Archives par mot-clé : Ina

La danse en fresque

L’Institut national de l’audiovisuel (INA) ne propose pas moins de 18 fresques interactives, sur des sujets aussi différents que la magie des montagnes, l’électroacoustique ou le festival de Cannes. L’objectif est d’accompagner le public au sein d’une sélection thématique d’extraits sonores ou vidéo choisis par des spécialistes parmi les milliers d’heures du fonds d’archives de l’INA. Deux d’entre elles, mémoires audiovisuelles de la Méditerranée – MEDMEM et repères méditerranéens,  ont d’ailleurs été réalisées en collaboration avec les chercheurs de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Pour faciliter l’interactivité des parcours, un outil a été créé dès 20031 alliant l’intuition de la navigation électronique et la réflexion. Ainsi, les « fresques interactives » ne se limitent pas à placer les extraits sélectionnés dans un contexte historique, géographique, économique et culturel mais ces extraits sont éditorialisés et commentés par des spécialistes du domaine. Le grand public peut s’y promener facilement à travers des entrées et un affichage – cartographique, chronologique et thématique – qui se retrouvent systématiquement au fil des fresques.

7561486876_09d847ea54_o

Pour sa dernière fresque, l’INA s’est associé au CDC – centre de développement chorégraphique Toulouse Midi-Pyrénées2 pour la publier. Le CDC de Toulouse a conçu le projet, organisé les parcours et produit la moitié des vidéos spécifiquement pour le site Danse sans visa. Le système de fresques propose une lecture originale de l’histoire des danses selon la circulation des peuples à travers le monde. Cinquante-huit vidéos mettent ainsi en avant des parcours de danses emblématiques analysés et présentés par des danseurs, des chorégraphes, des universitaires, des chercheurs et des écrivains, reconnus pour leur légitimité pour chacune des danses3. Sans s’attacher à une recherche des origines hypothétique ou à un inventaire exhaustif, le projet présente avant tout les facettes multiples d’une danse, ses filiations, ses évolutions ou ses liens avec les mouvements migratoires. Il rappelle que lorsque les hommes voyagent – librement ou de façon forcée-, ils emportent avec eux les rythmes et les musiques, faisant évoluer les pas de la danse et ses mouvements. D’ailleurs, si le voile des origines possibles se soulève parfois, il prend toujours en considération l’accélération actuelle de la diffusion des danses « grâce aux nouveaux outils de communication qui propulsent dans la société des danses à la vitesse de l’électronique, là ou il a fallu parfois plusieurs siècles pour les déplacer ». Sont abordées au lancement de cette fresque les danses et claquettes irlandaises, la capoeira, les danses afropop actuelles, le tango et la salsa, le haka, les danses de société, le hip hop, les danses d’Outre-mer, le flamenco.

Chaque danse est analysée à travers son parcours d’Afrique, d’Océanie en Europe en passant par les Caraïbes et les Amériques depuis les années 1960 à nos jours. La recherche est possible à travers la date de la prise de vue, la référence dans les archives INA, le titre de l’émission et la durée ou elle peut être affinée par le nom des danseurs représentés. Une « visionneuse exportable » vous permet d’afficher les vidéos sur des sites distants. Enfin, pour être informé-e des nouveautés de la fresque, vous pouvez vous rendre sur la page Facebook du projet.

Crédits : Image à la une, Dancing on a pier during the Kilmakilloge Pattern in Co. Kerry, 1913, archives nationales d’Irlande,  Wacana Elementary School students dancing at the 1959 Florida Folk Festival: White Springs, Florida, 1959, photographe : Robert R. Leahey,projet archives du projet Florida Memory. Pas de restrictions de droit connues. Vidéo : L’Apartheid, le récit du corps, 2013, fresque « Danse sans visa », INA.

