Archives du mot-clé Marceau Gast

MARDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Entretien biographique avec Marceau Gast, ethnologue

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, a enregistré une série de neuf entretiens biographiques préparatoires auprès de l’ethnologue Marceau Gast (1927-2010), à son domicile à Aix-en-Provence, en vue de la rédaction d’un ouvrage biographique. Celui-ci est paru sous la référence suivante: Gast, Marceau, Tikatoûtîn. Un instituteur chez les touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. Cette série d’entretiens retrace la jeunesse et la formation de Marceau Gast en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touarègues du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie. Ces entretiens sont l’occasion pour le chercheur de poser un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touarègue, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche. Marceau Gast a disparu le 26 juillet 2010, un ouvrage collectif en son hommage dirigé par Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker va paraître incessamment.

Durée de la totalité du corpus : 6h30

Ahaggar 1974007

 

L’enfance, la formation professionnelle et la découverte du désert saharien de Marceau Gast, institut

Pour retracer l’émergence de sa vocation saharienne, Marceau Gast revient sur son enfance, son environnement familial, social et naturel qui ont forgé sa sensibilité et sa vie imaginative. La solitude et une certaine marginalité revendiquée ont marqué son apprentissage mais aussi le choix de la carrière d’instituteur qu’il inscrit dans la recherche d’une liberté sociale et intellectuelle. En filigrane de ce récit de l’enfance et de l’adolescence, c’est un regard critique qu’il transmet sur les structures de la société coloniale française en Algérie. Marceau Gast revient ensuite sur son apprentissage entre “vie de Robinson” qui lui enseigne sens de l’observation et sens pratique, et parcours institutionnel de l’école communale à la formation professionelle, dont il souligne les dysfonctionnements autant pratiques que moraux. En 1948, Marceau Gast est nommé à Laghouat où il poursuit son expérience d’instituteur mais vit surtout son premier contact avec le désert. Après le récit de son expérience du service militaire, Marceau Gast explique pourquoi il était alors fasciné par le désert, et plus particulièrement par le Hoggar et le peuple touareg. A la suite d’autres expériences, Marceau Gast obtient enfin une nomination dans le Hoggar où il intègre le projet des écoles nomades. Il raconte le “choc” qu’il éprouve à son arrivée à Tamanrasset puis dans le camp de l’Aménokal, la perte de repères spatiaux et sociaux. Il évoque en particulier l’attitude libre des femmes touaregues et la transformation de leur statut imposée par le regard d’une société coloniale ici vivement critiquée. Il décrit ensuite les conditions d’arrivée dans le camp de l’Aménokal en tant qu’instituteur, ses premières observations et difficultés. Il souligne l’importance dans ce contexte qu’a eu pour lui la découverte de la pédagogie de Célestin Freinet et ses efforts pour mettre en place cette dynamique auprès des enfants. Ce premier entretien se termine par l’évocation de plusieurs figures du camp de l’Aménokal et de l’ambiance particulière, austère et crispée, de ce groupe, très éloigné du fonctionnement des autres groupes touaregues de la région.eur et futur ethnologue : écouter l’enquête n °3377

L’arrivée de Marceau Gast, instituteur et futur ethnologue, au camp de l’Aménokal (1951) dans le Hoggar et son expérience de l’école nomade : écouter l’enquête 3378

Ce deuxième entretien revient sur l’arrivée de Marceau Gast dans le camp de l’Aménokal près d’Abalessa et sur ses premières impressions (étrangeté, solitude, hostilité). Le récit de la première journée est émaillé d’anecdotes et de réflexions sur l’autorité de l’Aménokal Bey ag Akhamouk, sur son entourage et l’accueil qui est fait au nouvel instituteur. Marceau Gast évoque sa découverte de l’étiquette à respecter en présence de l’Aménokal. De même, il apprend peu à peu, avec l’aide de son cuisinier, à décrypter les rites, les interdits et les modes de relation qui structurent la vie du camp. Il rappelle les raisons qui expliquent l’adhésion de l’Aménokal au projet des écoles nomades. Au vu de l’échec qu’a été cette expérience des écoles nomades jusqu’alors, Marceau Gast évoque ses objectifs: convaincre les Touaregs de l’intérêt de cet enseignement, gagner leur confiance sans tomber dans la complaisance et obtenir des résultats auprès des enfants en six mois, durée de l’année scolaire. Marceau Gast poursuit en se remémorant la première journée de classe, la composition du groupe d’élèves, ses difficultés à gérer les enfants de cette aristocratie touarègue, enfants gâtés et susceptibles dont faisait partie le fils de l’Aménokal. Dans ce contexte relationnel difficile, Marceau Gast rappelle l’importance qu’eut la pédagogie Freinet: par la pratique du dessin et des dialogues, en se basant sur le réel, il parvient à capter l’attention de ces enfants et à les amener peu à peu sur le chemin de l’apprentissage. Ce deuxième entretien se termine par l’évocation des petits cadeaux attendus en silence autant par les enfants que par les adultes du camp de la part de l’instituteur: la gestion de ces dons est l’objet pour l’instituteur d’un long et difficile apprentissage. Il doit y faire démonstration de sa subtilité, de sa connaissance de la société touarègue, de ses hiérarchies et de ses codes.

L’expérience d’une école nomade par Marceau Gast, instituteur dans le Hoggar (1951-1952) et futur ethnologue, et sa critique du colonialisme : écouter l’enquête 3379

Dans ce troisième entretien, Marceau Gast évoque l’hostilité première qu’a suscité dans le camp de l’Aménokal la figure de l’instituteur. Il parle de ses difficultés et de ses doutes. A propos de l’enseignement, il fait la critique de la pédagogie traditionnelle dans le contexte des écoles nomades et souligne les apports de la méthode Freinet. Il évoque les dons de ses élèves pour le calcul et fait le récit de sorties pédagogiques autour du camp. Il raconte notamment les similitudes qu’il observa entre les éléments iconographiques spontanément employés par ses élèves et les peintures rupestres néolithiques qu’il leur fit découvrir dans la région. Marceau Gast revient ensuite sur les règles de vie dans le camp de l’Aménokal et plus particulièrement sur les règles régissant l’accueil des visiteurs. Il décrit l’importance à l’époque du rôle de l’Aménokal (recevoir, écouter, aider, arbitrer) au sein des tribus de la région. Etonnée des conditions favorables faites à l’Aménokal par les Français dans cette région, l’enquêtrice évoque la situation de l’Aïr et d’autres régions marquées elles par la répression. Marceau Gast confirme les différences qui ont existées, avance quelques éléments d’explication. Il critique la mentalité d’une partie des coloniaux, notamment au sud du Sahara, et la violence que leur attitude a engendrée. Il évoque également des continuités entre période de la colonisation et période de la coopération sur le plan des mentalités françaises. Ces considérations politiques l’amènent à revenir sur la pensée humaniste de Freinet et sur son propre regret d’avoir manqué de formation politique dans sa jeunesse. L’entretien se termine sur l’application de la méthode Freinet dans sa classe dont il nomme les élèves. Il finit sur les tensions qui ont émaillé sa vie dans le camp et sur la finesse des observations psychologiques des Touaregs.

