Archives par mot-clé : inventaire du conte traditionnel

Un voyage culturel à Mana et Awala-Yalimapo

Les étudiants de l’Université de Guyane ont eu l’opportunité de se rendre à Mana la fin de semaine du 5 au 6 novembre 2016, dans le cadre du festival international du Conte Paul Henri Gérard.les participants à cette sortie étaient des étudiants chercheurs et professeurs dont l’objectif était de connaître la culture et de se confronter à la réalité du terrain.  Nous profitons de l’atelier sur la collecte de terrain pour en faire un compte-rendu. Continuer la lecture de Un voyage culturel à Mana et Awala-Yalimapo

Collecter le patrimoine immatériel au Yémen : à propos des difficultés du terrain : le cas du fonds Fatima Al-Baydani

Fatma Al-Baydani, chercheure yéménite, a donné le 12 février dernier à la MMSH une conférence qui présentait douze ans de terrain pour la collecte de littérature orale populaire à travers le Yémen.

Résumé de la conférence : En introduction, Claude Audebert, professeure de langue arabe à Aix-Marseille Université, introduit brièvement la conférencière, Fatima Al Baydani. Originaire de la ville d’Al-Bayda au Yémen, elle avait initialement suivi une formation de médecin . Issue d’une famille de poètes et de poétesses, celle-ci ne tarda  pas  à quitter la médecine  pour se lancer, dès la fin des années 1990, dans la collecte de la littérature orale à travers toutes les régions du Yémen. Dans sa conférence, Fatima al-Baydani a mis l’accent sur la méthode suivie pour mener ses enquêtes de terrain, évoquant les multiples difficultés qu’elle a pu rencontrer. Pour lancer le projet, elle n’a pu compter que sur ses propres deniers et avait dû former une équipe de 6 jeunes yéménites (3 femmes et 3 hommes) à la collecte sur le terrain afin d’établir un questionnaire d’enquête. Ses recherches privilégièrent les personnes âgées, tout particulièrement les troupes musicales féminines, les poètes et les conteurs. Ses collectes l’ont amenée à sillonner l’ensemble du pays, de la Tihama au Hadramaout et de Saada à Aden et à Socotra. Elle finit par obtenir quelques aides financières de la part des autorités locales au Yémen ou auprès d’ambassades étrangères. A partir de 2005, elle établit une fructueuse collaboration  avec le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa), ainsi qu’avec l’Ecole Normale Supérieure de Paris (ENS). En 2007, elle fonde l’association «  Mil Al Dahab », toute entière dédiée à la collecte du patrimoine immatériel, à sa préservation, sa diffusion  et sa valorisation. En 2014, cette association prend le nom de « Aydanout » en  en hommage à une chanteuse yéménite décédée en 2011. La conférence s’achève sur un diaporama retraçant différents moments de ses enquêtes de terrain et sur un échange avec les différents participants.

Dans sa conférence, Fatma Al-Baydani reprend point par point les difficultés qu’elle et son équipe ont rencontré au cours de leur collecte sur le terrain yéménite. Ces difficultés nous ont semblé intéressantes à signaler dans Les Carnets de la phonothèques car elles se retrouvent sur d’autres terrains pour la collecte du patrimoine culturel immatériel.

– A l’amorce d’un projet et tout au long de son évolution, les questions financières sont bien entendu centrales et vont conditionner la plupart des orientations. La plus grande partie des recherches de Fatma Al-Baydani ont été faites sur la base de ses deniers personnels. Cela d’autant plus qu’elle a souvent dû refuser l’aide financière en provenance de pays étrangers (Etats-Unis, pays du Golfe) car leurs institutions demandaient une exclusivité sur le patrimoine collecté, ce qui n’était pas envisageable pour elle et son équipe. De leur côté, les gouvernorats yéménites ne pouvaient pas toujours les soutenir. Certaines instances politiques du pays  ont accepté de participer à la prise en charge de l’hébergement ou des repas de l’équipe, d’autres n’ont pas souhaité apporter d’aide à l’entreprise en raison de ce que la collecte du patrimoine immatériel est controversée dans une partie de la société yéménite.

– En effet, pour une partie de la société yéménite aujourd’hui le chant, les comptines, la danse ou les contes sont interdits. Obstacle impossible à surmonter lorsque certains politiques ont connaissance de ces travaux : les collecteurs ont parfois dû quitter leur terrain en vitesse… D’autres fois, après avoir parcouru parfois des kilomètres dans la montagne, et une fois arrivés devant leur témoin, celui-ci refusait d’être enregistré, inquiété de ce qui pourrait se dire sur lui.

