Archives par mot-clé : Liban

Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

En stage à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, dans le cadre de mon Master 2 Archives et Images à l’université de Toulouse 2 Jean-Jaurès1, j’ai été chargée du traitement documentaire de la collection de témoignages des Français expatriés au Liban en 1975, rattachés au fonds d’archives orales Jean Métral.Celui-ci a rapidement induit pour des questions de droits d’utilisations et de diffusions, une recherche des témoins dont les voix avaient été enregistrées à Beyrouth dans le cadre de la recherche de Jean Métral, entièrement inédite. De fait, je suis devenue en tant qu’archiviste et grâce à des recherches croisées sur différents critères et sur les orientations de la veuve du chercheur, l’« archéologue » de biographies individuelles enregistrées en 1975. Continuer la lecture de Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

  1. Ce stage a été financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) et s’est déroulé sur 3 mois, du 11 avril au 22 juillet 2016 []

Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

Des enregistrements en 1975 à                        leur traitement documentaire en 2016

Le fonds des portraits des expatriés français au Liban en 1975, ne représente en réalité qu’un volet sur trois des recherches menées par Jean et France Métral. Le premier volet de leur recherche était une étude statistique menée à partir de 8000 fiches de Français expatriés détenues par l’ambassade de France à Beyrouth. Cette étude, rendue aux autorités libanaises en 1975, a disparu au moment du pillage et de l’incendie qui a détruit l’Administration centrale de la statistiques. Les chercheurs, rentrés en France en juillet 1975, apprirent leur disparition le mois de septembre suivant. Le deuxième volet de l’étude était constitué de témoignages des Français expatriés, enregistrés par le couple de chercheurs en collaboration avec Alain Battegay1. Interrompu par la Guerre civile du Liban survenue en mai 1975, les entretiens n’ont pu tous être menés sans que l’on puisse évaluer combien il en manquait. Quant au troisième volet, l’analyse des institutions françaises de Beyrouth, celui-ci n’a pas du tout pu être commencé. Continuer la lecture de Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

  1. Alain Battegay était alors en coopération militaire à l’Université Libanaise de Beyrouth, rattaché à l’Université de Lyon, il a été ensuite rattaché au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) à Aix-en-Provence de septembre 2006 à juin 2016.  []

Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Ils étaient coopérants militaires enseignants à l’École supérieure des lettres, homme d’affaires amené à voyager dans tout le Moyen-orient, cadre de la banque de l’Organisation des Nations Unies, ingénieur dans l’industrie des métaux chez Sidem, pères jésuites arabisants, chroniqueur sportif franco-libanais, avocat installé depuis plusieurs décennies au Liban…  En 1975, Jean Métral a enregistré 65 portraits de Français qui évoquent leur expatriation puis leur intégration au Liban, leurs loisirs, leur vie de famille, leurs amis Français et Libanais. Ce sont autant de regards posés sur une société libanaise où, à cette période, des tensions séparent de plus en plus les différentes communautés et où l’élite libanaise réclame une entière autonomie.



Continuer la lecture de Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

L’histoire orale par Antigone (de Shatila)

Elles sont huit femmes face au spectateurs qui lancent en langue arabe, dans un chœur monodique et puissant, la vieille histoire d’Antigone. Celle-la même qui a accompagné son père Œdipe à Colonne, celle qui s’est entêtée à enterrer son frère Polynice et pour cela a été enterrée vivante, subissant la rage de son oncle Créon. Pour nous raconter cette histoire, elles sont assises sur des chaises de bois et de paille. Peut-être sont elles épuisées de la route qu’elles ont parcouru entre Alep, Daraa ou Damas et Beyrouth et dont elle vont nous faire le récit entrelacé dans les vers d’Antigone ? Peut-être qu’elle sont assises ainsi comme on peut l’être dans la cuisine avec ses amies, pour leur confier soudain – parce que les circonstances s’y prêtent – des récits jusqu’ici enfouis, des récits que l’on a jusqu’ici préféré oublier.

