Archives par mot-clé : méthodologie

APPEL A CONTRIBUTION : 2ème congrès international d’archives numériques (Morelia, Mexique)

L’Institut de Recherche de Bibliothéconomie et de l’Information (IIBI) et l’Ecole Nationale d’Études Supérieures Unidad Morelia (ENES Morelia) de lUniversité Autonome de Mexique ( UNAM) en collaboration avec le Laboratoire national de matériaux oraux (LANMO), le programme de masters de bibliothéconomie et d’études d’information de l’UNAM, l’Université Computense de Madrid (UCM) et lÉcole des Hautes Études de Communication Éducatives (ESAE) de l’Institut latino-américain de communication éducative (ILCE), lancent un appel à contribution pour présentation de travaux lors du :

II ème  Congrès International d’Archives Numériques
Continuer la lecture de APPEL A CONTRIBUTION : 2ème congrès international d’archives numériques (Morelia, Mexique)

Voulez-vous parler l’arabe ? Ecoutez… et répétez…

Des lectrices de la médiathèque de Berre-l’étang ont mené avec une bibliothécaireu au sein de l’espace documentation un projet de méthode de langue et d’exercices de prononciation. Celui-ci peut s’avérer très intéressant pour ceux qui cherchent à apprendre une langue avec des expressions de chaque jour, plus utiles que les phrases habituelles des méthodes qui vous permettent certes de réserver des chambres d’hôtel mais pas vraiment de parler de vous.

Cette série d’exercices a été créé de toute pièce dans le cadre d’un atelier composé de femmes de toutes origines, engagées dans un programme d’insertion porté par l’association GDID à Berre-l’Étang1. Le thème présenté ici est celui de la rencontre et des présentations mais d’autres thématiques viendront (nous les ajouterons à ce billet) et d’autres langues sont à venir.

Les participantes à l’atelier ont choisi leurs thématiques, écrit leurs textes sous Libre Office, enregistré les fichiers son, utilisé Audacity pour le montage et chargé les fichiers sous Archive.org en choisissant leur licence Creative Commons (BY-NC-SA). La plupart d’entre elles n’avaient jamais utilisé un  ordinateur ni enregistré quoi que soit… Voilà un bel usage du son comme moyen pédagogique pour apprendre et transmettre !

Les personnes intéressées par le projet peuvent contacter Corinne Cassé à la Médiathèque de Berre – Espace documentation et Internet, 2, rue Lafayette, 13130 Berre l’étang.  Tél : 04.42.74.93.85

Crédits photographiques : Image from page 200 of Arabic grammar, paradigms, literature, exercises and glossary (1895), Internet Archive, domaine public.

  1. Créé en 2008, le groupement GDID est constitué de trois associations unies par le même projet associatif Centremploi, Proxim’Services-Famillemplois et PAIS. sur Berre. []

Archivage à long terme des données sonores de la phonothèque – épisode 2

Le projet d’archivage à long terme des données de la phonothèque de la MMSH continue son chemin avec le soutien de la TGIR Huma-Num. Il va être mené conjointement avec l’équipe de la plateforme Telemeta, notre partenaire CNRS dans le projet Europeana Sounds. Pour préciser notre méthode de travail, nous avons reçu le 5 mai 2014 à Aix-en-Provence Nicolas Larrousse (Huma-Num). Avec lui, et avec nos collègues de Telemeta en  visioconférence depuis Nanterre, nous avons fait un point sur la mise en place d’un archivage sur le long terme de nos données sonores, un diaporama à l’appui :

Après cette présentation la question qui s’est posée a été celle de définir l’unité intellectuelle (ou « paquet ») à archiver : déposerions-nous nos archives par fonds, corpus, enquête ou item ? La question est centrale, car chaque « paquet » ou SIP – Submit information package – est défini avec précision par le CINES. Après chaque dépôt de SIP, le déposant reçoit un courriel de validation qui délivre un numéro d’identifiant ARK (Archival Resource Key). Après avoir longuement échangé avec l’équipe de Telemeta, le dépôt par « corpus » (ou « collection ») nous a paru le plus pertinent. Les collections, conservées dans leur intégrité sur le long terme, permettront de mieux reconstituer le contexte de production des données. Un fichier XML décrira le corpus, le nombre d’enquêtes et éventuellement d’items, les documents annexes et les fichiers sons y seront associés. Les SIP sont destinés à une « conservation définitive » (expression apposée à chaque SIP). L’identifiant ARK sera récupéré et affiché dans les notices « corpus » des banques de données. Pour rappel, chaque notice d’enquête ou d’item possède un numéro Handle obtenu à partir du moissonnage d’Isidore. A l’occasion de cette entrée en phase de préparation à l’archivage, une pré-estimation du volume des données de la phonothèque de la MMSH pour un premier dépôt a été évaluée, à 2000 Go.

Il s’avère que dans le cadre du projet Europeana Sounds, la phonothèque vient d’achever un récolement complet de son fonds : il permettra de mettre en oeuvre plus facilement l’archivage sur le long terme. Depuis les premières numérisations à la phonothèque en 2000, deux récolements avaient été réalisés mais aucun n’avaient été aussi complets et minutieux. Ainsi, pour chaque enquête, nous avons vérifié que :

– Un fichier sonore au format Wave  est bien rattaché à la notice documentaire.

– Un fichier de consultation au format MP3 est disponible avec le fichier Wave. Dans un premier temps, un travail de conversion de chaque fichier au format Wave vers un format de consultation (MP3) a été engagé. Toutefois, la phonothèque n’a pas les moyens techniques nécessaires au bon déroulement de ces transferts de façon « industrialisée » (outils de conversion permettant le traitement massif et assurant la validité et l’intégrité des fichiers). En collaboration avec Huma-Num, nous allons étudier les modalités d’automatisation de cette opération. Nous préciserons cette phase ultérieurement et créons pour le moment les fichiers de consultation au fur et à mesure de la demande de mise en ligne.

– Les métadonnées génériques en vue de l’archivage sont valides.

– Chaque notice documentaire est bien rattachée à un « corpus », et chaque corpus rattaché à un « fonds ».

– Les formats sont valides. Cette validation s’est faite à partir d’échantillons prélevés dans les corpus en utilisant le programme Facile.

– Les informations confidentielles dans les entretiens ont bien été supprimées et documentées dans les fichiers de consultation.

– Un lien a bien été enregistré vers les contrats existants : enquêteur, informateur ou ayant droit.

– Lorsque les contrats existent les obligations ont été respectées. L’équipe de la phonothèque a vérifié s’il était nécessaire – ou pas – de mettre les informations à jour, et si les restrictions demandées par les différents acteurs avaient bien été respectées. Les questions éthiques ont aussi été prises en compte et toutes les métadonnées ont été validées. L’équipe est allée parfois jusqu’à l’écoute pour vérifier éventuellement si des informations confidentielles devaient être supprimées des fichiers de consultation.  Des contacts ont été recherchés, en particulier pour les enquêteurs qui n’avaient pas encore signé de contrats.

–  Lorsqu’il s’est avéré impossible de contacter les enquêteurs ou les collecteurs, si la prise de risque de mise en ligne pouvait être évaluée. Auparavant déjà, dans certains cas, des conseils scientifiques thématiques avaient été mis en place (Ex. : fonds sur le Yémen enregistrés dans les années 1980 ou dans le Sud du Sahara, enregistré dans les années 1960). Il a été décidé que le conseil scientifique de la MMSH, constitué d’enseignants-chercheurs, de chercheurs et de représentants d’institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche, sera sollicité une fois par an pour une expertise et conseil à propos des questions juridiques et éthiques qui se posent à la diffusion de certaines archives.

La prochaine étape est désormais, pour la phonothèque de la MMSH, de mettre en place un archivage intermédiaire sur les serveurs d’Huma-Num pour simplifier le flux du dépôt. A suivre donc…

Article rédigé en collaboration avec Matthieu Andréani et Marine Soubrié.

Crédits photographiques : archives en boîtes à chaussures, photographie d’Hélène Loukou, 2013.

Méthodologie de l’histoire orale à Aix-en-Provence : une conférence sur les « ethnotextes » de Jean-Claude Bouvier en 1981

 Jean-Claude Bouvier a été professeur de dialectologie et de langue occitane à l’Université d’Aix-en-Provence où il a fondé et dirigé le CREHOP1. Spécialiste de dialectologie, d’ethnolinguistique et d’onomastique, il est aussi le co-fondateur, avec Philippe Joutard (historien moderniste), de la Phonothèque d’Aix-en-Provence, actuellement implantée à la MMSH. Enfin, il est l’un des fondateurs de l’Association Française d’Archives Sonores (AFAS),  en 1979, qui a pour objectif de « réunir institutions et personnes qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités ».

Lors de la numérisation de bandes magnétiques déposées par le Musée ethnologique de Salagon, j’ai écouté un enregistrement que l’on peut désormais qualifier d' »historique » : Jean-Claude Bouvier, lors d’un stage d’ethnologie à Saint-Michel-l’Observatoire en 1981, présente ce qu’il appelle les « ethnotextes », ou « textes oraux ». Nous sommes alors dans une période de fort intérêt chez les chercheurs de sciences humaines et sociales de l’université d’Aix-en-Provence pour les archives orales et l’histoire orale, longtemps ignorées dans le monde de la recherche française. Il présente devant l’auditoire une méthodologie d’enquête orale puis développe quelques exemples avant de terminer sur la préservation des supports physiques.