– Autre obstacle, l’interdiction d’enregistrer ou de filmer des femmes en train de danser ou de chanter. Les collecteurs ont trouvé une parade en choisissant parfois choisi de filmer uniquement les pieds d’une danseuse, enregistrant ensemble la danse et la musique.

– Les collecteurs, travaillant à retracer les conditions de production de ce qu’ils recueillaient,  se sont rendu compte que de nombreux hommes s’étaient approprié les chants ou les poésies créés par des femmes, rendant opaque l’identité véritable des auteurs des œuvres.  C’est parfois à la mort de ces hommes que l’on a compris que tel ou tel texte avait été écrit par son épouse, sa soeur ou sa grand-mère.

– L’entrée brutale d’appareillages modernes dans les dispositifs de l’enquête  a aussi introduit de nouveaux obstacles : certains témoins ont refusé les enregistrements ou même la prise de note. Dans ce cas, sans se laisser prendre de cours, les collecteurs ont appris par la transmission orale le chant, la poésie, la danse ou le conte, les ont appris par coeur jusqu’à les maîtriser pour en rendre possible le transfert par l’enregistrement au sein même de l’équipe de collecteurs.

– Le projet de Fatma Al-Baydani était de collecter le plus possible de textes oraux en langue dialectale. Or les collecteurs se sont rendu compte que face à un microphone, la population interrogée avait tendance à abandonner l’emploi de l’arabe dialectale pour l’arabe littéral, employé par la télévision et la radio. Ils ont donc essayé de travailler avec les témoins en profondeur et sur la durée pour que ceux-ci livrent le plus possible de textes en arabe dialectal.

– Au-delà de toutes les difficultés énoncées précédemment, l’instabilité de la situation politique du Yémen reste sans doute l’obstacle le plus difficile à surmonter. En effet, l’équipe de Fatma Al Badani a beaucoup souffert de la méfiance des autorités yéménites qui leur ont confisqué leur matériel à plusieurs reprise (appareil à photo, caméra …), voire ont parfois emprisonné les collecteurs (à Ta’izz ou Tihama). Cette instabilité politique met également un frein à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine immatériel ainsi qu’aux échanges culturels du pays au niveau international. Cette situation amplifiée par l’absence d’institution(s) officielle(s) chargé(es) de recueillir les archives au Yémen.

Pour toutes ces raisons, le dépôt des archives de  Fatma Al Badani à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme est exceptionnel. Il est également important pour les chercheurs du domaine yéménite et plus largement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature et la poésie orale, à la transmission de bouche à oreille, au patrimoine culturel immatériel…
Nous la remercions de sa confiance.

Résumé de la conférence et billet rédigés par Louna Tourdert (lycéenne, en stage à la phonothèque en mars 2015), relecture d’Isabelle Grangaud et Michel Tuscherer (IREMAM).

Crédits photographiques : paysages du Yémen, Fatma Al Badanin

Indexer des archives sonores sur Calames avec IdRef

Pour indexer les archives sonores cataloguées sur Ganoub,  l’équipe de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH)  s’appuie sur un thesaurus orienté vers l’ethnologie. Cet outil, créé au moment de l’intégration de la phonothèque au sein de la MMSH en 1997, a été constitué en relation avec d’autres phonothèques, en particulier celles du réseau documentaire de la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT). Il évolue aujourd’hui indépendamment de ce réseau en fonction du contenu des collections1. Or, suivant les recommandations de l’équipe Calames, qui s’appuient elle-même sur les recommandations de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN), les opérateurs de l’enseignement supérieur et de la recherche doivent faire usage de référentiels communs tel IdRef (Identifiants et Référentiels). Cette application web développée et maintenue par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche (ABES). permet d’interroger, de consulter, de créer et d’enrichir des autorités des catalogues Calames, Sudoc et thèses.fr.

Afin de garantir la continuité du catalogue de la phonothèque, chaque publication sur Calames nécessite donc, selon les cas :

  • d’effectuer une recherche d’équivalence entre les descripteurs issus du thesaurus de la phonothèque de la MMSH et les notices d’autorités IdRef.
  • de réaliser une mise en adéquation avec la forme Rameau. Par exemple, taille de l’arbre terme dans le thesaurus de la phonothèque devient Arbres fruitiers – Taille  sur IdRef.
  • de créer des notices d’autorités, ou faire des propositions dans Rameau.

Suivant les recommandations de Calames2, la décision de création d’une notice d’autorité est prise en fonction :

  • du degré d’éventualité de ré-exploitation de l’autorité dans d’autres notices, soit la probabilité que le besoin de faire référence à cette autorité réapparaisse exprimée en « entité peu susceptible d’apparaître dans d’autres notices ».
  • de la richesse ou de la précision des informations dont on dispose.

Dans le cadre de la publication sur Calames de l’inventaire du corpus des Luthiers de Mirecourt, des notices d’autorités ont été créées pour les principaux luthiers et maisons de lutherie évoqués dans les enquêtes enregistrées. A l’origine, ces données sont contenus dans un document linéaire qui ne permet pas de renvois direct à une entrée . Ainsi, les notices de la Maison Laberte, de Léon Mougenot ou encore d’Amédée Dieudonné héritent-elles des fonctionnalités d’IdRef, dont l’attribution d’un identifiant PPN (Pica production number) et d’une URL (uniform ressource locator).

Autre exemple, l’indexation des titre de contes traditionnels cévenols collectés par Jean-Noël Pelen dans le cadre de sa thèse a également exigé la création de notices IdRef. Les travaux en littérature orale ont montré que les contes de traditions orales peuvent être classés en conte-types, c’est à dire en « organisation stable de motifs, identifiable dans des contes du monde entier en dépit de variantes locales »3. Jean-Noël Pelen a ainsi mené un travail d’identification de conte-types sur les contes cévenols, suivant la classification Aarne-Thompson4.

Au lieu d’ajouter au référentiel IdRef les différentes versions collectées par Jean-Noël Pelen, les notices spécialement créées correspondent aux titres des conte-types fixés par la classification Aarne-Thompson. Les titres de conte-types sont en effet plus susceptibles de ré-utilisation que leurs versions cévenoles et facilitent les comparaisons. D’autre part, nous pouvons imaginer que leur utilisation à des fins d’indexation concoure à l’établissement d’un catalogue de versions, sonores ou transcrites, de tel conte-type.

Ainsi, chaque notice de type de conte créée dans IdRef comporte :

  • le titre en langue anglaise du conte-type (langue originale de la classification Aarne et Thompson) dans le champ « forme parallèle » ;
  • le titre en langue française du conte-type issu de la traduction fournie par les quatre volumes du Conte populaire français5 dans le champ « forme retenue » ;
  • le numéro d’identifiant ATU qui renvoie à la classification Aarne, Thompson et Uther6.
  • Eventuellement en synonymie (forme parallèle), le titre en langue régionale.

Grâce à la technique de balisage du texte qu’autorise la syntaxe XML, la référence aux conte-types n’efface pas les titres originaux dans l’instrument de recherche. Comme dans l’exemple de moitié de coq, la référence au conte-type (type, forme normalisée, formes rejetées, numéro ATU) est inscrite dans la balise de caractérisation de la portion textuelle, tandis que le texte conserve le titre original. Trois versions de ce conte sont également accessibles sur Ganoub.

Voilà peut-être une nouvelle façon de travailler à un inventaire du conte traditionnel… informez-nous si vous avez l’occasion de l’utiliser et décrivez-nous vos pratiques.

Crédits photographiques de l’image à la une : Image issue de la page 128 du livre « East of the sun and west of the moon : old tales from the North », New York : G.H. Doran, 1922. Domaine public.

  1. Un export de ce thesaurus en SKOS est en cours de réalisation et il sera bientôt accessible en ligne. []
  2. Manuel de catalogage Calames, p. 86 []
  3. Voir : Josiane Bru, « Le repérage et la typologie des contes populaires. Pourquoi ? Comment ? », Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS [En ligne], 14 | automne 1999, mis en ligne le 02 septembre 1999, consulté le 26 décembre 2014. URL : http://afas.revues.org/319. []
  4. Jean-Noël Pelen, Le conte populaire en Cévennes, Payot, 1994, 795p. []
  5. Le conte populaire français par Paul Delarue et Marie-Louise Ténèze, édité en un seul volume et en fac-sim. des quatre tomes publiés entre 1976 et 1985, Maisonneuve et Larose, 2002, 1943p. auquel s’ajoute Le conte populaire français [2], contes-nouvelles par Paul Delarue et Marie-Louise Ténèze ; avec la collaboration de Josiane Bru, Éd. du C.T.H.S,  2000, 229p. []
  6. The types of international folktales: a classification and bibliography: based on the system of Antti Aarne and Stith Thompson by Hans-Jörg Uther ; editorial staff, Sabine Dinslage, Sigrid Fährmann, Christine Goldberg… [et al.], Suomalainen Tiedeakatemia, 2004-2005, 3 vol. (619, 536, 285 p. []

La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral

La tradition orale est mouvante, et les contes se retrouvent sous des versions multiples à travers le temps et l’espace. Contes d’animaux, contes de l’ogre dupé, contes sur les trompeurs ou les naïfs, les hommes et les femmes, les maîtres et les serviteurs, quête initiatique des contes merveilleux, contes licencieux, contes à thème religieux ou récits de peurs… Enregistrés sur le terrain, les témoins qui ont fait part de leur répertoire conté et dont la parole est conservée dans les phonothèques, restituent ces histoires avec cette façon de dire qui tisse le réel dans le détour de l’imaginaire1. Pour indexer ces répertoires de contes traditionnels et s’y retrouver à travers toutes les versions transmise oralement, l’outil qui sert de référence internationale est la classification AT (ou AaTh, pour Aarne et Thompson) qui propose pour chaque conte une version type et donne le schéma détaillé des éléments que l’on y retrouve.
Toutefois, cet ouvrage n’est pas facile à acquérir ou même à consulter : la dernière version éditée, publiée en 2004, est désespérement « Currently unavailable » sur Amazon, les précédentes ne sont plus diffusées et une rapide recherche sur le Sudoc montre que très peu de bibliothèques en possèdent des exemplaires2. Biblioweb qui présente sur son carnets des ressources en ligne numérisées, s’intéresse régulièrement aux contes. Vous trouverez sur ce site un point sur différents documents en ligne qui peuvent vous aider à mieux comprendre et utiliser cette classification. En ligne, excepté les listes des titres et numéros de contes, en français ou en anglais, parfois commentées, il n’y a pas vraiment de ressources qui offre une utilisation complète de cet outil avec tous ses index et sa bibliographie3.
Googlebooks permet depuis peu d’effectuer de premières recherches dans les éditions de 1928, 1961 et 19874. La classification ne peut pas être parcourue en texte intégral mais le texte est accessible en extraits (même pour l’édition de 1928 qui devrait pourtant être tombée dans le domaine public). Si vous recherchez « Tom Thumb », vous trouvez tout de suite le numéro que lui ont donné Antti Aarne et Stith Thompson : le Petit Poucet est rangé au numéro 700 des contes merveilleux, dans les « Autres contes surnaturels » ; si vous tapez le chiffre 15, vous retrouvez le conte du renard parrain, n° 15 dans les contes d’animaux sous le titre : the Theft of Butter (Honey) by Playing Godfather qui peut être raconté de multiples façons. Par contre, si vous recherchez « Fox » vous n’affichez que quelques uns des extraits de contes où le renard apparaît.
La classification Aarne et Thompson fait partie des outils qui devraient pouvoir être accessibles à tous et il est vraiment dommage de ne pas y avoir accès plus facilement. Dans leur ouvrage sur les légendes urbaines5 Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renarda s’y réfèrent pour regrouper des versions  de récits et je suis certaine que nombre de récits racontés aujourd’hui se retrouveraient dans ce grand entrepôt d’histoires. Peut-être que la version française du catalogue sur laquelle travaille actuellement Josiane Bru, au centre d’anthropologie sociale à Toulouse, offrira un de ces jours une version électronique… à suivre.
A compléter si vous le souhaitez, une bibliographie sur les outils de classification du conte de tradition orale réalisée avec Zotero en lien avec ce billet : http://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI
Crédits photographiques :
Perrault, Charles (1628-1703). Le petit Poucet, estampe issue d’une gravure sur bois en couleur dans un recueil d’images d’Epinal de la Maison Pellerin. Tome 8, 1866, 39 x 30 cm, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (8). Image du domaine public. http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=le+petit+poucet+405
Des enfants dans un camp de migrants en Orégon (Amérique du Nord) écoutent Mary Brown qui leur lit des histoires. Photographer/Studio: O.S.C. Extension ServiceDate: 1945. Notes: Miss Mary Brown, state supervisor for camp work with Home Missions Council of North America, reads to children at migrant camp. Original Format: Gelatin silver prints. Oregon State University Archives. Pas de restrictions de droit connues. http://archives.library.oregonstate.edu/omeka/items/show/486
  1. Jean-Noël Pelen, Le conte populaire en Cévennes, Payot, 1983 []
  2. La bibliothèque de la MMSH possède des exemplaires de plusieurs éditions. En effet, elle a bénéficié dans ses acquisitions de l’influence de plusieurs chercheurs dans le domaine de la littérature orale, en particulier de celle de Jean-Noël Pelen qui a débuté sa carrière de chercheur en collectant des contes traditionnel en Cévennes []
  3. L‘article de Wkipedia sur la classification Aarne-Thomson est sans doute le plus complet en ligne, en français et en anglais []
  4. L’édition de 1928,  prise dans les collections de l’université de l’Indiana, a été numérisée en 2009 comme celle de 1987 qui vient de l’Université de l’Etat de Pennsylvanie. L’édition de 1961 a été numérisée en janvier 2010 à partir d’un exemplaire de l’Université de Michigan []
  5. Légendes urbaines : Rumeurs d’aujourd’hui de Véronique Campion-Vincent Jean-Bruno Renard, Petite bibliothèque Payot, 2002 []