Archives par mot-clé : Lou Burnard

Quel est ce bruit au fond de la bibliothèque ?

En ce moment se déroule à Fréjus, une école thématique du CNRS sur le thème de la  préservation et diffusion numériques des sources de la recherche en sciences humaines et sociales. Ce sont les Centres nationaux de ressources numériques du CNRS qui sont à l’origine de cette formation (TELMA, CRDO, CN2SV CRHST) soutenue par le TGE Adonis. Impossible de résumer en quelques lignes ce qui s’y passe, vous trouverez toutes les informations sur le wiki de l’école et sur les signets partagés développés au fil de la semaine. J’aimerais simplement vous faire partager l’intervention riche et originale de Lou Burnard qui a ouvert la réflexion sur les « humanités numériques » avec un très joli titre Getting over the page*.

Quel est ce bruit qu’on entend au fond de la bibliothèque ? s’interroge-t-il…  C’est le chuchotement des livres qui se parlent. Lou Burnard les a entendu dire que la numérisation n’est pas un simple acte technique (tiens, j’ai déjà lu ça quelque part il y a déjà longtemps) et que si elle permet de lire, annoter, faire des liens, elle encourage aussi les livres à se parler entre eux. Ils se parlent d’autant mieux que la numérisation est aujourd’hui irrévocable et que  l’infrastructure de connaissance est désormais largement numérisée. Lou Burnard a parcouru pour nous la brève histoire héroïque des digital humanities commencée à l’aube de ces temps improbables où le courriel n’existait pas et parcourue d’aventures les plus folles, de la carte perforée au XML. Pour nous faire comprendre tous les enjeux du text encoding initiative, il nous a présenté quelques projets dont il a suivi les évolutions, insistant sur le fait que pour encoder un texte il faut savoir, avant, le décoder. Le cas du Lexicon of greek personal names est assez exemplaire. Ce Who’s who de la Grèce antique a été créé au début des années 1970 pour tranquillement arriver au 21e siècle sans perte d’information, passant d’une application à une autre, toujours plus performante, intégrant au passage les travaux d’autres communautés comme Pleiades ou Aphrodidias. Sa réflexion sur les textes numériques devenus bien commun comme l’air qu’on respire et son appel à la convergence m’ont rappelé les idées d’Hervé le Crosnier, sans l’évocation inquiétante du contrôle de l’usage par les propriétaires des contenusSon appel – en conclusion- à la communauté scientifique de participer au web sémantique se voulait encourageant.

* Définition sur le dictionnaire en ligne Worldreference du verbe « to get over » : http://www.wordreference.com/enfr/to+Get+over

  1. traverser (stream, bridge); passer au-dessus de (wall);
  2. se remettre de (illness, shock); I can’t ~ over it (amazed) je n’en reviens pas;
  3. surmonter (problem);to ~ sth over with en finir avec qch.
Crédits photographiques :
Collection Adolph B. Rice Studio, février 1956, issu de la . Library of VirginiaNo known restrictions on publication. http://flickr.com/photos/library_of_virginia/2899334394/