Archives par mot-clé : musique traditionnelle

J’ai un long voyage à faire, je ne sais qui le fera…

Jean-François Dutertre, le 10 mars, puis Jean-Michel Guilcher, le 27, ont décidé de partir en voyage et quitter le monde des musiques traditionnelles qu’ils avaient contribué à ré inventer. Le premier était chanteur, compositeur, collecteur, joueur de vielle et d’épinette ; le second ethnologue, chercheur, spécialiste de la danse traditionnelle en France, collecteur.

Tous les deux ont participé à une dynamique formidable pour la connaissance des musiques et des danses traditionnelles de France. Chacun avec un apport spécifique pour les phonothèques de l’oral. Pour ma part je retiendrai la méthode et la rigueur de la collecte chez Jean-Michel Guilcher et le questionnement critique et sensible de Jean-François Dutertre sur les questions de la diffusion des musiques traditionnelles et des collectages – en particulier lorsque dans son dernier métier il était délégué général à l’ADAMI – Société civile pour l’administration des droits des artistes et musiciens interprètes.

Où donc leurs collectes peuvent-elles être entendues aujourd’hui ? Une partie de celles de Jean-François Dutertre peuvent être entendues sur le site des Archives de Vosges. Une partie de celles de Jean-Michel Guilcher (98 notices) sont accessibles sur la base de Dastum.

« Je n’irai plus à la fontaine, le printemps s’en va » entonnaient gaiement Jean-François Dutertre avec Yvon Guilcher, fils de Jean-Michel, il y a quelques 40 ans. Les entendre donnent envie de chanter ou de danser avec eux…

 

Crédits photographiques : danse bretonne, photographie prise un an avant la naissance de Jean-Michel Guilcher en 1913, page 282 de l’ouvrage France from sea to sea, domaine public.

Ecouter les réfugiés d’Asie-Mineure à l’origine du style »Smyrneïko »

En 2013, le corpus sonore “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922″ a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et à la phonothèque de la MMSH et traité à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Un des thèmes récurrents dans les témoignages enregistrés des réfugiés d’Asie-Mineure est celui de la musique. Malgré les événements tragiques qui les touchent en 1922, les Micrasiates mettent en avant dans leurs récits leur joie de vivre et leur sens de la fête. Ce trait de caractère transparaît à travers les discours des réfugiés de la deuxième génération.

A leur arrivée à Syros, les Grecs d’Anatolie se distinguent par leurs chants, leurs coutumes, notamment durant les glentia1, fêtes populaires données à l’occasion des fêtes religieuses ou patronales.

Antonis Mavromoustakis témoigne de ce goût de la fête dans l’entretien 4443, où il évoque l’histoire de ses parents, originaires d’Asie Mineure et installés à Syros après la Grande Catastrophe. Il parle des réfugiés comme de bons vivants, marqués par les traditions, notamment les Apokries2

Ils avaient un meilleur art de vivre, je pense. Malgré la catastrophe, ils continuaient d’organiser leurs festivités. A l’occasion du Carnaval ils se déguisaient. Ma mère, même plus âgée, était marquée par ces traditions et avec ses amis, ils se retrouvaient pour festoyer, chanter. J’ai aussi remarqué cela chez les sœurs de mon père qui étaient originaires de Constantinople. Ils avaient une autre mentalité, ils savaient s’amuser. Ils voulaient profiter de leur vie, ils ne restaient pas enfermés dans leur malheur, à se lamenter sur leur sort. Ils voyaient toujours la vie avec optimisme.

Dans l’entretien 4461, les soeurs Voïkou, issues d’une famille nombreuse de 10 enfants, se rappellent avec nostalgie de leur père, passionné de musique et de leur mère, surnommé la « Smynrniote ». Ils évoquent les grands rassemblements entre voisins à Syros.

– Vous aviez des distractions ici? On chantait des smyrneïka?

Notre père chantait de ces amanedes…Sainte Vierge! Durant le Carnaval c’était de la folie (…) Le premier lundi de Carême, ils mettaient des couvertures par terre et tout le quartier se réunissait, tout le monde était invité. De nos jours on ne voit plus ça. Ils aimaient le vin et passer du bon temps… Oui…et les belles chansons : “Proxthes sto Aigaio” “Geia sou manoula mou glykia “ Mon père, dès qu’il croisait quelqu’un voulait sur-le-champ lui composer un poème personnalisé3 .

Theodosia Hatzigeorgiou (entretien 4450) réfugiée de la deuxième génération, se souvient d’une chanson traditionnelle pour le mariage et en entonne quelques couplets, avant de se laisser emporter par l’émotion.

Ils se réunissaient pour les jours de fête : Noël, Nouvel An, Carnaval, jours fériés… Toute la famille se retrouvait chez quelqu’un : à manger et à boire, de la musique – des chansons d’Anatolie et d’Asie-Mineure à n’en plus finir- et c’était parti !
– Vous vous souvenez d’un chant que vous chantait votre mère? Des berceuses, des incantations?
Des incantations? Je connais des chansons.. Je vais chanter un chant du mariage :
« Le temps est venu, le moment privilégié que Dieu a béni de sa main droite,
O mère quelle joie, quelle grande joie, les frères et sœurs d’un côté et le maître de la maison de l’autre »
Quand je chante ces chansons je suis émue aux larmes, car elles me rappellent mon père et ma mère, et les moments que j’ai vécus enfant, au sein de ma famille. Ces choses-là ne s’oublient pas et je vais les emporter avec moi.

Les témoins évoquent les prédispositions de certains Micrasiates pour la musique, qui se manifestaient parfois dès leur plus jeune âge. Ainsi, Simos Skirianogou (entretien 4449), recueilli à l’Orphelinat américain de Syros a réussi à intégrer l’orchestre municipal de Syros grâce aux enseignements artistiques qui y étaient dispensés. Dans les entretiens sont mentionnés des joueurs et joueuses de oud, de mandoline et de violon.
Le récit de
Despina Dimou (entretien 4442), issue d’une famille de musiciens originaire de Aïvali témoigne de la place privilégiée qu’occupait la musique dans leur vie :

Mon frère jouait du violon lui-aussi. Dans la famille, tout le monde était musicien. De la maison retentissait de la musique. C’était la seule chose essentielle, belle et joyeuse que nous ayons : la musique.

Cette influence orientale dans la musique donne naissance en Grèce au style smyrneïko – littéralement, musique de Smyrne -, qui est une branche du rebetiko. Le « chant de Smyrne » donne à entendre la voix des grecs d’Asie Mineure, qui chantent leur mélancolie empreinte de nostalgie, leur xenitia –  notion d’exil en grec -.

Dans ces chansons se mêlent la douleur et la nostalgie de cette génération qui se trouve confrontée à de profonds problèmes sociaux et économiques.

Les instruments traditionnels d’influence orientale sont le oud (instrument à cordes pincées), le santour (instrument à cordes frappées), le qanûn (instrument à cordes pincées) mais aussi le violon.
Les ethnomusicologues distinguent plusieurs sous-genres comme l’amanes ou manes, solo vocal improvisé qui se caractérise par l’interjection « aman »4 et marque la complainte.  Cette improvisation vocale est souvent accompagnée d’un taksim, improvisation instrumentale qui suit les règles du système musical des maqâm, répandu dans l’Empire Ottoman et en Orient.

Le style smyrneïko est porté par des artistes comme le trio Dimitrios Semsis, Agapios Tomboulis et Rosa Eskenazi, qui interprète cet amanes en 1929 :

Pour aller plus loin :

Panagiota  Anagnostou.   Les  représentations  de  la  société grecque  dans  le  rebetiko.   Sciencepolitique.  Universite Montesquieu – Bordeaux IV, 2011.

Bernard Lortat-Jacob (éditeur). L’improvisation dans les musiques de tradition orale. Ouvrage collectif accompagné d’une cassette d’illustrations musicales. Paris : SELAF, 5 ruede Marseille, 75010 Paris, 1987, Ethnomusicologie 4, 274 p.

Marie-Hortense Lacroix, « Un éclairage hypothétique sur certaines formes vocales traditionnelles : l’improvisation poétique en temps mesuré », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 17 | 2004, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 17 janvier 2016. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/420

Remerciements :

Un grand merci à Panagiota  Anagnostou pour sa relecture.