Observation de la vie et des structures de la société touarègue du Hoggar, par Marceau Gast, instituteur au camp de l’Aménokal (1951-1952) et futur ethnologue : écouter l’enquête 3380

Marceau Gast évoque les rythmes quotidiens du camp de l’Aménokal et souligne le peu de documents existant sur cette société au début des années 1950. La vie au campement était réglée: l’accueil des visiteurs et les discussions suivaient une procédure précise que s’emploie à décrire Marceau Gast. Il souligne également le rôle économique de l’Aménokal dans la région et la gestion de son troupeau de chamelles. L’ancien instituteur revient ensuite sur sa progressive et laborieuse compréhension des codes, des hiérarchies, des règles de bienséance et de politesse qui structurent la vie du camp de l’Aménokal. Il raconte notamment comment se déroulaient certains moments forts de la vie du camp: le retour de voyage de l’Aménokal et l’expérience du deuil. Il revient aussi sur l’interdiction de la musique par l’Aménokal et les comportements qui en découlaient dans le camp en sa présence ou en son absence. Marceau Gast évoque ensuite les connaissances précises qu’avaient l’Aménokal et son entourage sur les populations de la région (sur chaque individu, sa généalogie, ses actions), informations sans cesse actualisées grâce aux visiteurs quotidiens. Ici, Marceau Gast fait la comparaison avec un système équivalent qu’il rencontra plus tard au Yémen du nord. Sur ce thème de la circulation de l’information, Marceau Gast évoque l’importance des pelotons méharistes comme sources d’informations précises pour les Français. Il souligne également les limites des connaissances de l’Aménokal une fois sorti de la région proche et surtout à partir de la progressive entrée en désuétude des grandes voies caravanières et dans le contexte de mutations sociales importantes. L’entretien se termine sur la notion de pauvreté dans la société touarègue et la pratique de l’offrande alimentaire (tabühak).

Kel Ahaggar, Issendan et société coloniale de Tamanrasset (1951-1953), le regard de Marceau Gast, instituteur et futur ethnologue, sur le Hoggar : écouter l’enquête 3381

Marceau Gast précise, dans cette partie de l’entretien, les relations entre l’Aménokal et l’administration française, notamment à travers la question des impôts. Par l’évocation des travaux quotidiens et des troupeaux de chamelles et de chèvres, Marceau Gast aborde ensuite la situation particulière des esclaves dans la société touarègue et en particulier dans le camp de l’Aménokal. Il s’arrête en effet sur leur statut, leurs activités, leur importance dans la vie quotidienne du camp, la formation des jeunes touarègues (caravanes) et la circulation des informations. Loin d’une situation d’oppression, il relève au contraire la conscience qu’ils et elles ont de leurs connaissances, de leurs savoirs-faire et par là de leur importance dans le camp. Marceau Gast revient ensuite sur les différentes sources de revenus de l’Aménokal (caravanes, impôts) et sur la circulation des biens dans la société touarègue. Une autre partie de cet entretien est consacrée à l’alimentation et aux repas de l’instituteur. Marceau Gast détaille les conditions d’alimentation, de ravitaillement et de gestion de la ration alimentaire. Il souligne l’ingéniosité de son cuisinier. Il s’arrête ensuite sur ses relations avec les militaires et la société de Tamanrasset ainsi que sur le rapport annuel du chef d’annexe et son pouvoir. La fin de cet entretien est consacrée à la nouvelle école nomade qu’intègre Marceau Gast en 1952-1953, dans l’Atakor auprès des Issendan. Il décrit les conditions de vie difficiles de cette population (froid, faim, maladie). Il souligne également la curiosité des enfants et la richesse des histoires et légendes du lieu dont il cite deux exemples.

De la vie auprès des populations du Hoggar et du Tamesna à la recherche scientifique à Alger, Marceau Gast, instituteur et ethnologue, évoque l’Algérie à la veille de l’indépendance : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3382

En amorce de cet entretien, Marceau Gast dresse un tableau général de la situation des Touaregs du Hoggar au début des années 1950, celui d’une société figée dont la maîtrise des savoirs et des techniques se délite. Résultat de la colonisation française, une sorte d’atonie semble, pour Marceau Gast, toucher cette population (diminution des échanges avec l’extérieur, crispation identitaire, appauvrissement culturel). Marceau Gast, dans cet enregistrement, évoque son départ du camp de l’Aménokal et son arrivée au Tamesna, territoire peuplé en grande partie par les Irreguenaten et les Isséquamarenes. Avec l’enquêtrice, il revient sur l’histoire du Tamesna et sur les conditions de vie des populations. Il décrit les pâturages, la construction de puits et les divers trafics existants au Tamesna. Le jeune instituteur avait été alors frappé par la liberté, la gaieté et le dynamisme culturel qu’il rencontre dans cette région et qui contrastent avec son vécu dans le camp de l’Aménokal. Il raconte son arrivée, la question du sens de son activité, ses conditions de vie. Il souligne la liberté et l’autorité des femmes du Tamesna, et tisse des liens avec le fonctionnement des anciennes sociétés arabes. Marceau Gast revient ensuite sur les Kel Ahaggar, l’influence islamique auprès de ces populations puis fait un point sur la relation qu’il a observée des Kel Ahaggar avec les membres âgés du groupe. Il évoque ensuite les contacts futurs qu’il eut, au moment de l’indépendance, avec l’Aménokal, Bey ag Akhamouk, et son entourage, les relations entre Berbères et Arabes et leur évolution dans l’Algérie indépendante. Il souligne le fort développement de la ville de Tamanrasset dans ce nouveau contexte politique. Marceau Gast fait enfin un retour sur les raisons de son départ du Tamesna puis du Hoggar. Il fait le récit de son intégration et son investissement dans l’équipe des Centres Sociaux Educatifs d’Alger dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne. Il rappelle enfin sa nomination en 1960 au CNRS qui marque le début de sa carrière d’ethnologue. L’entretien se termine sur l’évocation de la répression des “libéraux” en Algérie à la fois par le FLN et les Français (l’OAS en particulier). Marceau Gast évoque les violences et notamment la torture dont ont été victimes certains de ses collègues et amis.

Marceau Gast, ethnologue, évoque l’expérience des Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3383

Dans cet entretien, Marceau Gast revient sur l’expérience des Centres Sociaux Educatifs d’Algérie de leur création en 1955 à l’indépendance algérienne. Il rappelle les objectifs de ces institutions (proposer un rattrapage d’urgence aux populations délaissées des bidonvilles: alphabétisation, ateliers professionnels, soins de base etc…), et la diversité des équipes qui les animaient. Marceau Gast dirigeait lui le centre audiovisuel dont le but était de produire des documents pédagogiques (émissions de radio, disques, films fixes). Le chercheur évoque ensuite les conditions politiques tumultueuses d’une Algérie en pleine guerre et le fait que les Centres Sociaux Educatifs ont été pris pour cibles à la fois par le FLN et par une armée française dont il fait une vive critique (concussion, prévarication, violence arbitraire, usage de la torture, exactions diverses). Marceau Gast présente avec le recul de quelques décennies, “l’utopie généreuse” qui formait la base du projet des Centres sociaux: idéalisme, générosité d’un personnel passionné, promotion d’une société algérienne démocratique, multiculturelle et multiconfessionnelle. Il rappelle également le fonctionnement des centres et le succès de leurs actions sur le terrain. Marceau Gast fait part de ses critiques envers le gouvernement français d’alors et en particulier envers l’action de Michel Debré. Le rappel de l’assassinat par l’OAS de six responsables des centres sociaux le 15 mars 1962 (“assassinat du Chateau-Royal”) permet à Marceau Gast d’évoquer la douleur d’une illusion perdue ainsi que l’espoir puis la nouvelle désillusion qu’apportera la politique de l’Algérie indépendante. Il évoque également la disparition de toutes les archives des centres, le silence politique autour de ce projet et de là son obsession personnelle pour les archives et la conservation de traces. Marceau Gast revient ensuite sur la figure de Germaine Tillion. Enfin, il fait part de son regard sur la France en cette fin de XXè siècle et fait partager ses doutes, son pessimisme. L’entretien se clôt sur l’annonce du sujet du prochain enregistrement: les années de formation et de recherche en ethnographie de Marceau Gast à Alger.

