Archives par mot-clé : méthode d’entretien

Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

« Auriez-vous un souvenir récent de vacances ou de loisirs à nous raconter ? »

C’est le thème choisi cette année dans le cadre des exercices de collectage réalisés par les stagiaires de la formation INA Expert organisée au mois de juin à Bry-sur-Marne.

Huit personnes, issues d’institutions, de collectivités territoriales et du monde associatif, ont suivi durant trois jours une initiation au collectage de paroles de témoins, à leur captation sonore et vidéo. Les idées de projets des uns et des autres étant déjà bien abouties, le besoin de formation était plus fort du côté de la campagne de collectage et de son environnement : quels partenaires techniques, quels moyens mobilisés et quand, quel contrat de cession de droits, pourquoi faire et enfin, comment construire sa grille d’enquête avec quelles questions et sous quelle forme (ouverte, fermée). Continuer la lecture de Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

Collecter le patrimoine immatériel au Yémen : à propos des difficultés du terrain : le cas du fonds Fatima Al-Baydani

Fatma Al-Baydani, chercheure yéménite, a donné le 12 février dernier à la MMSH une conférence qui présentait douze ans de terrain pour la collecte de littérature orale populaire à travers le Yémen.

Résumé de la conférence : En introduction, Claude Audebert, professeure de langue arabe à Aix-Marseille Université, introduit brièvement la conférencière, Fatima Al Baydani. Originaire de la ville d’Al-Bayda au Yémen, elle avait initialement suivi une formation de médecin . Issue d’une famille de poètes et de poétesses, celle-ci ne tarda  pas  à quitter la médecine  pour se lancer, dès la fin des années 1990, dans la collecte de la littérature orale à travers toutes les régions du Yémen. Dans sa conférence, Fatima al-Baydani a mis l’accent sur la méthode suivie pour mener ses enquêtes de terrain, évoquant les multiples difficultés qu’elle a pu rencontrer. Pour lancer le projet, elle n’a pu compter que sur ses propres deniers et avait dû former une équipe de 6 jeunes yéménites (3 femmes et 3 hommes) à la collecte sur le terrain afin d’établir un questionnaire d’enquête. Ses recherches privilégièrent les personnes âgées, tout particulièrement les troupes musicales féminines, les poètes et les conteurs. Ses collectes l’ont amenée à sillonner l’ensemble du pays, de la Tihama au Hadramaout et de Saada à Aden et à Socotra. Elle finit par obtenir quelques aides financières de la part des autorités locales au Yémen ou auprès d’ambassades étrangères. A partir de 2005, elle établit une fructueuse collaboration  avec le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa), ainsi qu’avec l’Ecole Normale Supérieure de Paris (ENS). En 2007, elle fonde l’association «  Mil Al Dahab », toute entière dédiée à la collecte du patrimoine immatériel, à sa préservation, sa diffusion  et sa valorisation. En 2014, cette association prend le nom de « Aydanout » en  en hommage à une chanteuse yéménite décédée en 2011. La conférence s’achève sur un diaporama retraçant différents moments de ses enquêtes de terrain et sur un échange avec les différents participants.

Dans sa conférence, Fatma Al-Baydani reprend point par point les difficultés qu’elle et son équipe ont rencontré au cours de leur collecte sur le terrain yéménite. Ces difficultés nous ont semblé intéressantes à signaler dans Les Carnets de la phonothèques car elles se retrouvent sur d’autres terrains pour la collecte du patrimoine culturel immatériel.

– A l’amorce d’un projet et tout au long de son évolution, les questions financières sont bien entendu centrales et vont conditionner la plupart des orientations. La plus grande partie des recherches de Fatma Al-Baydani ont été faites sur la base de ses deniers personnels. Cela d’autant plus qu’elle a souvent dû refuser l’aide financière en provenance de pays étrangers (Etats-Unis, pays du Golfe) car leurs institutions demandaient une exclusivité sur le patrimoine collecté, ce qui n’était pas envisageable pour elle et son équipe. De leur côté, les gouvernorats yéménites ne pouvaient pas toujours les soutenir. Certaines instances politiques du pays  ont accepté de participer à la prise en charge de l’hébergement ou des repas de l’équipe, d’autres n’ont pas souhaité apporter d’aide à l’entreprise en raison de ce que la collecte du patrimoine immatériel est controversée dans une partie de la société yéménite.

– En effet, pour une partie de la société yéménite aujourd’hui le chant, les comptines, la danse ou les contes sont interdits. Obstacle impossible à surmonter lorsque certains politiques ont connaissance de ces travaux : les collecteurs ont parfois dû quitter leur terrain en vitesse… D’autres fois, après avoir parcouru parfois des kilomètres dans la montagne, et une fois arrivés devant leur témoin, celui-ci refusait d’être enregistré, inquiété de ce qui pourrait se dire sur lui.

– Autre obstacle, l’interdiction d’enregistrer ou de filmer des femmes en train de danser ou de chanter. Les collecteurs ont trouvé une parade en choisissant parfois choisi de filmer uniquement les pieds d’une danseuse, enregistrant ensemble la danse et la musique.

– Les collecteurs, travaillant à retracer les conditions de production de ce qu’ils recueillaient,  se sont rendu compte que de nombreux hommes s’étaient approprié les chants ou les poésies créés par des femmes, rendant opaque l’identité véritable des auteurs des œuvres.  C’est parfois à la mort de ces hommes que l’on a compris que tel ou tel texte avait été écrit par son épouse, sa soeur ou sa grand-mère.

– L’entrée brutale d’appareillages modernes dans les dispositifs de l’enquête  a aussi introduit de nouveaux obstacles : certains témoins ont refusé les enregistrements ou même la prise de note. Dans ce cas, sans se laisser prendre de cours, les collecteurs ont appris par la transmission orale le chant, la poésie, la danse ou le conte, les ont appris par coeur jusqu’à les maîtriser pour en rendre possible le transfert par l’enregistrement au sein même de l’équipe de collecteurs.

– Le projet de Fatma Al-Baydani était de collecter le plus possible de textes oraux en langue dialectale. Or les collecteurs se sont rendu compte que face à un microphone, la population interrogée avait tendance à abandonner l’emploi de l’arabe dialectale pour l’arabe littéral, employé par la télévision et la radio. Ils ont donc essayé de travailler avec les témoins en profondeur et sur la durée pour que ceux-ci livrent le plus possible de textes en arabe dialectal.

– Au-delà de toutes les difficultés énoncées précédemment, l’instabilité de la situation politique du Yémen reste sans doute l’obstacle le plus difficile à surmonter. En effet, l’équipe de Fatma Al Badani a beaucoup souffert de la méfiance des autorités yéménites qui leur ont confisqué leur matériel à plusieurs reprise (appareil à photo, caméra …), voire ont parfois emprisonné les collecteurs (à Ta’izz ou Tihama). Cette instabilité politique met également un frein à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine immatériel ainsi qu’aux échanges culturels du pays au niveau international. Cette situation amplifiée par l’absence d’institution(s) officielle(s) chargé(es) de recueillir les archives au Yémen.

Pour toutes ces raisons, le dépôt des archives de  Fatma Al Badani à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme est exceptionnel. Il est également important pour les chercheurs du domaine yéménite et plus largement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature et la poésie orale, à la transmission de bouche à oreille, au patrimoine culturel immatériel…
Nous la remercions de sa confiance.

Résumé de la conférence et billet rédigés par Louna Tourdert (lycéenne, en stage à la phonothèque en mars 2015), relecture d’Isabelle Grangaud et Michel Tuscherer (IREMAM).

Crédits photographiques : paysages du Yémen, Fatma Al Badanin

Une formation sur la collecte de témoignages oraux à l’INA

Du 11 au 13 juin 2014, l’INA expert organisait pour la troisième fois une formation sur le thème Collecter, produire, enregistrer des témoignages, une partie était consacrée à la méthode de terrain (les diaporamas de la formation sont accessibles ici et ). Dans ce cadre, les stagiaires devaient réaliser un entretien enregistré avec une personne – au hasard – à qui ils devaient expliquer leur démarche de collectage et faire signer un contrat d’autorisation de diffusion et de réutilisation. Avant de se lancer dans l’aventure, les stagiaires ont dessiné une carte mentale pour les soutenir dans leur projet. Le questionnement portait sur le rapport au patrimoine immatériel du témoin et ce qu’il imaginait derrière ce terme.

Voilà la carte mentale dessinée pour préparer l’enregistrement à partir des pré-notions des stagiaires :

CARTE MENTALE PCI

 

Au retour de leur collecte, en écoutant l’entretien, les stagiaires ont mesuré l’impact de environnement du témoin (ici professionnel) sur le bon déroulement de l’entretien : difficile d’interrompre le fil de celui,ou celle qui, interrogé-e sur son lieu de travail, parle de ce qui lui est le plus proche ou y puise ses exemples, son métier. La pertinence du questionnement et le savoir-faire des collecteurs-trices sont mis à l’épreuve pour réussir à faire appréhender au témoin ce qui est requis de lui : son point de vue, ses connaissances objectives des thèmes évoqués, le sien et celui de son entourage familial, etc.

Billet collectif rédigé par Annie-Pierre Richon, Cécile Rivière, Sabine Pagliarucci.

Merci à Malika de s’être prêtée à l’expérience !

Photographie diffusée avec l’aimable autorisation de Didier Allard, INA.

Enregistrer sur le terrain : questions d’éthique et de droit

Depuis 2011, le groupe de travail  « Ethique et droit pour la diffusion des données numériques en SHS » travaille à la rédaction d’un guide de bonnes pratiques. Pour mieux connaître les pratiques des chercheurs et des ingénieurs sur ces questions, plusieurs journées d’étude ont été organisées à la MSH de Tours par Crevilles.org (26 septembre 2011), à la MMSH d’Aix-en-Provence (29 novembre 2011), à la MSH de Dijon (19 juin 2012). Les premiers textes commencent à paraître ; ils s’appuient sur ces journées et sur les ateliers d’écriture qui ont été organisés (à la MMSH et à la MESH de Lille).

Pour être au plus près d’une écriture collective, le groupe a choisi de publier ses premiers textes sur un carnet de recherche en invitant les lecteurs à réagir et à les commenter afin de les compléter ou les éclairer par d’autres expériences. Le guide a l’ambition de porter sur toute la chaîne de production, de conservation, de traitement et de diffusion des matériaux d’enquête en SHS par des centres de ressources. Les premiers billets portent sur les entretiens de terrain : quatre viennent d’être publiés sur le carnet A propos d’éthique et de droit sur la question de la préparation du terrain. Vos commentaires sont attendus !

– Peut-on librement diffuser la parole publique ?, 7 novembre 2013 http://ethiquedroit.hypotheses.org/811

– Qui est l’auteur de la transcription d’une enquête de terrain enregistrée ?, 21 mai 2013 http://ethiquedroit.hypotheses.org/711

– Bien rédiger un contrat de cession de droit pour un enregistrement de terrain, 9 mars 2013, http://ethiquedroit.hypotheses.org/545

– Le contrat, un pacte entre le témoin et l’enquêteur… et une nécessité juridique, 28 février 2013, http://ethiquedroit.hypotheses.org/516

– Publier la parole des témoins. Exigences scientifiques et respect des données personnelles, 18 janvier 2013,  http://ethiquedroit.hypotheses.org/397

– Matériaux pour une enquête orale : préambule, 4 décembre 2012, http://ethiquedroit.hypotheses.org/280

Crédits photographiques : photographie prise le 12 juillet 1967 au nord-ouest du Burundi, près du site de la nécropole royale de Budandari. L’informateur est  Sekere, issu d’une lignée de gardiens de ces sites funéraires royaux. L’enquêteur est Jean-Pierre Chrétien, alors professeur à l’ENS de Bujumbura, accompagné d’Emile Mworoha, à l’époque étudiant en histoire à la même ENS de Bujumbura, et dont la famille est originaire de la région de Budandari. La photo a été prise par un autre accompagnateur  lors de ce déplacement, proche d’Emile Mworoha. Le contexte intellectuel de cette enquête peut être retrouvé dans l’article Les tombeaux des bami du Burundi : Un aspect de la monarchie sacrée en Afrique orientale, publié en collaboration avec Emile Mworoha dans les Cahiers d’études africaines, n° 37, 1970, 1, pp.40-79 (“Les tombeaux des bami du Burundi : un aspect de la monarchie sacrée en Afrique orientale”). Diffusion avec l’aimable autorisation de Jean-Pierre Chrétien.

Du bon usage des outils de collecte, d’enregistrement et de restitution d’archives sonores. Formation INA-Expert 2012

Les 19 et 20 novembre 2012, le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, organisait sur son site de Bry-sur-Marne une formation sur le collectage, la production et l’enregistrement de témoignages. Les stagiaires de ces deux journées appartenaient au monde associatif, à celui des entreprises privées, des professionnels de l’image fixe et animée, des archives publiques.

La commande adressée à la phonothèque de la MMSH concernait une approche globale du processus de création et de mise à disposition d’archives sonores, depuis l’écriture d’une problématique d’enquête jusqu’aux préparatifs de restitution vers le grand public. L’amplitude de cette chaîne opératoire devait traiter des questions de méthode de prospection (que cherche t-on, à partir de quelles connaissances, avec quelle grille d’enquête et quelles techniques d’entretien), d’utilisation de technologies adaptées (enregistreur numérique de son et d’image, logiciels de traitement, de documentation et de diffusion sur le web des documents audiovisuels), de droits patrimoniaux, d’indexation et d’identification des ressources au sein de grands ensembles d’archives patrimoniales.

Ethnologue, assistante documentaliste de la phonothèque de la MMSH et enquêtrice pour l’association Paroles Vives j’ai eu le plaisir de donner cette formation, accompagnée des expériences partagées avec Véronique Ginouvès et Florence Descamps pour la partie historique, les questions juridiques et éthiques et le traitement documentaire.

