Archives du mot-clé mise en ligne

luthier geste pour carnet

Retour aux sources : le métier de luthier

luthier geste pour carnet

Au cours de l’année 2013, une série d’extraits sonores ont été publiés sur les Carnets de la Phonothèque pour présenter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine). L’intégralité des enregistrements  – hormis les restrictions d’usage pour des raisons éthiques et juridiques – est désormais accessible en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Les fichiers son complet peuvent être consultés sur place, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence, sur demande motivée. Bonne écoute, merci de vos retours !

Consulter le corpus en ligne.

 

Crédits photographiques : Les gestes de travail de luthier par Hélène Claudot-Hawad, 1982.

Formation INA-expert “Collecter, produire et enregistrer des témoignages”

Trois journées de formation ont eu lieu les 24, 25 et 26 juin 2013 sur le site INA-Expert de Bry-sur-Marne.

Organisées pour la deuxième année consécutive (voir présentation de la formation 2012) par le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, elles déclinaient le cadre méthodologique d’un projet de collectage et de ses objectifs, de l’écriture du cahier des charges jusqu’aux travaux de captation d’images et de sons et de montage documentaire. Cette formation commençait logiquement par une journée et une matinée consacrées à la présentation des archives sonores dans leur développement historique,  l’écriture du projet et la réalisation d’entretiens avec des témoins rencontrés sur le  site, le traitement documentaire des matériaux, l’intérêt des métadonnées Dublin Core et les possibilités de valorisation de corpus numériques. Ce premier temps de la formation, commandé à la phonothèque de la MMSH, a été présenté par Corinne Cassé.
Christophe Lizot et Dominique Bloch pour l’INA ont respectivement encadré les modules de captations et montages sonores et audiovisuels ainsi que la présentation des outils techniques.

Cette année les stagiaires étaient issus du monde des musées, de la recherche en sciences sociales, des archives (technicien du son de la BNF et archiviste municipale),  et de la fondation de la MSH.

La ligne conductrice de la partie consacrée aux archives sonores a particulièrement mis l’accent sur la nécessité de préparer son projet de collectage de manière professionnelle en décrivant, en amont :

- les places et rôles des différents partenaires (commanditaires, financeurs, organismes de tutelle, institution de conservation des archives, collecteurs, informateurs, etc.)

- l’état des connaissances sur la question à traiter (bibliographie, entretiens exploratoires) , les pièces d’archives utilisables, les connaissances à acquérir,

- les modalités de cession de droits patrimoniaux des archives à collecter,

- les personnes ressources, les informateurs privilégiés,

- les modalités de collectage,

- les formats, les modalités de conservation et d’indexation des archives collectées,

- les modalités de restitution des matériaux au grand public.

Cette fois encore l’outil des cartes heuristiques fut très utile pour l’écriture de cahier des charges comme des grilles d’enquête. Cette année nous avons travaillé, dans un premier temps sur un tableau en utilisant des feutres de couleurs, puis nous avons formalisé notre carte en utilisant l’outil en ligne Mindmeister, dont la version basique gratuite permet la construction de trois cartes.

Si l’année dernière la thématique d’enquête émanait des préoccupations des stagiaires, cette année elle fut proposée par la formatrice : interviewer des inconnus sur “le rapport au corps à travers le soin”. De cette base, les stagiaires devaient construire un questionnement en partant de leurs propres pré-notions. La carte suivante a été dessinée :

Le_rapport_au_corps_à_travers_le_soin_1

 

Elle nous permit de décider de cinq questions possibles à poser aux témoins durant les 10 minutes d’entretien, temps imposé pour l’exercice.

Les stagiaires se sont répartis au sein de deux groupes où chacun tenait sa place : enquêteur principal, enquêteur secondaire, technicien du son.

Cette année, il était aussi question de demander aux témoins la possibilité de réaliser une photographie. Les objectifs de l’exercice étaient de présenter un matériau de terrain supplémentaire à l’enregistrement sonore également libre de droits d’exploitation, de négocier avec le témoin le choix d’un cliché illustrant le propos et enfin de réaliser une photographie respectant l’anonymat des personnes.

Deux entretiens ont été réalisés au format WAVE puis exportés au format Mp3. Les voici, accompagnés de leur traitement documentaire :

Titre : Un quadragénaire interviewé par des stagiaires de l’INA au sujet du rapport au corps par le soin (24 juin 2013)

 Photo ITW 24-06-2013

 

 

 

 

 

Résumé : L’entretien se déroule sur le site de l’INA à Bry-sur-Marne, auprès d’un témoin abordé par le groupe des stagiaires. Celui-ci est composé de deux enquêteurs et d’une preneuse de son. L’enquêteur principal, après avoir situé le contexte de l’exercice, interroge successivement le témoin sur le rapport à son corps, le rapport à son image, son rapport aux corps d’autres personnes (famille, amis) et sur son alimentation. L’informateur expliquera sa pratique de sport dans une volonté de s’entretenir face aux effets de l’âge et abordera rapidement l’impact du regard des autres sur “un corps qui change”. Il abordera aussi l’alimentation de sa fille et de son  animal domestique en expliquant ses choix et ses valeurs, notamment concernant l’alimentation Bio et les fast food. L’enquêtrice demandera des précisions sur son besoin de pratique sportive.

 

Titre : Un DJ parisien explique sa pratique de la danse au sein de son activité festive

Résumé : Après avoir présenté le contexte du stage et de l’exercice, l’enquêtrice stagiaire entame la conversation sur l’alimentation. Très vite l’entretien s’oriente sur l’activité de DJ du témoin. Il aborde ses goûts pour la danse en club qui permet, de son point de vue, une dépense énergétique similaire à de la natation en piscine. L’enquêtrice relance plusieurs fois l’entretien sur diverses questions de la grille d’enquête : souvenirs des soins à un animal domestique, cosmétiques utilisés, pratique de la danse. C’est l’occasion pour le témoin de donner plus de détails sur l’animal de son enfance et sur son propre parcours comme DJ et amateur de danse soit en club soit au sein de cours de flamenco. L’entretien se termine sur la gestion du temps dans une vie de DJ, entre activité et période de repos et de soins (pratique du bain, savon spécifique utilisé). L’enquêtrice clôt l’entretien par des remerciements et le détail de l’exploitation de l’entretien au sein d’un billet de blog.

Pour ces deux enquêtes les droits patrimoniaux des témoins comme des enquêteurs ont été obtenus (par contrat) pour l’INA et la phonothèque de la MMSH. Ces entretiens intègrent les collections de la phonothèque ; l’un des deux témoins a demandé l’anonymat et apparaît à ce titre sous un numéro dédié.

Ces questions éthiques et juridiques ont été plusieurs fois abordées au cours de la formation, notamment par la présentation du carnet de recherche Questions éthique et droit en SHS pour la préparation, le collectage, le traitement, la diffusion et la réutilisation des données numériques de la recherche.

Une présentation succincte des enregistreurs numériques Zoom H4n ayant été faite avant les exercices d’entretien, les stagiaires ont pu découvrir, le deuxième jour de leur formation avec Christophe Lizot, les améliorations à apporter lors de la captation du son et les montages possibles à l’aide du logiciel libre Audacity 2.0.3.

Au cours de cette partie dédiée à l’archive sonore, les stagiaires ont pu utiliser les cartes heuristiques avec l’outil en ligne Mindmeister, les logiciels libres Audacity et Cdex pour le montage et l’export au format Mp3 , les documents partagés de Drive Google pour la prise de note et l’écriture d’une grille d’enquête, l’espace de dépôt Internet Archive pour leurs fichiers sons et enfin des exemples de valorisations d’enquêtes orales sur des blogs édités avec WordPress.

Pour une telle formation dédiée à l’initiation au collectage audio-visuel, à son travail d’écriture et à son cadre juridique, le choix de l’INA de trois journées consécutives s’avère plus que judicieux. D’autant que cette formation peut être complétée par d’autres modules plus détaillés comme celui, toujours à l’INA, sur la Conduite d’un entretien patrimonial, spécifique aux relances et aux approfondissements de l’enquête, proposé par Florence Descamps.

 

Crédits photographiques :

Témoin enquête 1, Le ventre, stagiaires de l’INA juin 2013. Droits de diffusion obtenus par contrat pour l’INA et la phonothèque de la MMSH.

Hommage au professeur Pierre Chaulet

Le 5 octobre 2012 est décédé Pierre Chaulet, professeur de médecine à l’hôpital d’Alger et anticolonialiste, à l’âge de 82 ans. Il a reçu à Alger les funérailles nationales. Un hommage lui sera rendu le 17 janvier prochain au Centre culturel algérien à Paris (18h30). L’occasion de réunir des membres de la famille, certains de ses amis et collègues ainsi que des historiens.

Je l’ai rencontré en 1993 dans le cadre de la recherche universitaire que j’effectuais alors sur les européens restés vivre en Algérie après l’Indépendance. Une grande amitié professionnelle et personnelle est née à ce moment là. Pendant plus de vingt ans, il m’a accompagnée et soutenue dans ma recherche. Le 14 juin 2012 il présentait son livre à la médiathèque de Ganges Le choix de l’Algérie – Deux voix, une mémoire, écrit avec sa femme Claudine. Il m’avait autorisée à transmettre le témoignage de sa vie. Un de ses entretiens sur la question des accords d’Evian et de la nationalité a été précédemment diffusé sur Les carnets de la phonothèque. L’enregistrement présenté ici est le récit de son histoire, en partie transcrite dans mon ouvrage. Cet entretien est accompagné de la notice documentaire qui le décrit et restitue le contexte de l’enquête.

Mémoire d’un médecin engagé au côté du FLN dans l’indépendance de l’Algérie

N° d’enquête : 4014

Bracco, Hélène (enquêteur) ; Chaulet, Pierre (informateur) ; Bracco, Michel (interv.). Enregistré à Alger, 1993. 1 cass., 1h.

Pierre Chaulet est né en Algérie et y demeure toujours au moment de l’entretien. Ses grands-parents du côté maternel sont arrivés en Algérie, à Skikda, après avoir été ruinés par la crise du phylloxéra, et du côté paternel à Hussein Dey où son grand-père était Maréchal ferrant. L’informateur n’a pas fréquenté d’enfants arabes durant toutes sa scolarité puisqu’il a effectué ses études primaires et secondaires dans une école privée jésuite. La prise de conscience du nationalisme algérien durant ses années universitaires a été pour lui l’élément le plus important au regard de son rapport à la guerre d’Algérie. C’est ce qui lui a fait prendre conscience des inégalités sociales et épouser la cause algérienne. L’informateur rappelle le contexte géopolitique international de l’époque, témoignant ainsi de l’évolution du monde colonial. L’informateur estime que l’insurrection de 1954 était logique d’un point de vue historique et qu’elle impliquait de choisir son camp (indépendance ou colonialisme). Pierre Chaulet explique aussi cette insurrection par les nombreuses inégalités frappant le peuple algérien (double collège, vote d’un statut spécifique à l’Algérie). L’informateur présente les différents mouvements de revendications : les modérés comme Ferhat Abbas, les radicaux comme le MTLD et le PCA. Il précise que la presse et les discours politiques (François Mitterrand et Jacques Chevallier) détournaient les causes réelles de l’insurrection. Il présente ensuite les différentes organisations françaises en faveur de l’indépendance de l’Algérie ; les libéraux d’une part et les mouvements radicaux d’autres parts. L’activité politique de l’informateur a motivé son arrestation et son expulsion du territoire algérien. Après sa période de détention, il a repris ses activités en collaboration avec le FLN depuis Tunis pour préparer l’indépendance de l’Algérie. Il est rentré en Algérie en 1962. L’informateur conclut en présentant sa famille, notamment ses parents qui furent des militants et responsables syndicaux à la CFTC. Enfin il présente l’implantation de la CFTC en Algérie et le rôle qu’eurent les communistes libertaires et les anarchistes pendant la guerre d’Algérie. il a acquis la nationalité algérienne au titre de l’article 8 de la Constitution (participation à la lutte de Libération).

Crédits photographiques : Pierre Chaulet en 2013, collection privée, diffusée avec l’aimable autorisation de la famille.

 

Hélène Bracco,

historienne

Déposer en ligne ses enquêtes de terrain : appel aux chercheurs de sciences humaines et sociales

Depuis plus d’une année maintenant, l’université de Pise propose en ligne des ressources sous forme de vidéo et de postcasts utilisant les plateformes grand public Youtube et Itunes. Sur la chaîne Youtube de l’université, Rassegna Stampa SUP, sont accessibles 450 vidéos issues de journaux télévisés, de films, de prises de vues ou de documentaires sur l’activité scientifique des différentes institutions de la recherche et de l’enseignement supérieur de la ville de Pise. La plateforme Itunes, un peu plus difficile à repérer formellement, propose principalement des cours en ligne dans toutes les disciplines. Pour l’area umanistica, 33 cours sont disponibles aussi bien en histoire médiévale1, qu’en littérature ou en linguistique2.

La dernière mise en ligne intéresse les archives sonores du monde rural puisque, sous le titre de Testimonianze dal Territorio (Témoignages du territoire), elle propose de constituer une archive sur la société paysanne italienne. Pour le moment il s’agit uniquement du dépôt des films du documentariste et photographe Arturo Izzo mais le projet pourrait s’ouvrir à d’autres archives de terrain des chercheurs. En effet, le responsable du projet de l’Ateneo di iTunes, Enrica Salvatori, professeure d’histoire médiévale, introduit ainsi cette collection :

Le laboratoire de culture numérique de l’université de Pise invite les sociologues, les historiens, les linguistes qui ont collecté des témoignages de la vie rurale italienne du siècle dernier à mettre à disposition ces matériaux pour constituer une archive sur la société paysanne et la culture du territoire. L’espace qui vient d’être créé héberge des films documentaires et des entretiens enregistrés avec des témoignages qui racontent, à la première personne, la vie quotidienne, les expériences de chacun, les habitudes du passé. Notre ambition est de construire une archive de témoignages en récupérant aussi les matériaux que les chercheurs pourraient avoir dans leurs tiroirs3.

Les premiers dépôts sont peu documentés, il manque à l’internaute les éléments du contexte de la recherche et les droits d’utilisation et de diffusion sont limités à un copyright mais peu importe, l’initiative est originale, il sera intéressant d’étudier ce qu’en feront les chercheurs… A suivre !

Crédits photographiques : The Leaning Tower, Pise, Italie, prise de vue entre 1890-1900, bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues, permalien http://www.loc.gov/pictures/resource/ppmsc.06581

  1. Vous pouvez par exemple écouter la Professeure Enrica Salvatori, responsable de la plateforme numérique, sur le thème “Musulmani e Cristiani nel Mediterraneo medievale alla luce dell’economia e degli scambi” = Musulmans et chrétiens en Méditerranée médiévale à la lumière de l’économie et des échanges. []
  2. avec en particulier un cours de langue Amharic, audioclips illustrés d’images créés par Nadia M. Yimer and José C. Rodriguez []
  3. “Il Laboratorio di cultura digitale dell’Università di Pisa invita sociologi, storici, linguisti che hanno raccolto testimonianze della vita rurale italiana del secolo scorso a mettere a disposizione il proprio materiale per costituire un archivio sulla società contadina e sulla cultura del territorio. Lo spazio appena creato ospita infatti documentari e interviste d’archivio in cui testimoni raccontano in prima persona la vita quotidiana, le esperienze e le abitudini del passato e la nostra ambizione sarebbe costruire un archivio di testimonianze recuperando anche materiali che i docenti potrebbero avere nei loro cassetti”. []

Journée d’étude de l’AFAS, Angers, 17 juin 2011 : Les services d’archives et les sources orales et audiovisuelles. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? Compte-rendu, deuxième partie

Ce billet fait suite au compte-rendu de la première partie de la matinée de la journée de l’AFAS à Angers, le 26 mai 2011.

Edouard Bouyé, directeur des archives départementales du Cantal, a présenté un programme de valorisation d’un corpus d’archives orales dans le cadre d’une collaboration entre le MuCEM, les archives départementales du Cantal (AD15) et le centre régional des musiques et danses traditionnelles Midi-Pyrénées, longtemps connu sous l’appellation « Conservatoire occitan ». Ce corpus présente des archives sonores enregistrées au début des années 1960 sur un des sites les plus fascinants parmi les hauts plateaux du Cantal dédiés à l’agropastoralisme, l’Aubrac. Menée par des ethnologues, des agronomes et des historiens cette « Recherche coopérative sur programme » (RCP) qui dura trois ans1, réunit – entre autres – des chercheurs du MNATP (aujourd’hui le MuCEM) et du CNRS.

Cette RCP aboutit à une publication en 7 volumes2 et à la production d’une série de sources sonores, visuelles et audiovisuelles. Les sources sonores, déposées au MNATP, ont été numérisées par la MRT dans le cadre du plan national de numérisation au début des années 2000. A cette époque, pour accélérer le traitement documentaire des archives du MNATP et restituer ces collectes aux populations sur le terrain, Florence Gétreau, alors directrice du Département de la musique et de la parole au MNATP, a institué des conventions entre le musée et les centres d’archives sonores en région. Ce projet a été développé par Marie-Barbara Le Gonnidec à partir de 2009. C’est ainsi que le traitement documentaire de ces archives a été confié au Centre régional des musiques et danses traditionnelles Midi-Pyrénées, tandis que les archives départementales du Cantal étaient chargées de résoudre les questions des droits relatifs à ces enregistrements en vue de leur valorisation. Les AD15 ont ainsi commencé à rechercher des contacts avec les anciens informateurs ou leurs ayants droit en vu d’obtenir la signature des autorisations de diffusion. Cette tâche de longue haleine, n’est certes pas aisée, d’autant que le Cantal est situé sur trois départements et trois régions (Cantal, Aveyron, Lozère), ce qui complexifie les questions administratives.

Lorsque l’ensemble du traitement documentaire de ces 561 documents sonores sera terminé, tous les enregistrements pourront être consultés localement à Toulouse ainsi qu’aux AD15 et, pour les documents pour lesquels les questions de droit auront été résolues, en ligne sur Internet. Un premier entretien est aujourd’hui accessible sur le site des AD15, celui de Lucien Remise enregistré en 1964, où cet ancien « cantalais », joueur de cabrette, raconte son départ en montagne entre mai et octobre pour fabriquer le fromage.

Mais les AD15 ne se limitent pas à la recherche des droits. Chaque témoin, ou ses ayants droit lorsqu’ils sont retrouvés, reçoit une copie de l’enregistrement qui est souvent resté inédit pour la famille. Frédéric Bianchi, responsable des archives audiovisuelles aux AD15, met à profit ces rencontres pour collecter autour de la RCP et sur la façon dont elle a été perçue à l’époque. C’est ainsi qu’il a rencontré et filmé, la veuve de Lucien Remise, Jeanne-Marie Remise. Frédéric Bianchi lui avait remis auparavant l’enregistrement de son mari. Edouard Bouyé a diffusé des extraits de cet entretien filmé à l’assemblée. Toute à l’émotion de réécouter cette voix surgissant du passé, Jeanne-Marie Remise confie à l’enquêteur : «  Y’a des choses que j’ai apprises parce que mon mari ne parlait pas beaucoup, il se vantait pas lui (…) ». Puis, promettant de l’écouter prochainement avec ses enfants, elle ajoute : « J’ai pas été plus loin parce que vraiment c’était sa voix ».

Les enquêtes de la RCP Aubrac avec George-Henri Rivière, avaient également vocation de participer à l’acquisition de collections pour le musée des arts et traditions populaires. Ainsi, pour créer ses « unités écologiques », le directeur du musée pouvait réussir à déplacer des ensembles complets avec l’objectif de les présenter dans les salles d’exposition. Il s’agissait d’offrir au visiteur une meilleure compréhension du fonctionnement des sociétés étudiées en reconstituant des ensembles dans leur contexte : une aire de battage, une forge, la fabrication d’un aliment mais aussi des intérieurs de maisons dans différentes régions de France. C’est ainsi que la pièce principale de l’habitation du frère de Lucien Remise avait fait l’effet d’un rigoureux travail de repérage par l’équipe du musée, puis avait été entièrement démontée et remontée dans la galerie culturelle du MNATP. Dans le souvenir de Jeanne-Marie Remise, tout avait été transporté jusqu’aux casseroles et au chapeau de l’oncle Lucien. Elle se rappelle en souriant que ce dernier avait un jour proposé à son frère de récupérer une armoire familiale cachée dans un fenil à ce moment-là. En effet, ces « démontages » étaient toujours liés à une négociation. Une lettre de George-Henri Rivière, lue par Edouard Bouyé à l’assemblée, précise les termes de la transaction : l’espace de la cuisine avait été échangé contre de nouvelles boiseries, des meubles en formica, un lit en fer et… une télévision.

Mme George-André Panguio-Mendibil, chef du pôle médiation culturelle et communication, aux archives départementales des Pyrénées Atlantiques (AD64), a ensuite présenté le travail mené par le service, notamment autour de la culture basque, là encore, à partir des collections du MuCEM (ex-MNATP). En 2007, les Archives ont ainsi reçu, après la signature d’une convention, 17 enquêtes ethnomusicologiques, soit 40 heures d’enregistrements. Ils ont alors, eux-aussi, commencé la recherche des ayants droit et entamé la réalisation d’un instrument de recherche normalisé. Pour cela, ils se sont associés avec l’Institut culturel basque qui a réalisé le traitement dans la langue, tandis que les AD64, en appui technique, organisaient le traitement des données sous la norme ISAD-G. Ce fonds sonore est donc traité comme tous les autres, sur leur base de données Pleade/Arkhéïa. Pour le moment, les documents sonores ne peuvent pas encore être recherchés sur la base mais le seront bientôt. L’analyse s’est terminée en décembre 2010 et l’inventaire est désormais accessible en intranet, dans les salles de recherches de Pau et de Bayonne.

Plusieurs actions de valorisation ont été mises en place à partir de ce fonds sonore, en particulier, des ateliers pédagogiques réguliers en direction des élèves. Ainsi, lorsque l’exposition Archives sensibles a été créée à partir d’une sélection du patrimoine archivistique du Pays Basque, au moment de l’inauguration du pôle de Bayonne sur la thématique des cinq sens, les archives sonores sont naturellement venues illustrer l’ouïe. Mascarade, pelote, sonnailles, une partie de l’exposition donne à écouter de nombreux enregistrements, offrant un regard original sur la culture du Pays Basque au 19e et 20e siècles. L’un des enregistrements a d’ailleurs suscité une grande émotion : l’enregistrement de la pastorale souletine en 1967 à la salle Wagram a pu être entendu pour la première fois par la plupart des visiteurs. Cette pastorale, héritière des mystères du Moyen-Age, était interprétée uniquement par des hommes et cette représentation, délocalisée alors à Paris en direction de la communauté souletine, avait été la première introduisant la mixité.

Ainsi, les AD64 ont pris goût aux archives sonores et plusieurs actions de collectes ont été sous traitées auprès de l’Institut culturel basque, ou de l’Institut occitan. Le traitement archivistique et la valorisation sont toujours réalisés par les Archives. D’après un premier état des lieux sur le département, quelques 20 000 heures pourraient être engrangées dans les années à venir. Un premier programme de numérisation a été lancé engageant 500 heures sur le Béarn et 500 autres sur le Pays Basque.

En début d’après-midi, Elizabeth Vérry, directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire (AD49) intervenait sur le thème « Le rôle d’un service d’archives départemental comme appui et ressources ». De son point de vue, même si depuis le 19e siècle le métier des archives ont beaucoup évolué, depuis l’époque des archivistes garants des droits des citoyens jusqu’aux archivistes manageurs en passant par les archivistes paléographes, la mission prioritaire des archivistes est restée celle de la collecte et de la conservation des traces de la mémoire de la Nation. Mais les archives se déclinent désormais sous des formats et des supports très variés.

C’est pourquoi les AD49 ont créé à la fin des années 1990 un emploi dédié aux archives sonores et audiovisuelles, suite à une double prise de conscience :

  • les archives audiovisuelles sont fragiles et nécessitent un traitement approprié ;
  • la mémoire orale est devenue un objet d’étude à part entière.

La politique menée actuellement fait des AD49 un lieu de production d’archives orales (collectes thématiques réalisées en direct), en même temps qu’un lieu d’accompagnement des producteurs. Cette mission d’appui prend plusieurs formes : l’appui méthodologique pour la formation des chefs de projet (méthodes d’entretien, techniques sonores, traitement documentaire, documents-types), grâce à des sessions de formation, des ateliers d’échanges et de partage d’expériences, des rencontres de collecteurs ou des tables rondes ; l’appui juridique (conseils, documents-types, contrats de communicabilité) ; l’appui technique (numérisation) et parfois un appui documentaire (bibliographie, archives).

Les AD49 sont également un lieu de ressources où s’organisent la conservation et la valorisation des archives sonores. 2400 heures de témoignages oraux sont conservées actuellement aux AD49, issues de collectes thématiques menées par la chargée de mission ou d’enquêtes menées par des collecteurs : campagnes de récits de vie de pays 2003-2007 ; corpus des musées de société (vin, chaussure, Maison de la Loire) ; corpus universitaires ou de centres de recherche ; corpus associatifs (maisons de quartier, professions, immigration, etc…).

La valorisation est conçue comme un prolongement naturel de la collecte, mais pas comme un absolu : il s’agit de la permettre, pas forcément de la faire ! La priorité est donnée à la communication et à la diffusion au public ; les autres formes de valorisation se font dans le cadre des journées d’études thématiques élargies (histoire des femmes, histoire locale, vie politique locale, mémoire des métiers etc.)… En conclusion, aucune action en matière de mémoire orale ne peut se faire sans un partenariat étroit avec les acteurs locaux (associations, collectivités publiques), les chercheurs et les institutions patrimoniales.

Deux actions départementales dans la Manche et dans la Sarthe ont été ensuite présentées.

Responsable du service des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de la Manche  (AD50), Domnine Plume a présenté un projet qui s’est structuré, dès sa création dans une logique de partenariat avec des institutions, des associations, des chercheurs, des scolaires et des particuliers. Il a été élaboré dès 2000 par l’association Mémoire et terroirs porté par Marie Tassel autour du recueil de la mémoire auprès des 120 presque centenaires recensés dans le département de la Manche. Pour constituer cette « galerie de portraits », une vingtaine de personnes originaires du département de la Manche seront rencontrées dans les mois à venir par l’une des deux collectrices (Marie Tassel et Elisabeth Nodinot) de l’association afin de recueillir leur récit, un photographe (Thomas Jouanneau) les accompagnera. Ces enregistrements seront par la suite déposés aux archives départementales et mis en ligne sur le site des archives et du conseil général. Une exposition présentée dans un premier temps dans les locaux des archives et itinérante par la suite dans des maisons de retraite et/ou établissements scolaires permettra de la faire circuler. Il est aussi prévu un concours ou un appel à projet destiné aux collèges, il s’agira de valoriser lors de l’exposition les entretiens les plus intéressants recueillis par les élèves. 

Frank Pohu, initiateur d’un vaste projet de développement des archives sonores et audiovisuelles dans le département de la Sarthe, a relaté comment – avec l’appui de différents partenaires- il avait réussi à lancer une action de sauvegarde de la mémoire orale sarthoise. Au départ, c’est une émission réalisée sur le parler sarthois, dans le cadre de l’association Fréquence Sillé, qui lui a permis de rencontrer des acteurs locaux qui, sur le terrain, avaient chez eux des documents sonores et audiovisuels enregistrés dans le département. Rapidement est né le programme « sauvegarde la parole sarthoise » en collaboration avec des partenaires publics comme le conseil général de la Sarthe et les archives départementales de la Sarthe (AD72), les communautés de communes du pays de la haute Sarthe et du pays du Mans et la mission recherche et technologie du ministère de la Culture qui a financé le projet pendant 4 ans. L’objectif de « Parole sarthoise » est de restituer librement sur un site internet des documents d’archives. Aujourd’hui, sur le site conçu par Fréquence Sillé en collaboration avec les AD72, plus de 75 heures sont disponibles, à terme 1000 heures seront accessibles lorsque les questions de droits auront été réglées.

Avant que ne s’organise la table ronde en clôture de cette journée, Marina Maréchal, de la Cité des mémoires étudiantes, a présenté un appel à communication pour un colloque en préparation qui aura lieu en mars 2012 dans le cadre du 40e anniversaire des universités de France sur le thème Vers un corpus d’archives orale avec une organisation originale valorisant l’oralité. Il est en effet prévu que des ateliers thématiques réunissent différentes composantes de la communauté universitaire susceptible d’avoir recours aux archives orales (histoire de la recherche, histoire de l’enseignement, histoire de la gouvernance et de l’administration des universités, histoire des étudiants et des mouvements étudiants) et fassent intervenir, à partir de cas précis, un témoin interrogé, un chercheur et/ou un archiviste ; un discutant extérieur s’ajoutant au trinôme étant chargé d’éclairer le potentiel de généralisation des cas présentés.

La table ronde qui a suivi, a permis aux nombreux participants de terminer par des échanges cette riche journée. Elle a porté principalement sur les développements et les actions qui s’offrent à l’association et à son ouverture vers de nouveaux adhérents. Un compte rendu et le rapport d’activités de l’association seront diffusés dans le prochain numéro du Bulletin de l’AFAS.

 Compte-rendu rédigé par Marie-Christine Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès.

Crédits photographiques :

- Joueur de cornemuse sur la Maison d’Adam, place Ste-Croix à Angers (encadrement de la fenêtre surmontant la porte), photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

- La traite d’une vache à la montagne de Placès de Cure (1972). L’utilisation différenciée des deux mains ou d’une main, de tous les doigts ou seulement du pouce et de l’index, de l’index et du majeur, commune de Nasbinals, photographie de Jean-Dominique Lajoux, MNATP. Recherches coopératives sur programme sur l’Aubrac (1964-1966), cote : Ph.1976.110.95. Visualisation des images de la RCP Aubrac.

- Domnine Plume (AD50) intervient lors de la journée de l’AFAS à Angers, photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

- La salle de conférence des archives départementales de Maine-et-Loire lors de la journée de l’AFAS, Angers, 26 mai 2011, photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

 

 

  1. Il y eut d’autres RCP à la même période en France. Celle de Plozévet, qui s’est déroulée entre 1961 et 1965, fait actuellement l’objet d’une recherche-action menée par le CERHIO (UMR CNRS 6258) qui a organisé dans ce cadre un colloque qui reprenait l’histoire de ces RCP http://plozevet.hypotheses.org/1675 []
  2. L’Aubrac – Etude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain. Recherche Coopérative sur Programme  RCP, CNRS 1970, 7 tomes + carte et catalogue des montagnes. []

Disseminating research resources and publications in the humanities and social sciences. Questions of rights and ethics

A joint publication project co-ordinated by the Electronic Resource Centre on Cities (Crévilles) of the Maison des Sciences de l’Homme (MSH) of Tours, the Pôle image-son, pratiques du numérique of the Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence, and the Éric-de-Dampierre library of the René Ginouvès Institute for Archaeology and Anthropology (MAE), Nanterre, with the support of the Maison des Sciences de l’Homme (MSH) of Dijon

Overview of the project:

Today, producing, using and editing digital resources are part of a researcher’s daily tasks. Digital formats, along with the development of the internet, have greatly facilitated the dissemination of iconographic, audio and/or audio-visual resources in the academic world and beyond, to members of the public who are increasingly curious about and interested by the documents produced by academics.

