Archives du mot-clé MMSH

photogramme docu helen

Un documentaire sur la phonothèque de la MMSH

photogramme docu helen Entre mai et août 2013, Hélène Loukou, étudiante en bibliothéconomie à l'Université de Thessalonique en séjour Erasmus en France, a réalisé un documentaire sur la phonothèque de la MMSH. Elle a été accompagnée dans son projet par Maria Zitaki, étudiante aux Beaux-arts à Marseille en séjour Erasmus également, et par Frédéric Porta, infographiste. Merci à eux de nous raconter comment la vie de la phonothèque et de ses collections.

 

Je profite de ce billet pour remercier tou(te)s celles et ceux qui ont travaillé à la phonothèque, pour de petites ou de longues périodes, et qui l'ont enrichie de leur créativité et de leur expérience. Bonne route à chacun(e) !

Une matinée sur Zotero, compte-rendu

Le 23 juin 2011, une matinée de formation sur Zotero a été organisée à la MMSH, dans le cadre du Pôle image-son, pratiques du numériques en SHS. Les présentations avaient pour objectif de faire connaître de façon rapide et concrète les possibilités qu'offre ce logiciel de bibliographie pour les différentes disciplines des sciences humaines et sociales à une cinquantaine de chercheurs et de doctorants. C'est le compte-rendu de cette matinée que vous allez pouvoir parcourir, suivi d'une synthèse des réponses des formateurs aux questions de l'auditoire qui ont permis d'ouvrir largement ouvert les discussions..

Anne Mailloux, Maître de Conférences au département Histoire Université de Provence, LAMM, présentait la façon dont elle a intégré Zotero dans son travail de recherche. Lors du lancement d’un projet ANR, elle recherchait des outils électroniques facilitant ce travail collectif. Elle a ouvert un carnet de recherche conçu comme espace d’échange, Les carnets de Gouvaren, sur la plateforme Hypothèses, et elle s’est tournée vers Zotero, après avoir suivi une formation URFIST sur le thème "Gérer la bibliographie et la partager". Selon elle, l'intérêt principal de ce gestionnaire (outre sa gratuité) est de pouvoir se dégager des contraintes du poste de travail fixe : à partir de son compte Zotero sur Firefox et n'importe où l'on se trouve, il est possible de se connecter et de récupérer ses données. Après deux ans de pratique intensive, et plus de 500 références bibliographiques, soit l’équivalent de 25 pages de bibliographie, elle a attiré l'attention de l'auditoire sur quelques points majeurs.

Tout d’abord, elle est revenue sur la fonction de synchronisation entre l’ordinateur et son espace sur le serveur Zotero qu’elle exploite systématiquement. Anne Mailloux a mis en garde l'auditoire sur l’ivresse de la récupération des notices : si simple qu'elle soit, elle ne doit pourtant pas occulter que l’espace en ligne affecté à chaque utilisateur de Zotero demeure limité. En effet, Zotero permet sans difficulté de télécharger le fichier PDF en ligne et de l’associer à la notice bibliographique. Le document est alors archivé dans le dossier Zotero sur son ordinateur ordinateur. Mais lors de la synchronisation en ligne les PDF sont copiés sur l’espace utilisateur qui est très vite saturé. S’il est possible d’acheter de l’espace mémoire supplémentaire, Anne Mailloux a préféré paramétrer les préférences Zotero pour exclure les documents joints de la synchronisation. Elle stocke cette bibliothèque numérique sur un disque externe qu'elle relie à sa machine personnelle et en donne le chemin précis dans un champ idoine de la notice. Cette solution nécessite cependant beaucoup de rigueur et d'organisation logistique.

Elle a présenté ensuite sa méthode de récupération de données en appelant à la plus grande vigilance sur la qualité des données. Ainsi, les récupérations de notices sur le Sudoc, la BnF et plusieurs bibliothèques universitaires allemandes (ici à Tübingen), bien qu’avantageuseS en termes de temps, ont révélé des incohérences dans le rapatriement et ont nécessité beaucoup de corrections. Par exemple, la référence bibliographique de l’enquête générale conduite par Leopardo da Foligno en Provence orientale au 14e siècle récupérée à partir de deux ressources différentes n’est pas intégrée de la même façon. Dans l’une, Leopardo da Foligno est enregistré comme auteur avec les éditeurs scientifiques du document ; dans l’autre, il est inclus avec l’éditeur dans le titre et le champ « Auteur » reste vide. Elle a donc dû corriger manuellement les notices et préciser les différentes fonctions des auteurs. Dans d'autres cas, c’est le type de document qui est différent alors que la référence décrit le même article. Si ces incohérences existent entre plusieurs réservoirs sans être trop choquantes, elles se retrouvent aussi au sein d’une même institution, résultats de l’histoire de la ressource et témoins du travail éventuel de plusieurs catalogueurs successifs. Il faudra alors choisir parmi toutes les versions possibles la plus complète ou la plus juste, quitte à compléter manuellement la notice bibliographique.

Globalement, Anne Mailloux est plutôt satisfaite des fonctions d’affichage de Zotero qui lui permettent de trier sa bibliographie par nom d'auteur, par titre ou par tout autre champ dans les limites de visibilité données par la fenêtre centrale. Une limite du logiciel est que trier et éditer une bibliographie est actuellement le seul moyen d’identifier des doublons et les erreurs d’enregistrement toujours possibles. Il convient alors de supprimer ou de retravailler manuellement les notices erronées. Elle utilise les styles en usage dans les sciences historiques référencés par le site La boîte à outil des historiens. Au total, et malgré les réserves dues à la vérification des notices importées, Zotero permet à son avis de référencer de façon souple et rapide une grande masse de matériel bibliographique.

Après avoir présenté les grandes lignes du fonctionnement de Zotero, Jean-François Rivière, chargé d'édition au Cléo, a expliqué comment circulaient les données et le rôle essentiel des traducteurs dans ce logiciel. Il est, certes, toujours possible d'alimenter une bibliographie par saisie manuelle dans Zotero puisque le logiciel propose des grilles propre à chaque type de document mais son intérêt est d'offrir des solutions d’import de notices qui permettent un gain de temps appréciable.Jean-François Rivière a expliqué comment les traducteurs était au centre de la mécanique de circulation des données. 


339 traducteurs différents sont livrés avec Zotero, il y en a par exemple pour Amazon, Archive.org, PubMedCentral… Ils sont développés par l’équipe de maintenance de Zotero ou par toute institution qui veut en créer un le plus adapté à la structure de ses propres données. Chaque nouveau traducteur est soumis à Zotero qui l’intègre après validation dans les mises à jour du logiciel. Au travers d’exemples Jean-François Rivière a démontré l’importance de ces traducteurs. Il est essentiel que les éléments de la description bibliographique soient structurés pour être repérées et lues par les traducteurs et finalement récupérées dans Zotero. Par défaut, Zotero exploite le traducteur élémentaire RDF1, c’est par exemple celui qu’a choisi la plateforme Cairn. La récupération d’informations bibliographiques depuis cette ressource offre des résultats variables selon que l’on rapatrie les données d’un article seul (la date n’est pas enregistrée) ou de plusieurs articles d’un même numéro de revue (avec le numéro de volume et sa pagination). Avec le traducteur COinS-ContextObjects in Spans, largement exploité par les catalogues de bibliothèques, Persée permet le téléchargement d’informations plus riches, sans toutefois donner d’informations périphériques à la référence bibliographique. Mais attention, le fichier PDF fourni est particulièrement lourd, et les fonctions des auteurs doivent être corrigées manuellement. De son côté, Revues.org a choisi de soigner tout particulièrement le développement de son traducteur. Basé sur le traducteur COinS, il s’enrichit des métadonnées ajoutées à la description élémentaire de l’article et offre ainsi des références importées très complètes. Des essais de récupération de références réalisés à partir d’articles de la Revue européenne des migrations internationales qui se trouve sur les trois plateformes Cairn, Persée et Revues.org démontrent l’efficacité du système : outre les éléments de base de la référence bibliographique, importés fort justement dans les champs correspondants (ce n’est pas le cas partout !), on importe les mots-clés, la langue, le sommaire de l’article dans les notes, plus une copie locale de l’article et une version en PDF.

Reste que l’outil pourrait encore être amélioré, notamment pour permettre de récupérer les informations relatives à un numéro de revue et pas seulement à ses articles. Un projet (un peu fou :-D ) serait de sémantiser les bibliographies citées dans les articles pour les récupérer dans Zotero. En général, le temps de récupération des informations dépend de la richesse des données et de la présence ou non d’un fichier PDF.

Difficile de résumer l'intervention de Gabriel Gallezot, très pédagogique et constamment illustrée d'exemples, il conviendra de compléter ce bref résumé de son cours à l'URFIST. Il est d'abord revenu sur les grand principes de Zotero, soit sa facilité d'utilisation et sa facilité d'installation. Une fois installé sur sa machine, le logiciel se présente sous la forme d'une petite icône qui permet de s'ouvrir et de se fermer sous Firefox. Actuellement, c'est toujours sous ce navigateur que Zotero fonctionne mais une version « Stand alone » (indépendante du navigateur) est en cours de test.

Afin que chacun puisse se constituer sa propre méthodologie de travail pour la saisie des références bibliographiques, Gabriel Gallezot a proposé trois méthodes, fonctionnant par élimination qu'il suggère de sélectionner en fonction de la consultation des ressources :

  • Dossier : un clic sur l'icône « dossier » dans la barre de navigation permet de récupérer un ensemble de notices issues d'une recherche (icône jaune « Enregistrer vers Zotero »)
  • Réference : un clic sur l'icône « référence » dans la barre de navigation permet de récupérer une notice (icône bleue « Enregistrer vers Zotero »)
  • Export : certains sites proposent des fonction d'export avec des formats spécifiques.

Des exemples ont été pris sur différents sites comme :

  • le SUDOC : Il est possible de récupérer les notices par dossier, par référence mais pas par export.
  • HAL SHS : Sur ce site, la récupération par dossier est impossible mais par contre elle l'est par référence et export (format Bibtech).

Quel que soit le choix de la méthode de récupération, il convient d'être vigilant sur les données engrangées, et ce quel que soit le système. En effet, suivant le soin apporté aux métadonnées des différents sites, les champs dans Zotero seront renseignés de façon plus ou moins « propre ». Par exemple, dans HAL, le résumé est récupéré dans le champ « Extra » ou encore, on note que pour CAIRN, même si la récupération par dossier est possible, il vaudra mieux utiliser la fonction d'export car la qualité des données sera meilleure. Une fois les références récupérées, il faudra manuellement les enrichir si il manque des informations.

En général, il conviendra dans la rubrique « Préférences » de décocher les case « Récupérer le PDF » ainsi que la capture d'écran. Il vaudra mieux choisir de le faire volontairement afin de permettre un enregistrement plus rapide des références (un PDF pèse entre 100Ko et 10Mo et sur un ensemble de référence cela peut interrompre le transfert) et de ne pas alourdir la synchronisation.

Gabriel Gallezot a repris toute la procédure de la saisie d'une notice avec l'auditoire en y ajoutant le nettoyage des données et les compléments que l'on peut lui ajouter (le PDF mais aussi les notes, les mots clés, les documents connexes, les liens entre les références bibliographiques …). Il a montré brièvement quelques astuces :

- comment utiliser l'espace central de tri sur la date d'ajout pour sélectionner les dernières intégrations ;

- savoir être vigilant sur la fenêtre de saisie souvent trop réduite qui ne permet pas de visualiser l'entrée prénom ;

- repérer où se trouve le fichier « zotero.sqlite » éminemment important puisqu'il contient l'essentiel de nos données (informations sur les items, notes, marque-pages) et pouvoir le lire avec un outil comme SQLite Browser ;

- repérer également le dossier « storage » qui contient les documents attachés (PDF, captures d'écran, fichiers audio ; en bref, tous les fichiers que l'on a pu importer) ;

- comprendre comment mettre en public et partager ou au contraire rendre privées sa bibliographie – et publier ou non ses notes ;

- permettre ou pas aux moteurs de recherche généraliste de référencer sa bibliographie en ligne.

Il a terminé sur l'importance de la sauvegarde de sa bibliographie, facilitée par la fonction d'export et la mise en partage. Il faudra régulièrement exporter ses références en zotero.rdf. Le fichier pourra alors être réimporté dans un autre Zotero pour partager des références bibliographiques.

 

Questions / réponses

Peut-on récupérer les références bibliographies dans les articles en ligne ?

Récupérer des références bibliographiques saisies dans un article publié en ligne n'est possible que si des métadonnées ont été insérées dans le corps du texte, encapsulées dans la bibliographie avec des balises RDF. Le « traducteur » pourra alors récupérer la bibliographie de l'article. Nous entrons là dans les méthodes de ce qui est appelé aujourd'hui le « web sémantique » qui utilise des micro formats ou des micro datas. Actuellement, Revues.org travaille avec un laboratoire d'informatique de l'université d'Avignon sur du data minning. L'objectif est d'extraire du texte des références bibliographique à partir d'algorithmes qui parcourent le texte et essaient d'en extraire les différentes parties. Pour cela, les algorithmes ont besoin d'interroger une base de connaissance (de type Crossref) et de récupérer les DOI . Un autre type de développement envisagé est de rajouter des balises RDFA.

Jusqu'ici j'ai saisi ma bibliographie dans un traitement de texte, est-ce que je peux la récupérer facilement avec Zotero ?

Cette question inévitable dans les formations Zotero est particulièrement récurrente chez le doctorant de 3e année... Hélas, récupérer des références bibliographiques saisies dans un traitement de texte n'est pas possible simplement, c'est finalement le même problème que la récupération des références dans les articles publiés en ligne. Il faudrait que des métadonnées aient été insérées dans le corps du texte, encapsulées dans la bibliographie avec des balises RDF. Si ce n'est pas le cas, une solution peut-être de trouver des parseurs, des filtres, bref des outils qui soient capables de détecter un titre, un auteur., un éditeur... L'outil magique n'existe pas et à l'heure actuelle aucun n'est fiable à 100%. Le meilleur moyen est encore de s'organiser pour tout reprendre : coller un titre dans Google Scholar et le récupérer de façon automatique dans Zotero. Il existe un outil en ligne, wizfolio qui permet d'importer des bibliographies formatées, en fonction du style choisi et surtout en fonction de la régularité du style bibliographique ; une seule erreur et le parseur dysfonctionne. Pour préparer l'import d'une bibliographie la fonction chercher/remplacer peut être intéressante pour intégrer des balises qui peuvent améliorer le passage du parseur. Beaucoup s'y sont cassés le nez.

Peut-on générer automatiquement une bibliographie à partir d'un PDF ?

Le problème est toujours le même que pour les précédentes questions, cela dépend de la qualité des métadonnées du PDF mais dans ce cas, pour le vérifier il faudra avoir installé pdffulltext et pdf info.

Qu'est-ce qu'un DOI ?

DOI signifie digital object identifier  (http://www.doi.org/). Le DOI est né d'une question récurrente : comment gérer les changements d'URL ? En effet, il y a un problème avec les URL (Uniform Resource Locator) des ressources électroniques, car elles ont plusieurs fonctionnalités qui entraînent des confusions. En effet, l'URL est une adresse qui à la fois localise une ressource mais aussi l'identifie. Pourtant, si une revue change de plateforme, les articles changent d'URL alors que les contenus vont rester les mêmes. Le problème se complexifie si un article est diffusé sur plusieurs plateformes. Avec le DOI, bien que diffusé sur plusieurs plateformes, un document aura toujours un seul identifiant mais autant d’URL que de plateforme de consultation.Des agences d'enregistrement se sont créées de type Crossref, permettant d'enregistrer des DOI. Un DOI pour un article récent vaut 1 dollar, si l'article a plus de deux ans, il coûtera 20 cents. Une revue ou une plateforme fait une demande de DOI auprès de Crossref et un identifiant est ainsi rattaché à plusieurs localisations.  Le Cléo assure l’acquisition de DOI pour les articles des revues hébergées sur sa plateforme Revues.org qui en font la demande. C'est sur le site http://www.doi.org que se résolvent les DOI. Ainsi, pour un article sont indiquées les différentes URL où il pourra être lu. Cette mécanique a pour objectif de garantir une pérennité des références. Revues.org le fait pour les revues qui le demandent. Le DOI devrait améliorer la recherche dans les bibliographies grâce au crosslinking qui permet de compter les références, se transformant ainsi en un outil de bibliométrie. En effet, Crossref impose aux éditeurs qu'un article qui possède un DOI est tenu de donner un DOI à toutes les références bibliographiques citées. Le projet de sémantisation des références lancé par Revues.org est donc très important puisque apparaîtrait un lien cliquable vers les DOI, donc vers la citation des articles.

Peut-on générer des listes d'auteurs ou des listes de périodiques à partir de ses références bibliographiques ?

Zotero ne permet pas spécialement d'effectuer ce type de manipulation mais il est toujours possible d'exporter un catalogue de ses références bibliographiques en sélectionnant des tris de données différents.

Vous avez signalé que Zotero était compatible avec Jstor et Muse, qu'en est-il de Science Direct ?

Science direct est compatible avec Zotero même si ce n'est pas automatique. Un test rapide montre qu'il est possible de récupérer des notices ou des sélections de résultats (par lots de 50 notices) sous plusieurs formats (RIS, REFWORKS, ASCII, Bibtech). Une fois le fichier exporté et enregistré sur sa machine, il convient de les importer dans Zotero (fonction « importer »).

Dans le cas de ScienceDirect, les métadonnées et les balises de description de la ressource (RDF-Resource Description Framework) sont encapsulées, rendant impossible toute extraction d’information.

Est-il possible d'effectuer des corrections par lot ?

Non, et c'est un des défauts de Zotero, la fonctionnalité « corrections par lot » n'existe pas. Par contre il est toujours possible d'extraire des sélections de références, de les copier dans un fichier excel, de les corriger puis de les réimporter.

En tant qu'éditeur d'une revue électronique, doit-je proposer une feuille de style spécifique à laquelle on renvoie les auteurs des articles pour leurs références bibliographiques ?

Les revues qui souhaitent proposer un style spécifique doivent fabriquer et maintenir leur feuille de style. En juin 2011, 1 606 CSL (creating_citation_styles) étaient accessibles sur la pagehttp://www.zotero.org/styles.Le conseil des formateurs est plutôt de se rapprocher le plus près d'un standard, ne pas chercher à se différencier mais renvoyer vers le style qui convient le mieux à la revue en le citant avec précision. Certaines revues choisissent un style puis le renomment, mais cela ne permettra pour autant de le faire évoluer avec les mises à niveau de Zotero2. Un autre conseil, est de sélectionner un style qui existe à la fois sur endnote et sur Zotero pour faciliter le travail des auteurs qui ont tous des usages différents. Il est bien sûr toujours possible de créer ses propres styles..., Zotero donne des indications sur la façon de les créer sur sa page styles de citation.  A noter, lorsque l'internaute passe la souris sur un style il peut visualiser le genre du style, une astuce bien pratique...

L'éditeur de la revue donnera alors un fichier formaté qui s'intégrera directement dans Zotero. L'ajout d'un style supplémentaire se fait simplement par glisser/déposer du nouveau style dans une fenêtre ouverte de Zotero.

Parmi toutes les feuilles de style, une d'entre elles devrait intéresser la communauté des chercheurs francophones en SHS : récemment été créée par et pour les historiens français, elle est signalée sur La boîte à outils de l'historien http://www.boiteaoutils.info/2011/06/styles-francais-de-citation-sous-zotero.html

Et si je me suis trompé dans le choix du style de bibliographie ou de mes notes, puis-je facilement le modifier ?

A tout moment, il est possible de changer de style c'est un des principaux intérêts de ce logiciel : les changement de styles sont possibles à tout moment, qu'il s'agisse de l'affichage de la bibliographique comme de l'appel de citation puisque le logiciel le gère automatiquement. Pour l'utiliser, il faudra d'abord installer zotero word processor plugin en ayant pris soin de fermer son traitement de texte et en conservant son navigateur Firefox ouvert. Ce plugin permet d’aller chercher des références bibliographiques dans la base de données (sous réserve que Firefox et donc Zotero soit ouverts, mais il est possible de travailler en mode non connecté), et selon le style choisi, de générer automatiquement les appels à citation, éventuellement des références abrégées en notes de bas de page, puis d’élaborer la liste complète des référence. Le style pourra être modifié à la demande, avec facilité sans intervenir dans le texte, pour répondre aux contraintes des éditeurs et des revues.