Après un aperçu de l’histoire des techniques d’enregistrement et des méthodes de recueil de données en sciences sociales, la dizaine de stagiaires a pu aborder les questions pratiques de la définition d’une problématique, de la construction d’une grille d’enquête, de la passation d’un contrat de droits patrimoniaux avant de partir en exercice pratique, enregistreur à la main, à la rencontre de témoins volontaires. Deux entretiens ont été réalisés sur une problématique commune, choisie par les stagiaires : « Militantisme – Place du témoin (acteur ou spectateur) du mouvement syndical, politique, associatif. ». Ce sujet fut exploré à l’aide d’une carte heuristique sous FreeMind dont voici la première version.

Une telle carte est utile pour l’établissement d’un cahier des charges comme pour celui d’un calendrier d’étapes de réalisation. Celle-ci a permis de poser toutes les notions émergentes pour chaque stagiaire, d’identifier les sources de ces notions (représentations personnelle et collective, connaissances livresque etc.) et de faire la part des choses entre l’univers personnel des représentations de l’enquêteur, ce qu’il croit savoir sur le sujet et ce qu’il lui reste à trouver sur le terrain auprès des témoins. Les stagiaires ont sélectionné trois critères pour trouver leur témoin : 1/ militantisme syndical, politique, associatif – 2/ statut de participant actif de la personne à un évènement précis – 3/ statut de témoin spectateur d’un évènement précis. Puis, ils ont construit une grille d’enquête simple afin de mener, en fonction de la personne rencontrée, un entretien de cinq minutes.

Voici la carte présentant les questions envisagées.


L’ensemble des stagiaires se répartissait en deux groupes. Le stagiaire le plus novice du groupe étant chargé de mener l’entretien, un second de gérer l’enregistreur, surveiller son bon fonctionnement (pas de saturation, ni de parasitage sonore extérieur), les autres, tenant leur carnet de notes devaient jouer le rôle d’oreilles actives en apportant des questions complémentaires en fin d’entretien ou en apportant une critique constructive de la méthode de leur collègue. L’enquêteur était également celui qui expliquait au témoin les conditions d’enregistrements, ses objectifs et lui faisait signer le contrat d’autorisation et de diffusion rédigé pour l’occasion1.

Enquête 1 : « Témoignage d’un homme sur son action au sein d’une association d’aide aux plus défavorisés » suivie de son résumé rédigé par les stagiaires.

Témoignage d’un homme sur son action au sein d’une association d’aide aux plus défavorisés (résumé)

Le témoin est militant au sein de la branche locale d’une association nationale composé de plusieurs milliers de bénévoles. Il intervient sur le terrain, dans une équipe de 15 personnes, un week-end sur deux. Cette association apporte une aide morale et physique aux démunis et aux sans-abris. Cette aide peut aller jusqu’aux premiers secours. Il décrit son engagement comme quotidien, sur le long terme et sa participation depuis 20 ans.

Enquête 2  : « Témoignage d’une bénévole sur les animations de son association en milieu hospitalier » suivie de son résumé rédigé par les stagiaires.

Témoignage d’une bénévole sur les animations de son association en milieu hospitalier (résumé)

Enregistrement sonore réalisé le 19 novembre 2012 par des stagiaires de l’INA auprès de l’assistante sociale du l’entreprise sur le thème du militantisme. Elle fait du bénévolat en milieu hospitalier au sein de l’association des Visiteurs Médicaux Hospitaliers (VMH). Elle décrit ses expériences après formation, d’abord en soins palliatifs à Sainte Camille (Bry-sur-Marne) puis aux urgences de de Lagny en Seine et Marne. Elle explique le fonctionnement du bénévolat au sein de l’association ; elle détaille son action : écouter, accompagner, rassurer les patients et les familles, en particulier les enfants. Elle exprime avec émotion ses sentiments vis à vis de son action et ses motivations.

Une fois de retour dans la salle chaque groupe a écouté et résumé par écrit l’enquête des autres. Les enquêteurs pouvant débattre avec les documentalistes. Cet exercice avait pour objectifs de démontrer une possible subjectivité du traitement documentaire et les besoins des documentalistes du son en matière d’informations complémentaires (qui parle, dans quel contexte, dans quelles finalités) lorsque celles-ci n’apparaissent pas à l’écoute du contenu. L’utilisation des thésaurus thématiques, notamment celui de la phonothèque de la MMSH, pour l’indexation des archives, ainsi que la question de leur diffusion et de leur utilisation au sein de montages, d’exposition etc ont été abordés. Chacun des témoins et chaque stagiaire avaient signé au préalable un contrat autorisant l’INA et la phonothèque à présenter ce travail.

La journée du 20 novembre était consacrée à l’utilisation d’appareils d’enregistrement sonore et filmique avec les ateliers de  Christophe Lizot et Jean-Claude Mocik. Les trois ateliers se sont idéalement croisés, notamment sur les étapes de préparation indispensables au terrain de captation d’informations sonores et/ou filmées, de véritable écriture d’un objectif, de choix de méthodes et outils adaptés. En effet, si la question de l’enquêteur produit une variation de réponse selon la façon et l’instant où elle est posée, le son possède une force évocatrice, comme l’usage d’une image. Les nouvelles technologies ne posent pas seulement des questions de compétences techniques mais aussi, de part leur constante évolution, la question des moyens de conservation, et, partant, des cahiers des charges préalables aux chantiers, prévoyant des partenaires stables sur le long terme.

Il est à souhaiter que de telles formations créatives par la richesse de ces croisements, se multiplient, accompagnant les collecteurs dans une construction cohérente (problématique et droits patrimoniaux) de leurs projets, dans une réalisation technique de qualité, et dans un traitement rapide, homogène de la donnée pour un accès facilité, une vraie visibilité des matériaux par leur accessibilité pour tous.

 Le calendrier des formations 2013 est  en ligne sur le site de INA-expert, dont une formation spécifique en novembre 2013 sur la conduite d’entretiens patrimoniaux

et les choix méthodologiques adaptés, et un deuxième opus de la formation Collecter, produire et enregistrer des témoignages, prévue cette fois-ci sur 3 journées en juin.

Crédits photographiques :

Mehndi (henna skin decoration) on a hand being licked by a camel, by David Dennis,  http://www.flickr.com/photos/davidden/295764484/. Licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic

  1. Ce contrat s’appuie sur les propositions de Ludovic Le Draoullec, augmentées des travaux du collectif constitué pour la rédaction d’un guide de bonnes pratiques pour la diffusion des données électroniques en sciences humaines et sociales – Questions juridiques et éthiques []

Nos premiers pas d’enquêteurs

Dans le cadre d’un module intitulé « Traitement des données numérisées en sciences sociales » du Master 2  « Sociétés et inter-culturalité », Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH, nous a proposé de réaliser des entretiens s’inscrivant  dans un projet patrimonial et imaginer toute la chaîne de traitement (les archiver, les cataloguer, les diffuser et les valoriser). Le thème choisi était  celui du souvenir d’école.

A l’issue de ce travail, nous avons mené une réflexion analytique qui  nous  a permis de dégager les éléments positifs et négatifs des entretiens réalisés. Pour nous aider à rédiger notre grille d’enquête, nous avons découvert, à cette occasion,  la carte mentale. Nous avons utilisé le logiciel libre Free Mind qui permet d’organiser, synthétiser et hiérarchiser ses idées.

