Archives par mot-clé : MMSH

Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

Dans le cadre du Master 1 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques », j’ai eu l’occasion de découvrir et de travailler autour des Postes de Consultation Multimédia de l’Institut national de l’audiovisuel. Depuis janvier 2016, deux PCM sont disponibles à la médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Ils offrent un accès exceptionnel aux archives du patrimoine audiovisuel français. Le 27 juin 2016, la journée de découverte « Visual Studies et Méditerranée »1 a officiellement inauguré ces PCM. Les interventions des chercheurs et des professionnels du monde de l’audiovisuel ainsi que l’atelier pratique ont permis de décliner les usages des PCM. Cette rencontre met en perspective l’exploitation du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en Sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

  1. Les Visual Studies sont un courant de recherche apparu au début des années1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels. Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm [] []

Visual studies et Méditerranée, 27 juin 2016, Aix-en-Provence (MMSH)

Journée de découverte et inauguration
Visual studies et Méditerranée

Un accès exceptionnel aux archives de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) à la médiathèque de la MMSH
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

Les archives du dépôt légal de l’Ina
dans la recherche en sciences humaines et sociales
Inauguration de deux PCM

Le 27 juin 2016, à la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH – AMU/CNRS), seront officiellement inaugurés deux postes de consultation multimédia (PCM) de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) donnant ainsi accès à plus de 12 000 000 d’heures de documents radio et télévision, 1 000 000 d’heures enregistrées chaque année, 13 000 sites web média, 120 chaînes de radio et de télévision captées 24h/24 au titre du dépôt légal, 34 000 titres de cinéma.

La recherche en sciences humaines et sociales exploite les archives du dépôt légal de l’Ina depuis plus de 30 ans1 et peut aujourd’hui s’appuyer sur des masses de données en croissance exponentielle. Avec l’accès aux deux Postes de consultation multimédia (PCM) à la médiathèque de la MMSH, chercheurs, étudiants, enseignants et plus largement, tout curieux du domaine, peuvent aujourd’hui consulter ces archives de la radio, de la télévision, du cinéma et du web. Avec la participation de chercheurs et de professionnels du monde de l’audiovisuel, cette journée de découverte – ouverte à tou.te.s – offrira un large aperçu des usages des PCM et des possibles exploitations du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales.

Tout au long de cette journée des ateliers de recherche seront organisés sur les PCM installés à la médiathèque de la MMSH auxquels le public pourra participer librement, sur inscription. Les conférences se tiendront salle Paul-Albert Février (MMSH).

PROGRAMME

10h : Accueil et introduction : Brigitte Marin (directrice de l’USR 3125 et du laboratoire d’excellence LabexMed, AMU/CNRS), et Géraldine Poels (Ina, Direction des collections, Responsable de la valorisation scientifique)

10h30 : Mireille Maurice (Déléguée régionale de l’Ina Méditerranée), 20 juin 1992, chronique d’une loi historique

11hMaryline Crivello (directrice de l’UMR 7303 Telemme, AMU/CNRS, Directrice exécutive de la Fondation A*MIDEX),  et Marie-Christine Hélias-Sarre (Responsable documentaire Ina Méditerranée), Recherche et fonds documentaires de l’Ina : 30 ans de collaboration

11h45 : Géraldine Poels (Ina, Direction des collections, Responsable de la valorisation scientifique), Bien plus que de la télévision : tout ce que vous n’avez pas (encore) cherché dans les collections de l’Ina

14h15 : Thomas Gabison (les éditions Actes Sud BD / ARTE),  Les voix de la ville qui n’existe plus

14h45 : Evelyne Cohen (Enssib – Université de Lyon, LARHRA), Les archives de l’Ina : enjeux et usages historiens

15h15 : Gérôme Truc (Département de sciences sociales de l’ENS Cachan), Faire une sociologie des attentats : l’apport des archives de l’Ina

15h45 : Sophie Gebeil (UMR 7303 Telemme, AMU/CNRS), Le dépôt légal du web, une source d’histoire contemporaine : le cas des mémoires maghrébines en ligne de 1999 à 2014

16h15 :  Conclusions et perspectives, présidées par Maryline Crivello et Géraldine Poels

Pour suivre les ateliers d’introduction à la recherche sur les PCM (30 minutes) qui seront organisés à la Médiathèque de la MMSH avec Christian Champaloux (Médiathèque MMSH) et Anissa Adgharouamane (stagiaire à l’Ina Méditerranée), vous pouvez dès à présent, vous inscrire à partir d’un formulaire en ligne. Ces ateliers,  qui débuteront dès 9h30, sont ouverts à tou.te.s. Nous bénéficierons de la présence de Corinne Gauthier (Inathèque, BnF) qui pourra répondre à toute question sur des recherches spécifiques.

Crédits photographiques : en 1963, un homme attend son tour chez le barbier, en Floride, tout en regardant les actualités à la télévision – peut-être à propos de l’assassinat de JF Kennedy -, Archives nationales de Floride, pas de restrictions de droit connues.

Cette journée est organisée avec le soutien de l’Ina, de l’USR 3125 et de l’UMR 7303 Telemme – AMU/CNRS .

Lieu : Salle Paul-Albert Février, MMSH.

 Merci à Anissa-Claire Adgharouamane, Master 1 (professionnel) Histoire et Humanités, spécialité 6 – Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques pour son soutien logistique à cette journée.

  1. Les Visual Studies sont un courant de recherche apparu au début des années1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels. Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm []

Feedback de l’edit-a-thon

Enrichir Wikipedia à partir de témoignages issus de l’histoire orale, tel était l’objectif de l’edit-a-thon du 23 octobre qui a eu lieu à la MMSH. Le projet, soutenu par le programme Europeana Sounds, était original. En effet, en général, les « journées contributives » ou « edit-a-thon », ont pour vocation d’enrichir les articles de l’encyclopédie à partir d’images ou de textes. Sur Wikipedia, les seuls liens sonores publiés jusqu’ici dans ce cadre, illustraient des chants d’oiseaux. Lors de cette journée, les liens s’annonçaient plus complexes à établir car il fallait qu’un discours s’instaure pour établir un cadre théorique. Qu’allions-nous entendre et publier ? L’équipe de la phonothèque était curieuse de connaître le résultat de cette expérience qui s’est avérée extrêmement  positive pour la valorisation des archives sonores.

Les 20 participants à cette journée étaient d’origine variée : professionnels de l’IST (bibliothécaires, documentalistes, archivistes, chargés de communication au Conseil régional, au Centre Hospitalier de Montperrin, à la MMSH ou retraités du métier), chercheurs (en architecture ou en sociologie), acteurs associatifs (CIMADE, Paroles vives) ou tout simplement curieux de cette expérience… tous étaient réunis ce jour-là autour d’une table avec une dizaine d’ordinateurs à leur disposition.

Trois Wikipédiens bénévoles étaient présents pour encadrer cette journée collaborative. Deux étaient venus de Paris1 : Varmin, membre de l’association Wikipedia et Jules WMFR chargé de projet Education tandis que Le Fou, qui avait signalé l’information sur le portail Wikipedia des Bouches-du-Rhône, était venu en voisin. Car il faut prendre en compte le fait que l’objectif de ces journées est aussi d’initier de nouveaux contributeurs à l’édition de l’encyclopédie collaborative. En effet, si les utilisateurs de Wikipedia sont nombreux, tous ne saisissent pas toujours les valeurs qu’il véhicule, son organisation interne et ne réalisent pas toujours que chacun peut contribuer à la construction de ce savoir collectif.

Pour le bon déroulement du projet, deux plateformes de Wikimedia  nous ont été présentées : l’encyclopédie libre de Wikipedia pour les articles à enrichir et le portail Wikimedia Commons, une médiathèque de fichiers librement réutilisables pour héberger nos archives sonores. Dans le cadre du programme Europeana Sounds, Harry van Biessum avait préparé en amont la journée en organisant une catégorie regroupant les archives sonores de la phonothèque pour lesquelles les droits de diffusion ont été accordés. Une centaine d’heures sont ainsi désormais accessibles sur Wikimedia Commons et peuvent être réutilisées.

Avant de rentrer de se lancer dans l’écoute participative des archives, une introduction sémantique a été amorcée par Sarah Casella Colombeau, docteure en science politique autour d’une thèse sur la surveillance des frontières après la création de l’espace Schengen (1953-2004).

Ont été abordés des enjeux de définition notamment autour des termes migrants vs réfugiés, étrangers vs immigrés à travers une approche tridimensionnelle : la description d’une réalité, le statut accordé par l’état et le ressenti de ces personnes. Dernier terme abordé, celui de l’exil, qui offre une des pages les plus fournies sur Wikipédia. Cette notion est sans aucun doute une des plus complexes à organiser pour mettre en relief les différentes dimensions évoquées. Des discussions, il ressort que bien que Wikipedia encourage la dualité des points de vue, la réflexivité est bien souvent une difficulté pour que les chercheurs en SHS valident les articles de Wikipedia.

Après un court débat amené par ces questions, une écoute collective a été proposée afin de présenter les différents corpus sélectionnés parmi les archives de la phonothèque de la MMSH :

>Italiens immigrés dans les quartiers Saint-Jean et Panier de Marseille

>Mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône

>Grecs d’Asie-Mineure réfugiés à Syros

Pour les archives sélectionnées par le CREM, la plateforme Telemeta a été présentée par Joséphine Simonnot, ingénieure du son. Elle a également expliqué concrètement comment utiliser le logiciel libre Audacity pour découper des extraits et éditer les métadonnées du fichier sélectionné. Wikimedia Commons préconise le format Ogg Vorbis , format libre offrant un taux de compression optimal. Un plan de nommage a également été établi au sein du groupe pour les extraits, se référant au numéro de l’entretien.

Après avoir été préparé le fichier et ses métadonnées, le fichier son est importé dans Wikimedia Commons. Voici quelques conseils récapitulés sous la forme d’un schéma :

 

Une fois importé, le fichier doit être décrit de manière classique par un titre, une date et un lieu d’enregistrement, des auteurs, une description,  et des catégories. Dans notre cas, les fichiers ont été rattachés à deux catégories : “Europeana Sounds edit-a-thons” et “Media donated by Maison méditerranéenne des sciences de l’homme”. La licence est sélectionnée parmi les Licences Creative Commons en fonction des droits attribués aux archives sonores utilisées. Les 3 collections de la MMSH proposées durant cette journée ont été placées sous licence  :

Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)

Une fois importé, l’extrait sonore peut être intégré dans un ou des articles de Wikipedia  grâce au module « insérer un média ».

A l’occasion de cette démonstration, un premier article a été enrichi dans Wikipedia, à partir de la collection des Italiens qui nous renseignent sur la vie du quartier du Panier. L’enrichissement concerne la rue la rue Lacydon, anciennement rue Bouterie, où étaient installées les familles de migrants italiens (navigateurs, pêcheurs et plongeurs) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Panier

Les participants ont ainsi pu contribuer à leur tour, tout au long de la journée, en sélectionnant des extraits par groupe, selon la thématique de leur choix. Les sujets retenus concernent en grande partie la ville de Marseille qu’il s’agisse des quartiers du Panier ou des Pierres-Plates (où a été construit le MuCEM), d’attestations de faits divers comme l’affaire du Combinatie (1952) ou encore de personnalités politiques comme Simon Sabiani et son opposant Henri Tasso.

Les témoignages de la communauté arménienne ont également servi à illustrer des articles sur le Camp Oddo à Marseille, leur installation à Martigues et la construction d’une église à La Cabucelle.

Enfin, les récits des réfugiés se Smyrne ont permis la création d’une fiche sur l’Orphelinat américain de Syros, éditée en bilingue avec un lien sur le Wikipedia grec.

A lire encore sur cette journée :
– Un autre compte-rendu de la journée est disponible sur le blog de l’association des anciens diplômés en archivistiques d’AMU.
– La page du projet Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Journ%C3%A9e_contributive_r%C3%A9cits_et_encyclop%C3%A9die
– Le Storify :

Crédits photographiques de l’image à la une : Les contributeurs en action, le 23 octobre 2015, photographie de V. Ginouvès.
  1. Le financement de la journée a été pris en charge par le programme Europeana Sounds []

Edit-a-thon « Récits et encylopédie – Storytelling and encyclopedia » – Programme/Program

On October 23rd, 2015 from 10:00 to 17:00 at the Mediterranean House of Human Sciences in Aix-en-Provence (room 10) will be organized an edit-a-thon in order to collaboratively enrich Wikipedia articles with sound recordings, either by indicating the links in notes or by illustrating articles with sound clips on the theme of refugees, mobilities and migrations by cutting the relevant parts of the historical recordings they explore and upload them afterwards.

It’s free to participate and open to all! Register only (limited places) – Libre et ouvert à tou.tes sur inscription (places limitées)

Le 23 octobre 2015, de 10h à 17h, a lieu à la MMSH à Aix-en-Provence (room 10) une journée collaborative ou « edit-a-thon » pour enrichir ensemble les articles sur la question des populations en mobilité, des réfugiés et des migrants, à partir de témoignages oraux. A partir de l’écoute de témoignages recueillis auprès de réfugiés ou de migrants du début du 20ème siècle, il s’agira de permettre à tou-te-s de tirer partie de la transmission orale, faire connaître les anonymes de l’histoire et initier de nouveaux contributeurs à utiliser le son en lien avec les articles.

Inscriptions closes

To go to MMSH / Aller à la MMSH

Clôture des inscriptions mardi 20 octobre  –  Closing registration Tuesday , October the 20th

Pour en savoir plus/To learn more in english /en langue anglaise  – en langue française/in french

Lire le récit cette journée/Read the storytelling

Programme/Program

10:00 – 10:15 : welcome coffee and arrivals
10:15 – 11:30 : partners speech, about mobilities lexicon by Sara Casella-Colombeau (post PHD LabexMed) and audacity training by Joséphine Simnonnot (LESC/CREM).
11:30 – 13:00 : contribution
13:00 – 14:00 : lunch
14:00 – 16:30 : contribution
16:30 – 17:00 : conclusion and debats

17:00 : end of the day

***

10h – 10h15 : bienvenue et café
10h15 – 11h30 : présentation des partenaires, le vocabulaire des mobilités par Sara Casella-Colombeau (post doc LabexMed), quelques mots sur l’usage d’audacity par Joséphine Simnonnot (CREM/LESC).
11h30 – 13h : contribution des participants sur wikipedia
13h – 14h : lunch
14h – 16h30 : contribution des participants sur wikipedia
16h30 – 17h : conclusion et échanges

17h : fin de la journée

This collaborative day is organized with the support of the Europeana Sounds project.

Journée collaborative organisée avec le soutien du programme européen Europeana Sounds.

Dans le cadre de / part of Ateliers numériques du Labexmed.

Thanks to reply / Merci de répondre à l’enquête bilan par formulaire Survey feedback

Voir aussi la page Facebook du projet

ou l’information  présentée sur le site de l’ADBS ou des CORIST

Credits: children from the Syros orphanage, christmas 1923, Cycladis historical archives. Public domain.

Storytelling and encyclopedia: edit-a-thon at the MMSH – Mobility, migration, refugees

The Research Centre of Ethnomusicology (CREM –  CNRS – Musée de l‘Homme) and the Sound Archive of the Mediterranean Social Science Center (MMSH)  in collaboration with Wikimedia France will host a Wiki edit-a-thon on October 23rd, 2015 from 10:00 to 17:00 at the Mediterranean House of Human Sciences in Aix-en-Provence as part of the Europeana Sounds project. This collaborative day is also part of the digital workshops of the LabexMed.

During the edit-a-thon participants will be supervised by volunteers from the Wikimedia Chapter France in order to appropriately enrich Wikipedia articles with sound recordings, either by indicating the links in notes or by illustrating articles with sound clips on the theme. Furthermore, the participants can donate to Wikimedia Commons on behalf of MMSH by finding the right excerpts from the audio collections that are not yet on Wikimedia. For instance, by cutting the relevant parts of the historical recordings they explore and upload them afterwards.

Underneath you can read what to expect if you’re going to pariticpate during the day. Further below you can have a look at all the collections that will be used during this edit-a-thon.

Register for this edit-a-thon here:
it’s free to participate and open to all!

What can you expect during the day?
– Participate in improving (and creating) Wikipedia articles
– Explore and understand the context of various sound collections from the MMSH and CREM record libraries
– Identify places, situations, anecdotes from the stories of the refugees and relate those to articles
– Donate content to Wikimedia Commons by uploading (parts of) audio archival material
– Meet local contributors to Wikipedia and connect with them for future publications
– Explore and make visible the stories of refugees throughout history
– Get to know the Mediterranean House of Human Sciences and their scientific activities

Read about the project in french.

Read about the collections underneath (in French)

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et le CREM – CNRS–Musée de l‘Homme disposent au sein de leurs services d’archive de plusieurs fonds qui pourront être utilisés lors de cette journée de contribution. Nous vous présentons ci-dessous les collections sonores dont les collections sont librement réutilisables pour effectuer des liens ou des citations avec les articles, la recherche sur la base à partir de mots-clés devrait vous aider à travailler sur les sujets qui vous intéressent et vous permettre d’identifier des articles à modifier ou des articles à créer avant votre venue le 23 octobre. Vous pouvez inscrire vos projets d’enrichissements ici : https://framacalc.org/Editathonsonore

Trois collections de la MMSH:

    • Mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône
      120h – 2006-2007 / Autorisation de réutilisation donnée par les témoins enregistré
      Ces enquêtes ont pour objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône (sept quartiers de Marseille, La Ciotat, Aix et le pays d’Aix, Martigues et la région de l’étang-de-Berre, Arles et la Camargue, et les Salins-de-Giraud) et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920.
      Traitement documentaire en langue française et accès aux fichiers son.

Credits: children from the Syros orphanage, christmas 1923,  Cycladis historical archives. Public domain.

Le témoin à l’écran : approches comparées

Les 13 avril l’UMR TELEMME (Aix-Marseille Université – CNRS), l’UMR LARHRA (UMR 5190 CNRS), le Centre Ceisme (CIM Paris EA1484), la Phonothèque et le Pôle Image, son, pratiques du numérique de la MMSH, le programme de Post-graduaçao Communication et Culture de la Faculté de Communication de Salvador de Bahia, le groupe de recherche Images et sociabilité de l’Université du Minas Gerais (Grupos de Pesquisa em Imagem e Sociabilidade – Gris), le groupe Médias, Mémoire et Amnésie de l’Université de Rio de Janeiro organisent une journées d’étude sur le thème « Le témoin à l’écran : approches comparées ». Cette journées se tient dans le cadre du programme « Patrimoine, images-médias identités » (PIMI), financé dans le cadre d’un projet international de coopération scientifique (PICS) du CNRS. La journée du 13 avril est ouverte à tou.te.s et sera suivi d’une réunion de travail restreinte, le 14 avril, pour mettre en place l’organisation du projet.

Date :13 avril 2015

Lieu : salle Paul-Albert Février

Horaires : 9h-18h

Le témoin à l’écran : approches comparées, programme

9h Accueil par Maryline Crivello, directrice de l’UMR TELEMME

Présidence de séance Vera Regina França (Minas Gerais)

9h20 Evelyne Cohen (LARHRA) et Itania Gomes (UFBA-POSCOM) coordinatrices France-Brésil du programme PIMI
9 h30 Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS) et Anne-Marie Granet (LARHRA) Le témoin à l’écran. Questionnements et perspectives.

10 heures François Jost (CIM-CEISME) Pour une typologie du témoignage télévisuel

10h30-11 heures pause

Présidence de séance Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS)

11 heures Itania Maria Mota Gomes e Juliana Freire Gutmann (Universidade Federal da Bahia) « Le témoin oculaire de l’histoire » ou celui qui « vit les faits du dedans au dehors »? La construction du reporter-témoin à la télévision brésilienne

11 heures 30 Marie-France Chambat Houillon(CIM-CEISME) La sincérité du témoin

12h Discussion

12h30 Déjeuner

13 h45 Reprise

Présidence de séance François Jost

14 h Vera Regina França e Graziela Mello Vianna (Universidade Federal de Minas Gerais)
Témoignages dans les médias: pluralité des voix ou stratégie mercantile? 