Lorsque l'on synchronise sa bibliographie, synchronise-t-on en même temps les PDF joints ?

Oui, au moment de la synchronisation, tout est accessible en ligne. Aussi, il faut être vigilant sur les droits liés aux PDF. Rares sont ceux qui peuvent être librement diffusés. Cela dit, seul 100Mo sont gratuits, l'espace supplémentaire est payant : il est donc impossible d'accumuler les PDF sans s'en rendre compte rapidement.

Zotero permet-il de saisir des données audiovisuelles ?

Oui. La liste des types de documents audiovisuels permet de sélectionner plusieurs termes : podcast, émission de TV, émission de radio, vidéo, film, interview, enregistrement audio, enregistrement vidéo.

Peut-on récupérer des bibliographies depuis Endnote ?

Il était auparavant possible de récupérer des bibliographies depuis EndNote. Toutefois, depuis le procès (perdu) de la société qui développe EndNote contre Zotero parce qu'il permettait de lire le format propriétaire de ses fichiers, l'intégration est devenu impossible.

Zotero permet-il de saisir des références dans des langues non latines ?

Oui, Zotero est développé en unicode et il permet donc récupérer des notices dans toutes les langues. Toutefois, si la page la web depuis laquelle on récupère la référence bibliographique n'est pas encodée en unicode, cela ne pourra pas fonctionner. Parfois, il y a des soucis ponctuels. Par exemple sur CAIRN il y a longtemps eu des problèmes avec les accents qui semblent s'être résolus récemment. 

Zotero est-il compatible avec Calames ?

Actuellement, Zotero n'est pas compatible mais il faut le demander à l'ABES qui fait constamment évoluer Calames.

Doit-on toujours être connecté pour utiliser Zotero ?

Pas du tout, il suffit d'ouvrir son navigateur en mode « non connecté ». Le lien avec les fichiers textes ou PDF se fera mais pas la synchronisation qui ne peut se mettre en route qu'avec la connexion.

Peut-on choisir son export en XML ?

Oui, plusieurs choix d'exports sont possibles, dont la DTD de MODS.

Peut-on afficher en ligne son paramétrage ?

Non ni le paramétrage ni le mode recherche ne sont accessibles en ligne. C'est un des défauts de Zotero qui sur ce plan a un concurrent d'importance avec le logiciel Mendeley, bien meilleur sur l'interface web. A noter, le dédoublonage n'est pas non plus automatisé. C'est aussi un défaut important qui n'est actuellement pas prévu sur la roadmap du logiciel à brève échéance.

Compte-rendu rédigé par Blandine Nouvel et Véronique Ginouvès.

Crédits photographiques : Femme portant un diadème, photographie peinte à la main sur plaque de verre par Serge Vargassoff (1906-1965), image prise entre 1910 et 1940. Collection du musée Powerhouse (Australie). Don de Vera Vargassoff en 2010. Pas de restrictions de droit connues.  Permalien : www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=415100

  1. RDF, ou Ressource Description Framework, développé par le consortium W3C, est un langage de base du web sémantique. Son objectif est de décrire de façon formelle les ressources Web et leurs métadonnées. []
  2. L'usage semble pourtant courant puisque sur les 1 606 styles, seuls 384 sont uniques – Pour les visualiser, sélectionner « Show only unique styles ». []

Voyage sonore dans la mémoire orale du Luberon

Il est toujours plaisant d'entendre une mémoire livrée généreusement avec modestie, simplicité et joie. C'est le cas dans l'une des enquêtes sur l’Histoire et la culture locales en Luberon, réalisée par Nicole Thevenet en 1979. Ces enquêtes ont été réalisées dans le cadre d’une commande de l’Office régional de la culture de Marseille1 sur l’histoire et la culture locales en Provence. Pour répondre à cette commande plusieurs étudiants de l’université de Provence sont intervenus sur différentes zones géographiques. L'enquêtrice a travaillé sur le territoire du Luberon. Les entretiens s’échelonnent de novembre 1977 à avril 1980 auprès des communautés protestantes et catholiques principalement de trois villages du Luberon, Cucuron, Mérindol et Saint-Martin-de-la-Brasque. L’étude aborde l’ensemble des aspects de la vie villageoise : sociabilité, vie culturelle, vie religieuse. Les personnes rencontrées apportent, avec une joie manifeste, des détails de la vie quotidienne au temps de leur enfance, sur l’agriculture, la religion, la configuration du paysage, leur attachement au provençal. C’est le cas de cette enquête où le témoin, une dame du village de Mérindol, visite ses souvenirs avec tendresse, émotion et visiblement avec plaisir. Il faut entrer dans ce récit, dont le temps a usé la qualité sonore, comme on pousserait une végétation envahissante pour retrouver un ancien chemin, les murs d’un ancien village ensoleillé. S’appuyant parfois sur des cahiers dans lesquels elle a transcrit ses trésors de mémoire, l’informatrice - comme une enfant sauterait d’un rocher à l’autre pour traverser un torrent - évoque la vie quotidienne au village au grès des souvenirs émergeants. Sa parole coule comme source, soutenue par un voisin, un autre enfant du village, présent à l’entretien, oreille attentive à cette mémoire partagée. L’enquêtrice ne pose quasiment aucune question, elle écoute. Vient le poème commencé par le grand-père berger, pour louer la beauté du hameau des Borrys (commune de Puget). Une émotion passe, rapide et légère, lorsque la voix se noue sur une dernière strophe évoquant l’ancienne gare :

La petite station appelée maisonnette,

vient de se voir détruire ne laissant sur son sol,

qu’un superbe platane ayant l’air de nous dire :

''je voudrais bien rester pendant longtemps encore''.

Mais pour en terminer avec ce bavardage,

dont les jeunes aujourd’hui en comprendraient zéro,

je vais donc arrêter en répétant encore,

que les vieux souvenirs apaisent tous les maux. 

L’entretien livre les souvenirs personnels sur les anciennes filatures, la récolte des olives, les farandoles, le carnaval. Finalement, au cœur de son entretien, la dame de 84 ans chante, de sa belle et gracieuse voix, quelques couplets de sa chanson aimée, O Magali. Elle chante pour elle, pour l’enquêtrice, pour son voisin, et pour nous aujourd’hui.

Ces enquêtes de Nicole Thevenet s’inscrivent dans une série de corpus issus d’époque et de discipline diverses qui explorent ce territoire provençal. Elles apportent, à leur échelle, des compléments d’information sur les conditions de vie villageoises et paysannes de la fin du 19e et début du 20e siècle, les anciens métiers, les relations inter communautaires, aux côtés des autres corpus sur la Provence, disponibles à la phonothèque de la MMSH. Citons par exemple les enquêtes réalisées par l’association Alpes de Lumière sur le patrimoine immatériel de Haute-Provence, celles dirigées par Jean-Noël Pelen sur le Pays d’Arles par ses gens ou encore celles sur les Gens du Val Germanasca enquêtés par Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour et Mariano Fresta. Ce sont autant d'occasions d’écouter les témoignages oraux d’expériences vécues dans le midi.

Ce travail nous a permis de découvrir d'autres enquêtes orales réalisées par Nicole Thevenet dans le cadre de sa thèse De l'histoire à la légende : les régions vaudoises françaises. Ou existe-t-il un légendaire historique des régions vaudoises françaises ?2 qui pourraient aussi être déposées à la phonothèque. Mais que sont devenues les autres enquêtes orales enregistrées dans le cadre de l'office régional de la culture de Marseille ? Ces témoins ont accepté d'être enregistrés pour transmettre et leurs voix ont disparues, peut-être les retrouverons nous au fil du temps si les supports résistent encore un peu...

Crédits photographiques : La Spirale d'Oliviers. (Provence. 2005) Photographie de Guy Hervais, 2005. Photographie sous GNU free documentation licence.

 

 

  1. L'office régional de la culture de Marseille a été créé en 1976 dans la dynamique de la création des régions en France en 1973. C'est Michel Pezet qui fonde et préside cette association qui va évoluer au fil du temps []
  2. Thèse de 3ème cycle Histoire et Civilisations, sous la direction de Philippe Joutard, Aix-en-Provence, 1986. 2 vol. Cote de la Médiathèque MMSH : MT-23629 []

Disseminating research resources and publications in the humanities and social sciences. Questions of rights and ethics

A joint publication project co-ordinated by the Electronic Resource Centre on Cities (Crévilles) of the Maison des Sciences de l'Homme (MSH) of Tours, the Pôle image-son, pratiques du numérique of the Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (MMSH), Aix-en-Provence, and the Éric-de-Dampierre library of the René Ginouvès Institute for Archaeology and Anthropology (MAE), Nanterre, with the support of the Maison des Sciences de l'Homme (MSH) of Dijon

Overview of the project:

Today, producing, using and editing digital resources are part of a researcher's daily tasks. Digital formats, along with the development of the internet, have greatly facilitated the dissemination of iconographic, audio and/or audio-visual resources in the academic world and beyond, to members of the public who are increasingly curious about and interested by the documents produced by academics.

The current movement towards open access encourages us to make the resources that we think of as being 'public' available to the public in reality. Institutions must know how to respond to the questions on the rights of authors, interviewees and those represented in images posed by their open-access projects, as well as by researchers, who now regularly publish online and often find themselves confronted by legal and ethical questions to which they are not always sure how to respond.

A key objective, amongst others, of this project is to begin to respond to some of the questions which regularly present themselves in a research context:

  • What can institutions who wish to make the most of documents created in the research process do, and what should they not do?
  • Can they facilitate their (re)use not only in academic contexts, but also in the social and cultural spheres?
  • What code of professional ethics should a researcher follow when he or she wishes to use an image or an audio(visual) recording in his or her work?
  • Can they semantically enrich the resources made available on their site (i.e. via metadata)?
  • Can they alter works or integrate other data/information into a resource?
  • How can researchers and their institutions protect the confidentiality and anonymity of certain information when depositing fieldwork materials in an archive?
  • How can we respect the rights of individuals who have been photographed, filmed or recorded during the research process?
  • Can we find a balance between the right of open access to information and respect for copyright?

To attempt to respond to these questions and define a professional code of ethics, two study days have been organised, at Tours on the 26th of September 2011, then at Aix-en-Provence on the 29th of November 2011.

Presentations, based on concrete examples and comparing the viewpoints of researchers with those of information professionals working alongside researchers in the field of the digital humanities, will fall under three broad axes:

  1. Highlight concrete examples of institutions and/or individuals who make iconographic, sound and/or audio-visual resources available online, or who wish to 'restore' such resources to the countries where the resources were gathered or created.
  2. Analyse the possibilities or the room to manoeuvre offered by legislation and jurisprudence for the non-commercial use of iconographic, sound and/or audio-visual documents for educational or cultural purposes.
  3. Beyond the legal issues, there are also ethical questions which must be raised in order that the use or online publication of research data or resources not harm the individuals or societies from which these data or resources were collected.

Documentary resource centres such as the Phonothèque de la MMSH (MMSH Sound Archives) or Crévilles which are developing initiatives for the online publication of open-access multimedia electronic research resources are daily confronted not only by questions of intellectual, artistic and literary property rights, but also by the ethical issues which may be raised by the utilisation of these resources.

The aim of these study days is therefore to bring together information professionals, experts on intellectual property rights and ethics and the researchers facing these issues in order to define and clarify the best practices in this field, drawing inspiration notably from the Council of Europe Framework Convention signed at Faro in 2005. This convention on the value of cultural heritage for society encourages reflection on ethics and the development of digital technologies for the improvement of access to information, particularly for educational purposes, while protecting intellectual property rights.

The proceedings of the two days will be published in French and English on the website Revues.org in the MMSH's Bulletin du Pôle Images/sons, pratiques du numérique (published on the platform of Cléo/Revues.org).

This electronic publication will prompt the launch of a targeted call for contributions permitting researchers and specialists who were unable to participate in the study days at Tours and Aix-en-Provence to contribute their comments and critiques of the initial reflections directly on the publication site, in a spirit of interactivity and in preparation for the collaborative authoring of the Best-practice guide for the dissemination of research resources and publications in the humanities and social sciences : Questions of rights and ethics.

The second study day in Aix-en-Provence will be followed the next day by a workshop launching the Best-practice guide writing project. The guide will be published in the first half of 2012 in an electronic, bilingual French-English format. This workshop will be the occasion to outline together the structure and content of the Best-practice guide and to divide up the workload amongst the participants in this authorship project.

Project co-ordinators:

  • Pascal Garret, Crévilles, MSH, Tours
  • Véronique Ginouvès, Pôle image-son, pratiques du numérique, MMSH, Aix-en-Provence
  • Marie-Dominique Mouton, Éric-de-Dampierre Library, MAE, Nanterre

Academic committee:

  • Marie Cornu, Directrice du CECOJI, Université de Poitiers
  • Marin Dacos, Directeur du Centre pour l'édition électronique ouverte
  • Laurent Dousset, Maître de conférences à l'EHESS et Directeur du CREDO
  • Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche à l'ISCC
  • Denis Maréchal, Institut national de l'audiovisuel
  • Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques à la Bibliothèque Nationale de France
  • Jean-Luc Pinol, Directeur du TGE Adonis

This project is supported by the Consortium des ethnologues (Corpus Infrastructure de recherche), under the authority of the LESC (Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative, MAE, Nanterre).

Free admission on registration.

 

Provisional programme for the first study day

MSH Tours, Monday 26 September 2011

Introductory address by Mélanie Dulong de Rosnay, Doctor of Laws, Chargée de recherche at the ISCC where she is the co-director of the research centre “Gouvernance et usages de l’Internet” (Governance and uses of the internet) : Les outils juridiques à la disposition du chercheur pour protéger et diffuser ses données scientifiques (Legal tools available to researchers to protect and disseminate their academic datasets).

Three thematic exchanges between researchers and information professionals:

The researcher in visual sociology and the mediator for the dissemination of research resources: open access to images vs respect for copyright

Sylvain Maresca (Professeur de sociologie at the University of Nantes, LHIVIC, whose research interests include the usage of and practices involving images in the social sciences) and
Pascal Garret (Ingénieur de recherche, manager of the Electronic Research Centre on Cities (Crévilles), MSH Tours)

The ethnologist and the archivist: ethical questions around the online publication of archives resulting from research

Eric Jolly (Chargé de recherche au CNRS, CEMAF, ethnologist, specialist in the Dogon people. Participated in the project "Le terrain et son archivage. Pour un Observatoire de l’archivage des matériaux de terrain des ethnologues" [“Fieldwork and archives. Towards an Observatory on the archiving of ethnologists' fieldwork materials”]) et
Marie-Dominique Mouton (Ingénieur de recherche, manager of the Éric-de-Dampierre library, Laboratory of Ethnology and Comparative Sociology, MAE Nanterre, ethnologists' archives division).

The historian and the sound archivist: reusing oral resources for new research

Florence Descamps (Maître de conférences at the Ecole Pratique des Hautes Etudes, organiser of a seminar on the use of oral resources in contemporary historical research) and
Véronique Ginouvès (Ingénieure de recherche, manager of the Phonothèque de la MMSH (MMSH Sound Archive), Aix-en-Provence).

Two summaries of the day's proceedings:

An archivist's summary : Yann Potin (Chargé d'études documentaires at the National Archives of France, 19th century division)
- A jurist's summary : Marie Cornu (Directrice de recherche au CNRS, specialist in cultural law and intellectual property, Directrice du CECOJI, University of Poitiers)

Provisional programme for the second study day

Aix-en-Provence, Tuesday 29 November 2011 Salle Paul-Albert Février (MMSH)

Introductory address by Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques at the National Library of France and author of the blog S.I.Lex

Three thematic exchanges between researchers and information professionals:

The anthropologist and the mediator for the dissemination of research resources: open access to fieldwork materials vs respect for copyright

Laurent Dousset (Maître de conférences EHESS, Directeur du CREDO, creator of the ODSAS – Online digital source annotation system database) and
Judith Hannoun (Manager of the CREDO library, Maison Asie Pacifique, Marseille).

The linguist and his/her corpus

Médéric Gasquet-Cyrus (Maître de conférences - Laboratoire Parole et Langage UMR 6057 CNRS) and
Bernard Bel (Research Engineer at Laboratoire Parole et langage (Aix-en-Provence), in charge of the CRDO-Aix long-term preservation service).

Using televised images in a research context: what permissions does the INA (National Audio-visual Institute) grant ?

Maryline Crivello (Professeur des universités, UMR TELEMME, member of the steering committee of the MEDMEM programme, Ina-Euromed-Heritage) et
Marie-Christine elias (Responsable documentaire et commerciale, INA PACA).

Two summaries of the day's proceedings:

An archivist's summary : Denise Ogilvie (conservateur du patrimoine at the French National Archives, 19th century division).

A jurist's summary : Anne Cammilleri (Maître de conférences Université Paris Descartes, UMR 6201 “Droit public comparé – Droit international et européen", Université Aix Marseille III).

30th November 2011: Meeting at Aix-en-Provence to organise the writing of the Best-practice guide for the dissemination of research resources and publications in the humanities and social sciences : Questions of rights and ethics.

Guitar being played by Tom Walton: White Springs, Florida. Photographié le 4 juillet 1982. Collection "Florida Folklife" de la bibliothèque et archives nationales de Floride. Peremalien : http://ibistro.dos.state.fl.us/uhtbin/cgisirsi/x/x/0/5?library=PHOTO&item_type=PHOTOGRAPH&searchdata1=fs82130 Pas de restrictions de droit connues.

 

Diffuser les données de la recherche en sciences humaines et sociales. Questions de droit et d'éthique

Deux journées d'étude se tiendront successivement à Tours et Aix-en-Provence le 26 septembre puis le 29 novembre 2011 sur les questions de droit et d'éthique qui se posent au moment de la diffusion des données de la recherche en SHS. Ces journées sont organisées par quatre maisons des sciences de l'homme qui ont pour objectif de rédiger collectivement par la suite un guide des bonnes pratiques s'appuyant sur les compte-rendus de ces journées et sur des expériences pratiques. Ce travail sera sera coordonné par le Centre de ressources électroniques sur les villes (Crévilles) de la MSH de Tours, le Pôle image-son, pratiques du numérique de la MMSH d'Aix-en-Provence, la bibliothèque Éric-de-Dampierre du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative de la Maison René-Ginouvès (MAE) de Nanterre et la MSH de Dijon.

Préambule

Produire, utiliser, éditer des sources numériques fait aujourd'hui partie du travail quotidien du chercheur. Ce format numérique, comme le développement du web, a facilité grandement la diffusion des ressources documentaires iconographiques, sonores et/ou audiovisuelles dans le monde de la recherche et, au-delà, auprès de citoyens de plus en plus curieux et intéressés par les documents produits par les scientifiques. L'essor du libre-accès qui se développe aujourd'hui incite par ailleurs à ce que des données réputées « publiques » soient réellement rendues publiques. Les institutions doivent savoir répondre aux questions de respect des droits des auteurs et des personnes interrogées ou représentées que posent leurs projets de mise à disposition de ressources en libre accès tandis que les chercheurs, qui publient désormais régulièrement en ligne, se trouvent confrontés à des séries de questions juridiques et éthiques auxquelles ils ne savent pas toujours répondre.

Ce projet de guide de bonnes pratiques a pour objectif d’apporter, entre autres, quelques éléments de réponse à des questions qui se posent régulièrement dans les laboratoires de recherche :

  • Que peut faire et ne pas faire l’institution qui a la volonté de valoriser les documents créés dans le cadre de la recherche ?
  • Peut-elle en faciliter leur (ré)utilisation scientifique mais aussi sociale, culturelle... ?
  • Quelle déontologie professionnelle le chercheur doit-il adopter lorsqu'il souhaite utiliser une image, un enregistrement, dans le cadre d'une publication ?
  • Peut-il enrichir sémantiquement des données mises à disposition sur un site ? Peut-il y intégrer d'autres données ?
  • Comment le chercheur et l'institution peuvent-ils préserver la confidentialité et le secret de certaines données lors d'un dépôt de matériaux de terrain dans un centre d'archives ?
  • Comment faire respecter les droits des personnes enregistrées, filmées, photographiées sur le terrain ?
  • Quel équilibre trouver entre le droit du libre accès à l’information et le respect des droits d’auteurs ?

Pour tenter de répondre à ces questions et définir une déontologie professionnelle, deux journées d'étude seront organisées à Tours le 26 septembre 2011 et à Aix-en-Provence le 29 novembre 2011. A partir d’exemples concrets et en croisant les regards des chercheurs avec ceux des professionnel(le)s des digital humanities qui accompagnent la recherche, les interventions de ces deux journées s'inscriront dans l'un de ces trois axes :

  1. Exposer des expériences concrètes d'institutions et/ou de personnes qui mettent en ligne des documents iconographiques, sonores et/ou audiovisuels ou qui ont la volonté de les "restituer" dans les pays où ces ressources ont été collectées ou réalisées
  2. Analyser les possibilités ou les marges de manœuvre qu’offrent les textes juridiques et les jurisprudences pour l'utilisation non commerciale et à des fins éducatives ou culturelles des documents iconographiques, sonores et/ou audiovisuels.
  3. Au-delà de l’aspect juridique, ce sont aussi les questions éthiques qui devront être soulevées pour que l’exploitation ou la mise en ligne des données de la recherche ne puisse pas porter préjudice aux individus ou aux sociétés auprès desquels ces données ont été collectées.

Les centres de ressources documentaires comme la Phonothèque de la MMSH ou Crévilles qui ont une démarche de mise en ligne de documentation multimédia au format électronique en libre-accès sont confrontés quotidiennement à des questions de droits de la propriété intellectuelle, littéraire et artistique, mais aussi à des questions éthiques qui peuvent être soulevées par l'exploitation de ces données.

Le but de ces journées est donc de rassembler des opérateurs documentaires, des spécialistes du droit d'auteur et d'éthique et des chercheurs confrontés à ces questions pour arriver à délimiter et préciser les bonnes pratiques en la matière en s'inspirant notamment du travail réalisé pour la convention-cadre du conseil de l'Europe signée à Faro en 2005. Cette convention sur les questions de patrimoine culturel encourage à la réflexion sur l'éthique, au développement de l'utilisation des techniques numériques pour améliorer l'accès à l'information ainsi qu'à lever les obstacles en matière d’accès à l’information, en particulier à des fins pédagogiques, tout en protégeant les droits de propriété intellectuelle. Les textes des communications des deux journées d'étude seront publiés en langue française et anglaise sur le site de Revues.org dans le Bulletin du Pôle Images/sons, pratiques du numérique de la MMSH (publié sur la plateforme du Cléo/Revues.org). Cette publication électronique lancera l'ouverture d'un appel à contribution ciblé afin que des chercheurs et spécialistes n'ayant pas assisté aux journées de Tours et d’Aix-en-Provence puissent apporter directement sur ce site leurs commentaires et critiques à ces premières réflexions dans une perspective d'interactivité et en vue d'impulser la rédaction collective du Guide des bonnes pratiques.

La seconde journée d'Aix-en-Provence sera suivie le lendemain d'un atelier de lancement de l’écriture collective de ce Guide des bonnes pratiques de la diffusion des données de la recherche en sciences humaines et sociales. Questions de droits et d'éthique qui sera publié au premier semestre 2012 sous une forme électronique et bilingue anglais/français. Cet atelier sera l'occasion de définir ensemble le sommaire du guide de bonnes pratiques et de répartir les taches des participants à la rédaction collective de cet ouvrage.

Entrée libre sur inscription.

Programme de la journée du lundi 26 septembre à Tours (MSH)

Conférence introductive de Mélanie Dulong de Rosnay, Docteur en droit, Chargée de recherche à l'ISCC où elle est co-responsable du pôle de recherche "Gouvernance et usages de l’Internet" : Les outils juridiques à la disposition du chercheur pour protéger et diffuser ses sources scientifiques.

Trois regards croisés entre chercheurs et professionnels de l'information :

Le chercheur en sociologie visuelle et le médiateur pour la diffusion des données de la recherche : libre accès aux images vs respect des droits d'auteurs.  Sylvain Maresca (Professeur de sociologie à l'Université de Nantes, LHIVIC, et dont les recherches portent, entre autres, sur les usages et pratiques des images dans les sciences sociales) et Pascal Garret (Ingénieur de recherche, responsable du Centre de ressources électroniques sur les villes, MSH de Tours).

L’ethnologue et l'archiviste : questions d'éthique autour de la mise en ligne des archives issues de la rechercheEric Jolly (Chargé de recherche au CNRS, CEMAF, ethnologue, spécialiste des Dogons. A participé à l'ACI "Le terrain et son archivage. Pour un Observatoire de l’archivage des matériaux de terrain des ethnologues") et Marie-Dominique Mouton (Ingénieur de recherche, responsable de la bibliothèque Éric-de-Dampierre, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative, MAE Nanterre, section archives des ethnologues).

L'historien et le phonothécaire : réutiliser la source orale pour de nouvelles recherchesFlorence Descamps (Maître de conférences à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, animatrice d'un séminaire sur l’utilisation des sources orales en histoire contemporaine) et Véronique Ginouvès (Ingénieure de recherche, responsable de la Phonothèque de la MMSH d'Aix-en-Provence).

Deux synthèses de la journée :

La synthèse d’une archiviste : Yann Potin (Chargé d'études documentaires aux Archives nationales, Section du XIXe siècle)

La synthèse d’une juriste : Marie Cornu (Directrice de recherche au CNRS, spécialiste du droit de la culture et de la propriété intellectuelle, Directrice du CECOJI, Université de Poitiers)

Programme de la journée du mardi 29 novembre à Aix-en-Provence (MMSH)

Aix-en-Provence, mardi 29 novembre 2011 - Salle Paul-Albert Février (MMSH)

Une conférence introductive de Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques à la Bibliothèque nationale de France et animateur du blog S.I.Lex

Trois regards croisés entre chercheurs et professionnels de l'information :

L'anthropologue et le médiateur pour la diffusion des données de la recherche : libre accès aux sources de terrain vs respect des droits d'auteurs. Laurent Dousset (Maître de conférences EHESS, Directeur du CREDO, créateur de la base ODSAS – Online digital source annotation system) et Judith Hannoun (Responsable de la bibliothèque du CREDO, Maison Asie, Pacifique, Marseille).

Le linguiste et ses corpusMédéric Gasquet-Cyrus (Maître de conférences - Laboratoire Parole et Langage UMR 6057 CNRS, Aix-en-Provence) et Bernard Bel (Ingénieur de Recherche, Informaticien, responsable du site d'archivage CRDO-Aix-en-Provence, Laboratoire Paroles et langage UMR 6057 CNRS, Aix-en-Provence)

L'utilisation des images télévisées dans le cadre de la recherche : quelles autorisations accorde l'INA (Institut national de l'audiovisuel) ? Maryline Crivello (Professeur des universités, UMR TELEMME, Membre du comité de pilotage du programme MEDMEM (Ina-Euromed-Heritage) et Marie-Christine Helias (Responsable documentaire et commerciale, INA PACA)

Deux synthèses de la journée :

La synthèse d’une archiviste : Denise Ogilvie, conservateur du patrimoine aux Archives nationales, section du XIXe siècle.

La synthèse d’une juriste : Anne Cammilleri (Maître de conférences Université Paris Descartes, UMR 6201 “Droit public comparé – Droit international et européen", Université Aix Marseille III).

 

30 novembre 2011 : réunion à Aix-en-Provence pour l'organisation de la rédaction du Guide des bonnes pratiques de la diffusion des données de la recherche en sciences humaines et sociales : questions de droits et d'éthique

 

Crédits photographiques : Peggy Bacon in mid-air backflip, Bondi Beach, Sydney, 6/2/1937, by  Ted Hood (1911-2000). Notes: Reproduced in Sydney Exposures... [by] Alan Davies (1991), p. 122-123. Sydney Exposures book and exhibtion caption: Back flip on the beach, Bondi, 6 February 1937 : Peggy Bacon of Bondi, one of a troupe of girls who did pyramid stands on the beach, does a backflip for the photographer. Collections de la State Library of New South Wales (Australie). Permalien : http://acms.sl.nsw.gov.au/item/itemDetailPaged.aspx?itemID=19451 Pas de restrictions de droits connues.

 


 

Ceremonia de căsătorie în Ţara Oasului : nou corpus disponibil la Fonoteca (MMSH, Aix-en-Provence)

În februarie 2011, etnologul Danielle Musset,1 a depus la Fonoteca de la MMSH anchetele de teren realizate pentru teza sa de de doctorat având ca subiect Ceremonia de căsătorie în Moişeni, România 2. Corpusul anchetelor, cu o durată totală de cinci ore, conţine două interviuri cu locuitori din Moişeni,  cântece, dansuri tradiţionale, ritualuri şi peisaje sonore din timpul nunţii. În cadrul practicii obligatorii pentru validarea anului 2 de master numit Monde du livre, am avut ocazia de a documenta cele 41 anchete de teren înregistrate între anii 1974-1977. Corpusul constituit este consultabil în baza de date Ganoub a Fonotecii.

Aceste anchete au fost înregistrate în Țara Oaşului (nord-vestul României),  în Moişeni, Huţa şi Bixad, sate din judeţul Satu Mare, într-o zonă încă puţin studiată în anii 70. În timpul unui voiaj, această zonă a atras curiozitatea etnologului Danielle Musset care s-a hotărât să studieze această piesă fundamentală a vieţii rurale, imediat influenţată atât de evoluţia mentalităţilor cât şi de orice altă schimbare a societăţii ((Danielle Musset, Le mariage à Moişeni, Roumanie, coll. Etudes et documents balkaniques, vol.3, Laboratoire d’Anthropologie sociale, Paris, 1981, p. 1)) care este nunta. Lucrarea a avut ca obiectiv studiul riturilor şi tradiţiilor nupţiale , dar şi acela de a cerceta manifestarea raporturile dintre sexe3.

Doi bărbaţi ne împărtăşesc  momentul propriei nunţi,  povestind cum se desfăşoară şi explicând unele tradiţii. Informatorii detaliază funcţiile  şi intervenţiile diferitelor personaje ale ceremoniei: starostele4, stegarul5, socăciţa6, mirii, naşii. Înregistrările cântecelor, dansurilor, ritualurilor şi a ambianţei din timpul nunţii devin ecoul celor două interviuri, completându-le în acelaşi timp. Casetofonul a surprins atmosfera petrecerii,  pus în funcţiune în numeroase reprize,  chiar şi în timpul deplasării cortegiului spre biserică. Putem asculta chiuituri ale feciorilor şi fetelor din timpul dansurilor, replici ale actorilor nunţii, dialoguri între nuntași, strigatul darului... Cercetătorul a studiat  și activitățile sociale: ca șezătorile sau primirea feciorilor în zi de sărbătoare la Moișeni. Putem asculta cântece interpretate numai de voci feminine, cântece pline de tristețea miresei ce va părăsi casa părintească, despre căsătoria din dragoste sauabordând statutul femeii căsătorite, etc. Pentru o mai bună întelegere a elementelor de literatură orală, comentariile înregistrărilor conțin unele versuri transcrise în română și traduse în franceză. În timpul acelorași șezători, puteți de asemenea asculta melodiile ondulatorii ale fluierelor populare..

Documentarea acestor arhive s-a realizat în colaborare cu doamna Danielle Musset care a avut bunăvoința de a reveni asupra propriilor notițe de cercetare. Fiecare descriere a înregistrărilor ce redau tradiții conține trimiteri la volumul 3 al revistei de Studii şi documente balcanice, lucrare7 pe care autoarea a depus-o odată cu înregistrările. Volumul conține transcrieri și traduceri ale discursurilor de rămas bun (Bulciugul miresei ; Bulciugul mirelui).

Așadar de ce încearcă socăcițele sa vândă nașului găina îndelung pregatită ? Cum se face negocierea ? Sau mai important: înainte sau după Jocul colacilor ?8. Lucrarea lui Danielle Musset și ascultarea înregistrărilor sunt elemente interesante pentru reconstituirea unei realităţi est-europene, o lume probabil demult dispărută - dacă ne gândim la efectele globalizării.

Fotografiile din articol aparțin cercetătorului Danielle Musset, autor al tezei Le mariage en Pays d'Oaș (nord-ouest de la Roumanie) au début des années 1970.

Varianta articolului în franceză: http://phonotheque.hypotheses.org/4761

  1. Danielle Musset este în prezent directoareaMuzeului Salagon []
  2. Această teză a fost scrisă sub îndrumarea lui Paul Henri Stahl şi susţinută în iunie 1978, la Şcoala de  Inalte Studii Sociale (EHESS) din Paris []
  3. Ibidem []
  4. Starostele, cuvânt învechit şi regionalism tradus în franceză prin meneur de jeu (conducătorul ceremoniei), care în contextul nunţii desemna persoana trimisă la părinții unei fete spre a o cere în căsătorie pentru altcineva, adică pețitorul. []
  5. Stegarul este tradus din româna ca porte-drapeau. Aici este vorba de steagul la nuntă, un drapel cu clopoţei. []
  6. Socăciță este cuvânt învechit  şi regionalism pentru bucătărese. În cadrul nunţii erau cele care se ocupau de pregătirea felurilor de mâncare şi a unei găini special preparate pentru a fi negociată cu naşul. []
  7. Această lucrare se va regăsi în catalogul Bibliotecii MMSH []
  8. [explicația în limba franceză a cuvântului "colaci"] []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Zotero : une matinée de formation à la MMSH (Aix-en-Provence), le jeudi 23 juin 2011

Zotero est un outil de gestion bibliographique (collecte, gestion, export de références) construit sur un mode collaboratif, créé par des historiens du Center For history and New Media (George Mason University).

"Faire sa bibliographie en un clic et la partager"

Le  jeudi 23 juin 2011, une matinée de formation sur Zotero est organisée à la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme (MMSH), à Aix-en-Provence, dans le cadre du Pôle image-son, pratiques du numérique.

Compte-rendu de la journée : http://phonotheque.hypotheses.org/5341

Programme :

9h - 9h30

Anne Mailloux, Maître de Conférences, Département Histoire Université de Provence, LAMMComment j'ai Intégré Zotero dans mon travail de recherche.

9h30 – 10h

Jean-François Rivière, chargé d'édition au CléoSaisir une référence bibliographique en un clic dans Zotero : pourquoi ça marche ? L'exemple de Revues.org.

10h15 – 13h

Gabriel Gallezot, Maître de conférence à l’UNS (Université Nice Sophia Antipolis) : Conseils pratiques pour utiliser Zotero avec efficacité.

Lieu de la formation : Salle Duby (MMSH)

Horaires : 9h - 13h

Modalités : entrée libre sur inscription auprès de Véronique Ginouvès (ginouves[at]mmsh.univ-aix.fr)

Se rendre à la MMSH : http://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/plan-acces/Pages/default.aspx

Bibliographie en ligne (tutoriels et articles pour commencer à utiliser Zotero) : http://www.zotero.org/groups/journes_mistral/items/collection/UBUU78AH

Le blog francophone de Zotero : http://zotero.hypotheses.org/

L'annonce de la formation sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle19785.html

Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles : introduction de la journée par Florence Descamps

Les Carnets de Plozarch viennent de publier un compte-rendu de la journée du 30 novembre qui a eu lieu sur le thème "Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles". Les actes de ces journées seront publiés au format électronique au deuxième trimestre 2011, sur le site en cours de gestation du Pôle image, son, pratiques du numérique - un programme transversal de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme (MMSH). Pour vous faire patienter, nous vous présentons une lecture de l'introduction de ces journées prononcée par Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes qui anime un séminaire sur l'histoire orale et les archives sonores et audiovisuelles.


En ouverture de séance, je tiens à remercier les organisateurs de cette journée d’étude, la MMSH d’Aix et la MSH de Nice, et plus particulièrement Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la MMSH, qui avec le dynamisme qu’on lui connaît trace son sillon en matière d’archives sonores et de témoignages oraux, et fait fructifier l’héritage de l’antique CREHOP des origines. J’en veux pour preuve la fidélité et la régularité avec laquelle elle réunit tous ceux des SHS qui s’intéressent à la source orale ; les journées d’étude qu’elle a organisées à la MMSH sont autant de bornes-témoins du chemin parcouru en matière de sources orales, auxquelles, vous l’aurez noté, s’ajoutent maintenant les sources audiovisuelles…

Il suffit de rappeler quelques dates de journées d'étude ou de colloque organisés à Aix-en-Provence par la phonothèque de la MMSH depuis dix ans :

22 et 23 mai 2002,  en collaboration avec l’AFAS sur le thème, Les sciences humaines et le témoignage oral. De la source à l’archive, publiées dans la revue Sonorités, Cahiers du Patrimoine sonore et audiovisuel en juillet 2002 (n° 4) et dont certaines interventions sont en ligne sur le site de l'AFAS.

21 et 22 novembre 2005, sous la direction de Florence Descamps : Le documentaliste, le juriste et l’historien. Quelle valorisation pour les archives orales ? en collaboration avec l'AFAS et la mission pour les musiques et danses traditionnelles d'ARCADE, journées publiées partiellement en ligne sur le site de l'AFAS.

12 octobre 2007 : Nouvelles archives, nouveaux accès : Les nouveaux instruments de recherche en sciences humaines et sociales, en collaboration avec les archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD13).

19 septembre 2008 Collecter, organiser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales : quelles collaborations mettre en oeuvre ? en collaboration avec le programme Archives des Sciences Humaines et Sociales (ARSHS), dont le compte-rendu a été publié sur les Carnets de la phonothèque et dont les actes ont été publiés en ligne.

Et aujourd’hui, ce colloque, organisé en collaboration avec la MSH de Nice, plus précisément le LASMIC, qui nous laisse espérer des rendez-vous réguliers, qui nous permettent d’avancer dans la réflexion et de capitaliser.

Le sujet de notre journée d’étude est donc : « Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? »

Ces questions manifestent une interrogation nouvelle au sein de la communauté scientifique, ou du moins rendent compte de sa plus grande acuité depuis quelques années : la redécouverte des enjeux collectifs de la recherche en SHS et du sort de leurs données qualitatives, après une période de grande individualisation des travaux. Cette réflexion est ponctuée de plusieurs initiatives ou bornes-témoins : Roxane Silberman, Les sciences sociales et leur données, Rapport au ministre de la Recherche en juin 1999 ; le Rapport Dubar-Demazière en 2001 sur la création d'« une banque de données qualitatives » ; le Rapport auprès du Ministère de la Recherche et de la technologie sur les données qualitatives en sciences sociales recueillies en France auprès de la "société civile" par Françoise Cribier et Elise Feller en 2003 ; les travaux du groupe Archives de la Recherche en SHS (ARSHS) pilotés par S. Wolikow dans le cadre du réseau des Maisons des sciences de l'homme à travers le projet "Archives de la recherche" qui ont donné lieu à une publication dans la Gazette des Archives en 2008 ; et dernièrement, la mission de Bertrand Müller pour le CNRS en 2010 qui est parmi nous...

On peut d’ailleurs se demander : pourquoi cette interrogation plus pressante sur le partage et la conservation des données de la recherche en SHS ?

Une série de raisons alimentent selon moi ce mouvement et cette réflexion, et bien sûr, je n’ai pas l’ambition d’être exhaustive :

1° - Des motivations propres à la recherche et à la communauté scientifique (propension à la rétrospectivité et à la réflexivité des acteurs de la discipline, à un moment où les générations fondatrices des SHS de l’après-guerre disparaissent, historicisation de la recherche en SHS, fascination pour l’archive et pour l’archivisation des traces du passé ;

2°- L’impératif patrimonial et la patrimonialisation, qui exigent bien sûr une meilleure conservation des données, mais instaure aussi de nouveaux mots d’ordre tels que la diffusion et l’ouverture au public, le partage des contenus, l’appropriation et la restitution, des mots d’ordre qui par nature sont collectifs au sens où ils concernent des groupes sociaux ou des communautés et auxquels le monde de la recherche n’échappe pas plus que les autres secteurs de la société…

3° - Les exigences de la société de l’information et de la connaissance, qui promeut elle aussi des nouveaux principes, tels que la transparence, l’accès libre et direct aux informations et aux données, la revendication d’ouverture, l’exigence de vérifiabilité…

4° - La pression budgétaire et économique qui s’impose désormais au domaine de la culture, mais aussi au monde de la recherche en SHS (cf. les appels à projets, la recherche sur commande, les appels d’offres, etc.). Désormais, il faut que les investissements, y compris les investissements intellectuels soient rentables et qu’il y ait un retour sur investissements. Comme ces investissements humains sont coûteux, surgit rapidement l’idée que ces investissements devraient être mutualisés, cumulatifs, répliqués même, et que leurs résultats devraient être ordonnés à la collectivité.

5° - La demande sociale, celle qui émane des institutions, des collectivités locales, des associations, qui demandent toutes à être associée à la production des connaissances sur elles-mêmes et qui demandent que leur soient restitués les connaissances produites par la recherche;

6° - Les progrès des systèmes de transmission, de diffusion et de circulation des données et des contenus (informatique, numérique, internet), des outils de partage et de communication qui se multiplient et qui progressent sans cesse en termes de capacité et de rapidité, qui n’existaient pas avant et qui poussent sans cesse au mieux-disant …

Il y a certainement d’autres raisons, on pourra revenir sur ce sujet dans la discussion….

Voilà donc quelle est notre interrogation : la mise en partage des données et des contenus, entre chercheurs et entre différentes SHS, et la mise en partage entre enquêteurs, enquêtés et « société civile ».

Et de fait, notre programme reflète bien ces préoccupations puisque nos intervenants appartiennent aux différentes SHS : histoire, sociologie, anthropologie, ethnographie, ethnologie, linguistique, littérature, patrimoine…Il reflète aussi le dialogue entre le monde de la recherche et la société civile (les films amateurs, la mémoire familiale, le monde carcéral…). Polyphonie des points de vue et des regards sur l’archive sonore et audiovisuelle, qui sous sa forme de l’entretien enregistré ou filmé, est devenu une pratique transversale des SHS, sans pour autant être normalisé ni uniformisé d’une discipline à l’autre. Des corpus oraux qui oscillent, selon le statut qu’on leur assigne dans le cadre de la recherche, entre archives, matériaux de recherche, « contenus » ou « données », oeuvres de l’esprit, objets de patrimoine… Avec des frontières qui sont devenues assez poreuses désormais…

Si on laisse maintenant de côté le « pourquoi », le titre de notre journée d’étude nous emmène clairement du côté du « comment » ? Comment partager les données ? Cette question nous emmène du côté de la technique et des nouvelles technologies du son et de l’audiovisuel ; du côté des outils documentaires, des métadonnées et de l’analyse des corpus ; du côté des règles, de la déontologie et du droit. Ce qui permet de souligner combien la valorisation et l’édition des données qualitatives de la recherche en SHS exigent désormais de compétences professionnelles multiples : technicien de l’image et du son, documentalistes, archivistes, ingénieurs de recherche, chercheurs, ingénieurs informatiques, éditeurs, juristes etc…Il faut désormais penser les corpus sonores dans une chaîne de collaboration ou même dans une chaine de production intellectuelle, qui va de la production à sa diffusion.

Il n’en reste pas moins que l’informatique et internet permettent désormais à des chercheurs individuels de publier ou d’éditer directement leurs corpus sonores, oraux ou audiovisuels. Donc, le défi pour nous, me semble-t-il, c’est de faire en sorte qu’il existe des outils collectifs et collaboratifs, des « plates-formes » collectives, à forte valeur ajoutée, qui puissent être attractifs et efficaces, et présenter des avantages décisifs par rapport à une offre ou à un système plus individuel. Quels pourraient être ces avantages objectifs ? La pérennisation, et la transmission des corpus, la mise en réseau, la comparaison des corpus et le dialogue des corpus entre eux ; la documentation et le perfectionnement des méta-données ; la sécurisation juridique et la protection des auteurs et de leurs œuvres en regard de la propriété intellectuelle, la pluridisciplinarité ou l’interdisciplinarité des regards, « la revisitation »…

Il n’en reste pas moins que cette idée de mise en commun et de partage des ressources, et plus particulièrement de dépôt des corpus oraux qualitatifs, rencontre des freins, des résistances individuelles, qu’il faut sans doute identifier, si on veut pouvoir les faire disparaître ou tout le moins les atténuer, résistances qui selon moi s’enracinent dans la crainte:

du côté des témoins ou des informateurs, il peut y avoir la crainte de perdre son anonymat, crainte de se dévoiler, de s’exposer publiquement, de voire des informations confidentielles divulguées et non maîtrisées, crainte d’utilisations malhonnêtes ou tronquées, crainte d’un non-contrôle des usages des témoignages, crainte de voir des informations mal perçues ou mal reçues, crainte de se voir finalement objectivé etc…Quels pourraient être les antidotes à cette crainte ? Le respect déontologique des personnes et de leur parole, l’esprit de responsabilité, la réflexion sur le caractère « sensible » des informations à court, moyen ou long terme ; la réflexion sur le métier de la recherche par rapport à celui du journaliste ; la prise en compte du facteur « temps » ; la réflexion sur la définition des accès à l’information (sélectif, spécialisé, grand public etc.).

du côté des chercheurs, il peut y avoir la crainte de dévoiler ses pratiques de recherche, la crainte du jugement des autres et de ses pairs, la crainte du « pillage », la réticence psychologique à se dépouiller de ses sources ou de son œuvre, la difficulté à envisager que les corpus oraux puissent vivre d’une vie autonome, détachés de leur auteur initial… Crainte aussi de nuire involontairement aux témoins en rendant publiques des informations accordées au départ dans un cadre confidentiel et de trahir la confiance ou « le pacte d’entretien » d’origine. La solution consiste sans doute à laisser du temps au temps ! On peut aussi imaginer de déposer ses corpus oraux ou audiovisuels une fois qu’on a terminé de les exploiter et qu’on passe à un autre sujet… Mais sans doute cela ne suffit-il encore pas ! Pour déposer ses propres données, il me semble qu’il faut trois autres critères : une prise de conscience patrimoniale1, qui fait dire que les matériaux qu’on a collectés ou constitués sont des traces d’un temps définitivement disparu ; il faut aussi un interlocuteur en qui on ait une totale confiance (une institution dotée de la continuité et d’un ensemble de règles stables, fiables et déontologiques) ; enfin, il faut sans doute ressentir une forme de «réceptivité sociale »…

du côté des institutions, les craintes ne sont pas totalement absentes non plus : crainte d’être dépouillé ou de se faire désapproprier si on « ouvre » trop largement l’accès aux ressources, crainte d’être complices de diffamation ou d’atteintes à la vie privée si la diffusion n’est pas bien maîtrisée, désir de contrôle, crainte de la lourdeur de la gestion des droits de propriété et d’usage, crainte des ayant droits..

En face de ces craintes, il me semble qu’il y a autant de chantiers à ouvrir :

- Inventer les outils documentaires pour permettre la diffusion, mais surtout pour améliorer la description, la comparaison et l’analyse à la fois rapide et fine des corpus, et former les « producteurs-auteurs » des corpus oraux ou audiovisuels

- Ouvrir le chantier juridique et déontologique concernant la diffusion des contenus, du côté des enquêteurs, des enquêtés, des chercheurs et des conservateurs…Définir des « bonnes pratiques » !

- Investir dans de la réflexion sur la diffusion : diffuser quoi ? diffuser comment ? diffuser pourquoi ? diffuser pour qui et pour quels publics ? selon quelles règles ?

- Investir dans la réflexion sur la restitution aux populations enquêtées ou observées : comment le faire ? avec quels outils ? En étudiant quel impact a ce partage ou cette restitution sur les populations concernées ? Et aussi, en étudiant quel impact la restitution de la recherche vers les groupes sociaux étudiés a à son tour sur la recherche elle-même (interactions) ?

Au vu de la complexité de tous ces chantiers, on devine aisément que la clef de la réussite se trouve dans un travailler-ensemble…

Crédits photographiques : merci à Raphaël Parejo-Coudert, association Txoke.

http://histoire-education.revues.org/index352.html
  1. cf. La rupture patrimoniale de Michel Rautenberg, Editions à la croisée, 2003 []

Rencontres nationales des bibliothécaires musicaux à Aix-en-Provence, du 31 mars au 2 avril 2010

MAGNAVOX

Les 10èmes rencontres nationales des bibliothécaires musicaux auront lieu cette année à Aix-en-Provence, du 31 mars au 2 avril 2010.  Ces rencontres professionnelles sont cette année organisées par la Cité du Livre – Bibliothèque Méjanes, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, l’ABF-PACA, l’Arcade Provence-Alpes-Côte d’Azur - Agence régionale des arts du spectacle, soutenus par l'ACIM qui fédère les associations des professionnels de l'information musicale.

Au moment où les discothèques s'interrogent sur la façon dont elles vont pouvoir accompagner la disparition du support "disque" auprès de leur public, l'ACIM a placé ces journées sous le signe du dépaysement et de la multiplication des horizons avec un titre combatif  "Rendre le possible à nouveau disponible". Pour illustrer cette entreprise, Arsène Ott,  président de l'association de l'ACIM, renvoie en exergue à un article de Jean-Jacques Delfour De l'intérêt de désirer la mort de l'utopie : « C’est parce que nous sommes solidement ancrés dans des lieux fondamentaux de séjour que nous pouvons être des voyageurs. » Après les cigales  de Bernard Marris l'année passée, voilà de nouvelles images qui s'offrent aux professionnels pour les aider à construire de nouveaux projets. Mais ces rencontres annuelles ne sont pas faites que d'images, elles sont surtout l'occasion de rencontres, d'échanges et de formations très concrètes.

Le programme complet est accessible sur le site de l'ACIM. Les journées sont ouvertes également aux non adhérents de l'association qui organisera son assemblée générale le 31 mars.  La journée du 1er avril se déroulera à la MMSH, celle du 2 à la Cité du livre.

La matinée du 1er avril offrira une présentation d'institutions musicales locales (Vidéothèque d’Art Lyrique et de Danse et service documentaire d'Arcade) et se terminera par une  histoire de la compression dynamique audio  par Gilles Rettel. L'après-midi sera l'occasion de participer à des ateliers thématiques pour mettre en place des projets concrets, autour du thème "Se mobiliser".

1er atelier : Besoin d’échanger ? La coopération professionnelle à l’ère numérique : évolution des outils et des besoins . L'animateur en sera Nicolas Blondeau, responsable du département Arts de la Médiathèque de Dole et modérateur de la liste discothecaires_fr.

2e atelier : Besoin de mémoire ? Le collectage et sa valorisation Longtemps les collectes enregistrées sur le terrain par les historiens, les anthropologues, les ethnomusicologues ou les linguistes n’ont été accessibles qu’à travers les ouvrages d’érudition ou écoutés sur des disques qui en éditaient des extraits sélectionnés. Aujourd’hui la numérisation du son a simplifié la mise en consultation de ces documents d’archives. La force émotive et la dimension patrimoniale de ces collections "parlent" à des publics multiples qui se découvrent un intérêt pour leur patrimoine culturel, régional ou familial ou tout simplement pour des anonymes qui ont participé à l’Histoire. L’objectif de l’atelier est de présenter des projets de valorisation d’archives sonores en s’appuyant sur des récits d’expériences et sur des écoutes sonores.  La phonothèque de la MMSH a été chargée de l'organisation de cet atelier.

3e atelier : Besoin de médiation ? Les médiathèques actrices de la musique vivante. Edith Anastasiou, responsable du service musique de la Médiathèque Louis Aragon à Martigues animera l'atelier.

4e atelier : Besoin d’espaces ? Les usages du public ont sensiblement évolué, le besoin de lieux aussi. La médiathèque n’est plus mono-centrée autour de ses collections ; elles en irriguent l’activité qui ne se résume plus aujourd’hui au prêt. Entre l’espace de travail, de loisir, de culture et celui du lien social, revisitons celui dévolu à la musique comme partie d’un tout. C'est Frédéric Lemaire, responsable de l’espace musique de la Médiathèque d’Issy-les-Moulineaux qui animera l'atelier.

La fin de la journée sera ouverte à tous avec la projection à 17h, dans l'amphithéâtre de la MMSH, du film Furigraphier le vide, Art et poésie touareg pour le IIIe millénaire. Hélène Claudot-Hawad, réalisatrice du film,  directrice de recherche au CNRS à l'IREMAM introduira la séance.

La journée du lendemain se déroulera à la Cité du Livre, rue des Allumettes. La conférence introductive de Philippe Coulangeon, chargé de recherche CNRS à l’Observatoire sociologique du changement proposera un bilan des pratiques culturelles des Français en matière de musique à l’ère numérique. Gilles Castagnac, directeur de l’Irma présentera ensuite l'étude toute récente publiée par l'IRMA et l'ADAMI sur le thème Artistes 2020 : variations prospectives.

Les journées se termineront autour d'une table ronde sur le thème "Comment les bibliothèques peuvent-elles exister sur la scène numérique ?" modérée par Xavier Galaup, directeur adjoint de la Médiathèque départementale du Haut-Rhin. Et les questions sont brûlantes : les services numériques à distance (téléchargement, streaming) sont-ils une façon de conquérir de nouveaux publics, de nouveaux usages ou de scier la branche sur laquelle nous sommes assis ?  Ou encore, est-il pertinent aujourd’hui sur le plan d’une politique documentaire basée sur l’encyclopédisme et le pluralisme de "scier la branche" des collections physiques en misant sur le tout numérique en ligne ?...  Cette table ronde sera  introduite par une étude comparée de l’offre musicale enregistrée proposée par les principaux sites de musique en streaming ainsi que par les services numériques à distance destinés aux bibliothèques. Elle sera aussi l'occasion pour Pierre Hemptinne, directeur des collections de la Médiathèque de la Communauté française de Belgique de présenter le  tout récent projet de médiation "Archipel, une organologie des musiques actuelles".


Crédits photographiques : Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for Fifth Liberty Loan in New York City, 1895. Collection Powerhouse Museum. Permalien : http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920
Pas de restrictions de droit connues.

Un exemple de partenariat entre la MSH de Nice et la MMSH d’Aix en Provence : de la collecte d’enquêtes à la mise en ligne

Présentation du programme HORoya (Histoire Orale de la Roya) et HOF (Histoire de la Frontière)

Dans le cadre d’un programme de recherche sur les vallées de la Roya et de la Bévéra, la MSH de Nice a conduit sur une période de 3 ans (2005 à 2008) une campagne d’enquêtes orales dans le but de sauvegarder le patrimoine immatériel des populations de cette région. Réalisé grâce au soutien financier de la Région Provence Alpes Côte d'Azur, du Conseil Général des Alpes-Maritimes et de la Mairie de Nice, le projet HORoya (Histoire Orale de la Roya) et HOF (Histoire de la Frontière) est le résultat d’une collaboration entre les Archives Départementales de Nice, la MSH de Nice et le Musée des Merveilles de Tende.

vallée de la Roya copieCarte de la vallée de la Roya avec Google Maps

Mené conjointement par la MSH de Nice et les Archives Départementales des Alpes Maritimes, ce projet s’est matérialisé sous la forme d’un travail de collecte justifié par la richesse patrimoniale et l’originalité de la situation géographique de ces vallées.  Thierry Rosso, membre du laboratoire LASMIC, en a assuré la direction scientifique avec le soutien d'Alain Bottaro, Responsable de section du Conseil Général des Alpes Maritimes et conservateur du patrimoine aux Archives Départementales des Alpes Maritimes. Quinze chercheurs issus de différents laboratoires de sciences humaines et sociales de la MSH de Nice (laboratoire LASMIC pour l’histoire, laboratoire BCL pour la linguistique,  le CMMC, le RITM et l’IDEMEC pour la musicologie) ont participé au collectage de ces enquêtes orales auprès de 80 informateurs (105 enquêtes). Ainsi, s’est constitué un corpus sonore de 115 heures complétés par de riches matériaux écrits, iconographiques et vidéos qui devraient pouvoir générer de nouveaux axes d’études et de recherches. Cette collecte donnera lieu en début 2010, à la publication d’un ouvrage collectif et à une exposition autour de ces collectages.

L’ensemble des données rassemblées par les chercheurs est consultable aux Archives Départementales des Alpes Maritimes qui s’est chargé de la conservation, la valorisation et la diffusion des informations récoltées. Le partenariat inter-MSH, mis en place en amont du programme, a eu pour objectif le traitement documentaire par la phonothèque de la MMSH et la mise en ligne des entretiens sur sa base de données.

Originalité du corpus

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les vallées de la Roya et de la Bévéra ont subi de profondes mutations qui risquent d’altérer la forte identité linguistique, historique et culturelle du pays et d’entrainer la disparition progressive des connaissances héritées des anciens. Afin d’en assurer la conservation, l’exploitation et l’étude, les enquêteurs ont interrogés les témoins sous différentes approches : ethnologique, historique, linguistique et pluridisciplinaire.

Saorge, vallée de la Roya par Sylvain GamelSaorge, vallée de la roya par Sylvain Gamel

L’originalité de ce corpus vient de la diversité des acteurs du projet. Les chercheurs enquêteurs des quatre disciplines de sciences sociales et humaines investies dans le projet (ethnologues, musicologues, historiens, dialectologues), ont travaillé sur leur domaine de recherche respectifs tout en observant méticuleusement les impératifs du programme. Cette configuration de travail constitue justement le grand avantage du programme HORoya-HOF car elle permet d’une part une étude transversale du territoire ciblé (tentative d'exhaustivité), mais elle permet également de dégager des axes d’études nouveaux basés sur l’échange d’expériences.

Présentation du corpus :

Données chiffrées sur le corpusQuelques données sur le corpus


La réalisation de ce programme s'est divisée en deux volets: le premier (2006-2007) traite de l'Histoire Orale de la Roya (HORoya) liée à des territoires marqués par de profondes mutations depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Cette approche pluridisciplinaire offre une base de réflexion sur les interactions entre l'histoire, la culture et l'évolution de la langue. Le second volet (2008-2009), intitulé Histoire Orale de la Frontière (HOF), porte sur les relations que les populations de la région entretiennent avec la question historique et récurrente de la frontière entre la France et l'Italie.

La plupart des informateurs ayant participé aux enquêtes, sont nés dans les années 1930. Témoins privilégiés d’une période révolue, ces anciens, sensibles à la question de la sauvegarde de leur culture et le devoir de mémoire, ont répondu à l’appel des enquêteurs avec plaisir. Porteurs d’un savoir-faire et de connaissances en passe de disparaître, ces hommes et ces femmes se sont improvisés le temps d’un entretien, comme les porte-paroles de l’identité culturelle, historique et linguistique des villages de la vallée. Si certains ont mis l’accent sur leur passion de la tradition des chants, leur attachement à la langue régionale ou à leur métier, d’autres ont insisté sur la façon dont ils ont vécu les événements historiques survenus pendant et après la seconde guerre mondiale (notamment lors du rattachement de Tende et de La Brigue à la France en 1947). D’autres encore se sont exprimés sur la question des voies de communication matérielles et immatérielles ou se sont attachés à décrire les conditions de vie et de travail des anciens. L’identité mixte de ces populations, empruntée à la fois à la culture française et à la culture italienne a permis aux habitants de la région de s’approprier les éléments de leur intérêt et de réinventer leur propre culture au fil du temps.

Saorge, vallée de la RoyaSaorge, vallée de la roya par Sylvain Gamel

Parmi les informateurs non natifs de la région qui ont également été interrogés, on peut distinguer les néo-ruraux ou encore d’autres populations venues s’installer provisoirement dans la vallée. Tous se rejoignent sur l’importance et le devoir de préserver les vallées de la Roya et de la Bévéra, de l’oubli.

Valorisation et perspectives

Au vu de la consistance et de la richesse des informations récoltées, il semble évident que les initiatives telles que le programme HORoya et HOF doivent motiver d’autres projets de la même envergure pour plusieurs raisons : le développement d’axes de recherches transdisciplinaires, la consolidation de la coopération scientifique entre réseaux différents, le développement de partenariats inter-MSH et la mutualisation des moyens, savoirs et savoir-faire.

Le travail de valorisation et de mise à disposition réalisé par les Archives Départementales de Nice sous forme pédagogique et ludique ainsi que la mise en ligne de ce corpus sur la base de données de la phonothèque de la MMSH, permettra au public de découvrir et de se réapproprier les informations à des fins de recherches diverses.

Soulignons enfin, que ce corpus complète deux autres collections sonores déjà traitées par la phonothèque sur la même aire géographique :

Ainsi ne pourrait-on pas à titre d’exemple de réexploitation de la recherche scientifique, stimuler de nouveaux projets d’études autour d’une cartographie des entretiens? Ou encore développer plus avant une collaboration inter-phonothèques qui permettrait notamment une visibilité plus efficace des fonds sonores issus de la recherche? Il semblerait en tous cas, que les pistes d’investigation dans le domaine soient plurielles et il ne tient qu’à la communauté scientifique d’encourager ce type d’actions.

Crédits photographiques : Saorge, vallée de la Roya par Sylvain Gamel. Certains droits réservés. http://www.flickr.com/photos/sylvain_gamel/1295692526/in/photostream/ et http://www.flickr.com/photos/sylvain_gamel/1294818649/in/photostream/