Car les chaises vont bouger. Le chœur est là pour rythmer les monologues de chacune d’entre elle, indiquer le passage de l’une à l’autre. Comme dans la tradition du théâtre antique, il est mené par une coryphée qui sort du chœur régulièrement pour s’installer à son petit bureau de bois. C’est elle qui a la fonction de guider le spectateur, lui faire comprendre le contexte à travers la lecture de son journal intime qui raconte pourquoi ces huit femmes, qui habitent le camp de Shatila à Beyrouth, sont là ce soir.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9556

Ainsi, assise à son bureau, elle raconte d’abord sa surprise – au milieu du désordre du camp de Shatila – d’apprendre que des cours de théâtre se mettent en place et s’adressent à des femmes. Elle est la seule « dans la vraie vie » : elle boit quelques gorgées de thé ou d’eau à même la bouteille au fil de sa lecture, elle feuillette son journal, elle fume… – les autres ne prennent vie que lorsqu’elles racontent, comme si elles représentaient l' »Histoire » -. Elle a tout noté de ces deux mois de travail et de répétitions, avec la tristesse de l’excitation du premier jour qui sait déjà que l’aventure qui rompt son quotidien sinistre, se terminera.  « Aide par le théâtre », c’était ce qui circulait par le bouche à oreille dans le camp de Shatila et laissait chacune circonspecte. Antigone of Shatila@Didier Nadeau0066

Au camps, une trentaine de femmes décident de participer à ce projet mené par Omar Abusaada1 et participent à des ateliers d’écriture qui vont peut à peu constituer le corps d’Antigone. Car chacune se reconnait dans ce personnage entêté à défendre ses valeurs, essentielles pour se construire, et à prendre son destin en main.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9965

Assises sur leurs chaises, pieds nus, elles sont semblables et différentes. Chacune a sa façon de se tenir, de porter son foulard, de se vêtir. Lorsqu’elles sont sous la lumière, cette individualité déferle dans un récit qui renvoie à une traversée de quelques kilomètres qui les a arrachées à leur vie, leur maison, leurs proches – de la Syrie au Liban. La soeur qui a perdu son frère, la mère qui a perdu ses fils, la fille qui a perdu son père, celle qui ne parle pas de ses morts mais du combat de la vie chaque jour… Des récits qui nous happent et viennent éclairer les statistiques que l’on lit trop souvent sans s’en représenter la réalité.  L’écriture est belle, la diction mélodieuse, plongeant le spectateur dans chacune de ces bribes d’Histoire, uniques et universelles.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9936

Une soeur court d’une faction à une autre pour chercher son frère disparu. La rumeur le dit mort, elle veut l’enterrer. Contrainte à définitivement quitter sa campagne d’Alep sans avoir pu le retrouver, elle emporte avec elle une pierre de sa maison détruite par un bombardement. Une fille retrouve l’odeur de son père mort d’épuisement dans ses bras en dépliant le pull-over qu’il portait ce jour là. Elle déplie avec lui cette journée, où à l’hôpital libanais, en tant que réfugiés, leur douleur s’est heurtée à une absence totale de considération. Il y a aussi cette épouse réveillée un matin pour la première fois de sa vie après son mari, le lit est vide. Inquiète aussitôt – car tout qui change de l’habitude peut être douloureux -, elle s’alarme d’autant plus quand il lui demande de ne pas ranger, de rien préparer mais de partir en taxi, quitter le camp, aller à Beyrouth. Et voilà qu’il entre dans un magasin, lui achète un chemisier et  lui souhaite une belle Saint-Valentin ! Quel émerveillement que de ressentir ce bonheur simple de ne plus trembler. Il y a celle mariée très jeune à un mari grincheux qui lui impose de porter un voile intégral. Sa propre famille soutient cette obligation, le ciel et les oiseaux s’obscurcissent. Mais le camp de Shatila curieusement va la libérer. En voulant ramasser son linge, étendu sur la terrasse de leur pauvre appartement le lendemain même de leur long périple,  elle découvre que quelqu’un lui a volé son voile. Les premiers jours, son mari lui impose la règle, « Pas de voile, pas de sorties » mais son épuisement et les vicissitudes de la vie quotidienne auront le dessus : il finira par la laisser aller visage découvert.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9888

