Archives du mot-clé outil collaboratif

Chercheurs et organisations communautaires: un exemple de collaboration réussie

Le projet ARUC (Alliance de Recherche Universités-Communautés)- Histoires de vie Montréal a débuté en 2007 et s’achèvera en 2012.  Un projet de 5 années durant lesquelles une équipe de plus de 150 chercheurs universitaires et communautaires réalisent des entrevues auprès de résident(e)s montréalais(e)s ayant été victimes de violations aux droits de la personne. Ces entrevues sont enregistrées en format vidéo ou audio et sont conservées au Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia (CHORN) et éventuellement chez des organismes communautaires partenaires.

La notion d’ “autorité partagée” entre les chercheurs, les intervieweurs, ainsi que les personnes interviewées est le concept clé de ce projet. Ceci est possible notamment grâce à l’obtention d’un “consentement éclairé” des personnes interviewées lors des collectes (Cf. le code déontologique décrivant l’éthique du projet). De plus, le projet prévoit des stratégies de partage d’autorité après l’entrevue:  les personnes interrogées participent également à la production de la recherche et notamment à l’interprétation des propos recueillis. Il s’agit en définitive de développer une relation de confiance qui favorise  la collaboration et les prises de décision partagées.

Ce projet est structuré en 7 groupes de travail autour de thèmes géographiques (“Cambodge”, “Haïti” , “Rwanda”) ou transversaux  (“Jeunes réfugiés”, “Shoah et autres persécutions contre les  juifs”, “Histoires de vie en éducation”)  et le groupe “Histoires orales et représentations artistiques”. Ce dernier groupe de travail se base sur les histoires de vies recueillies lors des interviews et élabore des œuvres  musicales, théâtrales, dansées ou encore des expositions, conférences etc. Ainsi les témoignages recueillis participent à la création artistique contemporaine engagée: une façon de donnée une autre vie aux archives ainsi constituées.

Différents outils ont été développés dans le cadre de cette collaboration:

Le projet Histoire de Vie démontre (encore une fois) l’intérêt et la richesse d’une collaboration à grande échelle entre universitaires et communautés, de sorte que ces dernières ne soient pas uniquement observées mais deviennent des partenaires de la recherche. (Nous reprenons ici les propos de Steven High).

Océane Chotard

Après avoir obtenu un master recherche en musicologie-spécialité ethnomusicologie: "Les sillons du Gwo ka de la Guadeloupe" (2008) à l'Université François-Rabelais de Tours, Océane complète sa formation par une maîtrise des sciences de l'information à l'Ecole de Bibliothéconomie et des Sciences de l'Information à l'Université de Montréal (en cours). Ses intérêts professionnels résident dans la préservation, la valorisation et la diffusion du patrimoine musical et particulièrement en ce qui concerne les documents sonores.

More Posts - Website

Un compte-rendu de la journée d’études des professionnels de l’information de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS – 25 novembre 2010

L’institut des sciences humaines et sociales du CNRS a organisé, le jeudi 25 novembre dernier, une journée d’études consacrée aux professionnels de l’information de la BAP F. Cette branche d’activités professionnelle de l’enseignement supérieur et de la recherche regroupe les métiers de la documentation, de la culture, de la communication, de l’édition et des TICE ; elle est décrite dans un REFérentiel des Emplois-types de la Recherche et de l’ENseignement Supérieur (REFERENS). Le programme détaillée et les interventions de la journée sont disponibles sur le site de l’INSHS

Côté métier

La BAP F est fortement représentée dans les unités SHS. 600 personnes accompagnent la vie quotidienne des chercheurs et soutiennent la diffusion des résultats de la recherche en créant un site, en faisant des actions de communication, en proposant une documentation structurée ou en réalisant de la cartographie. Ces métiers sont en constante évolution car très liés aux technologies de l’information et de la communication. L’INSHS a le désir d’animer ce réseau de compétences en aidant à la circulation et à la mutualisation des bonnes pratiques.

Qui sommes-nous ? Des femmes principalement (74%) de plus de 35 ans, documentalistes (50%), ingénieur(e)s d’étude, travaillant à Paris et la région parisienne et aussi dans des unités situées en région, et en particulier en Rhône Alpes et en Provence. L’observatoire des métiers du CNRS pour la BAPF va proposer un répertoire d’activités plus précis que le répertoire des emploi-type, lui même différent de fiches de poste. Un débat a eu lieu autour de la question des missions des professionnels de l’information dans les laboratoires.

Les plateformes à notre service

Les missions du TGE Adonis (http://www.tge-adonis.fr) ont été rappelées : structuration des ressources numériques, moyen de stockage et de calculs pour les laboratoires, plateforme de recherche nommée ISIDORE qui a été inaugurée en décembre 2010. Il s’agit d’un moteur de recherche spécialisé en SHS qui moissonnent les données de collections, 35 à ce jour, et valorisent ainsi des ressources du web invisible comme la banque de données Regards, tout en permettant une recherche globale sur divers portails existants, Revues.org, Crévilles, Persée

Le TGE Adonis a participé à la finalisation de deux autres plateformes proposées par le CCSD. La première présentée lors de cette journée a été SciencesConf-Hal Gestion de conférences (http://www.sciencesconf.org) : il s’agit d’une interface de gestion de conférence pour absolument tout faire autour d’un projet de colloque : appels à communication, création de liste de diffusion, formulaire d’inscription, circuit fermé de validation, actes finalisés, dépôt dans HAL, outils statistiques, site pérenne. Tout projet de site pour un colloque doit être déclaré et soumis à validation, ensuite nous pouvons disposer d’un site propre entièrement paramétrable (interface proche de Hal), y compris le graphisme…La plateforme est articulée avec Azur colloque (centre de paiement du CNRS). Le site est opérationnel depuis fin 2010.

Médihal (http://medihal.archives-ouvertes.fr), autre service du CCSD et projet du TGE Adonis, a pour mission d’archiver de façon pérenne des corpus d’images. Ce projet est né du constat que les chercheurs disposent d’un grand nombre de photos sur des disques durs cassés ! De plus en plus de données numériques sont délocalisées pour être conservées. L’objectif de Médihal est donc de conserver les données de la recherche et de diffuser les collections d’images, d’ouvrir les données à un public et à un autre usage. Comment sont structurées les métadonnées dans Médihal ? Elles suivent les normes IPTC Core Schema for XMP et proposent des images aux formats JPG et TIFF. Au moment de la saisie, il est possible d’indiquer la latitude et la longitude de la prise de vue et d’avoir ainsi automatiquement l’affichage de la géolocalisation de la photographie. Des flux RSS sont générés par auteur et par catégorie. Les images peuvent être diffusées sous licence créative commons ou sous des droits spécifiques. Il s’agit avant tout de mettre en valeur des séries, des collections d’images attachées à un projet de recherche à ou à la numérisation d’un fonds patrimonial ; à voir en exemple, les collections de l’Ifpo et de la Bibliothèque Universitaire de Lyon1.

La présentation a donné lieu à un débat sur la validation des documents déposés. L’extension du service aux données sonores et audiovisuelles pose le problème de façon plus cruciale encore : si il est possible de lire rapidement un document textuel ou de visualiser une photographie, impossible de savoir ce qu’il y a dans un document sonore ou filmique sans prendre le temps d’ouvrir le fichier et d’écouter ou regarder sur la durée : écouter ou visualiser une information continue devient une tâche beaucoup trop lourde pour le valideur. Il faudra trouver d’autres modalités pour les formats audios et vidéos. A lire : la notice de MediHal dans Aldébaran http://aldebaran.revues.org/6509

Aux côtés des revues, la plateforme Revues.org propose désormais des collections de livres en ligne. Il en existe déjà 13 à ce jour. A titre d’exemples, les Presses Universitaires de Rennes (PUR), le Collège de France, ou les éditions Droz ont choisi de mettre en ligne une partie de leur catalogue de monographies via Revues.org. (http://livres.revues.org).
La plateforme de livres de Revues.org qui utilise le logiciel d’édition électronique Lodel permet de réaliser une diffusion multicanal des livres électroniques avec la possibilité d’en proposer la lecture sur liseuse au format ePub. Le Bookserver de Revues.org permet depuis quelques mois, à tout un chacun, de consulter et lire les publications membres de Revues.org sur smartphone, tablette ou liseuse (http://leo.hypotheses.org/5222).

La politique de Revues.org est toujours celle du libre accès au texte intégral, à laquelle s’ajoute la possibilité de s’abonner à une serie des services payants au travers de l’offre OpenEdition Freemium. L’objectif d’OpenEdition Freemium est de développer un modèle économique durable pour le développement du libre accès à la littérature scientifique. OpenEdition Freemium qui s’adresse en priorité aux bibliothèques est présentée comme une forme d’alliance que le Cléo souhaite établir avec ces dernières. L’objectif est de doter le libre accès d’un véritable modèle économique pérenne et d’offrir un mode d’accès à l’information scientifique adapté aux besoins des utilisateurs des bibliothèques, étudiants, enseignant et chercheurs.

Les projets dans les unités

Caroline Abela a présenté le centre de documentation Regards à Bordeaux (http://www.regards.cnrs.fr) qui met à disposition un catalogue très riche, intégré au moteur de recherche Isidore. Il couvre des thèmes variés : géographie, aménagement, développement, environnement, santé, sociétés. Outre cette base de données, des services en direction de publics différents  sont mis en oeuvre : un portail de veille qui propose une sélection de revues thématique, une base de sommaires de revues, une page delicious qui sélectionne des sites par thèmes, un carnet de recherche sur la plateforme Hypothèses – Terrferm – qui accompagne un projet ANR, une collection de photographie  en cours d’intégration sur Médihal.

Depuis 2001 l’ISH a spécialisé une partie de ses savoir-faire dans l’image animée à travers la création du Pôle Image Animée (PIA). Il apporte un soutien technique dans toutes les phases de la production audiovisuelle : écriture du scénario tournage, montage, diffusion. Une base de données des vidéos est en cours de réalisation. C’est un site de recherche qui croise le travail des chercheurs, des conteurs et des réalisateurs. Cette base méritera une notice dans Aldébaran ! Le catalogue des vidéos éditées est accessible sur le site (http://25images.ish-lyon.cnrs.fr).

Telemeta est un logiciel réalisé pour rendre accessible les archives sonores de la recherche de plusieurs laboratoires : le Centre de Recherche en Ethnomusicologie au sein du laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Maison René Ginouvès), le LAM (lutherie, accoustique, musique), le département de la musique de la parole au sein du MuCEM, la phonothèque de la MMSH. Telemeta vise à rendre ces archives accessibles aux chercheurs et, dans la mesure du possible, au public, dans le respect des droits intellectuels et moraux des musiciens et des collecteurs. Mise au point grâce au soutien du programme TGE-Adonis du CNRS et du Ministère de la Culture, elle permet aux chercheurs d’échanger les données en ligne, avec les communautés productrices de ces musiques dans leur pays d’origine, notamment au moyen d’outils collaboratifs comme des marqueurs, des espaces de commentaires, etc… Le logiciel est librement accessible et ses spécifications sont décrites avec précision.

Enfin, vous avez pu déjà visionner sur les Carnets de la Phonothèque la présentation qui a été faite du site Aldébaran (http://aldebaran.revues.org/). L’équipe de ce projet qui propose une sélection des ressources documentaires en sciences humaines en a profité pour lancer un appel à collaboration : si vous êtes intéressés pour rédiger des notices qui permette à la communauté de s’approprier les outils électroniques, de les partager, de mieux les comprendre… n’hésitez pas à nous rejoindre !

Crédits photographiques : “Women in white” doctor Navy planes (motors) at the Naval Air Base, Corpus Christi, Texas, 1944. Photographie de Hollem, Howard R. Biblitohèque du Congrès. Pas de restrictions de droit connues. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34880

2009, année des archives sonores en ligne ?

L’année toute neuve, sera-t-elle celle des archives sonores en ligne ? Jusque là les exemples d’écoute en ligne d’entretiens de terrain en France se comptaient sur les doigts de la main mais voilà que les projets se multiplient.

Après le lancement en Corse de Repertorium, décrit dans les carnets de la phonothèque en décembre, trois sites proposent l’écoute en ligne d’archives de terrain.  Les archives départementales du Cantal (AD15), qui depuis plusieurs années déjà ont créé une section audiovisuelle, viennent tout récemment de proposer une recherche spécifique à ces fonds. A près plusieurs campagnes de collectes et de dépôts, un fonds d’envergure a été constitué. Aujourd’hui vous pouvez écouter des entretiens mais aussi visualiser des films : “L’exemple du mois” est un film couleur muet déposé par un particulier qui a filmé, en 1938 dans les rues d’Aurillac, un défilé organisé pour le millénaire de la naissance de Gerbert, futur pape Sylvestre II. Vous vous repérez dans les collections à travers une recherche simple,  avancée ou en cliquant sur une carte du Cantal. Le site ne propose pas encore de présentation globale des fonds ni du contexte des recherches, il est donc difficile de se faire une idée de l’ensemble des enregistrements et des notices mis à disposition. Ceux qui peuvent être écoutés en ligne sont bien évidemment ceux pour lesquels les archives du Cantal ont obtenu les droits d’utilisation et de diffusion. Il s’agit principalement d’enquêtes récentes réalisées par le directeur des AD15, Edouard Bouyé, et par Frédéric Bianchi, responsable du département audiovisuel, auxquelles s’ajoutent les enregistrements des animations organisées par les archives départementales (forums d’associations, lectures de texte, conférences…) et des émissions radiophoniques de la radio libre Radio 15 (années 1980).

En Basse-Normandie, le CRéCET (centre régional de culture ethnologique et technique) vient de mettre en ligne deux entretiens sélectionnés dans les enquêtes réalisées par l’association. Ici, il s’agit avant tout de valoriser les entretiens dans une démarche de sensibilisation à l’ethnologie en direction du grand public. Il est ainsi possible d’écouter un récit de vie réalisé en 2007 auprès de Lucienne Cabana, ouvrière dans le textile des années 20 aux années 1970, et des extraits d’entretiens enregistrés auprès de différents acteurs du port de Caen-Ouistreham sur le thème de l’escale. L’onglet “base de données du site” ne semble pas encore fonctionner mais il permettra certainement de prendre connaissance des différents entretiens réalisés par l’association.

Le site du patrimoine oral et festif en Aquitaine, Son d’Aquí est plus ancien et les collections documentées sont nombreuses. Vous pouvez écouter en ligne plusieurs fonds sonores dans leur totalité, lorsque les questions des droit ont été réglées, ou sous forme d’extraits. Vous pouvez par exemple accéder au fonds Guy-René Busnel, ancien chercheur du MNATP/MuCEM, qui a enregistré dans le village d’Aas (Vallée d’Ossau) en 1962 ; au archives du festival de Siros (1967-2006) où ont été présentés de nombreux chanteurs et conteurs béarnais ; diverses collectes de Pierre Boissière et de Pierre Corbefin, que l’on retrouve également dans la base de données du centre des musiques et danses traditionnelles en Midi-Pyrénées à Toulouse (mais sans les extraits sonores) ; les archives d’un des pionnier de l’édition discographique occitane, Jean Moureu (1924-1995) créateur de la maison de disques Junqué-Oc (Jurançon, Pyrénées-Atlantiques).

Ainsi les collections sonores inédites deviennent peu à peu accessibles sur la toile. Mais cette expansion montre aussi un paysage documentaire dispersé et morcelé et la cartographie des archives sonores inédites en France reste à faire. C’était déjà une remarque du rapport Cribier/Feller en 2003*. Comment repérer les collections sonores dans leur ensemble ? Les portails pourraient être une solution à cet éparpillement. Ce sera justement l’un des axes des prochaines rencontres nationales de l’ACIM (association pour la coopération des professionnels de l’information musicale). Dans le programme de ces rencontres plusieurs portails, nationaux et européens, seront présentés (Gallica 2, la Cité de la musique, le portail du patrimoine oral et Michael). Ces portails pourraient devenir de véritables outils de partage , de mutualisation, de valorisation mais aussi de repérage et de cartographie du patrimoine sonore inédit.

* Cribier F., Feller E., 2003, Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès de la ‘société civile’., Rapport au Ministère de la recherche, 2 vol., 170 p. [en ligne] http://www.cmh.acsdm2.ens.fr/rapport/Rapdonneesqualita.pdf

Crédit photographique :Drinking to the New Year, New-York [prise de vue entre 1910 et 1915], plaque de verre, Bain News Service, collection George Grantham Bain Collection (Library of Congress).
http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2163812678

Collecter, organiser, valoriser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales : Quelles collaborations mettre en œuvre ?

Les 18 et 19 septembre 2008 se tiendront à la MMSH deux journées d’étude sur les archives de la recherche en sciences humaines et sociales. Ces journées sont organisées par Florence Descamps (EPHE) et Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH) et soutenues par l’unité de service et de recherche de la MMSH et le programme ARSHS.

Le programme est en ligne sur Calenda.

En guise d’illustration, pendant tout le mois de septembre, dans les locaux de la MMSH vous pourrez voir une exposition sur les archives dans le cadre de la recherche sous le titre « ARCHI Facile » réalisée par le secteur archives et la communication de la délégation Paris Michel-Ange au CNRS.

La journée introductive présentera un certain nombre d’initiatives concernant l’archivage, la publication, la valorisation ou le partage des données de la recherche en sciences humaines et sociales, et les collaborations qui peuvent être mises en œuvre pour les réaliser. Elle se terminera par une visite en fin d’après-midi de l’exposition: André Masson – Georges Duby, les ateliers d’Aix-en-Provence au centre aixois des archives départementales des Bouches-du-Rhône.

La seconde journée a pour objet les archives sonores et audiovisuelles. Elle s’inscrit directement dans le cadre du programme ARSHS, dans le cadre du réseau des maisons des sciences de l’homme La matinée présentera des exemples de ré écoute ou de mise à disposition de corpus sonores en SHS et l’après-midi sera consacrée à une table-ronde autour des outils collaboratifs mis en place pour le son.

N’hésitez pas à participer à ces journées ! Elles sont librement ouverte à tous sur une simple inscription par courriel à l’attention de Véronique Ginouvès <ginouves[arobase]mmsh.univ-aix.fr].

Crédits photographiques : “Supports“, par Pierre Monteil, licence Creative Commons (CC)