Archives par mot-clé : Méditerranée

2ème rencontre « Sources et créations », Mucem, 9 mai 2016 : Quelles archives pour la création ?

En mars 2015, dans le cadre du projet « Sources et créations », le Mucem organisait une première journée professionnelle de réflexion consacrée à la question : Quelles sources pour la création ? Pour cette nouvelle édition, l’interrogation est cette fois : Quelles archives pour la création ?. Quelles méthodes, processus et orientations sont proposés par les organismes privés et publics pour conserver des créations artistiques, que celles-ci soient émises par des festivals, des compositeurs, des musiciens, ou des chercheurs ? S’agit-il d’archives publiques ou d’archives privées ? Comment cela s’organise-t-il à l’échelle méditerranéenne ? Ces rencontres seront l’occasion d’explorer différentes pratiques aussi bien en France qu’en Tunisie et au Liban, avec ateliers et table-ronde.

PROGRAMME

9h30 : accueil au Centre de conservation et de ressources (CCR)

10h-12h, CCR : Atelier A la découverte des archives du musée, en compagnie de Marie-Charlotte Calafat (responsable adjointe du Centre de conservation et de ressources, Mucem)  et Fabienne Tiran (archiviste, Mucem).

14h30-15h15, fort St Jean, I2MP, salle Meltem : Atelier avec Zeina Saleh Kayali du Centre du patrimoine musical libanais1.

15h30-16h15 : Atelier avec Anas Ghrab du Centre des musiques arabes et méditerranéennes2.

16h30-17h15 : Atelier : Présentation du thesaurus d’instruments de musique MIMO par Rodolphe Bailly

18h-20h : Rencontre-discussion : Quelles archives pour la création ? Avec Lenka Bokova (responsable de la maison Jean Vilar), Bertha Bermudez (danseuse et chorégraphe), Mireille Maurice (déléguée générale de l’INA), Fabienne Tiran (archiviste),  Modération par Marie-Charlotte Calafat (Mucem) et Véronique Ginouvès (responsable de la phonothèque de la MMSH).

Si Elisabeth Cestor (Mucem) à l’origine du projet et de cette journée n’est pas affichée dans le programme, elle nous fera part de prochains événements à venir dans le cadre du programme qui continue à se développer.

Crédits photographique : promenade près du Mucem en 2015, photographie de Nadine Vakhnovsky, CC-BY-NC.

  1. Le Centre du patrimoine musical libanais – CPML-espace Robert Matta  a ouvert ses portes en 2012 au Collège Notre-Dame de Jamhour, dans la région de Beyrouth. Il a pour objectifs de rassembler, conserver et valoriser les archives et la documentation des compositeurs libanais de musique savante []
  2. Le Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes est une institution publique sous la tutelle du ministère de la Culture de la Tunisie. Situé à Sidi Bou Saïd, il se consacre à l’étude et à la valorisation du patrimoine musical arabe. Le Centre abrite aujourd’hui une importante phonothèque ainsi qu’un musée d’instruments de musique, et organise différentes activités artistiques et scientifiques []

La phonothèque de la MMSH au Forum Méditerranée le 18 mars 2016

Le 18 mars 2016 à 14h, l’équipe de la phonothèque sera présente au Forum de la Méditerranée, qui se tiendra à Marseille du 17 au 19 mars à la Villa Méditerranée et au MuCEM.
Ce forum des études méditerranéenne est piloté par le LabexMed, en collaboration avec les labex ArcHiMedE, OT-Med et Resmed, et en partenariat avec le MuCEM. Il a pour but de présenter les projets développés par les laboratoires d’excellence dans le champ des sciences humaines et sociales avec un focus sur la Méditerranée.

Le forum s’organise en 8 sessions thématiques déclinées ainsi :
Session 1 – Systèmes productifs, circulations,interdépendances, évolutions
Session 2 – États, droits, appartenances
Session 3-1 – Humanités numériques et Méditerranée – Espace
Session 3-2 – Humanités numériques et Méditerranée – textes et archives
Session 4 – Patrimoines : enjeux, pratiques,représentations
Session 5-1 – Religions et pratiques sociales –Espaces sacrés et rites : archéologie,production et transmission
Session 5-2 – Religions et pratiques sociales –sources écrites : interprétations et controverses
Session 6 – Savoirs et langages
Session 7-1 – Environnement, sociétés,territoires – Vulnérabilité et transformations environnementales
Session 7-2 – Environnement, sociétés,territoires – Étude des écosystèmes
Session 8 – Exposer la Méditerranée :recherches et musée

La communication de la phonothèque s’inscrira dans le cadre de la session 3-2 : « Humanités numériques et Méditerranée – Textes et archives » qui se tiendra le Vendredi 18 mars 2016, 14h00-17h00 (Villa Méditerranée, salle 1). Elle représentera le LabexMed en mettant à l’honneur le corpus sonore des “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922” à travers une communication intitulée “La catastrophe d’Asie-Mineure : usages scientifiques et mémoriels d’un corpus d’archives sonores” et présentée par Véronique Ginouvès, Ariane Néroulidis et Hélène Loukou.

Milad Doueihi (Université    Paris    Sorbonne – Université    de    Laval) sera le modérateur de cette séquence de l’après-midi, riche en présentation de projets numériques :

  • Robert Alessi (Orient    &    Méditerranée / Resmed) Réalisation    en xml d’un lexique grec-arabe-grec ;
  • Didier Alexandre (Université     Paris-Sorbonne / Obvil) : Mesures  de  la Méditerranée dans les corpus littéraires français (1750-1950) ;
  • Sébastien Biston-Moulin (CFEETK / ArcHiMedE) : Le     projet     Karnak : Système d’Indexation des  textes hiéroglyphiques ;
  • Muriel Debié (IRHT / Resmed)) : Voyager dans les manuscrits    syriaques  de  la Méditerranée orientale hier et aujourd’hui :    disciplines de l’érudition et humanités numériques.
  • Véronique Ginouvès, ArianeNéroulidis, Hélène-Giorgiana Loukou (USR 3125 / LabexMed) : La catastrophe de  Smyrne : usages    scientifiques et  mémoriels d’un corpus d’archives    sonores ;
  • Isabelle Régen (ASM / ArcHiMedE), OlivierOnézime et Gaël Pollin (IFAO / ArcHiMedE) : Apports de la photogrammétrie à la documentation des monuments pharaoniques : le cas de la tombe-bibliothèque du prêtre Padiaménopé (Thèbes, 7es. av. J-Chr.) ;
  • Frédéric Servajean (ASM / ArcHiMedE) : VÉgA : vers une pratique    collaborative    de    la    lexicographie à l’ère du numérique ;
  • Daniel Stoekl Ben Ezra (Orient & Méditerranée / Resmed) : CT-Mishna : un    projet    d’édition    numérique    d’un texte    juridique de l’Empire romain.

Retrouvez le programme intégral (en PDF) et le résumé des communications (également en PDF) sur le site officiel de l’événement.

Crédits photographiques : Vue en reflet du MuCEM, Ariane Néroulidis, janvier 2016, CC BY NC

« Sources et créations » : rencontre ouverte à tou-te-s, jeudi 26 mars 2015, 10h, MuCEM

Jeudi 26 mars aura lieu au MuCEM, esplanade du J4 à Marseille, une rencontre professionnelle ouverte au public sur le thème « Sources et créations », à partir de 10 heures.

Dans le cadre de sa réflexion sur le développement des formes d’arts et des genres musicaux qui se fondent et fusionnent pour créer de nouveaux styles, le MuCEM propose un rendez-vous avec des professionnels, compositeurs et musiciens issus du monde méditerranéen, interrogeant la dualité Sources/ Créations.  Cette rencontre sera l’occasion d’une découverte des fonds sonores du MuCEM ainsi que de différentes sources méditerranéennes susceptibles d’ouvrir de nouveaux horizons aux musiciens d’aujourd’hui.

Les intervenants :

Jean LambertMNHN – Museum national d’histoire naturelle, membre de la fondation pour la musique arabe, archives et recherche (AMAR) et directeur du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM).

Flavia Gervasi, qui enseigne la sociomusicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal (UdeM), spécialiste des musiques du sud de l’Italie.

Véronique Ginouves, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), qui participe au programme européen Europeana sound

Aurélie Goustans, responsable des archives du MuCEM.

De nombreux invités seront avec eux : Ferdinand Richard, directeur de l’AMI (Aide aux musiques novatrices), Laure Chatefrou, réalisatrice de documentaireset de créations sonores, Marc Touche chercheur, Séverine Cachat, responsable du Centre français du patrimoine culturel immatériel (CFPCI), les musicien-ne-s Tarek Abdallah, Françoise Atlan, Maura Guerrera, …

De 12h à 15h  : atelier de réflexion – réservé aux professionnels sur inscription auprès de floriane.la-rocca@mucem.org

– 12h-13h : Speed dating sur l’usage des ressources sonores, la question des sources, la création d’un réseau de ressources sonores en Méditerranée, la préparation d’un événement en 2016.

– 13h -14h : pause déjeuner

– 14h – 15h : restitution.

Cette rencontre est organisée en lien avec la 11e édition de Babel Med Music qui se tient du 26 au28 mars 2015 au dock des suds.

Photographie de Nadine Vakhnovsky, février 2015.

APPEL À CANDIDATURES – Atelier numérique en Méditerranée : frontières, migrations, mobilités

Cadre de l’atelier doctoral

Cet atelier doctoral (ATED) s’adresse à des doctorants en sciences sociales de toute université et de tous les pays. Il s’inscrit dans les objectifs du LabexMed qui se positionne comme acteur de la recherche internationale, des pratiques interdisciplinaires et de la promotion des Digital Humanities dans le champ des études méditerranéennes, en collaboration avec les laboratoires TELEMME , IREMAM,  LAMESIRMC et le Pôle Images/Sons, pratiques du numérique de la MMSH. L’atelier a l’ambition de constituer un réseau d’études doctorales et de créer les conditions d’une communauté collaborative dynamique autour des Digital Humanities sur l’aire méditerranéenne.

Date limite de réception des candidatures : 15 mars 2015, repoussée au 25 mars

Argumentaire

A l’intersection des sciences humaines et sociales, de l’informatique et des usages numériques cette école doctorale met en avant les Digital Humanities (DH) comme une pratique de recherche mobilisant des technologies numériques de façon structurelle, des modèles épistémologiques et des manières de diffuser les résultats scientifiques qui tirent profit de la communication en réseau. Deux thématiques sont proposées pour cette cession, les frontières et les migrations, en appuie à une réflexion autour du numérique dans la mesure où les TIC bouleversent les pratiques de recherche en SHS et parce que la Toile est devenue une donnée centrale du monde actuel.  Son intégration dans les études méditerranéennes est porteuse d’interrogations multiples qui offre de nombreuses pistes de réflexions.

Le numérique est devenu un objet de recherche de l’étude du changement en Méditerranée. D’abord outil de travail et d’analyse, le numérique est devenu un nouveau terrain d’étude pour appréhender les transformations à l’œuvre dans les sociétés méditerranéennes.

Il s’agira, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation des usages du numérique et de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la Méditerranée. Depuis les années 1990, l’émergence de l’internet a été intégrée dans une réflexion plus large menée sur les relations entre les TIC et les migrations (Tristan Mattelart, 2014). Ces travaux ont mis en évidence la place croissante des technologies numériques dans les pratiques diasporiques. Les outils de communication du web sont d’abord utilisés par les migrants pour pallier l’absence de la famille et des proches. Les courriels, les dispositifs de discussions instantanées, les téléconférences et les réseaux sociaux sont des modes de communication réguliers, rapides et interactifs qui participent au renforcement les liens diasporiques. Ces relations constituent également un marché de « niche » qui se manifeste, sur la toile, par la multiplication des sites diasporiques et des médias de minorité. Cette

« marchandisation de l’identitaire » est à l’origine de sites de plus en plus spécialisés qui participent à la segmentation de l’espace public (Isabelle Rigoni, 2012). Les migrants sont ainsi insérés dans de nouvelles stratégies communautaires mises en réseau. L’atlas augmenté e-diaspora (Dana Diminescu (dir.), 2009) rend compte de ces nouvelles dynamiques migratoires en proposant une cartographie des diasporas numériques, constituées sur le web (http://www.e-diasporas.fr/). Ces travaux invitent à repenser les migrations en Méditerranée et permet de sortir d’une approche européo-centrée mettant en exergue les flux Nord-Sud. Ils invitent également à reconsidérer la notion d’espace, en « dépassant la simple dichotomie espace physique / espace numérique (Sabrina Marchandise, 2012) : les liens virtuels créés sur le réseau s’appuient sur les relations préexistantes émanant du vécu de l’étudiant (famille, école, université, associations…). S’instaure ainsi, une nouvelle relation à la distance dans laquelle le réseau ouvre le champ des déplacements et des rencontres.

Les études sur les relations entre TIC et migration sont à l’origine de la figure du « migrant connecté » (Dana Diminescu, 2005), inséré dans une culture transnationale et en prise avec de nouvelles formes de participations. Relié à son pays d’origine mais aussi acteur dans sa société d’accueil, le « migrant online » est ainsi davantage en situation de « double présence » par opposition à la problématique traditionnelle de la « double absence » d’Abdelmalek Sayad. La cyberculture est ainsi à l’origine d’une nouvelle façon d’exister dans un monde de plus en plus caractérisé par la mobilité et le cosmopolitisme. Néanmoins, ces pratiques du « migrant connecté » ne peuvent faire l’objet d’une généralisation dans la mesure où elles s’insèrent dans des situations migratoires hétérogènes n’impliquant pas systématiquement le recours possible aux TIC. De plus, comme le souligne Tristan Mattelart, en étant connecté, le migrant s’intègre dans des relations de pouvoir et des logiques économiques à l’œuvre sur le réseau Internet qui ne sont pas sans conséquence sur ses propres pratiques.

La généralisation du numérique, transforme également les modalités d’élaboration, de valorisation et de patrimonialisation des mémoires migrantes. Grâce à la numérisation, le web apparaît comme un espace de sauvegarde et de valorisation du patrimoine audiovisuel méditerranéen, souvent conservé sur des supports analogiques fragiles. Le projet « Med-Mem, partager les mémoires audiovisuelles de la Méditerranée » (2009-2011) a abouti à la mise en place d’un site proposant des extraits d’archives audiovisuelles du bassin méditerranéen (http://www.med-med.ue). L’internet permet également d’interroger les stratégies mises en place par les différents acteurs mémoriels sur la toile pour faire valoir leurs revendications. Dans le cas français, les mémoires de l’immigration maghrébine n’ont pas intégré la mémoire collective malgré la création en 2007 d’une cité nationale pour l’histoire de l’immigration. Pour ces mémoires souvent perçues comme délaissées, le web constitue ainsi un nouvel espace d’expression et de mobilisation.

Déroulement de la session

Des exposés seront prolongés par des séances de discussion, des ateliers de travail autour des recherches doctorales des étudiants qui participent à la session avec un focus sur la place des Digital Humanities.

Dates

Arrivée le dimanche 21 juin 2015 départ le vendredi 26 juin 2015 à 14h.

Lieu

Sidi-Bou-Saïd, Tunisie

Modalités de sélection

Un jury sélectionnera dix candidatures qui comprendront :

– un CV ;

– une lettre de motivation de 8 000 signes maximum, rédigée en français résumant la thèse avec focus sur les questions que se pose le-la doctorant-e sur les humanités numériques en lien avec son projet. Aucune compétence ou de connaissance particulière en informatique n’est demandée pour participer à cette école doctorale.

Tous les champs disciplinaires demeurent en principe éligibles s’ils sont en lien avec l’argumentaire de l’école doctorale. La langue de l’atelier est le français.

Logistique

Les candidats seront prévenus de leur sélection au plus tard le 20 avril 2015. Les frais de transport et de séjour seront pris en charge. Les candidats retenus s’engagent à assister à la totalité de la session et à respecter les dates de départ et de retour qu’impliquent la session.

Date limite de réception des candidatures : 15 mars 2015, repoussée au 25 mars

Elles seront adressées par courriel à Claude Bruggiamosca qui enverra en retour un accusé de réception <bruggiamosca@mmsh.univ-aix.fr>

Comité scientifique pour la sélection des dossiers : Maryline Crivello (Telemme), Virginie Baby-Collin (Telemme), Blandine Descamps-Julien (LabexMed), Karima Dirèche (IRMC), Véronique Ginouvès (USR 3125), Stéphanie Latte (Iremam), Nicolas Maï (Lames), Sylvie Mazzella (LAMES), Cédric Parizot (IREMAM) , Stéphane Pouyllau (Huma-Num).

Comité d’organisation
Maryline Crivello (UMR TELEMME – MMSH, AMU-CNRS) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr
Claude Bruggiamosca (UMR TELEMME – MMSH, AMU-CNRS) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr
Karima Dirèche (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org
Mathilde Favier (LABEXMED)
Véronique Ginouvès (USR 3125 – MMSH, AMU-CNRS) http://phonotheque.hypotheses.org
Sylvie Mazzella (LAMES – MMSH, AMU-CNRS) mazzella@mmsh.univ-aix.fr
Cédric Parizot (IREMAM – MMSH, AMU-CNRS) http://iremam.cnrs.fr

Information sur Calendahttp://calenda.org/316245

Crédits photographiques de l’image à la une : carte des îles de la Méditerranée, Florence, 1489 insérée dans Google Maps. Collection de la British Library (Follow Account of the Islands of the Mediterranean. – caption: ‘World map by Martellus’). Pas de restrictions de droits connues.

 

 

/

« Le décentralisme méditerranéen » Table ronde autour de la musique et de la culture du monde d’Oc

 

 

Stagiaire des métiers du livre (I.U.T d’Aix-en-Provence) à la phonothèque de la MMSH, j’ai assisté mercredi 29 mars, dans le cadre de Babelmed, à une rencontre de professionnels autour des Musiques et cultures du monde d’oc. Musiciens, chercheurs, acteurs de la culture régionale et de la production musicale, se sont retrouvés pour débattre de l’image de langue aujourd’hui et surtout de sa place sur le marché de la musique et de la culture en général.

J’ai été étonnée en constatant qu’une majorité d’occitanistes présents lors de cette rencontre avaient appris la langue d’Oc sans qu’il y ait eu de transmission familiale. Cela m’a rassurée car cet apprentissage universitaire m’a souvent inhibée pour parler la langue. Étant issue d’une famille où il y a eu rupture de la transmission, j’ai ressenti le besoin de renouer avec cette langue, mais je suis parfois mise à l’écart sans oser la parler. Aquela rencontra m’a fach comprener que podiai la parlar sens vergohna perque soi pas la sola  a la parlar per lo plaser e per envenja. Parlar occitan per se raprochar de sa cultura !

Le territoire occitan s’étend de l’Océan Pacifique aux Alpes italiennes. Une surface très grande et très vaste qui regroupe plusieurs dialectes occitans, comme le provençal, le languedocien, ou encore le gascon communément appelés, de nos jours la “langue d’Oc”. La richesse culturelle de notre territoire nous encourage à nous ouvrir sur le monde pour porter un regard sur les autres cultures de la Méditerranée, pour comprendre la décentralisation et l’ancrage de la langue. On se nourrit des autres pour faire valoir et enrichir notre propre culture. Comment définir cette musique ? Aujourd’hui on chante en occitan sur du rap, du rock ou de la dub. Le chant polyphonique, influencé par la forte présence de corses à Marseille, fait maintenant partie de la culture occitane, alors qu’à son origine le chant provençal est plutôt monodique… Pour le groupe Lo cor de la plana la musique est un bon moyen de se décoincer de l’espace culturel français. Manu Théron, fondateur de ce groupe phare à Marseille,  raconte que la musique lui a permis de découvrir la langue et la culture occitane. Il est chanteur avant d’être occitan et a besoin de travailler sa musique et son métier avant toute chose, quelque soit la culture qu’il porte.

Les festivals sont devenus, aujourd’hui des vitrines de la culture d’oc sur le monde et un rendez-vous attendu pour de nombreuses personnes. La langue régionale est souvent mieux perçue à l’étranger que dans notre propre pays. Il est donc devenu nécessaire de valoriser les scènes occitanes pour les rendre plus visibles et moins vieillotte afin de se sortir des stéréotypes (prenez le temps d’écouter ce clip de Mauresca de l’album Bartàs), d’un régionalisme ambiant et des identitaires nationalistes. Tous les acteurs ont mis en avant leur volonté de s’ouvrir et faire partager leur culture à l’ensemble du monde et des gens côtoyés.

Le manque de connaissance sur les cultures régionales nous empêche de bien les comprendre et donc de bien défendre ce que l’on représente. Il manque aujourd’hui des chiffres sur la pratique de la langue qu’elle soit parlée, chantée ou récitée. De plus, de part la diversité du territoire occitan, il est plus complexe de défendre cette cause comme le font les corses ou les bretons.

A lire sur le sujet, la revue en langue occitane Aquò d’Aquí : http://aquodaqui.jimdo.com

Crédits photographiques: Embouchure de l’Hérault à Agde et la Mer Méditerranée, 18 March 2007. Fagairolles 34, description physique:  320x 213 pixels . Fonds domaine public  http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Herault_enbouchure.JPG

 


Concerts recorded by the Mont-Jòia Association during meetings and festivals from 1976 to 1983. A new corpus available for consultation at the Sound Archive center of the MMSH

In 1976, in the very act of rediscovering the French traditional music1, the Mont-Joià Association inaugurated the Mediterranean Musical Encounters from Fontblanche, a district of Vitrolles. This association, active in claiming and reviving the Occitan culture, was also a traditional music group. It would be the engine of a major cultural event for the Occitan movement, oriented towards true Mediterranean identity. This identity, expressed in a manifesto2 was not intended to have space boundaries but to be rebuilt by common questions that arose in the late 1980s. Many of those issues remain pertinent at the present day. Only a few artists and groups (Mont-Jòia deserves special mention) , who performed during these encounters, may be seen live on stage today.

The « Rescontrès de la Mar » proposed between 1976 and 1983: dance workshops, music workshops, singing workshops, stringed-instrument making, musicology conferences and concerts. French artists, North African, Italian, Spanish, Greek, Corsican, but also Portuguese, Hungarian, Yugoslav, Macedonian, Iraqis, Iranians were present, improvising sometimes together and creating new mixtures of sounds. This corpus provides an image of world music, as it emerged in the late 1970s and also reflects the Occitan identity trying to define itself. Beside artists’ presentations, introductions to their works or their country, we can hear the commitment and range of feelings expressed through the universal language of music.

The collection of records was deposited by Mont-Jòia Association to the Sound Archive of Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines in 1991. This deposit is as well a way of participating to the « recovery and enrichment of identities movement » that Jean-Mari Carlotti mentioned through the actions of the association.

The French version of the text : http://phonotheque.hypotheses.org/4843

Sound credits : Tura lura lura lo gau canta, played by Mont Joià at a ball hosted with Los del Sauveterre at the Festa de la Lenga in 1978.  Lyrics: http://www.musicanet.org/robokopp/french/turalura.htm

Photo credits : « Microphone », photo by ganatronic, from Flickr, under a Creative Commons Attribution-Share Alike Licence

  1. In order to know more about the topic, look for the recent thesis of Benedict Bonnemason: The revival of traditional music in France: the case of Gascon music between 1975-1985, dissertation done under the direction of Jean-Pierre Albert; viva attended in Toulouse, in 2009. []
  2. The presentation of Rescontrès de la Mar is online at http://www.mont-joia.com/www.mont-joia.com/html/Rescontres.php []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Concerts enregistrés par l’association Mont-Jòia lors de rencontres et festivals entre 1976 et 1983. Un nouveau corpus consultable, sur place, à la Phonothèque de la MMSH

En 1976, en plein cœur de la redécouverte des musiques traditionnelles en France1, l’association Mont-Jòia inaugurait les Rencontres musicales méditerranéennes à Fontblanche, une commune de Vitrolles. Cette association, active dans la revendication et la réanimation de la culture occitane, était aussi un groupe de musique traditionnelle. Elle allait être le moteur d’une manifestation culturelle importante pour le mouvement occitan, orienté vers une véritable identité méditerranéenne. Cette identité, affirmée par un texte manifeste2 ne se voulait pas limitée par l’espace mais reconstruite par la formulation de questionnements qui se posaient dans les années 1980 et qui restent d’actualité. Nombre d’artistes se sont produits dans ces rencontres et, parmi eux, plusieurs ne peuvent plus être écoutés sur scène aujourd’hui, en premier lieu le groupe Mont-jòia, désormais mythique.

Les « Rescontrès de la Mar » ont proposé entre 1976 et 1983 : des ateliers de danse, de musique, de chant, de lutherie, des conférences de musicologie et des concerts. Des artistes français, maghrébins, italiens, espagnols, grecs, corses, mais aussi portugais, hongrois, yougoslaves, macédoniens, irakiens, iraniens se sont côtoyés, ont improvisés ensemble et créé des mélanges inédits de sonorités. Ce corpus sonore offre une image des musiques du monde telles qu’elles émergeaient à la fin des années 1970. Il renvoie également vers une identité occitane qui tentait, à ce moment là, de se définir. Les présentations des différents artistes, de leurs œuvres et de leur pays donnent également à entendre les engagements et  les palettes de sentiments exprimés à travers le langage universel de la musique.

Les enregistrements ont été déposés en 1991 par l’association Mont-Jòia à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence. Pour des raisons de droit, les enregistrements peuvent être écoutés uniquement sur place. Ce dépôt est une des façons de participer à ce mouvement de récupération et d’enrichissement des identités que Jan-Mari Carlotti mentionne dans les actions de l’association.

Text in english : http://phonotheque.hypotheses.org/4843

Crédits phonographiques : Extrait de Tura lura lura lo gau canta, interprété par Mont Jòia lors d’un bal animé avec le groupe Los del Sauveterra lors de la Festa de la lenga en 1978. Paroles : http://www.musicanet.org/robokopp/french/turalura.htm

 

 

  1. Pour cela je vous renvoie à la thèse récente de  Bénédicte Bonnemason : Le renouveau de la musique traditionnelle en France : le cas de la musique gasconne 1975-1985, soutenue à Toulouse en 2009 sous la direction de Jean-Pierre Albert []
  2. Le texte de présentation des Rescontrès de la Mar est en ligne sur http://www.mont-joia.com/www.mont-joia.com/html/Rescontres.php []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts