Archives par mot-clé : Lyon

Pratiques de collecte, d’archivage et d’utilisation des données d’entretien – Jeudi 10 mars 2016, Irstea (Lyon)

Le 10 mars 2016 aura lieu à Lyon, un séminaire sur le thème « Pratiques de collecte, d’archivage et d’utilisation des données d’entretien. Questions éthiques, juridiques et techniques ». Cette journée sera l’occasion de présenter le projet Sygade1, un système de gestion et d’archivage des données d’entretiens recueillis par les chercheurs en sciences humaines et sociales de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) .

PROGRAMME

9h30 – Genèse et déroulement du projet Sygade et brève démonstration.

10h – Les enjeux de la qualité des données et métadonnées sonores et de leur conservation, par Michel Jacobson (Laboratoire ligérien de linguistique).

11h – Le témoin aux sources du savoir de l’enquête de terrain :quels sont les apports de la signature d’un contrat entre témoin et enquêteur ? par Véronique Ginouvès (USR3125 – AMU/CNRS)

11h45 – Utiliser et réutiliser les archives orales. Comment faire des archives orales un outil de recherche collectif ? par Florence Descamps (EPHE).

L’après-midi sera consacrée à des ateliers pratiques avant de se centrer sur les enjeux de la valorisation des données de terrain à l’IRSTEA, de dresser un bilan de la journée et d’envisager les suites de ce séminaire.

Atelier 1. Signer un contrat entre informateur et collecteur. Premier retour d’expérience et discussion.

Atelier 2. Les données d’entretien : un matériau pour de futures recherches ? À quelles conditions ?

15h45 – Interventions d’un responsable de la DJA (Direction juridique et des achats) d’Irstea et de la DP2VIST (Direction de la prospective, de la veille et de la valorisation de l’information scientifique et technique) sur les enjeux des données de la recherche à Irstea »

Téléchargez le programme du séminaire (format PDF)

Se rendre à l’IRSTEA Lyon

Crédits photographiques de l’image « à la une » : Margaret Mead (1901-1978) parle à des journalistes à l’Académie des sciences de New-York en juin 1968. On voit également la chimiste Linus Pauling (1901-1994). Photographe : Stephen Siegel. Collection du Smithsonian Institution Archives. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Ce projet est développé dans le cadre de l’appel à projets de soutien au développements des systèmes d’informations scientifiques 2014 (APSIS14) d’Irstea []

Sources orales, sources sonores à l’âge du numérique, 19 janvier 2015

Le 19 janvier 2015 se tiendra à Lyon une journée d’étude sur le thème « Sources orales, sources sonores à l’âge du numérique. Du traitement des données à la valorisation des ressources ».

Présentation de la journée :

Dans un paysage des humanités numériques en plein essor, la multiplication des outils techniques disponibles pour le traitement des données pose à la recherche en sciences humaines et sociales des questions de plus en plus complexes. Les logiciels permettant de traiter des bases de données conséquentes ouvrent des perspectives nouvelles à l’usage des sources orales et, plus généralement, sonores (témoignages filmés, enregistrements…), et à la recherche. Une fois archivées, les données sont à même de documenter des champs peu couverts par les sources conventionnelles. Elles contribuent à renouveler les problématiques et les approches. Les procédés techniques facilitent aussi bien l’archivage de ces données, leur constitution en sources, que leur traitement analytique et leur valorisation. Le foisonnement des propositions techniques, leur complexité d’utilisation peut toutefois plonger dans la perplexité et décourager plus d’un chercheur. Par ailleurs, les possibilités d’exploitation des données qu’elles offrent, mais aussi leurs limites influent sur les méthodes d’analyse, voire sur les choix de problématisation. Enfin, le recours au numérique et à des outils fondés sur le partage des données, le travail collaboratif et la diffusion n’est pas sans soulever des problèmes éthiques et juridiques. Cette journée aura pour objectif de réfléchir à la rencontre entre les sources orales et certains outils numériques développés ces dernières années. Les interventions tenteront de clarifier les possibilités et les perspectives ouvertes par des logiciels permettant le traitement des données. Seront abordées les questions de la captation des données, filmées ou enregistrées, de leur traitement, de l’indexation et du catalogage, de l’interopérabilité entre des systèmes de conservation des données. La réflexion portera sur les usages, principalement scientifiques et pédagogiques, sur la production et la valorisation des ressources. Elle englobera les questions éthiques et juridiques soulevées par le numérique. Les contributions porteront sur différents types de corpus et leurs auteurs pourront présenter des outils, des programmes et des réalisations concrètes.

Programme :

09h00 : Accueil des participants

09h30 – 09h45 : Introduction

Matin : ordonner, indexer et analyser les données

Présidence : Jean-Philippe Magué (UMR ICAR)

9h45 – 10h15 : Edouard Lynch (LER, Lyon 2) : « Indexer des sons et des images en sciences humaines »

10h15 – 10h45 : Emmanuel Debono (IFE/LARHRA, ENS Lyon) ; « La collection de témoignages de l’USC Shoah Foundation. Indexation, catalogage et moteurs de recherche. »

11h15 – 11h45 : Alex Alber (Laboratoire CITERES, Tours) : « Présentation du logiciel Sonal pour l’aide à la transcription à l’analyse qualitative des entretiens »

11h45 – 12h15 : Joachim Carreira (LAS-EHESS, Paris) et Karine Basset (LARHRA-CNRS, Grenoble) : « Une expérience d’utilisation de Sonal au service d’un programme de recherche, « Histoire et mémoires du PnC (1970-2010) »
12h15 – 12h30 : Conclusion de la matinée

Après-midi : valoriser et diffuser les ressources

Présidence : Anne-Marie Granet Abisset (LARHRA-Pôle Images-sons-Mémoires)

14h00 – 14h30 : Aude Julien Da Cruz Lima (LESC-CREM, CNRS – Université Paris Ouest) : « Gérer et diffuser les archives sonores de la recherche ; le projet Telemeta et les archives sonores du CNRS – Musée de l’Homme (ethnomusicologie) »

14h30 – 15h00 : Véronique Ginouvès (responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, Aix-en-Provence) : « Valoriser les données de la recherche : quelle interopérabilité pour les archives sonores ? »

15h00 – 15h30 : Pause

15h30 – 16h00 : Elsa Coupard (Responsable du studio hypermédia de l’INA) : « Les grands entretiens de l’INA, conception et valorisation »

16h00 – 16h30 : Abderahmen Moumen (CRHiSM, Perpignan, Association Génériques, Paris) : « Histoire et mémoires de l’immigration : mobilisations et luttes pour l’égalité. 1968-1988 »

16h30 – 17h00 : discussion et conclusion

Informations pratiques :

Lieu : Institut Français de l’Éducation (ENS, Lyon) – 19 allée de Fontenay Lyon 7ème – Métro Debourg – Salle de réunion n°2 de 09h30 – 17h00

Organisateurs : LARHRA-IFÉ – Pôle Images-sons-mémoires (LARHRA) – Laboratoire d’Etudes Rurales

Organisateurs de la journée : Karine Basset (Larhra-Cnrs), Emmanuel Debono (IFé-Larhra), Edouard Lynch (Lyon 2, LER)

Crédits photographiques : visite des archives sonores de la radio-télévision nationale de Tanzanie, 26 août 2014, photographie de Véronique Ginouvès.

« Mappa di communità » ou le territoire redessiné avec ses habitants

L’écomusée urbain de Milan Nord Niguarda (du nom du quartier où il se trouve) a lancé le projet d’écriture d’une « Mappa di communità ». L’objectif affiché est d’aider les habitants à percevoir, avec plus de précision, les contours de leur quartier, ceux de leur patrimoine historique et culturel et les liens sociaux qui se sont établis au fil du temps. Créée par les habitants eux-même, elle donne à lire les histoires du coin de la rue, telle une archive vivante, toujours remise à jour. Un parcours collectif dont la première version date de 2009.

Ces cartes, appelée en Italie  « Mappa di communità », ne cessent de se fabriquer dans les villes – Venise vient de présenter la sienne – ou les campagnes – telle celle du parc national du Vanoï-. Toutes sont construites avec les citoyens du territoire dessiné, où ils transmettent des bribes de leur représentation de leur espace. En Angleterre, on les appelle les Parish maps. et certaines se donnent à voir en ligne comme celles de Combe Martin ou Aveton Gifford dans le Devon.

En France les projets commencent à voir le jour, sans qu’une dénomination précise ait été arrêtée. Plusieurs proposent des enregistrements sonores à écouter. Il est ainsi possible de parcourir  la ville de Paris dans une visite toujours en mouvement à travers des prises de son (paysages, ambiances, promenades perceptions) ou des entretiens sur http://www.ecouterparis.net. Imaginé par l’atelier du bruit, le projet a été  soutenu par la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) et la Fondation de France, avec des ateliers dans les quartiers menés en collaboration avec la Cité de la musique. Ecoutez par exemple, la poétique promenade sonore de Nicolas Frize à travers le 10e arrondissement ou les cris d’un chiffonnier ferrailleur dans les années 1950 qui traverse le 2ème arrondissement. A Lyon, le 8e arrondissement a aussi son atlas sonore musical. Après deux années de recherches de terrain et de collectes musicales au sein du centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) auprès des habitants de ce quartier, Yaël Epstein et Françoise Morel ont mis en ligne leurs rencontres sous forme d’une carte à la fois précise et ouverte à l’imaginaire. Tout au long de la visite, il est possible de prendre dans un panier les fruits de la collecte, objets sonores dans lesquels on peut aller fouiller et en les activant, découvrir les chansons, les mélodies, les témoignages oraux…

La phonothèque de la MMSH, rêve aussi à la constitution d’une carte sonore, alimentée par les bases de données documentaires où pourraient puiser les futurs auteurs de « mappa di communità » ou autres cartes innovantes qui souhaiteraient introduire du son. Imaginez alors les croisements et les stratigraphies de mémoires que cela pourrait engendrer… Il reste à trouver l’outil qui permette de le faire facilement tout en conservant le contexte et les métadonnées des enquêtes de terrain.