Archives par mot-clé : luthier Amédée Dieudonné

1877-2017 : 140 ans de lutherie dans un atelier marseillais

Maison Barbet & Granier à Marseille (Archives du luthier Pierre Claudot)

Rares sont les ateliers de lutherie qui ont plus de cent ans aujourd’hui. C’est le cas de la Maison Hommel à Marseille qui a été créée en 1877. Ses fondateurs sont liés à Mirecourt, capitale de la lutherie française. L’un, Charles BARBET, 38 ans, né à Bourges en 1839, descend d’une famille de luthiers de Mirecourt. L’autre, Edmond GRANIER, 26 ans, Provençal né en 1851, y a des attaches professionnelles. En matière de lutherie, les Vosges ne sont jamais loin, même à Marseille. Continuer la lecture de 1877-2017 : 140 ans de lutherie dans un atelier marseillais

Un fabricant de chevalets retrace la vie des ateliers de Mirecourt du début du 20e siècle aux années 1980

Louis Jeandel, fabricant de chevalets, Ambacourt, 1982 (cliché B. Lesaing) (cliché

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin, Louis Jeandel, descend d’une famille de luthiers fabricants de chevalets depuis 120 ans ; son grand-père a créé la célèbre marque familiale Aubert (de son propre nom). Suite aux décès de ses deux maris successifs, sa grand-mère dirige l’affaire, puis elle se fait remplacer par sa fille jusqu’à la seconde guerre mondiale. Louis Jeandel suit son apprentissage dans la maison fondée par son père en 1895 (année de sa naissance), première fabrique spécialisée dans les chevalets à Mirecourt. Il a également une formation de mécanicien spécialiste en fabrication d’outillage spécifique.

L’apprentissage (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Tableau des chevalets Jeandel-Aubert (cliché B. Lesaing)

Après la deuxième guerre mondiale, il réunira les deux ateliers (le premier fondé par son grand-père maternel Aubert et l’autre par son père) et deviendra le seul fabricant de chevalets. Sa production en 1926 atteint 300 000 chevalets par an avec une dizaine d’ouvriers payés à l’heure.

Sur un instrument de musique à cordes, le chevalet est une pièce placée entre les cordes et la table d’harmonie de l’instrument : son rôle est de transmettre les vibrations des cordes à la table qui va amplifier le son produit. Le chevalet sert aussi à maintenir l’espacement entre les cordes et, pour les instruments à manche, à les maintenir à la bonne hauteur par rapport à celui-ci. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement qu’un seul modèle de chevalets en usage, mais ce modèle a évolué au fil du temps.

L’évolution de la forme du chevalet (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Louis Jeandel définit la spécificité de cette pratique artisanale : les outils eux-mêmes sont fabriqués au sein des ateliers, l’essentiel étant autrefois le canif. La fabrication à la main des accessoires comme les chevalets, mais aussi les chevilles, les cordiers, a aujourd’hui partout disparu.

La fabrication artisanale des chevalets (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496


Héritier de l’histoire familiale, il présente à l’enquêtrice un livre de compte datant de son grand père qui témoigne de la production de chevalets dès 1874 et d’activités annexes comme le débit de bois. Il est catégorique, aucun luthier n’a jamais fait jamais de chevalet. Une des raisons est qu’il faudrait trop de bois. Lui-même achète aujourd’hui 25 tonnes de bois par an alors qu’il en utilise seulement 2 tonnes pour ses chevalets, le reste part en chutes, en sciure et copeaux. En effet, le choix du bois du chevalet – qui pèse 3,5 grammes – doit être très strict et exempt de tout noeud. Il expose la nature, la qualité et la quantité de bois d’érable nécessaire à cette fabrication.

Choix du bois pour les chevalets (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Plaquettes de bois pour chevalets, maison Jeandel (cliché B. Lesaing)

Ses clients viennent du monde entier visiter sa fabrique. Il travaille par exemple avec six sociétés au Japon, dont les représentants se sont tous rendus à Mirecourt. Pour palier à la crise de la lutherie, il a gardé ses ouvriers et a fabriqué d’autres objets (meubles de radio, de cuisine…) mais depuis la fin des années 1960 il ne fait plus que des chevalets à nouveau. De la profession des luthiers dans son ensemble, Louis Jeandel distingue ceux d’avant et d’après la guerre de 1914-1918, disant que lui par exemple a eu le temps d’apprendre la musique (le violon) et il jouait dans l‘orchestre à cordes de Mirecourt dirigé par Dieudonné.

Louis Jeandel, fabricant de chevalets, 1982 (cliché B. Lesaing) 

Il répond à l’enquêtrice sur l’état d’esprit frondeur des luthiers (joie de vivre, anticléricalisme, engagement politique, libres penseurs). Bien que soumise à d’importantes heures de travail (à l’atelier et en complément à domicile), toute la profession trouvait des respirations dans ses jours de repos (dimanche et lundi) et des fêtes (la sainte Cécile, patronne des luthiers). Pour illustrer les conditions difficiles de vie dans cette profession, il souligne avoir vu des médecins exercer gratuitement leur métier afin de soigner les ouvriers. Il considère que son métier est luthier, il n’y a pas de terme spécial pour le fabriquant de chevalets. Le récit se prolonge sur la reconstitution et l’énumération des vingt-quatre opérations successives de fabrication d’un chevalet d’autrefois.

24 opérations pour fabriquer un chevalet (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Chaque opération se distingue par l’outil et l’usage spécifique qu’elle nécessite, par exemple : 2 : traçage, 6 : dehors de pieds, 7 : entailles de genoux, 8 : genoux, 12 : échancrage des ouïes avec canif, ouverture des ouïes avec la scie, limite de largeur des pieds, finir le pont avec la fraise.

Outillage pour la fabrication des chevalets (cliché B. Lesaing)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Jeandel, Louis (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un fabricant de chevalets retrace la vie des ateliers de Mirecourt du début du 20e siècle aux années 1980. Mirecourt, 1er juin 1982. 1 cass. : 1h 25min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3496.

Crédits photographiques :  Clichés de B. Lesaing. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille

Pierre Claudot à Mirecourt en 1923

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier à Marseille et originaire de Mirecourt comme la plupart des luthiers français de sa génération. Il s’agit ici de leur premier entretien. L’informateur descend d’une longue lignée de luthiers, mais n’a connu parmi eux que l’un de ses oncles, François Claudot, luthier à Dijon (auquel succèdera Albert Claudot, frère aîné de Pierre). Son père, Félix Claudot, luthier à Mirecourt, est décédé un mois après sa naissance, aussi la vie des ateliers ne lui était pas familière avant son apprentissage. A 12 ans, après le certificat d’étude, Pierre obtient un emploi de commissionnaire dans une banque. Sa mère, veuve, ne veut pas qu’il soit luthier. Il parvient à la convaincre grâce à l’instauration nouvelle, en 1920, d’un apprentissage rémunéré, destiné à former des luthiers d’art capables de fabriquer un violon complet (par opposition à la lutherie manufacturée où des ouvriers se spécialisent dans la fabrication de certaines pièces).

Extrait de l’enquête n°3483, L’apprentissage payé

Pierre Claudot témoigne d’un apprentissage long et exigeant pour atteindre la maîtrise parfaite de l’outil et de la matière

Après deux ans et demi d’apprentissage chez Thibouville, il reste encore six mois dans cette maison.

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans – face

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17ans – dos

 

Inscription sur le fond d’un violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans

Puis il est sollicité par Amédée Dieudonné, luthier qui revient de Bruxelles et introduit des modèles d’instruments différents de ceux qu’on utilise alors à Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3493, Pierre Claudot chez Amédée Dieudonné

Pierre Claudot détaille les différentes opérations dans la fabrication d’un instrument. La plupart des ateliers confient la fabrication des têtes des instruments à des spécialistes et livrent les instruments en bois blanc à des vernisseurs.

Après avoir travaillé trois ans chez Dieudonné, Pierre Claudot part à Marseille où il est embauché par la maison Granier. L’informateur, à travers sa carrière de luthier, a vécu l’histoire du 20e siècle : de la crise économique mondiale de 1933 qui pousse son employeur à Marseille, le luthier Granier, à abandonner la lutherie et à lui céder son entreprise,


jusqu’à la seconde guerre mondiale qui maintient le commerce dans un fragile équilibre.

Pierre Claudot chez Granier à Marseille en 1928 (ici avec André, dit « Boubous », neveu de Denis Granier)

 

Au lendemain de la guerre, la profession connaît de nouvelles difficultés face au développement des techniques d’enregistrement audio entraînant la disparition de nombreux orchestres. Pierre Claudot situe enfin une renaissance de la profession à partir des années 1960, dûe entre autres à un retour culturel à la musique et à l’apprentissage d’un instrument par les nouvelles générations.

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour « faire la main » d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque  : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille. La Bouilladisse, janvier 1981. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3483.

Crédits photographiques : fonds Pierre Claudot (image 1 et 5) et Hélène Claudot-Hawad.