Crédits photographiques :

Photographie à la Une : Rembetes in Karaiskaki, Piraeus, 1933. Scan from « Fünf Griechen in der Hölle ». Pas de restrictions de droits connues.
Vignette de Soundcloud : Smyrna style rebetiko trio: Dimitris Semsis, Agapios Tomboulis, Rosa Eskenazi, Athens, 1932. Pas de restrictions de droits connues.

Crédits musicaux :
Rosa Eskenazi, Manes Tzivaeri, 1929. Greek Smyrna / Recordings 1920-1930 / Greek Phonograph,

  1. mot emprunté à la langue turque (englence) pour désigner la fête []
  2. nom donné au Carnaval en Grèce qui est célébré 40 jours avant Pâques []
  3. tradition de l’improvisation poétique chantée []
  4. mot d’origine turco-persan qui signifie miséricorde, grâce, pitié []

Collecter le patrimoine immatériel de la Guadeloupe : formation au centre Rèpriz

Le centre Rèpriz – Centre des Musiques et Danses Traditionnelles et Populaires – CMDT1 a impulsé l’inscription du Gwoka sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, obtenue en novembre 2014.  Il a profité de cet anniversaire pour organiser une quinzaine axée sur la formation, la transmission et le savoir en organisant des animations, des stages et des conférences dans le sens de ses missions de collecte et valorisation  du patrimoine musical de la Guadeloupe.

Ce soir, jeudi 26 novembre, à 19h00 au Mémorial ACTe, vous pourrez assister à la projection du film documentaire « Gwoka-la Linèsko, jou mèkrédi-lasa ». Réalisé par Philippe Mugerin et produit par le centre Rèpriz, le film retrace les grandes étapes de la préparation du dossier de candidature et la journée qui s’est déroulée le 26 novembre 2014 à l’UNESCO.

Samedi, se tiendra la dernière action : une journée consacrée à la compréhension et aux enjeux du patrimoine du culturel immatériel avec les conférences de Christian Hottin2, Charles Quimbert3 et Félix Cottellon4.

Pour vous donner une idée de la formation de samedi 21 novembre menée par la phonothèque de la MMSH, vous pouvez suivre le storify réalisé par Laurent de Bompuis, ci-dessous5  :

 

Crédits photographiques : Pendant la formation à la collecte au centre Rèpriz, le 21 novembre 2015, photographie de Laurent de Bompuis.

  1. Le centre est adhérent au réseau de la FAMDT. []
  2. Adjoint au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique à la direction générale des patrimoines au Ministère de la Culture – DPRPS. []
  3. Directeur de Bretagne Culture et diversité, ancien directeur de Dastum. Porteur de l’inscription du fest noz sur la liste représentative du PCI. []
  4. Félix Cottellon est le fondateur du Festival de gwoka en 1988 et du centre Rèpriz en 2005. Il a reçu cette semaine l’Elwa d’or pour avoir porté l’inscription du Gwoka sur la liste repésentative de l’UNESCO []
  5. Merci à Gaëlle Bazir, d’AJN Communication d’avoir tweetté les interventions de la matinée []

1er anniversaire de l’inscription du Gwoka sur la liste représentative du PCI : enjeux et perspectives

Dans le cadre du 1er anniversaire de l’inscription du Gwoka sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, Rèpriz, CMDTP – centre de musique et de danse traditionnelle et populaire de la Guadeloupe, organise une série de séminaires et d’événements culturels du 13 au 28 novembre 2015 sur les enjeux et les perspectives de cette inscription.Capture d’écran 2015-11-13 à 21.22.06

PROGRAMME

Vendredi 13 novembre, 18h30 à la Bibliothèque Multimédia Place Schœlcher à Sainte-Anne, Projection du film documentaire Gwoka-la Linèsko, jou mèkrédi-lasa. Ce film retrace les grandes étapes de la préparation du dossier de candidature et la journée du 26 novembre 2014 à l’UNESCO – Réalisateur : Philippe Mugerin – Production : Centre Rèpriz

Samedi 21 novembre 2015 – 9h00-12h30 / 14h30-17h30 au Centre Rèpriz, 2 rue Dubouchage à Pointe-à-Pitre, Séminaire sur la collecte, l’archivage et la valorisation du patrimoine culturel immatériel, ejneux et problématiques du terrain. Interventions de Dominique Cyrille1, Gustav Michaux-Vignes2 et Véronique Ginouvès3.