 

 

Malgré cette carte, le déroulement des entretiens n’a pas été aisé : nous nous sommes rendues compte  qu’il était difficile de faire parler les témoins sans doute parce que nous n’avions pas suffisamment exploité notre grille d’enquête.  Cependant, la carte mentale nous est apparue comme un formidable outil dans la préparation des entretiens et il nous semble que nous pourrons l’utiliser dans de nombreux autres domaines.

Les auteurs :  Josy Joseph, Jessica Barker, Gabrielle Newton, Dominique Moges et Eliane Izéros.

Le programme de la formation : http://phonotheque.hypotheses.org/8867

Crédits photographiques :

Navy Hill School, photographie de Adolph B. Rice Studio, 10 avril 1958, Rice Collection, Bibliothèque de l’Etat de Virginie, pas de restrictions de droit connues.

Enquête orale à l’université Antilles-Guyane, 12 décembre 2012, photographie de Josy Joseph.

Retours sur une méthodologie d’enquête

Le traitement documentaire des enquêtes de terrain d’Annie-Hélène Dufour sur Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois, nous ont permis de redécouvrir ce que peut être une méthodologie de terrain finement ciselée. Faite de patience, de connaissances précises de son sujet, d’observation participante et d’humilité, l’approche des témoins et de son sujet se fait progressivement, dans un espace relationnel où chercheur et témoin prennent simplement leur place et gardent leur identité. Sur un sujet abordé entre 1983 et 1988, Annie-Hélène Dufour questionne les compétences et les connaissances des pêcheurs sur la qualité des fonds marins, les poissons et la flore, les techniques et les accessoires de pêche. Au fil des ans, la mise en place du matériel technique d’enregistrement se perfectionne, la conduite de l’entretien qualitatif avec les pêcheurs se ralentit, s’adapte au rythme du vécu de l’instant partagé.

L’une de ces enquêtes est une démonstration de cette approche d’un corps de métier particulier, confronté aux aléas de la nature, aux décisions économiques européennes, à la concurrence,  à la multitude de tâches sans cesse renouvelées. Le témoin de cette enquête prépare un filet, accessoire primordial de son métier, pendant toute la durée de l’entretien ; ses gestes sont précis, il est attentif à ce qu’il fait et, malgré tout, accueillant à l’enquête. Une fois le magnétophone et le micro installé, l’enquêtrice prend le temps de rentrer dans le dialogue, silencieuse, attentive elle aussi aux gestes, à l’avancée du travail et à la disponibilité du témoin.

L’attitude est payante, au bout de quelques trois  minutes l’information vient, au moment et sous la forme choisis par l’informateur.

L’entretien se prolonge, l’enquêtrice relâche son questionnaire et son objectif de recherche pour rentrer un peu plus dans la relation en train de se faire. L’homme travaille, peine un peu sur son filet, évoque ses soucis avec ses fournisseurs, son retard sur ses préparatifs ou la mauvaise qualité des accessoires livrés. L’enquêtrice est aussi à l’écoute de cela, s’intéresse, touche les objets et maintien son attente silencieuse. Ainsi, le pêcheur s’investit à nouveau comme témoin, en demandant les questions (à quelques 37 minutes d’entretien).

L’enquêtrice revient sur sa recherche, précise, clairement énoncée. L’informateur prend le temps de la réflexion et répond, lui aussi, avec précision et professionnalisme. Il n’est pas sujet d’observation ;  il est pleinement co-auteur d’un savoir qu’il transmet en toute connaissance de cause.

Les corpus déposés à la phonothèque et disponibles au public nous offrent, dans une qualité sonore émouvante qui nous rend si proches ces locuteurs disparus depuis1 , une exploration des diverses façons d’aborder la parole et ses contenus à travers l’évolution d’une méthodologie basée sur la relation humaine et le « savoir-écouter ».

 

Crédits photographiques : Working with Fishing Net, India, 2011, auteur Navaneeth Krishnan S. Licence Creative Commons- Paternité – Partage à l’Identique.

  1. Annie-Hélène Dufour est décédée en 2002 []

Formation aux archives sonores en Martinique du 5 au 9 décembre 2011

Fabienne Zonzon, responsable des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de Martinique a mis en place un réseau de collecteurs qui arpentent la Martinique pour capturer la mémoire orale de leur île. En mars 2007 elle avait organisé une première formation sur le site des archives départementales, à Fort-de-France, où était intervenue Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’EPHE. La formation programmée cette semaine a pour objectif de renforcer le réseau des partenaires qui organisent des projets de collecte depuis le terrain jusqu’à la valorisation des enregistrements et leur méthodologie.

Ainsi, depuis lundi 5 décembre, nous sommes une petite quinzaine à écouter, échanger, commenter les différentes expériences de chacun.  Les documents, filmés ou enregistrés et documentés, pourront être ensuite consultés sur les lieux des collectes mais aussi aux archives départementales ou encore, bientôt, sur le portail de la Banque numérique des patrimoines martiniquais qui vient d’être créée et qui permet déjà d’interroger de grands corpus de documents écrits, cartographiques et photographiques.

Programme 

La source orale : de la collecte à la valorisation

5 – 9 décembre 2011

Archives départementales de Martinique

Objectifs : A l’issue de la formation, les stagiaires auront pris conscience des enjeux relatifs à la création d’une collection sonore et audiovisuelle dans le contexte antillais. Ils pourront évaluer la nécessité de développer la collecte d’archives orales en Martinique et solliciter les partenaires à leur disposition. Ils auront en main tous les outils nécessaires à la mise en place d’un programme de collecte, de traitement, de conservation et de valorisation d’enquêtes orales. Ils pourront, s’ils le souhaitent, trouver les cadres collaboratifs susceptibles de les soutenir dans leurs projets.

Méthode : Les exposés théoriques s’appuieront sur des exemples concrets, exploités au fil de la session. Une enquête orale enregistrée de courte durée sera écoutée, traitée et valorisée par les stagiaires. Les stagiaires pourront manipuler et prendre en main une caméra numérique pour la réalisation d’enquêtes filmées.

Durée : 5 jours

8h 00- 8h 30 : Accueil des stagiaires, présentation des intervenants et du déroulement du stage

Lundi 5 décembre 2011

8h 30- 12h 00 Approche anthropologique des sociétés antillaises : permanences et mutations

Intervenant : Isabelle Dubost

14h 00- 16 h 30 Présentation du département son et audiovisuel des Archives départementale de la Martinique et des acteurs de l’archivage du son et de l’audiovisuel en Martinique

Intervenante : Fabienne Zonzon

Mardi 6 décembre 2011

8h00- 12h 00

Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

14h00- 16h 30

Des méthodes d’enquête en sciences humaine et sociales : filmer et/ou enregistrer

Intervenante : Véronique Ginouvès

Mercredi 7 décembre 2011

8h00- 16h 30

La prise en main d’une caméra numérique

  • prise en main d’un caméscope
  • Technique de prise de vie
  • Esthétique de l’image
  • Approche de l’éclairage

Intervenant : Claude Rosalie

Jeudi 8 décembre 2011

8h00- 12h 00

La prise de son sur le terrain :

  • Choix du matériel et des supports
  • Les formats du son numérique
  • L’utilisation du micro et du haut parleur
  • Savoir spatialiser un entretien
  • Les logiciels de numérisation

14h – 16h 30

Mise en pratique : enregistrer une enquête orale.

Vendredi 9 décembre 2011

8h00- 12h 00

Les missions d’un centre d’archive sonores et audiovisuelles :

  • Collecte : prise de son, recherche des fonds, questions de droit
  • Conservation : formats analogiques et numériques
  • Analyse : le traitement documentaire du son
  • Valorisation : base de données et mises en ligne

Mise en pratique : Ecoute d’une enquête enregistrée : traitement documentaire du document sonore. Bilan de la mise en pratique du jeudi après-midi.

14h 00- 16h 00

Collaborer dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles : catalogues collectifs, carnets de recherche, expositions, listes de diffusion.

Rédaction collective d’une charte de qualité d’une collection sonore et audiovisuelle.

Intervenante : Véronique Ginouvès

16h 00-16h 30

Bilan de la semaine, échanges et perspectives. Evaluation du stage

A propos des intervenantes :

Véronique Ginouvès est ingénieure de recherche CNRS, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Elle est l’auteure en collaboration d’un Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (2001) et publie régulièrement sur Les Carnets de recherche de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org

Isabelle DUBOST est anthropologue, Maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane, Membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC). Elle travaille au sein de l’UMR CNRS n° 8053. Ses recherches en cours s’articulent autour de trois axes. Le premier porte sur les stratégies identitaires de groupes issus de l’immigration, les liens diasporiques et l’économie ethnique des « Chinois », des « Syriens » à la Martinique et des « Chinois » et des « Libanais » en Guyane. Le second interroge les processus d’ethnicisation et de différenciation et catégorisation sociales en cours à la Martinique. Le troisième porte sur la gestion sociale de l’environnement et la problématique de gouvernance à la Martinique (GIZC Baie du Robert). http://www2.univ-ag.fr/CRPLC

Fabienne ZONZON est archiviste, chargée de la collecte des archives orales et audiovisuelles aux Archives départementales de la Martinique.

Crédits photographiques : j’ai utilisé au tout début de ce billet une image prise sur Flickr the Commons. Il s’agit d’une photographie de WG. Cooper, issue des collections de la bibliothèque de SMU (Southern Methodist University) Central University, sous le titre « St. Pierre May. 14 » (1902). La photographie est indiquée comme ne présentant pas de restrictions de copyright connues.  J’ai voulu utiliser une image de la Banque Numérique des Patrimoines Martiniquais mais les restrictions de diffusion sont trop sévères pour pouvoir utiliser les documents dans une publication, d’autant que le logiciel utilisé et l’affichage des images contraint toute capture d’image. Les autres photographies ont été prises sur le lieu de stage : bâtiment des AD, présentation de Fabienne Zonzon, cours de M. Rosalie, par Véronique Ginouvès (décembre 2011).

A propos des archives de terrain : entretien avec Christian Bromberger

Cet entretien, réalisé par Cyril Isnart, a été publié le 22 juin 2006 sur le site « Terrain et archives » hébergé alors par le Pôle image son de la MMSH1. Le site du Pôle a changé d’adresse en 2012 et la majorité des publications du site « Terrain et archives » ont été publiées dans un numéro spécial de la revue Atelier en 2008 sous le titre « L’ethnologue aux prises avec les archives », sous la direction d’Antoinette Molinié et Marie-Dominique Mouton. Pour éviter qu’il ne disparaisse puisque le site « Terrain et archives » sera définitivement fermé en octobre 2014, Les carnets de la phonothèque reproduisent aujourd’hui cet entretien avec Christian Bromberger. Il était suivi de la transcription d’un entretien avec Bernard Lortat-Jacob qui sera publié prochainement. Ce texte a été rétro-publié le 26 mars 2014.

Introduction à l’entretien

Les ethnologues récoltent des données dont la nature et le statut varient souvent selon les conditions d’enquête, la sensibilité de l’ethnologue ou les problématiques abordées. Les moyens techniques de la photographie, du croquis, de la prise de notes et de l’enregistrement sonore déplacent, chacun à leur manière, le regard de l’ethnologue pendant son expérience d’observation plus ou moins participante. Au moment de la restitution, les notes écrites, les images et les sons sont destinés à être lus, regardés, écoutés et traduits dans un montage qui rend compte d’une réalité culturelle précise.

Ces documents constituent ainsi des archives à part entière, intimement liées au chercheur qui les a produites, mais qui peuvent en même temps devenir des réels outils de comparaison et d’analyse pour d’autres. Si l’utilisation de notes manuscrites pour un travail inachevé est une pratique courante1, la comparaison de l’évolution historique d’un phénomène grâce à des archives ethnographiques ou le retour sur des terrains déjà explorés paraissent moins nombreux. Les rapports qui peuvent alors s’établir entre les chercheurs et les archives de terrain ne donnent plus seulement accès à « l’atelier de l’ethnographe », ils ouvrent en fait les voies à des usages différenciés d’un même matériau, du comparatisme à la revisitation.

Dans ce cadre de réflexion, le témoignage des ethnologues qui ont constitué leurs archives de manière volontaire (la plupart de fonds d’archives ont été constitués de manière fortuite et souvent longtemps après la disparition des chercheurs eux-mêmes) permet sans doute d’éclairer un aspect singulier de la construction du savoir anthropologique du XXe siècle. La variété des démarches d’enquête, la multiplicité des documents récoltés, les textes issus de ces travaux de terrain et les perspectives de ré-utilisation des archives illustrent tout à la fois les manières de faire de l’ethnographie, les parcours intellectuels des chercheurs et les usages renouvelés de leurs travaux. Les entretiens qui suivent éclairent cette ambivalence de l’enregistrement sonore, entre données récoltées pour comprendre une culture et témoignage unique issu d’un processus d’enquête. Bien que Christian Bromberger2 et Bernard Lortat-Jacob3 utilisent quotidiennement leurs notes, leurs enregistrements et leurs photographies de terrain, ils ont tenus à déposer une partie de leur fonds d’archives sonores à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, à Aix-en-Provence qui les tient désormais à disposition des chercheurs et du public. Revenant sur les pratiques ethnographiques qu’ils ont mis en œuvre pour récolter ces fonds, ces deux chercheurs insistent sur le rôle des archives de terrain dans l’économie de leur écriture et dans la dynamique de la recherche comparative. Ils soulignent par ailleurs que l’enregistrement sonore ne constitue pas le seul outil ethnographique, même s’il a acquis un statut particulier en ethnomusicologie par exemple. La photographie, l’observation, la prise de note et la vidéo complètent en effet la boîte à outils de l’ethnographe, dont les textes et les travaux ne peuvent être construits qu’en considérant plusieurs facettes d’un même fait social. Ces deux chercheurs évoquent également, mais entre les lignes, la part intime et personnelle du travail de terrain, en décrivant la position de l’ethnologue comme indissociablement liée à une pratique d’écoute et d’ouverture sensible à l’autre, condition indispensable d’une véritable ethnographie.

C. Bromberger aborde sa pratique d’ethnographe, qui est caractérisée par un usage modéré de l’enregistrement sonore. Il prône en effet une méthode d’enquête ethnographique privilégiant l’observation participante et les entretiens informels dans laquelle le magnétophone n’intervient pas systématiquement. C. Bromberger considère le magnétophone comme un outil pour constituer une trace matérielle de témoignages sur des textes fixes (contes, chansons, blagues), de la performance vocale et musicale, ou plus simplement pour servir d’aide-mémoire. Citant plusieurs exemples issus des enquêtes qu’il a menées en Iran, en France ou en Italie, C. Bromberger insiste sur la nécessité pour les chercheurs de déposer les différents matériaux qu’ils ont recueillis, dans le double but de constituer les archives des sociétés à tradition orale et d’offrir les matériaux d’investigations comparatives à d’autres chercheurs.

Bernard Lortat-Jacob évoque quant à lui une des premières enquêtes qu’il ait conduit seul, à la fin des années soixante, dans le Sud-Est de la France, à Tende dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes). Il revient sur le déroulement de cette courte enquête et sur sa formation à l’ethnomusicologie dans la période troublée de mai 68. Bernard Lortat-Jacob traite également des usages que l’ethnomusicologue et les enquêtés eux-mêmes peuvent développer autour des enregistrements. Si les documents sonores ne sont jamais qu’une part réduite d’un phénomène musical, complexe et pluriel, ils restent des traces emblématiques d’un interprète, d’une époque et d’une culture pour les uns, et des outils et données utiles pour les autres. Il évoque à ce propos plusieurs de ces terrains postérieurs à l’enquête de la Roya (Maroc, Sardaigne) où il a pu percevoir ces usages différenciés des archives sonores.

Entretien avec Christian Bromberger

Cyril Isnart : Dans vos enquêtes ethnographiques, quelle place tiennent le magnétophone et les enregistrements ?

Christian Bromberger : Je ne suis pas un fana du magnétophone, je préfère le carnet de notes. Ma conception de l’enquête ethnographique c’est la solitude malinowskienne avec un carnet de notes. Et un appareil photo, parce que j’aime beaucoup la photo. Mais en général je sors le magnétophone assez rarement, lorsque je connais les informateurs et qu’il n’est pas un élément perturbant pour eux, lorsque cela fait l’objet d’un accord avec eux. Je crois qu’aucune des sources n’est suffisante, à elle seule, pour faire de l’ethnologie. Les sources sonores sont un élément de la méthode ethnographique, mais c’est un élément parmi d’autres. Il y a tous les entretiens informels, l’observation, la photo.

Pour le football, il y a eu quelques entretiens enregistrés quand les circonstances s’y sont  prêtées : être avec un informateur à peu près en tête à tête, dans une situation où une certaine continuité dans la parole est possible. Dans le cas des chansons du Val Germanasca, c’est la performance vocale et la constitution d’archives qui m’intéressaient. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai confié ces bandes à la Phonothèque, à un organisme qui pourrait en assurer la conservation.

J’ai des tas de bandes qui sont fichues, qui sont des enregistrements que j’avais faits en Iran naguère. À ce moment, on ne disposait pas de moyens aussi sophistiqués d’enregistrement, donc aujourd’hui ces bandes sont hors d’usage et c’est bien dommage. Et là aussi c’était des chansons et  de la musique, autrement dit ce qui ne peut passer que par l’enregistrement.

Pour les entretiens, je n’ai jamais cherché à faire véritablement une étude linguistique, à  étudier les intonations, ou le style oral du témoignage. Ce qui m’intéressait le plus, c’était le contenu, ce que pouvaient me dire ces informateurs. Les expressions significatives aussi m’intéressent, mais je peux les noter sans recourir à l’enregistrement.

CI : Vous vous démarquez donc un peu de la mouvance des « ethnotextes » des années 1980 ?

CB : Pour moi, d’une part, la parole n’est pas l’essentiel de l’enquête ethnographique, je préfère l’observation et l’écoute situationnelle au témoignage produit sur demande par quelqu’un. Je préfère perdre du temps, rester à côté de gens, voir ce qui se passe, observer, suivre, partager des expériences. Il y a des moments où tout à coup quelqu’un se met à chanter, et à ce moment là je vais sortir mon magnétophone – j’ai toujours un magnétophone avec moi -. En Iran, le contexte est particulier, parce que le statut du magnétophone est inquiétant pour les gens. En France, les gens sont plus habitués à l’appareil et il n’y a pas le risque que leurs paroles soient écoutées par des autorités qu’ils pourraient redouter. Je fais donc un usage très modéré du magnétophone en Iran. Il m’arrive cependant de m’en servir comme d’ une mémoire lorsque l’entretien part soit sur des sujets très techniques, soit contient  des informations complexes que je n’aurais pas le temps de noter complètement (j’ai ainsi enregistré longuement un exorciste dont les informations étaient entremêlées), parfois aussi quand les informateurs s’expriment dans un niveau de langue très élevé, truffé d’arabismes, où des mots risquent de m’échapper.

Ma démarche n’a donc pas vraiment été le témoignage provoqué. Évidemment, il y a des textes fixés, comme les chansons, qu’il faut restituer telles qu’elles sont et dans le cadre de leur performance vocale. Mais les entretiens solennels, les témoignages provoqués, ça n’a pas été ma démarche.

L’entretien, y compris enregistré, c’est un genre qui a une dramaturgie propre. Ça commence assez légèrement, et puis tout à coup l’intensité monte, des choses importantes se disent et puis même parfois, quand on envisage la vie de quelqu’un, ça va jusqu’aux pleurs, à l’affect en effet, et puis ça retombe. À ce moment, on sent que c’est pas la peine d’aller plus loin. On arrête l’entretien, on coupe le magnétophone mais on continue à discuter et souvent, il y a beaucoup de choses intéressantes qui se disent après cette phase formelle, qui sont off si vous voulez. Et là il y a des choses qui resteront dans un carnet de notes et pas sur une bande magnétique.

Il y a peut-être, dans mon attitude, une méfiance à l’égard du discours. Le discours est produit par un individu, face à un autre individu. Il restitue un pan de son expérience, telle qu’il souhaiterait souvent qu’on la transmette. Je ne dis pas que les gens mentent, mais je sais bien que moi-même si j’ai à raconter ma biographie je ne raconterais pas des pans de mon expérience qui sont soit plus malheureux, soit qui me gênent. Il y a donc tout cet exercice de la pudeur dans l’entretien. La familiarité entraîne les confidences qui ne s’accommodent pas du magnétophone. Dans la famille iranienne dans laquelle j’enquête depuis des années, si on me fait des confidences, je ne vais pas sortir un magnétophone. Ce serait le meilleur moyen pour qu’il n’y en ait plus. Et les confidences sont intéressantes, non pas parce que ce sont des confidences, mais parce que ce sont des aspects de la vie familiale qui ne m’ont jamais été contés publiquement. Et d’ailleurs j’aurais de la gêne à les enregistrer. Lorsque j’écris à ce sujet, je change les noms, et s’il y a des choses qui me paraissent trop intimes, je fais en sorte que ça ne puisse jamais blesser directement quelqu’un. Sans travestir la réalité dans mes écrits, j’essaie de trouver des biais pour à la fois respecter la vérité et en même temps ne pas choquer de gens.

Il existe une variété particulière d’informateurs. Il y a des gens qui souhaitent être enregistrés et filmés. Il y a ce désir chez plusieurs supporters et en particulier chez un personnage qui m’avait beaucoup marqué pendant mon enquête. C’était un garçon que j’avais rencontré, avec sa compagne, dans un virage du stade, et qui manifestait avec une ardeur rare. J’avais pris contact avec lui et puis j’étais allé le voir avec ma femme et mon fils. Nous avions passé toute une soirée avec lui, ensuite je l’avais revu. Et après il m’est arrivé une histoire qui m’avait blessé et qui, en définitive, n’a pas eu le résultat que je redoutais. Un jour, un journaliste de télévision, qui me semblait honnête, était venu me voir et me demander si je connaissais tel ou tel supporter qui pourrait lui raconter des choses. Je ne lui ai pas donné l’adresse, et je lui ai dit : « Ecoutez, je veux bien vous indiquer un supporter, mais je souhaiterais y aller avec vous parce que je ne voudrais pas que ça le mette dans une situation embarrassante. » À vrai dire, j’en avais trop dit sur l’endroit où habitait cet homme et le journaliste, sans me prévenir, avait retrouvé l’adresse, avait filmé ce supporter et une semaine après je vois cela à la télévision. J’étais furieux. Comme c’était un homme qui avait la sensibilité à fleur de peau et qui disait des choses très fortes, j’avais peur qu’il ne passe pour ridicule auprès des autres supporters. Ce qui a été un peu  le cas, et cela m’a peiné. Mais pour lui, cela a été un moyen de reconnaissance extraordinaire. Et lorsque je l’ai revu, il m’a dit : « Vous m’avez fait la plus belle joie de ma vie !». J’étais un peu sidéré, parce que, à mon avis, cela aurait pu le gêner. Au contraire, tout à coup, il avait pu crever l’écran. Et si l’on refait l’histoire de cet homme qui voulait paraître et être entendu, c’est assez intéressant. C’était un garçon qui avait joué au football lui-même, qui avait été junior avec de grands joueurs qui étaient ensuite devenus internationaux. Mais il avait eu un problème au dos et il n’avait pas continué. Il avait fini dans une petite équipe de promotion d’honneur. Il exécutait alors cette sorte de rituel de rattrapage dans les gradins, où il était le plus visible. Ce passage à la télévision avait été pour lui un moyen de reconnaissance.

CI : Dans votre travail d’écriture, comment vous servez-vous de vos sources sonores ?

CB : Quand on travaille un texte, sur quoi se fonde-t-on ? Sur des enregistrements que l’on a dépouillés d’abord. Et là, on a déjà une première sélection dans le choix de la transcription, parce que l’on ne transcrit pas tout, puisque je ne suis pas à  la recherche de la structure du texte, mais plutôt d’un certain nombre d’informations. On travaille sur ces notes, sur des pans de sa mémoire, on travaille sur des photos, sur des passages de films, sur des sources écrites aussi. Donc on si on veut juger de la pertinence de ce que l’on écrit, je crois qu’il faudrait reprendre cet ensemble.

Et c’est vrai aussi que dans tout ce que l’on enregistre, tout ce que l’on note, il y a des tas de choses que l’on n’utilise pas, soit parce qu’elles ne sont pas pertinentes pour la problématique que l’on aborde, soit parce qu’elles sont redondantes, soit parce que l’on juge au moment où l’on écrit qu’elles n’ont pas d’intérêt. Au fond, dans un livre, un article, on utilise disons 10% de ce que l‘on a récolté. Par ailleurs, l’enregistrement sonore est sans doute plus facilement exploitable par autrui que des notes. J’écris souvent des fiches à partir de mes notes mais j’imagine assez mal des gens se penchant sur mes carnets. J’écris assez mal, je dessine comme un pied, mais je prends précisément les dimensions pour permettre à un autre plus habile de faire des dessins convenables. Et puis, il y a des choses que l’on écrit en abrégé, on a toujours peur, dans certaines conditions d’enquête, que les carnets soient confisqués. Donc le carnet lui-même ne donnerait pas toutes les informations, à moins de connaître le code des abréviations.

CI : Dans ce cadre très particulier de la pratique ethnographique, où les types de sources se croisent et où l’enregistrement n’a pas l’exclusive qu’il peut avoir pour les dialectologues ou les ethnomusicologues, quel est le sens de l’acte du dépôt de vos propres archives ?

CB : En ce qui concerne les chansons, même si les enregistrements n’étaient pas de bonne qualité, je me disais que j’étais là devant des témoins assez extraordinaires d’une tradition orale de chant. Moi je n’avais jamais rencontré ça avec une telle intensité. Vous savez, souvent je ne choisis pas mes sujets en fonction de mes marottes, je choisis en fonction de ce que le terrain semble me dire. C’est peut-être très naïf. Mais là, je suis arrivé dans une société dans laquelle les gens chantaient et avaient une remarquable passion pour la chanson. Et puis d’autre part, ces gens, je pense surtout à Emmanuel Barrus et Aldo Richard, avaient des cahiers de chansons tout à fait remarquables. Emmanuel Barrus devait avoir 80 ans quand je l’ai connu, Aldo Richard un petit peu plus. Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas eu d’enregistrements. Certes, il y avait une activité de musicologues et de chœurs locaux qui reprenaient ces chansons. Donc je me suis dit : « Il faut le faire ».

Pourquoi garde-t-on des archives ? On les garde et on les dépose à la fois comme moyen d’enquête pour d’autres, et aussi parce que c’est quand même un des devoirs de l’ethnologue que de constituer des archives pour les sociétés qui ne les ont pas constituées elles-mêmes et qui, un jour sans doute, souhaiteront les consulter ou les mettre en valeur. C’est pour moi un moyen de restitution de documents bruts.

L’ethnologie est cette discipline très particulière qui créé ses propres documents de travail, contrairement à l’histoire ; on est, dans une interaction avec des gens, créateurs de nos sources. Il y a donc l’aspect patrimonial, la volonté de constituer des archives, le souci de restitution et celui de laisser des documents pour d’autres spécialistes, et notamment pour le Val Germasca, des spécialistes  d’ethnomusicologie.

CI : Vous avez dit que vous n’étiez pas spécialiste de musique, mais vous avez également collecté de la musique en Iran. Comment ce champ est-il entré dans vos préoccupations d’ethnographe ?

CB : Eh bien ! lorsqu’on fait du terrain, soit on se dit je travaille sur la parenté dans telle ou telle région et je suis un parentaliste convaincu ou sur telle technique, et je suis un technologue convaincu. Moi, ma vision du terrain n’est pas celle-là. Bien sûr j’ai des problématiques, des objets de prédilection, mais je crois que l’ethnologue doit demeurer disponible et se laisser guider par des injonctions sensibles venues du terrain. Si, comme ce fut le cas, se déroule le rituel de ‘âshurâ’, alors que vous êtes en train de travailler à établir des cartes ethnographiques dans le nord de l’Iran, vous allez observer ce rituel et enregistrer les cantiques qu’entonnent les fidèles. Sur le plan de la conduite rationnelle d’une enquête, ce n’est peut-être pas le mieux, mais c’est peut-être vis-à-vis de la connaissance du terrain ce qu’il faut faire à ce moment-là. Si quelqu’un tout à coup lors d’une fête se met à chanter, et si tout à coup lors d’un mariage, il y a également musique, chant et danse, il est bien évident que je vais m’y intéresser et enregistrer. Et puis, pour l’Iran, il m’est arrivé de demander deux ou trois fois que l’on me chante des chansons. Il y a notamment un chanteur populaire du Gilân qui a chanté des choses qui m’intéressaient beaucoup sur la vie agricole, etc. J’ai demandé à un bon amateur de chanter ces chansons et je les ai enregistrées parce que je n’en avais pas les textes. Ce sont très souvent des textes en gilaki qui ne sont pas publiés.

