Archives par mot-clé : IREMAM

Yémen : rire de la guerre pour ne pas en pleurer…

Le 29 novembre 2017 à la MMSH, Fatima Al-Zawiya (IREMAM – AMU) et Jean Lambert (CREM – Nanterre) ont partagé lors d’une conférence organisée par l’Iremam des histoires drôles et des caricatures politiques du Yémen. Associer le Yémen et le rire semble une gageure… Mais s‘agit-il vraiment d’un oxymore ? C’est la question à laquelle les deux chercheurs, par leur expérience du terrain, ont répondu avec humour. Continuer la lecture de Yémen : rire de la guerre pour ne pas en pleurer…

Des images inédites du patrimoine yéménite désormais accessibles en ligne

Les premières images inédites du fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya sont en ligne : un premier regard offert sur un fonds unique, et une réponse à la volonté affirmée de la chercheuse de promouvoir la culture yéménite auprès du plus grand nombre.

 

Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : Rencontre sur la plage d’al-Mahrah avec deux femmes narratrices de contes fantastiques, en présence de la traductrice de l’enquêtrice et une accompagnatrice locale

Un projet de diffusion ancré dès le départ de la collecte Continuer la lecture de Des images inédites du patrimoine yéménite désormais accessibles en ligne

Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : pour la sauvegarde du patrimoine immatériel yéménite

C’est le travail de toute une vie qui a été confié à la Phonothèque de la MMSH. Fatima Al-Baydani-Alzawiya, aujourd’hui accueillie en France par l’IREMAM, a déposé le contenu d’une collecte unique  du patrimoine oral yéménite : un fonds composé de plus de 13.000 documents multi-supports. Un premier travail d’indexation et d’évaluation du fond a été fait entre octobre 2016 et janvier 2017 en collaboration avec Neila Thouabia, doctorante à l’IREMAM et Fatima Al-Baydhani-Alzawiya. Continuer la lecture de Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : pour la sauvegarde du patrimoine immatériel yéménite

Collecter le patrimoine immatériel au Yémen : à propos des difficultés du terrain : le cas du fonds Fatima Al-Baydani

Fatma Al-Baydani, chercheure yéménite, a donné le 12 février dernier à la MMSH une conférence qui présentait douze ans de terrain pour la collecte de littérature orale populaire à travers le Yémen.

Résumé de la conférence : En introduction, Claude Audebert, professeure de langue arabe à Aix-Marseille Université, introduit brièvement la conférencière, Fatima Al Baydani. Originaire de la ville d’Al-Bayda au Yémen, elle avait initialement suivi une formation de médecin . Issue d’une famille de poètes et de poétesses, celle-ci ne tarda  pas  à quitter la médecine  pour se lancer, dès la fin des années 1990, dans la collecte de la littérature orale à travers toutes les régions du Yémen. Dans sa conférence, Fatima al-Baydani a mis l’accent sur la méthode suivie pour mener ses enquêtes de terrain, évoquant les multiples difficultés qu’elle a pu rencontrer. Pour lancer le projet, elle n’a pu compter que sur ses propres deniers et avait dû former une équipe de 6 jeunes yéménites (3 femmes et 3 hommes) à la collecte sur le terrain afin d’établir un questionnaire d’enquête. Ses recherches privilégièrent les personnes âgées, tout particulièrement les troupes musicales féminines, les poètes et les conteurs. Ses collectes l’ont amenée à sillonner l’ensemble du pays, de la Tihama au Hadramaout et de Saada à Aden et à Socotra. Elle finit par obtenir quelques aides financières de la part des autorités locales au Yémen ou auprès d’ambassades étrangères. A partir de 2005, elle établit une fructueuse collaboration  avec le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa), ainsi qu’avec l’Ecole Normale Supérieure de Paris (ENS). En 2007, elle fonde l’association «  Mil Al Dahab », toute entière dédiée à la collecte du patrimoine immatériel, à sa préservation, sa diffusion  et sa valorisation. En 2014, cette association prend le nom de « Aydanout » en  en hommage à une chanteuse yéménite décédée en 2011. La conférence s’achève sur un diaporama retraçant différents moments de ses enquêtes de terrain et sur un échange avec les différents participants.

Dans sa conférence, Fatma Al-Baydani reprend point par point les difficultés qu’elle et son équipe ont rencontré au cours de leur collecte sur le terrain yéménite. Ces difficultés nous ont semblé intéressantes à signaler dans Les Carnets de la phonothèques car elles se retrouvent sur d’autres terrains pour la collecte du patrimoine culturel immatériel.

– A l’amorce d’un projet et tout au long de son évolution, les questions financières sont bien entendu centrales et vont conditionner la plupart des orientations. La plus grande partie des recherches de Fatma Al-Baydani ont été faites sur la base de ses deniers personnels. Cela d’autant plus qu’elle a souvent dû refuser l’aide financière en provenance de pays étrangers (Etats-Unis, pays du Golfe) car leurs institutions demandaient une exclusivité sur le patrimoine collecté, ce qui n’était pas envisageable pour elle et son équipe. De leur côté, les gouvernorats yéménites ne pouvaient pas toujours les soutenir. Certaines instances politiques du pays  ont accepté de participer à la prise en charge de l’hébergement ou des repas de l’équipe, d’autres n’ont pas souhaité apporter d’aide à l’entreprise en raison de ce que la collecte du patrimoine immatériel est controversée dans une partie de la société yéménite.

– En effet, pour une partie de la société yéménite aujourd’hui le chant, les comptines, la danse ou les contes sont interdits. Obstacle impossible à surmonter lorsque certains politiques ont connaissance de ces travaux : les collecteurs ont parfois dû quitter leur terrain en vitesse… D’autres fois, après avoir parcouru parfois des kilomètres dans la montagne, et une fois arrivés devant leur témoin, celui-ci refusait d’être enregistré, inquiété de ce qui pourrait se dire sur lui.

– Autre obstacle, l’interdiction d’enregistrer ou de filmer des femmes en train de danser ou de chanter. Les collecteurs ont trouvé une parade en choisissant parfois choisi de filmer uniquement les pieds d’une danseuse, enregistrant ensemble la danse et la musique.

– Les collecteurs, travaillant à retracer les conditions de production de ce qu’ils recueillaient,  se sont rendu compte que de nombreux hommes s’étaient approprié les chants ou les poésies créés par des femmes, rendant opaque l’identité véritable des auteurs des œuvres.  C’est parfois à la mort de ces hommes que l’on a compris que tel ou tel texte avait été écrit par son épouse, sa soeur ou sa grand-mère.

– L’entrée brutale d’appareillages modernes dans les dispositifs de l’enquête  a aussi introduit de nouveaux obstacles : certains témoins ont refusé les enregistrements ou même la prise de note. Dans ce cas, sans se laisser prendre de cours, les collecteurs ont appris par la transmission orale le chant, la poésie, la danse ou le conte, les ont appris par coeur jusqu’à les maîtriser pour en rendre possible le transfert par l’enregistrement au sein même de l’équipe de collecteurs.

– Le projet de Fatma Al-Baydani était de collecter le plus possible de textes oraux en langue dialectale. Or les collecteurs se sont rendu compte que face à un microphone, la population interrogée avait tendance à abandonner l’emploi de l’arabe dialectale pour l’arabe littéral, employé par la télévision et la radio. Ils ont donc essayé de travailler avec les témoins en profondeur et sur la durée pour que ceux-ci livrent le plus possible de textes en arabe dialectal.

– Au-delà de toutes les difficultés énoncées précédemment, l’instabilité de la situation politique du Yémen reste sans doute l’obstacle le plus difficile à surmonter. En effet, l’équipe de Fatma Al Badani a beaucoup souffert de la méfiance des autorités yéménites qui leur ont confisqué leur matériel à plusieurs reprise (appareil à photo, caméra …), voire ont parfois emprisonné les collecteurs (à Ta’izz ou Tihama). Cette instabilité politique met également un frein à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine immatériel ainsi qu’aux échanges culturels du pays au niveau international. Cette situation amplifiée par l’absence d’institution(s) officielle(s) chargé(es) de recueillir les archives au Yémen.

Pour toutes ces raisons, le dépôt des archives de  Fatma Al Badani à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme est exceptionnel. Il est également important pour les chercheurs du domaine yéménite et plus largement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature et la poésie orale, à la transmission de bouche à oreille, au patrimoine culturel immatériel…
Nous la remercions de sa confiance.

Résumé de la conférence et billet rédigés par Louna Tourdert (lycéenne, en stage à la phonothèque en mars 2015), relecture d’Isabelle Grangaud et Michel Tuscherer (IREMAM).

Crédits photographiques : paysages du Yémen, Fatma Al Badanin

12 février 2015 : collecter sur le terrain au Yémen, conférence de Fatima Al-Baydani

Le 12 février prochain  nous aurons la chance de découvrir le travail mené depuis plusieurs années par Fatima Al-Baydani, chercheure yéménite invitée par l’IREMAM à la MMSH (salle Paul-Albert Février, 14h30) pour une conférence sous le titre : « 12 ans de terrain pour la collecte de littérature orale populaire à travers le Yémen ». En effet, depuis les années 2000 Fatima Al-Baydani n’a cessé de collecter à travers le Yémen et de former des collecteurs sur le domaine. Ses enregistrements, films et photographies sont archivés au sein de l’association culturelle Aydanout1. Elle est l’auteur de nombreux recueils et anthologies de littérature orale et de poésie.

La conférence sera donnée en arabe avec traduction simultanée.

Le lien vers le site de l’IREMAM, rubrique « L’IREMAM accueille » est momentanément inaccessible. Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter Anne Debray-Decory.

A propos de Fatima Al-Baydani
Fatima Al-Baydani, née à al-Bayda au Yémen, a fait ses études secondaires à Aden. Après avoir étudié la médecine à Damas, elle a brièvement enseigné cette discipline à l’Université de Sanaa, avant de se tourner vers sa passion véritable, le patrimoine yéménite. Elle s’est donc lancée dans la collecte de documents sur la littérature orale (poésie, contes, proverbes) à travers toutes les régions du Yémen, travail qu’elle poursuit encore actuellement, non sans avoir formé en même temps de nombreux jeunes aux techniques de la collecte. Ses travaux et études l’ont amené à collaborer avec de multiples institutions culturelles et scientifiques, dont le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa, le FSD (Fonds social de développement au Yémen) et l’Ecole normale supérieure à Paris. En 2006, elle a créé une association culturelle Meel al-Dhahab, renommée depuis Aydanout , c’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. Ce centre est aujourd’hui dépositaire de milliers de documents collectés à travers tout le Yémen sous forme d’enregistrements, de photos, de vidéos et d’ouvrages. Fatima Al-Baydani a participé à de multiples colloques aussi bien dans le monde arabe, qu’en Europe et en Amérique. De même, elle a publié de nombreux articles et ouvrages (voir ci-dessous un extrait de sa bibliographie). Actuellement, Fatima Al-Baydani  travaille  sur un dictionnaire de termes tirés de la vie quotidienne au Yémen.   Elle collabore également avec des chercheurs de l’IREMAM dans le domaine de la poésie orale populaire au Hadramaout, ainsi que sur des contes relatifs aux hammams de Sanaa.

Bibliographie (extraits) 

– Halâli wa lak (instants d’enchantement), Sanaa, Organisation générale du Livre, 2014 ;

Contes du Yémen : Lit de pierre, lit de verre. Contes collectés par Fatima Al-Baydani et traduits par l’atelier de traduction arabe de l’ENS, Ecole des loisirs, 2008.

– Hikâyât al-hayawân fî-l-adab al-sha’bi (contes d’animaux dans la littérature populaire), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2008 ;

– Diwân mahall zayn (Divan de lieux enchanteurs), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2014 ;

– Haggabi yamma  ‘allaya (chants féminins de mariage), sous presse,  Matbaat al-Nur, Sanaa, 2015.

– al-Dimm wa-l-fa’r (le chat et le rat), Sanaa, FSD, 2009 ;

– Tika Tika (récit adénite), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2011 [avec le soutien de l’Unesco].

Crédits photographiques : Scene in a marketplace Market, buildings, sheep, people. 1896.  Name of Expedition: Africa Expedition Participants: D.G. Elliot and Carl Akeley Expedition Date: 1896. Location:Asia, Arabia, Yemen, Aden Original material: Hand-colored glass lantern slide Digital Identifier: CSZ5913_LS Learn more about The Field Museum’s Library Photo Archives. No known copyright restrictions.

  1. C’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. L’association a d’abord été créée en 2006 sous le nom de  Meel al-Dhahab []

Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Le mardi 27 janvier, l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS –http://afas.revues.org) organise une rencontre autour du témoignage oral à travers les sciences humaines et sociales sous le titre « Nommer et définir les archives sonores : les témoignages enregistrés. Exemples méditerranéens » à Aix-en-Provence, MMSH.

Le terme « témoignage » est profondément polysémique; il traverse aujourd’hui plusieurs univers ou domaines professionnels : la confession de foi religieuse, l’enquête policière, le monde judiciaire et pénal, le journalisme, la littérature, la communication, les sciences humaines et sociales… L’AFAS s’intéresse plus particulièrement aux témoignages enregistrés, dans un cadre patrimonial, scientifique, pédagogique ou culturel. Continuer la lecture de Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Sound archives in ethnolinguistics : Example of the study of arabization in Southern Sudan = Archives sonores en ethnolinguistique. Un exemple d’étude de l’arabisation dans le Sud Soudan

A new sound corpus in juba-arabic is now at disposal on the sound archives database. Juba-arabic is a pidgin (a communication language used between two or more communities which do not share a common language), composed of elements both from Arabic and from Sudanese dialects, it gradually evolved into a common language. The recordings (i.e. 27 hours of inquiries collected over 1981 and 1984, that is to say fifty seven surveys) which Catherine Miller used to study the phenomenon of arabization in southern Sudan are now on accessible online on Ganoub.

Couple cycling on the road between Yei and Meridi, Southern Sudan
Couple cycling on the road between Yei and Meridi, Southern Sudan

This corpus contains oral evidence, as well as music recordings and religious sermons at the Juba’s Church . But most of the investigations were recorded during trials at the customary courts of Juba and Kator in the Equatoria’s province, Southern Sudan (the presented extract deals with the case of a Dinka woman presented to the court following a dispute on the public highway while she was intoxicated). Catherine Miller deliberately chose these places of investigation for she wanted to study the evolution of the juba-arabic and the challenges of the arabization of Southern Sudan at the time (80’s) on an economical, political, social and cultural level. She therefore investigated various populations (villagers and city dwellers, men and women, young and old people, educated and uneducated people) to better understand the conflicts related to linguistic opposition between oral and written languages, juba-arabic and vernaculars, English and Arabic.

Dinka pastor on the road to Juba-Yei, Southern Sudan
Dinka pastor on the road to Juba-Yei, Southern Sudan

The corpus also contains a reading by Catherine Miller about « The Challenges of Arabization in southern Sudan », Peuples Méditerranéens, No. 33, Paris, p. 43-53. (1985). The availability of these oral sources which are more than twenty years old, is priceless: it is very unlikely that a rare language like juba-arabic should reach us. Therefore, sound archives do not only provide a new dimension to publications already in print, but they also allow a process of memory, a written or iconographic document is unable to do. As far as ethnolinguistics is concerned, sound archives offer the unique opportunity to listen to rare languages, which are sometimes bound to disappear.

Village on the edge of Yei, Equatoria, Southern Sudan
Village on the edge of Yei, Equatoria, Southern Sudan

Since these surveys were collected, Sudan has been suffering a bloody civil war (1983-2004) which left it ravaged by poverty. Juba-arabic was able to develop during this war and nothing is nowadays more precious than being able to access Catherine Miller’s recordings. Witnesses of a past era, these surveys represent the memory of the men, women and children who participated to her interviews.

Here is one of the reasons why the preservation of oral heritage is essential. Guaranteeing the sound memory and a symbol of the intangible heritage, oral archives will keep getting talked about.

Aline Dang Van Sung

This article is a traduction of : « Archives sonores :  exemple de l’étude de l’arabisation dans le Sud Soudan » :  http://phonotheque.hypotheses.org/1065

Cet article est une traduction de : « Archives sonores :  exemple de l’étude de l’arabisation dans le Sud Soudan » :  http://phonotheque.hypotheses.org/1065

Crédits photographiques : ©Jean-Pierre Ribiere

Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

La base de données de la phonothèque dispose désormais d’un nouveau corpus sonore en juba-arabic. Ce pidgin (langue de communication utilisée entre deux ou plusieurs communautés ne parlant pas la même langue) qui emprunte ses origines à la langue arabe et auquel ont été injecté des éléments de dialectes sud soudanais, a peu à peu évolué vers une langue véhiculaire. Les 40 heures d’enregistrement (soit 57 enquêtes au total collectées sur deux ans : 1981 et 1984) qui ont servi à Catherine Miller à étudier le phénomène de l’arabisation dans le Sud Soudan devraient bientôt être accessibles en ligne sur Ganoub.

On trouvera dans ce corpus aussi bien des entretiens avec des témoignages thématiques que des enregistrements de musique à Juba ou encore des prêches faits à l’église de Juba . Mais la plupart des enquêtes sont des enregistrements réalisés au cours de procès dans les tribunaux coutumiers de Juba et Kator dans la Province d’Equatoria dans le sud Soudan (l’extrait du procès ici proposé traite du cas d’une femme dinka présentée au tribunal suite à une dispute sur la voie publique alors qu’elle était en état d’ébriété). Catherine Miller a délibérément choisi ces lieux d’enquête car son objectif était d’étudier l’évolution du juba-arabic et les enjeux de l’arabisation dans le contexte économique, politique, social et culturel du Sud Soudan à l’époque (années 80). Elle a donc enquêté des populations de milieux divers (villageois et citadins, hommes et femmes, jeunes et vieux, personnes éduquées et personnes peu éduquées) pour mieux comprendre les conflits linguistiques liés à l’opposition langue orale/langue écrite, langues vernaculaires/juba-arabic et anglais/arabe.

Continuer la lecture de Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan