Archives du mot-clé patrimoine immatériel

14762767461_441b1d783d_o

Heritage Archives of Tanzania : la phonothèque de la MMSH à Dar-es-Salaam

14762767461_441b1d783d_o

La phonothèque de la MMSH  participe au programme européen soutenu par l'UNESCO "Safeguarding, Preservation and Promotion of the Heritage Archives of Tanzania: the African Liberation Heritage Archives". Dans ce cadre, une formation à la collecte, l'archivage et la valorisation des archives sonores aura lieu à Dar-es-Salaam du 25 août au 5 septembre 2014. Continue la lecture

En ligne : Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel

Le Museum Association of Newfoundland and Labrador pour le Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP) viennent de publier en ligne1 un Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel.

Ce document fait un point sur tous les outils et les méthodes à notre disposition pour prendre en compte le patrimoine culturel immatériel (PCI) dans les projets de numérisation. Pour expliquer leur démarche, les auteurs partent de l'exemple du "caveau à légumes" (cf. photographie ci-dessus) pour nous faire comprendre l'intérêt de l'archivage numérique du PCI :

Qu'est-ce qu'une entrevue enregistrée au sujet d'un caveau à légumes peut nous apprendre sur le mode de vie des gens de l'époque? À qui cette information pourrait-elle être utile et comment pourrait-elle avoir un effet positif sur une communauté? Le fait de documenter les pratiques traditionnelles, comme la façon de bâtir un caveau à légumes et d'y entreposer des aliments, est important parce que si nous ne prenons pas le temps d'apprendre le savoir-faire du passé, certaines formes de connaissances traditionnelles pourraient devenir inaccessibles aux générations présentes et futures. La documentation est essentielle à la sauvegarde de notre patrimoine culturel immatériel. Cette pratique est importante pour le développement des communautés, puisqu'en contribuant à perpétuer des coutumes et des pratiques d'une valeur inestimable, elle atteste des expériences de vie des membres plus âgés d'une collectivité. Par ailleurs, en partageant du patrimoine culturel immatériel, on incite les jeunes générations à réfléchir à la façon dont certains aspects de leur communauté ont changé, et pourquoi. Alors que de plus en plus de caveaux à légumes donnent des signes de délabrement, les photographies et les histoires ont le pouvoir de nous rappeler que certaines traditions qui se perdent pourraient éventuellement redevenir utiles ou populaires dans l'avenir.

Après avoir décrit les processus de numérisation étape par étape pour les fichiers audio et vidéo et les documents photographiques, le guide présente une étude de cas sur un projet d'archives de l'Université Memorial de Terre-Neuve. Un chapitre sur le stockage et la gestion des données, un glossaire et des liens vers divers outils (comme le wiki d'Audacity) complètent ce document fort utile à tous ceux qui s'intéressent à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le guide donne malheureusement trop peu d'informations sur les métadonnées et l'indexation au fil de la numérisation pour être complet. Il vous faut donc, l'associer aux guides de bonnes pratiques qui existent déjà dans le domaine de l'audiovisuel :

- Les guides publiés par la TGIR HumaNum  comme les Guide des bonnes pratiques numériques (2011) et le Guide méthodologique pour le choix de formats numériques pérennes dans un contexte de données orales et visuelles (2011) ;

- La BnF a publié en 2009 un document sous le titre Écrire un cahier des charges de numérisation de collections sonores, audiovisuelles et filmiques et met régulièrement à jour les pages professionnelles sur la numérisation.

- Le Ministère de la culture met en ligne sur une page des ressources sur la numérisation, le catalogage, l'indexation et le catalogage des documents numérisés en direction des professionnels dont malheureusement les liens ne sont pas toujours mis à jour.

Bon travail à tou-te-s ! Merci à nos collègues canadiens de partager leur méthode.

 

Merci à Aude Da Cruz-Lima (Centre de Recherche en Ethnomusicologie LESC UMR 7186 CNRS) pour sa relecture.

Crédits photographiques : Le caveau à légumes de la ferme Robichaud, au Village historique acadien, photographie de Dr Wilson, août 2008, licence CC BY-SA 3.0.

  1. La mise en ligne date du 30 septembre 2013. []

Les Rencontres d'Alpes de Lumière le 14 et 15 juin

 

 

À l’occasion des 60 ans de l’Association Alpes de Lumière, plusieurs événements dont la journée du 07 juin à la MMSH  sont organisés.

Le 13 juin à 20h30, au Cloître du couvent des Cordeliers de Forcalquier (04), un hommage poétique et musicale sera rendu à Pierre Martel, fondateur de Alpes de Lumière. Les textes laissés par Pierre Martel seront lus par le célèbre comédien Michaël Lonsdale, avec des intermèdes musicaux interprétés par Michael Baldo, au violoncelle. C’est l’occasion d’écouter un extrait où Pierre Martel raconte, lors d’une conférence, l’histoire du Somnambule :

Deux autres journées, les rencontres d'Alpes de Lumière seront organisées les 14 et le 15 juin à l’Espace Culturel Bonne Fontaine à Forcalquier. De nombreuses tables rondes sont prévues autour du thème « 1953-2013 : entre permanences et mutations, quelles perspectives pour les territoires ruraux ? », où sociologues, historiens, économistes, géographes mais aussi des acteurs du développement local viendront apporter leur témoignage . Les thèmes de la société post-rurale, des rapports sociaux entre les ruraux et le territoire, ainsi que le développement économique local durable seront abordées. Le programme détaillé est disponible sur le site officiel de l'association.

Pour y participer il est préférable de remplir un coupon-réponse.

Un spectacle son et lumière organisé par la Compagnie des Patrimoines, « La citadelle dans tous ses éclats », viendra clore les événements le 15 juin à 22h à minuit, à la citadelle de Forcalquier.

 

Crédits photographiques :  Work with schools, Aguilar Branch : Italian boys listening to the story of Pinocchio in Italian.., Hine, Lewis(1874-1940), Persistent URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?434281 Pas de restrictions de droit connues.

A la recherche de l'histoire orale des Alpes-de-Haute-Provence

 

Nouveau sur le carnet, j’ai rejoint la Phonothèque à la MMSH il y a peu, où je travaille1 sur les archives sonores du Musée de Salagon. Le fonds est constitué principalement des enquêtes orales menées depuis plusieurs décennies dans le département par Danielle Musset directrice du Musée et par l’association Alpes de Lumière dont l’ensemble des collections sonores a été déposé et traité à la phonothèque de la MMSH. D’autres enquêteurs ont parcouru ce territoire comme Magali Amir, Corinne Cassé ou Jean-Pierre Joly dont les archives ont également été déposées à la phonothèque. Au terme de mon stage, je devrais proposer au Musée un catalogue documentaire d’une partie de ses archives sonores et je présenterai une synthèse de l’ensemble des enquêtes de terrain réalisées dans les Alpes-de-Haute-Provence (04) qui ont été déposées à la phonothèque de la MMSH. Ce stage sera ainsi l’occasion de rédiger des billets sur les archives orales de ce département.

 

Un homme est à l’origine du Musée de Salagon, Pierre Martel, ecclésiastique, mais aussi chercheur et écrivain. Abbé de Simiane-la-Rotonde, il fonde en 1953 dans son village l’association Alpes de Lumière afin d’oeuvrer “pour la protection et la valorisation du patrimoine en Haute-Provence”. Dans un contexte de reconstruction d’après-guerre, il souhaite montrer les richesses du territoire et lui redonner son identité. Lui et quelques compagnons mettent alors en place des inventaires du patrimoine de Haute-Provence, sensibilisent les habitants, organisent des conférences et lancent des chantiers bénévoles ainsi que des publications. C’est dans cet esprit de “Renaissance” qu’est entrepris la restauration du prieuré roman de Salagon qui devient dans le début des années 1980 musée départemental ethnologique, et plus tard ethnopôle. Il servira de lieu d’expérimentation pour l’association qui multiplie les formations et la sensibilisation auprès du public mais aussi des professionnels et des chercheurs. Lorsque le Conseil Général prend entièrement en charge le musée, l’association se repositionne davantage dans le développement local et les animations. Le décès de son fondateur en 2001 n’empêche pas  l’association de continuer sa quête de valorisation du territoire rural. C’est à cette période que l’association a déposé à la phonothèque de la MMSH l’intégralité de ses collections sonores qui n’avaient pas été réalisées dans le contexte de Salagon. Laetitia Nicolas, etnologue et documentaliste, qui travaillait alors au sein de l’association a traité ce fonds en partenariat avec la MMSH.

 

Je profite de ce billet pour introduire la journée d’étude organisée le 7 juin 2013 à l’occasion des 60 ans de l’Association Alpes de Lumière qui se déroulera en matinée à la Maison méditerranéenne des sciences humaines (MMSH). Les méthodes d’intervention de l’association sur le territoire à travers des outils et des exemples concrets seront présentées. L’occasion de réécouter Pierre Martel dans une lecture enregistrée en septembre 1981. Dans cet extrait sonore, Pierre Martel aborde le mouvement Alpes de Lumière, ses missions et ses moyens d’action. Il insiste sur la mission éducative au près des habitants de Haute-Provence :

L’après-midi, une visite de sites (dont le prieuré de Salagon) ayant bénéficié de l’accompagnement de l’association est organisée par Alpes de Lumière.

Elle est ouverte à tous en remplissant un coupon-réponse.


Programme : 


MATIN 9h - 12h15

1. Genèse d'Alpes de Lumière en 1953

2. Principes d'intervention sur le territoire en 5 points

3. Boîte à outils

4. Présentation de l'expérience du prieuré de Salagon (1980-2000)

5. Deux autres exemples : Forcalquier et le Frioul

 

Pause déjeuner

 

APRES-MIDI 13h30 - 18h

Visites de sites qui ont bénéficié d'un accompagnement " Alpes de Lumière " : Prieuré de Salagon et Citadelle de Forcalquier

 

Vous trouverez plus d'informations sur le programme détaillé de la journée.

 

 

Crédits photographiques :  Farm windmill outlined against setting sun near Seward, May 1973, O'Rear, Charles (1941- ), Persistent URL: research.archives.gov/description/547341, U.S. National Archives. Pas de restrictions de droit connues.

  1. J'effectue actuellement un stage dans le cadre du Master 1 “Métiers des archives et des bibliothèque” du domaine Histoire et humanités d’Aix-Marseille Université - AMU []

Restituer les inventaires du patrimoine culturel immatériel : Expériences participatives et comparaisons internationales

L’inventaire du patrimoine culturel immatériel se poursuit en France depuis 2008 sous la responsabilité du Ministère de la Culture. Mais comment se saisir efficacement des données collectées ? Comment diffuser ces données et favoriser une démarche participative dans les inventaires à venir ? Pour répondre à ces questions, ces journées d’étude et de formation souhaitent confronter des expériences d’acteurs ayant déjà participé à des démarches d’inventaire, des interventions d’experts sur les méthodes de collecte et les techniques de diffusion des résultats, et des analyses de chercheurs spécialistes des domaines concernés par le patrimoine culturel immatériel. La première journée sera plus axée sur le cas de la patrimonialisation des jeux traditionnels ; la deuxième journée envisagera les méthodologies permettant la mise en œuvre d’inventaires participatifs.

La journée d'étude a lieu les 17 et 18 juin 2013 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), à Aix-en-Provence. Elle est ouverte à tous sur inscription (contactez ginouves(@)mmsh.univ-aix.fr si vous rencontrez un problème).

Lundi 17 juin 2013

14h : Introduction

Laurent Sébastien Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC, Aix-en-Provence)

14h15 : Claude Lévi-Strauss et l'anthropologie des jeux au XXe siècle

Thierry Wendling (CNRS, iiAC-Lahic, Paris)

L'œuvre de Claude Lévi-Strauss présente un contraste surprenant : d'un côté, elle abonde en métaphores ludiques (le jeu sert de modèle pour comprendre la parenté, les mythes, le progrès des civilisations) ; de l'autre, elle se révèle faible pour tout ce qui concerne la description et l'analyse des pratiques ludiques. Lévi-Strauss ayant exercé un ascendant déterminant sur l'anthropologie du XXe s, l'évaluation critique de ce regard sur les jeux est nécessaire.

15h00 : Table-ronde n°1 « Expériences et témoignages : le cas des jeux traditionnels »

Peggy Liaigre (Confédération FALSAB des jeux traditionnels de Bretagne)

Jean-Philippe Joly (Association JeuxTradiNormandie)

Karine Michel (Ingénieure de recherche contractuelle CNRS, IDEMEC)

Ronald Renson (Université de Louvain, Sportimonium)

Animation de la table-ronde : Patricia Heiniger-Casteret (Université de Pau).

17h – Pause

17h30 : Quelle(s) géographie(s) des jeux ? Tentatives de reconnexions disciplinaires et conceptuelles

Manoug Borzakian (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse)

Cette intervention s’appuiera sur les résultats d’une enquête menée sur la distribution spatiale des pratiquants français de six jeux institutionnels ; elle propose d’explorer deux pistes ouvertes par cette approche cartographique. La première (re)place l’espace géographique au cœur de la compréhension du social, en évaluant son importance comme déterminant des pratiques ludiques – donc plus largement des pratiques culturelles. La seconde interroge la pertinence des distinctions entre différentes définitions de la culture et différentes approches disciplinaires qui leur sont liées.

18h15

Conclusion de la première journée.

 

Mardi 18 juin 2013

9h30 Introduction de la deuxième journée

10h

Table-ronde n°2 « Méthodes participatives et diffusion des inventaires »

Sylvie Grenet (Ministère français de la Culture)

Jean-Jacques Casteret (INOC-Aquitaine, Pau)

Pierre Bonnet (Chargé de mission à la culture régionale, Région PACA)

Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH, USR 3125 CNRS - AMU)

Maya Saidani (Centre national de recherche préhistorique, historique et anthropologique, Alger)

Animation de la table-ronde : L. S. Fournier (Université de Nantes et CNRS)

L’objectif de cette table-ronde est de comparer les méthodologies et les actions liées aux inventaires du PCI dans différents types d’institutions, afin d’ouvrir une réflexion sur les possibilités de diffuser et de restituer les inventaires réalisés. La démarche nationale d’inventaire mise en place à l’échelle nationale en France par le Ministère de la Culture sera présentée en premier lieu par S. Grenet. A l’échelle régionale, seront ensuite comparés les cas de l’Aquitaine et la Région Provence Alpes Côte d’Azur. En Aquitaine, J.-J. Casteret présentera l'Institut Occitan d'Aquitaine (InOc–Aquitaine), opérateur régional pour l'occitan en convention avec la Région, l'Etat et les cinq Départements aquitains. Après avoir mis en place un dispositif numérique de valorisation des archives sonores (2005-2011), puis expérimenté sous maîtrise d'ouvrage du Ministère de la Culture un protocole d'inventaire régional du PCI (2008-2010), l'InOc œuvre aujourd'hui à la mise en place d'un dispositif public de sauvegarde du PCI du domaine occitan en Aquitaine. Au centre de ce dispositif naissant, le site internet sondaqui.com, deviendra au 1e juin 2013 le site régional du PCI occitan. En Provence, P. Bonnet présentera les actions culturelles menées par la Région Provence Alpes Côte d’Azur. Il insistera en particulier sur le cas de l’opération « Le monde est chez nous », une rencontre de musique et de danses du monde organisée à Aubagne (Bouches du Rhône) les 8 et 9 juin 2013, qui rassemble 800 artistes autour de plus de 35 cultures du monde. Les interventions de V. Ginouvès et de M. Saidani permettront de replacer les actions présentées dans un contexte plus large, au regard des nouvelles technologies de l’information et de la communication d’une part, et en relation avec les enjeux du PCI en Méditerranée d’autre part.

12h  Repas

Après-midi : ouvertures et comparaisons internationales

14h : Comment impliquer les communautés de façon participative dans l’inventaire du PCI : le cas du Burkina Faso

Ludovic Kibora (INSS/CNRST, Ouagadougou, Burkina Faso)

La difficulté qui réside dans le processus d’’inscription d’un élément du PCI sur l’une des deux listes est liée à ce qui peut paraître comme une contradiction inhérente à la convention 2003. En effet, celle-ci précise qu’il s’agit du PCI des communautés tout en affirmant que ce sont les Etats-parties signataires, qui sont engagés par la convention. Alors, dans cette situation, la plupart du temps les initiatives proviennent de l’Etat et de ses démembrements, dans un contexte où  les communautés  ne sont pas toujours conscientes de la possibilité qu’elles ont de pouvoir valoriser autrement un élément de leurs pratiques culturelles. L’Etat est donc obligé d’être l’organe directeur du processus. Il est fortement impliqué dans les pays africains à travers la direction chargée du patrimoine culturel, logée au sein du ministère de la culture. C’est elle qui presque toujours prend l’initiative d’engager le processus d’inscription d’un élément sur une des listes du PCI. Pour ne pas être en porte-à-faux avec l’esprit du PCI, les agents de l’Etat développent toute forme d’ingéniosité pour mettre les communautés en avant à travers leurs représentants et des cadres participatifs appropriés. Si l’initiative était laissée entièrement aux communautés elles-mêmes, il y aurait peu de chances de voir certains pays, notamment ceux d’Afrique de l’ouest, inscrire un seul élément de leur PCI. Notre communication portera sur l’implication des communautés vivant au Burkina Faso à l’inventaire de leur patrimoine culturel immatériel.

15h : La participation des ONG aux travaux de l’UNESCO : changements de paradigmes patrimoniaux et méthodes participatives

Valentina Zingari (Université de Sienne, Italie, coordinatrice du groupe de travail  SIMBDEA-ICH)

Au sein d’une ONG italienne accréditée par l’UNESCO-ICH en 2010, SIMBDEA, nous travaillons à un projet de création d’un réseau pour la sauvegarde du PCI, suivant les orientations des Directives opérationnelles qui accompagnent le texte de la Convention. Ce projet est porté par un groupe d’anthropologues engagés dans des actions de connaissance et valorisation des patrimoines culturels non institutionnalisés, animés par une vision de la recherche ethnographique basée sur l’écoute de la parole, la constitution d’archives orales, les expériences de muséographie participative, suivant des méthodes qui tachent de répondre aux demandes sociales de patrimonialisation. Les enjeux des « nouveaux terrains de l’ethnologie » appellent à une réflexion sur le rôle de médiateurs et la posture de « pont » entre les communautés et les institutions que les chercheurs en sciences humaines et sociales se trouvent à assumer. Le projet de réseau bénéficie d’un dialogue intense avec les juristes du patrimoine culturel et droits de l’homme, en particulier le groupe de l’Université de Venise, Cà Foscari. Dans le cadre de ce projet, les « inventaires participatifs », les méthodes d’identification patrimoniale, occupent une place centrale. Un premier projet est en train de se concrétiser dans les Abruzzes, accompagné par l’anthropologue Antonio Arantes, un des pères du système d’inventaire brésilien basé sur le concept de « références culturelles ».  Mais la réflexion sur les méthodes n’est qu’à ses débuts. A cet égard, les expériences ethnographiques dans le domaine de la « recherche-action », de la muséographie de société, des écomusées se révèlent précieuses et pertinentes. En Italie, certaines régions comme la Lombardie, se sont dotées d’une loi régionale et d’un « registre du PCI », un inventaire régional qui peut aussi inclure des éléments inscrits ou à inscrire dans les listes Unesco, mais qui travaille dans une perspective large et participée de documentation sur le PCI.  Cette région a accueilli, en janvier 2013, une première rencontre internationale sur « le patrimoine culturel immatériel entre société civile, recherche et institutions ». 

16h : Inventaires et comparaisons internationales : l’état actuel des débats

Christian Hottin (Ministère français de la culture)

17h - Conclusions

 

Journées organisées avec le soutien de l’IDEMEC UMR 7307, de l’USR 3525, et du Ministère de la culture.

 

Crédits photographiques : atelier de reliure au marché de Soumbédioune, Dakar, juin 2012. Véronique Ginouvès, juin 2012.

Atelier sur les sources orales à l'université Antilles-Guyane, 10-14 décembre 2012

Pendant une semaine au Pôle universitaire de Cayenne, il sera question de projets culturels s’appuyant sur des archives sonores et audiovisuelles numérisées1. La formation a pour objectif de comprendre comment travailler sur ce type de documents de leur collecte à leur valorisation. Pour que la formation soit la plus concrète possible, il sera demandé aux étudiants de réaliser en début de semaine une brève enquête de terrain enregistrée, suivant certaines règles établies collectivement. L’enseignement s’appuiera ensuite sur cet enregistrement pour développer les différents éléments de la chaîne documentaire : organisation du fichier numérique en vue de sa conservation, de sa consultation et de sa diffusion ; traitement et analyse documentaire ; résolution des questions juridiques et éthiques pour sa diffusion en ligne ; mise en ligne et valorisation.

Voilà rapidement les grands thèmes qui seront abordés au cours de la semaine autour des archives sonores et audiovisuelles :

-       Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

-       Méthodes d’enquête en sciences humaines et sociales ;

-       Prise de son sur le terrain ;

-       Formats du son numérique ;

-       Logiciels de numérisation ;

-       Missions d’un centre d’archives sonores et audiovisuelles ;

-       Questions juridiques et éthiques ;

-       Traitement documentaire et indexation ;

-       Mise en ligne, bases de données et portails ;

-       Conservation des données numériques sur le long terme ;

-       Collaborations et réseaux ;

-       Valorisation des archives scientifiques ;

-       Rédaction collective d’une charte de qualité d’une collection sonore et audiovisuelle.

 

Crédits photographiques : Rural school girl, San Augustine County, Texas, photographie de John Vachon (1914-1975), avril 1943. Collections de la bibliothèque du Congrès (LOC). Pas de restrictions de droits connues. 

  1. Au sein du pôle universitaire de Cayenne, les étudiants en Master2 de la spécialité "Sociétés et intercuturalités "Domaine Arts, lettres et langues - Mention Arts, lettres et civilisation, ont suivi en première année de Master un TD sur « La collecte de données et numérisation » qui se prolonge cette année d'un autre TD sur « Le traitement des données numérisées en lettres et sciences humaines : les sources audiovisuelles ». Marianne Palisse, anthropologue, maître de conférence à l'université de Cayenne, m'a sollicitée pour cet enseignement. []

A propos des archives sonores ethnographiques de la British Library

L'UNESCO vient d'inscrire les collections sonores ethnographiques de la British Library (BL) dans le Memory of the World International Register, une sorte d'inventaire international de la mémoire du monde qui peut s'apparenter - pour les documents et les archives - à la liste des sites du patrimoine mondial. C'est une belle reconnaissance de cette collection sonore mais aussi du travail des archivistes qui ont oeuvré non seulement à sa numériser mais aussi, et surtout, à sa mise en ligne. Vous pouvez ainsi écouter en interrogeant la base Archival Sound Recordingsdes complaintes gaéliques enregistrées en 1908, des airs irlandais sifflés (1915) ou encore des chants et des musiques de l'Inde de la fin du 19e siècle et du début du 20e.

Pour cette mise en ligne, l'équipe du département des archives ethnomusicologiques de la BL, sous la direction de Janet Topp-Fargion, a mené une réflexion sur les questions de droit et d'éthique, en travaillant en collaboration avec la World Intellectual Property Organization (WIPO ) et en particulier l'IGC ou Intergovernmental Committee on Intellectual Property and Genetic Resources, Traditional Knowledge and Folklore.  Au moment de l'interrogation des archives ethnomusicologiques, une déclaration conjointe WIPO/BL s'affiche pour les internautes. Cette déclaration, sorte de charte juridique pour les collections, pourrait être intéressante à reprendre sur un site d'archives sonores du même type, si ce n'est en l'état en tout cas dans l'esprit : le texte pourra être discuté lors des réunions de travail qui s'annoncent dans le cadre de la rédaction du Guide de bonnes pratiques sur les questions de  droit et d'éthique pour la diffusion des données en SHS. Je tente ici une traduction, n'hésitez pas à faire d'autres propositions à travers les commentaires.

"La British Library a numérisé ses collections sonores dans un but de conservation mais aussi afin que ces enregistrements puissent être diffusés et utilisés dans le cadre d'exploitations non commerciales pour la recherche, l'éducation ou toute autre utilisation qu'elle soit privée ou appartenant au cercle familial. Ces collectes sont des matériaux sensibles sur la culture de différentes sociétés, enregistrés au cours de recherches ethnographiques. Ainsi, ces enregistrements ne doivent pas être modifiés ou utilisés d'une façon qui pourrait heurter  les communautés autochtones et locales qui sont dépositaires mais aussi vecteurs de la musique traditionnelle et de leurs chants, des savoir faire, des contes, des spectacles et autres matériaux créatifs que l'on trouve dans ces enregistrements sonores.

La British Library, ainsi que ceux qui ont contribué à la constitution des collections, est certes détentrice de la propriété intellectuelle de la numérisations des documents  sonores et propriétaires des supports mais elle reconnait des droits plus étendus à tous ceux qui ont transmis ce patrimoine culturel immatériel, ainsi qu'à ceux qui sont considérés comme les "gardiens traditionnels" de ces matériaux - en vertu des lois nationales, coutumières ou autre -, qu'il s'agisse de musiques, de paroles ou de autres créations enregistrés dans ces collectes. C'est pour cela que, pour toute réédition ou utilisation commerciale de tout ou partie de ces matériaux, il est obligatoire d'obtenir  le consentement préalable de la British Library, comme de tous ceux qui ont contribué à la création de l'archive, mais aussi des "gardiens" de ces cultures.