CI : Après vos enquêtes, pour analyser vos données, avez-vous utilisé des outils de classification de la littérature orale ?

CB : J’ai enregistré au fond peu de contes, même si ce genre m’a intéressé. Et les problèmes de classification ne m’ont pas vraiment intéressé à vrai dire. Je n’ai pas réuni un corpus suffisant pour débuter une étude classificatoire. Les contes que j’ai enregistrés sont d’ailleurs des contes que les gens m’ont spontanément présentés à des moments où l’on parlait de l’identité de la région. Par exemple, un ami me dit : « Mais tu sais il y a un conte qui s’appelle « Baghâle ghâtogh ». Le baghâle ghâtogh, c’est un plat emblématique du Gilân. Le conte était, en effet, tout à fait intéressant parce que c’était une représentation de l’image de la région ; il campait un petit personnage qui arrivait à déjouer un géant.

En revanche, j’avais essayé d’adopter cette perspective classificatoire pour les chansons du Val Germanasca. J’étais allé voir Georges Delarue pour qu’il me donne son point de vue sur mon corpus. Il y avait des choses qui l’avaient beaucoup intéressé. Je m’étais aussi servi de Conrad Laforte, que Georges Delarue n’appréciait pas. Le geste premier, lorsqu’on a recueilli un corpus de textes, c’est d’aller voir dans les grands outils. Pour les contes, j’ai surtout enregistré des contes facétieux qui sont beaucoup plus nombreux dans la tradition orale et les problèmes de classification sont beaucoup plus labiles. Les contes facétieux n’ont pas fait l’objet de la même attention que les contes merveilleux.

CI : Pendant vos enquêtes, existe-t-il des cas où les enregistrements ont été contraints par la situation ?

CB : Lors de mes dernières enquêtes, c’était une situation d’enquête que je n’aime pas trop au fond. C’est une enquête que j’ai menée, dans le cadre de mon travail sur la pilosité, sur les malades qui subissent des traitements chimiothérapeutiques. Je menais mes entretiens dans un bureau de l’hôpital Paoli-Calmettes (Marseille). On m’avait dit, il y a des patients qui vont venir vous voir et je les ai interviewés donc dans un bureau mis à ma disposition. La situation d’enquête était plutôt du genre « rendez-vous médical », même si ce n’était pas du tout le cas et que je m’empressais de le dire. L’équipe médicale les avaient bien sûr prévenus de la nature de ma démarche. Et là j’ai immédiatement branché le magnétophone avec leur accord en sachant que ces entretiens seraient uniques. C’était dans un contexte tel que j’ai préféré enregistrer. C’était programmé : il y avait des gens qui venaient à 3 h, d’autres à 4 h. Ce n’est pas du tout le genre d’enquêtes auquel je suis habitué. Mais dans cette situation, je sentais que je ne pouvais pas aller parler 7-8 fois à des gens de leurs cheveux pendant leur traitement chimiothérapeutique. En même temps pour eux c’était important, mais un peu dérisoire par rapport à la maladie qu’ils affrontaient.

Actuellement en Iran, j’utilise très peu le magnéto, car j’y reste longtemps et ce qui m’intéresse plus c’est l’intimité, pas au sens trivial, mais ce que ressentent les gens, ce qu’ils vivent à l’intérieur de leur famille. Ça ne se prête pas tellement au magnétophone. Pour le football, le film m’a servi beaucoup plus que le magnéto, parce qu’il fallait fixer des émotions, des expressions, des comportements et puis les gens je les connaissais, je pouvais discuter avec eux, les revoir.

CI : Quels seraient les projets que vous pensez envisageables à partir de vos dépôts à la phonothèque ?

CB : Je n’ai pas d’idée particulière. Je souhaite simplement que cela puisse rester comme des archives disponibles. Si ça peut un jour servir de matériel comparatif, j’en serai très heureux, parce que les chansons déposées sont très intéressantes. Mon hypothèse c’était que ces chansons n’étaient pas des chansons d’identité, il s’agissait de chansons venues de partout. J’ai retrouvé ça en effet à travers les catalogues et les répertoires publiés. Il y a là un bon matériel pour étudier les problèmes de la variation textuelle mais aussi de la performance vocale, dans l’espace mais aussi dans le temps. Les informateurs qui, dans les années 80,  avaient 80 ans, chantaient des chansons apprises dans leur jeunesse, dans les années 1920. Comment a été travaillée cette tradition orale jusqu’à aujourd’hui ? Tradition orale dans une certaine mesure d’ailleurs, puisqu’ils avaient des cahiers de chansons. Derrière l’oral, il y avait l’écrit.

Je pense en définitive qu’il est utile de déposer ses livres et ses articles, il est également utile de déposer des chansons enregistrées, des textes ou des entretiens, c’est un élément parmi d’autres du travail de l’ethnologue. Je crois qu’il faut qu’on apprenne à déposer nos archives. Pour le moment, le dépôt de mes archives photographiques me préoccupe beaucoup, elles comptent beaucoup pour moi. Et je ne sais pas si ce partage entre iconothèque, audiothèque, vidéothèque, bibliothèque est bon, parce que les documents d’un ethnologue forment un tout. Lorsque j’écris quelque chose, je suis à l’écoute, je relis mes notes, je regarde des photos, des morceaux de film, j’interroge aussi ma mémoire…

Bibliographie

Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2001.

« Les chansons « populaires » dans une vallée vaudoise du Piémont (le Val Germanasca) : chansons de migrations et migrations de chansons », La Beidana. Storia e cultura delle valli Valdesi, n°6, 1987 (pp. 11-32); republié dans Migrazioni attraverso le Alpi occidentali, Torino, Regione Piemonte, 1988 (pp. 263-294) et dans Gens du Val Germanasca. Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise, Aix et Grenoble, Publications de l’Université de Provence et Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie (pp. 217-242), 1994.

« Les blagues ethniques dans le nord de l’Iran. Sens et fonction d’un corpus de récits facétieux », Cahiers de littérature orale, n°20, 1986 (pp. 73-101).

Cite this article / Citer ce billet : Isnart, Cyril, « A propos des archives de terrain : entretien avec Christian Bromberger » in Les carnets de la phonothèque, 22 juin 2006, https://phonotheque.hypotheses.org/12590.

Crédits photographiques : LSE student conducting interview in the East End, 1946. Fieldwork carried out Feb-March 1946 by some 100 LSE students under the supervision of Professor Tibor Barna. Pas de restriction de droits connues.

  1. L’URL était la suivante : http://lodel.imageson.org/terrainarchive/document164.html []