documentaire réalisé sur ce corpus a été l’occasion d’harmoniser toutes les notices documentaires, celles du premier dépôt et celles du second dépôt, de manière à éditer le catalogue avec index. Ce travail a aussi nécessité la numérisation de cette partie de la collection. J’ai ainsi constaté que techniquement, la numérisation est simple a réaliser. Le réel travail intervient après, avec l’éditorialisation des documents sonores. J’entends par éditorialisation le fait d’organiser les données pour qu’elle puissent être accessibles à un public (chercheurs, étudiants, curieux) dont le champ d’étude n’est pas obligatoirement le même que celui de la chercheuse dépositaire du corpus. Afin de contextualiser le corpus sonore et de participer à sa valorisation, j’ai mené à la toute fin de mon stage un entretien avec Hélène Bracco. J’avais pour cela élaboré un guide d’entretien avec la collaboration de l’équipe de la phonothèque, Corinne Cassé, ethnologue, et Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque. L’objet du questionnaire portait essentiellement sur l’usage des phonogrammes. Au cours de mon stage, j’avais déjà rencontré Hélène Bracco, pour qu’elle précise certaines informations sur ses entretiens et qu’elle puisse me donner son retour sur le travail réalisé. Les échanges qui avaient lieu lors de ces rencontres dépassaient le cadre du travail documentaire, du fait de ma curiosité et de la volonté de transmettre de ce chercheur. Cet entretien a permis à l’historienne de s’exprimer sur son choix de documenter son mémoire de DEA par des enquêtes enregistrées, sur les conditions dans lesquelles elle les a enregistrées et sur les raisons de son dépôt à la phonothèque. Cet entretien a été enregistré et intégré au corpus.

Ce corpus, désormais clos, est ainsi composé de 25 documents d’une durée totale de 28 heures. Il est disponible, ainsi que son catalogue, à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Un contrat de dépôt stipule les conditions d’utilisation et de diffusion de ces archives. L’entretien réalisé avec le chercheur sera mis en ligne bientôt sur la base Ganoub de la phonothèque.

Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco

Laurent Pagnier
Titulaire d’une Licence Professionnelle Ressources Documentaires et Bases de Données (LP RDBD) spécialité image fixe, image animée et son à l’IUT Michel de Montaigne Bordeaux 3, j’ai effectué un stage à la phonothèque de la MMSH durant le mois de septembre 2011.

Crédits photograpiques :
     BRACCO, Hélène. L’autre face “Européens” en Algérie indépendante. Paris : Paris-Méditerranée, 1999, 220p.
     Idéale (Collection Paris-Alger), Alger, vue de la place du Gouvernement, aucune restriction de copyright connue

Crédits phonographiques :
BRACCO, Hélène. entretien avec Pierre Chaulet, 1993
PAGNIER, Laurent. entretien avec Hélène Bracco, 2011

Crédit vidéo :
GORETTA, Jean-Pierre (jour.), DISERENS, Jean-Claude (réal.). Continents sans frontières : Les Pieds-Verts [en ligne]. Genève : Radio Télévision Suisse, 1965, 22min53 disponible sur <http://www.rts.ch/archives/tv/information/continents-sans-visa/3435326-les-pieds-verts.html>

  1. Bracco, Hélène. L’autre face “Européens” en Algérie indépendante. Paris : Paris-Méditerranée, 1999, 220p. []
  2. Ce mémoire a été soutenu à l’Université de Provence sous la direction du professeur Robert Ilbert []
  3. Bracco, Hélène. Mémoires de la guerre d’Algérie : de la collecte d’interviews à la numérisation des cassettes , Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS [en ligne], disponible sur <http://afas.revues.org/1641> consulté le 05 octobre 2011. []
  4. Médecin pied-noir d’origine française, ayant pris la nationalité Algérienne et participé aux accords d’Evian []
  5. Il faut aussi ajouter qu’en France des « porteurs de valises » ayant soutenu la lutte d’indépendance ont pris la nationalité algérienne []

Une après-midi à la British Library Sound Archive

L’installation de la Bristish Library dans un nouveau bâtiment à Saint-Pancras avait pour objectif de regrouper l’ensemble des collections éparpillé sur plusieurs sites londoniens.  Le bâtiment, dont la construction s’est terminée en 1998, été conçu comme évolutif ; le département des documents sonores l’a intégré en 2007. Les crédits alloués à cette bibliothèque nationale ne sont sans doute pas à la hauteur des exigences du projet initial mais les archives sonores ont réussi à y faire entendre leur voix.

La Bristish Libray Sound Archive conserve plus de 3 millions d’enregistrements dont plus d’un million de disques, 200 000 milles bandes magnétiques et 3000 cylindres. Le dépôt légal des documents sonores édités n’existe pas au Royaume Uni aussi les documents inédits occupent  naturellement une place importante dans les collections (10% environ de la totalité). Voilà un bref compte-rendu d’une visite professionnelle que j’ai pu faire le 4 février dernier où j’ai rencontré les responsable de quatre services différents  : la conservation, le catalogage, l’ethnomusicologie et l’histoire orale.

Will Prentice, qui dirige  le Technical Services, Sound & Vision1 a présenté  les installations techniques. Ce département a largement bénéficié de l’installation dans le nouveau bâtiment de Saint-Pancras avec la création de 3 studios de numérisation, l’acquisition de serveurs, de  logiciels et  de machines de numérisation et le matériel de nettoyage des différents supports sonores source. Plus de 4000 heures ont ainsi été numérisées entre 2008 et 2011 (format wave 96khz/32bits) avec le logiciel Wavelab.

Le cataloge est déployé sur le logiciel Dynix (Symphony). Il n’est pas encore intégré à l’ensemble du catalogue de la British Library qui, lui, l’est sur Aleph. Antony Gordon, Senior Cataloguer, en est l’administrateur système. Les recherches sur le catalogue se font donc de façon indépendante soit sur l’ensemble des enregistrements organisés en 8 grandes thématiques2 soit sur les enregistrements accessibles en ligne (23 200 items) organisé suivant 32 corpus.

Le département d’ethnomusicologie que dirige Janet Topp Fargion a analysé et mis en ligne de nombreux documents de terrain. Parmi les 244 cylindres enregistrés entre 1898 et 1915 vous pouvez écouter en ligne des musiques traditionnelles d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande mais aussi d’Australie, d’Inde et du Pakistan : Inanim na pina est une belle interprétation de Kripa Ram Bali enregistré par un aristocrate anglais  Arthur Fox Strangways (1859-1948) en 1911 dans le Hindostan.  Plus récents, les enregistrements réalisés par Klaus Wachsmann (1907-1984) en Ouganda, où on peut entendre par exemple ce chant à boire très joyeux (1954) ou, plus près de nous encore, ce Réel entrainant3 Les questions de droit et d’éthiques sont au centre des problématiques de ce service qui réfléchit à la façon dont les archives vont pouvoir être diffusées en ligne en s’appuyant sur les démarches proposées par la WIPO4. L’onglet Legal and ethical usage explicite la démarche de la Bristish Libray Sound Archives.

En Grande-Bretagne – comme en France5 – la pression des financeurs est forte pour que les documents sonores soient mis en ligne. Il est ainsi toujours difficile pour les phonothèques de traiter les documents anciens qui ne peuvent être diffusés librement faute de  pouvoir retrouver les témoins pour leur demander leur accord. Le département d’histoire orale dirigé par Robert Perks6 a développé une stratégie très intéressante afin de bénéficier de financements substantiels dans l’objectif de constituer des archives d’histoire orale conséquentes.  Il a créé en 1987 la National Life Stories qui finance des chercheurs pour la collecte de récits de vie pour lesquels l’ensemble des questions de droit sont réglées. Le département d’histoire orale de la bibliothèque nationale  présentait d’ailleurs en ce début d’année 2011 une grande exposition sur les langues et les dialectes dans le Royaume-Uni.

Le dynamisme de ce département est aussi lié aux différentes associations internationales auxquelles les professionnels de l’information participent activement : IASA (International Association of Sound and Audiovisual Archives), IAML ou AIBM (international association of music libraries and documentation) et IOHA 5International Oral History Association). Les archives sonores inédites trouvent leur place dans les institutions nationales et peu à peu les masses critiques des collections augmentent intéressant un public toujours plus nombreux, et c’est tant mieux.

Crédits photographiques : entrée de la British Library – Saint-Pancras, département des archives sonores de la BL, par Véronique Ginouvès, 4 février 2011.


  1. Sur cette couverture de Playback (n°43), la revue que la Bristish Library Sound Archive a publié jusqu’en 2010, vous pouvez voir Will Prentice en train de donner une formation []
  2. Langues et dialectes, Art – littérature et théâtre, Musique classique, Environnement et nature, Jazz et musique populaire, Histoire orale, Documents historiques, Musique traditionnelle []
  3. Interprété par « Big John » (bodhran). Blaney, Frank (banjo). Hall, Reg (piano). Malynn, Paddy (accordion). O’Neill, Kathleen (fiddle). Power, Jimmy, 1918- (fiddle). Sheridan, Tommy (uilleann pipes). Waldren, Kathrine (flute). []
  4. The World Intellectual Property Organization []
  5. Voir le point 4 de l’introduction de Florence Descamps à la journée du 30 novembre 2010, « Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles » []
  6. Robert Perk dirige le Oral History Society Journal []

Chercheurs et organisations communautaires: un exemple de collaboration réussie

Le projet ARUC (Alliance de Recherche Universités-Communautés)- Histoires de vie Montréal a débuté en 2007 et s’achèvera en 2012.  Un projet de 5 années durant lesquelles une équipe de plus de 150 chercheurs universitaires et communautaires réalisent des entrevues auprès de résident(e)s montréalais(e)s ayant été victimes de violations aux droits de la personne. Ces entrevues sont enregistrées en format vidéo ou audio et sont conservées au Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia (CHORN) et éventuellement chez des organismes communautaires partenaires.

La notion d’ « autorité partagée » entre les chercheurs, les intervieweurs, ainsi que les personnes interviewées est le concept clé de ce projet. Ceci est possible notamment grâce à l’obtention d’un « consentement éclairé » des personnes interviewées lors des collectes (Cf. le code déontologique décrivant l’éthique du projet). De plus, le projet prévoit des stratégies de partage d’autorité après l’entrevue:  les personnes interrogées participent également à la production de la recherche et notamment à l’interprétation des propos recueillis. Il s’agit en définitive de développer une relation de confiance qui favorise  la collaboration et les prises de décision partagées.

Ce projet est structuré en 7 groupes de travail autour de thèmes géographiques (« Cambodge », « Haïti » , « Rwanda ») ou transversaux  (« Jeunes réfugiés », « Shoah et autres persécutions contre les  juifs », « Histoires de vie en éducation »)  et le groupe « Histoires orales et représentations artistiques ». Ce dernier groupe de travail se base sur les histoires de vies recueillies lors des interviews et élabore des œuvres  musicales, théâtrales, dansées ou encore des expositions, conférences etc. Ainsi les témoignages recueillis participent à la création artistique contemporaine engagée: une façon de donnée une autre vie aux archives ainsi constituées.

Différents outils ont été développés dans le cadre de cette collaboration:

Le projet Histoire de Vie démontre (encore une fois) l’intérêt et la richesse d’une collaboration à grande échelle entre universitaires et communautés, de sorte que ces dernières ne soient pas uniquement observées mais deviennent des partenaires de la recherche. (Nous reprenons ici les propos de Steven High).

Océane Chotard

Après avoir obtenu un master recherche en musicologie-spécialité ethnomusicologie: "Les sillons du Gwo ka de la Guadeloupe" (2008) à l'Université François-Rabelais de Tours, Océane complète sa formation par une maîtrise des sciences de l'information à l'Ecole de Bibliothéconomie et des Sciences de l'Information à l'Université de Montréal (en cours). Ses intérêts professionnels résident dans la préservation, la valorisation et la diffusion du patrimoine musical et particulièrement en ce qui concerne les documents sonores.

More Posts - Website

Compte rendu de la 16e Conférence de la Société internationale d’histoire orale (IOHA) à Prague, du 7 au 11 Juillet 2010

Après un master recherche en histoire où j’exploitais des entretiens1, j’ai voulu assister à la conférence de l’IHOA , une conférence essentielle pour faire le point sur les travaux actuels dans le domaine qui a lieu tous les deux ans. Durant cinq riches journées, plusieurs centaines de personnes venues du monde entier se sont réunies pour participer à cette seizième Conférence de la Société internationale d’histoire orale. Pour la première fois depuis la création de l’Association, il y a trente-deux ans, la Conférence avait lieu dans un pays de l’ex-Union soviétique et il n’y avait jamais eu autant de participants (environ quatre cents rien que pour les orateurs). L’anglais et l’espagnol étaient les langues d’échange, avec traduction simultanée des exposés dans trois des neuf salles. Seuls cinq Français figuraient parmi les conférenciers.

La plupart des textes présentés étaient centrés sur la production, l’utilisation et la diffusion des sources orales appliquées au récit historique. La grande diversité des textes proposés pourrait s’expliquer du fait des multiples secteurs professionnels d’où venaient les conférenciers (tout comme le public) : université, recherche, éducation, associations, médias, documentation. Le thème très large de la conférence favorisait sans doute cette diversité Entre passé et futur : histoire orale, mémoire et signification. Ce thème était lui-même divisé en quatorze sous-thèmes. L’abondance des présentations réparties sur les cent huit séminaires a empêché, pour celles au moins auxquelles j’ai pu assister – un cinquième, puisqu’il fallait bien choisir !- de consacrer plus de temps aux débats. Néanmoins, le grand nombre de sujet abordés offre un aperçu des tendances actuelles de l’histoire orale à travers le monde, ne serait-ce qu’à l’échelle de cette Association. Il m’a semblé notamment intéressant de saisir à cette occasion la multiplicité des projets élaborés et l’état de la réflexion autour de l’histoire orale.

Des diverses façons d’utiliser les sources orales

A partir des treize panels auxquels j’ai assisté, et ceux dont j’ai eu écho à travers des discussions et les interventions des membres de l’auditoire, se dessinent trois types de projets en histoire orale. Ceux-ci ne sont pas exclusifs les uns des autres et chaque institution, porteur de projet ou période historique peut se retrouver dans un ou plusieurs d’entre eux.

1/ Des études longues, lancées par des universitaires ou archivistes, sur une histoire dépassionnée et distanciée. Les sources orales sont utilisées ici conjointement avec d’autres sources, pour enrichir la documentation historique. Ces études s’accompagnent d’une réflexion épistémologique ainsi que d’un questionnement sur la période abordée et sur le corpus lui-même (utilisation, conservation, valorisation). En voici deux exemples :

Martina Gugglberger (doctorante autrichienne) a présenté les résultats de sa thèse sur l’histoire d’une congrégation de nones catholiques installée en Afrique du Sud depuis les années 1930. Elle utilise pour son travail les méthodes d’observation participante et de récits de vie. Elle nous a fait part des réactions des personnes interviewées à qui elle avait envoyé sa thèse achevée : celles-ci lui ont par exemple demandé son avis sur l’avenir de la communauté religieuse. Cette démarche a permis d’aborder la question de changement de posture du chercheur dans un travail qui se veut distancié.

Luciana Heymann (conservatrice au Centre de recherche sur l’histoire contemporaine à Rio de Janeiro) a exposé ses réflexions sur les campagnes de collecte d’archives orales au Brésil depuis les années 1970. Elle observe notamment l’impact des financements privés: ils réduisent la durée des projets ainsi que la longueur et la profondeur des interviews collectées. Elle souligne un des risques suscités par l’accès illimité aux archives en ligne : les interviews peuvent être écoutées sans lien avec la description de leur contexte historique et de leur cadre d’enregistrement.

2/ Des projets destinés à un public large et non-spécialiste en histoire, menés par des professionnels en contact direct avec celui-ci, tels qu’enseignants, membres d’associations, artistes, journalistes, conservateurs, etc. Ces programmes portent sur des sujets en résonance avec l’actualité publique, comme le racisme, les genres, les rapports interculturels et intergénérationnels, etc. Le recours aux sources orales vise à donner un espace d’expression au public pour faire part de son expérience singulière et collective. Dans ce type de projet le public lui-même est encouragé à devenir acteur participant.

– Ainsi, Marc Cave (conservateur dans un centre d’histoire de la Nouvelle Orléans) a présenté la collecte de plusieurs centaines d’interviews peu après le passage de l’ouragan Katrina en 2005. Il a évoqué les difficultés de mettre en confiance les personnes interviewées alors que celles-ci étaient assaillies par les médias. Le projet a permis l’expression de récits occultés que les journalistes avaient ignoré du fait d’une demande générale d’informations résolument positives dans le contexte de reconstruction de la ville à ce moment là.

Paul Ashton (historien à l’Université de Technologie de Sydney) a décrit comment une association l’avait contacté afin de réaliser une exposition sur la communauté italienne de Sydney, installée depuis les années 1890 et spécialisée dans le commerce maraîcher. L’exposition a eu lieu dans un bâtiment public de la mairie ; l’objectif était de décrire la vie quotidienne des familles vivant de ce petit commerce.

3/ Des projets réalisés en vue d’enrichir la documentation sur diverses périodes historiques à vif, souvent violentes, dont les témoins directs sont restés longtemps silencieux. Plusieurs projets présentés lors ces cinq journées, ont porté sur l’histoire du XXeme siècle en Amérique Latine et dans les pays issus du Bloc soviétique. L’histoire orale parait un outil performant pour narrer et construire cette histoire. Des universitaires tout comme des journalistes, des enseignants, ou des membres d’associations ont recours à cet outil. Ainsi :

– Les projets de Zeila de B. F. Departini et Nancy A. Magalhaes (professeurs à l’Université de Brasilia-UnB) ont porté sur les migrations croisées entre le Brésil, l’Angola et le Portugal des années 1970 à 2000, dans des contextes troublés de dictatures et de guerres d’indépendance. Les premières générations de migrants ont jusqu’ici gardé le silence sur ce qu’ils avaient vécu en ces temps là.

– Lucie Böhmovà (étudiante et enseignante dans une école tchèque) a détaillé les différentes manières qu’elle avait d’utiliser l’histoire orale auprès de ses élèves, dans le cadre du programme d’étude de la période communiste. Cette approche est essentielle, pour des jeunes qui n’entendent plus parler de cette période. Elle invite les enfants (âgés de 6 à 15 ans) à interviewer les membres de leur famille puis à analyser les liens entre l’histoire familiale et l’histoire du pays, en les encourageant à noter les « mythes familiaux » en décalage ou en résonance avec le récit national.

Quelques éléments de réflexion sur l’évolution de l’histoire orale

Au niveau théorique et épistémologique, cette Conférence n’ambitionnait pas, me semble-t-il, une réflexion critique sur l’histoire orale. Cela pourrait être du à l’abondance et la variété des sujets abordés. J’ai toutefois relevé plusieurs questions d’ordre méthodologique et théorique soulevées lors de quelques débats et d’un panel le dernier jour. Ceux-ci offraient une riche matière à réflexion sur l’évolution de l’histoire orale.

1/Le développement rapide des nouvelles technologies et de leur accès reste une source de problèmes pour les chercheurs, archivistes et autres éditeurs de journaux en ligne. La question de la mise en ligne des interviews et du type d’accès est centrale. Le problème pointé par les intervenants concerne la protection des témoins, ainsi que celle des enquêteurs face au risque d’utilisation malveillante d’extraits d’interviews particulièrement. Dans l’un des groupes de réflexion, Michael Frisch (professeur à l’université de Buffalo, New York) a cependant rappelé que la réflexion épistémologique ne devait pas se borner aux questions relevant de l’évolution technologique: l’accès illimité aux sources n’est peut-être pas le seul enjeu aujourd’hui, ne serait-ce que par le nombre – somme toute limité- de personnes dans le public que cela concernerait. Marc Cave, quant à lui, a souligné que dans son projet sur l’après-Katrina à la Nouvelle-Orléans les interviews avaient été recueillies pour être archivées et servir à une future recherche sur la catastrophe. Ces témoignages n’étaient pas destinés à être accessibles en ligne, ce qui a rassuré les témoins lorsqu’ils ont été approchés par les enquêteurs et les a convaincu qu’ils n’avaient pas à faire à des journalistes.

On s’est également interrogé sur le phénomène culturel, relativement récent, d’ «auto-narration » et  « auto-publication », qui sont facilitées et encouragées par les nouvelles technologies de communication, les réseaux sociaux du Web 2.0 et la mode des reality-shows entre autres. Il s’agit de comprendre si ces pratiques modifient l’action de témoignage, leur contenu et le rapport aux enquêteurs.

2/ Le dernier panel auquel j’ai assisté, qui s’intitulat « L’histoire orale a-t-elle perdu son aspect radical ? », a été le plus riche en termes de réflexion critique. Il a notamment réuni Alessandro Portelli (professeur de littérature américaine à l’Université de Rome et un des moteurs de la réflexion en histoire orale depuis les années 1990 ) et Sean Field (professeur et directeur du Centre de la Mémoire Populaire à l’Université du Cap ). Ils ont rappelé et poursuivi avec l’audience un questionnement initié par Alessandro Portelli au cours d’un séminaire tenu en 2008 et dont on peut retrouver une courte présentation sur le Forum de l’IOHA. En voici les principales idées échangées.

La réflexion des praticiens de l’histoire orale se fait essentiellement en dehors du monde académique. En effet si l’usage des sources orales en histoire semble de plus en plus « légitime», les chercheurs doivent toujours justifier lorsqu’ils y ont recours, comme j’ai pu l’entendre à plusieurs reprises lors de Conférence. La critique théorique viendrait plutôt de la société civile, des associations et organisations qui se saisissent de cet outil. Un des dilemmes est alors l’antagonisme de ces deux espaces –monde académique et société civile- qui sont relativement étanches l’un à l’autre. Alessandro Portelli soulignait cependant qu’il ne s’agit pas de choisir entre l’un ou l’autre monde ni approche, mais que l’historien a le devoir d’être entre les deux : participer à l’élaboration d’une histoire critique et, conjointement, à la construction d’une feel-good history (ce concept pourrait être défini comme étant une « histoire engagée et réparatrice »).

Le rapport au temps dans l’élaboration d’entretiens constitue une autre voie de réflexion développée lors de ce panel. Au cours d’un rapide bilan historiographique de la situation en Afrique du Sud, Sean Field a ainsi montré comment l’histoire orale s’est jusqu’ici concentrée sur le passé dans une sorte de course à la sauvegarde et à la patrimonialisation. Il propose de se pencher davantage sur le présent. Il en donne pour exemple un projet que son département de recherche réalise en partenariat avec une association sud-africaine: à partir d’histoires de vie, ils travaillent à enrichir la documentation sur les processus de transmission du VIH et sur l’expérience vécue des traitements par les personnes séropositives. A un autre niveau, Alessandro Portelli nous a rappelé que les sources orales induisent un bouleversent de la périodisation historique : elles permettent d’étudier les parcours des individus au delà du temps long et au-delà des dates dites clés dans l’histoire collective.

Enfin, le rapport entre les historiens et le pouvoir établi constitue un des importants axes de réflexion évoqués lors de cette séance. Une tendance commune se dessine dans plusieurs pays : celle d’un alignement des projets d’histoire orale sur certaines versions du récit national. Sean Field estime ainsi que l’histoire orale en Afrique du Sud se rapproche d’une version officielle de l’histoire du pays,ce qui, du coup, l’y enferme. Sherna B. Gluck (directrice du Programme d’histoire orale à l’Université d’Etat de Californie) s’interroge sur l’impact des financements de projets sur l’orientation des projets d’histoire orale. Ainsi, le cas du Royaume-Uni est révélateur, puisque la plupart des projets sur le patrimoine développés par des institutions culturelles ou des associations voir même des universités, sont presque tous financés par un même organisme : le Heritage Lottery Fund. Cet organisme national réserve depuis les années 90 un tiers de l’argent qui provient de l’achat des tickets de la loterie nationale à des programmes de conservation et valorisation du patrimoine britannique, notamment le patrimoine immatériel. Il y aurait un risque d’homogénéisation des projets.

Au cours de la séance, les participants ont soulevé la question du positionnement de l’histoire orale vis-à-vis du pouvoir en place en général. S’agit-il de le soutenir, de converser avec , de l’étudier, de le critiquer ou de s’y opposer? Pour ce qui est de l’histoire sociale, l’historien spécialiste d’histoire orale doit-il se cantonner à l’étude de chacune des communautés ou bien doit-il tenter de susciter un dialogue entre elles ?

Ces éléments de réflexion sur l’évolution de l’usage de l’histoire orale renvoient à des questions épistémologiques fondamentales, communes aux chercheurs en histoire orale et à la recherche en sciences humaines. L’entretien avec des témoins directs et l’analyse de documents audiovisuels font partie des méthodes auxquelles ont recours les historiens pour étudier les phénomènes du temps présent ou du temps proche; cependant la difficulté demeure de pouvoir garder un regard le plus objectif possible avec aussi peu de distance. Tout chercheur est concerné par la dialectique entre objectivité et subjectivité dès lors qu’il a recours à des méthodes impliquant le face à face avec un témoin. La dimension singulière des témoignages, recueillis dans l’après-coup, enrichit la problématique et ouvre en même temps à de nouvelles questions. L’une de ces questions concerne l’engagement du chercheur et le choix de ses objets d’études; elle touche à son rapport au pouvoir, et à l’impact de son travail sur la société dans laquelle il vit.

Enfin, pour un compte-rendu plus large de la Conférence, on peut se reporter à l’article d’Alexander Freund de l’Université de Winnipeg sur le Oral history Forum d’Histoire orale. L’inscription est gratuite.

Crédits photographiques : Myriam Fellous-Sigrist. Université Charles, discours d’accueil: au centre, Pilar Domínguez, avec à sa droite, Alexander von Plato et à sa gauche, Miroslav Vanek; puis travail collectif en panel avec, de gauche à droite, Sean Field, Sherna B. Gluck, Alessandro Portelli et Alexander Freund. Juillet 2010.

  1. Master Life History Research, London Metropolitan University, Londres []

Témoignages de femmes autours des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer

Stagiaire à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne, dans le cadre d’un master de documentation suivi à l’Enssib et Lyon 1 , une de mes missions a été de travailler sur une collection sonore portant sur les témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer. J’ai réalisé le  traitement documentaire de ce corpus, saisi les données sur le logiciel documentaire de la phonothèque pour les rendre disponibles sur la base Ganoub et j’ai réalisé un catalogue papier regroupant l’ensemble des notices.

A l’origine du projet se trouve l’association Histoire et patrimoine seynois née en 2000 avec pour objectif de reconstruire l’identité de La Seyne-sur-Mer à travers une appropriation de sa mémoire et de son histoire après la fermeture des chantiers navals. Cette association a ainsi constitué un corpus d’enquêtes orales composé de témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals. La collecte a été menée de 2000 à 2008 avec le soutien financier de la Région Provence-Alpes-Côtes d’Azur et de l’Acsé (Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances). Le corpus est constitué de 77 enquêtes, correspondant à 80 heures de son environ. Il s’agit de témoignages de femmes, âgée de 45 ans à plus, et qui sont en rapport plus ou moins direct, avec l’entreprise des chantiers. A ceux-ci s’ajoutent les témoignages de quelques anciens salariés de l’entreprise. Plusieurs enquêteurs interviennent dans ces témoignages.

L’intérêt de la collecte de ces témoignages porte sur la diversité de toutes ces femmes, dont la voix sait avec émotion bien souvent faire renaître une vie ouvrière centrée autour d’une entreprise employant plusieurs milliers d’employés. Choisir les femmes pour raconter la vie des chantiers, et aux côtés de leurs conjoints, n’est pas anodin. On découvre à travers ces témoignages, l’importance primordiale des femmes, leur force, le rôle essentiel qu’elles avaient au sein de la famille, dans les transformations de cette société où l’émancipation de la classe ouvrière et des femmes était naissante. Les femmes abordent des sujets très divers au cours de ces entretiens, leur condition de vie, la maladie due aux produits toxiques, l’amiante dont les effets continuent à travers les nombreux décès des ouvriers mis en contact avec elle à La Seyne-sur-Mer, la misère ambiante de l’époque d’avant-guerre, mais aussi, l’aisance apportée par les transformations sociales d’après 1968, le confort de la sécurité apporté par les chantiers navals, la vie gaie et animée à La Seyne-sur-Mer. Dans ces récits des femmes, une certaine nostalgie transparait d’une époque où il y avait une forme d’humanité à La Seyne-sur-Mer .

Chaque acquis social était obtenu de haute lutte. C’est côte à côte souvent, que les femmes et les maris aux chantiers, menaient des luttes ouvrières pour obtenir des droits qui nous paraissent à présent inaliénables. Le chantier graduellement offre un cadre sécurisant alors pour les employés : une mutuelle, une pharmacie mutualiste, une clinique, une coopérative, une retraite complémentaire, une caisse inter-entreprises. Les lancements de bateaux sont l’occasion de fêtes collectives impressionnantes. Tous les éléments de vie sociale de La-Seyne-sur-Mer « d’avant » la fermeture des chantiers s’y retrouvent : l’ouverture de la première crèche municipale, les colonies de vacances pour les enfants très avantageuses prises en charge par la mairie et les chantiers, les fêtes, les carnavals, des marchés toujours ouverts, des commerces prospères, les mélanges des cultures (italiens, sénégalais, maghrébins, pieds-noirs) dans une ambiance assez bon enfant à la période de la prospérité des chantiers. C’est aussi le lieu d’accueil des pieds-noirs en 1962, alors que les autres municipalités n’en voulaient pas. Mais, en arrière-plan, de grands changements se préparaient, engendrant la mort des chantiers. Les grèves, les manifestations, où parfois toute la ville était impliquée, ont ponctué la fin progressive des chantiers. Dans les mémoires et les cœurs restent des noms d’ouvriers dont la mentalité, le courage et l’engagement les a désignés sous le nom de « race des seigneurs ». La fermeture des chantiers navals, qui engendre un traumatisme collectif et individuel, est un prémisse à ce qui va plus tard se produire dans d’autres entreprises, sur le plan local ou national. Lorsque vous écouterez les témoignages, vous replongerez donc dans l’histoire d’une ville où les taudis du centre à côté de la Place de la Lune représentaient les rêves de réussite de populations immigrées. Vous pourrez écouter par exemple le témoignage de cette femme, dont la voie enjouée parle de l’envoûtement de la ville, du « parfumeur » le collecteur des immondices des habitations sans sanitaires. Voici un extrait pour vous laisser imaginer cette ambiance chaleureuse et engagée où les femmes au premier rang se mobilisent pour améliorer les quotidiens. Lorsque les fichiers sonores des enquêtes seront en ligne sur la base de données Ganoub, vous pourrez écouter le témoignage de cette femme de l’association Gaspar, créée pour soutenir une population déracinée par de l’alphabétisation, et la prise en charge des enfants de la cité Berthe – cité HLM construite pour abriter la population étrangère immigrée. Autre lien qui unissait les habitants de La Seyne-sur-Mer : la religion.  On comprend la ferveur de certains à travers leur histoire, telle celle d’une femme de ménage sénégalaise dont le mari est décédé suite aux effets de l’amiante. Elle se trouve sans revenus, après un combat dans l’indifférence pour la reconnaissance de ses droits en tant que veuve et la souffrance de son mari. Elle parle de sa foi en Dieu qui la soutient. A la fin de l’entretien, elle chante deux minutes un chant religieux sénégalais en langue wolof .

Ce fonds sonore est un témoignage collectif instructif sur l’histoire d’une ville dont le destin est étroitement lié à l’activité de ces chantiers navals, malheureusement soumis à une concurrence internationale dans un nouveau marché de libre échange de la fin des années 1980. Cette ville florissante au début des années 1980 encore, grouillante de vie, porteuse des espoirs de ceux qui l’habitaient, est devenue pour les personnes interrogées « une ville froide », « morte », au passé oublié après que presque la totalité des bâtiments des anciens chantiers navals aient été rasés pour laisser la place à un espace vert. L’intérêt sociologique, culturel, historique de cette histoire d’une ville est indéniable, je vous engage, avant sa mise en ligne définitive, à en découvrir les notices sur le site de la Phonothèque.

Crédit photographique : « Pont levant avant travaux (2) – La Seyne-sur-Mer – Août 2007 » , Photographe : Mixamusik – Nelly hh, permalien : http://www.flickr.com/photos/mixamusik/4111767798/. L’image est sous Creatives Commons.

Un exemple de partenariat entre la MSH de Nice et la MMSH d’Aix en Provence : de la collecte d’enquêtes à la mise en ligne

Présentation du programme HORoya (Histoire Orale de la Roya) et HOF (Histoire de la Frontière)

Dans le cadre d’un programme de recherche sur les vallées de la Roya et de la Bévéra, la MSH de Nice a conduit sur une période de 3 ans (2005 à 2008) une campagne d’enquêtes orales dans le but de sauvegarder le patrimoine immatériel des populations de cette région. Réalisé grâce au soutien financier de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, du Conseil Général des Alpes-Maritimes et de la Mairie de Nice, le projet HORoya (Histoire Orale de la Roya) et HOF (Histoire de la Frontière) est le résultat d’une collaboration entre les Archives Départementales de Nice, la MSH de Nice et le Musée des Merveilles de Tende.

vallée de la Roya copieCarte de la vallée de la Roya avec Google Maps

Mené conjointement par la MSH de Nice et les Archives Départementales des Alpes Maritimes, ce projet s’est matérialisé sous la forme d’un travail de collecte justifié par la richesse patrimoniale et l’originalité de la situation géographique de ces vallées.  Thierry Rosso, membre du laboratoire LASMIC, en a assuré la direction scientifique avec le soutien d’Alain Bottaro, Responsable de section du Conseil Général des Alpes Maritimes et conservateur du patrimoine aux Archives Départementales des Alpes Maritimes. Quinze chercheurs issus de différents laboratoires de sciences humaines et sociales de la MSH de Nice (laboratoire LASMIC pour l’histoire, laboratoire BCL pour la linguistique,  le CMMC, le RITM et l’IDEMEC pour la musicologie) ont participé au collectage de ces enquêtes orales auprès de 80 informateurs (105 enquêtes). Ainsi, s’est constitué un corpus sonore de 115 heures complétés par de riches matériaux écrits, iconographiques et vidéos qui devraient pouvoir générer de nouveaux axes d’études et de recherches. Cette collecte donnera lieu en début 2010, à la publication d’un ouvrage collectif et à une exposition autour de ces collectages.

L’ensemble des données rassemblées par les chercheurs est consultable aux Archives Départementales des Alpes Maritimes qui s’est chargé de la conservation, la valorisation et la diffusion des informations récoltées. Le partenariat inter-MSH, mis en place en amont du programme, a eu pour objectif le traitement documentaire par la phonothèque de la MMSH et la mise en ligne des entretiens sur sa base de données.

Originalité du corpus

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les vallées de la Roya et de la Bévéra ont subi de profondes mutations qui risquent d’altérer la forte identité linguistique, historique et culturelle du pays et d’entrainer la disparition progressive des connaissances héritées des anciens. Afin d’en assurer la conservation, l’exploitation et l’étude, les enquêteurs ont interrogés les témoins sous différentes approches : ethnologique, historique, linguistique et pluridisciplinaire.

Saorge, vallée de la Roya par Sylvain GamelSaorge, vallée de la roya par Sylvain Gamel

L’originalité de ce corpus vient de la diversité des acteurs du projet. Les chercheurs enquêteurs des quatre disciplines de sciences sociales et humaines investies dans le projet (ethnologues, musicologues, historiens, dialectologues), ont travaillé sur leur domaine de recherche respectifs tout en observant méticuleusement les impératifs du programme. Cette configuration de travail constitue justement le grand avantage du programme HORoya-HOF car elle permet d’une part une étude transversale du territoire ciblé (tentative d’exhaustivité), mais elle permet également de dégager des axes d’études nouveaux basés sur l’échange d’expériences.

Présentation du corpus :

Données chiffrées sur le corpusQuelques données sur le corpus


La réalisation de ce programme s’est divisée en deux volets: le premier (2006-2007) traite de l’Histoire Orale de la Roya (HORoya) liée à des territoires marqués par de profondes mutations depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Cette approche pluridisciplinaire offre une base de réflexion sur les interactions entre l’histoire, la culture et l’évolution de la langue. Le second volet (2008-2009), intitulé Histoire Orale de la Frontière (HOF), porte sur les relations que les populations de la région entretiennent avec la question historique et récurrente de la frontière entre la France et l’Italie.

La plupart des informateurs ayant participé aux enquêtes, sont nés dans les années 1930. Témoins privilégiés d’une période révolue, ces anciens, sensibles à la question de la sauvegarde de leur culture et le devoir de mémoire, ont répondu à l’appel des enquêteurs avec plaisir. Porteurs d’un savoir-faire et de connaissances en passe de disparaître, ces hommes et ces femmes se sont improvisés le temps d’un entretien, comme les porte-paroles de l’identité culturelle, historique et linguistique des villages de la vallée. Si certains ont mis l’accent sur leur passion de la tradition des chants, leur attachement à la langue régionale ou à leur métier, d’autres ont insisté sur la façon dont ils ont vécu les événements historiques survenus pendant et après la seconde guerre mondiale (notamment lors du rattachement de Tende et de La Brigue à la France en 1947). D’autres encore se sont exprimés sur la question des voies de communication matérielles et immatérielles ou se sont attachés à décrire les conditions de vie et de travail des anciens. L’identité mixte de ces populations, empruntée à la fois à la culture française et à la culture italienne a permis aux habitants de la région de s’approprier les éléments de leur intérêt et de réinventer leur propre culture au fil du temps.

Saorge, vallée de la RoyaSaorge, vallée de la roya par Sylvain Gamel

Parmi les informateurs non natifs de la région qui ont également été interrogés, on peut distinguer les néo-ruraux ou encore d’autres populations venues s’installer provisoirement dans la vallée. Tous se rejoignent sur l’importance et le devoir de préserver les vallées de la Roya et de la Bévéra, de l’oubli.

Valorisation et perspectives

Au vu de la consistance et de la richesse des informations récoltées, il semble évident que les initiatives telles que le programme HORoya et HOF doivent motiver d’autres projets de la même envergure pour plusieurs raisons : le développement d’axes de recherches transdisciplinaires, la consolidation de la coopération scientifique entre réseaux différents, le développement de partenariats inter-MSH et la mutualisation des moyens, savoirs et savoir-faire.

Le travail de valorisation et de mise à disposition réalisé par les Archives Départementales de Nice sous forme pédagogique et ludique ainsi que la mise en ligne de ce corpus sur la base de données de la phonothèque de la MMSH, permettra au public de découvrir et de se réapproprier les informations à des fins de recherches diverses.

Soulignons enfin, que ce corpus complète deux autres collections sonores déjà traitées par la phonothèque sur la même aire géographique :

Ainsi ne pourrait-on pas à titre d’exemple de réexploitation de la recherche scientifique, stimuler de nouveaux projets d’études autour d’une cartographie des entretiens? Ou encore développer plus avant une collaboration inter-phonothèques qui permettrait notamment une visibilité plus efficace des fonds sonores issus de la recherche? Il semblerait en tous cas, que les pistes d’investigation dans le domaine soient plurielles et il ne tient qu’à la communauté scientifique d’encourager ce type d’actions.

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques : Saorge, vallée de la Roya par Sylvain Gamel. Certains droits réservés. http://www.flickr.com/photos/sylvain_gamel/1295692526/in/photostream/ et http://www.flickr.com/photos/sylvain_gamel/1294818649/in/photostream/

Archiver la guerre : « Sur place, 4 revenants des guerres libanaises »

Ancien Holiday Inn de Beyrouth

Monika Borgmann et Lokman Slim accomplissent un travail de mémoire complexe en choisissant de montrer la guerre du côté des bourreaux. Déjà leur premier film Massaker, présenté au FID en 2005, interrogeait six phalangistes libanais qui avaient participé au massacre perpétré pendant trois jours et trois nuits du 16 au 18 septembre 1982 dans les camps de Sabra et Chatila. Pas de noms, pas de visages ; ils racontaient, sans repentir, le déroulement de la violence.

Monika Borgmann et Lokman Slim accumulent les archives audiovisuelles sur ces guerres que ne raconte aucun manuel d’histoire libanais. Ils ont choisi parmi leurs enregistrements, quatre entretiens filmés en plan fixe qui leur ont semblé raconter une partie (assurément minime) de cette histoire. Le film est présenté en première mondiale,  compétition internationale au FID 2009 dans la sélection Prix des médiathèques. Deux chrétiens, deux chiites, se succèdent face à la caméra. Les deux chrétiens sont des hommes publics, qui ont participé aux guerres du Liban et ils rejettent aujourd’hui leurs exactions – l’un avec plus de force que l’autre – . Les deux chiites sont des combattants, qui ont certes rendu les armes, mais sont encore engagés dans le tumulte de la guerre. Le premier est filmé de dos, le second porte un masque. Ce dernier a également, posé sur sa cuisse, une canne qui renvoie à sa paralysie causée par une balle lors d’un combat entre chiites. Son propre corps l’a obligé à stopper le combat,  lui qui avait commencé son entraînement dès l’âge de 12 ans. C’est à lui que revient le mot de la fin : « Je hais quatre choses, intensément : la paralysie, la cécité, les chiites et les palestiniens ». Un message qui s’entrechoque avec le message de paix du premier entretien. Mais encore ? L’histoire des guerres libanaises ne pourra se faire qu’en croisant toutes les paroles, de tous les acteurs, de toutes les confessions, des victimes et des bourreaux. Les actions privées ne seront pas suffisantes, il faudrait aussi que le Liban participe à leur création, à leur stockage, les donne à voir et à entendre pour que la mémoire puisse fonctionner, que les esprits puissent évoluer. Sur place, 4 revenants des guerres libanaises donne une idée de la force de paix que pourraient constituer de telles archives.

Crédit photographique : ancien Holiday Inn de Beyrouth, cité au cours de l’un des entretiens comme un des lieux où étaient déposés les corps abandonnés, Boyd Jones, http://www.flickr.com/photos/boydjones/3297725237/, sous licence creative commons.

Prague 2010 : congrès de l’association internationale d’histoire orale

2387159031_6638cf8a20Le congrès de l’association internationale d’histoire orale a lieu tous les deux ans. L’année prochaine il se tiendra à Prague et j’espère que la communauté française sera représentée car les grands acteurs du monde de l’histoire orale aujourd’hui se trouvent principalement dans le monde anglo-saxon et hispanique. Alors pour modifier un peu ce paysage, j’encourage les francophones qui ont des recherches en cours dans le domaine de l’histoire orale à venir les présenter. Le thème général du congrès est vraiment très large :  Between Past and Future: Oral History, Memory and Meaning… Vous pouvez effectuer votre proposition d’intervention directement en ligne jusqu’au 6 septembre 2009 (la date a été prolongé le 15 juillet).

A l’année prochaine, à Prague !

Crédit photographique : Guerre des Balkans, 1942, Les immigrants grecs quittent New-York, Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA, George Grantham Bain Collection, pas de restriction connue de publication. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.10828

La source orale en sciences humaines et sociales, et son archivage

Dans le cadre de l’enseignement dispensé en licence 3, L’atelier de l’historien : technique d’archivages et ressources documentaires trois heures ont été dédiées à « La source orale en sciences humaines et sociales et son archivage » le jeudi 18 décembre 2008 ; le diaporama est ici.

Pour infos, des adresses sur les métiers des phonothèques, bibliothèques et musées .

Crédits photographiques : Bibliothèque publique de New-York (Pas de droits connus / No known restrictions on publication), Flint River school, Ga. demonstrate a health moving picture, which they made. May 1939.. Photographe : Wolcott, Marion Post. Mai 1939.