Archives par mot-clé : luthier Gustave Villaume

Conversation tissée d’anecdotes autour de la carrière d’un luthier originaire de Mirecourt

Gustave Villaume présente un de ses violons, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens avec son père de 1981 à 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Elle est reçue ici par Gustave Villaume et sa femme qui se livrent aux souvenirs : anecdotes professionnelles, évocation des camarades et collègues. Rejoints par Jean Vuillaume, frère du premier témoin et également luthier, les conversations se croisent jusqu’à provoquer parfois un joyeux brouhaha. Au cours de l’apprentissage, commencé dès l’âge de douze ans à la suite du certificat d’études et pour une durée de trois ans, les jeunes garçons de Mirecourt sont formés plus qu’à un métier ; imitant les habitudes de leurs collègues adultes, ces enfants apprentis sont aussi formés à l’école de la vie. Gustave Villaume a été formé chez Léon Mougenot.

L’apprentissage du luthier (Gustave Villaume,  extrait de l’enquête 3487)

Le métier tel que Gustave Villaume l’a connu n’existe plus aujourd’hui. Il évoque les conditions d’apprentissage de la lutherie et les concours qu’on faisait faire aux apprentis chaque année.

Les concours de lutherie (Gustave Villaume, extrait de l’enquête 3487)

Après avoir débuté sa carrière comme ouvrier luthier à Mirecourt, il part travailler à Nancy chez Jacquot, et quand cette maison fait faillite, il s’installe à son compte en 1924.

Monsieur et Madame Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

A la fin de sa carrière, il a fabriqué des contrebasses. Les différences extrêmes de rémunérations qu’il découvre pour un même travail entre Mirecourt et Paris l’indignent et lui font refuser la restauration de harpes qu’il avait dans un premier temps acceptée. Les salaires de misère répandus à Mirecourt ont incité les vieux luthiers à orienter leurs enfants vers d’autres métiers.

Orientation des enfants vers un autre métier (Gustave Villaume, extrait de l’enquête 3487)

Chez le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)


Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour « faire la main » d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Villaume, Gustave (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Conversation tissée d’anecdotes autour de la carrière d’un luthier originaire de Mirecourt. Mirecourt, 1982. 1 cass. 1h 10min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3487.

Crédits photographiques : Gustave Villaume présentant un violon ; Monsieur et Madame Villaume à leur domicile ; chez Gustave Villaume à Mirecourt, 1982, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.