Archives par mot-clé : Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises

De l’atelier au musée : la reconversion d’une luthière de Mirecourt

La luthière Anne-Sophie Trivin travaillant sur les collections du musée de la lutherie et de l'archèterie à Mirecourt (2014, cliché HCH)
La luthière Anne-Sophie Trivin en train de classer un fond d’atelier au  musée de la lutherie et de l’archèterie à Mirecourt (2014, cliché HCH)

Anne-Sophie Trivin (ex Benoit) a débuté sa formation de lutherie en 1982, à 15 ans. Elle fait partie des « nouveaux luthiers » venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Elle commence le violoncelle à 12 ans. Les activités artisanales – qu’elle connaît par son grand-père, tailleur de pierre et sculpteur et un grand-oncle ébéniste – l’attirent. Après la 3e, elle est admise à l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt, établissement ouvert depuis douze ans.

Un monde à part (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Dans sa classe formée de six élèves, le nombre de filles est égal à celui des garçons, marquant une tendance forte des années 1980 : la féminisation du métier, favorisée par l’insertion de la formation en lutherie dans le système de l’éducation nationale.

Féminisation du métier (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

A l’école, pour la formation, elle n’a pas senti de différence faite entre filles et garçons.

Pas de différence  filles/garçons (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Par contre, l’ambiance lui apparaît dure et compétitive, les aînés ont une autorité écrasante sur les plus jeunes.

Ambiance de compétition (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Elle est gauchère et doit faire encore plus d’efforts que les autres pour suivre le rythme, une manière, dit-elle, de forger le caractère.

Les gauchers (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2006 (cliché Catherine Baroin)
Anne-Sophie Trivin vernissant un violon, Mirecourt, 2006 (cliché Catherine Baroin)

Elle évoque l’équipe des enseignants pour la lutherie et la jeunesse des formateurs, à peine sortis de l’école et qui prennent le relai des anciens partant à la retraite.

Enseignants en lutherie (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

En 2e année, la pression est moins forte. On acquiert une certaine aisance grâce à la répétition des gestes techniques qui deviennent « naturels ».

La méthode d’apprentissage (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Pour Anne-Sophie Trivin, l’époque est privilégiée car il existe un véritable suivi des jeunes.

Suivi des élèves (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Gabarits. Collections du Musée de la lutherie et de l'archèterie françaises à Mirecourt (2014, cliché HCH)
Gabarits (Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises à Mirecourt ,2014) Cliché HCH

La 2e année, elle fait un stage chez le luthier René Quenoil, qui est gaucher comme elle. Elle voit dans cet atelier toutes les facettes du métier (réparation et neuf).

Stage chez René Quenoil (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

L’ambiance de travail est silencieuse, le savoir se transmet essentiellement en « montrant ».

On ne parlait pas (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2007 (cliché Catherine Baroin)
Anne-Sophie Trivin en train de fabriquer un violoncelle, Mirecourt, 2007 (cliché Catherine Baroin)

Elle considère qu’on apprend beaucoup en regardant et durant ses trois années d’études à l’école de lutherie à Mirecourt, elle rend visite tous les mercredis à l’archetier Charles Alfred Bazin pour le regarder travailler.

Apprendre en regardant (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

A la fin de la 3e année, après le diplôme, elle est employée chez Jacques Camurat à Paris. Dans l’atelier, le travail est intense et l’ambiance bonne et bienveillante. Elle fait de la réparation. Cependant, elle ne reste pas dans la capitale où elle ne se sent pas bien et tombe souvent malade. Elle retourne à Mirecourt, embauchée par Jean-Jacques Pagès qui vient d’ouvrir un atelier en Italie et n’est présent que 15 jours par mois à Mrecourt.

Embauchée dans l’atelier JJ Pagès (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

La vitrine du luthier Jean-Jacques Pagès à Mirecourt (2012, cliché HCH)
La vitrine du luthier Jean-Jacques Pagès à Mirecourt (2012, cliché HCH)

Au début, elle préfère la réparation, mais elle apprend aussi dans cet atelier à aimer fabriquer du neuf et à travailler sur les effets de sonorité, ce qui la passionne. Elle évoque une  expérience faite à partir de copies d’un violon de Nicolas Amati.

Obtenir un son puissant (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Il y a un style atelier, mais chacun a sa personnalité, identifiable dans chaque instrument.

Chacun sa main (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

En 2002, après 17 ans passé dans la maison Pagès, elle perd son emploi suite à la création par ce dernier d’une nouvelle structure (Ecole internationale de lutherie Jean-Jacques Pagès) où elle n’est pas incluse. Après une pause d’un an, elle reprend la lutherie en partageant un atelier avec l’archetière Catherine Baroin, installée dans l’ancien atelier René Morizot à Mirecourt. C’est l’expérience professionnelle la plus positive de sa carrière.

Tester les instruments (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne Sophie Trivin évoque la relation de travail équilibrée et enrichissante qu’elles partagent pendant trois ans et l’entraide qui caractérise cette « lutherie au féminin », nom du site que la luthière et l’archetière fondent pour faire connaître leur atelier.

La lutherie au féminin (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2005 (cliché Cathy Baroin)
Anne-Sophie Trivin à l’établi, Mirecourt, 2005 (cliché Catherine Baroin)

Cependant, la clientèle n’est pas suffisante. Elle fait de la sous-traitance, mais son travail ne lui permet pas de vivre. Elle doit renoncer avec tristesse à la lutherie et changer d’activité professionnelle en 2008, après plus de vingt ans passés à l’établi.

Difficile d’arrêter l’atelier (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Elle obtient ensuite en juin 2009 un poste au Musée de la lutherie et de l’archèterie de Mirecourt pour travailler notamment sur les collections d’instruments et les inventaires d’ateliers, dans une perspective incluant les facteurs d’instruments, les musiciens et autres acteurs des métiers de la musique .

La lutherie comme aventure humaine (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Classement d'un fond d'atelier (Musée de la lutherie, Mirecourt, 2014) cliché H. Claudot-Hawad
Classement d’un fond d’atelier (Musée de la lutherie, Mirecourt, 2014) cliché H. Claudot-Hawad

Elle revient sur l’apprentissage de la lutherie et l’idée que la violence et l’humiliation utilisées par certains vis-à-vis des apprentis n’aboutissent finalement qu’à entraver la transmission des savoirs.

Une méthode dure et inutile (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)(

Anne-Sophie Trivin, Musée de la lutherie et de l'archèterie françaises, Mirecourt, 2014 (cliché HCH)
Anne-Sophie Trivin, Annexe du Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises, Mirecourt, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Trivin, Anne Sophie  (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  De l’atelier au musée : la reconversion d’une luthière de Mirecourt, Mirecourt, 7 juillet 2014. Enregistrement numérique :  85 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4915.

Crédits photographiques : C. Baroin (photos 3 et 5 : Anne Sophie Trivin à l’établi) ; autres : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête d’Hélène Claudot-Hawad sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.