Archives du mot-clé Italie

TenoreOliena

Polyphonies des collections sonores européennes

TenoreOliena

Le CNRS est parti prenante du programme européen Europeana Sounds à travers les collections sonores de deux laboratoires de recherche :
- le LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative) qui accueille le CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) où sont numérisées et mises en ligne les archives sonores du CNRS-Musée de l’homme et celles des chercheurs en ethnomusicologie grâce à la plateforme web Telemeta  ;
- l’USR 3125 au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence dont la phonothèque recueille, archive et valorise les entretiens de terrain des différents laboratoires qui la constitue sur la base de données Ganoub et sur la plateforme Calames.

Ces deux centres de ressources participent déjà à des catalogues collectifs ou des moteurs de recherche fédérés comme Isidore ou le Portail du patrimoine oral, leurs archives sonores seront bientôt présentes sur Europeana. Ainsi un nouveau territoire polyphonique se dessine en Europe où les voix du passé trouvent leurs auditeurs, se croisent, s’entendent… Ce projet sonore est présenté dans un des derniers billet du blog du programme Europeana Sounds et  illustré par deux chants polyphoniques issus des collections deux laboratoires.

Chant sarde, enregistré par Bernard Lortat Jacob en 1992 à Britti (province de Nuoro), CREM

Chant en langue française et occitane composé par Zéphirin Castellon, interprété à Belvédère en Vésubie, enregistré par Patrick Vaillant en 1989, MMSH

Crédits photographiques : Tenore à Oliena, photographie de Gabriele Doppiu, repérée par Enedina Sanna.

L’Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d’enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l’Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d’être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre “Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique”3

Une pétition vient d’être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce “gouvernement de techniciens” qui ne s’inquiète que des marchés et ne s’intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l’Italie contemporaine. L’inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

“La politique de ce “gouvernement de techniciens” en direction de la culture – les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l’Institut national de physique nucléaire) – m’a convaincu d’une chose : un technicien n’est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d’opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n’est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d’avoir de l’imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l’économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n’est pas avec la culture que l’on peut manger)5”.

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L’Unità dit adieu à l’Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s’amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D’Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s’en prend aussi à ce “gouvernement de professeurs”‘, avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l’importance de cette institution et s’insurge : “C’est une décision absurde, d’un point de vue économique (les coûts de l’Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d’un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté”.

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928 []
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA – Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi []
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini []
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d’histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s’appuie sur des témoignages oraux. []
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l’économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L’anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011 []

Déposer en ligne ses enquêtes de terrain : appel aux chercheurs de sciences humaines et sociales

Depuis plus d’une année maintenant, l’université de Pise propose en ligne des ressources sous forme de vidéo et de postcasts utilisant les plateformes grand public Youtube et Itunes. Sur la chaîne Youtube de l’université, Rassegna Stampa SUP, sont accessibles 450 vidéos issues de journaux télévisés, de films, de prises de vues ou de documentaires sur l’activité scientifique des différentes institutions de la recherche et de l’enseignement supérieur de la ville de Pise. La plateforme Itunes, un peu plus difficile à repérer formellement, propose principalement des cours en ligne dans toutes les disciplines. Pour l’area umanistica, 33 cours sont disponibles aussi bien en histoire médiévale1, qu’en littérature ou en linguistique2.

La dernière mise en ligne intéresse les archives sonores du monde rural puisque, sous le titre de Testimonianze dal Territorio (Témoignages du territoire), elle propose de constituer une archive sur la société paysanne italienne. Pour le moment il s’agit uniquement du dépôt des films du documentariste et photographe Arturo Izzo mais le projet pourrait s’ouvrir à d’autres archives de terrain des chercheurs. En effet, le responsable du projet de l’Ateneo di iTunes, Enrica Salvatori, professeure d’histoire médiévale, introduit ainsi cette collection :

Le laboratoire de culture numérique de l’université de Pise invite les sociologues, les historiens, les linguistes qui ont collecté des témoignages de la vie rurale italienne du siècle dernier à mettre à disposition ces matériaux pour constituer une archive sur la société paysanne et la culture du territoire. L’espace qui vient d’être créé héberge des films documentaires et des entretiens enregistrés avec des témoignages qui racontent, à la première personne, la vie quotidienne, les expériences de chacun, les habitudes du passé. Notre ambition est de construire une archive de témoignages en récupérant aussi les matériaux que les chercheurs pourraient avoir dans leurs tiroirs3.

Les premiers dépôts sont peu documentés, il manque à l’internaute les éléments du contexte de la recherche et les droits d’utilisation et de diffusion sont limités à un copyright mais peu importe, l’initiative est originale, il sera intéressant d’étudier ce qu’en feront les chercheurs… A suivre !

Crédits photographiques : The Leaning Tower, Pise, Italie, prise de vue entre 1890-1900, bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues, permalien http://www.loc.gov/pictures/resource/ppmsc.06581

  1. Vous pouvez par exemple écouter la Professeure Enrica Salvatori, responsable de la plateforme numérique, sur le thème “Musulmani e Cristiani nel Mediterraneo medievale alla luce dell’economia e degli scambi” = Musulmans et chrétiens en Méditerranée médiévale à la lumière de l’économie et des échanges. []
  2. avec en particulier un cours de langue Amharic, audioclips illustrés d’images créés par Nadia M. Yimer and José C. Rodriguez []
  3. “Il Laboratorio di cultura digitale dell’Università di Pisa invita sociologi, storici, linguisti che hanno raccolto testimonianze della vita rurale italiana del secolo scorso a mettere a disposizione il proprio materiale per costituire un archivio sulla società contadina e sulla cultura del territorio. Lo spazio appena creato ospita infatti documentari e interviste d’archivio in cui testimoni raccontano in prima persona la vita quotidiana, le esperienze e le abitudini del passato e la nostra ambizione sarebbe costruire un archivio di testimonianze recuperando anche materiali che i docenti potrebbero avere nei loro cassetti”. []

“Mappa di communità” ou le territoire redessiné avec ses habitants

L’écomusée urbain de Milan Nord Niguarda (du nom du quartier où il se trouve) a lancé le projet d’écriture d’une “Mappa di communità”. L’objectif affiché est d’aider les habitants à percevoir, avec plus de précision, les contours de leur quartier, ceux de leur patrimoine historique et culturel et les liens sociaux qui se sont établis au fil du temps. Créée par les habitants eux-même, elle donne à lire les histoires du coin de la rue, telle une archive vivante, toujours remise à jour. Un parcours collectif dont la première version date de 2009.

Ces cartes, appelée en Italie  “Mappa di communità”, ne cessent de se fabriquer dans les villes – Venise vient de présenter la sienne – ou les campagnes – telle celle du parc national du Vanoï-. Toutes sont construites avec les citoyens du territoire dessiné, où ils transmettent des bribes de leur représentation de leur espace. En Angleterre, on les appelle les Parish maps. et certaines se donnent à voir en ligne comme celles de Combe Martin ou Aveton Gifford dans le Devon.

En France les projets commencent à voir le jour, sans qu’une dénomination précise ait été arrêtée. Plusieurs proposent des enregistrements sonores à écouter. Il est ainsi possible de parcourir  la ville de Paris dans une visite toujours en mouvement à travers des prises de son (paysages, ambiances, promenades perceptions) ou des entretiens sur http://www.ecouterparis.net. Imaginé par l’atelier du bruit, le projet a été  soutenu par la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) et la Fondation de France, avec des ateliers dans les quartiers menés en collaboration avec la Cité de la musique. Ecoutez par exemple, la poétique promenade sonore de Nicolas Frize à travers le 10e arrondissement ou les cris d’un chiffonnier ferrailleur dans les années 1950 qui traverse le 2ème arrondissement. A Lyon, le 8e arrondissement a aussi son atlas sonore musical. Après deux années de recherches de terrain et de collectes musicales au sein du centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) auprès des habitants de ce quartier, Yaël Epstein et Françoise Morel ont mis en ligne leurs rencontres sous forme d’une carte à la fois précise et ouverte à l’imaginaire. Tout au long de la visite, il est possible de prendre dans un panier les fruits de la collecte, objets sonores dans lesquels on peut aller fouiller et en les activant, découvrir les chansons, les mélodies, les témoignages oraux…

La phonothèque de la MMSH, rêve aussi à la constitution d’une carte sonore, alimentée par les bases de données documentaires où pourraient puiser les futurs auteurs de “mappa di communità” ou autres cartes innovantes qui souhaiteraient introduire du son. Imaginez alors les croisements et les stratigraphies de mémoires que cela pourrait engendrer… Il reste à trouver l’outil qui permette de le faire facilement tout en conservant le contexte et les métadonnées des enquêtes de terrain.

 

Fiesole. Le bureau des récits – Fiesole. L’Officina del racconto

 

Le 3 mars prochain se tiendra à Fiesole la première rencontre d’un bureau (une “officina”) tout à fait particulier, celui des récits de Fiesole  (L’officina del racconto. Voci, memorie, territorio = Le bureau des récits. Voix, mémoires et territoire). Promu par l’association culturelle “Fiesole Futura”, ce projet s’insère dans un parcours de connaissances, de savoirs et de valorisation du territoire de Fiesole, engagé à repenser son propre patrimoine culturel. L’objectif de cette journée est d’ancrer le projet de recherche “Ecoute et collecte du patrimoines oral sur le territoire de Fiesole” dans un contexte scientifique, en s’appuyant sur les compétences et les intérêts des différents acteurs du projet.  Les biographies, les témoignanges thématiques, les traditions orales, les perceptions du changement sont des espaces où s’expriment les cultures locales dans le grand mouvement de l’histoire. S’engager dans la reconnaissances des éléments culturels partagés est une entreprise collective dont les protagonistes sont les habitants du territoire, qui peuvent eux-même participer à cette recherche. La journée est ouverte à tous, elle a lieu dans la salle Basolata de la Mairie de Fiesole.

Tout en cherchant, en écoutant, en archivant, en diffusant, en créant…

Le matin,

Modérateur :  Paolo De Simonis

Pietro Clemente, professeur d’anthropologie culturelle, Université de Florence, “I Paesaggi delle voci e lo sguardo antropologico”

Valentina Zingari, anthropologue,  Simbdea, “L’ Officina del racconto: genesi di un progetto. Le trame narrative locali e il patrimonio culturale immateriale come costruzione sociale”

Nadia Breda, Université de Florence et Lilli Bacci, anthropologues, “Osservare, ascoltare e interrogare i luoghi. Gli strumenti dell’etnografo, tra immagini e parole”

Silvia Mantovani, architecte et paysagiste, “Il paesaggio racconta. Mappe di comunità e interpretazioni partecipate come narrazioni della Storia e delle storie di un territorio”

Alessandra Micoli, anthropologue, Ecomusée urbain métropolitain de Milan Nord, “Ecomusei come strumenti di partecipazione. Biografie e patrimonio. Esempi di progetti in corso»

Débats et pause déjeuner

L’après-midi,

Moderateur : Valentina Zingari

Véronique Ginouvès, Phonothèque de la MMSH (Maison Méditerranéenne de Sciences de l’homme) Aix-en-Provence, “Ascoltare gli archivi orali. L’esperienza in corso del portale del patrimonio orale.”

Fabio Dei, Université de Pise, “Politiche e poetiche della memoria per fare territorio”

Giovanni Contini, Ville de Florence , “Verba Manent, voci on-line. Esperienze toscane di raccolta e trasmissione delle fonti orali”

Alessandro Andreini, Région Toscane, “I custodi delle voci, esperienza di censimento di archivi audiovisivi per la Toscana. Ragioni prospettiche”

Silvia Calamai, linguiste, Université de Sienne, “Verso la costruzione di un archivio sonoro di Toscana: il progetto Grammo-foni. Le soffitte della voce (Gra.fo).

Débat

18h Eléments de conclusion par Pietro Clemente

 

Texte italien / Testo in italiano

Scopo della giornata di studio è ancorare il progetto di ricerca, ascolto e raccolta dei patrimoni narrativi e orali del territorio fiesolano in un contesto di studi, competenze e passioni. Promosso dall’associazione culturale “Fiesole Futura”, il progetto “Fiesole Officina del racconto” si inserisce in un percorso di conoscenza e valorizzazione del territorio fiesolano, impegnato a ripensare il proprio patrimonio culturale. Le biografie, le testimonianze tematiche, le tradizioni trasmesse oralmente, la memoria storica del territorio, i saperi e le rappresentazioni narrative dell’ambiente e del paesaggio, le percezioni del cambiamento sono luoghi espressivi delle culture locali nel movimento della storia. Impegnarsi nel riconoscimento di tratti culturali condivisi è impresa collettiva, i cui protagonisti sono gli abitanti del territorio, ma alla quale la ricerca e le tradizioni di studio possono contribuire.

RICERCANDO_ASCOLTANDO_ARCHIVIANDO_DIFFONDENDO_CREANDO

ore 10, Saluti delle autorità

Moderatore: Paolo De Simonis

ore 10,30, Pietro Clemente, professore di antropologia culturale, Università di Firenze, “I Paesaggi delle voci e lo sguardo antropologico”

11, Valentina Zingari, antropologa, Simbdea, “L’ Officina del racconto: genesi di un progetto. Le trame narrative locali e il patrimonio culturale immateriale come costruzione sociale”

11,30 , Nadia Breda, antropologa, Università di Firenze, Lilli Bacci, antropologa, “Osservare, ascoltare e interrogare i luoghi. Gli strumenti dell’etnografo, tra immagini e parole”

12, Silvia Mantovani, architetto e paesaggista, “Il paesaggio racconta. Mappe di comunità e interpretazioni partecipate come narrazioni della Storia e delle storie di un territorio”

12,30, Alessandra Micoli, antropologa, Ecomuseo urbano metropolitano Milano nord, “Ecomusei come strumenti di partecipazione. Biografie e patrimonio. Esempi di progetti in corso»

Dibattito e pausa pranzo

Moderatore : Valentina Zingari

15, Véronique Ginouvès, MMSH (Maison Méditerranéenne de Sciences de l’homme) Aix-en-Provence, “Ascoltare gli archivi orali. L’esperienza in corso del portale del patrimonio orale.”

15,30, Fabio Dei, Università di Pisa, “Politiche e poetiche della memoria per fare territorio”

16, Giovanni Contini, Sovrintendenza di Firenze , “Verba Manent, voci on-line. Esperienze toscane di raccolta e trasmissione delle fonti orali”

16,30, Alessandro Andreini, Regione Toscana, “I custodi delle voci, esperienza di censimento di archivi audiovisivi per la Toscana. Ragioni prospettiche”

16,30, Silvia Calamai, linguista, Università di Siena, “Verso la costruzione di un archivio sonoro di Toscana: il progetto Grammo-foni. Le soffitte della voce (Gra.fo).

 

17, 40, Dibattito

18, Pietro Clemente: note di conclusione

 

Chanter français et parler piémontais. Répertoire chanté en Val Germanasca


Dans les années 1980, Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour,  Mariano Fresta et Danielle Dossetto rencontraient plusieurs habitants du Val Germanasca, vallée vaudoise du Piémont italien. Ils étaient accompagnés de leurs étudiants qui effectuaient leur stage de terrain de licence d’anthropologie.

Autour des questions relatives à la vie quotidienne et à l’histoire orale de cette vallée, les enquêteurs ont pu, entre autres, recueillir 150 chansons de répertoires traditionnels en français et en italien. Ces enquêtes ont été déposées à la phonothèque de la MMSH en 1994. Au coeur de ce fonds, trois chanteurs en particulier révèlent une quantité impressionnante de chants :  Robert Tagliero, Emmanuel Barrus et Aldo Richard. Pour l’un le timbre est clair, travaillé, le vibrato est inspiré des chanteurs italiens du début du 20e siècle, ses conditions de chant exigeantes. Pour les autres la voix est plus rocailleuse, plus proche de ce que l’on croirait pouvoir entendre en plein champ ou au travail. C’est ce qui fait, d’un premier abord, tout l’intérêt du croisement de ces différents types d’interprétation d’une même chanson. Qu’elles relate un amour contrarié ou tragique (soldat tombé au combat, abandon d’une amante), un drame domestique (femme d’un alcoolique, tentative de parricide) ou la vie quotidienne des filles et des gars des campagnes (bergère repoussant des galants, travailleurs migrants) ces chansons témoignent toutes d’un quotidien difficile, commun à toutes les régions paysannes des 19e et début du 20e siècle, d’une pratique du chant comme moyen de se distraire, d’apprendre des nouvelles de l’extérieur et, aussi, des leçons de vie. Ces chants prenaient leur place dans des espaces temps propices à l’écoute (veillées, pacages, travaux divers). Certains, très longs (plus de trente couplets attestés) relatant des événements guerriers ou des faits divers, chantés lors des veillées, se sont perdus par manque de pratique. Les trois chanteurs interprètent quasiment sans accent leurs morceaux en français, alors que leur prononciation du français parlé est plus accidentée. Quelques uns sont en occitan. Ils donnent parfois la version italienne de la chanson lorsqu’elle existe. Ils commentent ces airs en piémontais ou en français et, par analogie ou en lisant leur imposant cahier de chansons, parcourent leur répertoire personnel. Les chansons ont été retranscrites par leur soin ou par leurs parents après avoir été apprises “d’oreille” pour quelques unes.

L’attachement à la langue française est fort, hérité des communautés vaudoises d’origine française1, des liens tissés au fil des générations avec les régions françaises voisines, les migrations saisonnières pour s’embaucher sur différents chantiers. Des chants en ont été ramenés de ces voyages, on peut en retrouver des versions un peu différentes dans d’autres régions françaises et répertoriées dans les travaux de Patrice Coirault (les belles endormies, chansons de conscrits).

Les chanteurs de ces enquêtes possèdent chacun un cahier de chanson, parfois illustré, qui leur vient de leurs parents. Christian Bromberger, dans son article, attribue la richesse exceptionnelle du patrimoine chanté, sa conservation et sa transmission à une forte diffusion de l’écriture, issue des générations vaudoises, lisant directement la Bible et valorisant l’écrit et son apprentissage. Au cours des entretiens, les informateurs se réfèrent sans cesse à leur cahier, feuillé inlassablement, avant d’en interpréter une chanson, même s’ils la connaissent par cœur.

Dans son analyse, le chercheur note que les chants enfantins (berceuses, rondes), les airs à danser et ceux du cycle carnavalesque ne sont pas présents dans ces cahiers, de même que les chants en langue de tradition presque exclusivement orale (provençal ou piémontais). Par contre y sont surreprésentés les complaintes, les chants historiques et les pastourelles, textes en français ou en italien dont l’écriture a fait l’objet d’un apprentissage. En conclusion, Christian Bromberger explique que “la condensation à travers l’histoire d’apports hétérogènes” des différentes migrations, plus qu’un “répertoire spécifique de chants indigènes”, ont donné “la richesse et l’originalité du patrimoine vocal du Val Germanasca et des autres vallées vaudoises du Piémont”.

Au sein de la collection d’enregistrements déposés, il nous est permis de découvrir toute l’ampleur esthétique d’un chant, par sa version initialement recueillie auprès d’un ancien mineur, par exemple pour les morceaux “En revenant de Lille j’ai fait l’amour à une fille” ou “Le pauvre vigneron”, et leur version polyphonique, par le même informateur accompagné d’un deuxième chanteur.  Dans cet exercice, plus proche du contexte traditionnel de chant, les voix, comme les chanteurs, prennent toute leur place et la musicalité du morceau ses couleurs. Ils nous plongent dans une certaine perception de leur réalité, de leur plaisir du chant et, de leur vécu.

Crédits photographiques : Border Dynamics– Tucson, Arizona, photographie de Daquella manera.  Licence CC.

  1. voir l’article de Christian Bromberger, Les chansons ”populaires” : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine, In ouvrage collectif Gens du Val Germanasca, Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Documents d’ethnologie régionale, vol. 13 Université de Provence, 1994. []

Des archives à la scène : la mémoire orale à l’ère du numérique

http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=615&s=17&v=9&c=4461&id=235535

L’association Archivi del Sud ne se contente pas de collecter, numériser, structurer et mettre à disposition des documents sonores enregistrés sur le terrain. Depuis sa création elle se préoccupe aussi de valoriser et diffuser ces enregistrements. En effet, à quoi peut bien servir l’investissement gigantesque dans la sauvegarde et le catalogage des documents sonores si les enregistrements de terrain demeurent cachés au plus grand nombre ou ne sont accessibles qu’à ceux qui possèdent les clés du savoir ? Le projet « De l’archive à la scène » appartient à cette dynamique : faire sortir de la boîte à archive le patrimoine culturel pour qu’il puisse nourrir le plus grand nombre.


http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&s=17&v=9&c=4461&id=240947

Pour cela l’association a inventé un nouveau moment de convivialité, à l’image des veillées où se transmettaient les histoires après les rudes journées de travail agricoles : Le fiabe a merenda. Les fables ne se racontaient pas au goûter mais peu importe, c’est une façon d’écouter et de grignoter comme à la veillée, car la cuisine appartient, elle aussi à la joie du partage et aux souvenirs. Voilà comment depuis, Archivi del Sud parcours le monde en racontant les archives qu’elle engrange depuis des années, au moment du goûter. Pourtant le mot même de « goûter » n’existe pas en sarde : en Sardaigne on peut prendre le petit-déjeuner (immulzare), le repas de midi (bustare) et celui du soir (chenare) mais le goûter est une invention moderne qui a échappé à la langue sarde. Alors comme pour nous dire que les traditions sont là pour être bouleversées, dans les Fiabe a merende, entre chaque récit, le conteur offre un goûter à ceux qui l’écoutent. Après l’histoire de Pauleddu, le petit berger qui déclenche une tempête pour avoir recherché l’origine d’un chant merveilleux qu’il entend la nuit et qui émane d’une fée, le premier goûter est constitué de « Crêpes di pane carasau con formaggio peccorino grattugiato ». Le pain carasau, en Sardaigne est le pain que les touristes appellent « carta da musica », un pain très fin cuit deux fois, qui se conserve longtemps dans les biasses de cuir de bergers. Il a pris le nom de carta da musica car il est si dur et si fin qu’il est possible de le faire sonner comme un tambourin. Il semble qu’en parlant de pain on s’éloigne des archives sonores mais pas du tout, le pain a une place importante dans la société rurale sarde et souvent dans les histoires il est question d’enfants qui ont faim, leur curiosité et leur astuce les poussent à rechercher le moindre quignon. D’ailleurs, outre la carta da musica, il y a toute une diversité de pains en Sardaigne et le meilleur est toujours celui qui a un levain naturel. L’occasion d’écouter le deuxième conte, récit de la légende du levain découvert par la fille de Sainte Anne, la petite Mariedda qui l’a vole à la vieille  sa sabia Sibilla. Le second goûter qui suit son histoire est celui des paysans, à base de tranches de pain accompagnées d’huile d’olive, de tomate et de sel. Les oreilles et les estomacs sont donc déjà bien garnis lorsque débute le récit de Saint Antoine et de sa ruse pour récupérer du feu en Enfer. Il faut bien que les hommes puissent se réchauffer, cuire leur nourriture et le pain bien entendu. Car voilà déjà la Terza merenda, le délice de Ricotta e miele. La Ricotta des bergers, douce et blanche comme la neige, posée sur un morceau de pain carasau et sur laquelle le miel est délicatement déposé, formant une dentelle sucrée…

Ce délicieux spectacle produit par l’association Archivi del Sud a traversé la Sardaigne depuis 2006, à travers de nombreuses villes et village mais aussi des festivals, dont le magique Festival del racconto Mille e un Nurraghe.  Il est une façon magnifique de faire vivre les contes en les rattachant à la vie quotidienne, aux joies et aux échanges qu’ils peuvent générer. Pour ne pas se priver de continuer à écouter, la revue de l’association, Contos, raconte cette aventure et propose une carte postale sonore, créée par Enzo Favata musicien sarde où l’on peut saisir un instantané de l’île, des bruits du travail agricole aux ambiances de fête (où l’on entend – encore ! – les Mamuthones) en passant par la voix des conteurs. A chaque spectacle, les contes changent, les goûters demeurent ! Enedina Sanna est celle qui transmet inlassablement depuis la création de cette association, qui a toujours oeuvré pour que le patrimoine immatériel ne soit pas enfoui dans des boîtes d’archives, qu’il se promène, qu’il chante, qu’il danse, qu’il mange et nous repaisse… Enedina Sanna viendra nourrir vos oreilles des contes sardes en langue française au Festival des conteurs de Francette Orsoni, le 26 et 29 novembre 2010 : n’hésitez plus à faire un goûter !

Crédits photographiques : Orgosolo, murales  2007/02/06, http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=235535 et Pane carasau par Maisto Alberto, 2007/10/17, http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=240947Images sous Creative Commons

Musiche tradizionali in Abruzzo : les collectes de Diego Carpitella

Diego Carpitella (1924-1990) était un ethnologue et ethnomusicologue qui a longtemps arpenté l’Italie pour collecter des enregistrements, des images et des films de la société rurale italienne qu’il voyait disparaître. Entre 1968 et 1970, il est nommé professeur d’histoire de la musique à l’Université de Chieti, dans les Abruzes. A cette époque, il a déjà enregistré plus de 5000 chants de tradition orale sur tout le territoire en collaboration avec Ernesto de Martino (entre 1952 et 1958) et Alan Lomax (entre 1952 et 1954). Lorsqu’il prend son poste à l’Università D’Annunzio, il est convaincu qu’il en est fini de la transmission orale, que la société industrielle et l’exode rural ont bouleversé le monde paysan et que le collectage sur le terrain n’apporte que des bribes de mémoire d’une vie culturelle qui n’existe déjà plus. Pourtant, à l’occasion d’un travail de « Tesi » d’un étudiant de lettres, Ferdinando d’Amario originaire de la région de Chieti, il va participer à une série d’enregistrements et se laisser surprendre par la vitalité des chants et de la musique traditionnelle de cette région pauvre et montagneuse.

Cette aire géographique il la connait bien pour avoir écouté les enquêtes de son collègue Giorgio Nataletti, enregistrées entre 1948 et 1949 et celles d’Alan Lomax en 1954. Il connait certainement aussi celles de Don Nicola Jobbi, enregistrées en19681 et celles d’Elvira Nobilio en 1958 et 19592. Il a lu les différents catalogues établis par les folkloristes du 19e siècle, et en particulier Gennaro Finnamoro, médecin arpenteur infatigable de la région de Chieti qui a transcris de nombreuses chansons et dont Flippo de Cinque a établi les partitions. Enfin, il a beaucoup collecté dans la région voisine des Molises, à la fois proche et lointaine culturellement.

Sur le terrain, fidèle à sa démarche d’ethnomusicologue à la recherche de littérature orale, Diego Carpitella n’enregistre sur ses 19 bobines que ce qu’il considère comme des « oeuvres orales » : chanson, proverbe, comptine, poésie, morceau instrumental, conjuration… En tout, entre le 28 juin et le 6 juillet 1970, il recueille 148 documents sonores. C’est cette collecte que publie aujourd’hui l’Academia di Santa Cecilia dans sa collection aEM et que Domenico di Virgilio nous présente, accompagnée d’un disque compact qui nous donne à entendre trente-neuf extraits sonores. Un article de la linguiste Annunziata Taraschi3 vient éclairer la langue des textes interprétés. Elle s’appuie là encore sur Gennaro Finnamore, lui même natif de Gessopalena – un des lieux de la collecte -, qui publia en 1880 un Vocabolario dell’uso abbruzzese (1880).

Ainsi, dans la province de Chieti, en neuf jours, Diego Carpitella a enregistré dans les villages de Civitella-Messer-Raimondo, Palena, Gessopalena et Quadri. La voix, et surtout la voix des femmes, domine la collecte (119 morceaux sont pour voix seule) ; une trentaine sont des morceaux instrumentaux et là c’est l’accordéon diatonique qui l’emporte. Dans ces années 1970, il a déjà remplacé tous les autres instruments (zampogna, guitare battante, violon) avec, comme fonction principale, l’accompagnement de la danse.

Une voix grave nous salue : “Ora me ne varzë sòpra un petalo di vasanicòlë, mille buongiòrno lë lascio al fratello Nicolë” (Maintenant je m’en vais sur un pétale de basilic, mille bonjour au frère Nicolas – plage 25). Ce disque est un voyage étrange dans des traditions ancestrales qu’il nous semble connaître. Les chants issus du travail collectifs, la récolte du blé et son battage, la cueillette des olives (plages 4, 6, 10, 11, 13), sont quasiment hurlés. Domenico Di Virgilio démontre cette énergie en visualisant des sonogrammes mais l’auditeur ressent à l’écoute la contraction excessive des muscles du cou du chanteur. Dans ce répertoire, il y a aussi des expériences à partager. Par exemple, si votre fils est atteint de la teigne ou de “crispella” (streptocoque de Fehleisen), essayez donc les exorcismes formulés à Palena (plages 16 à 19), comme alternative à la médecine classique. Pour endormir un bébé, tentez de reproduire ces redoublements de la dernière vocale des refrains que l’on entend dans les berceuses (plages 35-36), la sensation de sanglot le calmera. Les modes musicaux et des timbres des voix nous transportent dans un monde oublié. Parmi les enregistrement les plus archaïques, écoutez le “chant à la balançoire” (plage 15) que Gennaro Finamore avait lui même collecté au début des années 1900.  Son interprétation est bien loin de la littérature enfantine où ce type de chant a été relégué par les folkloristes. Ce voyage à travers le temps dans lequel nous plonge cette documentation sonore est émouvant ; il nous aide à reconstruire le monde des musiques traditionnelles.

Références de l’ouvrage : Musiche tradizionali in Abruzzo. Le registrazioni di Diego  Carpitella (1970), a cura di Domenico Di Virgilio,  2010, € 20.

Crédits photographiques : Trebbiatura con cavalli, 1953, image reproduite avec l’aimable autorisation de Gino Di Guglielmo, sur le site Com’eravamo.

  1. dépôt à la discoteca di Stato, Rome []
  2. dépôt au Circolo Gianni Bosio, Rome []
  3. Parole, combinazioni e suoni nel dialetto cantato []

Documentation du fonds Olivier Féraud : mon expérience de stagiaire à la phonothèque de la MMSH

Je me répétais: tu sais que dans les moments importants de ta vie tu as de la chancetu trouveras… de nouveau étudiante à presque 30 ans, un peu frustrée par mon accent étranger, j’avais besoin de trouver un stage pratique qui puisse correspondre à mon Master Monde du Livre à l’Université de Provence. J’ai été acceptée à la Médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, un campus de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, spécialisé sur le monde méditerranéen. Cette médiathèque constitue un important appui documentaire pour les étudiants en sciences humaines et sociales. Elle est constituée de trois services (la bibliothèque, l’iconothèque et la phonothèque) qui rassemblent des fonds et des collections en provenance de divers laboratoires de la MMSH.

Je suis restée une semaine dans chacun des services et mon expérience à la phonothèque a été particulièrement riche car j’ai pu suivre un projet du début à la fin. Le projet du stage portait sur le traitement documentaire d’enquêtes de terrain réalisées dans le cadre de la thèse de doctorat d’Olivier Féraud, rattaché au  LAIOS, Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire des Institutions Culturelles. Ethnomusicologue, Olivier Féraud a réalisé en 2003 un mémoire de maîtrise intitulé Les voix du marché : le cri de marchand et son écoute, sous la direction de Bernard Lortat-Jacob. Il est également  musicien, luthier et chercheur en archéomusicologie. Consultable en ligne sur TEL, sa thèse, Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples propose une approche pluridisciplinaire où la production sonore se révèle le centre de la vie sociale du quartier, mettant en avant les relations des acteurs quotidiens.

Il ne s’agissait pas de numérisation puisque les enquêtes étaient déjà au format numérique : Olivier Féraud avait réalisé ses enquêtes au format Wave. Mon travail consistait principalement à les écouter ou visionner les films (formats mov, m4v) pour que je puisse les analyser et les cataloguer. Pour chaque enregistrement, je rédigeais un résumé explicitant le contenu et le contexte de la production,  ses caractéristiques, le but de l’émission vocale et remplissais les différents champs de la base de données. Je travaillais sur le logiciel documentaire de la phonothèque, Alexandrie. Aucun détail qui pourrait définir le mieux un document sonore ne devait pas échapper à cette analyse. Alors pour chaque enquête j’indiquais ainsi la cote, le numéro d’inventaire, le nom de l’enquêteur et de l’informateur, le genre du document (ex: expression vocale, paysage sonore), la durée de l’enregistrement, les noms cités, les lieux cités, les instruments, les descripteurs, la production et technique du son, sa qualité. Avec l’aide de Marie Doumain qui travaille depuis deux ans à la phonothèque, j’ai réussi à comprendre  le fonctionnement d’un thesaurus documentaire et appris à sélectionner les descripteurs. Une fois les données validées par la responsable du service, j’ai imprimé un catalogue pour le chercheurs avec des index afin que lui aussi relise et reprenne éventuellement le travail réalisé. Enfin, avec l’accord du chercheur et en fonction de la volonté des informateurs, les enregistrements sonores ont été mis en ligne en lien avec les notices documentaires.

Les 23 enregistrements sonores enregistrés à Naples, constituent un corpus d’une durée totale de 43 minutes à laquelle s’ajoutent 6 séquences audiovisuelles, d’une durée totale de 40 minutes. J’ai découvert un paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouaient dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural. Pour tout documenter, je me suis appuyé sur le Guide d’analyse documentaire du son inédit et bien évidemment sur la thèse d’Olivier Féraud qu’il considère une approche pluridisciplinaire en abordant des aspects relevant de l’anthropologie sociale, la microsociologie, l’anthropologie urbaine, l’anthropologie de la communication, la sociolinguistique, l’anthropologie sensorielle et la prosodie.

Maintenant peut-être avez-vous la curiosité de faire la connaissance de Pino qui lance des appels exposant les attributs du poisson d’une voix incisive pour susciter l’urgence et l’envie ? Je vous laisse vous imaginer son âge, son portrait, son histoire racontée par ses mélismes.

Impossible de ne pas tambouriner le rythme en écoutant une “tammurriata” pendant la fête de Monte Somma, mieux connu sous le nom de “Vésuve”, interprétée pour vous par le groupe ‘A parenz’ d’Auniundo .

Enfin, malgré la chaleur de l’été l’envie vous viendra peut-être de vous préparer des marrons chauds en écoutant un castagnaro (vendeur de marrons). Ce n’est pas grave si vous ne connaissez pas la langue napolitaine, ses explications sont sous-titrées en français.

Olivier Féraud a réussi à associer l’image et le son dans des diaporamas, sorte de “films sonores” qui offrent une nouvelle façon de contextualiser les enquêtes orales. L’un d’entre eux vous invite à la fête qui a lieu le mardi in albis, après les Pâques. Tout en écoutant un canto sul tamburo, des photos des chanteurs avec leur auditoire glissent sous vos yeux.

A vous désormais de reconstituer le puzzle de ce quartier populaire de Naples !

Crédits photographiques : Alina Zaharia, la station de numérisation de la phonothèque de la MMSH.

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Un documentaire sur les Mamutones de Mamoiada (Nuoro, Sardaigne) : à la recherche d’informations

Le défilé des Mamutones du village de Mamoiada (Nuoro, Sardaigne) se pratique encore et on trouve sur YouTube plusieurs dizaines de films sur ce rituel très ancien. Parmi eux, j’ai découvert ce documentaire qui couvre la journée de carnaval. Il nous transporte dans ce petit village de la province de Nuoro où nous allons pouvoir observer tous les habitants au coeur de la fête. Les Mamutones défilent sur leurs pas de danse boiteux, faisant sonner leurs cloches sur leur dos, tandis que les Issocadores les encadrent et lancent en riant et en plaisantant, leur lasso (soca) pour tenter d’attraper quelqu’un dans le public. Les mamutones parcourent le village, s’arrêtent parfois pour boire un verre, toujours silencieux. Ils traversent à plusieurs reprises la grande place du village où les attendent les habitants en déroulant les chaînes du ballu tundu et que joue l’accordéon. Un carnaval triste qualifié “de miel amer” par le commentateur. Daté approximativement des années 1950 par le déposant sur YouTube, il n’y a aucun nom de réalisateur – ou autre auteur – indiqué dans le générique sur le support. La seule information est le titre : “I Mamuthones”. Peut-être qu’un internaute pourra m’indiquer d’autres informations ? Merci par avance.