Archives du mot-clé musique

SAMEDI-La semaine de l’Open Access Week : Emile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La phonothèque vous propose de découvrir un extrait de l’enquête “Émile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur“.

En juin 2010, le petit fils  d’Émile Escalle avait retrouvé son grand père sur la base Ganoub et demandé une copie des enregistrements des différentes enquêtes avaient été déposées à la phonothèque. En février 2014, les ayants droits d’Émile Escalle (son fils et son petit-fils), heureux de diffuser la musique de tradition orale qu’il jouait, se sont rendu à la phonothèque de la MMSH et ont donné toutes les autorisations pour que les archives sonores puissent être diffusées en ligne.

L’enquête de ce corpus nous fait découvrir Émile Escalle violoneux1 et ses interprétations de divers rigodons, de mazurkas dont, de valses, des javas et des troïkas. Les airs issus de compositeurs qui ne sont pas dans le domaine public n’ont pas été mis en ligne. Emile Escalle  raconte la vie des violoneux dans la région de Molines en Champsaur et de l’intérêt des jeunes pour les instruments de musique et de la fabrication des violons dans cette région.

Nous vous proposons un extrait en ligne de cette enquête disponible également sur la base de données Ganoub .

Emile Escalle, violoneux à Moline-en-Champsaur, enquête n°  1532, Interprétation d’un air instrumental par Emile Escalle, n° item 1532-19, enregistré à Moline-en-Champsaur le 2 mai 1973, durée : 1 min45.

Crédit photographique: Watteau, Louis-Joseph, Français : Le violoneux (Palais des Beaux-Arts de Lille)., 1785. Own work. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lille_LJ_Watteau_violon.JPG. Domaine public.

  1. le terme de violoneux s’emploie pour un violoniste de village qui a appris la musique de bouche à oreille. []

“La mélodie de la semaine”, à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association “La mélodie de la semaine“, offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais “All Rights Reserved” (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson “La barque aux 30 matelots”, une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée “Ont anarem gardar”. []

Collecter le patrimoine culturel immatériel : Pratiques, usages, bricolage de l’inventaire

Le vendredi 23 mars aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence (salle 02) une journée d’étude et de formation sur la collecte du patrimoine culturel immatériel (PCI). Le PCI est aujourd’hui l’objet d’appropriations diverses par les acteurs du terrain. Le Ministère de la Culture a mis en place une démarche d’inventaire basée sur la collecte de fiches. Ces journées s’adressent à tous ceux qui souhaitent  échanger sur la méthodologie des enquêtes liées à la collecte du patrimoine culturel immatériel. Après une présentation du cadre général du PCI et d’expériences déjà réalisées, des ateliers consacrés aux exemples des jeux, des musiques et des danses veulent envisager concrètement l’utilisation de ces fiches d’inventaire.

PROGRAMME

Matin

9h

Présentation de la convention UNESCO sur le PCI

Sylvie Grenet, chargée de mission à la Mission ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication

9h45 discussion

10h

Expérience d’une approche régionale de l’inventaire du PCI

Jean-Jacques Casteret, Responsable du Pôle Culture & Société, InÒC Aquitaine

10h30

La collecte du PCI en Aquitaine : de l’Inventaire à la mise à disposition des données

Patricia Heineger, Maître de conférences à l’Université de Pau

11h discussion

11h30

Cartographier le PCI en Algérie : la musique et la danse

Maya Saidani, Ethnomusicologue, Chercheur au Centre national de la recherche préhistorique, historique et anthropologique.

12h discussion

Après-midi

14h

Un projet d’inventaire des jeux traditionnels en France

Laurent Sébastien Fournier,  Maître de conférences à l’Université de Nantes et MMSH  (IDEMEC UMR 7307 CNRS)

14h20

Exemple d’une collecte en cours : les jeux et les sports traditionnels bretons

Baptiste Monchablon,  confédération FALSAB  (Fédération des amis de la lutte et

des sports athlétiques bretons).

14h40

Utiliser les enquêtes orales dans la collecte du PCI

Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH

15h  Discussion et pause

15h30

Travaux pratiques : discussion sur la méthodologie des fiches d’inventaire, avec la participation d’étudiants collecteurs :

Marie-Véronique Amella et Mickaël Boyer, étudiants en Licence, Département d’anthropologie, Université de Provence

Mathilde Lamothe, doctorante en anthropologie, laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002, UPPA (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Cendrine Lagoueyte, post-doc en anthropologie, laboratoire ADES (Aménagement, Développement, Environnement, Santé et Société) UMR 5185, Université Bordeaux Ségalen

Réalisation d’une fiche d’inventaire sur les jeux, la musique ou la danse et échanges avec les participants et les acteurs de terrain
17h

Conclusion par Sébastien Fournier, Maître de conférences à l’Université de Nantes et MMSH (IDEMEC UMR 7307 CNRS)

18h

Diffusion du film  Murmures de la foggara un film sur sur les danses et les répertoires musicaux de la région de Timimoune et Adrar (52 minutes) réalisé par Maya Saidani et Mohamed Yargui (amphithéâtre de la MMSH)

 

Entrée libre, sur inscription auprès de Véronique Ginouvès : ginouves[at]mmsh.univ-aix.fr

Journée organisée avec le soutien de l’USR 3125 (Programme inter MSH Archives de terrain) l’IDEMEC UMR 7307 CNRS et du Ministère de la culture ; préparée en collaboration avec l’Arcade-PACA (contact: Philippe Fanise, Service des musiques et danses traditionnelles du monde).

Crédits photographiques : Japanese New Year tradition. The making of silk cords (shimes), a good luck charm to the bearer. Japan, 1934. Collection des archives nationales des PaysBas, SPAARNESTAD PHOTO/Het Leven. www.spaarnestadphoto.nl

MANIFESTE : La musique a toute sa place en bibliothèque

L’ACIM (Association pour la Coopération des professionnels de l’Information Musicale) publie un texte rappelant les enjeux de la musique en bibliothèque :

La musique est un langage universel propre à attirer et à fédérer tous les citoyens, indépendamment de leurs origines et de leurs catégories socioprofessionnelles. Si l’écoute et la pratique musicale ne cessent de se développer dans le monde, en revanche la culture musicale est trop souvent négligée au niveau institutionnel en France, excepté dans de rares circuits, et n’a jamais été prise en compte par des acteurs économiques davantage préoccupés par la rentabilité de leurs investissements que par la diversité musicale.

Le défunt Conseil Supérieur des Bibliothèques avait constaté dans ses différents rapports que la place de la musique était encore insuffisante dans les bibliothèques. Alors même que cette situation perdure globalement, la musique en bibliothèque est aujourd’hui fragilisée par la baisse des prêts, le développement de l’écoute et du téléchargement en ligne. C’est ainsi que plusieurs nouvelles médiathèques ont ouvert récemment sans présenter la totalité de la documentation musicale (livres, partitions, dvd et disques compacts) voire sans musique.

Ce choix nous semble une grave erreur car l’offre musicale en bibliothèque ne saurait se résumer à une borne de téléchargement ou à une ressource en ligne. Si la place du support CD pourrait être amenée à se réduire à moyen terme, sa présence reste pour l’instant la meilleure manière de matérialiser dans nos locaux une offre musicale hybride, c’est à dire mélangeant collections physiques et collections dématérialisées.

Renoncer à la musique en bibliothèque reviendrait à l’abandonner aux acteurs du secteur marchand qui n’ont pas le souci de la diversité et de la pérennité des œuvres musicales. Tout n’est pas sur le net et tout n’y est pas visible. Malgré son apparente abondance (plus de 7 à 8 millions de titres annoncés sur des plateformes de streaming), l’offre de musique en ligne reste lacunaire dès lors que l’on sort des musiques de consommation courante.

La musique représente une pratique culturelle majeure dans nos sociétés au même titre que la littérature ou le cinéma. Or les pratiques culturelles ne sont pas étanches. Renoncer à la musique en bibliothèque risquerait aussi, en supprimant des passerelles entre elles, de remettre en cause, pour un public éclectique, l’intérêt pour les collections de littérature et de cinéma.

Rappelons à ce propos l’article 7 de la Charte des bibliothèques qui stipule que : “Les collections des bibliothèques des collectivités publiques doivent être représentatives, chacune à son niveau ou dans sa spécialité, de l’ensemble des connaissances, des courants d’opinion et des productions éditoriales.”

Enfin il nous semble important que les médiathèques continuent de jouer un rôle prépondérant dans le développement de la culture musicale à l’aide d’une offre documentaire large mais aussi de concerts et d’animations sous quelque forme que ce soit (conférences, ateliers de créations musicales, etc.). Dans certains territoires, la médiathèque est le seul point d’accès non marchand à la musique.

En accompagnant ces nouvelles pratiques, les bibliothèques ont un rôle important à jouer dans le domaine de l’éducation et la culture musicale du public, notamment pour les nouvelles générations.

 

Ce texte collectif est une proposition de motion qui sera présentée à prochaine assemblée générale de l’ACIM, vous le retrouverez sur les sites ou les blogs de :

l’ACIM http://www.acim.asso.fr/spip.php?article335

l’ADBDP http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article1148

Desperate librarian housewife : http://sophiebib.blogspot.com/2011/06/la-musique-toute-sa-place-en.html

Début du monde http://debutdumonde.blogspot.com/2011/03/la-musique-toute-sa-place-en.html

Echos Doc http://www.echosdoc.net/2011/06/la-musique-a-toute-sa-place-en-bibliotheque/

l’IRMA http://www.irma.asso.fr/La-musique-a-toute-sa-place-en

Mediamus http://mediamus.blogspot.com/2011/03/parce-que-la-musique-toute-sa-place-en.html

XG_BlogNotes http://www.xaviergalaup.fr/blog/2011/06/21/manifeste-la-musique-a-toute-sa-place-en-bibliotheque/

 


Crédits photographiques : MP-1982.69.5Salle des matrices, Berliner Gramophone Company, Montréal, QC, 1910Anonyme – Anonymous1910, 20e siècleArchives photographiques Notman – Musée McCord – Pas de restrictions de droit connues - www.mccord-museum.qc.ca/fr/collection/artefacts/MP-1982.69.5

Le plus grand Jukeboxe du monde

La bibliothèque du Congrès vient de recevoir en don une extraordinaire collection de disques produite entre 1930 et 1950 par Universal Music Group. C’est la première fois qu’un grand label dépose dans une bibliothèque publique la totalité de sa production : 200 000 masters métalliques, 8 à 10 000 bandes magnétiques et 15 000 78 tours vont ainsi venir enrichir les collections de la Library of Congress.  Ils seront stockés sous une colline à Culpepper, en Virginie, dans des bâtiments conçus pour résister à une attaque nucléaire, “Le Packard” (d’après le nom du donateur du site). The Library of Congress Packard Campus for Audio Visual Conservation ou Campus du centre national de conservation de l’audiovisuel est désormais le plus grand musée sonore du monde. Il semble que ce soit un incendie qui a détruit, il y a deux ans, une partie des collections de films et de vidéos de ses studios d’Hollywood qui ait fini par décider Universal Music de confier à une bibliothèque publique cette collection unique. Le temps qui détruit sans relâche les fragiles supports sonores leur a fait accélérer les choses. Universal n’avait pas la capacité de mettre en oeuvre la numérisation et le traitement de tous ces documents : les archives pourront être traitée par des professionnels de la musique et mise à la disposition du public.

Gene DeAnna, directeur du de la section “Recorded Sound” ne cache pas sa joie et raconte volontiers l’histoire magique de ce dépôt qui a nécessité plus de deux ans de négociations. Il est heureux d’imaginer tout ce qu’il a encore à découvrir : d’après une étude seule 14% de la musique enregistrée entre 1890 et 1960 est disponible dans le commerce !

Universal recevra une copie numérique de l’ensemble du fonds et conservera ses droits pour éditer ou rééditer certains titres mais elle abandonne les droits d’écoute sur le site de la Bibliothèque du Congrès. Celle-ci a déjà signé un accord avec une autre grande maison de disques, Sony BMG et dès le printemps elle promet de mettre en ligne en streaming les enregistrements qui auront été traités pour créer le plus grand Jukebox du monde, the Library of Congress National Jukebox.

Crédits photograhiques : Portrait de Louis Armstrong, Carnegie Hall, New York, ca. avril 1947. Photographie de William Gottlieb. Collection de la Bibliothèque du Congrès.  William Gottlieb a cédé cette photographie au domaine public.

Mise en ligne des enquêtes sonores du répertoire musical de la Vésubie autour de Zéphirin Castellon, corpus déposé par Patrick Vaillant

Zéphirin Castellon au fifre

Depuis quelques mois déjà, les notices du corpus d’archives sonores du répertoire musical de la Vésubie autour du musicien Zéphirin Castellon réalisées en 1989 et 1990 sont visibles sur Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH.

Désormais, les fichiers sonores des enquêtes sont en ligne et consultables en lien avec les notices. Les internautes peuvent écouter les enregistrements dans leur ensemble ou chaque morceau séparément, en cliquant sur le lien au-dessus du résumé. Si certains airs ne peuvent pas être écoutés, c’est parce que la phonothèque de la MMSH ne détient pas les droits ou que la qualité du son est trop mauvaise.

Farandole dans une rue de Belvédère accompagnée de musiciens dont Zéphirin Castellon au fifre

Zéphirin Castellon sonneur de cloches

Les amateurs de musiques traditionnelles occitanes pourront entendre plusieurs chants polyphoniques, airs de conscrits ou farandoles. Ils découvriront également des morceaux instrumentaux joués lors d’une séance d’improvisation chez Zéphirin Castellon en 1990, interprétés par Zéphirin Castellon à l’harmonica, Thierry Cornillon au fifre et Patrick Vaillant à la mandoline. Comme exemple de cette session musicale, je vous propose d’écouter un extrait de l’enquête : il s’agit d’une polka improvisée par ces trois musiciens. Le fifre joue la mélodie, l’harmonica et la mandoline l’accompagnent. Malheureusement, nous ne connaissons pas le nom de cette polca :  dans la musique traditionnelle, les airs musicaux n’ont pas toujours de titre et c’est le plus souvent la typologie de la danse qui prime. Mais si un jour vous avez entendu nommer cette polca, alors signalez le nous, nous l’ajouterons à ses métadonnées !

Daniel Fresquet, photographe, a participé à différents collectages de mémoire populaire. Il a réalisé dans le cadre des enquêtes auprès de Zéphirin Castellon des travaux photographiques qui ont capté l’émotion des instants musicaux que vous pouvez entendre en ligne. Nous le remercions de nous avoir autoriser d’en diffuser quelques unes. Vous pourrez voir d’autres images sur l’ouvrage collectif  signalé ci-dessous.

Sorti en 1990, le CD Zéphirin Castellon. Siblar e cantar en Vesubia a été réédité accompagné d’un livret conséquent en 2003. Des textes des participants au projet, dont Daniel Fresquet et Patrick Vaillant, y sont inclus.

Crédits photographiques : Daniel FRESQUET. Contact : dfresquet[at]yahoo[point]fr

Vivem totjorn en montanha ! Traditions musicales en vallée de la Vésubie autour du musicien Zéphirin Castellon

Zéphirin Castellon, chanteur, harmoniciste, siblaïre (joueur de fifre), sonneur de cloches et auteur-compositeur, nait en 1926 dans le village de Belvédère, dans la vallée de la Vésubie (arrière-pays niçois). Il devient gardien de prison à Marseille à sa majorité. C’est également à ce moment-là, loin de son pays natal, que ce musicien emblématique de sa vallée commence à écrire ses chansons. Ses textes rendent souvent hommage à son village et à sa vallée (“Vivem totjorn en montanha”, “Boisson”, “Toujours perché là-haut”, etc.). Dès son départ en retraite, Zéphirin Castellon revient à Belvédère où il pratique sa musique pour toutes les occasions qui se présentent (fêtes régionales, cérémonies religieuses et pèlerinages, repas villageois, etc.). En 1989 et 1990, il est au centre d’une collecte des musiques traditionnelles de Vésubie.

C’est Patrick Vaillant, mandoliniste, chanteur et spécialiste des traditions musicales des Alpes-Maritimes et des vallées occitanes d’Italie, qui, en 2003, dépose à la phonothèque de la MMSH le fonds d’archives sonores enregistré en 1989 et 1990 autour de Zéphirin Castellon. Les enquêtes qui constituent le corpus avaient pour but la création du disque “Siblar e Cantar en Vesubia” (Silex mosaïque, Riom) dont la première édition date de 1990 et la seconde, accompagnée d’un livre conséquent sur le musicien, sort en 2003. Les trente-quatre enquêtes, centrées sur les traditions musicales des fêtes villageoises et sur les chants polyphoniques issus de la tradition vésubienne, française, corse ou italienne, sont en majorité des enregistrements musicaux provoqués pour la réalisation du disque auxquels s’ajoutent d’autres moments captés sur le terrain lors de fêtes ou de situations quotidiennes. Bien que le nombre total d’heures d’enregistrement composant le corpus soit relativement faible (environ 13 heures), l’enquête autour de Zéphirin Castellon et des traditions musicales de la vallée de la Vésubie révèle un contenu très riche.

Ainsi, chaque enquête du corpus a été documentée dans son intégralité et les musiques la composant ont bénéficié d’un catalogage spécifique. Trois types de musiques ressortent de cette enquête : les musiques de rue, les chants polyphoniques et les musiques instrumentales jouées dans un cadre plus intimiste.

Lors de fêtes de village, certaines musiques de rue sont jouées par un couple de sonneurs fifre/tambour (farandoles, airs de conscrits), parfois accompagné d’autres instruments (cymbales, timbales, clochettes, etc.), ou par la fanfare La Banda dau Palhon . Les chants polyphoniques, interprétés par les villageois, sont tirés de répertoires de la tradition vésubienne ou des compositions de Zéphirin Castellon mais aussi de la variété française, corse ou italienne. Enfin, une enquête présente des musiques instrumentales, et parfois chantées, interprétées au fifre (Thierry Cornillon), à l’harmonica (Zéphirin Castellon) et à la mandoline (Patrick Vaillant) lors d’une séance musicale chez Zéphirin Castellon.  Lors de cette rencontre, les musiciens interprètent plusieurs morceaux traditionnels (polkas, valses, fandangos, paso-dobles, javas, mazurkas, etc.) ou composés par Zéphirin Castellon et Thierry Cornillon , ou encore issus de la variété française.

Musiques instrumentales, parole et paysages sonores ne sont pas absents des enquêtes du corpus. Il contient en effet le récit de la légende de la Madone de Fenestre, des explications de Zéphirin Castellon sur sa façon de composer la musique et le récit d’anecdotes de son enfance, des paysages sonores (cloches du village, notamment le carillon traditionnel de Belvédère joué par Zéphirin Castellon ,  sonnailles de vaches, paroles de bergers en occitan, bruits de foule) ou encore des extraits de messes lors de processions des villageois à la Madone de Fenestre.

Entièrement documenté, l’ensemble des enquêtes est consultable sur la base de données de la phonothèque. Les fichiers son y seront prochainement intégrés et consultables en ligne.

Crédits photographiques : Następnego dnia mijamy kolejną przełęcz (po lewej) i schodzimy w kierunku Ref. de la Madone de Fenestre, Oliwia i Mariusz, http://picasaweb.google.com/lh/photo/luvUkgrNx_YBs2ulzMpWVg. Vue du village de Belvédère depuis Roquebillière, Nataraja at fr.wikipedia, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Belv%C3%A9d%C3%A8re.jpg. Les images sont sous Creatives Commons et GNU.

Le fil vocal de la New York Public Library

tubanyplLa bibliothèque de New-York a numérisé des milliers d’images et en a mis une partie sur son Flickr Commons* et l’un de ses albums a pour titre Now playing : music in pictures. Il s’agit de dix-neuf images représentant des scènes musicales qui sont aussi l’occasion de découvrir un nouvel outil social inventé par la bibliothèque de New-York. Comment le nommer en français ? peut-être “fil vocal” (en anglais VoiceThread).

siamnyplVoiceThread est un outil collaboratif multimédia. Avec lui vous allez pouvoir créer des diaporamas commentés vocalement,  avec des textes, des dessins ou des vidéos. Pour l’utiliser, pas de logiciel à télécharger.  Le didacticiel en ligne vous explique comment procéder en trois points : 1. upload, 2. comment, 3. share.

Après vous être identifié, vous téléchargez des images depuis votre ordinateur ou de Flickr ou Facebook. Vous pouvez les commenter en utilisant votre voix à travers un micro ou un téléphone, en écrivant des textes ou en incrustant une vidéo. Plusieurs tutoriels vous expliquent très simplement comment faire. Ensuite il est possible de les partager, revoir des commentaires, créer des groupes… et des tas d’autres choses encore. Un outil de valorisation à tester par les bibliothèques, les musées, les porteurs de projets éducatifs et, bien entendu, les phonothèques.

L’exemple donné par la bibliothèque de New-York part de photographies et de gravures en lien avec la musique issues de ses collections numérisées, où l’on retrouve les images proposées dans le Flickr commons et d’autres encore. Elles sont commentées par des bibliothécaires de la NYPL et une fois enregistré, il vous est possible de laisser des commentaires.  Le diaporama ainsi réalisé évoque des instruments du monde entier et renvoient vers les notices du catalogue de la bibliothèque, plus de 1087 photographies sont indexées sous le terme “Music”. Si vous l’utilisez pour présenter une exposition, des cours ou autre chose merci de me le signaler car j’ai l’impression que cet outil peut être vraiment intéressant pour les institutions scientifiques et culturelles.

En parcourant ces images je pensais à l’autobiographie de Miles Davis, co-écrite avec Quincy Troupe, que je suis en train de terminer.  Ce livre nous plonge dans l’univers du jazz des années 1940, des clubs de la 47eme, 52 ème ou 118ème rue et des autres. Avec Miles on suit l’histoire du jazz du be bop au jazz rock et jazz électrique, toutes ses évolutions et tous les musiciens qui la parcourent. Il nous fait aussi partager sa hargne à voir les “blancs” voler éhontément la musique des “noirs”. Et en regardant ces photos, je me dis qu’effectivement il y a quelques absents.

a-mountain-fiddlernypl

* Pour en savoir plus sur Flickr Commons, allez lire Flickrland sur “Les carnets de la phonothèque” : http://phonotheque.hypotheses.org/452

Crédits photographiques : Album “Now playing : music in pictures” – The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection – Pas de restriction de droits connus.

- [Man playing the tuba] (Digital ID: 832515). Sans date.

-  Siamese musical instrument : the bell wheel (Digital ID: 832954). Sans date.

- A mountain fiddler (Digital ID: 833064). Barnhill Studios — Photographer. 1920.

Vamos a hacer mémoria : el Centro de Documentación Musical de la Biblioteca Nacional de Colombia

Le centre de documentation musical de la bibliothèque nationale de Colombie est un petit frère des centres d’archives sonores que l’on retrouve en France. Il a été créé dans ce même mouvement mondial de revivalisme de la fin des années 1970 et ses objectifs sont bien sûr de conserver mais aussi de mettre à la disposition du public des enregistrements sonores, des films et des images et des partitions sur le patrimoine oral de la Colombie. Jaime Quevedo qui le dirige, est aussi le responsable éditorial de la revue A contratiempo, dont les 13 numéros sont en ligne. La revue est en texte intégral (format PDF), et renvoie à des partitions, des images, des illustrations sonores et vidéos.

providenciaCette année, el Centro de Documentación Musical a mis en place une carte électronique musicale de la Colombie et vous allez pouvoir voyager sans décalage horaire ! Il vous est possible de découvrir ainsi les différents instruments de musique  joués dans la région Pacifique nord de la Colombie et le contexte de leur interprétation avec des images, parfois des schémas et toujours des archives sonores qui viennent illustrer les informations.  Vous pouvez par exemple tout savoir sur la Chirimía Chocoana un quintet (parfois sextet) de clarinette, euphonium et percussions (cymbales et tambours). Si vous partez vers la Caraïbe, visualisez les images magnifiques de musiciens de la minuscule et paradisiaque isla Providencia en écoutant des extraits sonores de la Calypso-Bolero. Si, au contraire, vous vous décidez pour la cordillère, en direction de l’Equateur écoutez une merengue andine, ou le chant de Pedro Bernal.

Une autre “carte musicale” est en cours de réalisation : il s’agit de localiser les festivals de musique colombiens et d’en décrire toutes les caractéristiques (genre musical, période, localisation, organisation, contexte…).  Des images et des extraits sonores viennent compléter les fiches qui sont renseignées par les organisateurs des festivals eux-mêmes. Une trentaine d’évènements sont déjà décrits : de quoi organiser votre futur voyage en Colombie !

Dernier outil, le thesaurus de la musique colombienne et des instruments de musique. Cette liste hiérarchisée est documentée avec en lien des références bibliographiques qui permettent de se repérer dans le temps et l’espace.  Les instruments sont liés systématiquement à classification Sachs Hornbostel.

Actuellement les trois outils sont indépendants mais la volonté du Centre de documentation musical est bien sûr de les réunir et offrir une recherche globale, incluant toutes les références bibliographiques, sonores, iconiques du centre documentaire.  Le site doit encore évoluer car une grande partie est encore encapsulé dans du Flash et des frames qui interdisent toute citabilité. Profitez de le découvrir avec ce billet car il est très mal référencé par notre moteur généraliste dominant, et c’est dommage.

Crédit photographique : Ile de Providencia, Véronique Ginouvès, septembre 2009.

“Le temps des cigales ” : rencontres nationales des bibliothécaires musicaux 2009

Du 23 au 25 mars à Paris, auront lieu les rencontres nationales des bibliothécaires musicaux organisées par l’association pour la coopération des professionnels de l’information musicale (ACIM). Elles se dérouleront à la Bibliothèque nationale de France et à la Cité de la musique qui co-organisent l’évènement avec l’association des bibliothécaires français (ABF).

Cette année, la thématique est celle du partage et de la mutualisation. Le programme file la métaphore des cigales, inspirée par Bernard Maris dans son Antimanuel d’économie publié en 2003 aux éditions Bréal (Vol. 1 « Les Fourmis »vol. 2 « Les cigales »). Pour donner le la, un extrait de l’ouvrage est mis en exergue en présentation du programme :

L’information semble être un ’ bien ’, une dimension de l’humanité, inépuisable, non polluante et susceptible de croître à l’infini. Elle peut être fournie par les uns sans qu’ils s’appauvrissent, chose qui est inadmissible pour l’économie de marché, fondée sur la rareté et l’exclusion. Elle recèle l’abondance et la propriété collective…

Une bien belle idée qui annonce aussi le printemps…

Pendant ces trois jours vous pourrez découvrir (entre autrs choses) le dépôt légal de l’internet musical, l’offre sonore sur Gallica2, une enquête sur les collections de 78 tours en France, le portail de la cité de la musique ou la base de données de l’IRMA (centre d’information et de ressources spécialisé pour les musiques actuelles) et visiter de nombreuses bibliothèques musicales parisiennes.

Crédit photographique : “Egypte”, 1860-1920. The New York Public Library. Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs.  http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?88466 (pas de restriction de publication connue).