Archives par mot-clé : Open access week

JEUDI – La semaine de l’Open Access Week : Crieuse de tombola à Naples en décembre 2007

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Crieuse de tombola à Naples en décembre 2007, enquête n°1335, enregistrée par Olivier Féraud (9 min).

La crieuse de tombola (« lotteria ») est une figure sociale attachée aux quartiers populaires napolitains. Ces tombolas sont organisées par les commerçants et par une communauté d’habitants du quartier. Les cris de la vendeuse dénotent un caractère exceptionel quant à la durée et la linéarité de l’allongement final. La voix se fait d’autant plus puissante qu’elle doit se faire entendre dans le milieu bruyant du marché. Pour attirer encore plus l’attention, elle secoue telle une maracas le petit panier d’osier contenant les numéros.

Pour en savoir plus sur ce corpus sonore, voir : FERAUD, Olivier. Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, sous la dir. de Jean Jamin, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Doctorale de Sciences Sociales, 2010, 495 p.

Crédits photographiques pour l’image « à la une » : Naples Italy, 1941-1945, San Diego Air and Space Museum Archive – SDASM Archives, pas de restrictions de droits connues.

MERCREDI – La semaine de l’Open Access Week : L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

homme et pigeon

L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans, enquête n°4473, issue de la collection du Musée départemental ethnologique de Haute Provence (Salagon) déposée à la phonothèque de la MMSH, enregistrée par Laurence Miceli-Nicolas auprès de Marie-Louise Caton à Limans en 1991.

Résumé de l’enquête : L’informatrice, fille d’agriculteur, possédait une ferme à Limans avec son mari dans laquelle se trouvait un pigeonnier. Il était « ordinaire » selon elle, contrairement à certains que l’on peut trouver à Limans comme le grand pigeonnier du Curé-Martin, bâtiment aujourd’hui classé. Après avoir évoqué sa jeunesse, elle décrit le pigeonnier dans lequel les pigeons entraient et sortaient librement. Les nids étaient creusés directement dans le mur et orientées vers le sud. Un autre pigeonnier à Simiane-la-Rotonde possédait des niches pouvant se fermer à l’aide de trappes. Ces dernières étaient fermées durant les semailles afin d’éviter aux oiseaux de manger les graines. Elle et son mari s’en occupaient très peu et les oiseaux se nourrissaient tout seul. Ils n’intervenaient que l’hiver quand la terre était gelée et qu’ils avaient du mal à s’alimenter. Ils mangeaient des graines avec les poules et profitaient de l’eau des nombreuses fontaines de la région. Il fallait une échelle pour accéder à la plupart des nids où nichaient une bonne partie de l’année des pigeons « voyageurs ». Les niches (« boulins ») étaient nettoyées chaque année à la fin de l’hiver, avant la période de reproduction. Elle ne pratiquait pas l’élevage, mais elle pouvait revendre quelques pigeonneaux pour gagner un peu d’argent. Pour cela, elle leur coupait le bout de l’aile afin qu’ils ne s’envolent pas, et elle les mettait dans une volière aménagée. Les pigeonniers de Limans ont été construits il y a longtemps, certains datent même du 16e siècle. Il fallait autrefois payer une taxe sur les pigeonniers, taxe abolit à la Révolution. Ils étaient donc réservés à une certaine élite possédant des terres, symbole de richesse. Marie-Louise Caton utilisait la colombine de pigeons comme engrais, préalablement mélangée avec d’autres fumiers (mouton, cheval). Parfois elle tuait un pigeon pour le cuisiner, mais elle n’aimait pas le faire. Elle lui donnait une goutte d’alcool afin qu’il « souffre moins ». Elle les cuisinait soit rôtis au four, soit en « salmis ». Elle prépare pour cela une sauce avec les abats et les parties non consommées du pigeon, et y ajoute de l’ail, des oignons et du poivre. Le foie est écrasé dans la sauce afin de lier l’ensemble. Plusieurs membres de sa famille ont possédé des pigeonniers. Ils n’étaient pas un moyen de subsistance pour les propriétaires. Les pigeonniers ont pour la plupart disparu, le phénomène est pour elle lié à la disparition progressive de la petite paysannerie. Ils n’arrivent plus à survivre et ce sont eux qui possédaient souvent sur leurs terres des pigeonniers. Tout en regardant des revues « Alpes de Lumière », l’enquêtrice et l’informatrice commentent plusieurs pigeonniers de la région. L’enquêtrice lui pose plusieurs questions relatives aux pratiques et aux traditions opérées dans les pigeonniers. Un problème de batterie de l’appareil d’enregistrement coupe l’enregistrement avant la fin.

Crédits photographiques :
– Franco-British carrier pigeon which makes long distance flights, circa 1918, National Library of Scotland.
– Image à la une : Boy with pigeons at [Circular] Quay, Sydney, 22/6/1935, by Sam Hood, State Library of New South Wales.
Pas de restrictions de droits connues.

MARDI – La semaine de l’Open Access Week : Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

L’enquête que nous vous proposons aujourd’hui est issue du corpus : mémoires orales des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône. Ce corpus est composé de 106 enquêtes recueillies auprès de 126 personnes. Le collectage de ce corpus se déroula entre fin 2006 et fin 2007, il fut piloté par un comité composé d’anthropologues et d’historiens spécialistes de Marseille et de la diaspora arménienne, de François Gasnault, directeur des archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH.1

L’enquête choisie va vous faire découvrir les souvenirs d’une famille descendant d’Arméniens à Marseille et de la transmission des éléments de la culture arménienne sur deux générations.

Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens, D2315-1, D2315-2, n°2077, enregistrée à Marseille le 23 novembre 2006, durée : 1h 58min.

Crédit photographique: Service, Bain News, Armenians, 1899. http://www.loc.gov/pictures/collection/ggbain/item/ggb2006002495/. Pas de restriction de copyright connue.

  1. L’ensemble du corpus est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH. []

LUNDI – La semaine de l’Open Access Week : Ambiance de match

World cup_Netherlands - Czechoslovakia_1938

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Nous vous proposons d’écouter deux extraits d’ambiance sonore de stade lors de matchs de football issus du corpus le match de football1 Ce corpus est composé d’enquêtes de terrain réalisées par trois enquêteurs : Christian Bromberger, Alain Hayot et Jean-Marc Marriotini, en France et en Italie, qui rendent comptent de la passion du football et des activités des supporteurs, des joueurs et des entraîneurs des équipes de l’Olympique de Marseille, de la Juventus de Turin et de la San Paolo de Naples dans les années 1980.

Ambiance de stade lors d’un match Toro-Bari, enquête n°1335, enregistrée à Turin en 1985, 9min.

Crédits photographiques : Lagendaal schiet naast / Dutch player shoots on goal but misses, aprile 17, 1932. Nationaal Archief – Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681461103/.

 

Ambiance sonore  de stade lors d’un match OM-Lille, enquête n° 1334, enregistrée à Marseille  en 1985, 15min.

Crédits photographiques : Nederlands elftal, WK 1938- Dutch national team, 1938 World Cup, 5 juin 1938. Nationaal Archief-Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681265073/.

Crédits photographiques : Wedstrijd Nederland-Tsjechoslowakije, WK 1938 / Netherlands – Czechoslovakia match in het Stade Municipal in Le Havre (France), 1938 World Cup, 5 juin 1938. Nationaal Archief-Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681265127/.

 

  1. Voir l’ouvrage suivant : Bromberger, Christian, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, Le match de football: ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, France, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1995. []

Profitez de l’open acess week pour écouter les archives de la recherche

OAWLes chercheurs qui produisent des données sonores au cours de leur travail de terrain peuvent faire le choix de diffuser en libre accès les sources de leur recherche dans une phonothèque. En collaboration avec l’archiviste et selon les thématiques explorées, les chercheurs décident, au moment du dépôt, des modalités d’accès aux données produites. Ils apportent alors tous les éléments de contextualisation nécessaires à la diffusion de leur recherche. Plusieurs outils sont disponibles à la phonothèque pour mettre en œuvre concrètement cette diffusion, en conformité avec les questions éthiques et juridiques.

Dans le cadre de l’Open Access Week sur le thème de « Generation Open ! », un atelier de deux heures est organisé à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme tous les jours du 13 au 17 octobre, de 14 heures à 16 heures. L’objectif est d’offrir aux chercheurs et étudiants chercheurs la possibilité :

– d’écouter des exemples de fonds sonores librement accessibles en ligne à partir d’une recherche réalisée dans Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH ;

– de connaître les différents canaux à travers lesquels ces sources orales vont être diffusées et valorisées (Carnet de recherche, plateformes de recherche comme Europeana, Telemeta, Isidore, Calames…)

– d’échanger sur les questions juridiques et éthiques qui peuvent se poser au moment de la diffusion des entretiens enregistrés ;

– de recueillir des exemples de contrats d’autorisation de consultation et de diffusion utilisés auprès d’informateurs et d’enquêteurs pour la mise en ligne de sources orales.

Projet labellisé FOSTER  (Facilitate Open Science Training for European Research).

Crédits photographiques : île de Bongoyo, baie des requins, Tanzanie, photogr. Véronique Ginouvès, août 2015.

DIMANCHE – L’archive sonore de l’Open Access Week : Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante Cote : F 3354 – N°4155 – enquêteur Baude, Janine ; informateur A., Adrienne s.l., 1983.

Cette enquête a été enregistrée dans le cadre du corpus « Celles qui n’ont pas écrit », réalisé par des étudiants à l’Université de Provence dans le cadre d’un cours de littérature axé sur le récit autobiographique. Anne Roche et Marie-Claude Taranger, responsables de cet enseignement, proposaient aux étudiants de réaliser une enquête auprès d’un témoin de leur choix sur des thématiques variants au cours des années (années 30, guerre de 1939-1945, guerre d’Algérie,…). Pour l’évaluation de ce travail étaient demandé la cassette originale ainsi qu’une transcription de l’enquête. Ces enregistrements sont donc à écouter dans la perspective d’un cours de littérature. Par exemple, les enquêtes et évaluations se concentrent moins sur les locuteurs (informateurs-enquêteurs) que sur le récit, ainsi, la date et le lieu d’enregistrement ne sont pas centrale et sont rarement précisées. La pièce centrale, notée par les enseignants (méthodologie d’enquête, contenu, qualité du témoin), est la transcription. Il peut arriver d’ailleurs que l’enregistrement n’ait pas été conservé et que seule demeure la transcription et l’évaluation de l’enseignant. A chaque enquête correspond un nouvel enquêteur, le corpus peut être considéré comme collectif, regroupant l’ensemble des étudiants de l’année universitaire. S’il arrive souvent que l’informateur choisi soit une « figure », se démarquant par l’originalité de son parcours, c’est notamment par soucis de l’enquêteur de produire une enquête au contenu fort en vue de l’évaluation. La dynamique de ce corpus collectif est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre enquêteurs. Lorsque c’était possible, le résumé des professeurs a été utilisé pour établir le résumé de la notice. Les enregistrements ne sont pas les originaux mais des copies que les enseignants ont faites d’après les enregistrements des étudiants : en plus de la dégradation de la qualité sonore due à la copie, l’intégrité du support original n’est pas toujours respectée et n’a pas toujours pu être retrouvée. Le nom donné à ce corpus « Celles qui n’ont pas écrit » est celui du livre éponyme des deux enseignantes qui s’appuie sur tous les témoignages, ceux des hommes comme ceux des femmes.

Ecouter l’enquête en streaming

Résumé de l’enquête :

L’informatrice est issue d’une famille paysanne qui cultive le blé. Vers l’âge de 15 ans elle est placée dans une maison bourgeoise à Avignon. Le travail de domestique est difficile, elle se rend à Marseille pour y échapper et connaît une période de chômage. Elle trouve plus tard du travail dans une entreprise traitant les dattes, avenue Arenc. Ce travail lui convient mieux que celui de domestique. Elle trouve ensuite une place de serveuse au « Boeuf à la mode », cours Belsunce, où elle est payée au pourboire. Pour chacun de ses emplois, elle fournit à l’enquêtrice ses horaires et son salaire avec précision. Après sa journée de travail, elle fréquente la salle de spectacle l’Alcazar où elle voit se produire de nombreuses vedettes. Elle se souvient d’une ville marquée par le chômage. Elle évoque la crainte du proxénétisme à Marseille, le soir, activité qu’elle associe à la famille Guerini. En revanche, elle ne craint pas le vol et les « bandits » qui sont rares. A l’époque du Front populaire, elle parle d’un « délire » à Marseille auquel elle ne prend pas part. L’informatrice relate ensuite son parcours durant la guerre de 1939-1945. Ayant fait des économies, elle devient propriétaire d’un café à Avignon. Là, elle est contactée par des résistants et collabore avec eux. Elle déclare qu’elle cachait des personnes juives chez elle et son inquiétude à l’époque. L’informatrice n’appuie pas l’épisode de son entrée en résistance qu’elle semble considérer comme naturel ou de bon sens. Elle fait le récit de son transport de cartes d’identités falsifiées à Toulouse où elle est suivie et arrêtée. Elle parle de la délation à cette époque, dont elle a été victime. Elle raconte son parcours en déportation (camp de Ravensbrück puis de Litomerice), la dureté des conditions de vie (atteinte du typhus, elle s’efforce de masquer sa maladie). L’informatrice revient à plusieurs reprises et avec de nombreuses précisions à la demande de l’enquêtrice sur son expérience dans les camps (traitant ainsi du contact avec l’extérieur, du peu de solidarité, de ses relations avec ses camarades ou ses surveillants, du travail – assèchement de marais, déchargement de wagons -, évoquant la dureté du traitement – le défilé des prisonnières nues dans le froid, les fusillés creusant leur propre tombe – et parfois le contraire – bon traitement de certains surveillants). Certaines images et certains épisodes vécus persistent dans son esprit après la guerre. Lors de la Libération, elle est incapable de se réjouir. L’entretien se termine sur sa vision du statut de la femme dans les années 1930, de son départ de chez elle et de son placement, de sa relation avec ses patrons en tant que domestique, et du syndicalisme à son époque.

Crédits photographiques : Free coffee wagon, Lotzen [between ca. 1910 and ca. 1915], Bain News Service publisher, 1 negative : glass ; 5 x 7 in. Pas de restrictions de droit connues.

SAMEDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : La passion pour le football, sens et modalité

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La passion pour le football : sens et modalité – cote D1223, N°1240, enregistré à Aix-en-Provence le 15 février 1997, 27min.

Ecouter l’enquête en ligne

En 1997, au cours d’un séminaire de l’IDEMEC (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative) intitulé Passions ordinaires, Christian Bromberger recense quelques éléments constitutifs, selon lui, de la passion pour le football et du « génie du supporterisme« .

Crédits photographiques : 7/28/11, Guadalajara Chivas vs Juventus FC at Carter-Finley Stadium, Raleigh, NC, James Willamor, (CC BY-SA 2.0).

VENDREDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Le jardin musical de Bijan Chemirani

Isfahan_Lotfollah_mosque_ceiling_symmetric

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Le jardin musical de Bijan Chemirani – cote D1109, N°1163, Enregistré dans le cadre des Rencontre avec les musiciens et danseurs de la Méditerranée – ARCADE, le 11 mai 2001 à Aix-en-Provence, 56min.

Cette intervention de Bijan Chemirani s’est déroulée en mai 2001 au sein des Rencontres organisées de 2000 à 2004 par l’ARCADE (Agence des arts du spectacle en PACA). Les Rencontres avaient pour but la découverte du parcours biographique et artistique de musiciens et danseurs méditerranéens.

Le Manosquin présente quelques spécificités de la tradition musicale perse (métrique, rythmique et instrumentarium) et illustre ses propos au daf (tambour sur cadre) puis au zarb (tambour-gobelets à exécution digitale, aussi appelé tombak). En fin d’enregistrement, Manu Théron (Lo Còr de la Plana) se joint à Bijan Chemirani pour l’interprétation de Maria, chant à décompte1 de tradition chrétienne.

Ecouter l’extrait musical en ligne

Ecouter l’intégralité en ligne

Crédits photographiques : Le plafond de la mosquée du Sheikh Lutfallah à Isfahan, Iran, 27 août 2008, Phillip Maiwald. Photographie sous licence CC-BY-SA 3.0.

  1. chaque nouveau vers porte en son texte le chiffre correspondant à son ordre d’apparition et reprend les textes et chiffres des vers précédents []

JEUDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : La tradition de la barre fleurie dans les Alpes-de-Haute-Provence (2010)

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Dans la région de Manosque, une femme évoque la tradition de la barre fleurie offerte à la mariée lors de son mariage (cote SF238, N°4418. Enregistré le 24 février 2010 à Saint-Michel-l’Observatoire (04) par Danielle Musset. Durée 26min).

Ecouter l’enquête en ligne

Entretien à Saint-Michel-l’Observatoire sur la tradition de la barre fleurie perpétrée dans certaines villes des Alpes-de-Haute-Provence. L’enregistrement a été fait en 2010 par Danielle Musset, ethnologue et directrice du Musée de Salagon.

Crédits photographiques : Two women seated on bench, interior, photographiée en 1915 par B.J. Falk (1853-1925), collections de la George Eastman House. Pas de restrictions de droits connues.

MERCREDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Paysage sonore d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse (1986)

 

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Paysage sonore enregistré lors d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse (cote F3571, N°4512. Enregistré en juin 1986 entre Fréjus et Thorame-Basse (83 et 04) par Jean-Luc Bardyn. Durée 32min x2.

Ecouter l’enquête en ligne

Paysage sonore enregistré lors d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse en 1986. L’enregistrement original 4 pistes était diffusé dans une exposition au Musée de Salagon sur le thème de la transhumance.

 

Crédits photographiques : Troupeau de brebis en hiver, Luchon, photographiée entre 1859 et 1910 par Eugène Trutat, collections de la bibliothèque de Toulouse – fonds Trutat. Pas de restrictions de droits connues.