Archives par mot-clé : mémoire

Utiliser les archives télévisées, radiophoniques et du Web pour la recherche : nouveau catalogue documentaire

Consultez (en ligne ou à la MMSH) le catalogue des mémoires et thèses universitaires, s’appuyant sur des sources télévisées, radiophoniques et du Web – en majorité de l’Ina – déposés à la médiathèque de la MMSH. N’hésitez pas à l’enrichir en déposant des travaux !

Pourquoi ce catalogue ?

Continuer la lecture de Utiliser les archives télévisées, radiophoniques et du Web pour la recherche : nouveau catalogue documentaire

Algérie-France 1954-1962 : Éléments de mémoire historique pour aujourd’hui

Dans le cadre de la semaine anti-coloniale et antiraciste à Marseille, une soirée est organisée autour du thème de la mémoire historique Algérie-France  le 1er avril 2016 (19h, Dar Lamifa, 127 rue d’Aubagne, 13006 Marseille). Elle se propose d’apporter des éclairages sur la face souvent ignorée de la colonisation et de la guerre d’indépendance algérienne de 1954-1962.

Trois moments composeront cette soirée, chacun suivie d’un débat :

Parcours de recherche par Hélène Bracco , historienne à propos de son ouvrage : Des « Européens » restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie•.
Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco.

Vernissage : « Algérie, un retour pour la paix » : Exposition photographique et fragments filmés, par Carole Filiu Mouhali et Ferhat Mouhali.

Représentation : La blessure
Texte théâtral de Michel Bracco, mis en scène par Pauline Estienne (avec la participation de l’auteur) et interprété par Charlotte Lavigne et Pauline Estienne.(libre participation aux frais).

En 1830, l’État français commence la conquête de l’Algérie, alors partie de l’Empire Ottoman. A partir de la deuxième République (1848), l’Algérie devient trois départements français ouverts à une politique de peuplement : Français de la « métropole » mais aussi Européens (Espagnols, Italiens principalement). Des terres « indigènes » furent distribuées à certains arrivants afin d’enraciner socialement le nouveau peuplement. Les enfants d’Européens nés en Algérie purent opter pour la nationalité française à leur majorité tandis que les« indigènes » furent soumis au code de l’indigénat (les Juifs d’Algérie devinrent citoyens français en 1870 ; Ils cessèrent de l’être sous le régime de Vichy). Les « indigènes » furent également soumis comme « sujets français » à la conscription qui les fit participer aux guerres de la France et en particulier aux deux guerres mondiales.Les insurrections, comme les manifestations contre la colonisation, furent réprimées.L’insurrection algérienne du 1er novembre 1954 suscita la réponse du ministre de l’intérieur de l’époque, François Miterrand : « La seule négociation c’est la guerre ». On appela cette guerre« opération de maintien de l’ordre » (colonial en l’occurrence) jusqu’en 1999.

Crédits photographiques : olivier peigné par le vent à Tipaza, photogr. 2012, V. GInouvès CC-BY-NC.

 

Rencontres nationales des bibliothécaires musicaux à Aix-en-Provence, du 31 mars au 2 avril 2010

MAGNAVOX

Les 10èmes rencontres nationales des bibliothécaires musicaux auront lieu cette année à Aix-en-Provence, du 31 mars au 2 avril 2010.  Ces rencontres professionnelles sont cette année organisées par la Cité du Livre – Bibliothèque Méjanes, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, l’ABF-PACA, l’Arcade Provence-Alpes-Côte d’Azur – Agence régionale des arts du spectacle, soutenus par l’ACIM qui fédère les associations des professionnels de l’information musicale.

Au moment où les discothèques s’interrogent sur la façon dont elles vont pouvoir accompagner la disparition du support « disque » auprès de leur public, l’ACIM a placé ces journées sous le signe du dépaysement et de la multiplication des horizons avec un titre combatif  « Rendre le possible à nouveau disponible ». Pour illustrer cette entreprise, Arsène Ott,  président de l’association de l’ACIM, renvoie en exergue à un article de Jean-Jacques Delfour De l’intérêt de désirer la mort de l’utopie : « C’est parce que nous sommes solidement ancrés dans des lieux fondamentaux de séjour que nous pouvons être des voyageurs. » Après les cigales  de Bernard Marris l’année passée, voilà de nouvelles images qui s’offrent aux professionnels pour les aider à construire de nouveaux projets. Mais ces rencontres annuelles ne sont pas faites que d’images, elles sont surtout l’occasion de rencontres, d’échanges et de formations très concrètes.

Le programme complet est accessible sur le site de l’ACIM. Les journées sont ouvertes également aux non adhérents de l’association qui organisera son assemblée générale le 31 mars.  La journée du 1er avril se déroulera à la MMSH, celle du 2 à la Cité du livre.

La matinée du 1er avril offrira une présentation d’institutions musicales locales (Vidéothèque d’Art Lyrique et de Danse et service documentaire d’Arcade) et se terminera par une  histoire de la compression dynamique audio  par Gilles Rettel. L’après-midi sera l’occasion de participer à des ateliers thématiques pour mettre en place des projets concrets, autour du thème « Se mobiliser ».

1er atelier : Besoin d’échanger ? La coopération professionnelle à l’ère numérique : évolution des outils et des besoins . L’animateur en sera Nicolas Blondeau, responsable du département Arts de la Médiathèque de Dole et modérateur de la liste discothecaires_fr.

2e atelier : Besoin de mémoire ? Le collectage et sa valorisation Longtemps les collectes enregistrées sur le terrain par les historiens, les anthropologues, les ethnomusicologues ou les linguistes n’ont été accessibles qu’à travers les ouvrages d’érudition ou écoutés sur des disques qui en éditaient des extraits sélectionnés. Aujourd’hui la numérisation du son a simplifié la mise en consultation de ces documents d’archives. La force émotive et la dimension patrimoniale de ces collections « parlent » à des publics multiples qui se découvrent un intérêt pour leur patrimoine culturel, régional ou familial ou tout simplement pour des anonymes qui ont participé à l’Histoire. L’objectif de l’atelier est de présenter des projets de valorisation d’archives sonores en s’appuyant sur des récits d’expériences et sur des écoutes sonores.  La phonothèque de la MMSH a été chargée de l’organisation de cet atelier.

3e atelier : Besoin de médiation ? Les médiathèques actrices de la musique vivante. Edith Anastasiou, responsable du service musique de la Médiathèque Louis Aragon à Martigues animera l’atelier.

4e atelier : Besoin d’espaces ? Les usages du public ont sensiblement évolué, le besoin de lieux aussi. La médiathèque n’est plus mono-centrée autour de ses collections ; elles en irriguent l’activité qui ne se résume plus aujourd’hui au prêt. Entre l’espace de travail, de loisir, de culture et celui du lien social, revisitons celui dévolu à la musique comme partie d’un tout. C’est Frédéric Lemaire, responsable de l’espace musique de la Médiathèque d’Issy-les-Moulineaux qui animera l’atelier.

La fin de la journée sera ouverte à tous avec la projection à 17h, dans l’amphithéâtre de la MMSH, du film Furigraphier le vide, Art et poésie touareg pour le IIIe millénaire. Hélène Claudot-Hawad, réalisatrice du film,  directrice de recherche au CNRS à l’IREMAM introduira la séance.

La journée du lendemain se déroulera à la Cité du Livre, rue des Allumettes. La conférence introductive de Philippe Coulangeon, chargé de recherche CNRS à l’Observatoire sociologique du changement proposera un bilan des pratiques culturelles des Français en matière de musique à l’ère numérique. Gilles Castagnac, directeur de l’Irma présentera ensuite l’étude toute récente publiée par l’IRMA et l’ADAMI sur le thème Artistes 2020 : variations prospectives.

Les journées se termineront autour d’une table ronde sur le thème « Comment les bibliothèques peuvent-elles exister sur la scène numérique ? » modérée par Xavier Galaup, directeur adjoint de la Médiathèque départementale du Haut-Rhin. Et les questions sont brûlantes : les services numériques à distance (téléchargement, streaming) sont-ils une façon de conquérir de nouveaux publics, de nouveaux usages ou de scier la branche sur laquelle nous sommes assis ?  Ou encore, est-il pertinent aujourd’hui sur le plan d’une politique documentaire basée sur l’encyclopédisme et le pluralisme de « scier la branche » des collections physiques en misant sur le tout numérique en ligne ?…  Cette table ronde sera  introduite par une étude comparée de l’offre musicale enregistrée proposée par les principaux sites de musique en streaming ainsi que par les services numériques à distance destinés aux bibliothèques. Elle sera aussi l’occasion pour Pierre Hemptinne, directeur des collections de la Médiathèque de la Communauté française de Belgique de présenter le  tout récent projet de médiation « Archipel, une organologie des musiques actuelles ».


Crédits photographiques : Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for Fifth Liberty Loan in New York City, 1895. Collection Powerhouse Museum. Permalien : http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920
Pas de restrictions de droit connues.

Vamos a hacer memoria : la violence fait-elle partie du patrimoine ?

mc0007660

Le symposium sur le patrimoine bibliographique qui s’est déroulé du 22 au 25 septembre à Bogotá a été l’occasion pour la bibliothèque nationale de Colombie de créer des réseaux dans le pays, mettre en place des collaborations internationales, recueillir des idées pour établir son plan stratégique décennal.  Si le sujet vous intéresse, vous pouvez d’ailleurs participer à l’écriture de ce plan en inscrivant vos propositions sur le forum créé pour l’occasion. Les conférences qui se sont succédées présentaient de nombreux exemples de réalisations en Amérique Latine (Brésil, Chili, Mexique), en Europe  (Espagne, Grande-Bretagne, France) et en Colombie (bibliothèque nationale, départementales, communales, bibliothèques d’universités privées ou encore bibliothèques du réseau de la Banque de la République de Colombie).

La table-ronde du jeudi portait sur la définition du terme « patrimoine ». Angela Perez, sous-directrice de la grande bibliothèque Luis Ángel Arango financée par la banque de la République de Colombie, en était la modératrice. Aquiles Alencar-Brayner, conservateur des collections latino américaines à la British Library, a lancé un débat plutôt brûlant : la notion de patrimoine est vaste, elle couvre de nombreux domaines mais il en est un qu’il ne faudrait pas oublier, celui de la violence et de l’interdit. Les traces des manifestations culturelles qui vont à l’encontre de l’Etat  ou du pouvoir doivent aussi être conservées dans les bibliothèques ou les centres de documentation.  Il a donné deux  exemples, un en Amérique Latine, l’autre en Europe. Au Brésil, la musique funk des rues brésiliennes est interdite de diffusion par l’Etat parce qu’elle est jugée trop violente. Aujourd’hui cette musique est vivante et témoigne de la vie quotidienne des favellas. Mais pourquoi ne pas en conserver un témoignage dans les institutions culturelles brésiliennes ?  Plus près de chez nous, il a rappelé cette récente polémique qui a eu lieu en Grande-Bretagne. En septembre 2008, l’organisme chargé de valider les examens dans l’enseignement secondaire a supprimé du programme des lycéens un poème intitulé Education for leisure exigeant même des enseignants qu’ils détruisent les anthologies dans lequel il figurait. Ce poème avait été écrit plusieurs années auparavant par une jeune fille de 14 ans, Carol Ann Duffy, intronisée le 1er mai dernier « Poet Laureate » des dix prochaines années.

Education for leisure

Today I am going to kill something. Anything.
I have had enough of being ignored and today
I am going to play God. It is an ordinary day,
a sort of grey with boredom stirring in the streets
I squash a fly against the window with my thumb.
We did that at school. Shakespeare. It was in
another language and now the fly is in another language.
I breathe out talent on the glass to write my name.
I am a genius. I could be anything at all, with half
the chance. But today I am going to change the world.
Something’s world. The cat avoids me. The cat
knows I am a genius, and has hidden itself.
I pour the goldfish down the bog. I pull the chain.
I see that it is good. The budgie is panicking.
Once a fortnight, I walk the two miles into town.
For signing on. They don’t appreciate my autograph.
There is nothing left to kill. I dial the radio
and tell the man he’s talking to a superstar.
He cuts me off. I get our bread-knife and go out.
The pavements glitter suddenly. I touch your arm.

Carol Ann Duffy

Je ne connaissais pas ce poème, mais je l’ai aimé et il m’a donné une furieuse envie de mieux connaître l’oeuvre de Carol Ann Duffy. Sa lecture  ne peut effectivement que faire réfléchir sur le sens de l’interdit et les choix que les bibliothèques et les musées doivent faire pour la conservation d’un patrimoine « national ». Cette question est cruciale en Amérique Latine qui a traversé depuis les années 1950 des séries de régimes autoritaires. Elle est affrontée de différentes façons par les institutions culturelles et par les citoyens.

Lors du 13e  congrès international d’histoire orale à Rome en 2004, en conclusion des journées, Estella Carlotto, ancienne « folle de la place de mai« , est venue y raconter son histoire. Dans les années 1970 elle a été la grand-mère d’un enfant qu’elle n’a pas encore pu rencontrer. Auparavant elle était mère d’une fille engagée dans la lutte politique, arrêtée,  torturée alors qu’elle était enceinte, puis assassinée une fois son enfant mis au monde.  « L’aguela »  a raconté comment elle a créé avec d’autres  grand-mères, des archives sonores d’un nouveau genre, des archives où des grands-parents racontent la vie de leurs enfants, l’amour qu’ils ont pu leur porter, et l’amour que ceux-ci auraient porté à leurs propres enfants s’ils avaient pu les élever.  Avec ces enregistrements est aussi consigné un peu du  sang des grands-parents. Ceux qui ont des doutes sur leur origines peuvent ainsi confronter leur ADN.  Cette base de données qui a pour nom « Tesoro » a permis de retrouver déjà une centaine d’enfants, devenus des adultes, qui avaient été adoptés par des militaires.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale du Chili : « Memoria chilena para chiegos » : Images du parti socialiste du Chili (1963-2000) : le train de la liberté, candidature de Salvador Allende (1958), pas de restriction de droit signalée. http://www.memoriachilena.cl/iniciativas/ciegos.asp

Ecouter Carol Ann Duffy sur la BBC : http://www.bbc.co.uk/poetryseason/poets/carol_ann_duffy.shtml

Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

La base de données de la phonothèque dispose désormais d’un nouveau corpus sonore en juba-arabic. Ce pidgin (langue de communication utilisée entre deux ou plusieurs communautés ne parlant pas la même langue) qui emprunte ses origines à la langue arabe et auquel ont été injecté des éléments de dialectes sud soudanais, a peu à peu évolué vers une langue véhiculaire. Les 40 heures d’enregistrement (soit 57 enquêtes au total collectées sur deux ans : 1981 et 1984) qui ont servi à Catherine Miller à étudier le phénomène de l’arabisation dans le Sud Soudan devraient bientôt être accessibles en ligne sur Ganoub.

On trouvera dans ce corpus aussi bien des entretiens avec des témoignages thématiques que des enregistrements de musique à Juba ou encore des prêches faits à l’église de Juba . Mais la plupart des enquêtes sont des enregistrements réalisés au cours de procès dans les tribunaux coutumiers de Juba et Kator dans la Province d’Equatoria dans le sud Soudan (l’extrait du procès ici proposé traite du cas d’une femme dinka présentée au tribunal suite à une dispute sur la voie publique alors qu’elle était en état d’ébriété). Catherine Miller a délibérément choisi ces lieux d’enquête car son objectif était d’étudier l’évolution du juba-arabic et les enjeux de l’arabisation dans le contexte économique, politique, social et culturel du Sud Soudan à l’époque (années 80). Elle a donc enquêté des populations de milieux divers (villageois et citadins, hommes et femmes, jeunes et vieux, personnes éduquées et personnes peu éduquées) pour mieux comprendre les conflits linguistiques liés à l’opposition langue orale/langue écrite, langues vernaculaires/juba-arabic et anglais/arabe.

Continuer la lecture de Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan