Archives par mot-clé : luthier André Granier

1877-2017 : 140 ans de lutherie dans un atelier marseillais

Maison Barbet & Granier à Marseille (Archives du luthier Pierre Claudot)

Rares sont les ateliers de lutherie qui ont plus de cent ans aujourd’hui. C’est le cas de la Maison Hommel à Marseille qui a été créée en 1877. Ses fondateurs sont liés à Mirecourt, capitale de la lutherie française. L’un, Charles BARBET, 38 ans, né à Bourges en 1839, descend d’une famille de luthiers de Mirecourt. L’autre, Edmond GRANIER, 26 ans, Provençal né en 1851, y a des attaches professionnelles. En matière de lutherie, les Vosges ne sont jamais loin, même à Marseille. Continuer la lecture de 1877-2017 : 140 ans de lutherie dans un atelier marseillais

Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques

Le luthier Pierre Claudot à Marseille vers 1930

Après plusieurs entretiens menés par sa fille ethnologue en 1981 puis en 1988, Pierre Claudot, alors âgé de 87 ans, est interrogé ici sur sa vie marseillaise par Mireille Jattiot-Cohu. L’enquête s’apparente à un dialogue du fait des liens qu’entretient l’enquêtrice avec l’informateur : elle est une petite-fille Granier, anciens propriétaires de l’atelier marseillais de Pierre Claudot. Ce dernier raconte son parcours de Mirecourt à Marseille.

Naissance à Mirecourt (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Sollicité par son oncle François, luthier à Dijon, qui n’a pas de successeur, il décide de s’orienter vers la lutherie, bien que sa mère soit assez réticente. Le contexte lui paraît favorable, d’autant que la guerre de 1914 a décimé une partie des spécialistes de la lutherie.

Le choix de la lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Pierre Claudot voit aussi dans cette orientation une possibilité de s’échapper de Mirecourt, dont le cadre familial et provincial semble l’étouffer. Il entre en apprentissage chez Thibouville.

Apprentissage (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Son rêve d’indépendance est apparemment incompatible avec la vie à Mirecourt.

S’éloigner (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

A la fin de son apprentissage, déçu par l’installation de son oncle à Dijon, il part travailler chez Dieudonné pendant trois ans à Mirecourt où il dit avoir beaucoup appris.

Perfectionnement chez Dieudonné (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Au retour de son service militaire, Dieudonné l’informe de deux demandes pour un ouvrier-luthier, l’une à Lille et l’autre à Marseille.

De Mirecourt à Marseille (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Il gagne Marseille le 15 janvier 1928 âgé de 21 ans et demi pour être embauché par la maison Granier, installée 14 rue Paradis depuis 1877.

 

Fondateurs de la maison Barbet et Granier, puis Granier à Marseille (Archives P. Claudot)

Un contrat tacite (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Au-delà de l’adaptation aux climat et tempérament méditerranéens, il s’agit d’une véritable adoption de Pierre Claudot par la famille Granier.

Lors de la crise de 1933, Denis Granier abandonne la lutherie. Son neveu, André Granier II (fils d’André Granier I), et Pierre Claudot s’associent et ne conservent de la maison Granier que l’atelier dont Pierre Claudot deviendra propriétaire en 1937 jusqu’à sa retraite en 1973.

Effort de continuité (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

De son côté, Denis Granier ouvrira un magasin de peinture en exposant les artistes peintres dans l’arrière-boutique, mais quelques années après, devra se réorienter à nouveau en travaillant dans l’aéronautique, pour revenir plus tard, après la guerre, à l’archèterie dans un petit atelier installé rue des Minimes.

Si Pierre Claudot évoque avec plaisir le parcours de son maître Dieudonné ou s’il narre avec détails la leçon de survie qu’a imposée la guerre de 1939-1945, c’est quand il parle de son métier qu’il trouve toute son aisance. Outre l’importance primordiale de la netteté du geste, il décrit quelques étapes de la fabrication d’un violon, les deux types de moules utilisés (en dedans ou en dehors) pour les éclisses, quelques techniques et progressivement le corps de l’informateur s’anime : il va chercher un instrument pour le présenter à l’enquêtrice, puis des outils, il va même jusqu’à la démonstration.

Il évoque les ouvriers habiles et rapides qui gagnaient leur vie à condition de faire dix beaux violons à la main par mois.

Le travail aux pièces (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Il y avait trois manufactures de lutherie à Mirecourt, au début du XXe siècle, qui embauchaient de nombreux ouvriers et avaient développé la technique du violon moulé.

Le violon moulé et les fabriques de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Enfin ce dernier entretien de Pierre Claudot se termine par un dialogue sur ce qui est appelé  »l’âme » du violon, cette petite pièce cyclindrique placée entre la table et le fond de l’instrument pour soutenir la voûte du violon qui subit la pression du chevalet sur lequel s’appuient les cordes.

Son, âme et barre (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

 

Le luthier Pierre Claudot ajustant l’âme d’un violon avec la pointe aux âmes, et à ses côtés Philippe Bodart, son successeur, à Marseille, vers 1973 (Archives Pierre Claudot)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt et auquel a été ajouté l’entretien évoqué ci-dessus mené par Mireille Jattiot-Cohu , corpus déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Jattiot-Cohu, Mireille (enquêtrice).  Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques,  30 octobre 1993. 1 cass. :  33 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3486. 

Crédits photographiques : Archives Atelier Pierre Claudot. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.