The current movement towards open access encourages us to make the resources that we think of as being ‘public’ available to the public in reality. Institutions must know how to respond to the questions on the rights of authors, interviewees and those represented in images posed by their open-access projects, as well as by researchers, who now regularly publish online and often find themselves confronted by legal and ethical questions to which they are not always sure how to respond.

A key objective, amongst others, of this project is to begin to respond to some of the questions which regularly present themselves in a research context:

  • What can institutions who wish to make the most of documents created in the research process do, and what should they not do?
  • Can they facilitate their (re)use not only in academic contexts, but also in the social and cultural spheres?
  • What code of professional ethics should a researcher follow when he or she wishes to use an image or an audio(visual) recording in his or her work?
  • Can they semantically enrich the resources made available on their site (i.e. via metadata)?
  • Can they alter works or integrate other data/information into a resource?
  • How can researchers and their institutions protect the confidentiality and anonymity of certain information when depositing fieldwork materials in an archive?
  • How can we respect the rights of individuals who have been photographed, filmed or recorded during the research process?
  • Can we find a balance between the right of open access to information and respect for copyright?

To attempt to respond to these questions and define a professional code of ethics, two study days have been organised, at Tours on the 26th of September 2011, then at Aix-en-Provence on the 29th of November 2011.

Presentations, based on concrete examples and comparing the viewpoints of researchers with those of information professionals working alongside researchers in the field of the digital humanities, will fall under three broad axes:

  1. Highlight concrete examples of institutions and/or individuals who make iconographic, sound and/or audio-visual resources available online, or who wish to ‘restore’ such resources to the countries where the resources were gathered or created.
  2. Analyse the possibilities or the room to manoeuvre offered by legislation and jurisprudence for the non-commercial use of iconographic, sound and/or audio-visual documents for educational or cultural purposes.
  3. Beyond the legal issues, there are also ethical questions which must be raised in order that the use or online publication of research data or resources not harm the individuals or societies from which these data or resources were collected.

Documentary resource centres such as the Phonothèque de la MMSH (MMSH Sound Archives) or Crévilles which are developing initiatives for the online publication of open-access multimedia electronic research resources are daily confronted not only by questions of intellectual, artistic and literary property rights, but also by the ethical issues which may be raised by the utilisation of these resources.

The aim of these study days is therefore to bring together information professionals, experts on intellectual property rights and ethics and the researchers facing these issues in order to define and clarify the best practices in this field, drawing inspiration notably from the Council of Europe Framework Convention signed at Faro in 2005. This convention on the value of cultural heritage for society encourages reflection on ethics and the development of digital technologies for the improvement of access to information, particularly for educational purposes, while protecting intellectual property rights.

The proceedings of the two days will be published in French and English on the website Revues.org in the MMSH’s Bulletin du Pôle Images/sons, pratiques du numérique (published on the platform of Cléo/Revues.org).

This electronic publication will prompt the launch of a targeted call for contributions permitting researchers and specialists who were unable to participate in the study days at Tours and Aix-en-Provence to contribute their comments and critiques of the initial reflections directly on the publication site, in a spirit of interactivity and in preparation for the collaborative authoring of the Best-practice guide for the dissemination of research resources and publications in the humanities and social sciences : Questions of rights and ethics.

The second study day in Aix-en-Provence will be followed the next day by a workshop launching the Best-practice guide writing project. The guide will be published in the first half of 2012 in an electronic, bilingual French-English format. This workshop will be the occasion to outline together the structure and content of the Best-practice guide and to divide up the workload amongst the participants in this authorship project.

Project co-ordinators:

  • Pascal Garret, Crévilles, MSH, Tours
  • Véronique Ginouvès, Pôle image-son, pratiques du numérique, MMSH, Aix-en-Provence
  • Marie-Dominique Mouton, Éric-de-Dampierre Library, MAE, Nanterre

Academic committee:

  • Marie Cornu, Directrice du CECOJI, Université de Poitiers
  • Marin Dacos, Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte
  • Laurent Dousset, Maître de conférences à l’EHESS et Directeur du CREDO
  • Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche à l’ISCC
  • Denis Maréchal, Institut national de l’audiovisuel
  • Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques à la Bibliothèque Nationale de France
  • Jean-Luc Pinol, Directeur du TGE Adonis

This project is supported by the Consortium des ethnologues (Corpus Infrastructure de recherche), under the authority of the LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, MAE, Nanterre).

Free admission on registration.

 

Provisional programme for the first study day

MSH Tours, Monday 26 September 2011

Introductory address by Mélanie Dulong de Rosnay, Doctor of Laws, Chargée de recherche at the ISCC where she is the co-director of the research centre “Gouvernance et usages de l’Internet” (Governance and uses of the internet) : Les outils juridiques à la disposition du chercheur pour protéger et diffuser ses données scientifiques (Legal tools available to researchers to protect and disseminate their academic datasets).

Three thematic exchanges between researchers and information professionals:

The researcher in visual sociology and the mediator for the dissemination of research resources: open access to images vs respect for copyright

Sylvain Maresca (Professeur de sociologie at the University of Nantes, LHIVIC, whose research interests include the usage of and practices involving images in the social sciences) and
Pascal Garret (Ingénieur de recherche, manager of the Electronic Research Centre on Cities (Crévilles), MSH Tours)

The ethnologist and the archivist: ethical questions around the online publication of archives resulting from research

Eric Jolly (Chargé de recherche au CNRS, CEMAF, ethnologist, specialist in the Dogon people. Participated in the project “Le terrain et son archivage. Pour un Observatoire de l’archivage des matériaux de terrain des ethnologues” [“Fieldwork and archives. Towards an Observatory on the archiving of ethnologists' fieldwork materials”]) et
Marie-Dominique Mouton (Ingénieur de recherche, manager of the Éric-de-Dampierre library, Laboratory of Ethnology and Comparative Sociology, MAE Nanterre, ethnologists’ archives division).

The historian and the sound archivist: reusing oral resources for new research

Florence Descamps (Maître de conférences at the Ecole Pratique des Hautes Etudes, organiser of a seminar on the use of oral resources in contemporary historical research) and
Véronique Ginouvès (Ingénieure de recherche, manager of the Phonothèque de la MMSH (MMSH Sound Archive), Aix-en-Provence).

Two summaries of the day’s proceedings:

An archivist’s summary : Yann Potin (Chargé d’études documentaires at the National Archives of France, 19th century division)
- A jurist’s summary : Marie Cornu (Directrice de recherche au CNRS, specialist in cultural law and intellectual property, Directrice du CECOJI, University of Poitiers)

Provisional programme for the second study day

Aix-en-Provence, Tuesday 29 November 2011 Salle Paul-Albert Février (MMSH)

Introductory address by Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques at the National Library of France and author of the blog S.I.Lex

Three thematic exchanges between researchers and information professionals:

The anthropologist and the mediator for the dissemination of research resources: open access to fieldwork materials vs respect for copyright

Laurent Dousset (Maître de conférences EHESS, Directeur du CREDO, creator of the ODSAS – Online digital source annotation system database) and
Judith Hannoun (Manager of the CREDO library, Maison Asie Pacifique, Marseille).

The linguist and his/her corpus

Médéric Gasquet-Cyrus (Maître de conférences – Laboratoire Parole et Langage UMR 6057 CNRS) and
Bernard Bel (Research Engineer at Laboratoire Parole et langage (Aix-en-Provence), in charge of the CRDO-Aix long-term preservation service).

Using televised images in a research context: what permissions does the INA (National Audio-visual Institute) grant ?

Maryline Crivello (Professeur des universités, UMR TELEMME, member of the steering committee of the MEDMEM programme, Ina-Euromed-Heritage) et
Marie-Christine elias (Responsable documentaire et commerciale, INA PACA).

Two summaries of the day’s proceedings:

An archivist’s summary : Denise Ogilvie (conservateur du patrimoine at the French National Archives, 19th century division).

A jurist’s summary : Anne Cammilleri (Maître de conférences Université Paris Descartes, UMR 6201 “Droit public comparé – Droit international et européen”, Université Aix Marseille III).

30th November 2011: Meeting at Aix-en-Provence to organise the writing of the Best-practice guide for the dissemination of research resources and publications in the humanities and social sciences : Questions of rights and ethics.

Guitar being played by Tom Walton: White Springs, Florida. Photographié le 4 juillet 1982. Collection “Florida Folklife” de la bibliothèque et archives nationales de Floride. Peremalien : http://ibistro.dos.state.fl.us/uhtbin/cgisirsi/x/x/0/5?library=PHOTO&item_type=PHOTOGRAPH&searchdata1=fs82130 Pas de restrictions de droit connues.

 

Diffuser les données de la recherche en sciences humaines et sociales. Questions de droit et d’éthique

Deux journées d’étude se tiendront successivement à Tours et Aix-en-Provence le 26 septembre puis le 29 novembre 2011 sur les questions de droit et d’éthique qui se posent au moment de la diffusion des données de la recherche en SHS. Ces journées sont organisées par quatre maisons des sciences de l’homme qui ont pour objectif de rédiger collectivement par la suite un guide des bonnes pratiques s’appuyant sur les compte-rendus de ces journées et sur des expériences pratiques. Ce travail sera sera coordonné par le Centre de ressources électroniques sur les villes (Crévilles) de la MSH de Tours, le Pôle image-son, pratiques du numérique de la MMSH d’Aix-en-Provence, la bibliothèque Éric-de-Dampierre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de la Maison René-Ginouvès (MAE) de Nanterre et la MSH de Dijon.

Préambule

Produire, utiliser, éditer des sources numériques fait aujourd’hui partie du travail quotidien du chercheur. Ce format numérique, comme le développement du web, a facilité grandement la diffusion des ressources documentaires iconographiques, sonores et/ou audiovisuelles dans le monde de la recherche et, au-delà, auprès de citoyens de plus en plus curieux et intéressés par les documents produits par les scientifiques. L’essor du libre-accès qui se développe aujourd’hui incite par ailleurs à ce que des données réputées « publiques » soient réellement rendues publiques. Les institutions doivent savoir répondre aux questions de respect des droits des auteurs et des personnes interrogées ou représentées que posent leurs projets de mise à disposition de ressources en libre accès tandis que les chercheurs, qui publient désormais régulièrement en ligne, se trouvent confrontés à des séries de questions juridiques et éthiques auxquelles ils ne savent pas toujours répondre.

Ce projet de guide de bonnes pratiques a pour objectif d’apporter, entre autres, quelques éléments de réponse à des questions qui se posent régulièrement dans les laboratoires de recherche :

  • Que peut faire et ne pas faire l’institution qui a la volonté de valoriser les documents créés dans le cadre de la recherche ?
  • Peut-elle en faciliter leur (ré)utilisation scientifique mais aussi sociale, culturelle… ?
  • Quelle déontologie professionnelle le chercheur doit-il adopter lorsqu’il souhaite utiliser une image, un enregistrement, dans le cadre d’une publication ?
  • Peut-il enrichir sémantiquement des données mises à disposition sur un site ? Peut-il y intégrer d’autres données ?
  • Comment le chercheur et l’institution peuvent-ils préserver la confidentialité et le secret de certaines données lors d’un dépôt de matériaux de terrain dans un centre d’archives ?
  • Comment faire respecter les droits des personnes enregistrées, filmées, photographiées sur le terrain ?
  • Quel équilibre trouver entre le droit du libre accès à l’information et le respect des droits d’auteurs ?

Pour tenter de répondre à ces questions et définir une déontologie professionnelle, deux journées d’étude seront organisées à Tours le 26 septembre 2011 et à Aix-en-Provence le 29 novembre 2011. A partir d’exemples concrets et en croisant les regards des chercheurs avec ceux des professionnel(le)s des digital humanities qui accompagnent la recherche, les interventions de ces deux journées s’inscriront dans l’un de ces trois axes :

  1. Exposer des expériences concrètes d’institutions et/ou de personnes qui mettent en ligne des documents iconographiques, sonores et/ou audiovisuels ou qui ont la volonté de les “restituer” dans les pays où ces ressources ont été collectées ou réalisées
  2. Analyser les possibilités ou les marges de manœuvre qu’offrent les textes juridiques et les jurisprudences pour l’utilisation non commerciale et à des fins éducatives ou culturelles des documents iconographiques, sonores et/ou audiovisuels.
  3. Au-delà de l’aspect juridique, ce sont aussi les questions éthiques qui devront être soulevées pour que l’exploitation ou la mise en ligne des données de la recherche ne puisse pas porter préjudice aux individus ou aux sociétés auprès desquels ces données ont été collectées.

Les centres de ressources documentaires comme la Phonothèque de la MMSH ou Crévilles qui ont une démarche de mise en ligne de documentation multimédia au format électronique en libre-accès sont confrontés quotidiennement à des questions de droits de la propriété intellectuelle, littéraire et artistique, mais aussi à des questions éthiques qui peuvent être soulevées par l’exploitation de ces données.

Le but de ces journées est donc de rassembler des opérateurs documentaires, des spécialistes du droit d’auteur et d’éthique et des chercheurs confrontés à ces questions pour arriver à délimiter et préciser les bonnes pratiques en la matière en s’inspirant notamment du travail réalisé pour la convention-cadre du conseil de l’Europe signée à Faro en 2005. Cette convention sur les questions de patrimoine culturel encourage à la réflexion sur l’éthique, au développement de l’utilisation des techniques numériques pour améliorer l’accès à l’information ainsi qu’à lever les obstacles en matière d’accès à l’information, en particulier à des fins pédagogiques, tout en protégeant les droits de propriété intellectuelle. Les textes des communications des deux journées d’étude seront publiés en langue française et anglaise sur le site de Revues.org dans le Bulletin du Pôle Images/sons, pratiques du numérique de la MMSH (publié sur la plateforme du Cléo/Revues.org). Cette publication électronique lancera l’ouverture d’un appel à contribution ciblé afin que des chercheurs et spécialistes n’ayant pas assisté aux journées de Tours et d’Aix-en-Provence puissent apporter directement sur ce site leurs commentaires et critiques à ces premières réflexions dans une perspective d’interactivité et en vue d’impulser la rédaction collective du Guide des bonnes pratiques.

La seconde journée d’Aix-en-Provence sera suivie le lendemain d’un atelier de lancement de l’écriture collective de ce Guide des bonnes pratiques de la diffusion des données de la recherche en sciences humaines et sociales. Questions de droits et d’éthique qui sera publié au premier semestre 2012 sous une forme électronique et bilingue anglais/français. Cet atelier sera l’occasion de définir ensemble le sommaire du guide de bonnes pratiques et de répartir les taches des participants à la rédaction collective de cet ouvrage.

Entrée libre sur inscription.

Programme de la journée du lundi 26 septembre à Tours (MSH)

Conférence introductive de Mélanie Dulong de Rosnay, Docteur en droit, Chargée de recherche à l’ISCC où elle est co-responsable du pôle de recherche “Gouvernance et usages de l’Internet” : Les outils juridiques à la disposition du chercheur pour protéger et diffuser ses sources scientifiques.

Trois regards croisés entre chercheurs et professionnels de l’information :

Le chercheur en sociologie visuelle et le médiateur pour la diffusion des données de la recherche : libre accès aux images vs respect des droits d’auteurs.  Sylvain Maresca (Professeur de sociologie à l’Université de Nantes, LHIVIC, et dont les recherches portent, entre autres, sur les usages et pratiques des images dans les sciences sociales) et Pascal Garret (Ingénieur de recherche, responsable du Centre de ressources électroniques sur les villes, MSH de Tours).

L’ethnologue et l’archiviste : questions d’éthique autour de la mise en ligne des archives issues de la rechercheEric Jolly (Chargé de recherche au CNRS, CEMAF, ethnologue, spécialiste des Dogons. A participé à l’ACI “Le terrain et son archivage. Pour un Observatoire de l’archivage des matériaux de terrain des ethnologues”) et Marie-Dominique Mouton (Ingénieur de recherche, responsable de la bibliothèque Éric-de-Dampierre, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, MAE Nanterre, section archives des ethnologues).

L’historien et le phonothécaire : réutiliser la source orale pour de nouvelles recherchesFlorence Descamps (Maître de conférences à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, animatrice d’un séminaire sur l’utilisation des sources orales en histoire contemporaine) et Véronique Ginouvès (Ingénieure de recherche, responsable de la Phonothèque de la MMSH d’Aix-en-Provence).

Deux synthèses de la journée :

La synthèse d’une archiviste : Yann Potin (Chargé d’études documentaires aux Archives nationales, Section du XIXe siècle)

La synthèse d’une juriste : Marie Cornu (Directrice de recherche au CNRS, spécialiste du droit de la culture et de la propriété intellectuelle, Directrice du CECOJI, Université de Poitiers)

Programme de la journée du mardi 29 novembre à Aix-en-Provence (MMSH)

Aix-en-Provence, mardi 29 novembre 2011 – Salle Paul-Albert Février (MMSH)

Une conférence introductive de Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques à la Bibliothèque nationale de France et animateur du blog S.I.Lex

Trois regards croisés entre chercheurs et professionnels de l’information :

L’anthropologue et le médiateur pour la diffusion des données de la recherche : libre accès aux sources de terrain vs respect des droits d’auteurs. Laurent Dousset (Maître de conférences EHESS, Directeur du CREDO, créateur de la base ODSAS – Online digital source annotation system) et Judith Hannoun (Responsable de la bibliothèque du CREDO, Maison Asie, Pacifique, Marseille).

Le linguiste et ses corpusMédéric Gasquet-Cyrus (Maître de conférences – Laboratoire Parole et Langage UMR 6057 CNRS, Aix-en-Provence) et Bernard Bel (Ingénieur de Recherche, Informaticien, responsable du site d’archivage CRDO-Aix-en-Provence, Laboratoire Paroles et langage UMR 6057 CNRS, Aix-en-Provence)

L’utilisation des images télévisées dans le cadre de la recherche : quelles autorisations accorde l’INA (Institut national de l’audiovisuel) ? Maryline Crivello (Professeur des universités, UMR TELEMME, Membre du comité de pilotage du programme MEDMEM (Ina-Euromed-Heritage) et Marie-Christine Helias (Responsable documentaire et commerciale, INA PACA)

Deux synthèses de la journée :

La synthèse d’une archiviste : Denise Ogilvie, conservateur du patrimoine aux Archives nationales, section du XIXe siècle.

La synthèse d’une juriste : Anne Cammilleri (Maître de conférences Université Paris Descartes, UMR 6201 “Droit public comparé – Droit international et européen”, Université Aix Marseille III).

 

30 novembre 2011 : réunion à Aix-en-Provence pour l’organisation de la rédaction du Guide des bonnes pratiques de la diffusion des données de la recherche en sciences humaines et sociales : questions de droits et d’éthique

 

Crédits photographiques : Peggy Bacon in mid-air backflip, Bondi Beach, Sydney, 6/2/1937, by  Ted Hood (1911-2000). Notes: Reproduced in Sydney Exposures… [by] Alan Davies (1991), p. 122-123. Sydney Exposures book and exhibtion caption: Back flip on the beach, Bondi, 6 February 1937 : Peggy Bacon of Bondi, one of a troupe of girls who did pyramid stands on the beach, does a backflip for the photographer. Collections de la State Library of New South Wales (Australie). Permalien : http://acms.sl.nsw.gov.au/item/itemDetailPaged.aspx?itemID=19451 Pas de restrictions de droits connues.

 


 

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

Après l’installation d’une borne de prêt automatique dans une bibliothèque parisienne du 12e arrondissement (bibliothèque Picpus), un tract a été diffusé à l’initiative du collectif  “Livre de papier”, qui se retrouve un peu partout sur Internet (sans la photo jointe ici).

Pour écouter les archives sonores aussi, l’accès en ligne ne peut suffire : il faut pouvoir partager l’écoute avec d’autres, comprendre le contexte de la production de ces récits ou de ces chansons, rencontrer les collecteurs, danser sur les musiques ou les interpréter… Un bon sujet de discussion à aborder dans l’atelier “Besoin de mémoire ?” au cours des rencontres nationales des bibliothécaires musicaux jeudi 1er avril.

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

automatic

PLUS RAPIDE ?

PLUS PRATIQUE ?

MOINS CONTRAIGNANT ?

L’automatisation du prêt franchit une nouvelle étape avec l’instauration de bornes de prêt automatique, à Picpus et ailleurs. Grâce à ces bornes, finies les files d’attente (encore que…), finies les erreurs humaines (mais vive les bugs !) et finie l’obligation d’être aimable avec celles et ceux qui nous rendent service. Mais terminée aussi la chaleur du contact humain, envolés les conseils sympas des bibliothécaires qui nous renseignent sur nos emprunts, et très bientôt… terminé aussi avec les bibliothécaires, avant que la bibliothèque elle aussi ne ferme ses portes pour rouvrir sur googlebooks.fr ou toute autre plate-forme dont on ne cesse de vanter l’exhaustivité et l’efficacité (sans même parler de sa juteuse rentabilité !).

Le monde qu’on ne cesse de vouloir nous vendre, censé être plus pratique et plus rapide, obéit en réalité à une double volonté : créer de nouveaux marchés (comme lorsqu’une entreprise privée est payée par les pouvoirs publics pour installer du matériel électronique) et réduire la masse salariale (un vigile prendra la place de dix bibliothécaires avec des bornes de prêt efficaces). Et si pour chaque salarié-e remplacé-e par des machines, la pilule est déjà difficile à avaler, des pans entiers de personnels seront finalement dépossédés des savoir-faire qui les rendait utiles et compétents. Non seulement la machine ne vous fera jamais de sourire, mais c’est ainsi que chaque métier d’aujourd’hui en vient à devenir purement mécanique et répétitif, jusqu’à être vidé de son sens initial : les magasiniers ne sont désormais plus considérés que comme des manutentionnaires au service des machines gestionnaires des livres, et leur connaissance du fonds se perd, tout comme l’ancien savoir-faire des artisans a disparu avec les immenses chaînes de production des usines, véritables bagnes industriels modernes. Plus l’on intègre les savoir-faire professionnels dans des machines, plus les salarié-e-s deviennent remplaçables, c’est-à-dire délocalisables, jetables et donc corvéables à merci.

Enfin, la logique de la numérisation a besoin de chevaux de Troie (telles les bornes de cette bibliothèque ou les puces RFID servant à tracer chaque livre), pour s’insinuer au cœur de la chaîne du livre : les magnats de l’édition électronique (qui sont parfois aussi marchands d’armes) rêvent de profits colossaux grâce à la numérisation intégrale des fonds papier, sans se soucier des éditeurs et libraires, mais aussi correcteurs, imprimeurs, diffuseurs, etc. qu’ils fragiliseront puis démantèleront sans coup férir. Le livre électronique, que les industriels tentent de nous imposer depuis plusieurs années (pour l’instant sans réel succès), vise à transformer le monde de l’écrit en société du zapping numérique généralisé. Il suffit de se rendre au salon du livre pour y voir ces commerciaux en costard vendre leurs e-book comme s’ils étaient au salon de l’auto, tout en faisant croire que les profiteurs sont les éditeurs. Pourtant, une partie de ces derniers reste encore vaille que vaille passionnée, attachée à l’objet livre en tant qu’il est créateur de lieux d’échanges et d’espaces collectifs, au premier rang desquels figurent les librairies et les bibliothèques – ces dernières étant fréquentées par une personne sur deux en France en 2006. Ainsi, à l’inverse de la démagogie populiste faisant d’Internet le contrepoint populaire des librairies et bibliothèques élitistes, nous pensons que le livre est au cœur des possibilités d’émancipation collective et d’élévation culturelle : les bibliothèques, véritables lieux de mixité où se croisent des hommes et des femmes de tous âges, de toutes classes et de tous horizons, sont un des derniers outils de diffusion et de réappropriation collective des savoirs, là ou le numérique ne fournit que des contenus vidés de leur sens à des individus isolés devant leurs écrans. « Élitaire pour toutes et tous » pourrait être notre mot d’ordre, puisque nous persistons à préférer les savoirs, potentiellement émancipateurs, aux contenus, bien souvent interchangeables voire abêtissants.

Le mythe libéral de l’accès au savoir égal pour toutes et tous, sur lequel surfe la déferlante numérique, oblitère le fait que nul-le ne peut prétendre n’avoir pas accès à suffisamment de livres (il suffit de se rendre dans la moindre bibliothèque pour se convaincre qu’on n’aura jamais le temps d’en lire assez), alors que la question de la connaissance pose en réalité celle de la transmission, c’est-à-dire de l’éducation à l’écrit, revendiquée par tous les mouvements d’émancipation antérieurs à Internet : le réseau nous apprend en fin de compte davantage à glisser à la surface des idées qu’à les comprendre et à savoir s’en imprégner pour penser par soi-même. Le Web et le futur livre numérique permettraient d’accéder à tout !? Mais que lira-t-on alors ? Rien, ou plus probablement rien de ce qui s’apparente aujourd’hui au livre, dans lequel on s’immerge longuement, patiemment et tranquillement, en dehors de la société des flux incessants et tourbillonnants d’e-mail, messages msn et autres textos qui nous happent à chaque instant dans leur propre temporalité.

La télévision a contribué à détruire le lien social, et on nous fait croire que l’informatique, en nous simplifiant la vie, va le recréer ? Quand on s’apercevra que le numérique a encore appauvri les relations et échanges collectifs, qu’inventera-t-on pour « recréer » à nouveau du lien social et poursuivre toujours plus loin la spirale d’un monde en perpétuelle déshumanisation ?

Des lecteurs et lectrices, bibliothécaires, libraires, traducteurs et éditeurs.

Livres de papier

c/o Offensive,

21ter rue Voltaire 75011 Paris

livresdepapier@gmx.fr

Lu ici :

http://wwwlamare.blogspot.com/2009/04/hns-info-bornes-automatiques-puces-rfid.html

et là :

http://hns-info.net/spip.php?article18022

et aussi là, avec une annonce de réunion publique :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83292

Crédits photographiques : Farrington Automatic Address Reading Machine, A postal employee shows off the Department’s new automatic address reading machine. The “Farrington Automatic” machine was developed by Intelligent Machines Research Corporation. Postmaster General Arthur Summerfield tested and purchased a variety of machines to help speed up mail processing in large city post offices in the early 1950s. Photographe non identifié. Smthionian Museum. Pas de restriction de droit d’utilisation connue.  Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3400&q=A.2008-36

La radio et la maîtrise du temps

mary-maguire-1936… C’est le très joli titre d’un article de Jean-François Tétu, professeur à l’IEP de Lyon, paru en 1994 dans la revue Etudes de communication et déposé sur HAL SHS cet été.  L’occasion de le découvrir pour les archivistes du son qui ne connaissent pas tous cette revue en ligne  sur Revues.org (pour ses collections depuis 2002). Ce texte est intéressant car il existe très peu de références sur la question de la perception de la durée d’écoute des “récepteurs” en ligne (j’utilise le champ lexical de l’article). Aussi, si il s’intéresse uniquement à la radio et en particulier à la question du traitement de l’actualité à la radio, l’auteur apporte tout de même quelques éléments à nos interrogations.

Je ne vais pas m’attarder sur les questions de rythme, de contenu et de publics des programmes des émissions radiophoniques d’actualité qui sont les sujets qu’il abordent en profondeur. Le rappel de La guerre des mondes d’Orson Welles, vient en filigrane illustrer la collusion entre les temporalités “actuelles” et “inactuelles”.  Justement, dans l’aventure radiophonique de La guerre des mondes, Jean-François Tétu souligne l’importance de la scénarisation du son dans la perception. Il insiste sur le fait que c’est “à la mise en scène du temps, à la narration que revient le soin de représenter le temps”.  Il démontre ainsi que les règles de l’information écrite ou télévisuelle sont très éloignées des règles de l’information radiophonique. Ainsi, alors que la télévision impose une image de l’évènement (une figure) la radio s’en tient “à une sorte de récit minimal qui vise la seule reconnaissance des catégories de l’action”.

Mais là où les oppositions sont décisives c’est lorsqu’il s’agit de “faire du direct”.  Ainsi, le direct télévisé adhère à la réalité. L’image peut me faire voir autre chose que ce que j’imaginais. A la radio au contraire, les trous dans le récit comme les pauses ou le suspens de la voix me disent que quelque chose “perturbe le sens, traverse ou transperce l’attente narrative”. En bref, le son laisse à imaginer.

Les archivistes de l’audiovisuel se posent beaucoup de questions sur la durée qu’il faudrait allouer aux enregistrements sonores qu’ils veulent mettre en ligne. Les discussions pour savoir si il faut désormais passer du son à l’audiovisuel vont bon train. Un des arguments principal pour faire des collectes en image animées est que la concentration du récepteur serait plus forte si il voit plutôt que si il écoute. A la lecture de cet article, je dirais tout simplement qu’ils devraient laisser les usages s’installer et diffuser leurs archives sonores dans la durée naturelle de l’enquête de terrain. Laisser la place au son. Si il s’agit bien d’une unité intellectuelle qui est mise en ligne (une enquête, une conférence, un environnement sonore), gardons confiance dans l’écoute de l’internaute. Certes,  une enquête orale n’est pas scénarisée et elle est bien loin d’un journal radiophonique ou d’un bulletin météorologique. Mais ces enquêtes produisent du récit (du suspens) dans la temporalité naturelle de l’auditeur et de son imaginaire.

Pour revenir aux images animées, j’ai assisté récemment à plusieurs reprises à la diffusion publique d’enquêtes de terrain filmées non montées et j’ai perçu obscurément des éléments que cet article éclaire. La question du réel par exemple. Concrètement, dans le cadre des enquêtes de terrain, les témoins interrogés sont souvent âgés. Lorsqu’ils sont filmés plusieurs heures, le spectateur les voit petit à petit se fatiguer, perdre physiquement leur énergie.Il se met alors à s’intéresser non plus au discours mais aux objets qui se présentent à sa vue et à l’environnement direct, portant des jugements intérieurs qui vont venir interférer sur l’écoute et rompre avec la temporalité du témoin. Loin de moi l’idée de vouloir supprimer toute image :  voir un visage, un lieu, un espace peut soutenir une écoute. Mais l’image systématique peut aussi engendrer de la confusion. Aux archivistes à imaginer des écoutes d’unités complètes accompagnées de sélections d’images ou de tout autres documents à même de  contextualiser l’enregistrement. Il s’agit finalement de faire de la numérisation et de la mise en ligne de leurs archives non plus un simple travail technique mais un véritable travail d’édition.

A lire ou relire : Tétu, Jean-François. “La radio et la maîtrise du temps”. Études de communication, n°15, 1994, pp. 50-90.

Dépôt dans HAL : http://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/UNIV-LYON3/halshs-00397693/fr/

Crédit photographique : State Library of Queensland, Brisbane (Australie), Magy Maguire est interwievée sur Radio 4BH à Brisbane vers 1936. Pas de restriction de diffusion connue. http://www.flickr.com/photos/statelibraryqueensland/3737277160/