Archives par mot-clé : jeu

Vous jouez ? Participez à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel !

Cubains aux dominos

Depuis 2011 est engagé un  inventaire national du patrimoine culturel immatériel (PCI) sur la thématique du jeu en France réalisé par les différentes communautés1 qui pratiquent les jeux traditionnels en partenariat avec des organismes de recherches et des associations culturelles. Les jeux repérés sont ceux de type sportif, joués par des adultes, transmis de génération en génération et spécifiques à un territoire donné. Les fiches rédigées sont ensuite publiées sur le site du Ministère de la culture au format PDF. Pour engager un dialogue avec les joueurs – qu’ils soient rédacteur des fiches ou qu’ils souhaitent les commenter, les enrichir ou en créer de nouvelles -, une partie de l’inventaire réalisé sous la direction de Laurent-Sébastien Fournier a été repris dans un carnet de recherche, sous le titre Restituer l’inventaire du PCI.

Si vous pratiquez un jeu traditionnel ou si vous êtes tout simplement intéressé par cet inventaire,  je vous invite à aller consulter ce carnet qui vient de lancer un appel à participation sur ce projet.

Crédits photographiques :  « Cuban American men playing dominoes in Little Havana: Miami, Florida », vers 1975, pas d’indication de photographe, collection de la State Library and Archives of Florida, pas de restrictions de droits connues.

  1. Le terme est ici celui qu’emploie l’UNESCO dans ses textes et qui est repris par le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture et de la Communication, en charge de l’inventaire national. Pour être au clair sur les différents inventaires du PCI et leurs enjeux, vous pouvez consulter un précédent billet des Carnets de la phonothèque. []

Fête de la Science 2013 : voyage insolite au pays des archives sonores

visuel_fete_de_la_science_aix-en-provence_2013Créée en 1991 et pilotée par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, la Fête de la science a pour objectif de favoriser les échanges entre la communauté scientifique et le grand public. Avec chaque année plus d’un million de visiteurs, cette manifestation propose une découverte conviviale et ludique du monde des sciences à travers des animations et des expositions partout en France.

Fidèle depuis de nombreuses années, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’homme (MMSH) animait les 10 et 11 octobre dernier l’atelier « Apprendre à collecter des sons », au pavillon « le village des sciences », place François Villon, à Aix-en-Provence.  Ethnologue de formation, j’ai eu l’opportunité de travailler à la phonothèque pendant mes études et par un concours de circonstances, cette année, j’ai été amenée à animer les ateliers qui nécessitaient une bonne connaissance de la méthodologie en anthropologie.

En effet, les ateliers, d’une durée d’une demi-heure, avaient pour objectif de permettre aux enfants de « jouer à l’ethnologue ». Il s’agissait de donner quelques éléments de repère sur les sciences humaines et la méthodologie utilisée pour réaliser une enquête de terrain (grille de questions), enregistrer un entretien et assurer sa diffusion éventuelle en faisant signer un contrat d’autorisation d’exploitation. Chaque enquêteur et chaque enquêté devaient en effet signer un contrat en bonne et due forme, les deux parties comprenant bien les enjeux juridiques et éthiques liés aux enquête de terrain et à leur diffusion.

Pour accueillir les participants, et présenter les collections de la phonothèque, j’avais réuni quelques exemples d’enquêtes gravées sur des disques audio avec les catalogues des corpus (Gens du Val Germanasca réalisé par Christian Bromberger, Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône déposé par Corinne Cassé, réalisé avec les AD13 et Paroles VivesL’autre face « Européens » en Algérie indépendante réalisé par Hélène Bracco). Un panneau représentait l’évolution des différents supports sonores de la bande magnétique à la carte en passant par la cassette audio et DAT et le minidisc. Pour mettre en oeuvre les travaux pratiques, l’enregistreur numérique de la phonothèque était notre outil principal.

Ce sont les secondes du lycée Saint Eloi et des troisièmes du collège Marie Mauron à Pertuis qui ont les premiers expérimenté le métier d’ethnologue tandis que les secondes du lycée professionnel régional Gambetta à Aix-en-Provence clôturait l’atelier. La visite « surprise » d’un groupe de 10 élèves du CM1 Joseph D’Arbaud à Aix-en-Provence fut très animée (photos ci-dessous) même si le temps leur a manqué pour réaliser une enquête.

Le choix du sujet de l’enquête était de circonstance : Qu’est-ce que la science ? Que représente-t-elle pour vous ? Quelles en sont vos représentations ?

Le groupe participait au brainstorming de la grille d’entretien de l’enquête puis ils s’organisaient pour se distribuer rapidement les rôles (qui pose les questions, qui les rédige, qui s’occupe de l’enregistreur, qui trouve un enquêté, qui fait signer les contrats d’utilisation).

Voilà ci-dessous un extrait sonore de l’enquête réalisée par le groupe des jeunes du lycée Gambetta dont les pays d’origines étaient diverses : Roumanie, Brésil, Algérie. Ils se sont montrés très à l’écoute des réponses de leur enquêté, n’hésitant pas à rebondir sur d’autres questions.

Au final, chaque groupe a bien compris le déroulé d’une enquête. La durée très courte de l’atelier n’a pas permis l’approfondissement nécessaire au travail de terrain de l’ethnologue. Cependant, les jeunes ont joué le jeu en observant des règles de base : se présenter ainsi que l’objet de l’enquête, demander l’autorisation d’enregistrer l’enquêté et faire signer l’autorisation d’exploitation,  élargir la grille de questions si nécessaire, ne pas couper la parole, remercier l’enquêté à la fin de l’enquête. Ils ont beaucoup apprécié de pouvoir écouter le fruit de leur travail à la fin de l’atelier.

Outre l’accueil des groupes scolaires, le grand public était présent lui aussi avec des intérêts très différents : certaines personnes ont écouté les enregistrements apportés, exemples d’enquêtes de terrain, et consulté des catalogues de la phonothèque, d’autres ont posé des questions parfois métaphysiques comme l’interrogation sur la part du subliminal qu’engendre le son compressé et la perte d’information.

Si la phonothèque avait opté pour le choix d’un atelier pratique, d’autres laboratoires avaient fait le choix du virtuel en proposant des animations 3D. C’est ainsi que le public a pu remonter le temps et visiter la Cénatio Rotunda plus communément appelée  la salle à manger tournante du Palais de Néron,. Une animation 3D était proposée par le Centre Camille Jullian, à l’initiative de Françoise Villedieu, historienne et archéologue1.Il pouvait également visiter virtuellement le Palais comtal d’Aix-en-Provence et suivre ses  évolutions à travers le temps à travers une conception 3D de par Jérémy Terris. 

Merci à Sylvie  Laurens-Aubry, responsable du service communication de la MMSH et organisatrice du projet de la fête de la science, Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque, Nacira Abrous, responsable de la coordination des programmes scientifiques, Julia, Alex et Kahina  des animateurs des stands MMSH.

Crédits photographiques : Affiche officielle de la fête de la science, Classe Joseph D’Arbaud, Christine Durand (CCJ-CNRS)

 

  1. La présentation est actuellement accessible à la médiathèque de la MMSH et librement accessible au public []

Restituer les inventaires du patrimoine culturel immatériel : Expériences participatives et comparaisons internationales

L’inventaire du patrimoine culturel immatériel se poursuit en France depuis 2008 sous la responsabilité du Ministère de la Culture. Mais comment se saisir efficacement des données collectées ? Comment diffuser ces données et favoriser une démarche participative dans les inventaires à venir ? Pour répondre à ces questions, ces journées d’étude et de formation souhaitent confronter des expériences d’acteurs ayant déjà participé à des démarches d’inventaire, des interventions d’experts sur les méthodes de collecte et les techniques de diffusion des résultats, et des analyses de chercheurs spécialistes des domaines concernés par le patrimoine culturel immatériel. La première journée sera plus axée sur le cas de la patrimonialisation des jeux traditionnels ; la deuxième journée envisagera les méthodologies permettant la mise en œuvre d’inventaires participatifs.

La journée d’étude a lieu les 17 et 18 juin 2013 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), à Aix-en-Provence. Elle est ouverte à tous sur inscription (contactez ginouves(@)mmsh.univ-aix.fr si vous rencontrez un problème).

Lundi 17 juin 2013

14h : Introduction

Laurent Sébastien Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC, Aix-en-Provence)

14h15 : Claude Lévi-Strauss et l’anthropologie des jeux au XXe siècle

Thierry Wendling (CNRS, iiAC-Lahic, Paris)

L’œuvre de Claude Lévi-Strauss présente un contraste surprenant : d’un côté, elle abonde en métaphores ludiques (le jeu sert de modèle pour comprendre la parenté, les mythes, le progrès des civilisations) ; de l’autre, elle se révèle faible pour tout ce qui concerne la description et l’analyse des pratiques ludiques. Lévi-Strauss ayant exercé un ascendant déterminant sur l’anthropologie du XXe s, l’évaluation critique de ce regard sur les jeux est nécessaire.

15h00 : Table-ronde n°1 « Expériences et témoignages : le cas des jeux traditionnels »

Peggy Liaigre (Confédération FALSAB des jeux traditionnels de Bretagne)

Jean-Philippe Joly (Association JeuxTradiNormandie)

Karine Michel (Ingénieure de recherche contractuelle CNRS, IDEMEC)

Ronald Renson (Université de Louvain, Sportimonium)

Animation de la table-ronde : Patricia Heiniger-Casteret (Université de Pau).

17h – Pause

17h30 : Quelle(s) géographie(s) des jeux ? Tentatives de reconnexions disciplinaires et conceptuelles

Manoug Borzakian (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse)

Cette intervention s’appuiera sur les résultats d’une enquête menée sur la distribution spatiale des pratiquants français de six jeux institutionnels ; elle propose d’explorer deux pistes ouvertes par cette approche cartographique. La première (re)place l’espace géographique au cœur de la compréhension du social, en évaluant son importance comme déterminant des pratiques ludiques – donc plus largement des pratiques culturelles. La seconde interroge la pertinence des distinctions entre différentes définitions de la culture et différentes approches disciplinaires qui leur sont liées.

18h15

Conclusion de la première journée.

 

Mardi 18 juin 2013

9h30 Introduction de la deuxième journée

10h

Table-ronde n°2 « Méthodes participatives et diffusion des inventaires »

Sylvie Grenet (Ministère français de la Culture)

Jean-Jacques Casteret (INOC-Aquitaine, Pau)

Pierre Bonnet (Chargé de mission à la culture régionale, Région PACA)

Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH, USR 3125 CNRS – AMU)

Maya Saidani (Centre national de recherche préhistorique, historique et anthropologique, Alger)

Animation de la table-ronde : L. S. Fournier (Université de Nantes et CNRS)

L’objectif de cette table-ronde est de comparer les méthodologies et les actions liées aux inventaires du PCI dans différents types d’institutions, afin d’ouvrir une réflexion sur les possibilités de diffuser et de restituer les inventaires réalisés. La démarche nationale d’inventaire mise en place à l’échelle nationale en France par le Ministère de la Culture sera présentée en premier lieu par S. Grenet. A l’échelle régionale, seront ensuite comparés les cas de l’Aquitaine et la Région Provence Alpes Côte d’Azur. En Aquitaine, J.-J. Casteret présentera l’Institut Occitan d’Aquitaine (InOc–Aquitaine), opérateur régional pour l’occitan en convention avec la Région, l’Etat et les cinq Départements aquitains. Après avoir mis en place un dispositif numérique de valorisation des archives sonores (2005-2011), puis expérimenté sous maîtrise d’ouvrage du Ministère de la Culture un protocole d’inventaire régional du PCI (2008-2010), l’InOc œuvre aujourd’hui à la mise en place d’un dispositif public de sauvegarde du PCI du domaine occitan en Aquitaine. Au centre de ce dispositif naissant, le site internet sondaqui.com, deviendra au 1e juin 2013 le site régional du PCI occitan. En Provence, P. Bonnet présentera les actions culturelles menées par la Région Provence Alpes Côte d’Azur. Il insistera en particulier sur le cas de l’opération « Le monde est chez nous », une rencontre de musique et de danses du monde organisée à Aubagne (Bouches du Rhône) les 8 et 9 juin 2013, qui rassemble 800 artistes autour de plus de 35 cultures du monde. Les interventions de V. Ginouvès et de M. Saidani permettront de replacer les actions présentées dans un contexte plus large, au regard des nouvelles technologies de l’information et de la communication d’une part, et en relation avec les enjeux du PCI en Méditerranée d’autre part.

12h  Repas

Après-midi : ouvertures et comparaisons internationales

14h : Comment impliquer les communautés de façon participative dans l’inventaire du PCI : le cas du Burkina Faso

Ludovic Kibora (INSS/CNRST, Ouagadougou, Burkina Faso)

La difficulté qui réside dans le processus d’’inscription d’un élément du PCI sur l’une des deux listes est liée à ce qui peut paraître comme une contradiction inhérente à la convention 2003. En effet, celle-ci précise qu’il s’agit du PCI des communautés tout en affirmant que ce sont les Etats-parties signataires, qui sont engagés par la convention. Alors, dans cette situation, la plupart du temps les initiatives proviennent de l’Etat et de ses démembrements, dans un contexte où  les communautés  ne sont pas toujours conscientes de la possibilité qu’elles ont de pouvoir valoriser autrement un élément de leurs pratiques culturelles. L’Etat est donc obligé d’être l’organe directeur du processus. Il est fortement impliqué dans les pays africains à travers la direction chargée du patrimoine culturel, logée au sein du ministère de la culture. C’est elle qui presque toujours prend l’initiative d’engager le processus d’inscription d’un élément sur une des listes du PCI. Pour ne pas être en porte-à-faux avec l’esprit du PCI, les agents de l’Etat développent toute forme d’ingéniosité pour mettre les communautés en avant à travers leurs représentants et des cadres participatifs appropriés. Si l’initiative était laissée entièrement aux communautés elles-mêmes, il y aurait peu de chances de voir certains pays, notamment ceux d’Afrique de l’ouest, inscrire un seul élément de leur PCI. Notre communication portera sur l’implication des communautés vivant au Burkina Faso à l’inventaire de leur patrimoine culturel immatériel.

15h : La participation des ONG aux travaux de l’UNESCO : changements de paradigmes patrimoniaux et méthodes participatives

Valentina Zingari (Université de Sienne, Italie, coordinatrice du groupe de travail  SIMBDEA-ICH)

Au sein d’une ONG italienne accréditée par l’UNESCO-ICH en 2010, SIMBDEA, nous travaillons à un projet de création d’un réseau pour la sauvegarde du PCI, suivant les orientations des Directives opérationnelles qui accompagnent le texte de la Convention. Ce projet est porté par un groupe d’anthropologues engagés dans des actions de connaissance et valorisation des patrimoines culturels non institutionnalisés, animés par une vision de la recherche ethnographique basée sur l’écoute de la parole, la constitution d’archives orales, les expériences de muséographie participative, suivant des méthodes qui tachent de répondre aux demandes sociales de patrimonialisation. Les enjeux des « nouveaux terrains de l’ethnologie » appellent à une réflexion sur le rôle de médiateurs et la posture de « pont » entre les communautés et les institutions que les chercheurs en sciences humaines et sociales se trouvent à assumer. Le projet de réseau bénéficie d’un dialogue intense avec les juristes du patrimoine culturel et droits de l’homme, en particulier le groupe de l’Université de Venise, Cà Foscari. Dans le cadre de ce projet, les « inventaires participatifs », les méthodes d’identification patrimoniale, occupent une place centrale. Un premier projet est en train de se concrétiser dans les Abruzzes, accompagné par l’anthropologue Antonio Arantes, un des pères du système d’inventaire brésilien basé sur le concept de « références culturelles ».  Mais la réflexion sur les méthodes n’est qu’à ses débuts. A cet égard, les expériences ethnographiques dans le domaine de la « recherche-action », de la muséographie de société, des écomusées se révèlent précieuses et pertinentes. En Italie, certaines régions comme la Lombardie, se sont dotées d’une loi régionale et d’un « registre du PCI », un inventaire régional qui peut aussi inclure des éléments inscrits ou à inscrire dans les listes Unesco, mais qui travaille dans une perspective large et participée de documentation sur le PCI.  Cette région a accueilli, en janvier 2013, une première rencontre internationale sur « le patrimoine culturel immatériel entre société civile, recherche et institutions ». 

16h : Inventaires et comparaisons internationales : l’état actuel des débats

Christian Hottin (Ministère français de la culture)

17h – Conclusions

 

Journées organisées avec le soutien de l’IDEMEC UMR 7307, de l’USR 3525, et du Ministère de la culture.

 

Crédits photographiques : atelier de reliure au marché de Soumbédioune, Dakar, juin 2012. Véronique Ginouvès, juin 2012.