« Aide par le théâtre », c’était par ces mots que ces actrices se sont décider à participer à ce projet d’écriture de pièce sans savoir qu’à travers le théâtre c’est elles qui allaient aider le public à comprendre l’Histoire. Leurs bribes de récits de vie, nous permettent de partager pour un instant leur intimité, leur douleur et leurs espoirs. Loin du stéréotype des femmes au foulard, elles se découvrent opiniâtres telles Antigone, créatrices, actrices, conteuses… Et leurs histoires nous permettent de comprendre le monde.

Antigone of Chatila©Didier Nadeau9478

Mise en scène : Omar Abusaada
Dramaturgie : Mohammad Al Attar
Préparation des actrices : Hala Omran
Lumières : Hasan Al Balkhi
Première européenne à la Friche de la Belle de Mai,
A Hambourg lundi 1er février et mardi 2 à 15h et à 20h, théâtre  Thalia. Réservations : http://www.thalia-theater.de
Si nous apprenons d’autres dates nous le signalerons sur le carnet.

Traduction (les didascalies en langue française s’affichent sur les deux côtés de la scène pendant le spectacle) : Lise Alchami, Khadija Fadel avec le soutien de Simon Dubois.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau0057Actrices : Fatema Al Hasan, Faten Al Hasan, Aicha Al Khalaf, Muntaha Al Shahadat, Israa Alabdou, Fadoa Alaoyete, Zarifa Aljafar, Zakieh Alkhalaf, Heba Alsahly, Reem Meselmani, Esraa Shahror, Walaa Sokare, Wessam Soukari.

Crédits photographiques : Merci à Didier Nadeau (Atelier Pan, Marseille) de m’avoir autorisée à diffuser ses images pour ce billet.

 

Voir une vidéo sur les répétitions de la pièce à Beyrouth :

  1. Omar Abusaada est un metteur en scène syrien qui a créé la troupe Studio Theatre. Son premier spectacle ‘Insomnia’ en 2004 a été joué à Damas et au Contact Theatre Festival de Manchester. Il enchaîne ensuite les productions en Syrie : Poster (2006), Samah (2008) – une improvisation collective réalisée avec un groupe de jeunes prisonniers – puis Al Merwad wa Al Mekhala (2009) – joué à l’opéra national de Syrie à Damas – et Look at the Streets.  This is how Hope looks like (2011). Il quitte la Syrie en 2011 et continue son travail de metteur en scène comme Can You Please Look at the Camera? []

« Je me souviens » ou des formes de l’histoire orale

Lorsque Georges Pérec a publié Je me souviens, la guerre du Liban avait déjà commencé depuis trois ans et Zeina Abirached n’était pas née.  Malgré l’évocation de souvenirs très précis, ce livre a étonnamment traversé les modes et les périodes. Sans doute parce que l’histoire (notre histoire) est aussi faite de bribes et de traces, de petits morceaux de quotidien banal, partagés par d’autres anonymes. Ces instants, qui habituellement ne sont évoqués qu’au cours de conversations, nous reviennent soudain « suscitant pendant quelques secondes une impalpable petite nostalgie » (introduction de Georges Pérec à Je me souviens, 1978).

Il peut s’agir de moments  communs à tous [Je me souviens des pommes cuites au four, oubliées et carbonisées (56)  ou Je me souviens de l’air de mes tables de multiplication (154)] comme d’autres devenus incompréhensibles avec le temps [Je me souviens de « ALLEZ LES VERTS ! » (51)] ou qui le deviendront [Je me souviens de l’odeur de tabac qui imprégnait livres et vêtements dans la bibliothèque de mon grand-père (155)].  Bref,… toute plongée dans « Je me souviens » est addictive, il est difficile d’en sortir sans que les souvenirs se pressent dans nos mémoires. Ainsi, même si c’est trente ans plus tard que Zeina Abirached découvre cet ouvrage, il lui offre instantanément la possibilité d’un récit. Elle a la force de se détacher de l’exercice oulipien et, tout en usant de la formule magique, de dessiner en noir et blanc une véritable histoire de la vie quotidienne d’une enfant de la guerre du Liban qui habite Beyrouth Est, du côté du glacier « Chez Ward ». Une sorte de témoignage oral en bande dessinée à l’époque où Graindayzer (« Goldorak » pour les beyroutins) passait à la télé entre les pannes d’électricité .

Pressez-vous de le lire, Amazon nous dit qu’il en reste quelques exemplaires. D’autant plus que ce livre est un joli objet fabriqué par les éditions Cambourakisqui avec une texture, une forme et des couleurs qui plaisent aux mains et aux yeux.  Quant au mode « Je me souviens », il demeure une belle façon de raconter l’histoire des anonymes et c’est pour cela que les chercheurs s’en emparent. Un projet d’envergure vient d’être présenté justement à Beyrouth à partir d’une idée collective présenté  par Maryline Crivello, Jacques Sapièga et Alain Brenas sur le thème « Création cinématographique et recherches en SHS, Je me souviens de la Méditerranée».  A suivre…

Crédit photographique : Beyrouth, Sporting club, fin du mois de mai 2010, Véronique Ginouvès.

Archiver la guerre : « Sur place, 4 revenants des guerres libanaises »

Ancien Holiday Inn de Beyrouth

Monika Borgmann et Lokman Slim accomplissent un travail de mémoire complexe en choisissant de montrer la guerre du côté des bourreaux. Déjà leur premier film Massaker, présenté au FID en 2005, interrogeait six phalangistes libanais qui avaient participé au massacre perpétré pendant trois jours et trois nuits du 16 au 18 septembre 1982 dans les camps de Sabra et Chatila. Pas de noms, pas de visages ; ils racontaient, sans repentir, le déroulement de la violence.

Monika Borgmann et Lokman Slim accumulent les archives audiovisuelles sur ces guerres que ne raconte aucun manuel d’histoire libanais. Ils ont choisi parmi leurs enregistrements, quatre entretiens filmés en plan fixe qui leur ont semblé raconter une partie (assurément minime) de cette histoire. Le film est présenté en première mondiale,  compétition internationale au FID 2009 dans la sélection Prix des médiathèques. Deux chrétiens, deux chiites, se succèdent face à la caméra. Les deux chrétiens sont des hommes publics, qui ont participé aux guerres du Liban et ils rejettent aujourd’hui leurs exactions – l’un avec plus de force que l’autre – . Les deux chiites sont des combattants, qui ont certes rendu les armes, mais sont encore engagés dans le tumulte de la guerre. Le premier est filmé de dos, le second porte un masque. Ce dernier a également, posé sur sa cuisse, une canne qui renvoie à sa paralysie causée par une balle lors d’un combat entre chiites. Son propre corps l’a obligé à stopper le combat,  lui qui avait commencé son entraînement dès l’âge de 12 ans. C’est à lui que revient le mot de la fin : « Je hais quatre choses, intensément : la paralysie, la cécité, les chiites et les palestiniens ». Un message qui s’entrechoque avec le message de paix du premier entretien. Mais encore ? L’histoire des guerres libanaises ne pourra se faire qu’en croisant toutes les paroles, de tous les acteurs, de toutes les confessions, des victimes et des bourreaux. Les actions privées ne seront pas suffisantes, il faudrait aussi que le Liban participe à leur création, à leur stockage, les donne à voir et à entendre pour que la mémoire puisse fonctionner, que les esprits puissent évoluer. Sur place, 4 revenants des guerres libanaises donne une idée de la force de paix que pourraient constituer de telles archives.

Crédit photographique : ancien Holiday Inn de Beyrouth, cité au cours de l’un des entretiens comme un des lieux où étaient déposés les corps abandonnés, Boyd Jones, http://www.flickr.com/photos/boydjones/3297725237/, sous licence creative commons.