Atelier : Réaliser une collecte sur le terrain
– Préciser le cadre méthodologie de la collecte
– Créer une carte heuristique pour sa grille d’enquête
– Appréhender les modalités de cession de droits patrimoniaux des archives à collecter
– Savoir utiliser son magnétophone pour enregistrer un entretien
– Lister les informations signalétiques à archiver avec l’enregistrement
– Enregistrement d’un bref entretien sur une thématique préalablement définie ;
– Restitution et discussions de l’expérience pratique.
Sur inscription : nombre de places limité

Jeudi 26 novembre 2015 – 9h00-11h00 à l’Ecole primaire Florent Donnat de Saint-Protais à Sainte-Anne :  Patrimoine culturel immatériel et éducation : Découverte des instruments de musiques traditionnlles de la Guadeloupe » en partenariat avec l’Ecole primaire Florent Donnat de Saint-Protais et Latilyé Savan’n : Intervenant : Patrick Solvet

Jeudi 26 novembre 2015 à 19h00 au Mémorial ACTe, projection du film documentaire « Gwoka-la Linèsko, jou mèkrédi-lasa ».

Vendredi 27 novembre 2015 à partir de 20h00 – Cité Bologne à Basse-Terre, Gran Léwoz « Hommage à Gérard Pomer » en partenariat avec l’association Cité Bologne Fleurie

Samedi 28 novembre – 9h00/17h30 Séminaire à l’Université des Antilles (salle 7 de la Faculté de droit et d’économie) en partenariat avec le CAGI. La conférence de Christian Hottin4, sur le thème  « La Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : Ses origines, ses enjeux et son fonctionnement« , sera suivie d’une présentation sur le PCI en Bretagne, par Charles Quimbert5 et en Guadeloupe, par Félix COTELLON6.

 

Crédits de l’image à la une : photographie de Stephanie Jubely, juin 2014 (CC BY-NC-ND 2.0).

  1. Docteur ès Musicologie de l’Université Paris-IV Sorbonne, Maître de Conférence Department of African and African-American Studies, Lehman College – City University of New York (CUNY), Responsable de la mission Patrimoine au Centre des Musiques et Danses Traditionnelles de la Guadeloupe. []
  2. Responsable de l’Espace Musique et Cinéma à la Médiathèque Caraïbe, LAMECA []
  3. Responsable des archives sonores de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) USR 3125 AMU – Aix-en-Provence, Ingénieure de recherche CNRS []
  4. A la direction  des patrimoines, il est responsable du patrimoine culturel immatériel et de la politique en ethnologie de la France. Depuis 2006, il coordonne les activités de mise en œuvre de la convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du PCI : inventaires, candidatures à l’UNESCO, recherches pluridisciplinaires []
  5. Directeur de l’association Bretagne culture et diversité, Docteur en linguistique, chanteur, collecteur, pédagogue, ex-directeur de Dastum. Il est un des artisans de la demande d’inscription du Fest-Noz sur la liste du PCI. []
  6. Président de Rèpriz, centre régional des musiques et danses traditionnelles et populaires de la Guadeloupe []

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 : entretien avec Despina Dimou = συνεντευξη με την Δεσποινα Δημου

En 2013, le corpus sonore “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922″ a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et à la phonothèque de la MMSH et traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française : Despina Dimou, réfugiée de la première génération évoque la catastrophe de Smyrne qu’elle a vécu à l’âge de 14 ans 

Δέσποινα Δήμου πρόσφυγας πρώτης γενιάς μιλάει για την μικρασιατική καταστροφή που έζησε σε ηλικία 14 χρονών Ηχογραφήθηκε το 2001 στην Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάκου  για την συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“ 1

Η Δέσποινα Δήμου τη στιγμή της συνέντευξης είναι 92 χρονών. Γεννήθηκε το 1908 στο Αϊβαλί (Κυδωνίες) κοντά στην Σμύρνη. Ο πατέρας της Γαβριήλ Δήμος και η μητέρα της Φανή ήταν από την Κωνσταντινούπολη  και είχαν πέντε παιδιά  τον Θανάση, τη Μαρία, την Ειρήνη, την Αφροδίτη και τη Δέσποινα. Ο Γαβριήλ ήταν γνωστός βιολιστής στο Αϊβαλί με μεγάλο ρεπερτόριο που δεν ήταν μόνο παραδοσιακό.  Χωρίς να έχει πάει  για πολύ καιρό στο σχολείο, είχε μάθει να γράφει και να διαβάζει, ενώ η Φανή ήταν αναλφάβητη. Ήταν μια μεσοαστική οικογένεια με πολύ αγάπη για τη μουσική και διαφορετικά ακούσματα. Ο Θανάσης και η Μαρία ήξεραν και αυτοί να παίζουν βιολί, ενώ όλοι είχαν μουσικές γνώσεις. Η Δέσποινα λέει συγκινημένη πως “έβγαινε πάντα μουσική  μέσα από το σπίτι και πως το μόνο ουσιώδες και χαριτωμένο ήταν αυτό”.Kuiawiak Πριν τα γεγονότα του 1922, όλα τα παιδιά πηγαίναν στο σχολείο εκτός από την Ειρήνη που δούλευε ήδη ως καθηγήτρια και ήταν αρραβωνιασμένη με έναν επίσης καθηγητή, τον Δημήτρη Κοντέλλη, τον οποίο  κατά τη διάρκεια των γεγονότων του 1922 οι Τούρκοι στρατιώτες τον πυροβόλησαν και τον σκότωσαν. Σύμφωνα με την Δέσποινα, πριν τη Μικρασιατική καταστροφή οι Τούρκοι και οι Έλληνες ζούσαν χωρίς εχθρότητα και προβλήματα. Το αίσθημα μίσους από κάποιες ομάδες και η αντιπαλότητα ήρθε αργότερα. – Τον Σεπτέμβριο του 1922, κατά την διάρκεια των διωγμών, η οικογένεια διέφυγε με τα αμερικάνικα πλοία για την  πόλη της Μυτιλήνης στη Λέσβο. Η Φανή κατάφερε να κρύψει κάποιες χρυσές λίρες στο στρίφωμα του φορέματος της και να τις περάσει από το τουρκικό τελωνείο.  – Στη Μυτιλήνη η οικογένεια έμεινε για περίπου ένα χρόνο. Εκεί κατοικούσε μία μεγάλη μειονότητα Τούρκων με τους οποίους η οικογένεια Δήμου ήταν γείτονες. Οι Τούρκοι τους συμπεριφέρθηκαν πολύ καλά, τους βοήθησαν και είχαν μεταξύ τους πολύ καλές σχέσεις. Ένας νεαρός Τούρκος ερωτεύτηκε τη Μαρία (μία από τις αδελφές) η οποία, όπως  η Δέσποινα υποστηρίζει,  ήταν πολύ όμορφη, αλλά εκείνη την  εποχή ήταν σχεδόν αδύνατο να γίνει μικτός θρησκευτικός γάμος. Στο νησί, ζούσαν αρκετές προσφυγικές οικογένειες και συζούσαν όλοι μαζί, μέσα σε μια  όμορφη καθημερινότητα. Η Δέσποινα αναπολεί εκείνη την περίοδο και θυμάται πως ήταν πολύ χαρούμενη. – Ένα χρόνο μετά, λόγω της συνθήκης της Λωζάνης και της ανταλλαγής των πληθυσμών, οι Τούρκοι αναγκάστηκαν να εγκαταλείψουν τη Μυτιλήνη και την Ελλάδα. Ο Θανάσης είχε κάποιες γνωριμίες στη Σύρο από το στρατό και η οικογένεια μετακινήθηκε στην Ερμούπολη. Πέρασαν στην αρχή δύο επισφαλή χρόνια, όπου ο Γαβριήλ έπαιζε βιολί δεξιά και αριστερά και ζούσαν σε μια καρβουναποθήκη. Έπειτα, με πολλές προσπάθειες, κατάφεραν να ανοίξουν ένα μικρό παντοπωλείο στην Ερμούπολη και να νοικιάσουν ένα σπίτι για να μείνουν. Η αδελφή του Ειρήνη, που ήταν καθηγήτρια, έδινε μαθήματα στις μικρότερες αδελφές της, ανάμερα σ’ αυτά ήταν και το μάθημα μουσικής. Η Δέσποινα μας λέει πως η ίδια, είχε πολύ ωραία φωνή και της άρεσε να τραγουδάει, ενώ αργότερα ξεκίνησε να φοιτά στην εμπορική σχολή και έκτοτε δούλευε. Η άποψη της Δέσποινας για την υποδοχή των προσφύγων στη Σύρο είναι αντιφατική, από την μια υποστηρίζει πως οι Συριανοί ήταν καλοπροαίρετοι με τους πρόσφυγες, από την άλλη μιλάει για πολλές δυσκολίες ένταξης, όπως επίσης και για «χαρακτηρισμούς» στο πρόσωπό τους. Κλείνοντας η Δέσποινα λέει  “Συγγνώμη αλλά δεν έχω όμορφες ιστορίες να διηγηθώ”.

Crédits photographiques : Image à la une, portraits de Despina Dimou et son mari. La photographie de Despina Dimou a été déposée à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades.(CC BY-NC).                                       Deuxième image, KuiawiakHistoric Sheet Music Collection 1800-1922), Library of congress. Pas de restrictions de droits connues.

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []

Les collectages d’Alan Lomax accessibles en ligne

L’association nord américaine Association for Cultural Equity (ACE) met à disposition sur son site internet une partie des archives d’Alan Lomax. Images, enregistrements, photographies, vidéos : vous pouvez vous promener sur une carte du monde à travers plus d’un demi siècle1 et découvrir ses collectes : chant de Galice ou du Turkmenistan, ambiance sonore dans les souks d’Errachidia et Meknès au Maroc, entretiens avec des musiciens de République Dominicaine ou avec d’anciens prisonniers qui évoquent les chants en prison et les interprètent…

C’est une merveille de pouvoir parcourir le monde avec Alan Lomax. Il manque certes certains voyages, comme l’Italie ou les premiers enregistrements réalisés pour la Bibliothèque du Congrès entre 1933 et 1942, mais quelques 17 000 fichiers sonores sont accessibles mais aussi les photographies, les émissions radiophoniques et les vidéos. D’autres ressources pédagogiques sont proposées en ligne. Il faut fouiller dans le site car il n’est pas toujours simple à utiliser, mais les découvertes sont nombreuses et belles. Les documents sont citables mais pour toute diffusion il faut prendre contact avec l’association (pour l’utilisation de ces images j’ai eu un retour dans la journée).

 

Crédits photographiques : Musiciens aux tambours lors d’une cérémonie dédiée à Kali à Capesterre Belle-Eau, Basse-Terre (Guadeloupe) en 1962 ; Pêcheur de Sciacca (Agrigento), Sicile (Italie) en 1954 ; Danseurs de sévillane à Sangonera la Verde (Murcia), Espagne en 1952. Photos by Alan Lomax, Courtesy of the Association for Cultural Equity, http://www.culturalequity.org 

  1. Le site donne accès aux archives enregistrées de 1946 à 1990. Les disques d’acetate et d’aluminium gravés entre 1933 et 1942 en collaboration avec la Library of Congress ne sont pas accessibles ici. []

Concerts recorded by the Mont-Jòia Association during meetings and festivals from 1976 to 1983. A new corpus available for consultation at the Sound Archive center of the MMSH

In 1976, in the very act of rediscovering the French traditional music1, the Mont-Joià Association inaugurated the Mediterranean Musical Encounters from Fontblanche, a district of Vitrolles. This association, active in claiming and reviving the Occitan culture, was also a traditional music group. It would be the engine of a major cultural event for the Occitan movement, oriented towards true Mediterranean identity. This identity, expressed in a manifesto2 was not intended to have space boundaries but to be rebuilt by common questions that arose in the late 1980s. Many of those issues remain pertinent at the present day. Only a few artists and groups (Mont-Jòia deserves special mention) , who performed during these encounters, may be seen live on stage today.

The « Rescontrès de la Mar » proposed between 1976 and 1983: dance workshops, music workshops, singing workshops, stringed-instrument making, musicology conferences and concerts. French artists, North African, Italian, Spanish, Greek, Corsican, but also Portuguese, Hungarian, Yugoslav, Macedonian, Iraqis, Iranians were present, improvising sometimes together and creating new mixtures of sounds. This corpus provides an image of world music, as it emerged in the late 1970s and also reflects the Occitan identity trying to define itself. Beside artists’ presentations, introductions to their works or their country, we can hear the commitment and range of feelings expressed through the universal language of music.

The collection of records was deposited by Mont-Jòia Association to the Sound Archive of Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines in 1991. This deposit is as well a way of participating to the « recovery and enrichment of identities movement » that Jean-Mari Carlotti mentioned through the actions of the association.

The French version of the text : http://phonotheque.hypotheses.org/4843

Sound credits : Tura lura lura lo gau canta, played by Mont Joià at a ball hosted with Los del Sauveterre at the Festa de la Lenga in 1978.  Lyrics: http://www.musicanet.org/robokopp/french/turalura.htm

Photo credits : « Microphone », photo by ganatronic, from Flickr, under a Creative Commons Attribution-Share Alike Licence

  1. In order to know more about the topic, look for the recent thesis of Benedict Bonnemason: The revival of traditional music in France: the case of Gascon music between 1975-1985, dissertation done under the direction of Jean-Pierre Albert; viva attended in Toulouse, in 2009. []
  2. The presentation of Rescontrès de la Mar is online at http://www.mont-joia.com/www.mont-joia.com/html/Rescontres.php []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Concerts enregistrés par l’association Mont-Jòia lors de rencontres et festivals entre 1976 et 1983. Un nouveau corpus consultable, sur place, à la Phonothèque de la MMSH

En 1976, en plein cœur de la redécouverte des musiques traditionnelles en France1, l’association Mont-Jòia inaugurait les Rencontres musicales méditerranéennes à Fontblanche, une commune de Vitrolles. Cette association, active dans la revendication et la réanimation de la culture occitane, était aussi un groupe de musique traditionnelle. Elle allait être le moteur d’une manifestation culturelle importante pour le mouvement occitan, orienté vers une véritable identité méditerranéenne. Cette identité, affirmée par un texte manifeste2 ne se voulait pas limitée par l’espace mais reconstruite par la formulation de questionnements qui se posaient dans les années 1980 et qui restent d’actualité. Nombre d’artistes se sont produits dans ces rencontres et, parmi eux, plusieurs ne peuvent plus être écoutés sur scène aujourd’hui, en premier lieu le groupe Mont-jòia, désormais mythique.

Les « Rescontrès de la Mar » ont proposé entre 1976 et 1983 : des ateliers de danse, de musique, de chant, de lutherie, des conférences de musicologie et des concerts. Des artistes français, maghrébins, italiens, espagnols, grecs, corses, mais aussi portugais, hongrois, yougoslaves, macédoniens, irakiens, iraniens se sont côtoyés, ont improvisés ensemble et créé des mélanges inédits de sonorités. Ce corpus sonore offre une image des musiques du monde telles qu’elles émergeaient à la fin des années 1970. Il renvoie également vers une identité occitane qui tentait, à ce moment là, de se définir. Les présentations des différents artistes, de leurs œuvres et de leur pays donnent également à entendre les engagements et  les palettes de sentiments exprimés à travers le langage universel de la musique.

Les enregistrements ont été déposés en 1991 par l’association Mont-Jòia à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence. Pour des raisons de droit, les enregistrements peuvent être écoutés uniquement sur place. Ce dépôt est une des façons de participer à ce mouvement de récupération et d’enrichissement des identités que Jan-Mari Carlotti mentionne dans les actions de l’association.

Text in english : http://phonotheque.hypotheses.org/4843

Crédits phonographiques : Extrait de Tura lura lura lo gau canta, interprété par Mont Jòia lors d’un bal animé avec le groupe Los del Sauveterra lors de la Festa de la lenga en 1978. Paroles : http://www.musicanet.org/robokopp/french/turalura.htm

 

 

  1. Pour cela je vous renvoie à la thèse récente de  Bénédicte Bonnemason : Le renouveau de la musique traditionnelle en France : le cas de la musique gasconne 1975-1985, soutenue à Toulouse en 2009 sous la direction de Jean-Pierre Albert []
  2. Le texte de présentation des Rescontrès de la Mar est en ligne sur http://www.mont-joia.com/www.mont-joia.com/html/Rescontres.php []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts