Archives du mot-clé oralité

Sonore et amoureux, un deuxième aperçu du corpus yéménite de Marceau Gast


Riche des enquêtes sur les pratiques agricoles des populations du Yémen du nord dans les années 1970-1980, le corpus yéménite de l'ethnologue Marceau Gast contient également quelques chants et morceaux instrumentaux. Certains s'inscrivent dans le cadre d'une cérémonie comme le mariage. D'autres sont enregistrés lors de moments plus informels.

C'est le cas de l'extrait que nous vous proposons ici  : durant ce court moment, Marceau Gast échange quelques paroles et rires avec un groupe d'enfants et d'adolescents. Nous sommes dans un village de la région de Sadah au nord-ouest du Yémen, en novembre 1974. C'est la première année de terrain pour l'ethnologue dans ce pays du sud de la péninsule arabique. L'extrait sonore fait entendre un jeune garçon, entouré des encouragements et des rires de ses camarades. Ce garçon, que l'on devine adolescent au timbre de sa voix, entonne au micro un chant d'amour.

Du refrain voici une transcription en arabe et une proposition de traduction en français :

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Traduction

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis assoiffé
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu'il n'y a rien
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu'il n'y a rien

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d'amour
Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d'amour
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi

Transcription et traduction de la chanson: Hanan Maloom, François Dumas
Crédits photographiques: Laure Principaud

A second and loving taste of the yemenite corpus of Marceau Gast

Rich of inquiries on agricultural practices of North Yemen's population in the years 1970-1980, the Yemenite corpus of the ethnologist Marceau Gast also contains a few songs and some instrumental pieces. Some may be parts of ceremonies like weddings, others are recorded during informal moments.

As the extract that we put forward here  ; Marceau Gast exchanging words and laughter with a group of children and teenagers of a village of Sadah region in the northwest of Yemen. We are in november 1974, it's the first year of the ethnologist's field in the south of Arabian peninsula. On the recording, between the encouragements and the laughter of his friends, a young boy, that we guess is a teenager to the tone of his voice, starts singing a love song.

Of the tune here is a transcription in Arabic and a proposition of translation in english:

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Translation

Ô muslims, ô servants of God, I'am thirsty
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing

Ô muslims, ô servants of God, I'm the everlasting lover
Ô muslims, ô servants of God, I'm the everlasting lover
I'm the one who sleeps under (the window?) of king
I'm the one who sleeps under (the window?) of king

Transcription : Hanan Maloom, François Dumas
Translation: Laure Principaud (thanks to Isabelle Blouet)

La loi Hadopi se pointe à l'horizon de l'Assemblée nationale... ou pourquoi j'ai signé la pétition du réseau des pirates

A la phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme, nombre d'enquêtes de terrain enregistrées proposent du répertoire chanté ou conté en langue française ou occitane. Pour chaque chanson ou chaque conte, nous indiquons systématiquement leur titre uniforme. En effet, l'oralité est mouvante : contes et chansons passent de bouches à oreilles et sont interprétées sous des titres multiples même si ils racontent la même histoire. Ainsi, au fil des dépôts, nous découvrons de multiples versions des oeuvres orales enregistrées sur des aires géographiques parfois très éloignées.

Pour les contes, c'est la classification Aarne et Thompson qui sert de référence internationale. Elle est reprise et adaptée au domaine français par Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze, accompagnés par Josiane Bru. Ce sont des outils indispensables pour l'indexation des oeuvres orales. Ces catalogues fournissent pour chaque conte une version type et un schéma détaillé du récit, des informations sur les aires culturelles où il a été recueilli, les différentes versions et éventuellement des attestations littéraires anciennes des thèmes ou tous autres éléments utiles à sa com­préhension. Prenons l'exemple du conte du Renard parrain (n°15 dans la classification Aarne-Thompson, dans la série "animaux sauvages"). A travers le portail du patrimoine oral on retrouve sept versions de ce conte dans le catalogue de la phonothèque de la MMSH et sept autres dans celui du Conservatoire occitan, centre de musiques et danses traditionnelles Toulouse/Midi-Pyrénées.

Pour le chant traditionnel francophone et occitan, les deux outils qui dominent sont les catalogues de Patrice Coirault et de Conrad Laforte. Là encore, les chansons sont présentées suivant une classification thématique et accompagnées d'informations sur leur contenu, leur forme, les aires géographiques de leur interprétation et d'une bibliographie. Il est par exemple possible de retrouver, à partir d'un titre, plusieurs versions interprétée. Patrice Coirault, par exemple, classe la chanson "Rossignolet du bois" dans les chansons d'amour poétiques, lyriques (n° 122). La recherche dans le portail du patrimoine oral de ce titre uniforme fournit plusieurs versions en Bretagne, en Provence et dans le Sud-Ouest de la France. Ainsi suivant les interprètes, les amoureux apprennent à s'aimer ou d'autrefois, le galant est accusé de tromperie et la belle imagine une vengeance à sa manière.

Il ne reste rien des noms de ceux qui ont écrit les contes ou les textes et les musiques des chansons traditionnelles. Sans auteur, compositeur ou parolier attitré, les oeuvres orales des enregistrements de terrain engagent uniquement les droits de l'interprète. Les choses se compliquent quand, lors d'une enquête, il prend l'envie soudaine à un témoin de chanter une chanson entendue au hasard de sa vie... car la culture est vivante : elle est faite de rencontres, d'émotions et d'appropriations.

Soyons plus précis et prenons l'exemple de deux collections enregistrées à trente ans de différence en Vésubie (Alpes-Maritimes). La première a été réalisée dans les années 1967 et 1968 par Bernard Lortat-Jacob qui s'intéressait à la façon dont se construit un répertoire chanté dans une commnunauté.  Au milieu des polyphonies piémontaises et nissardes l'ethnomusicologue questionne une petite fille sur les chansons qu'elle aime chanter et elle entonne, entre deux comptines, "Petit papa Noël". Tino Rossi apprécierait peut-être mais pas la SACEM. La seconde collecte a été enregistrée dans les années 1990. Patrick Vaillant s'intéressait alors au répertoire de Zéphirin Castellon. Ce musicien et compositeur traditionnel a intégré dans son répertoire des chansons qu'il a aimé entendre. Avec ses compagnons il propose une interprétation polyphonique dans la plus pure tradition des Vallées occitanes d'Italie de « Je veux t'aimer » de Frédéric François... Impossible pour la phonothèque de mettre en ligne de tels enregistrements pour des questions de droit d'auteur, nous le savons. Mais avons nous même le droit aujourd'hui de citer dans la base de données les titres des oeuvres d'auteurs ? C'est la question que l'on pourrait se poser en observant l'évolution du site Paroles.net, un site que l'équipe de la phonothèque a souvent utilisé pour repéré des oeuvres musicales de type "variétés". Depuis quelques temps déjà le site n'affichait plus les paroles des chansons mais signalait à l'internaute dans un encadré que "L'accès aux Paroles de Chansons est provisoirement suspendu pour une question d'autorisations". Plus récemment encore, un nouvel encadré est venu s'ajouter informant que le site n'affichait plus d'indiquer les noms des interprètes, des paroliers ou des compositeurs "pour les mêmes raisons"

Nous qui documentons les enquêtes de terrain avons nous le droit de signaler les titres de ces chansons, leurs interprètes et leurs auteurs dans nos base de données d'archives sonores ? Devrions-nous sélectionner dans nos fonds uniquement les interprétations d'un monde dévolu où la chanson n'avait pas de propriétaire ? Les anthropologues s'intéressent au contexte de l'interprétation et aux pratiques collectives bien avant le répertoire lui même. Un agriculteur des Cévennes à qui on demandera de chanter ses chansons préférées ne pourra-t-il choisir d'intégrer dans son répertoire « Alexandrie, Alexandra » ? Comment comprendre les pratiques culturelles si on doit passer sous silence les titres des oeuvres interprétées ? Et que faire aussi de la pratique des timbres qui consiste à écrire des paroles sur un air que l'on aime fredonner ? J'ai le souvenir d'une enquête enregistrée dans les Hautes-Alpes auprès d'une bergère qui aimait créer des chansons sur sa communauté en s'inspirant de mélodies de Michel Sardou. Et si à un moment il devenait possible de réclamer des droits rétroactifs à tous ces anonymes ?

La rédaction des lois a parfois des conséquences très concrètes sur le travail des archivistes et risque des blocages à la diffusion des connaissances que nous sommes encore loin d'imaginer. Voilà pourquoi, en tant que diffuseur de contenus culturels, j'ai signé la pétition du réseau des pirates dont je vous restitue ci-dessous la lettre diffusée actuellement sur le réseau.

Vous avez déjà échangé des œuvres? Vous avez déjà téléchargé des films, des tubes, mais aussi des œuvres rares, oubliées ou tombées dans le domaine public? Si tel est le cas, la loi Hadopi va bientôt faire de vous un PIRATE.

Mais si, comme nous, et comme des millions d'autres citoyens en France, vous pensez qu'il est grand temps de reconnaître ces pratiques d'échange comme inscrites dans la révolution numérique, si vous partagez la conviction qu'Internet nous offre de nouveaux espaces de liberté, et qu'il faut les protéger, nous vous invitons à découvrir et signer le Pacte pour les Libertés numériques en cliquant ici : http://reseaudespirates.net/

Pourquoi signer dès aujourd'hui et rejoindre la communauté des pirates? Parce que, dans moins de 4 jours, le débat sur la loi Création & Internet (Hadopi) reprend à l'Assemblée. Le Pacte totalise à ce jour 8000 signatures. Nous pouvons faire mieux, et atteindre 100 000 signataires dans le week-end! Cliquez ici : http://reseaudespirates.net/?q=/user/register

Au delà de l'actualité  de la loi Hadopi, l'ambition du Pacte est de faire des libertés numériques un élément clé de la campagne des élections européennes de juin prochain... et, plus largement, du débat public, comme Nicolas Hulot l'avait fait pour l'écologie. 

Défendons les libertés numériques : prenez le parti des pirates! http://reseaudespirates.net/?q=/user/register

Le réseau des pirates

Et si vous voulez d'autres arguments, allez lire cette très belle explication d'un signataire sur Blogo Numericus : http://blog.homo-numericus.net/article189.html

Crédit photographique : Men of Fort Story operate an azimuth instrument, to measure the angle of splash in sea-target practice, Fort Story, Va., mars 1942, photographie couleur (titre fourni par FSA or OWI agency caption), pas de restriction de diffusion connue. Propriétaire du fonds : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/cph.3j00108 (n°LC-USW36-963)

Oralité première, oralité seconde

Après ces journées sur le patrimoine immatériel de Rennes, j'ai trouvé par sérendipité un article Jean Dérive (LLACAN) sur l'oralité qui m'a semblé un bel écho à cette formation qui a réuni plus de 150 personnes. L'article a été publié ces jours-ci sous le titre "Les modes spécifiques de transmission du patrimoine oral : traditions et perspectives" sur HAL-SHS. Il est destiné à un livre d'hommages à Jean-Pierre Perrot qui paraîtra en 2009.

Dans ce texte, Jean Dérive rappelle qu'au Moyen-âge, les artistes - souvent musiciens - réalisaient de véritables performances culturelles devant leur public, en récitant leur texte de mémoire, selon les principes habituels de l'oralité. Si des manuscrits circulaient, ils n'étaient qu'un support graphique pour raviver la mémoire. A partir de cet exemple médiéval, et en s'appuyant sur son terrain en Afrique noire, il démontre ainsi que l’oralité n’est pas une culture par défaut, placée sous le signe du manque : manque d’écriture, manque d’auteur (les oeuvres en sont souvent anonymes), manque du raffinement que seul permettrait le recul de l’écrit. Elle est plutôt un choix culturel impliquant un type de rapport au verbe incarné, consommé à chaud dans le cadre « immédiat » d’une cohésion communautaire qui adhère collectivement.

Se référant à W. J. Ong et à son ouvrage Orality and Literacy. The technologizing of the word (Londres, New-York, Methuen, 1982) il suggère que la concurrence entre "oralité première" (transmise de bouche à oreille) et "oralité seconde" (relayée par des médias) se rapproche de la situation médiévale. L'oralité seconde, est capturée par les enregistrements - hier magnétiques, aujourd'hui numériques -, qui deviennent matériellement consultables et conservés, au même titre qu'un ouvrage dans une bibliothèque. Son texte se clos sur cette idée qui mériterait d'être développée dans un autre article : selon Jean Dérive nous assistons, dans les sociétés de l'oral, à une révolution comparable à cette dont nous parle Mc Luhan. Ainsi, de la même manière que le livre a permis de passer de l'audition collective à la lecture individuelle, la consultation des archives sonores substitue à une écoute, ou à des pratiques, collectives, la solitude de l'auditeur devant son écran et son fichier MP3 ou avec son casque sur les oreilles dans une phonothèque. De quoi trouver matière à réflexion pour nous aider à la mise en place du portail portail du patrimoine oral, ou portail de "l'oralité seconde", encore naissant...

Consulter la notice détaillée de l'article de J. Derive sur HAL-SHS - Lire l'article en texte intégral

Crédits photographiques : soirée du 12 décembre, 21h, après avoir discuté longuement (entre autres choses) d'oralité seconde, les participants aux journées sur le patrimoine immatériel à Rennes passent à l'oralité première et écoutent les conteurs et les chanteurs qui se succèdent au cours du repas. V. Ginouvès CC