L’entrée de Marceau Gast dans le milieu de la recherche en ethnologie: un regard sur les débuts de l’ethnologie française dans les années 1960 : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3384

Dans cet entretien, Marceau Gast raconte son arrivée au CNRS et ses débuts dans le milieu de la recherche. Il dresse un tableau critique de la situation de l’ethnologie en France à la fin des années 1960: l’importance de la muséographie, les limites de l’enseignement de l’ethnologie dans les universités françaises, et la fermeture du milieu de l’ethnologie parisienne (autour du Musée de l’Homme et de grandes figures comme André Leroi-Gourhand et Claude Levy-Strauss). Marceau Gast revient sur ses difficultés à intégrer ce milieu parisien. Le jeune chercheur du C.A.R.A.P.E. ne se rend pas tout de suite compte de ces difficultés et rattrape par tous les moyens à sa disposition son retard de formation. Il souligne la qualité de certains cours et de la bibliothèque du centre de recherche du C.A.R.A.P.E et du musée du Bardo à Alger, l’énergie également de chercheurs comme Gabriel et Henriette Camps, Lionel Balout ou Robert Capot-Rey. Marceau Gast s’intéresse à la relation entre la vie des hommes et les structures globales qui les dominent dans les systèmes régionaux, nationaux et internationaux. Sur cette ligne directrice, il oriente peu à peu ses recherches vers la question de l’alimentation, sa vie saharienne l’ayant particulièrement sensibilisé au problème de la faim.

Marceau Gast, ethnologue, évoque le déclin de la recherche ethnographique en Algérie à partir des années 1970 et la question du nucléaire au Sahara : écouter l’enquête 3385

Dans ce dernier entretien, Marceau Gast porte un regard critique sur l’évolution de la recherche dans l’Algérie nouvellement indépendante. Il décrit la transition, souhaitée au moment de l’indépendance, visant à créer des centres de recherche dans plusieurs secteurs fondamentaux et à passer progressivement la main aux Algériens. Ainsi, jusqu’à la fin des années 1960, Marceau Gast est optimiste quant à ce projet et croie en l’importance de la recherche ethnographique pour la définition de l’identité du peuple algérien. Mouloud Mammeri dirige désormais le C.R.A.P.E et propose plusieurs projets dans ce sens. Cependant, ce centre de recherche, de même que la dynamique Maison de l’Artisanat, connaissent leur déclin au fur et à mesure de l’installation du pouvoir de Houari Boumédiene. Marceau Gast émet des critiques quant à la médiocrité des nouveaux responsables politiques et au fossé qu’ils ont creusé entre le pouvoir et les élites intellectuelles de l’Algérie, contribuant à faire de l’Algérie un pays, pour lui, sans identité. Marceau Gast, avec Gabriel Camps, poursuit à partir de là ses recherches à Aix-en-Provence mais le contexte politique algérien rend très difficiles de nouvelles missions de recherche dans le pays à partir de 1974. Il évoque sa dernière mission en 1971 sur le coffre kabyle et les développements qu’il aurait souhaité lui donner. La dernière partie de cet entretien est consacrée à la question du nucléaire dans le Sahara algérien. Marceau Gast évoque les centres de Reganne et d’In Eker. Il décrit le recrutement de ce dernier notamment auprès des anciens esclaves des campements touarègues et souligne l’importance de ce fait dans l’évolution des structures sociales du Hoggar. Il expose également ses doutes quant aux réelles conséquences des essais nucléaires français dans la région et souligne le manque d’études significatives en ce sens.

Crédits photographiques :

- A caravan of Tuareg singers in Algeria. 1960s? Mennonite Board of Missions. Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 1 folder 27, photo #22. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restriction de droits connues.

- Marceau Gast avec des amis touarègues dans le Sud du Sahara en 1974, photographie d’Hélène Claudot-Hawad, diffusée avec son aimable autorisation.

Chanter pour planter le blé


Dans son ouvrage Alimentation des populations de l’Ahaggar. Etude ethnographique, Marceau Gast consacre un chapitre au blé (Partie II :  ”Production, préparation et consommation des aliments”,  p. 78-101).  Ses archives sonores documentent en partie sa démonstration scientifique1. Une de ses enquêtes de terrain2  illustre en particulier un passage (page 79) qui décrit le défrichage collectif des jardins.

Chant agraire de l’Ahaggar (extrait de l’enquête n°4204)

L’enregistrement a été réalisé à Idélès, un village touareg au nord-est de Tamanghasset, en décembre 1964.

Marceau Gast décrit ainsi les activités liées à ce chant :

Le défrichage de la terre ou son défoncement, comme le transport des couffins de terre nouvelle, seront effectués souvent en association avec plusieurs jardiniers. (…). Ces travaux d’entraide collective rythmés par des chants qu’il est émouvant d’entendre au milieu des jardins. Les hommes, serrés côte à côte,  avancent en cadence, reprenant en coeur la ritournelle qui accompagne les couplets du meneur. Les houes s’entrechoquent, la poussière monte, l’enthousiasme et l’entrain sont de rigueur. A la fin de la matinée le bénéficiaire de l’entraide apporte un plat de nourriture, mangé au milieu du champ. Les voiles des visages sont déposés sur les talus avec les tuniques ; la plupart des hommes sont torse nu et tête nue. On mange des dattes pilées que l’on puise à la main dans un plat de bois, ou des crêpes de farine de blé, arrosées d’une sauce avec des légumes, ou du couscous à gros grains (tikhammzin), si ce n’est une bonne bouillie de mil bien compacte. Après ce repas en général rapide (10 minutes environ), on prépare le thé et chacun retourne ensuite à ses occupations. Les travaux collectifs durent autant de temps qu’il est nécessaire, une, deux, ou plusieurs demi-journées.

Marceau Gast rédige, à cette occasion, une longue note sur le terme “touiza” qu’il prête aux “Algériens du nord” sans faire le lien avec le terme “tiwsé” qui en tamahaq a le même sens de “travaux d’entraide collective” et a été également assimilé dans toute la littérature du début du XXe siècle à la notion de “tribut” ou de redevance3. Il note comme nom local de ce chant le terme “el barah” ou “el brih”.

Voilà la note de Marceau Gast spécifique au chant, transcrite de son ouvrage (toujours page 79) :

Brih : signifie en arabe algérien : l’annonce, le ban, le cri, la proclamation, la publication par un crieur ;

Cf.  Beaussier (M.) : Dictionnaire pratique arabe-français, Alger, Typo-litho, 1958, p.42. L’institution d’assistance se dit, dans le Nord de l’Algérie, taoussa ou touiza. « Institution d’assistance, la tawsa est en réalité un prêt en espèce ou en nature, à l’occasion d’une fête. La personne qui l’a reçue est tenue de la rendre au moins à valeur égale, à celui qui l’a versée. Voilà pourquoi on donne à la tawssa une large publicité par l’emploi d’un crieur. Ce détail est fondamental »

Cf.  M’Hamsadji (N.), Usages et rites alimentaires d’une contrée rurale d’Algérie, A.I.E.O, t. XIV, 1956, pp.314-316. Nous comprenons mieux pourquoi les agriculteurs de l’Ahaggar nomment leurs travaux collectifs rythmés par des chants elbrikh (déformation berbère de elbrih). Le chant lui-même s’appelle el barakh, « quand quelqu’un veut faire un travail très urgent, ou un travail difficile pour peu d’ouvriers mais facile pour un grand nombre, il convoque tous les travailleurs du lieu et leur demande de lui accorder, gratis, par l’amitié, ou moyennant salaire, tous ensemble à un moment déterminé, quelques heures, ou un jour, ou deux ou trois jours de travail. »

Cf Foucauld (P. de), Dictionnaire touareg-français, tome 3, p. 994. Cette assistance collective se termine en général par un petit repas ou un thé; elle n’a pas le caractère rigoureux de prêt en retour consacré dans le Tell. Cela se comprend très bien quand on sait combien les communautés paysannes forment des unités vouées au même sort et où la morale publique a force de loi.

3/25_Dictionnaire touareg-français (Dialecte de l’Ahaggar) – Charles de Foucauld__CH /c/ (120-137)

 

Merci à Hélène Claudot-Hawad pour ses conseils et sa relecture.

 

Crédits photographiques : photographies de Marceau Gast, issues de son livre “Alimentation des populations de l’Ahaggar” (1968) : planche XI, les semailles, le travail collectif. 

  1. Marceau Gast a déposé ses enquêtes de terrain à la phonothèque de la MMSH. Les collections du Queyras et du Yémen ont été traitées, celles sur le Sud du Sahara sont en cours de traitement avec le soutien de la TGIR Corpus. []
  2. Cette enquête est déposée à la phonothèque de la MMSH sous le numéro 4204 []
  3. Voir H. Claudot-Hawad, « Iseqqemâren », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 14 novembre 2012. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org1450 – Paragraphes 8 à 15 []

Hommage à Marceau Gast, portrait d’un honnête homme du 21e siècle

Les 14 et 15 mars 2011 ont contribué à garder vivante la mémoire de Marceau Gast mais ont aussi permis d’éclairer et de mieux faire connaître son travail scientifique comme son engagement social et éducatif. En réunissant les chercheurs et enseignants, anciens collaborateurs, de Marceau Gast mais aussi ses parents, ses amis, ses lecteurs ou des curieux, il s’agissait de donner corps à son œuvre. L’ambition était aussi d’ouvrir des pistes pour prolonger ses axes de recherche et conjurer l’embaumement patrimonial qui menace souvent après une journée d’hommage. Bien au contraire, la présence attentive et bienveillante de Madame Gast, avec celles de ses enfants et de son neveu, leur ont donné une force et une densité particulières. Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker ont réussi leur pari de permserraettre non seulement de (re)découvrir un chercheur, un homme et ses actions mais aussi d’envisager des projets sur le long terme autour de son oeuvre.

C’est avec une ferveur communicative que Luigi Serraont a ouvert les journées en évoquant le contexte intellectuel dans lequel Marceau Gast a développé ses recherches. Avec nous, il a retraversé les années et le désert du Sahara où il a souvent accompagné Marceau Gast. Il s’est souvenu des débuts de leur complicité scientifique et culturelle, liée à une discussion scientifique sur les gravures rupestres du Sud du Sahara. Une collaboration interdisciplinaire et internationale s’est alors mise en route, avec, dès le départ, la volonté de lutter contre les assauts violents portés à la culture de cette zone encore mal connue à cette époque. Le premier congrès international des civilisations méditerranéennes à Amalfi (1983) fut la réussite scientifique qui les souda pour les années à venir et régulièrement d’autres journées continuèrent d’être organisées, toujours dans cette dynamique. Il y eut ensuite un autre congrès sur la cité méditerranéenne – interrogeant la naissance et la vie d’une communauté saharienne – (Bari, 1988) puis un autre encore sur le multiculturalisme et le plurilinguisme dans le Maghreb arabe et berbère (Amalfi, 1995). Les intellectuels de la culture méditerranéenne y étaient toujours tous présents : Marc Bloch, Fernand Braudel, Gabriel Camps, Bruno Etienne, Pierre Galand… et Marceau Gast avec sa délicatesse, son enthousiasme et sa sagesse. C’est lui qui a permis, par ses échanges stimulants et toujours fructueux, de créer les différents programmes d’enseignement à l’université de Naples, L’Orientale où avait été ouverte la première chaire de berbère en 1917. Ainsi, afin de contextualiser au mieux l’étude des langues berbères a été créé une série d’enseignements comme « Epigraphique libyque berbère », « Dialectes berbères », « Civilisation antéislamique », « Histoire contemporaine de l’Afrique du nord berbère »., « Histoire et culture des peuples berbères », « Littérature orale et traditions populaires de l’Afrique du Nord ». Dans cet hommage où l’émotion lui donnait une éloquence inouïe, Luigi Serra s’est adressé à son collègue fidèle, curieux, stimulant, cet ami « terriblement moderne » qui n’allait plus nous quitter pendant deux jours.

Presque par hasard, Evelyne Simonin s’est passionnée de désert et plus précisément du Sahara, puis du personnage de Marceau Gast. Elle a voulu rencontrer cet homme dont elle entendait si souvent parler et décidé d’en écrire la biographie à partir d’entretiens enregistrés. Dans son intervention, elle a traduit pour l’occasion l’itinéraire de Marceau Gast en images depuis le domaine agricole de la Trappe jusqu’à son retour en France et ses terrains yéménites. Au-delà des informations biographiques cette intervention a suscité des questions archivistiques très intéressantes. Par exemple, les dessins des élèves de la « tente hutte école » que lui a confiés Marceau Gast et les textes des enfants, rédigés dans la mouvance de la pédagogie Freinet sont apparus comme de véritables archives ethnographiques qui mériteraient une conservation et une valorisation à part entière. Ensuite, les entretiens qu’Evelyne Simonin a enregistrés auprès du chercheur dans les années 2006-2009 sont également précieux parce qu’ils viennent croiser ceux d’Hélène Claudot-Hawad enregistrés en 1997-1998. Ils viennent aussi compléter notre compréhension de la construction de son histoire intellectuelle. Par ailleurs, les photographies qu’elle a montrées sont souvent venues en écho à l’intervention qui clôtura la journée. Là, Hélène Claudot-Hawad a insisté sur la place centrale de l’image dans la recherche de Marceau Gast qui, au-delà de la simple information, lui donnait toujours une fonction d’éclairage sur le geste, le procédé de fabrication, l’usage de l’objet.

Deux chercheurs algériens de l’ex CRAPE [Centre de recherches archéologiques, préhistoriques et ethnographiques] ont ensuite témoigné de la vitalité de la recherche scientifique dans ce laboratoire où a longtemps travaillé Marceau Gast. Slimane Hachi, directeur de l’actuel CNRPAH [Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques] a rappelé que son laboratoire avait publié tout récemment (2009) l’édition algérienne de Tikatoûtîn et il a présenté un documentaire restituant l’ambiance de la remise d’une partie de la bibliothèque scientifique de Marceau Gast à l’Algérie. Il a signalé que le CNRPAH vient de rassembler un mélange de ses articles, paru dans un ouvrage tiré à 1500 exemplaires tout en regrettant le manque de distributeur en France pour les livres publiés en Algérie. Malika Hachid a, elle, raconté une histoire qui aurait passionné Marceau Gast à qui elle a dédié son intervention, y associant ses professeurs disparus. Elle suggère que les petits hommes que l’on retrouve sur les peintures rupestres du Sahara central appartiennent au peuplement “assabat”, auquel se serait joint un flux de population plus tardif, chassé par la conquête ottomane. Sa recherche s’appuie sur la méthodologie que Gabriel Camps et Marceau Gast ont impulsée : une comparaison des gravures, des objets ethnologiques, des dessins et des récits des voyageurs du 19e siècle.

Plusieurs chercheurs se sont ensuite succédé, présentant les démarches et les collaborations tissées avec Marceau Gast au fil du temps. Philippe Lefevbre-Witier, médecin anthropologue généticien, a rencontré Marceau Gast dès 1965. Une collaboration amicale et fidèle en est issue, en particulier sur les programmes de recherche sur la parenté dans les communautés pastorales et rurales touarègues du Sahara central. Tatiana Ben Fougal a présenté, à partir de l’exemple des nattes de paille, l’intérêt du travail de Marceau Gast concernant la culture matérielle. Elle est revenue sur son travail de rédaction de notices pour le Musée du Bardo à Alger dès 1959 puis son entrée au Musée de l’Homme à Paris auquel il sera lié pendant 40 ans en démontrant combien les objets ethnographiques étaient pour lui des médiateurs entre la société et les hommes qui lui permettaient de remonter dans le temps. Ce fut aussi l’occasion de revenir sur la longue collaboration que Marceau Gast eut avec Dominique Champeau, chercheure qui marqua son parcours et pour laquelle il rédigea un livret d’hommage à sa mort. Narjys El Alaoui partit, elle, d’une anecdote d’un lézard prisonnier sous un couscoussier, pour évoquer cet animal en un hommage à l’ethnologue si attentif au milieu naturel. Sophie Ferchiou raconta combien la présence de Marceau Gast avait été importante pour elle quand, venue de Tunisie en 1970 pour écrire sa thèse, il s’est intéressé à son sujet, l’a réconfortée et soutenue avec une grande générosité. Hélène Claudot-Hawad clôtura la journée en évoquant les recherches menées sur la parenté chez les Touaregs et le déroulement des enquêtes sur les généalogies, les alliances et la transmission des biens et des pouvoirs. A ce moment, l’assemblée avait l’impression de bien connaître ce savant enthousiaste et curieux, et d’avoir partagé ces moments de convivialité avec ses étudiants à qui il transmettait son désir d’apprendre et de transmettre.

Jorge Onrubia Pintado, préhistorien à l’université de Castille–La-Manche, présidait la matinée du 15 mars, redoutablement émouvante. En effet, Madame Camps, accompagnée de sa fille, a rejoint l’assemblée et la famille Gast dans la matinée pour écouter les conférenciers,   en souvenir de cette amitié scientifique qui a si longtemps lié Marcau Gast et Gabriel Camps. Un lien qui explique certainement le fort tropisme préhistorique que l’on a retrouvé dans les interventions de cet hommage.

Pierre Augier a tout d’abord présenté une nouvelle facette de Marceau Gast, celle de l’ethnomusicologue. Au-delà de son récit de leur étude de la musique touarègue, riche en anecdotes depuis leur rencontre à Alger en 1967, il a évoqué l’intuition scientifique de son ami en rappelant le Colloque international d’imzad de 2005 où Marceau Gast avait fait une communication brève mais très importante (Sauver l’imzad et son contexte en pays touareg) dans laquelle il traçait un véritable programme de recherche sur cet instrument. François Borel, nous a fait la surprise de nous permettre d’entendre Marceau Gast parler du Sahara à des élèves d’une classe d’enfants en Suisse. Je remercie au passage François Borel d’avoir déposé à la phonothèque de la MMSH une copie numérique de cette bande de 40 minutes qui viendra compléter les archives sonores de Marceau Gast. L’enregistrement a été réalisé par son ami Pierre Guérin dans le cadre de l’Ecole de Plein Air à Chanteloup où se pratiquait la pédagogie Freinet. On y entend l’ethnologue qui répond aux questions des enfants sur les marques des voitures qui roulent dans le désert, les chameaux, l’oued ou les gazelles… Thierry Tillet, préhistorien à l’université de Grenoble, a rappelé les missions Berliet “Ténéré Tchad” et leur impact archéologique.

Puis l’équipe de la phonothèque de la MMSH a présenté le fonds sonore de Marceau Gast. Celui-ci avait choisi d’y déposer la totalité de ses enregistrements de terrain, après avoir longuement discuté de la méthodologie mise en œuvre par la phonothèque. Soucieux de la transmission de ses enregistrements il avait signé au moment de son dépôt un contrat précisant les droits d’utilisation et de diffusion de ces archives. Ce fonds est désormais entièrement numérisé et en partie traité (pour ce qui concerne le Yémen, le Queyras et les enregistrements de colloques) et intégré à la base de données d’archives scientifiques de la phonothèque accessible en ligne (http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr). Il reste encore à réaliser l’analyse des enquêtes de terrain de la partie sur le Sud du Sahara. Pour cela il est nécessaire que la MMSH trouve des financements propres permettant en particulier d’engager un catalogueur formé aux méthodes des sciences humaine et sociales et capable de comprendre à la fois l’arabe et le tamahaq.

Nicole Gast-Fabregas sa fille et Jean-Marie Jacono son neveu, ont réalisé un exercice difficile, celui d’évoquer la relation entre espace familial et espace de recherche. S’appuyant sur une méthodologie académique en trois points, Jean-Marie Jacono a su entrer dans le monde de l’intime avec légèreté et précision. Selon lui, l’ancrage de cette vie familiale imbriquée dans la vie du chercheur prend naissance dans cette enfance au cœur du système colonial, dans une famille qui avait la volonté de sortir du cadre figé du colonialisme. C’est ainsi que Marceau Gast apprit très tôt l’arabe à l’école coranique et que dans sa maison familiale, les invités étaient aussi des Algériens. Il a ensuite analysé l’imbrication entre espace public et familial que vivait Marceau Gast, créant un cadre de sociabilité semblable à celui du Maghreb. Sa maison était ouverte à tous parents et amis, de façon non hiérarchisée et toujours avec les acteurs de la recherche, en lien avec les activités de la recherche. Sa conception du cadre familial était à l’image du campement saharien où les visiteurs sont toujours bienvenus : parents et amis sur le même plan. Cette façon de vivre, cette auberge où tout est huilé, ne fonctionne que grâce à son épouse qui est le pilier dans la durée de cette vie familiale. C’est elle qui propose à tous, et sans relâche, une cuisine mixte, maghrébine et européenne : Jean-Marie Janono dans un clin œil utilise le terme de  « Gasthaus »1.

Car enfin, l’espace familial est complètement imbriqué au terrain de sa recherche. La maison est à la fois un espace de travail, un lieu d’expérimentation, un espace de convivialité où des chercheurs d’origines différentes se retrouvent avec la famille, un espace de transit et d’accueil de ceux qui circulent vers le Sud. Jean-Marie Jacono laisse aussi deviner que la dimension patriarcale devait être très forte. Sa fille, non sans humour, rappelle la réalité de cette façon de vivre qui mêlait si étroitement vie familiale et recherche car de retour du terrain, le père faisait expérimenter à la famille les goûts, les gestes, les usages. Il fallait moudre le blé sur les meules sahariennes, manger de l’orge perlé, du fenouil grec ou du blé concassé, de la chèvre et de la bouillie de mil.

Salem Chaker a clos cette matinée en rappelant l’apport de Marceau Gast pour L’Encyclopédie berbère et plus largement pour la connaissance des mondes berbères. A lui seul, il représente 5% de l’écriture de l’encyclopédie à travers 30 articles sur les 32 fascicules qui ont été édités depuis décembre 1984. Un engagement continu mais aussi une qualité scientifique toujours égale dans une volonté de complétude et d’insertion pluridisciplinaire des objets qu’il décrivait en valorisant leur statut culturel et social.

Les institutions ont été sensibles à la nécessité de valoriser la mémoire de Marceau Gast : la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et l’université de Provence ont largement soutenu l’organisation de cette journée (Denis Bertin, VP Recherche de l’université était présent). Les textes de cette journée et demie seront également bientôt publiés.  Mais au-delà, se sont dessinés des axes de recherche qui laissent imaginer la poursuite de ses travaux. La mise à disposition de ses archives et la revisite de ses terrains, en particulier, permettent d’envisager de nombreux projets. Et puis son expérience de pédagogue domine, laissant les traces d’un homme capable de dialoguer avec tous efficacement. Une façon d’être qui a de nombreuses fois été reliée par les participants à son implication dans la pédagogie Freinet et à une question qu’il posait sans cesse, et qu’on oublie trop souvent de poser : à quoi ça sert ?

Lors des journées dédiées à Marceau Gast, Gisèle Seimandi a lu une poésie écrite en son hommage qu’elle m’a aimablement autorisée à reproduire ici.


Merci pour leurs relectures et leurs corrections à Pierre Augier, François Borel, Hélène Claudot-Hawad et Laure Principaud, Gisèle Seimandi. Merci également à Pierre Augier d’avoir retravaillé qualitativement une partie des photographies affichées dans ce billet.

Crédits photographiques : portrait de Marceau Gast : photographie de famille - Images de la journée : Véronique Ginouvès.



  1. En langue allemande, Gasthaus signifie “auberge”, le terme est construit sur “la maison (Haus) des hôtes (Gast)” http://en.wikipedia.org/wiki/Gasthaus []

En hommage à Marceau Gast, 14 et 15 mars 2011

Marceau Gast (1927-2010) a parcouru le Sahara, la Kabylie, le Yémen, le Queyras et d’autres routes encore : ses amis et ses collègues  seront à Aix-en-Provence les 14 et 15 mars 2011 pour évoquer ses itinéraires, ses terrains et ses recherches lors de deux journées organisées en son hommage par Salem Chaker & Hélène Claudot-Hawad. Ceux qui ne le connaissaient pas profiteront de ces nombreux témoignages pour découvrir l’intérêt de ses recherches. Pour ses amis et ses collègues ce sera l’occasion d’évoquer ses travaux et de continuer à bénéficier des échanges fructueux qu’il avait su mettre en place partout où il passait. Lors de ces journées une exposition installée à la MMSH permettre de voir certaines de ses photographies de terrain et il sera possible de (ré)entendre sa voix enregistrée dans les archives sonores issues d’entretiens qu’il a déposé à la phonothèque de la MMSH.

Programme

Lundi 14 mars 10h : ouverture de la rencontre par le Professeur Luigi Serra (Naples) et Hélène Claudot-Hawad

- Evelyne SIMONIN (Rédactrice d’une biographie de M.G., Paris) : « Marceau Gast : éléments de biographie et documents sur un itinéraire ».

- Guy BARRERE (Instituteur, Idélès, Ahaggar, Algérie) : [in absentia : texte lu] « Soixante ans d’amitiés »

- Slimane HACHI (Préhistorien, Directeur du CNRPAH [ex-CRAPE], Alger) : « Marceau Gast au CRAPE : 1959 – 1969 : un impact durable »

- Malika HACHID (Préhistorienne, CNRPAH, Alger) : « Des peintures rupestres au Sahara central pourraient-elles figurer ce peuple cher à Marceau Gast : les pré-Touaregs Huwwara ? »

Séance de l’après-midi : 14h – 17h

- Tatiana BENFOUGHAL (Chargée de conservation des collections d’Ethnologie, Département Hommes, Natures et Sociétés, UMR 208 « Patrimoines locaux », MNHN, Paris) : « Sur les traces de Marceau Gast : étude de la culture matérielle saharienne sur l’exemple des nattes »

- Narjys EL ALAOUI (Ethnologue, Chargée de recherche, MUCEM / EHESS, Paris) : « Un lézard bon à manger. Hommage à l’ethnologue attentif au milieu écologique »

- Dr Philippe LEFEVRE-WITIER (Anthropobiologiste, Directeur de Recherche émérite au CNRS, Vaucluse) : « Anthropologie génétique et ethnologie de la parenté dans les communautés pastorales et rurales touarègues du Sahara central »

- Hélène CLAUDOT-HAWAD (Ethnologue-anthropologue, Directrice de Recherches au CNRS, UMI ESS, Marseille) : « Ethnologie et terrain touareg dans les années 1975 : enquêtes avec Marceau Gast »

Mardi 15 mars (10h – 12h30)

- Pierre AUGIER (Ethnomusicologue) : « Marceau Gast et l’ethnomusicologie »

- Michel PANOFF (Ethnologue-anthropologue, Directeur de Recherches émérite au CNRS, Paris) : « L’union fera-t-elle la force ? Les actions de Marceau Gast pour fédérer et structurer notre milieu professionnel ».

- Véronique GINOUVES & Laure PRINCIPAUD (MMSH-Phonothèque, Aix-en-Provence) : « Marceau Gast, un ethnologue passeur de ses sources de terrain »

- Salem CHAKER (Professeur de berbère, Université de Provence ; Directeur de l’Encyclopédie berbère) : « La contribution de M. Gast à l’Encyclopédie berbère : une encyclopédie dans l’encyclopédie ».

Le mot de la fin qui donnera des orientations sur les suites de la rencontre sera donné par  Salem Chaker & Hélène Claudot-Hawad.

La rencontre organisée avec le soutien de l’IREMAM, de l’Encyclopédie berbère (INALCO), de la MMSH et de l’Université de Provence. Programme complet et mis à jour sur le site de l’IREMAM : http://iremam.univ-provence.fr/spip.php?article733

Lieu de la manifestation : MMSH, Aix-en-Provence, Salle Paul-Albert Février, 5 rue du Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence. Pour se rendre à la MMSH

A lire : Disparition de Marceau Gast, ethnologue nomade

Crédits photographiques : Marceau gast dans le désert en 1976, pas d’indication sur le photographe. Photographie prêtée par la famille Gast.

Appel à communication : Hommage à Marceau Gast

Les 14 et 15 mars 2011, deux journées en hommage à Marceau Gast seront organisées à la maison méditerranéenne des sciences de l’homme, là où ce chercheur décédé récemment, avait son laboratoire. Salem Chaker et Hélène Claudot-Hawad,  organisateurs de ces journées, ont choisi de reprendre dans le titre de leur journée le nomadisme de cet ethnologue, certainement l’un des meilleurs spécialiste du monde touareg :

Un ethnologue entre Sahara, Kabylie, Yémen et Queyras : Marceau Gast (1927‐2010), Itinéraire, terrains et recherches

Marceau Gast, Directeur de recherches honoraire au CNRS, est décédé le 25 juillet 2010 à Aix-en-Provence, après avoir lutté durant de longues années contre la maladie. Ethnologue, il a été un précurseur des études sur l’alimentation, les techniques et la culture matérielle traditionnelles des Touaregs de l’Ahaggar (dans les années 1960), avant de s’engager dans des thématiques d’anthropologie sociale : structures de la parenté, héritage, histoire et tradition orale de ces populations sahariennes. Mais le Sahara central et l’ethnologie n’ont pas été son unique horizon : ouvert à la comparaison, il a travaillé aussi sur la Kabylie, au Yémen, dans le Queyras et en Haute Provence et participé à de nombreux programmes interdisciplinaires associant ethnologues, préhistoriens, anthropologues, nutritionnistes, biologistes…

Après avoir commencé en 1948 une carrière d’instituteur au Sahara, notamment chez les Touaregs (1951‐1956), il entame en 1959 sa carrière de chercheur au CRAPE/Musée du Bardo d’Alger, où il engagera une collaboration d’une quarantaine d’années avec Gabriel Camps. En 1969, Marceau arrive à Aix‐en‐Provence avec Gabriel Camps qui fonde sa nouvelle unité de recherche à l’Université de Provence, le LAPMO, équipe associée au CNRS, que Marceau dirigera de 1985 à 1990, avant son intégration dans l’IREMAM (UMR 6568). Pendant cette période « française », il s’impliquera activement dans la vie scientifique collective : membre de plusieurs comités de rédaction et de nombreuses associations scientifiques, il est également élu au Comité national du CNRS. Admis à la retraite en 1992, Marceau a continué à avoir une vie scientifique très active, à travers de nombreuses publications, une participation régulière à l’Encyclopédie berbère dont il a été l’un des fondateurs, des conférences publiques où ses dons de passeur de savoirs captivaient toujours l’assistance.

Ses nombreux ami(e)s et collègues, du Sahara, du CRAPE (aujourd’hui CNRPAH), du LAPMO (aujourd’hui LAMPEA), de l’IREMAM et d’ailleurs voudraient à l’occasion de cette rencontre rendre hommage à l’homme et au chercheur à la carrière remarquable, par la profondeur de son ancrage dans un terrain, sa diversité et son ouverture aux disciplines connexes, son ouverture à l’Autre et aux autres, notamment aux jeunes chercheurs qu’il était toujours prêt à aider et à conseiller. La journée recevra des témoignages sur l’homme et le chercheur, des bilans et perspectives sur ses travaux et son apport dans les différents domaines où il est intervenu au cours de sa carrière.

Elles s’articuleront selon les axes suivants :

1. Marceau Gast instituteur au Sahara

2. Marceau Gast au CRAPE‐Musée du Bardo : ethnologue des Touaregs de l’Ahaggar

3. L’apport de Marceau Gast aux études sur l’alimentation des Touaregs

4. Parenté et organisation sociales : Marceau Gast observateur d’une société en mutation

5. La tradition orale : Marceau Gast à l’écoute d’un peuple.

6. Marceau Gast, un chercheur aux terrains multiples : Kabylie, Yemen, Queyas…

7. Un chercheur aux horizons scientifiques ouverts : Marceau Gast chercheur transdisciplinaire.

Organisation :

‒ Les propositions d’intervention, qui ne dépasseront pas 20 minutes, sont à envoyer avant le 15 décembre 2010 à Salem Chaker ou Hélène Claudot‐Hawad avec un résumé d’une dizaine de lignes.

‒ Les communications (et les autres contributions éventuelles qui n’auront pas pu être présentées lors de la rencontre) feront l’objet d’une publication, qui comportera une biographie et une bibliographie détaillées de MG.

– Une exposition de photographies de Marceau sur le Sahara sera montée par Hélène Claudot‐Hawad à la MMSH pour cette occasion.

Informations générales sur la rencontre :

La rencontre se déroulera sur deux jours : lundi 14 mars, mardi 15 mardi (matiné, avec possibilité de dépassement, si besoin est, sur le mardi après‐midi). Pour l’instant les organisateurs ne peuvent prendre aucun engagement quant à la prise en charge des déplacements (les demandes de financement sont en cours le budget n’est pas encore arrêté). Les organisateurs prient les personnes en exercice de s’adresser d’abord à leur institution de rattachement et de bien vouloir les contacter pour un éventuel complément. Ils recommandent aux participants de réserver leur voyage longtemps à l’avance pour pouvoir bénéficier de tarifs avantageux. Après le 15 décembre, leurs secrétariats pourront se charger de procéder, pour les participants qui le souhaitent, à des réservations d’hôtel. Aix‐en‐Provence, le 18 octobre 2010

Contacts : Salem Chaker (salem.chaker<@>univ‐provence.fr) et Hélène Claudot-Hawad (hawadclaudot<@>mmsh.univ‐aix.fr).

Ctédits photographiques : Centennial Exposition, Anthropology Exhibits  Description: Smithsonian exhibit of anthropological and other artifacts in the United States Government Building at the 1876 Centennial Exhibition in Philadelphia. Photographie noir et blanc, 8X10, 1876. Collection du Smithsonian Institution Archives. Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3925&q=90-7264. Pas de restrictions de droit connues.

Disparition de Marceau Gast, ethnologue nomade

Depuis plusieurs années Marceau Gast se battait contre la maladie, elle a fini par l’emporter dimanche 26 juillet 2010. Depuis quelques mois, à la phonothèque de la MMSH, nous travaillions sur des archives sonores qu’il y avait déposées et – pour pouvoir traiter ses enregistrements – nous écoutions et ré-écoutions sa voix, avec celles des témoins qu’il avait interrogés dans les campagnes yéménites, ou celles de ses collègues lors de conférences auxquelles il avait participé et dont il souhaitait garder trace.

Lorsque Marceau Gast a découvert la phonothèque à la MMSH, il a tout de suite adhéré au projet de mise à disposition des archives de la recherche. Dans un premier temps, il a voulu avoir des copies numériques d’entretiens anciens pour les transmettre à des amis algériens. Puis, en 2006, il a déposé la totalité de ses enregistrements. Malgré notre tristesse, nous sommes heureux* d’avoir engagé le traitement de ses archives et de permettre leur accès, dans la mesure des droits qui nous ont été accordés. Il s’agit d’un travail de longue haleine, coûteux en temps de travail et la totalité du dépôt n’a pu encore être traitée. Ces enregistrements ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras et dans les Alpes de Haute-Provence. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Les premiers enregistrements traités par la phonothèque sont ceux qui portaient sur les Hautes-Alpes, le Queyras plus précisément où Marceau Gast a travaillé sur l’artisanat du bois, sur les coffres en particulier, en envisageant des comparaisons avec les coffres kabyles. Toujours à l’écoute de ce qui peut embellir la vie, ses enquêtes font également entendre des chants du Queyras, car comme au Yémen ou au Sahara, il a été sensible à la musique et à la poésie que l’on retrouve ainsi tout au long de ses enregistrements de terrain. Curieux de la vie culturelle et de ceux qui agissaient pour l’éducation populaire, il a réalisé en 1992 en Haute Provence où il venait résider en vacances, un entretien avec Pierre Martel, alors directeur de l’association Alpes de Lumière. Il n’a rien publié à partir de cet enregistrement mais il s’avère que cet échange vient compléter deux fonds très riches qui ont été déposés à la phonothèque, ceux de l’association elle-même et du musée de Salagon que Pierre Martel avait contribué à créer. Ainsi les collections sonores se complètent et se parlent.

Dans les années 1970, des problèmes politiques interdisent le terrain du Sud Sahara aux ethnologues qui doivent se tourner vers d’autres aires culturelles. Marceau Gast part pour le Yémen du Nord pendant dix années consécutives (1974-1984).  Il nous a laissé une collection homogène (92 enquêtes – environ 36 heures), sur les pratiques agricoles et plus largement sur la vie quotidienne des campagnes yéménites. Ces enquêtes l’ont mené également à s’intéresser à des questions plus larges d’organisation sociale ou d’évolution politique et à leurs impacts sur la vie de ces campagnes. Comme toujours, la musique et la poésie ne sont pas absentes de ses enregistrements. Ces enregistrements sont inestimables car ils offrent un matériau encore à exploiter sur une société en pleine mutation, un peu plus de dix ans après la révolution de 1962.  Lui-même aura d’ailleurs finalement peu publié à partir de ces entretiens. Pour des questions de recherche de droits, ces entretiens seront mis en ligne prochainement sur la base de données de la phonothèque.

Parmi les cassettes déposées, une grande partie est constituée de conférences ou de cours enregistrés à l’initiative de Marceau Gast. Nous avons choisi de traiter en priorité le colloque de Sénanque (1981) sur Les chars préhistoriques du Sahara, archéologie et techniques d’attelage, qu’il avait organisé avec son complice du désert Gabriel Camps, disparu lui aussi. D’autres conférences seront bientôt mises en ligne.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad avait réalisé une série d’entretiens avec Marceau Gast pour la publication de sa biographie qui a pris pour titre un mot de la langue tamahaq, Tikatoûtin, “Souvenirs”. Ce livre ne pouvait tout transmettre de cet échange, il est maintenant possible d’écouter la totalité des enregistrements (6h 30) sur la base de données de la phonothèque de la MMSH. Si vous ne connaissiez pas cet homme, attachant et généreux, voilà l’occasion de découvrir sa jeunesse et sa formation en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touaregs du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie.  Dans ces entretiens Marceau Gast pose un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touareg, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche.

Il manque à toutes ces archives, celles qu’il a enregistrées dans les campements du désert, dans le sud du Sahara. Il reste encore une petite centaine d’heures sur bandes et sur cassettes à numériser et à analyser. Elles sont en grande partie en langue tamahaq. Pour cela, il nous faudra trouver un locuteur capable de les comprendre pour réaliser le traitement documentaire, il nous faudra aussi obtenir les financements nécessaires pour réaliser ce travail. Nous les trouverons, l’enthousiasme de Marceau Gast est une maladie qui s’attrape !

 

 

Marceau Gast est décédé le lundi 26 juillet 2010 à Aix-en-Provence dans sa 84e année. Il a été mis en terre au cimetière de Salignac dans les Alpes de Haute Provence (04) là où, en 1962, sa famille avait acheté un cabanon qui devait devenir au fil des ans une grande maison de famille et d’amis.


Référence des ouvrages cités :

Gast, Marceau et Hélène Claudot-Hawad , Tikatoûtîn. Un instituteur chez les Touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. [A lire sur cet ouvrage, la critique de Kamel Chachoua sur la revue des mondes musulmans et de la Méditerranée http://remmm.revues.org/index3901.html]

Sous la direction de Camps, Gabriel et Gast, Marceau, “Les chars préhistoriques du Sahara. Archéologie et techniques d’attelage. Actes du colloque de Sénanque, 21-22 mars 1981″. Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1982.-200p.

La bibliographie de Marceau Gast liée aux enquêtes orales est sur la bibliothèque Zotero de la phonothèque de la MMSH : http://www.zotero.org/phonotheque/items/collection/2144813

Tous les billets du blog sur le fonds Marceau Gast : http://phonotheque.hypotheses.org/tag/marceau-gast

* Les documentalistes qui ont travaillé sur le fonds de Marceau Gast sont : Marie Doumain, Laurent Llhuilier, Hanan Maloom, Laure Principaud. Laure Principaud a dirigé l’organisation des corpus en langue française et de ceux enregistrés au Yémen. Elle a présenté sa méthodologie lors d’un colloque organisé par la Maison des sciences de l’homme Alpes en janvier sous le titre “L’histoire orale, regards croisés et décalés” : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html.

 

 

Crédit photographique : Marceau Gast en 1973, par Lucy Vallauri.

Sonore et amoureux, un deuxième aperçu du corpus yéménite de Marceau Gast


Riche des enquêtes sur les pratiques agricoles des populations du Yémen du nord dans les années 1970-1980, le corpus yéménite de l’ethnologue Marceau Gast contient également quelques chants et morceaux instrumentaux. Certains s’inscrivent dans le cadre d’une cérémonie comme le mariage. D’autres sont enregistrés lors de moments plus informels.

C’est le cas de l’extrait que nous vous proposons ici  : durant ce court moment, Marceau Gast échange quelques paroles et rires avec un groupe d’enfants et d’adolescents. Nous sommes dans un village de la région de Sadah au nord-ouest du Yémen, en novembre 1974. C’est la première année de terrain pour l’ethnologue dans ce pays du sud de la péninsule arabique. L’extrait sonore fait entendre un jeune garçon, entouré des encouragements et des rires de ses camarades. Ce garçon, que l’on devine adolescent au timbre de sa voix, entonne au micro un chant d’amour.

Du refrain voici une transcription en arabe et une proposition de traduction en français :

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Traduction

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis assoiffé
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu’il n’y a rien
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu’il n’y a rien

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d’amour
Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d’amour
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi

Transcription et traduction de la chanson: Hanan Maloom, François Dumas
Crédits photographiques: Laure Principaud

A second and loving taste of the yemenite corpus of Marceau Gast

Rich of inquiries on agricultural practices of North Yemen’s population in the years 1970-1980, the Yemenite corpus of the ethnologist Marceau Gast also contains a few songs and some instrumental pieces. Some may be parts of ceremonies like weddings, others are recorded during informal moments.

As the extract that we put forward here  ; Marceau Gast exchanging words and laughter with a group of children and teenagers of a village of Sadah region in the northwest of Yemen. We are in november 1974, it’s the first year of the ethnologist’s field in the south of Arabian peninsula. On the recording, between the encouragements and the laughter of his friends, a young boy, that we guess is a teenager to the tone of his voice, starts singing a love song.

Of the tune here is a transcription in Arabic and a proposition of translation in english:

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Translation

Ô muslims, ô servants of God, I’am thirsty
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing

Ô muslims, ô servants of God, I’m the everlasting lover
Ô muslims, ô servants of God, I’m the everlasting lover
I’m the one who sleeps under (the window?) of king
I’m the one who sleeps under (the window?) of king

Transcription : Hanan Maloom, François Dumas
Translation: Laure Principaud (thanks to Isabelle Blouet)

Carnet de notes sonore d’un ethnologue dans le Yémen des années 1980, un premier aperçu du corpus yéménite de Marceau Gast

Le traitement du fonds yéménite de l’ethnologue Marceau Gast avance !

Certes, le sud algérien fut son terrain de recherche de prédilection et souvent ses confrères ignorent son passage par le Yémen. Or, Marceau Gast n’y fit pas seulement un court séjour en simple curieux mais y revint régulièrement pendant dix années de 1974 à 1984, enquêtant sur le monde agricole, sur ses pratiques et ses évolutions*. L’écoute des premiers enregistrements nous laisse entrevoir tout l’intérêt que pourra revêtir ce corpus, une fois sa numérisation et sa documentation achevées.

Marceau Gast a commencé ses enquêtes en 1974 dans la région septentrionale de Sadah à la frontière saoudienne pour les poursuivre, ensuite, plus au sud. Il rencontre des agriculteurs qui évoquent leurs pratiques agricoles autour de la culture céréalière, l’utilisation du calendrier stellaire, le travail d’amendement de la terre, les outils utilisés et l’introduction croissante d’une mécanisation nouvelle, les méthodes de conservation et de protection des récoltes mais aussi la manière de moudre, de cuire et de répartir les céréales au sein de la famille ou du village. Des chants et traditions orales sont également recueillis par le chercheur au gré des rencontres.

Marceau Gast est sensible également au contexte politique du Yémen du nord qui vient de connaître un coup d’Etat militaire en 1962 : le renversement de l’imamat et la proclamation de la République arabe du Yémen sont suivis de plusieurs années d’une guerre civile prise dans les mailles de la guerre froide et de sa géostratégie. Marceau Gast, toujours proche de son terrain et des informateurs qu’il rencontre, est attentif à ces changements politiques et à leurs répercussions sur la vie des campagnes du Yémen du nord.

Thula

La grande majorité des enregistrements sont bien sûr en langue arabe yéménite, dans toute la diversité des dialectes qui la constituent. Nous vous proposons cependant, comme aperçu de ce premier corpus de la phonothèque concernant le Yémen, un extrait en français. Marceau Gast, sous la forme d’un carnet de notes sonore  icone-haut-parleur , se livre à quelques réflexions en octobre 1984 alors qu’il retourne dans le village de Thula, au nord-ouest de Sanaa, la capitale. Il y livre ses premières impressions sur le village et les changements qu’il a pu y observer puis prend quelques « notes » sur la pratique de l’exemption du service militaire puis sur la figure  d’un jeune instituteur de Thula et les conditions d’exercice de sa profession au Yémen. Marceau Gast s’apprête à rencontrer le père de ce jeune homme  pour évoquer avec lui les pratiques agricoles, véritable fil conducteur de son travail au  Yémen.

* Une bibliographie thématique liée au corpus de sources sonores de Marceau Gast sur le Yémen est accessible en ligne sur Zotero à l’adresse suivante: http://www.zotero.org/phonotheque/items/collection/2144796

Crédits photographiques: Laure Principaud, Thula: Françoise Ribot.

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast

Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen

Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification

“In the Sahara, man and camel” (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d’historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L’histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; “In the Sahara, man and camel” (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.