Archives par mot-clé : Italie

Matera, capitale européenne de la culture 2019 : appel à archives !

Les 9 et 10 février 2017, s’est tenu à Matera, à l’université de la Basilicate, une première réunion1 sur la mise en place de l’Istituto Demo-Etno-Antropologico (I-DEA). La création de cet institut fait partie des projets phares2 qui vont participer à la mise en place de Matera  capitale européenne de la culture 2019. Un de ses axes est celui de réunir, de façon virtuelle sur un site encore à créer, le patrimoine historique et culturel de la Basilicate, abrité sur son territoire et dans le monde – en effet de nombreux chercheurs étranger, en particulier des anthropologues, sont venus étudier ce territoire « exotique ». L’objectif est de valoriser l’histoire et la culture de ses habitants par ses habitants et leurs archives, de rendre cette matière accessible à tous et qu’elle fasse, le plus possible, l’objet de ré-usage et de re-création.

Dans ce projet, John Cage (1912-1992)  qui s’est positionné à certains moment de son oeuvre comme un « curator » / commissaire d’exposition3 est l’un des inspirateurs de Joseph Grima, à l’origine du  dossier qui a permis la nomination de Matera capitale européenne de la culture, publié en octobre 20144. Au cours de l’année 2019, des artistes en résidence – ou d’autres acteurs culturels ou scientifiques – pourront s’emparer des fonds d’archives qui auront été repérées au préalable pour réaliser des oeuvres, des installation ou des conférences. L’ambition est de proposer des interprétations toujours en changement, en fonction des artistes qui découvriront la matière : les archives autour de la ville de Matera et plus largement de la Basilicate – sans oublier celles issues de la parole des habitants, archives vivantes qui ont participé à l’histoire de leur ville.

La première journée a été avant tout une présentation du projet auprès des différents experts invités suivie d’échanges avec les membres de l’équipe de la fondation Matera-Basilicata 2019 afin d’organiser les actions et les événements à venir dès 20175 et le compte rendu est d’ores et déjà en ligne. La seconde réunion s’est tenue la matinée du lendemain6. Elle a permis de lancer les bases d’un premier inventaire et de préparer l’organisation d’un colloque international qui se tiendra à Matera en mai 2017 avec le soutien de l’équipe du département Cultures européennes et de la Méditerranée / Culture europee e del Mediterraneo de l’Université de la Basilicata dirigé par l’anthropologue Ferdinando Mirizzi7 et collaboration avec Pietro Clemente, anthropologue qui a placé au coeur de sa recherche le récit de vie et l’enquête orale8.

Ce billet est l’occasion de faire un point sur les archives que l’on peut trouver en ligne sur la ville de Matera et plus largement de la Basilicate. Les documents sont extrêmement dispersés, le défi est encore à relever et se fera au fur et à mesure de l’avancée du projet.  Vous trouverez ci-dessous, les résultats d’une première recherche très large d’archives prioritairement sonores et audiovisuelles sur la ville de Matera et plus largement la région de la Basilicata.

Ce billet est aussi l’opportunité de lancer un premier appel à leur repérage : n’hésitez pas à signaler celles que vous aurez repérées de votre côté ! Merci par avance de vos retours.

Premier repérage
des archives accessibles en ligne
et librement réutilisables
sur la ville de Matera

et plus largement de la région de Basilicate

Sur Internet archive, cette bibliothèque virtuelle multimédia ouverte et universelle, ce sont plutôt des ouvrages que l’on trouvera mais ils sont assez nombreux et intéressants pour être signalés, aussi bien sur Matera que sur la Basilicata. Par exemple, plusieurs éditions de l’ouvrage de 1818 de Francesco Paolo Volpe  Le Memorie storiche di Matera 9 sont accessibles ainsi que d’autres ouvrages numérisés par la bibliothèque centrale de Rome, comme ce texte de 1629 Erminia pastorella intermedio primo. Del dottor Horatio Persio da Matera patritio romano. Plus largement, sur la Basilicata, on y trouve des récits de voyage (1826)10 ou de tremblements de terre dans la région en 186511, ou encore de brigandage aux temps de Fra Diavolo jusqu’en 1811 publié en 187312 comme un essai sur la délinquance en Basilicate de 190413.

En Europe :

Mémoires audiovisuelles de la Méditerranée – MedMem : ce programme européen, terminé en 2014, a permis de réunir 4000 archives audiovisuelles accessibles gratuitement en ligne, sur un site trilingue, offrant un regard croisé sur le patrimoine de l’ensemble du bassin méditerranéen. Une émission télévisée de la RAI, du 24 janvier 2009, porte sur la ville spécifiquement, sous le titre Les pierres de Matera: la ville cachée (9min) : http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00248

Quatre autres émissions – toujours produites par la RAI – portent, plus largement, sur la région de la Basilicate :
Investissements à la Basilicate, production propre de la RAI en 2008 (2min) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00458
Rionero in Vulture, production propre de la RAI en 2008 (11min 39s) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00406
Les chèvres du Frioul– Forenza et sa tradition : ce reportage de la RAI (2008) présente plusieurs thématique et se termine par une présentation de Forenza ville de Basilicate qui produit le fromage du Templier (14min) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00462
Le silence des sommets, documentaire de la collection Cose dell’altro Geo, 2010 (6min 9s) : http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00290

Europeana, le catalogue collectif des bibliothèques en Europe permet de retrouver :
Des enquêts orales : les collectes enregistrées par Diego Carpitella et Ernesto De Martino comme cette berceuse (Costantino Albanese, 1954) ou la chanson Fosse vedute la mia brunettella (Pistici, 1952). Une autre collecte a été réalisée en 1975-1976 sur cette région par Aurora Milillo, accompagnée parfois par d’autres chercheurs dont Diego Carpitella. Malheureusement il s’agit seulement d’un repérage puisque l’Academia de Santa Cecilia à Rome qui est dépositaire de ces enquêtes, ne permet pas l’écoute en ligne de ces archives.
Des articles de presse sur la Basilicata issus du journal Il Popolo ;
Le film de Roberto Rossellini (1962) réalisé à partir d’archives : Benito Mussolini, dalla marcia alla catastrofe où  l’on voit, rapidement, sur les murs des maisons de Matera des inscriptions vantant les mérites du Duce (env. à 10 min) comme une forme de clin d’oeil au récit enregistré en 1978 sur la base Memoro, d’un habitant de Calciano qui raconte « L’obbligo di iscrizione al partito fascista » ;
Des ouvrages numérisés comme  À travers l’Apulie et la Lucanie notes de voyage par François Lenormant (numérisé à l’université d’Oxford), ainsi que d’autres documents publiés dont un guide touristique issu du fonds de la Fondazione Ranieri di Sorbello qui traverse le Sud de l’Italie, dont la Basilicata : Italia meridionale (Touring club italiano and Bertarelli L.V.)
Des émissions télévisées sur Matera (7) et la Basilicata (11) se retrouvent sur Europeana ou sur le site EuScreen.

En France :

Les Archives ethnomusicologiques du CREM / LESC (Paris) : Le fonds d’archives sonores du CNRS – Musée de l’Homme rassemble des enregistrements inédits et publiés de musique et de traditions orales du monde entier, de 1900 à nos jours. Constitué de supports variés (cylindres, 78 tours, disques vinyles, cassettes, supports numériques). Sur la Basilicate et Matera en particulier, sont repérés uniquement des disques édités dont il serait intéressant de retrouver les documents de terrain inédits originaux :
Sounds of the earth, atlante di musiche tradizionle orel in Italia, vol. 1, enregistré entre 1964 et 2002
Basilicata, enregistrements de Diego Carpitella et Ernesto de Martino, 1952 (les documents originaux sont déposés à la phonothèque nationale à Rome).
Tradizione musicale del Materano, enregistrements de terrain de  Stella, Maria Carmela, Steven Feld, Elisa Piria et Nicola Scaldaferri, 2002 – 2004
Voir : http://archives.crem-cnrs.fr/search/?q=basilicata

La Cité de la Musique / Philarmonique de Parisdans les ressources numériques, on trouve un extrait du concert de Giovana Marini La tour de Babel (2 octobre 2009) qui interprète une de ses collectes qu’elle a enregistrée et transcrite elle-même : Mamma meamma, Lamentation pour le fiancé perdu en guerre14, à écouter en ligne (3min 36s).

Sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France on ne trouvera ni photographie, ni archive sonore ou audiovisuelle, mais toutefois :
11 cartes de la région de la Basilicata, dessinées entre 1589 et 1780.
990 livres évoquent la Basilicate ou portent sur cette région (mais tous ne sont pas en libre accès, certains sont seulement accessibles en extraits). On y trouve par exemple la Cronistoria documentata della rivoluzione in Basilicata del 1860 e delle cospirazioni che la precedettero (1895).
470 articles de presse en ligne évoquent la Basilicate ou portent sur cette région.

Une recherche dans les archives de l’Institut national de l’audiovisuel – Inathèque ne propose que peu de documentaires ou d’émissions sur la Basilicate. Deux sont à noter particulièrement.  Le premier est un magazine de 2011 qui évoque les gisements de pétrole exploités depuis 199615. Le second est un documentaire d’Arte, dans la série Paysages d’ici & d’ailleurs qui porte spécifiquement sur Matera, réalisé en 2014 par Jean Michel Vennemani16.

En Italie :

Le site Archivio sonoro Basilicata propose en ligne plusieurs extraits d’archives. Malheureusement, il n’y a pas de renvoi vers les inventaires et, malgré un contexte de recherche bien décrit, il manque la possibilité de fouiller dans les collections. On peut également regretter que les extraits, lorsqu’ils sont présents, ne puissent être « embarqués » et affichés sur d’autres sites. Rien n’est indiqué non plus sur les ré-usages possibles des documents mis en ligne. Ce site traverse toutefois les nombreuses  collectes (repérées d’ailleurs ensuite ci-dessous pour certaines) qui ont été réalisées au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle sur ce territoire et permet de découvrir les fonds de :
– l’Accademia Nazionale Santa Cecilia qui présente (sans écoute possible) les collectes de Diego Carpitella et Ernesto De Martino en 1952, 1954, 1956, 1963 et 1976 ;
Antonio Bellusci donne à entendre plusieurs chants de  la communauté albanophone de la Basilicate ;
Del Fra, avec deux films en ligne de 1960 : La passione del grano (1960) avec un texte d’Ernesto De Martino, et L’inceppata ;
Luigi Di Gianni, avec plusieurs films en ligne de cet ethnodocumentariste de l’école de de Martini, réalisés entre 1958 et 1971 ;
Steven Feld : plusieurs extraits sonores enregistrés par cet ethnologue qui parcouru la Nouvelle Guinnée et la Basilicate peuvent être écoutés en ligne sur les aired de Campanacci – San Mauro Forte, Tricarico – Campanacci, Matera et San Costantino Albanese ;
Mariko Kanemitsu de la Faculty of Education and Human Sciences, Yokohama National University (Japon) a filmé les danses traditionnelles de la Basilicate méridionale (4 archives) ;
Roberto Leydi, ce fondateur de l’ethnomusicologie italienne a réalisé plusieurs enregistrements en Lucania dont 7, enregistrés à Matera, peuvent être écoutés en ligne sur le site ;
Francesco, Marano, présente 7 films issus de ses recherches enanthropologie visuelle ;
Musée national des arts et traditions populaires / Nazionale delle Arti e delle Tradizioni Popolari (338 fichiers en ligne) ;
Franco Pinna, donne à voir des photographies de la Lucania en 1952, 1956 et 1959, en couleur et en noir et blanc ;
Nicola Scaldaferri, anthropologue à l’université di Milano, il enseigne l’ethnomusicologie et il dirige le LEAV (Laboratorio di Etnomusicologia e Antropologia Visuale). De nombreux fichiers sont proposés à l’écoute, accompagnés des images qu’il a réalisées avec le photographe Stefano Vaja ;
Teche Rai traverse 50 ans de productions télévisées sur la musique traditionnelle du Sud de l’Italie ;
Fondo Unibas 1996-1997 : ce fonds a été constitué sur l’impulsion de Pietro Sassu, ethnomusicologue à l’Université degli Studi della Basilicata de 1995 à l’année de sa mort, 2001 ;
Laboratorio di Etnomusicologia 2002 : coordonné par Nicola Scaldaferri à but pédagogique, les enregistrements ont été réalisés par Elisa Piria et Agostina Lavagnino,  les vidéos par Rossella Schillaci.

Leav  :  le site du Laboratoire ethnomusicologie et anthropologie visuel de Milan propose un article en langue anglaise qui présente des images, des vidéos et des sons capturés en Lucania dans les années 2000, offrant un large aperçu de la diversité des musiques et des traditions musicales de la région.

Les archives de l’Academia di Santa Cecilia (Roma) sont repérées sur plusieurs catalogues (cf supra) mais seul l’instrument de recherche est en ligne, rien ne peut être écouté.  Un ouvrage a été publié qui reprend les archives de 1952 de Diego Carpitella ed Ernesto de Martino accompagné de 3 disques cédés sous le titre Musiche tradizionali in Basilicata. On ne peut qu’espérer que ce projet soit l’occasion de libérer ces archives, bien commun de la Basilicate.

Dans l’Archivio diaristico nazionale (archive nationale des journaux et documents intimes), la recherche « provenienza geografica = matera » renvoie vers 14 journaux et documents personnels, datant pour la plupart de la fin du 20ème siècle, un petit carnet ((ADN-1427) est rédigé lors de la première guerre mondiale, un autre débute son récit en 1913 et le termine en 198917. Impossible toutefois de citer précisément les références et de consulter les carnets en ligne.

Le Circolo Bosio (Rome) est une association qui se préoccupe d’archiver la mémoire, la connaissance critique et la présence alternative des cultures populaires en Italie. L’association met à disposition les archives que Giovanna Marini a collecté en Basilicata ainsi que celles de Franco Coggiola mais elles doivent être consultées sur place, rien ne semble en ligne : http://www.circologiannibosio.it/archivio

[maj 2017-02-17]18 Le catalogue de l’Istituto centrale per i beni sonori ed audiovisivi nous signale de nombreuses archives issues de l’ancienne Discoteca di Stato. On peut regretter le site n’offre que quelques secondes en ligne qui donnent envie d’entendre la suite et surtout l’enquête dans sa continuité pour comprendre la démarche sur le terrain des chercheur.e.s
– La Raccolta dell’Archivio Etnico-Linguistico-Musicale della Discoteca di Stato : Folklore musicale italiano (Basilicata e Calabria). Cette collecte enregistrée par Carla Bianco qui s’est rendu en Basilicate en mars 1963 comprend une centaine de titres. Le catalogue présente quelques 240 séquences extraites de 8 bandes mais il est difficile de savoir ce qui fait partie de l’enquête de la Basilicate ou de la Calabre.
– Une collecte sur Matera : Tricarico, Garaguso, Ferrandina et Montescaglioso enregistrée par Aurora Milillo en avril 1980. 7 bandes (66 séquences) dont une autre collecte est déposée à l’Academia di Santa Cecilia. Une partie de cette collecte peut être écoutée sur l’Archivio della Basilicata, citée plus haut, comme étant issue du fonds du Musée national des traditions populaires. Une autre série d’enregistrements par la même collectrice, non datés, sur les contes de traditions orales, renvoie vers 37 autres titres.
– Dans le cadre de la « Carta dei dialetti / Carte des dialectes italiens » réalisée en collaboration avec le CNR, Minervini, Pantaleo, a enregistré la Parabola del figliol prodigo dans divers villages de la Basilicate en 1967.
Les quelques secondes que l’on peut entendre du début d’une archive de Leo Levi, donne quelques idées de la façon dont il a enregistré en 1968 les chants féminins (14 titres) qui figurent dans le catalogue en ligne.
– Sur le site de l’Internet Culturale, on trouve l’enregistrement d’une procession pour la festa della Madonna del Pollino, enregistrée par Nada Gitto, Grazia Magazzù, localisée à l’Istituto19.
– Enfin, dans l’inventaire papier en ligne de l’ancienne discoteca di Stato, on trouve aussi des enregistrements, entre 1968 et 1969, de contes dans différentes régions d’Italie, dont la Basilicate par Alberto Mario Cirese qui ne se retrouvent pas dans le catalogue en ligne.

Dans la  base de données Memoro – la banca della memoria, il est possible de faire une recherche par lieu et la région est riche de 47 récits, dont un a été enregistré à Matera et cinq l’ont été à Calciano.

Il manque encore de savoir où sont les archives d’Alan Lomax qui, de juin 1954 à janvier 1955, a  accompagné l’ethnomusicologue Diego Carpitella. Ils ont traversé l’Italie de la Sicile aux Alpes et enregistré plus de 3 000 morceaux. Dans une des publications, un morceau vient de la Basilicata,  d’autres archives sont signalées dans les catalogues. Certainement, Alan Lomax dont les archives sont désormais en ligne, aurait apprécié que celles enregistrées en Italie – où il avait été si heureux – le soient aussi…. comme sans doute les témoins, et leurs enfants ou les habitants des villages où ces témoins vivaient car ces chants sont appartiennent aux biens communs de cette région.

D’autres archives restent à découvrir : nous attendons vos signalements avec impatience !*

Un billet sur la mise en place du projet au sein de la Mairie de Matera par  Francesco Giusto : Matera 2019, riunitosi il cda della Fondazione. Emerse alcune novità (TRM Network, 18 février 2017).

 

*Il vous suffit d’ajouter un commentaire à ce billet ou de m’écrire directement pour que les informations soient ajoutées au billet et communiquée au groupe de travail.

Crédits photographiques :  extrait de la carte mentale, notes de la réunion du 9 février,  dessinée par Fedele Congedo, architecte.

 

 

 

 

  1. Le groupe de travail réuni les anthropologues Ferdinando Mirizzi (directeur du Dipartimento Culture europee e del Mediterraneo, Université de la Basilicate) et  Pietro Clemente (Docente di Antropologia culturale presso le Università di Siena, Roma e Firenze) ; Véronique Ginouvès, responsable le la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, CNRS – Aix-Marseille Université ). Les représentants de la fondation Matera-Basilicata 2019 qui étaient présents étaient Joseph Grima (inventeur du projet et concepteur de l’Open Design School), le designer Jan Boelen, (directeur artistique de Z33 et directeur de l’académie de Design de Eindhoven, LUMA Arles), Ekaterina Golovatyuk (architecte, chercheure, elle a participé au projet de restauration du musée de l’Hermitage. Francesco Marano et Vita Santoro, anthropologues à l’université de la Basilicate ont aussi participé à la réunion, ainsi que le directeur du projet Paolo Verri, Ariane Bieou (Manager culturel), Rossella Tarantino (Manager) Rita Orlando (Assistante). Les notes de la réunion ont été prises toute la journée par l’architecte Fedele Congedo,  sous forme de carte mentale. []
  2. D’autres projets vont être mis en place pour l’événement « Matera 2019 ». Par exemple, le 10 février une autre réunion clôturait la première phase d’une action déjà bien avancée, celle  de l’Open Design School dans le cadre de laquelle avait été organisée l’exposition Attraverso la città – La via del Sole qui se terminait à Matera le 12 février. []
  3. Joseph Grima fait référence à la  « composition pour musée »  qui avait été réalisée à la MOCA de Los Angeles puis reprise sous le titre « Rolywholyover A Circus » par Julie Lazar  en 1993 après la mort du compositeur, écrivain, philosophe et artiste visuel. L’exposition s’est ensuite déplacée au musée Guggenheim Museum SoHo,  au Art Tower Mito Contemporary Art Center à Tokyo et enfin au  Philadelphia Museum of Art en 1995. Pour l’artiste il était central que son son  univers  artistique ne soit pas gouverné par la subjectivité : John Cage y présentait des oeuvres sélectionnées au préalable mais visibles au public selon des principes aléatoires. Il s’agissait principalement d’œuvres d’artistes qui l’avaient inspiré, des objets empruntés à des musées locaux ainsi qu’une sélection de ses propres tableaux, estampes, partitions et objets quotidiens auxquels il accordait une importance particulière. L’idée de cette exposition en perpétuel mouvement était que le visiteur ne la reconnaisse pas d’une visite à un autre.  L’idée a été plus tard reprise dans d’autres cadres et en particulier dans une exposition « After Cage » qui a été présentée par Jan Boelen aux membres du groupe de travail du projet Matera 2019. []
  4. Dans un entretien avec Mariapia Ebreo pour Wired.it le 20 octobre 2014 « Joseph Grima ha un sogno. E racconta Matera, la sua Capitale della Cultura Europea« , il se confie : Matera est vraiment un laboratoire extraordinaire qui peut devenir un lieu d’expérimentation à étendre aux autres villes européennes, peu importe leur dimension pourvu qu’elles aient une vision. Je pense à de nombreuses villes qui ont eu un passé parfois traumatisant, qui ont subi de fortes transformations d’un point de vue économique, qui ont besoin de se réinventer et qui peuvent le faire à travers la culture. Cela ne signifie pas que les projets vont s’ajouter mais plutôt qu’ils vont s’intégrer à l’économie. C’est cette vision que nous avons, que nous devons réaliser non seulement à travers le tourisme mais aussi en intégrant la technologie, l’innovation, l’alimentation et l’art« – (traduction de V. Ginouvès []
  5. Le projet a connu des retards administratifs, relatés dans la presse par plusieurs articles dont celui de Roberta Carlini, « Per Matera capitale della cultura comincia la corsa contro il tempo« , Internazionale, 18 décembre 2016. []
  6. Ferdinando Mirizzo avait réuni son équipe, Francesco Marano et Vita Santoro, anthropologues, et deux doctorantes en anthropologie du département, ainsi que Véronique Ginouvès, MMSH. []
  7. De Ferdinando Mirizzi, sur Matera, vous pouvez lire en ligne Les Sassi de Matera, du scandale national au monument ethnologique, chapitre de l’ouvrage dirigé par Thierry Fabre et Anna Luso, « Les monuments sont habités ». []
  8. De Pietro Clemente, vous pouvez lire en ligne, traduit par Liliane Izzi, Biens culturels sans culture : le patrimoine ethnologique italien, chapitre de l’ouvrage dirigé par Thierry Fabre (2015). []
  9. La référence présentée est ici numérisée par l’Université de Californie. []
  10. Numérisé par l’University of Illinois Urbana-Champaign. []
  11. Ici numérisé par le Getty Research Institute. []
  12. Ici l’ouvrage est numérisé par la bibliothèque nationale centrale de Florence. []
  13. Ici numérisé par la bibliothèque de Harvard []
  14. Giovanna Marini, chant et guitare ; Patrizia Bovi, Francesca Breschi et Patrizia Nasini, chant []
  15. Les italiens ont du pétrole, Chaîne : France, diffusé le 28 mai 2011, à 18h35, collection Avenue de l’Europe, numéro de dépôt légal : CL T 20110528 FR3. []
  16. Diffusé le 13 novembre 2014, à17h48, numéro de dépôt légal : CL T 20141113 ART []
  17. ADN-1583 []
  18. Pietro Clemente m’a signalé cet institut extrêmement important dans l’histoire de la collecte en Italie e en Basilicata, qui a recueilli de nombreux enregistrements de terrain dont certains étaient déposés  à la Discoteca di Stato de Rome dont la disparition prévue par loi de l’Etat italien avait suscité un grand émoi signalé en 2012 dans ce même blog. []
  19. Archives non repérées dans le catalogue. []

Parution du nouveau bulletin de l’AFAS

En 2015, l’AFAS a modifié  son nom en ajoutant aux documents « sonores et audiovisuels » les document « oraux ». Désormais AFAS signifie Association des archives orales, sonores et audiovisuelles. En effet, depuis quelques années l’histoire orale et les archives orales étaient de plus en plus présentes dans les articles du bulletin. Il en va de même dans ce nouveau numéro 41 qui vient de paraître (hiver 2015).

Florence Descamps, présidente de l’associationn nous présente, dans son éditorial, ce numéro comme une pause rétrospective car il offre l’occasion d’une réflexion sur l’histoire orale et  les différents courants d’histoire orale en France et à l’étranger : Qu’est-ce que l’histoire orale et qu’est-elle devenue ? Comment et pourquoi a-t-elle été « inventée » ? Quels ont été ses grandes intuitions d’origine et y est-elle restée fidèle ? Quels sont ses enjeux épistémologiques, sociaux et technologiques aujourd’hui ? Pour lancer le débat et ouvrir le dialogue, le numéro débute par un très beau texte, qui conserve son oralité, issu d’une conférence de Giovanni Contini sur l’histoire orale « à l’italienne » et il est suivi par une réponse sur l’histoire orale « à la française ».

Voilà une belle occasion de voyager avec ce numéro dans l’oralité puisque les textes présentés passent par le Canada, la Suisse et voguent sur les océans à travers les compagnies maritimes françaises… Bonne lecture !

Dernière information : pour la première fois, depuis le numéro zéro du bulletin, vous ne pourrez pas le lire au format papier mais en ligne, en texte intégral, sur le site de la revue.

N’hésitez pas à soumettre des articles au comité de rédaction (en langues française ou anglaise) de l’AFAS.

Comment adhérer à l’AFAS ?

Crédits photographiques de la photographie « à la une » : Dans le village d’Amalfi, plaque de verre de la bibliothèque du Congrès, vers 1910 ou 1915. Pas de restrictions de droits connues.

Feedback de l’edit-a-thon

Enrichir Wikipedia à partir de témoignages issus de l’histoire orale, tel était l’objectif de l’edit-a-thon du 23 octobre qui a eu lieu à la MMSH. Le projet, soutenu par le programme Europeana Sounds, était original. En effet, en général, les « journées contributives » ou « edit-a-thon », ont pour vocation d’enrichir les articles de l’encyclopédie à partir d’images ou de textes. Sur Wikipedia, les seuls liens sonores publiés jusqu’ici dans ce cadre, illustraient des chants d’oiseaux. Lors de cette journée, les liens s’annonçaient plus complexes à établir car il fallait qu’un discours s’instaure pour établir un cadre théorique. Qu’allions-nous entendre et publier ? L’équipe de la phonothèque était curieuse de connaître le résultat de cette expérience qui s’est avérée extrêmement  positive pour la valorisation des archives sonores.

Les 20 participants à cette journée étaient d’origine variée : professionnels de l’IST (bibliothécaires, documentalistes, archivistes, chargés de communication au Conseil régional, au Centre Hospitalier de Montperrin, à la MMSH ou retraités du métier), chercheurs (en architecture ou en sociologie), acteurs associatifs (CIMADE, Paroles vives) ou tout simplement curieux de cette expérience… tous étaient réunis ce jour-là autour d’une table avec une dizaine d’ordinateurs à leur disposition.

Trois Wikipédiens bénévoles étaient présents pour encadrer cette journée collaborative. Deux étaient venus de Paris1 : Varmin, membre de l’association Wikipedia et Jules WMFR chargé de projet Education tandis que Le Fou, qui avait signalé l’information sur le portail Wikipedia des Bouches-du-Rhône, était venu en voisin. Car il faut prendre en compte le fait que l’objectif de ces journées est aussi d’initier de nouveaux contributeurs à l’édition de l’encyclopédie collaborative. En effet, si les utilisateurs de Wikipedia sont nombreux, tous ne saisissent pas toujours les valeurs qu’il véhicule, son organisation interne et ne réalisent pas toujours que chacun peut contribuer à la construction de ce savoir collectif.

Pour le bon déroulement du projet, deux plateformes de Wikimedia  nous ont été présentées : l’encyclopédie libre de Wikipedia pour les articles à enrichir et le portail Wikimedia Commons, une médiathèque de fichiers librement réutilisables pour héberger nos archives sonores. Dans le cadre du programme Europeana Sounds, Harry van Biessum avait préparé en amont la journée en organisant une catégorie regroupant les archives sonores de la phonothèque pour lesquelles les droits de diffusion ont été accordés. Une centaine d’heures sont ainsi désormais accessibles sur Wikimedia Commons et peuvent être réutilisées.

Avant de rentrer de se lancer dans l’écoute participative des archives, une introduction sémantique a été amorcée par Sarah Casella Colombeau, docteure en science politique autour d’une thèse sur la surveillance des frontières après la création de l’espace Schengen (1953-2004).

Ont été abordés des enjeux de définition notamment autour des termes migrants vs réfugiés, étrangers vs immigrés à travers une approche tridimensionnelle : la description d’une réalité, le statut accordé par l’état et le ressenti de ces personnes. Dernier terme abordé, celui de l’exil, qui offre une des pages les plus fournies sur Wikipédia. Cette notion est sans aucun doute une des plus complexes à organiser pour mettre en relief les différentes dimensions évoquées. Des discussions, il ressort que bien que Wikipedia encourage la dualité des points de vue, la réflexivité est bien souvent une difficulté pour que les chercheurs en SHS valident les articles de Wikipedia.

Après un court débat amené par ces questions, une écoute collective a été proposée afin de présenter les différents corpus sélectionnés parmi les archives de la phonothèque de la MMSH :

>Italiens immigrés dans les quartiers Saint-Jean et Panier de Marseille

>Mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône

>Grecs d’Asie-Mineure réfugiés à Syros

Pour les archives sélectionnées par le CREM, la plateforme Telemeta a été présentée par Joséphine Simonnot, ingénieure du son. Elle a également expliqué concrètement comment utiliser le logiciel libre Audacity pour découper des extraits et éditer les métadonnées du fichier sélectionné. Wikimedia Commons préconise le format Ogg Vorbis , format libre offrant un taux de compression optimal. Un plan de nommage a également été établi au sein du groupe pour les extraits, se référant au numéro de l’entretien.

Après avoir été préparé le fichier et ses métadonnées, le fichier son est importé dans Wikimedia Commons. Voici quelques conseils récapitulés sous la forme d’un schéma :

 

Une fois importé, le fichier doit être décrit de manière classique par un titre, une date et un lieu d’enregistrement, des auteurs, une description,  et des catégories. Dans notre cas, les fichiers ont été rattachés à deux catégories : “Europeana Sounds edit-a-thons” et “Media donated by Maison méditerranéenne des sciences de l’homme”. La licence est sélectionnée parmi les Licences Creative Commons en fonction des droits attribués aux archives sonores utilisées. Les 3 collections de la MMSH proposées durant cette journée ont été placées sous licence  :

Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)

Une fois importé, l’extrait sonore peut être intégré dans un ou des articles de Wikipedia  grâce au module « insérer un média ».

A l’occasion de cette démonstration, un premier article a été enrichi dans Wikipedia, à partir de la collection des Italiens qui nous renseignent sur la vie du quartier du Panier. L’enrichissement concerne la rue la rue Lacydon, anciennement rue Bouterie, où étaient installées les familles de migrants italiens (navigateurs, pêcheurs et plongeurs) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Panier

Les participants ont ainsi pu contribuer à leur tour, tout au long de la journée, en sélectionnant des extraits par groupe, selon la thématique de leur choix. Les sujets retenus concernent en grande partie la ville de Marseille qu’il s’agisse des quartiers du Panier ou des Pierres-Plates (où a été construit le MuCEM), d’attestations de faits divers comme l’affaire du Combinatie (1952) ou encore de personnalités politiques comme Simon Sabiani et son opposant Henri Tasso.

Les témoignages de la communauté arménienne ont également servi à illustrer des articles sur le Camp Oddo à Marseille, leur installation à Martigues et la construction d’une église à La Cabucelle.

Enfin, les récits des réfugiés se Smyrne ont permis la création d’une fiche sur l’Orphelinat américain de Syros, éditée en bilingue avec un lien sur le Wikipedia grec.

A lire encore sur cette journée :
– Un autre compte-rendu de la journée est disponible sur le blog de l’association des anciens diplômés en archivistiques d’AMU.
– La page du projet Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Journ%C3%A9e_contributive_r%C3%A9cits_et_encyclop%C3%A9die
– Le Storify :

Crédits photographiques de l’image à la une : Les contributeurs en action, le 23 octobre 2015, photographie de V. Ginouvès.
  1. Le financement de la journée a été pris en charge par le programme Europeana Sounds []

Récits et encyclopédie : edit-a-thon / journée collaborative à la phonothèque de la MMSH

Le CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie)  CNRSMusée de lHomme, la phonothèque de la MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme) ,  et l’association Wikimédia France organisent une journée contributive sur les projets Wikimédia (Wikipédia, Wikimedia Commons…) le 23 octobre 2015 de 10h à 17h à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence (salle 10 et  salle informatique de l’école doctorale) dans le cadre du programme Europeana Sounds et avec le soutien du Nederlands Instituut voor Beeld en Geluid (Institut du son et de la vision des Pays-Bas). Inscrite dans le Festival francophone des communs, cette journée est également intégrée aux ateliers numériques du LabexMed « Les sciences humaines et sociales au coeur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée ».

L’objectif principal des  journées contributives ou edit-a-thon est d’enrichir des articles publiés dans l’encyclopédie Wikipedia sur des thématiques particulières. Le 23 octobre nous vous proposons d’enrichir ensemble les articles sur la question des populations en mobilité, des réfugiés et des migrants,  à partir de témoignages oraux. A partir de l’écoute de témoignages recueillis auprès de réfugiés ou de migrants du début du 20ème siècle, il s’agira de permettre à tou-te-s de tirer partie de la transmission orale, faire connaître les anonymes de l’histoire et initier de nouveaux contributeurs à utiliser le son en lien avec les articles. Ces enregistrements ont été réalisés par des historiens, des ethnomusicologues ou des anthropologues dans le cadre de programmes de recherche : dans le cadre de cette journée,  les collections sonores de la phonothèque de la MMSH et du CREM – CNRSMusée de lHomme seront mises à disposition des participants pour qu’ils mettent en lien les sources orales et les articles.

Lors de cette journée – ouverte à tou-te-s sur inscription -, les participants seront encadrés par des bénévoles de l’association Wikimédia France afin de mettre en lien des articles avec des enregistrements sonores, soit en indiquant les liens en note, soit en illustrant les articles Wikipédia avec les extraits sonores sur la thématique. Il sera possible au cours de la journée, d’utiliser le logiciel libre d’édition du son, Audacity, pour – une fois les extraits identifiés – les découper et les mettre en lien avec les articles. Les participants pourront alors en temps réel contribuer à alimenter Wikipédia et ainsi diffuser la connaissance au plus grand nombre.

Vous trouverez ci-dessous, les modalités de participation et une présentation des collections qui seront proposées au cours de cette journée, en attendant voilà quelques éléments pour avoir une idée de ce qui pourra être réalisé le 23 octobre.

Que pouvez-vous faire au cours de cette journée ?
– Mieux connaître/approfondir un sujet en consultant des archives et participer à améliorer un article
– Elaborer une bibliographie sonore pour enrichir un article de Wikipedia en référençant des archives librement accessibles
– Repérer des lieux, des situations, des anecdotes racontés dans les récits des réfugiés et les mettre en lien avec des articles
– Téléverser des archives sonores libres de droit dans Wikimedia Commons – Comprendre et préciser les licences d’utilisation des archives sonores mises en ligne
– Initier de nouveaux contributeurs à l’édition collaborative
– Rencontrer des contributeurs locaux de Wikipedia et tisser des liens avec eux pour de prochaines publications
– Connaître la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et ses activités scientifiques
– Valoriser et mettre en relation différentes collections sonores de la phonothèque de la MMSH et du CREM
– Inviter au dialogue pour comprendre les récits des réfugiés à travers l’histoire

inscrivez-vous via ce formulaire en ligne

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et le CREM  –  CNRSMusée de lHommdisposent au sein de leurs services d’archive de plusieurs fonds qui pourront être utilisés lors de cette journée de contribution. Nous vous présentons ci-dessous les collections sonores dont les collections sont librement réutilisables pour effectuer des liens ou des citations avec les articles, la recherche sur la base à partir de mots-clés devrait vous aider à travailler sur les sujets qui vous intéressent et vous permettre d’identifier des articles à modifier ou des articles à créer avant votre venue le 23 octobre. Vous pouvez inscrire vos projets d’enrichissements ici :  https://framacalc.org/Editathonsonore

Trois collections de la MMSH

Mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône
120h – 2006-2007 / Autorisation de réutilisation donnée par les témoins enregistré
Ces enquêtes ont pour objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône (sept quartiers de Marseille, La Ciotat, Aix et le pays d’Aix, Martigues et la région de l’étang-de-Berre, Arles et la Camargue, et les Salins-de-Giraud) et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920.
Traitement documentaire en langue française et accès aux fichiers son.

Grecs d’Asie-Mineure réfugiés à Syros
26h – 1997-2001 puis 2015 / Autorisation de réutilisation donnée par les témoins enregistrés et par les Archives des Cyclades
Nombre de grecs d’Asie-Mineure se sont réfugiés sur l’île de Syros à la suite de la catastrophe de Smyrne. Ces entretiens ont été réalisés auprès des premières et deuxièmes générations qui ont vécu cet évènement. Le corpus sonore est en langue grecque et française (un entretien). La collection a été traitée d’un point de vue documentaire en langue française à la phonothèque de la MMSH puis traduit en langue grecque pour être accessible aux Archives historiques de l’île de Syros. Les informateurs abordent leur vie avant l’été 1922, leurs relations avec les habitants de la ville, le récit de leur fuite, leur arrivée et leur intégration sur l’île de Syros.
Traitement documentaire en langue française et accès aux fichiers son.
Traitement documentaire en langue grecque et accès aux fichiers son https://phonotheque.hypotheses.org/15101

Italiens immigrés dans les quartiers Saint-Jean et Panier de Marseille
17h – 1979-1980 / Autorisation donnée par les enquêteurs
Cette série d’enquêtes enregistrées en juin 1980 par un collectif de chercheurs (Nicole Coulomb, Claudette Castell et Anne Sportiello) avait pour objectif de retrouver la mémoire de l’entre deux guerre des habitants du Panier et du quartier Saint-Jean à Marseille en particulier des immigrés italiens. Les résultats de cette recherche n’ont jamais été publiés.
Traitement documentaire en langue française et accès aux fichiers son.

D’autres collections sonores sont accessibles sur la base Ganoub http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr

 

Les Archives sonores du CNRSMusée de lHomme compte de nombreux exemples sur la base de données Telemeta :
– La notion d’exil est présente également dans les archives de musique traditionnelle:
– Pendant 40 ans, Mireille Helffer, directrice de recherche du CNRS, a fait des recherches sur le répertoire des moines tibétains exilés:
Monastères tibétains réfugiés au Népal et en Inde: https://fr.wikipedia.org/wiki/Diaspora_tib%C3%A9taine

Sur les réfugiés : http://archives.crem-cnrs.fr/haystack/quick/collection/?q=r%C3%A9fugi%C3%A9
Sur les migrations : http://archives.crem-cnrs.fr/haystack/?q=migration
Femmes kurdes déplacées :
http://archives.crem-cnrs.fr/archives/collections/CNRSMH_I_2006_008
Chant de femme exilée du Fezzan Libyen enregistrée (1948) :
http://archives.crem-cnrs.fr/archives/items/CNRSMH_I_1984_006_001_21

Pour le moment aucun Edit-a-thon n’a été organisé à partir d’extraits sonores issus de l’histoire orale mais en janvier 2015 s’est tenu dans les Pays-Bas une journée participative sur le thème des chants d’oiseaux, racontée ici qui pourra vous donner une idée de la façon dont peut se dérouler ce genre de journée.

Crédits photographiques : les enfants de l’orphelinat de Syros où de nombreux orphelins d’Asie-MIneure ont été accueillis, fête de Noël vers 1923,  collection photographique des archives historiques des Cyclades. Domaine public.

Un patrimoine culturel à sauver, Florence, Palazzo Strozzi, 31 janvier 2015

AFFICHE-31_01_2015

 

UN PATRIMONIO CULTURALE DA SALVARE

Le registrazioni audiovisive

come testimonianza linguistica, storica, antropologica

Date : 31 janvier 2015

Lieu : Sala l’Altana Palazzo Strozzi, Firenze

Organisation : Scuola Normale Superiore Piazza Strozzi Firenze –  Laboratorio di Linguistica – http://linguistica.sns.it

 

Programme

9,15 Ouverture

9,30 PIETRO CLEMENTE Etnografia e fonti orali: L’esperienza toscana

10,00 GIOVANNI CONTINI BONACOSSI Le fonti orali: Problemi storiografici e giuridici

10,30 GIAN BRUNO RAVENNI Archivi orali e audiovisivi in Toscana

11,00 Pause

11,30 PIER ANGELO BONAZZOLI La Banca della Memoria del Casentino: Un archivio audiovisivo di provincia

12,00 PIER MARCO BERTINETTO & SILVIA CALAMAI Il portale Gra.Fo e gli archivi orali di Toscana: i salvati e i sommersi

12,30 Consegna degli attestati di “Protettore della cultura orale” ai donatori di archivi per il portale Gra.Fo

13,00 Pause

15,00 VÉRONIQUE GINOUVÈS Un dispositif pour la dissémination des archives sonores de la recherche: L’exemple de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

15,30 CHRISTIAN HUBER Multidisciplinary Archiving of Audiovisual Research Documents in the Phonogrammarchiv

16,00 Discussions

Fin de la journée : 16,30

JEUDI – La semaine de l’Open Access Week : Crieuse de tombola à Naples en décembre 2007

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Crieuse de tombola à Naples en décembre 2007, enquête n°1335, enregistrée par Olivier Féraud (9 min).

La crieuse de tombola (« lotteria ») est une figure sociale attachée aux quartiers populaires napolitains. Ces tombolas sont organisées par les commerçants et par une communauté d’habitants du quartier. Les cris de la vendeuse dénotent un caractère exceptionel quant à la durée et la linéarité de l’allongement final. La voix se fait d’autant plus puissante qu’elle doit se faire entendre dans le milieu bruyant du marché. Pour attirer encore plus l’attention, elle secoue telle une maracas le petit panier d’osier contenant les numéros.

Pour en savoir plus sur ce corpus sonore, voir : FERAUD, Olivier. Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, sous la dir. de Jean Jamin, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Doctorale de Sciences Sociales, 2010, 495 p.

Crédits photographiques pour l’image « à la une » : Naples Italy, 1941-1945, San Diego Air and Space Museum Archive – SDASM Archives, pas de restrictions de droits connues.

LUNDI – La semaine de l’Open Access Week : Ambiance de match

World cup_Netherlands - Czechoslovakia_1938

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Nous vous proposons d’écouter deux extraits d’ambiance sonore de stade lors de matchs de football issus du corpus le match de football1 Ce corpus est composé d’enquêtes de terrain réalisées par trois enquêteurs : Christian Bromberger, Alain Hayot et Jean-Marc Marriotini, en France et en Italie, qui rendent comptent de la passion du football et des activités des supporteurs, des joueurs et des entraîneurs des équipes de l’Olympique de Marseille, de la Juventus de Turin et de la San Paolo de Naples dans les années 1980.

Ambiance de stade lors d’un match Toro-Bari, enquête n°1335, enregistrée à Turin en 1985, 9min.

Crédits photographiques : Lagendaal schiet naast / Dutch player shoots on goal but misses, aprile 17, 1932. Nationaal Archief – Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681461103/.

 

Ambiance sonore  de stade lors d’un match OM-Lille, enquête n° 1334, enregistrée à Marseille  en 1985, 15min.

Crédits photographiques : Nederlands elftal, WK 1938- Dutch national team, 1938 World Cup, 5 juin 1938. Nationaal Archief-Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681265073/.

Crédits photographiques : Wedstrijd Nederland-Tsjechoslowakije, WK 1938 / Netherlands – Czechoslovakia match in het Stade Municipal in Le Havre (France), 1938 World Cup, 5 juin 1938. Nationaal Archief-Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681265127/.

 

  1. Voir l’ouvrage suivant : Bromberger, Christian, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, Le match de football: ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, France, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1995. []

Polyphonies des collections sonores européennes

TenoreOliena

Le CNRS est parti prenante du programme européen Europeana Sounds à travers les collections sonores de deux laboratoires de recherche :
– le LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative) qui accueille le CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) où sont numérisées et mises en ligne les archives sonores du CNRS-Musée de l’homme et celles des chercheurs en ethnomusicologie grâce à la plateforme web Telemeta  ;
– l’USR 3125 au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence dont la phonothèque recueille, archive et valorise les entretiens de terrain des différents laboratoires qui la constitue sur la base de données Ganoub et sur la plateforme Calames.

Ces deux centres de ressources participent déjà à des catalogues collectifs ou des moteurs de recherche fédérés comme Isidore ou le Portail du patrimoine oral, leurs archives sonores seront bientôt présentes sur Europeana. Ainsi un nouveau territoire polyphonique se dessine en Europe où les voix du passé trouvent leurs auditeurs, se croisent, s’entendent… Ce projet sonore est présenté dans un des derniers billet du blog du programme Europeana Sounds et  illustré par deux chants polyphoniques issus des collections deux laboratoires.

Chant sarde, enregistré par Bernard Lortat Jacob en 1992 à Britti (province de Nuoro), CREM

Chant en langue française et occitane composé par Zéphirin Castellon, interprété à Belvédère en Vésubie, enregistré par Patrick Vaillant en 1989, MMSH

Crédits photographiques : Tenore à Oliena, photographie de Gabriele Doppiu, repérée par Enedina Sanna.

L’Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d’enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l’Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d’être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre « Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique »3

Une pétition vient d’être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce « gouvernement de techniciens » qui ne s’inquiète que des marchés et ne s’intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l’Italie contemporaine. L’inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

« La politique de ce « gouvernement de techniciens » en direction de la culture – les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l’Institut national de physique nucléaire) – m’a convaincu d’une chose : un technicien n’est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d’opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n’est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d’avoir de l’imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l’économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n’est pas avec la culture que l’on peut manger)5 ».

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L’Unità dit adieu à l’Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s’amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D’Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s’en prend aussi à ce « gouvernement de professeurs »‘, avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l’importance de cette institution et s’insurge : « C’est une décision absurde, d’un point de vue économique (les coûts de l’Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d’un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté ».

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928 []
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA – Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi []
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini []
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d’histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s’appuie sur des témoignages oraux. []
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l’économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L’anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011 []

Déposer en ligne ses enquêtes de terrain : appel aux chercheurs de sciences humaines et sociales

Depuis plus d’une année maintenant, l’université de Pise propose en ligne des ressources sous forme de vidéo et de postcasts utilisant les plateformes grand public Youtube et Itunes. Sur la chaîne Youtube de l’université, Rassegna Stampa SUP, sont accessibles 450 vidéos issues de journaux télévisés, de films, de prises de vues ou de documentaires sur l’activité scientifique des différentes institutions de la recherche et de l’enseignement supérieur de la ville de Pise. La plateforme Itunes, un peu plus difficile à repérer formellement, propose principalement des cours en ligne dans toutes les disciplines. Pour l’area umanistica, 33 cours sont disponibles aussi bien en histoire médiévale1, qu’en littérature ou en linguistique2.

La dernière mise en ligne intéresse les archives sonores du monde rural puisque, sous le titre de Testimonianze dal Territorio (Témoignages du territoire), elle propose de constituer une archive sur la société paysanne italienne. Pour le moment il s’agit uniquement du dépôt des films du documentariste et photographe Arturo Izzo mais le projet pourrait s’ouvrir à d’autres archives de terrain des chercheurs. En effet, le responsable du projet de l’Ateneo di iTunes, Enrica Salvatori, professeure d’histoire médiévale, introduit ainsi cette collection :

Le laboratoire de culture numérique de l’université de Pise invite les sociologues, les historiens, les linguistes qui ont collecté des témoignages de la vie rurale italienne du siècle dernier à mettre à disposition ces matériaux pour constituer une archive sur la société paysanne et la culture du territoire. L’espace qui vient d’être créé héberge des films documentaires et des entretiens enregistrés avec des témoignages qui racontent, à la première personne, la vie quotidienne, les expériences de chacun, les habitudes du passé. Notre ambition est de construire une archive de témoignages en récupérant aussi les matériaux que les chercheurs pourraient avoir dans leurs tiroirs3.

Les premiers dépôts sont peu documentés, il manque à l’internaute les éléments du contexte de la recherche et les droits d’utilisation et de diffusion sont limités à un copyright mais peu importe, l’initiative est originale, il sera intéressant d’étudier ce qu’en feront les chercheurs… A suivre !

Crédits photographiques : The Leaning Tower, Pise, Italie, prise de vue entre 1890-1900, bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues, permalien http://www.loc.gov/pictures/resource/ppmsc.06581

  1. Vous pouvez par exemple écouter la Professeure Enrica Salvatori, responsable de la plateforme numérique, sur le thème « Musulmani e Cristiani nel Mediterraneo medievale alla luce dell’economia e degli scambi » = Musulmans et chrétiens en Méditerranée médiévale à la lumière de l’économie et des échanges. []
  2. avec en particulier un cours de langue Amharic, audioclips illustrés d’images créés par Nadia M. Yimer and José C. Rodriguez []
  3. « Il Laboratorio di cultura digitale dell’Università di Pisa invita sociologi, storici, linguisti che hanno raccolto testimonianze della vita rurale italiana del secolo scorso a mettere a disposizione il proprio materiale per costituire un archivio sulla società contadina e sulla cultura del territorio. Lo spazio appena creato ospita infatti documentari e interviste d’archivio in cui testimoni raccontano in prima persona la vita quotidiana, le esperienze e le abitudini del passato e la nostra ambizione sarebbe costruire un archivio di testimonianze recuperando anche materiali che i docenti potrebbero avere nei loro cassetti ». []