Dans une première partie, Jean-Claude Bouvier définit le concept d’ethnotextes2 et présente une méthodologie qui passe par un plan d’enquête, donc d’une bonne connaissance du sujet. Toutefois, ce plan doit être flexible, en évolution permanente. Il conseille de limiter les interventions de l’enquêteur lors de l’entretien, de laisser parler librement l’informateur, et de revenir ensuite sur certains points qui mériteraient d’être éclairer:

 

Pour Jean-Claude Bouvier, le texte oral qui découle de l’entretien doit être étudié au même titre que n’importe quel autre texte écrit :

 

Ce texte oral contient la représentation que se font les informateurs de leur propre culture :

 

Il donne alors l’exemple d’enquêtes réalisées sur le thème du baptême :

 

Puis il insiste sur l’importance lors de l’entretien des non-dits :

 

Jean-Claude Bouvier insiste sur l’importance de passer par des intermédiaires afin de trouver des informateurs pouvant renseigner sur le sujet étudié, mais il ne faut pas rester prisonnier de leur « réseau ». Il est aussi important de travailler avec différents types d’informateurs, aux âges, sexes et lieux d’habitation différents à l’intérieur d’une zone définit :

 

Les enquêtes doivent être renseignées par le biais d’une fiche de renseignement, nécessaire dans le travail de recherche de l’enquêteur :

 

Il enjoint ensuite à croiser source orale et source écrite :

 

Car l’enquête orale ne se suffit pas en elle-même, elle doit être croisée avec d’autres formes de sources car elle n’est qu’une représentation de la culture :

 

Pour conclure sur l’apport de l’ethnotexte dans la recherche, je vous renvoie vers plusieurs articles publiés jusqu’au début des années 1990 par les chercheurs du CREHOP. Jean-Noël Pelen en a rédigés plusieurs portant sur la naissance et l’utilisation de l’ethnotexte en 1992, La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement,3 ou plus largement sur le dépôt des sources orales et les phonothèques de recherche. Clairvoyant sur l’avenir de la méthode en science humaine et sociale, il insiste sur l’intérêt du travail pluridisciplinaire dans le domaine de la source orale. Philippe Joutard, toujours inspiré par l’oralité, vient de publier un nouvel ouvrage sur le thème  Histoire et mémoires, conflits et alliance paru en 20134 que je vous invite à découvrir, comme en symétrie à cette conférence, plus de trente ans plus tard. 

 

Crédits photographiques : Couverture de l’ouvrage « Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes », BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 

  1. Centre de Recherche et d’Etude sur l’Histoire Orale et les Parlers régionaux []
  2. On trouvera plus d’informations sur le sujet dans le livre collectif Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 []
  3. « La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement » in Actes du Congrès international de dialectologie, Iker 7, Bilbao, 1992 []
  4. Histoire et mémoire, conflits et alliance, La Découverts, 2013 []

Formation aux archives sonores en Martinique du 5 au 9 décembre 2011

Fabienne Zonzon, responsable des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de Martinique a mis en place un réseau de collecteurs qui arpentent la Martinique pour capturer la mémoire orale de leur île. En mars 2007 elle avait organisé une première formation sur le site des archives départementales, à Fort-de-France, où était intervenue Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’EPHE. La formation programmée cette semaine a pour objectif de renforcer le réseau des partenaires qui organisent des projets de collecte depuis le terrain jusqu’à la valorisation des enregistrements et leur méthodologie.

Ainsi, depuis lundi 5 décembre, nous sommes une petite quinzaine à écouter, échanger, commenter les différentes expériences de chacun.  Les documents, filmés ou enregistrés et documentés, pourront être ensuite consultés sur les lieux des collectes mais aussi aux archives départementales ou encore, bientôt, sur le portail de la Banque numérique des patrimoines martiniquais qui vient d’être créée et qui permet déjà d’interroger de grands corpus de documents écrits, cartographiques et photographiques.

Programme 

La source orale : de la collecte à la valorisation

5 – 9 décembre 2011

Archives départementales de Martinique

Objectifs : A l’issue de la formation, les stagiaires auront pris conscience des enjeux relatifs à la création d’une collection sonore et audiovisuelle dans le contexte antillais. Ils pourront évaluer la nécessité de développer la collecte d’archives orales en Martinique et solliciter les partenaires à leur disposition. Ils auront en main tous les outils nécessaires à la mise en place d’un programme de collecte, de traitement, de conservation et de valorisation d’enquêtes orales. Ils pourront, s’ils le souhaitent, trouver les cadres collaboratifs susceptibles de les soutenir dans leurs projets.

Méthode : Les exposés théoriques s’appuieront sur des exemples concrets, exploités au fil de la session. Une enquête orale enregistrée de courte durée sera écoutée, traitée et valorisée par les stagiaires. Les stagiaires pourront manipuler et prendre en main une caméra numérique pour la réalisation d’enquêtes filmées.

Durée : 5 jours

8h 00- 8h 30 : Accueil des stagiaires, présentation des intervenants et du déroulement du stage

Lundi 5 décembre 2011

8h 30- 12h 00 Approche anthropologique des sociétés antillaises : permanences et mutations

Intervenant : Isabelle Dubost

14h 00- 16 h 30 Présentation du département son et audiovisuel des Archives départementale de la Martinique et des acteurs de l’archivage du son et de l’audiovisuel en Martinique

Intervenante : Fabienne Zonzon

Mardi 6 décembre 2011

8h00- 12h 00

Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

14h00- 16h 30

Des méthodes d’enquête en sciences humaine et sociales : filmer et/ou enregistrer

Intervenante : Véronique Ginouvès

Mercredi 7 décembre 2011

8h00- 16h 30

La prise en main d’une caméra numérique

  • prise en main d’un caméscope
  • Technique de prise de vie
  • Esthétique de l’image
  • Approche de l’éclairage

Intervenant : Claude Rosalie

Jeudi 8 décembre 2011

8h00- 12h 00

La prise de son sur le terrain :

  • Choix du matériel et des supports
  • Les formats du son numérique
  • L’utilisation du micro et du haut parleur
  • Savoir spatialiser un entretien
  • Les logiciels de numérisation

14h – 16h 30

Mise en pratique : enregistrer une enquête orale.

Vendredi 9 décembre 2011

8h00- 12h 00

Les missions d’un centre d’archive sonores et audiovisuelles :

  • Collecte : prise de son, recherche des fonds, questions de droit
  • Conservation : formats analogiques et numériques
  • Analyse : le traitement documentaire du son
  • Valorisation : base de données et mises en ligne

Mise en pratique : Ecoute d’une enquête enregistrée : traitement documentaire du document sonore. Bilan de la mise en pratique du jeudi après-midi.

14h 00- 16h 00

Collaborer dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles : catalogues collectifs, carnets de recherche, expositions, listes de diffusion.

Rédaction collective d’une charte de qualité d’une collection sonore et audiovisuelle.

Intervenante : Véronique Ginouvès

16h 00-16h 30

Bilan de la semaine, échanges et perspectives. Evaluation du stage

A propos des intervenantes :

Véronique Ginouvès est ingénieure de recherche CNRS, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Elle est l’auteure en collaboration d’un Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (2001) et publie régulièrement sur Les Carnets de recherche de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org

Isabelle DUBOST est anthropologue, Maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane, Membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC). Elle travaille au sein de l’UMR CNRS n° 8053. Ses recherches en cours s’articulent autour de trois axes. Le premier porte sur les stratégies identitaires de groupes issus de l’immigration, les liens diasporiques et l’économie ethnique des « Chinois », des « Syriens » à la Martinique et des « Chinois » et des « Libanais » en Guyane. Le second interroge les processus d’ethnicisation et de différenciation et catégorisation sociales en cours à la Martinique. Le troisième porte sur la gestion sociale de l’environnement et la problématique de gouvernance à la Martinique (GIZC Baie du Robert). http://www2.univ-ag.fr/CRPLC

Fabienne ZONZON est archiviste, chargée de la collecte des archives orales et audiovisuelles aux Archives départementales de la Martinique.

Crédits photographiques : j’ai utilisé au tout début de ce billet une image prise sur Flickr the Commons. Il s’agit d’une photographie de WG. Cooper, issue des collections de la bibliothèque de SMU (Southern Methodist University) Central University, sous le titre « St. Pierre May. 14 » (1902). La photographie est indiquée comme ne présentant pas de restrictions de copyright connues.  J’ai voulu utiliser une image de la Banque Numérique des Patrimoines Martiniquais mais les restrictions de diffusion sont trop sévères pour pouvoir utiliser les documents dans une publication, d’autant que le logiciel utilisé et l’affichage des images contraint toute capture d’image. Les autres photographies ont été prises sur le lieu de stage : bâtiment des AD, présentation de Fabienne Zonzon, cours de M. Rosalie, par Véronique Ginouvès (décembre 2011).