Archives par mot-clé : LabexMed

Contextualisation d’un corpus sonore : Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros.

Le forum de la Méditerranée, organisé à Marseille avec le soutien du LabexMed, a donné l’opportunité à la phonothèque de la MMSH de présenter, le corpus sonore des Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros, accessible en ligne sur le portail Europeana. Sur ce billet vous trouverez le diaporama de l’intervention que fera l’après-midi du  18 mars 2016 l’équipe de la phonothèque (Véronique Ginouvès, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis). Il est accompagné de différents documents qui vous permettront de mieux comprendre le contexte de production de ce corpus.

Bonne lecture, bonne écoute !


Ci-dessous, vous pouvez écouter l’extrait sonore proposé pendant la présentation (Cf. diapositives 4 & 5) :

Consulter la carte des villes d’origine des réfugiés en Asie-Mineure (Turquie actuelle) :

 

En complément des notices documentaires des entretiens en langues française et grecque, plusieurs billets offrent des éclairages thématiques transversaux :

Crédits photographiques : Port de Smyrne vers 1920, domaine public. Page 30 de l’ouvrage Greece de Puaux, René et Brown, Carroll N. (Carroll Neidé), publié pour la « Greek Government Exhibition », collection de la bibliothèque du Congrès. 

Atelier numérique en Méditerranée – Frontières, migrations, mobilités : programme

Cet atelier doctoral (ATED) s’inscrit dans les objectifs du LabexMed qui se positionne comme acteur de la recherche internationale, des pratiques interdisciplinaires et de la promotion des Digital Humanities dans le champ des études méditerranéennes. il est organisé en collaboration avec les laboratoires TELEMME , IREMAM,  LAMES,IRMC et le Pôle Images/Sons, pratiques du numérique de la MMSH. L’atelier a l’ambition de constituer un réseau d’études doctorales et de créer les conditions d’une communauté collaborative dynamique autour des Digital Humanities sur l’aire méditerranéenne.


Programme de l’ATED, 22-26 juin 2015

Lundi 22  juin

8h30

– Accueil par Karima Dirèche, directrice de l’IRMC.

– Présentation des étudiants et des intervenants.

– Présentation du programme et de l’organisation des ateliers de publication

10h-11h45

Session 1 : Les humanités numériques : état des lieux,

conférences introductives :

– Maryline Crivello (Directrice de l’UMR Telemme) : Expériences de projets numériques en sciences humaines (articles électronique, colloques et séminaires)

– Delphine Cavallo (Responsable du pôle Information scientifique, Cléo) : Les digital humanities, renouvellement des collaborations entre chercheurs et ingénieurs. Une expérience de plateforme de blogging scientifique

– Nicolas Larrousse (Ingénieur de recherche, Huma-Num) : La politique du CNRS. La sauvegarde sur le long terme de la recherche

 

Discussion avec les doctorants.

11h45-12h : Pause

12h-14hAtelier de travail (1)

– Sophie Gebeil (UMR TELEMME – AMU) : Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web

– Mohamed Naimi (CERSS – Université de Rabat) : Printemps arabe et digital humanities. Cas du Maroc : de la constitution d’un “espace des mouvements sociaux”

20h30-22h – Soirée-Débat

Watch the Med  (17min), film réalisé par Charles Heller (Université Goldsmiths, Londres)

Mardi 23 juin

Session 2 : Les sources numériques en SHS, recherche et méthode

8h-9h – Discussion avec l’ensemble des participants sur la journée précédente

9h-11h45 Nicolas Larrousse (Ingénieur de recherche, TGIR Human-Num) La recherche d’information à l’heure du web sémantique : enjeux, méthodes et outils

11h45-12h : Pause

12h-14h Atelier de travail (2)

– Célia Lamblin (LabexMed – AMU) : L’usage du numérique dans l’étude du numérique du phénomène des migrations égyptiennes en France

– Hicham Jamid (Université d’Agadir – LEMASE) : Le transnationalisme des migrants marocains hautemement qualifiés. Une preuve par le Web.

20h30-21h30 – Soirée-Edition

Atelier publication sur le carnet du Pôle image – son, pratiques numériques avec Delphine Cavallo (Cléo) et Véronique Ginouvès (USR 3125 – MMSH).

Mercredi 24 juin

8h-9h – Séance de restitution collective

9h-12hAtelier de travail (3)

– Sabrina Melouah (Université d’Annaba) : Créativité langagière chez les utilisateurs algériens de la messagerie instantanée sur Facebook.

– David Lagarde (LISST-CIEU Université de Toulouse 2) : Dynamiques et réseaux de l’installation des réfugiés syriens en Jordanie.

– Alain Zind (Université Paris 8) : La représentation du conflit irakien (2003-2010)  par ses acteurs. La question du numérique.

12h-12h15 : Pause

Session 3 : Migrations connectées

12h15-14h :  Sociologie numérique des migrations Dana Diminescu (Ecole d’Ingénieur Télécom Paritec)

20h30-22hSoirée-Documentaire

God Went Surfing with the Devil d’Alexander Klein (2011), film réalisé et présenté par Samuel Jaquesson (Association Surfer pour la paix) et discussion avec les participants

Jeudi 25 juin

8h-9h –  Séance de restitution collective

9h-12h :  Atelier de travail (3)

– Marion Breteau (IDEMEC – AMU) : Usages des NTIC et contours de l’intimité chez la jeunesse omanaise.

– Ahmad Abdoul-Malik (LEST – AMU) :  Les migrations internationales à l’ère du numérique. Les usages du numérique dans l’organisation d’activités de commerce transnational.

– Eya Jrad (Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis) : La sécurité des frontières en Afrique du Nord.

12h-12h15 : Pause

Session 4: Frontières, art et numérique

12h15-14h : Cédric Parizot A Crossing Industry : un jeu vidéo sur les borderscapes israélo-palestiniens

Visite organisée par l’’IRMC de la Medina de Tunis

Vendredi 26 juin

Session 5 : Publier sa recherche : l’expérience des carnets


8h-12h

Conférence de Kmar Bendana, Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine (ISHTC), auteure du carnet Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine http://hctc.hypotheses.org

Atelier- Edition sur les carnets du Pôle, animé par Delphine Cavallo (Cléo) et Véronique Ginouvès  (USR 3125 – MMSH)

12h-12h15 : Pause

12h15-13h : Présentation des différents billets par les doctorants.

 13h-14h : Bilan de l’atelier doctoral et conclusions

Crédits photographiques : page à la une extraiteSidi-Bou-Saïd vers 1906, photographie extraite de l’ouvrage de Norma Lorimer, page 372 : « By the waters of Carthage », domaine public.

Humanités numériques en Méditerranée : la Grèce

Afin de poursuivre son tour des Digital Humanities en Méditerranée le LabexMed organise cette année un atelier le 10 juin 2015 portant sur les Digital Humanities en Méditerranée : la Grèce. Nous accueillerons Amaryllis Raouzaiou, chercheure au laboratoire « Image, Video and Multimedia Systems » de l’ICCS-NTUA (Institute of Communication and Computer Systems – National Technical University of Athens) à la MMSH (Aix en Provence) de 14h à 17h. Ses recherches portent sur le domaine des interactions homme-machine à la synthèse de la reconnaissance des expressions et de la communication non verbale. Elle est reviewer dans des revues internationales et membre de la Technical Chamber of Greece. Depuis 2000 elle a participé à plusieurs projets nationaux et internationaux, notamment du réseau d’excellence Human-Machine Interaction Network on Emotion. Elle est également membre de l’AAAC – The Association for the Advancement of Affective Computing.

Son exposé portera principalement sur :

– La situation de la numérisation des archives de la Grèce dans les domaines scientifiques et culturels: musées, sites archéologiques, institutions culturelles, cinéma, bibliothèques, télévision, tourisme ;
– La participation de la Grèce au sein du portail culturel Europeana ;
– Les initiatives numériques en Grèce et en particulier l’intérêt croissant du grand public sur des projets commeMemoro, les groupes pour l’histoire des quartiers, le blogging ou encore les groupes facebook ;
– La formation au sein des universités et desinstituts de recherche grecs ;
– Les axes de recherche du laboratoire Image, Video and Intelligent Multimedia Systemsde ICCS-NTUA.

Cette intervention sera également l’occasion de présenter différentes initiatives développées en Grèce sur le web.

L’atelier est libre et ouvert à tou-te-s merci de remplir le formulaire en ligne pour vous inscrire.

Cadre de la formation :

Les Humanités Numériques –Digital Humanities – se sont structurées avec l’intensification des usages des technologies numériques à tous les niveaux de la recherche en sciences humaines et sociales. LabexMed a pour objectif de promouvoir les Digital Humanities et la diffusion de nouvelles pratiques collaboratives dans le domaine des SHS dans les pays de l’Europe et de la Méditerranée en favorisant une large appropriation des outils et des standards du numérique ;  de partager, de mettre en réseau et de rendre accessibles les ressources documentaires des laboratoires partenaires. Dans le cadre du pôle “Humanités numériques” de LabexMed et du pôle ”Image, son et pratiques numériques en sciences humaines et sociales” de la MMSH. Le programme des Ateliers du Numérique pour l’automne 2015 sera prochainement disponible sur le carnet de LabexMed.

Crédit photographiques : Parthenon from Southeast Collection, A. D. White Architectural Photographs, Cornell University Library Accession Number: 15/5/3090.00611, Photograph date: ca. 1865-ca. 1889, Materials: albumen print Image: 6.7323 x 8.8976 in.; 17.1 x 22.6 cm. No known copyright restrictions.

APPEL À CANDIDATURES – Atelier numérique en Méditerranée : frontières, migrations, mobilités

Cadre de l’atelier doctoral

Cet atelier doctoral (ATED) s’adresse à des doctorants en sciences sociales de toute université et de tous les pays. Il s’inscrit dans les objectifs du LabexMed qui se positionne comme acteur de la recherche internationale, des pratiques interdisciplinaires et de la promotion des Digital Humanities dans le champ des études méditerranéennes, en collaboration avec les laboratoires TELEMME , IREMAM,  LAMESIRMC et le Pôle Images/Sons, pratiques du numérique de la MMSH. L’atelier a l’ambition de constituer un réseau d’études doctorales et de créer les conditions d’une communauté collaborative dynamique autour des Digital Humanities sur l’aire méditerranéenne.

Date limite de réception des candidatures : 15 mars 2015, repoussée au 25 mars

Argumentaire

A l’intersection des sciences humaines et sociales, de l’informatique et des usages numériques cette école doctorale met en avant les Digital Humanities (DH) comme une pratique de recherche mobilisant des technologies numériques de façon structurelle, des modèles épistémologiques et des manières de diffuser les résultats scientifiques qui tirent profit de la communication en réseau. Deux thématiques sont proposées pour cette cession, les frontières et les migrations, en appuie à une réflexion autour du numérique dans la mesure où les TIC bouleversent les pratiques de recherche en SHS et parce que la Toile est devenue une donnée centrale du monde actuel.  Son intégration dans les études méditerranéennes est porteuse d’interrogations multiples qui offre de nombreuses pistes de réflexions.

Le numérique est devenu un objet de recherche de l’étude du changement en Méditerranée. D’abord outil de travail et d’analyse, le numérique est devenu un nouveau terrain d’étude pour appréhender les transformations à l’œuvre dans les sociétés méditerranéennes.

Il s’agira, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation des usages du numérique et de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la Méditerranée. Depuis les années 1990, l’émergence de l’internet a été intégrée dans une réflexion plus large menée sur les relations entre les TIC et les migrations (Tristan Mattelart, 2014). Ces travaux ont mis en évidence la place croissante des technologies numériques dans les pratiques diasporiques. Les outils de communication du web sont d’abord utilisés par les migrants pour pallier l’absence de la famille et des proches. Les courriels, les dispositifs de discussions instantanées, les téléconférences et les réseaux sociaux sont des modes de communication réguliers, rapides et interactifs qui participent au renforcement les liens diasporiques. Ces relations constituent également un marché de « niche » qui se manifeste, sur la toile, par la multiplication des sites diasporiques et des médias de minorité. Cette

« marchandisation de l’identitaire » est à l’origine de sites de plus en plus spécialisés qui participent à la segmentation de l’espace public (Isabelle Rigoni, 2012). Les migrants sont ainsi insérés dans de nouvelles stratégies communautaires mises en réseau. L’atlas augmenté e-diaspora (Dana Diminescu (dir.), 2009) rend compte de ces nouvelles dynamiques migratoires en proposant une cartographie des diasporas numériques, constituées sur le web (http://www.e-diasporas.fr/). Ces travaux invitent à repenser les migrations en Méditerranée et permet de sortir d’une approche européo-centrée mettant en exergue les flux Nord-Sud. Ils invitent également à reconsidérer la notion d’espace, en « dépassant la simple dichotomie espace physique / espace numérique (Sabrina Marchandise, 2012) : les liens virtuels créés sur le réseau s’appuient sur les relations préexistantes émanant du vécu de l’étudiant (famille, école, université, associations…). S’instaure ainsi, une nouvelle relation à la distance dans laquelle le réseau ouvre le champ des déplacements et des rencontres.

Les études sur les relations entre TIC et migration sont à l’origine de la figure du « migrant connecté » (Dana Diminescu, 2005), inséré dans une culture transnationale et en prise avec de nouvelles formes de participations. Relié à son pays d’origine mais aussi acteur dans sa société d’accueil, le « migrant online » est ainsi davantage en situation de « double présence » par opposition à la problématique traditionnelle de la « double absence » d’Abdelmalek Sayad. La cyberculture est ainsi à l’origine d’une nouvelle façon d’exister dans un monde de plus en plus caractérisé par la mobilité et le cosmopolitisme. Néanmoins, ces pratiques du « migrant connecté » ne peuvent faire l’objet d’une généralisation dans la mesure où elles s’insèrent dans des situations migratoires hétérogènes n’impliquant pas systématiquement le recours possible aux TIC. De plus, comme le souligne Tristan Mattelart, en étant connecté, le migrant s’intègre dans des relations de pouvoir et des logiques économiques à l’œuvre sur le réseau Internet qui ne sont pas sans conséquence sur ses propres pratiques.

La généralisation du numérique, transforme également les modalités d’élaboration, de valorisation et de patrimonialisation des mémoires migrantes. Grâce à la numérisation, le web apparaît comme un espace de sauvegarde et de valorisation du patrimoine audiovisuel méditerranéen, souvent conservé sur des supports analogiques fragiles. Le projet « Med-Mem, partager les mémoires audiovisuelles de la Méditerranée » (2009-2011) a abouti à la mise en place d’un site proposant des extraits d’archives audiovisuelles du bassin méditerranéen (http://www.med-med.ue). L’internet permet également d’interroger les stratégies mises en place par les différents acteurs mémoriels sur la toile pour faire valoir leurs revendications. Dans le cas français, les mémoires de l’immigration maghrébine n’ont pas intégré la mémoire collective malgré la création en 2007 d’une cité nationale pour l’histoire de l’immigration. Pour ces mémoires souvent perçues comme délaissées, le web constitue ainsi un nouvel espace d’expression et de mobilisation.

Déroulement de la session

Des exposés seront prolongés par des séances de discussion, des ateliers de travail autour des recherches doctorales des étudiants qui participent à la session avec un focus sur la place des Digital Humanities.

Dates

Arrivée le dimanche 21 juin 2015 départ le vendredi 26 juin 2015 à 14h.

Lieu

Sidi-Bou-Saïd, Tunisie

Modalités de sélection

Un jury sélectionnera dix candidatures qui comprendront :

– un CV ;

– une lettre de motivation de 8 000 signes maximum, rédigée en français résumant la thèse avec focus sur les questions que se pose le-la doctorant-e sur les humanités numériques en lien avec son projet. Aucune compétence ou de connaissance particulière en informatique n’est demandée pour participer à cette école doctorale.

Tous les champs disciplinaires demeurent en principe éligibles s’ils sont en lien avec l’argumentaire de l’école doctorale. La langue de l’atelier est le français.

Logistique

Les candidats seront prévenus de leur sélection au plus tard le 20 avril 2015. Les frais de transport et de séjour seront pris en charge. Les candidats retenus s’engagent à assister à la totalité de la session et à respecter les dates de départ et de retour qu’impliquent la session.

Date limite de réception des candidatures : 15 mars 2015, repoussée au 25 mars

Elles seront adressées par courriel à Claude Bruggiamosca qui enverra en retour un accusé de réception <bruggiamosca@mmsh.univ-aix.fr>

Comité scientifique pour la sélection des dossiers : Maryline Crivello (Telemme), Virginie Baby-Collin (Telemme), Blandine Descamps-Julien (LabexMed), Karima Dirèche (IRMC), Véronique Ginouvès (USR 3125), Stéphanie Latte (Iremam), Nicolas Maï (Lames), Sylvie Mazzella (LAMES), Cédric Parizot (IREMAM) , Stéphane Pouyllau (Huma-Num).

Comité d’organisation
Maryline Crivello (UMR TELEMME – MMSH, AMU-CNRS) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr
Claude Bruggiamosca (UMR TELEMME – MMSH, AMU-CNRS) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr
Karima Dirèche (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org
Mathilde Favier (LABEXMED)
Véronique Ginouvès (USR 3125 – MMSH, AMU-CNRS) http://phonotheque.hypotheses.org
Sylvie Mazzella (LAMES – MMSH, AMU-CNRS) mazzella@mmsh.univ-aix.fr
Cédric Parizot (IREMAM – MMSH, AMU-CNRS) http://iremam.cnrs.fr

Information sur Calendahttp://calenda.org/316245

Crédits photographiques de l’image à la une : carte des îles de la Méditerranée, Florence, 1489 insérée dans Google Maps. Collection de la British Library (Follow Account of the Islands of the Mediterranean. – caption: ‘World map by Martellus’). Pas de restrictions de droits connues.

 

 

/