14h35 Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH- USR 3125) European sounds : donner à entendre le patrimoine sonore européen 
15 h Ana Paula Goulart (Universidade Federal do Rio de Janeiro) e Igor Sacramento (Fundação Oswaldo Cruz/ Universidade Federal do Rio de Janeiro) Témoignages de la répression et de la résistance: les images de télévision du Brésil en 1968 

15h35-15h50 Pause

Présidence de séance Anne-Marie Granet Abisset

16 h Djamel Achour Responsable de l’association Anonymal TV La télé au coeur de la cité. Autour du film Jas de Bouffan, reflets d’une mémoire

16h30 Sophie Gebeil (TELEMME, AMU-CNRS) Mémoires locales à l’ère de l’internet : l’association AnonymalTV

http://www.anonymal.tv/ et extraits du film de D. Achour http://www.anonymal.tv/web-tv/emissions/les…/item/reflet-d-une-me-moire

17 h- 17 heures 45  Discussion sur les interventions de la journée .

 

N.B La traduction du brésilien au français sera assurée par Mariana de Souza Gomes (CEISME)

Information sur la journée en langue portugaise.

 

Programme de travail de la journée du 14 avril :

Axes du projet

Présidence de séance Marie-France Chambat Houillon
9 h30 Evelyne Cohen Rappel du programme déposé  PIMI
9h50 Isabelle Gaillard Dimensions économiques : l’émergence et l’essor d’un genre stratégique dans l’économie des chaînes de télévision privée française: la série (des années 1980 à aujourd’hui)
10h15-10h45 Discussion
1/ De l’archive audiovisuelle à sa constitution en patrimoine
2/ Programmes de télévision et genres médiatiques comparés
3/ Etudes des formes télévisuelles de mise en récit et de mise en scène du témoignage
4/ Proposition de formation doctorale : L’atelier numérique des savoirs en sciences humaines et sociales
10h45-11h15 Pause
Présidence de séance Itania Gomes
11h15-11h30 Géraldine Poels (Ina)
11h30- 12 h30  propositions sur les différents axes-Responsables par axes

Présidence de séance Evelyne Cohen
14 heures-17 heures  Calendrier et organisation de PIMI

 

Crédits photographiques de l’image « à la une » : Convair/General Dynamics Plant and Personnel Corporation – F-102/F-106, 1955-1969, San Diego Air and Space Museum Archive. Pas de restriction de droits connues.

Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Le mardi 27 janvier, l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS –http://afas.revues.org) organise une rencontre autour du témoignage oral à travers les sciences humaines et sociales sous le titre « Nommer et définir les archives sonores : les témoignages enregistrés. Exemples méditerranéens » à Aix-en-Provence, MMSH.

Le terme « témoignage » est profondément polysémique; il traverse aujourd’hui plusieurs univers ou domaines professionnels : la confession de foi religieuse, l’enquête policière, le monde judiciaire et pénal, le journalisme, la littérature, la communication, les sciences humaines et sociales… L’AFAS s’intéresse plus particulièrement aux témoignages enregistrés, dans un cadre patrimonial, scientifique, pédagogique ou culturel.

De quelles appropriations le témoignage oral fait-il aujourd’hui l’objet, selon les différentes sciences sociales  Quelles pratiques et quels usages met-on en œuvre autour du témoignage ? Quelle valeur ou quel statut lui attribue-t’-on d’une discipline à l’autre ? Que veut-on faire et que fait-on lorsqu’on parle de recueillir, de collecter ou de constituer des témoignages oraux ?

Pour répondre à ces questions l’AFAS a demandé à Juliette Honvault (CNRS – IREMAM) de nous proposer une synthèse du séminaire qu’elle organise à la MMSH avec Ghilaine Alleaume (CNRS – IREMAM) sur le thème Statuts, valeurs et usages du témoignage dans le monde arabe et musulman. Deux expériences de collecte de témoignages filmés, dont les archives ont été déposées dans des phonothèques de la MMSH et de la BDIC, seront ensuite présentées celles des témoignages des coopérants français en Algérie par François Siino (CNRS – IREMAM) et des Algériens du Souf à Nanterre par Rosa Olmos (BDIC). Florence Descamps (EPHE, Présidente de l’AFAS) introduira et modèrera les échanges.

Titres des interventions :

François Siino :
« Le témoignage filmé : un entretien comme les autres ? »

Rosa Olmos
« Entretiens auprès des anciens habitants du bidonville de Nanterre, originaire du Souf. L’expérience de l’immigration et du retour. »

L’après-midi sera suivi d’une réunion des adhérents de l’association.

Lieu : MMSH, Aix-en-Provence, salle Paul-Albert Février

Horaires : 14h-17h

Avec le soutien du Pôle image/son, pratiques numériques de la MMSH (Aix-en-Provence).

 
Crédits photographiques : Mennonite Church USA Archives Follow Classroom in Toumghini, Algeria Caption: 1965. Girls gathered around teachers desk in classroom in Toumghini, Algeria. Citation: Mennonite Board of Missions. Photographs. Algeria, 1963-1965. IV-10-7.2 Box 1 Folder 24-25, Photo #6. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. 

Un documentaire sur la phonothèque de la MMSH

photogramme docu helen Entre mai et août 2013, Hélène Loukou, étudiante en bibliothéconomie à l’Université de Thessalonique en séjour Erasmus en France, a réalisé un film documentaire sur la phonothèque de la MMSH. Elle a été accompagnée dans son projet par Maria Zitaki, étudiante aux Beaux-arts à Marseille en séjour Erasmus également, et par Frédéric Porta, infographiste. Merci à eux de nous raconter comment la vie de la phonothèque et de ses collections.

 

Je profite de ce billet pour remercier tou(te)s celles et ceux qui ont travaillé à la phonothèque, pour de petites ou de longues périodes, et qui l’ont enrichie de leur créativité et de leur expérience. Bonne route à chacun(e) !

Une matinée sur Zotero, compte-rendu

Le 23 juin 2011, une matinée de formation sur Zotero a été organisée à la MMSH, dans le cadre du Pôle image-son, pratiques du numériques en SHS. Les présentations avaient pour objectif de faire connaître de façon rapide et concrète les possibilités qu’offre ce logiciel de bibliographie pour les différentes disciplines des sciences humaines et sociales à une cinquantaine de chercheurs et de doctorants. C’est le compte-rendu de cette matinée que vous allez pouvoir parcourir, suivi d’une synthèse des réponses des formateurs aux questions de l’auditoire qui ont permis d’ouvrir largement ouvert les discussions..

Anne Mailloux, Maître de Conférences au département Histoire Université de Provence, LAMM, présentait la façon dont elle a intégré Zotero dans son travail de recherche. Lors du lancement d’un projet ANR, elle recherchait des outils électroniques facilitant ce travail collectif. Elle a ouvert un carnet de recherche conçu comme espace d’échange, Les carnets de Gouvaren, sur la plateforme Hypothèses, et elle s’est tournée vers Zotero, après avoir suivi une formation URFIST sur le thème « Gérer la bibliographie et la partager ». Selon elle, l’intérêt principal de ce gestionnaire (outre sa gratuité) est de pouvoir se dégager des contraintes du poste de travail fixe : à partir de son compte Zotero sur Firefox et n’importe où l’on se trouve, il est possible de se connecter et de récupérer ses données. Après deux ans de pratique intensive, et plus de 500 références bibliographiques, soit l’équivalent de 25 pages de bibliographie, elle a attiré l’attention de l’auditoire sur quelques points majeurs.

Tout d’abord, elle est revenue sur la fonction de synchronisation entre l’ordinateur et son espace sur le serveur Zotero qu’elle exploite systématiquement. Anne Mailloux a mis en garde l’auditoire sur l’ivresse de la récupération des notices : si simple qu’elle soit, elle ne doit pourtant pas occulter que l’espace en ligne affecté à chaque utilisateur de Zotero demeure limité. En effet, Zotero permet sans difficulté de télécharger le fichier PDF en ligne et de l’associer à la notice bibliographique. Le document est alors archivé dans le dossier Zotero sur son ordinateur ordinateur. Mais lors de la synchronisation en ligne les PDF sont copiés sur l’espace utilisateur qui est très vite saturé. S’il est possible d’acheter de l’espace mémoire supplémentaire, Anne Mailloux a préféré paramétrer les préférences Zotero pour exclure les documents joints de la synchronisation. Elle stocke cette bibliothèque numérique sur un disque externe qu’elle relie à sa machine personnelle et en donne le chemin précis dans un champ idoine de la notice. Cette solution nécessite cependant beaucoup de rigueur et d’organisation logistique.

Elle a présenté ensuite sa méthode de récupération de données en appelant à la plus grande vigilance sur la qualité des données. Ainsi, les récupérations de notices sur le Sudoc, la BnF et plusieurs bibliothèques universitaires allemandes (ici à Tübingen), bien qu’avantageuseS en termes de temps, ont révélé des incohérences dans le rapatriement et ont nécessité beaucoup de corrections. Par exemple, la référence bibliographique de l’enquête générale conduite par Leopardo da Foligno en Provence orientale au 14e siècle récupérée à partir de deux ressources différentes n’est pas intégrée de la même façon. Dans l’une, Leopardo da Foligno est enregistré comme auteur avec les éditeurs scientifiques du document ; dans l’autre, il est inclus avec l’éditeur dans le titre et le champ « Auteur » reste vide. Elle a donc dû corriger manuellement les notices et préciser les différentes fonctions des auteurs. Dans d’autres cas, c’est le type de document qui est différent alors que la référence décrit le même article. Si ces incohérences existent entre plusieurs réservoirs sans être trop choquantes, elles se retrouvent aussi au sein d’une même institution, résultats de l’histoire de la ressource et témoins du travail éventuel de plusieurs catalogueurs successifs. Il faudra alors choisir parmi toutes les versions possibles la plus complète ou la plus juste, quitte à compléter manuellement la notice bibliographique.

Globalement, Anne Mailloux est plutôt satisfaite des fonctions d’affichage de Zotero qui lui permettent de trier sa bibliographie par nom d’auteur, par titre ou par tout autre champ dans les limites de visibilité données par la fenêtre centrale. Une limite du logiciel est que trier et éditer une bibliographie est actuellement le seul moyen d’identifier des doublons et les erreurs d’enregistrement toujours possibles. Il convient alors de supprimer ou de retravailler manuellement les notices erronées. Elle utilise les styles en usage dans les sciences historiques référencés par le site La boîte à outil des historiens. Au total, et malgré les réserves dues à la vérification des notices importées, Zotero permet à son avis de référencer de façon souple et rapide une grande masse de matériel bibliographique.

Après avoir présenté les grandes lignes du fonctionnement de Zotero, Jean-François Rivière, chargé d’édition au Cléo, a expliqué comment circulaient les données et le rôle essentiel des traducteurs dans ce logiciel. Il est, certes, toujours possible d’alimenter une bibliographie par saisie manuelle dans Zotero puisque le logiciel propose des grilles propre à chaque type de document mais son intérêt est d’offrir des solutions d’import de notices qui permettent un gain de temps appréciable.Jean-François Rivière a expliqué comment les traducteurs était au centre de la mécanique de circulation des données. 


339 traducteurs différents sont livrés avec Zotero, il y en a par exemple pour Amazon, Archive.org, PubMedCentral… Ils sont développés par l’équipe de maintenance de Zotero ou par toute institution qui veut en créer un le plus adapté à la structure de ses propres données. Chaque nouveau traducteur est soumis à Zotero qui l’intègre après validation dans les mises à jour du logiciel. Au travers d’exemples Jean-François Rivière a démontré l’importance de ces traducteurs. Il est essentiel que les éléments de la description bibliographique soient structurés pour être repérées et lues par les traducteurs et finalement récupérées dans Zotero. Par défaut, Zotero exploite le traducteur élémentaire RDF1, c’est par exemple celui qu’a choisi la plateforme Cairn. La récupération d’informations bibliographiques depuis cette ressource offre des résultats variables selon que l’on rapatrie les données d’un article seul (la date n’est pas enregistrée) ou de plusieurs articles d’un même numéro de revue (avec le numéro de volume et sa pagination). Avec le traducteur COinS-ContextObjects in Spans, largement exploité par les catalogues de bibliothèques, Persée permet le téléchargement d’informations plus riches, sans toutefois donner d’informations périphériques à la référence bibliographique. Mais attention, le fichier PDF fourni est particulièrement lourd, et les fonctions des auteurs doivent être corrigées manuellement. De son côté, Revues.org a choisi de soigner tout particulièrement le développement de son traducteur. Basé sur le traducteur COinS, il s’enrichit des métadonnées ajoutées à la description élémentaire de l’article et offre ainsi des références importées très complètes. Des essais de récupération de références réalisés à partir d’articles de la Revue européenne des migrations internationales qui se trouve sur les trois plateformes Cairn, Persée et Revues.org démontrent l’efficacité du système : outre les éléments de base de la référence bibliographique, importés fort justement dans les champs correspondants (ce n’est pas le cas partout !), on importe les mots-clés, la langue, le sommaire de l’article dans les notes, plus une copie locale de l’article et une version en PDF.

Reste que l’outil pourrait encore être amélioré, notamment pour permettre de récupérer les informations relatives à un numéro de revue et pas seulement à ses articles. Un projet (un peu fou 😀 ) serait de sémantiser les bibliographies citées dans les articles pour les récupérer dans Zotero. En général, le temps de récupération des informations dépend de la richesse des données et de la présence ou non d’un fichier PDF.

Difficile de résumer l’intervention de Gabriel Gallezot, très pédagogique et constamment illustrée d’exemples, il conviendra de compléter ce bref résumé de son cours à l’URFIST. Il est d’abord revenu sur les grand principes de Zotero, soit sa facilité d’utilisation et sa facilité d’installation. Une fois installé sur sa machine, le logiciel se présente sous la forme d’une petite icône qui permet de s’ouvrir et de se fermer sous Firefox. Actuellement, c’est toujours sous ce navigateur que Zotero fonctionne mais une version « Stand alone » (indépendante du navigateur) est en cours de test.

Afin que chacun puisse se constituer sa propre méthodologie de travail pour la saisie des références bibliographiques, Gabriel Gallezot a proposé trois méthodes, fonctionnant par élimination qu’il suggère de sélectionner en fonction de la consultation des ressources :

  • Dossier : un clic sur l’icône « dossier » dans la barre de navigation permet de récupérer un ensemble de notices issues d’une recherche (icône jaune « Enregistrer vers Zotero »)
  • Réference : un clic sur l’icône « référence » dans la barre de navigation permet de récupérer une notice (icône bleue « Enregistrer vers Zotero »)
  • Export : certains sites proposent des fonction d’export avec des formats spécifiques.

Des exemples ont été pris sur différents sites comme :

  • le SUDOC : Il est possible de récupérer les notices par dossier, par référence mais pas par export.
  • HAL SHS : Sur ce site, la récupération par dossier est impossible mais par contre elle l’est par référence et export (format Bibtech).

Quel que soit le choix de la méthode de récupération, il convient d’être vigilant sur les données engrangées, et ce quel que soit le système. En effet, suivant le soin apporté aux métadonnées des différents sites, les champs dans Zotero seront renseignés de façon plus ou moins « propre ». Par exemple, dans HAL, le résumé est récupéré dans le champ « Extra » ou encore, on note que pour CAIRN, même si la récupération par dossier est possible, il vaudra mieux utiliser la fonction d’export car la qualité des données sera meilleure. Une fois les références récupérées, il faudra manuellement les enrichir si il manque des informations.

En général, il conviendra dans la rubrique « Préférences » de décocher les case « Récupérer le PDF » ainsi que la capture d’écran. Il vaudra mieux choisir de le faire volontairement afin de permettre un enregistrement plus rapide des références (un PDF pèse entre 100Ko et 10Mo et sur un ensemble de référence cela peut interrompre le transfert) et de ne pas alourdir la synchronisation.

Gabriel Gallezot a repris toute la procédure de la saisie d’une notice avec l’auditoire en y ajoutant le nettoyage des données et les compléments que l’on peut lui ajouter (le PDF mais aussi les notes, les mots clés, les documents connexes, les liens entre les références bibliographiques …). Il a montré brièvement quelques astuces :

– comment utiliser l’espace central de tri sur la date d’ajout pour sélectionner les dernières intégrations ;

– savoir être vigilant sur la fenêtre de saisie souvent trop réduite qui ne permet pas de visualiser l’entrée prénom ;

– repérer où se trouve le fichier « zotero.sqlite » éminemment important puisqu’il contient l’essentiel de nos données (informations sur les items, notes, marque-pages) et pouvoir le lire avec un outil comme SQLite Browser ;

– repérer également le dossier « storage » qui contient les documents attachés (PDF, captures d’écran, fichiers audio ; en bref, tous les fichiers que l’on a pu importer) ;

– comprendre comment mettre en public et partager ou au contraire rendre privées sa bibliographie – et publier ou non ses notes ;

– permettre ou pas aux moteurs de recherche généraliste de référencer sa bibliographie en ligne.

Il a terminé sur l’importance de la sauvegarde de sa bibliographie, facilitée par la fonction d’export et la mise en partage. Il faudra régulièrement exporter ses références en zotero.rdf. Le fichier pourra alors être réimporté dans un autre Zotero pour partager des références bibliographiques.

 

Questions / réponses

Peut-on récupérer les références bibliographies dans les articles en ligne ?

Récupérer des références bibliographiques saisies dans un article publié en ligne n’est possible que si des métadonnées ont été insérées dans le corps du texte, encapsulées dans la bibliographie avec des balises RDF. Le « traducteur » pourra alors récupérer la bibliographie de l’article. Nous entrons là dans les méthodes de ce qui est appelé aujourd’hui le « web sémantique » qui utilise des micro formats ou des micro datas. Actuellement, Revues.org travaille avec un laboratoire d’informatique de l’université d’Avignon sur du data minning. L’objectif est d’extraire du texte des références bibliographique à partir d’algorithmes qui parcourent le texte et essaient d’en extraire les différentes parties. Pour cela, les algorithmes ont besoin d’interroger une base de connaissance (de type Crossref) et de récupérer les DOI . Un autre type de développement envisagé est de rajouter des balises RDFA.

Jusqu’ici j’ai saisi ma bibliographie dans un traitement de texte, est-ce que je peux la récupérer facilement avec Zotero ?

Cette question inévitable dans les formations Zotero est particulièrement récurrente chez le doctorant de 3e année… Hélas, récupérer des références bibliographiques saisies dans un traitement de texte n’est pas possible simplement, c’est finalement le même problème que la récupération des références dans les articles publiés en ligne. Il faudrait que des métadonnées aient été insérées dans le corps du texte, encapsulées dans la bibliographie avec des balises RDF. Si ce n’est pas le cas, une solution peut-être de trouver des parseurs, des filtres, bref des outils qui soient capables de détecter un titre, un auteur., un éditeur… L’outil magique n’existe pas et à l’heure actuelle aucun n’est fiable à 100%. Le meilleur moyen est encore de s’organiser pour tout reprendre : coller un titre dans Google Scholar et le récupérer de façon automatique dans Zotero. Il existe un outil en ligne, wizfolio qui permet d’importer des bibliographies formatées, en fonction du style choisi et surtout en fonction de la régularité du style bibliographique ; une seule erreur et le parseur dysfonctionne. Pour préparer l’import d’une bibliographie la fonction chercher/remplacer peut être intéressante pour intégrer des balises qui peuvent améliorer le passage du parseur. Beaucoup s’y sont cassés le nez.

Peut-on générer automatiquement une bibliographie à partir d’un PDF ?

Le problème est toujours le même que pour les précédentes questions, cela dépend de la qualité des métadonnées du PDF mais dans ce cas, pour le vérifier il faudra avoir installé pdffulltext et pdf info.

Qu’est-ce qu’un DOI ?

DOI signifie digital object identifier  (http://www.doi.org/). Le DOI est né d’une question récurrente : comment gérer les changements d’URL ? En effet, il y a un problème avec les URL (Uniform Resource Locator) des ressources électroniques, car elles ont plusieurs fonctionnalités qui entraînent des confusions. En effet, l’URL est une adresse qui à la fois localise une ressource mais aussi l’identifie. Pourtant, si une revue change de plateforme, les articles changent d’URL alors que les contenus vont rester les mêmes. Le problème se complexifie si un article est diffusé sur plusieurs plateformes. Avec le DOI, bien que diffusé sur plusieurs plateformes, un document aura toujours un seul identifiant mais autant d’URL que de plateforme de consultation.Des agences d’enregistrement se sont créées de type Crossref, permettant d’enregistrer des DOI. Un DOI pour un article récent vaut 1 dollar, si l’article a plus de deux ans, il coûtera 20 cents. Une revue ou une plateforme fait une demande de DOI auprès de Crossref et un identifiant est ainsi rattaché à plusieurs localisations.  Le Cléo assure l’acquisition de DOI pour les articles des revues hébergées sur sa plateforme Revues.org qui en font la demande. C’est sur le site http://www.doi.org que se résolvent les DOI. Ainsi, pour un article sont indiquées les différentes URL où il pourra être lu. Cette mécanique a pour objectif de garantir une pérennité des références. Revues.org le fait pour les revues qui le demandent. Le DOI devrait améliorer la recherche dans les bibliographies grâce au crosslinking qui permet de compter les références, se transformant ainsi en un outil de bibliométrie. En effet, Crossref impose aux éditeurs qu’un article qui possède un DOI est tenu de donner un DOI à toutes les références bibliographiques citées. Le projet de sémantisation des références lancé par Revues.org est donc très important puisque apparaîtrait un lien cliquable vers les DOI, donc vers la citation des articles.

Peut-on générer des listes d’auteurs ou des listes de périodiques à partir de ses références bibliographiques ?

Zotero ne permet pas spécialement d’effectuer ce type de manipulation mais il est toujours possible d’exporter un catalogue de ses références bibliographiques en sélectionnant des tris de données différents.

Vous avez signalé que Zotero était compatible avec Jstor et Muse, qu’en est-il de Science Direct ?

Science direct est compatible avec Zotero même si ce n’est pas automatique. Un test rapide montre qu’il est possible de récupérer des notices ou des sélections de résultats (par lots de 50 notices) sous plusieurs formats (RIS, REFWORKS, ASCII, Bibtech). Une fois le fichier exporté et enregistré sur sa machine, il convient de les importer dans Zotero (fonction « importer »).

Dans le cas de ScienceDirect, les métadonnées et les balises de description de la ressource (RDF-Resource Description Framework) sont encapsulées, rendant impossible toute extraction d’information.

Est-il possible d’effectuer des corrections par lot ?

Non, et c’est un des défauts de Zotero, la fonctionnalité « corrections par lot » n’existe pas. Par contre il est toujours possible d’extraire des sélections de références, de les copier dans un fichier excel, de les corriger puis de les réimporter.

En tant qu’éditeur d’une revue électronique, doit-je proposer une feuille de style spécifique à laquelle on renvoie les auteurs des articles pour leurs références bibliographiques ?

Les revues qui souhaitent proposer un style spécifique doivent fabriquer et maintenir leur feuille de style. En juin 2011, 1 606 CSL (creating_citation_styles) étaient accessibles sur la pagehttp://www.zotero.org/styles.Le conseil des formateurs est plutôt de se rapprocher le plus près d’un standard, ne pas chercher à se différencier mais renvoyer vers le style qui convient le mieux à la revue en le citant avec précision. Certaines revues choisissent un style puis le renomment, mais cela ne permettra pour autant de le faire évoluer avec les mises à niveau de Zotero2. Un autre conseil, est de sélectionner un style qui existe à la fois sur endnote et sur Zotero pour faciliter le travail des auteurs qui ont tous des usages différents. Il est bien sûr toujours possible de créer ses propres styles…, Zotero donne des indications sur la façon de les créer sur sa page styles de citation.  A noter, lorsque l’internaute passe la souris sur un style il peut visualiser le genre du style, une astuce bien pratique…

L’éditeur de la revue donnera alors un fichier formaté qui s’intégrera directement dans Zotero. L’ajout d’un style supplémentaire se fait simplement par glisser/déposer du nouveau style dans une fenêtre ouverte de Zotero.

Parmi toutes les feuilles de style, une d’entre elles devrait intéresser la communauté des chercheurs francophones en SHS : récemment été créée par et pour les historiens français, elle est signalée sur La boîte à outils de l’historien http://www.boiteaoutils.info/2011/06/styles-francais-de-citation-sous-zotero.html

Et si je me suis trompé dans le choix du style de bibliographie ou de mes notes, puis-je facilement le modifier ?

A tout moment, il est possible de changer de style c’est un des principaux intérêts de ce logiciel : les changement de styles sont possibles à tout moment, qu’il s’agisse de l’affichage de la bibliographique comme de l’appel de citation puisque le logiciel le gère automatiquement. Pour l’utiliser, il faudra d’abord installer zotero word processor plugin en ayant pris soin de fermer son traitement de texte et en conservant son navigateur Firefox ouvert. Ce plugin permet d’aller chercher des références bibliographiques dans la base de données (sous réserve que Firefox et donc Zotero soit ouverts, mais il est possible de travailler en mode non connecté), et selon le style choisi, de générer automatiquement les appels à citation, éventuellement des références abrégées en notes de bas de page, puis d’élaborer la liste complète des référence. Le style pourra être modifié à la demande, avec facilité sans intervenir dans le texte, pour répondre aux contraintes des éditeurs et des revues.

Lorsque l’on synchronise sa bibliographie, synchronise-t-on en même temps les PDF joints ?

Oui, au moment de la synchronisation, tout est accessible en ligne. Aussi, il faut être vigilant sur les droits liés aux PDF. Rares sont ceux qui peuvent être librement diffusés. Cela dit, seul 100Mo sont gratuits, l’espace supplémentaire est payant : il est donc impossible d’accumuler les PDF sans s’en rendre compte rapidement.

Zotero permet-il de saisir des données audiovisuelles ?

Oui. La liste des types de documents audiovisuels permet de sélectionner plusieurs termes : podcast, émission de TV, émission de radio, vidéo, film, interview, enregistrement audio, enregistrement vidéo.

Peut-on récupérer des bibliographies depuis Endnote ?

Il était auparavant possible de récupérer des bibliographies depuis EndNote. Toutefois, depuis le procès (perdu) de la société qui développe EndNote contre Zotero parce qu’il permettait de lire le format propriétaire de ses fichiers, l’intégration est devenu impossible.

Zotero permet-il de saisir des références dans des langues non latines ?

Oui, Zotero est développé en unicode et il permet donc récupérer des notices dans toutes les langues. Toutefois, si la page la web depuis laquelle on récupère la référence bibliographique n’est pas encodée en unicode, cela ne pourra pas fonctionner. Parfois, il y a des soucis ponctuels. Par exemple sur CAIRN il y a longtemps eu des problèmes avec les accents qui semblent s’être résolus récemment. 

Zotero est-il compatible avec Calames ?

Actuellement, Zotero n’est pas compatible mais il faut le demander à l’ABES qui fait constamment évoluer Calames.

Doit-on toujours être connecté pour utiliser Zotero ?

Pas du tout, il suffit d’ouvrir son navigateur en mode « non connecté ». Le lien avec les fichiers textes ou PDF se fera mais pas la synchronisation qui ne peut se mettre en route qu’avec la connexion.

Peut-on choisir son export en XML ?

Oui, plusieurs choix d’exports sont possibles, dont la DTD de MODS.

Peut-on afficher en ligne son paramétrage ?

Non ni le paramétrage ni le mode recherche ne sont accessibles en ligne. C’est un des défauts de Zotero qui sur ce plan a un concurrent d’importance avec le logiciel Mendeley, bien meilleur sur l’interface web. A noter, le dédoublonage n’est pas non plus automatisé. C’est aussi un défaut important qui n’est actuellement pas prévu sur la roadmap du logiciel à brève échéance.

Compte-rendu rédigé par Blandine Nouvel et Véronique Ginouvès.

Crédits photographiques : Femme portant un diadème, photographie peinte à la main sur plaque de verre par Serge Vargassoff (1906-1965), image prise entre 1910 et 1940. Collection du musée Powerhouse (Australie). Don de Vera Vargassoff en 2010. Pas de restrictions de droit connues.  Permalien : www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=415100

  1. RDF, ou Ressource Description Framework, développé par le consortium W3C, est un langage de base du web sémantique. Son objectif est de décrire de façon formelle les ressources Web et leurs métadonnées. []
  2. L’usage semble pourtant courant puisque sur les 1 606 styles, seuls 384 sont uniques – Pour les visualiser, sélectionner « Show only unique styles ». []

Voyage sonore dans la mémoire orale du Luberon

Il est toujours plaisant d’entendre une mémoire livrée généreusement avec modestie, simplicité et joie. C’est le cas dans l’une des enquêtes sur l’Histoire et la culture locales en Luberon, réalisée par Nicole Thevenet en 1979. Ces enquêtes ont été réalisées dans le cadre d’une commande de l’Office régional de la culture de Marseille1 sur l’histoire et la culture locales en Provence. Pour répondre à cette commande plusieurs étudiants de l’université de Provence sont intervenus sur différentes zones géographiques. L’enquêtrice a travaillé sur le territoire du Luberon. Les entretiens s’échelonnent de novembre 1977 à avril 1980 auprès des communautés protestantes et catholiques principalement de trois villages du Luberon, Cucuron, Mérindol et Saint-Martin-de-la-Brasque. L’étude aborde l’ensemble des aspects de la vie villageoise : sociabilité, vie culturelle, vie religieuse. Les personnes rencontrées apportent, avec une joie manifeste, des détails de la vie quotidienne au temps de leur enfance, sur l’agriculture, la religion, la configuration du paysage, leur attachement au provençal. C’est le cas de cette enquête où le témoin, une dame du village de Mérindol, visite ses souvenirs avec tendresse, émotion et visiblement avec plaisir. Il faut entrer dans ce récit, dont le temps a usé la qualité sonore, comme on pousserait une végétation envahissante pour retrouver un ancien chemin, les murs d’un ancien village ensoleillé. S’appuyant parfois sur des cahiers dans lesquels elle a transcrit ses trésors de mémoire, l’informatrice – comme une enfant sauterait d’un rocher à l’autre pour traverser un torrent – évoque la vie quotidienne au village au grès des souvenirs émergeants. Sa parole coule comme source, soutenue par un voisin, un autre enfant du village, présent à l’entretien, oreille attentive à cette mémoire partagée. L’enquêtrice ne pose quasiment aucune question, elle écoute. Vient le poème commencé par le grand-père berger, pour louer la beauté du hameau des Borrys (commune de Puget). Une émotion passe, rapide et légère, lorsque la voix se noue sur une dernière strophe évoquant l’ancienne gare :

La petite station appelée maisonnette,

vient de se voir détruire ne laissant sur son sol,

qu’un superbe platane ayant l’air de nous dire :

 »je voudrais bien rester pendant longtemps encore ».

Mais pour en terminer avec ce bavardage,

dont les jeunes aujourd’hui en comprendraient zéro,

je vais donc arrêter en répétant encore,

que les vieux souvenirs apaisent tous les maux. 

L’entretien livre les souvenirs personnels sur les anciennes filatures, la récolte des olives, les farandoles, le carnaval. Finalement, au cœur de son entretien, la dame de 84 ans chante, de sa belle et gracieuse voix, quelques couplets de sa chanson aimée, O Magali. Elle chante pour elle, pour l’enquêtrice, pour son voisin, et pour nous aujourd’hui.

Ces enquêtes de Nicole Thevenet s’inscrivent dans une série de corpus issus d’époque et de discipline diverses qui explorent ce territoire provençal. Elles apportent, à leur échelle, des compléments d’information sur les conditions de vie villageoises et paysannes de la fin du 19e et début du 20e siècle, les anciens métiers, les relations inter communautaires, aux côtés des autres corpus sur la Provence, disponibles à la phonothèque de la MMSH. Citons par exemple les enquêtes réalisées par l’association Alpes de Lumière sur le patrimoine immatériel de Haute-Provence, celles dirigées par Jean-Noël Pelen sur le Pays d’Arles par ses gens ou encore celles sur les Gens du Val Germanasca enquêtés par Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour et Mariano Fresta. Ce sont autant d’occasions d’écouter les témoignages oraux d’expériences vécues dans le midi.

Ce travail nous a permis de découvrir d’autres enquêtes orales réalisées par Nicole Thevenet dans le cadre de sa thèse De l’histoire à la légende : les régions vaudoises françaises. Ou existe-t-il un légendaire historique des régions vaudoises françaises ?2 qui pourraient aussi être déposées à la phonothèque. Mais que sont devenues les autres enquêtes orales enregistrées dans le cadre de l’office régional de la culture de Marseille ? Ces témoins ont accepté d’être enregistrés pour transmettre et leurs voix ont disparues, peut-être les retrouverons nous au fil du temps si les supports résistent encore un peu…

Crédits photographiques : La Spirale d’Oliviers. (Provence. 2005) Photographie de Guy Hervais, 2005. Photographie sous GNU free documentation licence.

 

 

  1. L’office régional de la culture de Marseille a été créé en 1976 dans la dynamique de la création des régions en France en 1973. C’est Michel Pezet qui fonde et préside cette association qui va évoluer au fil du temps []
  2. Thèse de 3ème cycle Histoire et Civilisations, sous la direction de Philippe Joutard, Aix-en-Provence, 1986. 2 vol. Cote de la Médiathèque MMSH : MT-23629 []