Archives par mot-clé : occitan

La recette du mois : les beignets dits « cougassons » ou « pets de nonne ».

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois de février s’est porté sur la réalisation de beignets à base de pâte à choux.

Jean-Claude Bouvier est professeur émérite d’ Aix-Marseille Université, spécialiste de dialectologie, du domaine linguistique provençal et d’ onomastique. Continuer la lecture de La recette du mois : les beignets dits « cougassons » ou « pets de nonne ».

Mise en ligne du fonds « La langue et la vigne dans le Gaillacois » aux Archives départementales du Tarn

Les Archives départementales du Tarn ont mis en ligne 18 témoignages oraux, soit près d’une vingtaine d’heures, autour de La langue et la vigne dans le Gaillacois.

Partant du constat qu’il ne semblait pas encore y avoir eu de travaux lexicologiques spécifiques sur la langue de la viticulture à Gaillac, mis à part les notices dans l’Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental, Manon Serres, étudiante au département Science du langage de l’université Toulouse Jean Jaurès, a préparé en 2013-2014 un mémoire de master 1 en linguistique occitane sur La langue et la vigne dans le Gaillacois.

Les enquêtes qu’elle a réalisées et la transcription de certaines d’entre elles ont servi de base à son travail, le but étant de recueillir la langue dans laquelle le métier de viticulteur s’exerce et de montrer que l’occitan parlé aujourd’hui par les hommes et les femmes du Gaillacois est bien plus qu’une survivance lexicale. Pour cette raison, il lui a semblé important de ne pas en rester à une description linguistique mais d’intégrer à son étude un aspect ethnolinguistique, en s’attachant à la vie des viticulteurs et à sa complexité.

Extrait du témoignage d’Odette et Damien Dolle sur les variétés de raisin., enregistré à Carcariètge (Cahuzac-sur-Vère), le 26 novembre 2013 (Cote 19AV9)

Le travail d’enquête ayant été mené en partenariat avec le Département du Tarn, il a été convenu que les sources orales recueillies seraient déposées aux Archives départementales, avec l’accord des personnes enregistrées, afin de constituer un fonds d’archives sonores en langue occitane sur le thème de la vigne dans le Gaillacois.

vigne_1

La collecte s’est déroulée dans ce que l’on appelle le Gaillacois, zone viticole du département du Tarn située entre Saint-Sulpice, à l’ouest, Albi, à l’est, Cordes-sur-Ciel, au nord, et Graulhet, au sud. Elle porte sur le vocabulaire occitan du métier de viticulteur. Les dix-huit viticulteurs enregistrés ont été indiqués par l’association CORDAE/La Talvera, située à Cordes-sur-Ciel (Tarn), par la famille de l’étudiante, qui habite sur la commune de Cahuzac-sur-Vère, ou par les viticulteurs eux-mêmes qui ont activé leurs réseaux de connaissances. Sans que ce soit un choix initial délibéré, bon nombre de locuteurs sont des femmes, lesquelles sont traditionnellement peu présentes en qualité de témoin dans le domaine de la dialectologie.

Extrait d’un entretien avec Gérard Marroulle, enregistré à La Borie (Gaillac), le 20 mars 2014 (Cote 19AV15)

Les personnes enregistrées sont nées entre 1920 et les années 1950. Les entretiens ont été menés en conversation semi-dirigée selon les axes principaux suivants : présentation du témoin, description du métier de vigneron et d’une année de travail, termes occitans liés à l’outillage et au travail de la vigne, mécanisation et ses conséquences sur le métier. Un temps a été réservé à la conversation libre.

Consulter l’instrument de recherche et les témoignages en ligne.

Crédits photographiques : vendanges à Gaillac, Donatien Rousseau (photographe), 1988, fonds Archives départementales du Tarn. Tous droits réservés.

Siverio Pessoa & La Talvera – ForrOccitània

Depuis le Pernambouc, Silvério Pessoa a souvent ramené ses musiques et le forró, pour les associer au groupe occitan, La Talvera. Ces rencontres, débutées en 2003, avaient fait naître un nouveau groupe sous le nom de ForrOccitània, ce disque démontre que l’association a fonctionné sur la durée. L’intention est claire : faire parler les langues entre elles et faire jouer les musiciens ensemble. Accordéon, triangle, tambourin sont les instruments du forró, déjà communs dans le Sud de la France ; s’y ajoute le fifre (pifre occitan et pifano du Nordeste). Ils se retrouvent ici quasiment dans tous les morceaux accompagnés parfois du graïle (hautbois languedocien), du cavaquinho (sorte de guitare d’origine portugaise à quatre cordes), de la bodega (famille de la cornemuse), de la viole à 12 cordes et plus classiquement de saxophones, clarinettes et clavierS. De belles bigarrures musicales où les couleurs des deux pays conservent leur originalité tout en réussissant la fusion. On ne sait plus alors si le chant est occitan ou brésilien, la fête est lancée, le voyage engagé – Escotatz (traditionnel portugais)- titre 8 :

Occitània ven brasiliera

O tão linda

Lo Sertão dança la borrèia

La Résistance est clairement le dénominateur commun de cette fusion. Ce n’est certainement pas le choix le plus facile, car rien de plus mystérieux que la réussite d’un texte engagé en musique. L’interpellation pour un monde « sans flic et sans CRS » est éventée, quant aux noms des hommes politiques, ils sont vite balayés par l’actualité (Chora bananeira – titre 4). D’ailleurs, les injonctions qui parcourent le disque semblent ne pas toujours être faciles à suivre malgré leur simplicité apparente « Es a totòm de plan causir sa dralha, E de sortir de la gregaritat » (Nas terras/Las linhas de la man – titre 3). Pourtant, certains airs trouvent une force et une identité étourdissantes et s’illuminent de cette énergie combattante. Cela fonctionne surtout lorsque les deux récits historiques s’entremêlent dans la contestation. La combinaison des trois héros nés à la fin du 19ème siècle de la chanson Landon, Lampao et Padre Ciço (titre 5) mélange des histoires dont on a souvenance même si on les a oubliées ou jamais entendues. Le bandit Virgulino, surnommé « Le Lampion » à cause de sa puissance de feu, le Père Ciço qui l’a soutenu et le chansonnier Landou ne se sont pas croisés mais ils se seraient certainement unis dans leur refus de l’asservissement.

D’autres chants traversent notre imaginaire avec une fulgurance étonnante, nous faisant brusquement changer d’hémisphère : la valse de Jòrdi Amado (titre 2), où l’accordéon prend des accents andins, est une merveille de tendresse où l’on croit voir virevolter Dona Flor dans les bras de ses deux maris. A la fin de l’avant dernier titre (Casa de aranha/Escotish de l’aranha), la brutalité de la force musicale de deux très brèves séquences  d’archives sonores brésiliennes et tarnaises, nous pincent le coeur… A quand le voyage dans le temps ?

Crédits photographiques :

Couverture du disque ForrOccitània, 2012, http://outrobrasil.com

Brazilië door Johannes VingboonsNationaal ArchiefBeschrijving: « Paraijba » Gezicht op Paraiba, João Pessoa, BraziliëDatum: 1665, URL: http://beeldbank.nationaalarchief.nl/na:col1:dat510088. Pas de restrictions de droit connues.

 

Chronique publiée pour Pastel, le 24 septembre 2012 : http://www.pastel-revue-musique.org/2012/09/forroccitania-silverio-pessoa-et-la.html

« Le décentralisme méditerranéen » Table ronde autour de la musique et de la culture du monde d’Oc

 

 

Stagiaire des métiers du livre (I.U.T d’Aix-en-Provence) à la phonothèque de la MMSH, j’ai assisté mercredi 29 mars, dans le cadre de Babelmed, à une rencontre de professionnels autour des Musiques et cultures du monde d’oc. Musiciens, chercheurs, acteurs de la culture régionale et de la production musicale, se sont retrouvés pour débattre de l’image de langue aujourd’hui et surtout de sa place sur le marché de la musique et de la culture en général.

J’ai été étonnée en constatant qu’une majorité d’occitanistes présents lors de cette rencontre avaient appris la langue d’Oc sans qu’il y ait eu de transmission familiale. Cela m’a rassurée car cet apprentissage universitaire m’a souvent inhibée pour parler la langue. Étant issue d’une famille où il y a eu rupture de la transmission, j’ai ressenti le besoin de renouer avec cette langue, mais je suis parfois mise à l’écart sans oser la parler. Aquela rencontra m’a fach comprener que podiai la parlar sens vergohna perque soi pas la sola  a la parlar per lo plaser e per envenja. Parlar occitan per se raprochar de sa cultura !

Le territoire occitan s’étend de l’Océan Pacifique aux Alpes italiennes. Une surface très grande et très vaste qui regroupe plusieurs dialectes occitans, comme le provençal, le languedocien, ou encore le gascon communément appelés, de nos jours la “langue d’Oc”. La richesse culturelle de notre territoire nous encourage à nous ouvrir sur le monde pour porter un regard sur les autres cultures de la Méditerranée, pour comprendre la décentralisation et l’ancrage de la langue. On se nourrit des autres pour faire valoir et enrichir notre propre culture. Comment définir cette musique ? Aujourd’hui on chante en occitan sur du rap, du rock ou de la dub. Le chant polyphonique, influencé par la forte présence de corses à Marseille, fait maintenant partie de la culture occitane, alors qu’à son origine le chant provençal est plutôt monodique… Pour le groupe Lo cor de la plana la musique est un bon moyen de se décoincer de l’espace culturel français. Manu Théron, fondateur de ce groupe phare à Marseille,  raconte que la musique lui a permis de découvrir la langue et la culture occitane. Il est chanteur avant d’être occitan et a besoin de travailler sa musique et son métier avant toute chose, quelque soit la culture qu’il porte.

Les festivals sont devenus, aujourd’hui des vitrines de la culture d’oc sur le monde et un rendez-vous attendu pour de nombreuses personnes. La langue régionale est souvent mieux perçue à l’étranger que dans notre propre pays. Il est donc devenu nécessaire de valoriser les scènes occitanes pour les rendre plus visibles et moins vieillotte afin de se sortir des stéréotypes (prenez le temps d’écouter ce clip de Mauresca de l’album Bartàs), d’un régionalisme ambiant et des identitaires nationalistes. Tous les acteurs ont mis en avant leur volonté de s’ouvrir et faire partager leur culture à l’ensemble du monde et des gens côtoyés.

Le manque de connaissance sur les cultures régionales nous empêche de bien les comprendre et donc de bien défendre ce que l’on représente. Il manque aujourd’hui des chiffres sur la pratique de la langue qu’elle soit parlée, chantée ou récitée. De plus, de part la diversité du territoire occitan, il est plus complexe de défendre cette cause comme le font les corses ou les bretons.

A lire sur le sujet, la revue en langue occitane Aquò d’Aquí : http://aquodaqui.jimdo.com

Crédits photographiques: Embouchure de l’Hérault à Agde et la Mer Méditerranée, 18 March 2007. Fagairolles 34, description physique:  320x 213 pixels . Fonds domaine public  http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Herault_enbouchure.JPG

 


Nordeste occitan


Quelques accords de banjo suivis de la voix de bluesman méridional de Moussu T, donne le son de ce disque. Dès le premier chant les paroles passent tranquillement du provençal au portugais… il va s’agir de Maratge, d’échanges. Le Brésil et l’Occitanie se rencontrent sur 15 plages ensoleillées et cela semble couler de source : on dirait que les cultures de la Résistance s’entendent bien. Les voix de La mal coiffée, qui habituellement prennent la clé des champs, s’adaptent à la poésie urbaine (plage 6) ; Les bombes 2 bal, lascives, se lancent dans la mélodie tropicale (plage 12)  ; Original Occitana nous offre une version de Diga Janeta très sérieusement « trad » dans sa polyphonie et complètement disjonctée dans ses paroles (plage 14) ; une introduction à la mandole sur un air oriental mélancolique interrompu brutalement par une double voix Karpienna/Pessoa nous foudroie, « Guerra são piores quando são interior / Les pires guerres sont intérieures » ; un pincement de cœur nous étreint en retrouvant les Fabulous troubadors (plage 5) que l’on n’a plus entendu depuis bien longtemps.

Enfin, tout se termine sur une poésie lancinante chantée à la forme du pays de Pernambouc : un dizain de vers de sept syllabes qui énumère les uns après les autres les artistes de ce Nordeste occitan qui ont participé au projet et leurs qualités. Silvério Pessoa nous explique sa démarche sur son titre « Mix raça » (plage 13) : cada um tem un pouco de cada cor / Dos navios negreiros / Da força dos índios / Edas melodias do povo Europeu (Chacun a en lui un peu de chaque couleur / Des navires négriers / De la force des indiens / Et des mélodies du peuple européen). C’est Marc Régnier, un parisien amoureux du Brésil qui a eu l’idée après avoir écouté un peu par hasard Massilia Sound System (plage 3) de se lancer dans cette aventure. Il a très vite découvert que cette idée était déjà ancienne, puisque dès les années 1980 Claude Sicre puis le groupe la Talvera (plage 2) étaient partis à la recherche des musiciens du Nordeste et que leurs liens avec cette terre et ces hommes ont perduré. Sans doute la qualité sonore de l’ensemble du cédé aurait pu être meilleure mais les enregistrements ont été réalisés dans des endroits multiples et parfois improbables de Nice à Toulouse en passant par Carcassonne, Cordes-sur-Ciel et Peyriac au fond du Minervois, cela n’a pas dû faciliter le mixage. Peu importe, l’aïoli a prise, le disque renvoie à une ambiance de fête, de danse d’un monde populaire énergique et rebelle. Un Nordeste occitan dont on aimerait entendre clamer la vitalité plus souvent.

Référence : Silvério Pessoa invite, Collectiu : encontros occitan, 2011 : http://www.silveriopessoa.com.br Chronique rédigée pour la revue Pastel.

Crédits photographiques : Bonecos de barro de Caruarú – Pernambuco, Brésil, photographie de Paula FJ, 2007. Licence CC.

Chansons d’amour en Provence

51gOCcwbUxL._SS500_

Depuis la fin des années 1980, Jean-Luc Domenge collecte des témoignages et du répertoire chanté ou conté à travers la Provence orientale, il furète assidûment dans les bibliothèques et les salles d’archives à la recherche d’inédits et publie ses résultats aux éditions Cantar lou Païs. Deux recueils de contes issus de ses recherches ont déjà été publiés, l’un sur les contes merveilleux l’autre sur les contes du diable et de l’ogre. Cette fois, c’est la chanson qui est à l’honneur. Jean-Luc Domenge connait bien le sujet puisqu’il a travaillé à la republication des Chants populaires de la Provence de Damase Arbaud en 1999 chez le même éditeur. Ici, le projet est de présenter le  répertoire qu’il a collecté, en s’appuyant sur le Catalogue de la chanson française de Patrice Coirault, et en proposant pour chacune des chansons le plus possible d’informations (source, partition, contexte, références). Belle entreprise qui débute avec les chansons d’amour, dans la lignée de Coirault. Pour la réaliser, Jean-Luc Domenge nous transmet en grande partie des chansons qu’il a enregistrées au fil de ses collectes et il y ajoute des sources écrites publiées ou inédites. Bien sûr, vous y trouverez nombre de versions prises chez Damase Arbaud, chez Julien Tiersot ou dans l’enquête Fourtoul mais aussi des chansons retrouvées dans les nombreuses revues et almanachs et les ouvrages de félibres qu’il a dépouillés.

Ses infatigables recherches en bibliothèques lui ont permis également de repérer des manuscrits jusqu’ici inédits et ses informateurs ont accepté de lui prêter des cahiers de chansons qu’il a aussi intégrées dans le corpus. Bref, voilà 150 chansons qui vont offrir un paysage renouvelé de la chanson traditionnelle provençale. Trois années de travail lui auront été nécessaires pour préparer l’édition de ces chants. Pour cela, il a travaillé avec son éditeur Patrick Meyer, fondateur de l’association Cantar lou païs ; Laurence Déou, professeur de galoubet tambourin et chanteuse à ses heures, a transcrit les enregistrements sonores ; Gael Princivale, musicien, a mis au service du projet ses connaissances en informatique musicale en reprenant les 140 partitions de l’ouvrage et en réalisant les fichiers MP3 et MIDI accessibles sur un cédérom qui accompagne l’ouvrage ; Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, a rédigé la préface. L’index vous indique au regard du titre l’origine de la version – et il y en a souvent plusieurs : 10 versions pour Diga Janeta, 11 pour Aquestei mountagno, 9 pour Vitorino ou 10 pour Lou gibous. La bibliographie répertorie près de 80 références. Cet ouvrage devient ainsi un outil de travail indispensable pour les chanteurs de langue d’oc de la jeune génération à la recherche de répertoire mais aussi pour ceux qui s’intéressent tout simplement aux archives sonores chantées. Un seul regret, le cédérom joint propose uniquement une ligne de piano pour découvrir les mélodies… certes la musique provençale est avant tout monodique et cette ligne musicale est suffisante pour pouvoir fredonner un air. Tout de même, il aurait été plus précieux – et sans nul doute plus joyeux – de donner à écouter le chant des interprètes qui ont été enregistrés. D’autant que rien n’est dit sur le lieux de conservation et de mise à disposition des archives sonores à la source de l’ouvrage. N’hésitez pas à commander ce livre à l’association Cantar lou pais. 302 chemin plan aux grottes. 06530 St Cézaire sur Siagne (cantarloupais@laposte.net).