  1. Il s’agissait alors de la fresque interactive Jalons pour l’histoire du temps présent,  []
  2. Plusieurs partenaires se sont réunis pour la réaliser : le CDC – centre de Développement Chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées,  l’A-CDC – association des Centres de Développement Chorégraphique  et la délégation Ina Pyrénées. Ils ont travaillé avec le soutien  des services numériques culturels innovants du Ministère de la Culture et de la Communication en répondant à l’appel à projet 2014, de la Direction Générale de la Création Artistiquedu Ministère de la Culture et de la Communication, des théâtres départementaux de La-Réunion TEAT Champ Fleuri – TEAT Plein Air,  , de l’iconothèque historique de l’océan Indien, de la compagnie James Carlès, des étudiants de la licence professionnelle médiation et développement de projets en danse et arts du cirque du département Art et Com de l’Université de Toulouse – Jean Jaurès,   et du laboratoire LLA-Créatis /Lettres, Langages, Arts/Programme Danse []
  3. Ainsi Eric Falc’her-Poyroux, Stan Lehericy, Florence Boyer, Edmony Krater, Corinne Frayssinet-Savy, Christian Dubar, Simon Valzer, Marie-Christine Vernay, Thomas Jacques Le Seigneur, Fabrice Hatem, Pol Briand et James Carlès sont ici les auteurs des présentations des vidéos. Leurs textes peuvent être lus en langue française et  anglaise. []

Christian Bromberger : catalogue des sources sonores et audiovisuelles

Nous présentions en mai 2014 le catalogue des sources enregistrées déposées par Christian Bomberger, anthropologue. Ce catalogue est republié aujourd’hui, enrichi de la bibliographie exhaustive au 1er juin 2014 des interventions télévisuelles et radiophoniques du domaine public français dans lesquelles il est intervenu. Cette bibliographie a été réalisée à partir d’une extraction de la base de données documentaires de l’INA réalisée à la délégation régionale de l’Ina basée à Marseille (Ina-Méditerranée). L’écoute de ces documents est possible sur le poste de consultation Média à la délégation Ina–Méditerranée (sur rendez-vous au 04 91 14 33 43).

Une formation sur la collecte de témoignages oraux à l’INA

Du 11 au 13 juin 2014, l’INA expert organisait pour la troisième fois une formation sur le thème Collecter, produire, enregistrer des témoignages, une partie était consacrée à la méthode de terrain (les diaporamas de la formation sont accessibles ici et ). Dans ce cadre, les stagiaires devaient réaliser un entretien enregistré avec une personne – au hasard – à qui ils devaient expliquer leur démarche de collectage et faire signer un contrat d’autorisation de diffusion et de réutilisation. Avant de se lancer dans l’aventure, les stagiaires ont dessiné une carte mentale pour les soutenir dans leur projet. Le questionnement portait sur le rapport au patrimoine immatériel du témoin et ce qu’il imaginait derrière ce terme.

Voilà la carte mentale dessinée pour préparer l’enregistrement à partir des pré-notions des stagiaires :

CARTE MENTALE PCI

 

Au retour de leur collecte, en écoutant l’entretien, les stagiaires ont mesuré l’impact de environnement du témoin (ici professionnel) sur le bon déroulement de l’entretien : difficile d’interrompre le fil de celui,ou celle qui, interrogé-e sur son lieu de travail, parle de ce qui lui est le plus proche ou y puise ses exemples, son métier. La pertinence du questionnement et le savoir-faire des collecteurs-trices sont mis à l’épreuve pour réussir à faire appréhender au témoin ce qui est requis de lui : son point de vue, ses connaissances objectives des thèmes évoqués, le sien et celui de son entourage familial, etc.

Billet collectif rédigé par Annie-Pierre Richon, Cécile Rivière, Sabine Pagliarucci.

Merci à Malika de s’être prêtée à l’expérience !

Photographie diffusée avec l’aimable autorisation de Didier Allard, INA.

Formation : Utiliser les archives télévisées et radiodiffusées dans le cadre de la recherche et de l’enseignement

archivestv

Le Labexmed et le Pôle image, son, pratiques du numérique en SHS organisent le 12 Décembre de 14h à 16h une formation sur le thème Utiliser les archives télévisées et radiodiffusées dans le cadre de la recherche et de l’enseignement. La formation, dispensée par Marie-Christine Hélias (INA) aura lieu sur le site de l’INA Méditerranée, 23 rue Guibal – 13300 Marseille. La formation est ouverte à tous, sur inscription par formulaire.

Présentation : L’Ina Méditerranée commercialise les archives audiovisuelles régionales et nationales auprès des professionnels de l’audiovisuel, des médias et de la culture. Des outils on été mis en place en direction de l’enseignement et de la recherche. Cet atelier est l’occasion de les présenter et de comprendre comment les utiliser…

Crédits photographiques : le Ministre E.H. Toxopeus (Pays-Bas) est maquillé avant son apparition à la télévision, le 6 avril 1963, Archives nationales des Pays-Bas [Nationaal Archief / Spaarnestad Photo / Anefo / de Nijs, SFA008007404]. Pas de restrictions de droit connues.

Du bon usage des outils de collecte, d’enregistrement et de restitution d’archives sonores. Formation INA-Expert 2012

Les 19 et 20 novembre 2012, le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, organisait sur son site de Bry-sur-Marne une formation sur le collectage, la production et l’enregistrement de témoignages. Les stagiaires de ces deux journées appartenaient au monde associatif, à celui des entreprises privées, des professionnels de l’image fixe et animée, des archives publiques.

La commande adressée à la phonothèque de la MMSH concernait une approche globale du processus de création et de mise à disposition d’archives sonores, depuis l’écriture d’une problématique d’enquête jusqu’aux préparatifs de restitution vers le grand public. L’amplitude de cette chaîne opératoire devait traiter des questions de méthode de prospection (que cherche t-on, à partir de quelles connaissances, avec quelle grille d’enquête et quelles techniques d’entretien), d’utilisation de technologies adaptées (enregistreur numérique de son et d’image, logiciels de traitement, de documentation et de diffusion sur le web des documents audiovisuels), de droits patrimoniaux, d’indexation et d’identification des ressources au sein de grands ensembles d’archives patrimoniales.

Ethnologue, assistante documentaliste de la phonothèque de la MMSH et enquêtrice pour l’association Paroles Vives j’ai eu le plaisir de donner cette formation, accompagnée des expériences partagées avec Véronique Ginouvès et Florence Descamps pour la partie historique, les questions juridiques et éthiques et le traitement documentaire.

Après un aperçu de l’histoire des techniques d’enregistrement et des méthodes de recueil de données en sciences sociales, la dizaine de stagiaires a pu aborder les questions pratiques de la définition d’une problématique, de la construction d’une grille d’enquête, de la passation d’un contrat de droits patrimoniaux avant de partir en exercice pratique, enregistreur à la main, à la rencontre de témoins volontaires. Deux entretiens ont été réalisés sur une problématique commune, choisie par les stagiaires : « Militantisme – Place du témoin (acteur ou spectateur) du mouvement syndical, politique, associatif. ». Ce sujet fut exploré à l’aide d’une carte heuristique sous FreeMind dont voici la première version.

Une telle carte est utile pour l’établissement d’un cahier des charges comme pour celui d’un calendrier d’étapes de réalisation. Celle-ci a permis de poser toutes les notions émergentes pour chaque stagiaire, d’identifier les sources de ces notions (représentations personnelle et collective, connaissances livresque etc.) et de faire la part des choses entre l’univers personnel des représentations de l’enquêteur, ce qu’il croit savoir sur le sujet et ce qu’il lui reste à trouver sur le terrain auprès des témoins. Les stagiaires ont sélectionné trois critères pour trouver leur témoin : 1/ militantisme syndical, politique, associatif – 2/ statut de participant actif de la personne à un évènement précis – 3/ statut de témoin spectateur d’un évènement précis. Puis, ils ont construit une grille d’enquête simple afin de mener, en fonction de la personne rencontrée, un entretien de cinq minutes.

Voici la carte présentant les questions envisagées.


L’ensemble des stagiaires se répartissait en deux groupes. Le stagiaire le plus novice du groupe étant chargé de mener l’entretien, un second de gérer l’enregistreur, surveiller son bon fonctionnement (pas de saturation, ni de parasitage sonore extérieur), les autres, tenant leur carnet de notes devaient jouer le rôle d’oreilles actives en apportant des questions complémentaires en fin d’entretien ou en apportant une critique constructive de la méthode de leur collègue. L’enquêteur était également celui qui expliquait au témoin les conditions d’enregistrements, ses objectifs et lui faisait signer le contrat d’autorisation et de diffusion rédigé pour l’occasion1.

Enquête 1 : « Témoignage d’un homme sur son action au sein d’une association d’aide aux plus défavorisés » suivie de son résumé rédigé par les stagiaires.

Témoignage d’un homme sur son action au sein d’une association d’aide aux plus défavorisés (résumé)

Le témoin est militant au sein de la branche locale d’une association nationale composé de plusieurs milliers de bénévoles. Il intervient sur le terrain, dans une équipe de 15 personnes, un week-end sur deux. Cette association apporte une aide morale et physique aux démunis et aux sans-abris. Cette aide peut aller jusqu’aux premiers secours. Il décrit son engagement comme quotidien, sur le long terme et sa participation depuis 20 ans.

Enquête 2  : « Témoignage d’une bénévole sur les animations de son association en milieu hospitalier » suivie de son résumé rédigé par les stagiaires.

Témoignage d’une bénévole sur les animations de son association en milieu hospitalier (résumé)

Enregistrement sonore réalisé le 19 novembre 2012 par des stagiaires de l’INA auprès de l’assistante sociale du l’entreprise sur le thème du militantisme. Elle fait du bénévolat en milieu hospitalier au sein de l’association des Visiteurs Médicaux Hospitaliers (VMH). Elle décrit ses expériences après formation, d’abord en soins palliatifs à Sainte Camille (Bry-sur-Marne) puis aux urgences de de Lagny en Seine et Marne. Elle explique le fonctionnement du bénévolat au sein de l’association ; elle détaille son action : écouter, accompagner, rassurer les patients et les familles, en particulier les enfants. Elle exprime avec émotion ses sentiments vis à vis de son action et ses motivations.

Une fois de retour dans la salle chaque groupe a écouté et résumé par écrit l’enquête des autres. Les enquêteurs pouvant débattre avec les documentalistes. Cet exercice avait pour objectifs de démontrer une possible subjectivité du traitement documentaire et les besoins des documentalistes du son en matière d’informations complémentaires (qui parle, dans quel contexte, dans quelles finalités) lorsque celles-ci n’apparaissent pas à l’écoute du contenu. L’utilisation des thésaurus thématiques, notamment celui de la phonothèque de la MMSH, pour l’indexation des archives, ainsi que la question de leur diffusion et de leur utilisation au sein de montages, d’exposition etc ont été abordés. Chacun des témoins et chaque stagiaire avaient signé au préalable un contrat autorisant l’INA et la phonothèque à présenter ce travail.

La journée du 20 novembre était consacrée à l’utilisation d’appareils d’enregistrement sonore et filmique avec les ateliers de  Christophe Lizot et Jean-Claude Mocik. Les trois ateliers se sont idéalement croisés, notamment sur les étapes de préparation indispensables au terrain de captation d’informations sonores et/ou filmées, de véritable écriture d’un objectif, de choix de méthodes et outils adaptés. En effet, si la question de l’enquêteur produit une variation de réponse selon la façon et l’instant où elle est posée, le son possède une force évocatrice, comme l’usage d’une image. Les nouvelles technologies ne posent pas seulement des questions de compétences techniques mais aussi, de part leur constante évolution, la question des moyens de conservation, et, partant, des cahiers des charges préalables aux chantiers, prévoyant des partenaires stables sur le long terme.

Il est à souhaiter que de telles formations créatives par la richesse de ces croisements, se multiplient, accompagnant les collecteurs dans une construction cohérente (problématique et droits patrimoniaux) de leurs projets, dans une réalisation technique de qualité, et dans un traitement rapide, homogène de la donnée pour un accès facilité, une vraie visibilité des matériaux par leur accessibilité pour tous.

 Le calendrier des formations 2013 est  en ligne sur le site de INA-expert, dont une formation spécifique en novembre 2013 sur la conduite d’entretiens patrimoniaux

et les choix méthodologiques adaptés, et un deuxième opus de la formation Collecter, produire et enregistrer des témoignages, prévue cette fois-ci sur 3 journées en juin.

Crédits photographiques :

Mehndi (henna skin decoration) on a hand being licked by a camel, by David Dennis,  http://www.flickr.com/photos/davidden/295764484/. Licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic

  1. Ce contrat s’appuie sur les propositions de Ludovic Le Draoullec, augmentées des travaux du collectif constitué pour la rédaction d’un guide de bonnes pratiques pour la diffusion des données électroniques en sciences humaines et sociales – Questions juridiques et éthiques []