La British Library est très attentive à la prise en compte des sensibilités culturelles et des interdits religieux en lien avec les sociétés auxquelles appartiennent les témoins enregistrés. Lorsque elle détient les information identifiant l'enregistrement, la British Library le documente le mieux possible, en indiquant en particulier le lieu et la date de de la prise de son, les noms des interprètes, des compositeurs et de tous les témoins qui transmettent leurs savoirs, leurs récits, leurs musiques ou leurs chants. La British Library s'applique à ne jamais déformer ou altérer de quelque façon que ce soit ce matériau. Toutefois, si un représentant d'une communauté ou une communauté se sent lésée par la numérisation et la mise à disposition de ces matériaux, la British Library invite la communauté à la contacter afin d'engager une discussion et résoudre la situation à l'amiable.

 

The following statement has been prepared together with the World Intellectual Property Organization

The British Library has digitised these collections of recordings and made them available purely for the purposes of safeguarding them and for making them available for non-commercial research, study and private enjoyment. The collections include culturally sensitive materials, among them ethnographic sound recordings. These recordings should not be altered or used in ways that might be derogatory to the indigenous and local communities who are traditional custodians of the traditional music, lyrics, knowledge, stories, performances and other creative materials embodied in the sound recordings.

While the British Library, or contributors to its collections, may be the owner of intellectual property in the digitisations of the sound recordings and in the sound recordings themselves, the Library recognises that broader rights and interests in intangible cultural heritage, including traditional music and other creative materials embodied in the sound recordings may, under national, customary and other laws, reside with the traditional custodians of such materials. Therefore the prior informed consent of the British Library and/ or other contributing third parties, as well as the traditional custodians is required for the republication and commercial use of part or whole of these materials.

The British Library always seeks to take account of cultural sensitivities and any religious or other restrictions in the recordings its possesses and/or owns. Where possible, the location and date of the recording, the names of original performers and traditional custodians of the music, and the lyrics, knowledge, stories and performances embodied in the sound recordings have been identified. The Library takes considerable care not to distort or alter this underlying material in any derogatory way. In the event, however, that any community or community representative feels aggrieved by the digitisation and making available of these materials, the British Library invites such community to contact it via the link below in order to resolve the matter amicably through mutual discussion.

 

A propos des collections sonores de la British Library lire aussi http://phonotheque.hypotheses.org/4517

Crédits photographiques : vue extérieure de la Bristish Library, Londres, février 2011, Véronique Ginouvès.

1er juin 2011 : entrée en vigueur de la Convention de Faro

1er juin 2011, belle nouvelle pour les citoyens européens : aujourd'hui la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (ou Convention de Faro du 27 octobre 2005) entre en vigueur. Le texte est passé de justesse en février dernier grâce à la ratification de la Géorgie : 10e Etat pour la ratifier1, mais ne cherchez pas, la France n'est pas dans les neuf autres2.

Cette convention est importante pour tous les citoyens européens car elle considère la connaissance, la vie et la pratique du patrimoine culturel comme un droit fondamental, dans la lignée de la Déclaration universelle des droits de l’homme,.

La convention de Faro3  pourrait être considérée comme une forme de mise en pratique de la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Toutefois, le lecteur habitué aux débats sur ces questions, constatera très vite que le texte rend compte du cheminement juridique du concept de « patrimoine culturel immatériel » et propose sa propre optique. Par exemple, dans l'article 9 « Usage durable du patrimoine culturel », il est dit que « le patrimoine culturel sert à promouvoir l’utilisation des matériaux, des techniques et du savoir-faire issus de la tradition, et à explorer leur potentiel dans la production contemporaine ». Il est bien question ici d’immatérialité, telle que la convention de l'UNESCO l'évoque dans sa définition. Toutefois, le texte préfère faire appel à d'autres concepts, sans doute parce que le terme « immatériel »ne fait pas l'unanimité dans tous les Etats européens. Ici, c'est le mot « tradition » qui émerge, plus ancien pourtant, mais peut-être plus « tangible ». De même il est également question de « communautés patrimoniales » et non de « groupes ethniques » comme on le trouve dans d’autres textes4.

Au-delà des questions de lexique, l'approche de la Convention de Faro est particulièrement innovante car elle ne part pas de l'objet à protéger − le patrimoine − mais du sujet bénéficiaire, à savoir toute personne « seule ou en commun » et des responsabilités individuelles et collectives envers ce patrimoine Le texte est d'abord de nature philosophique, éthique et déontologique mais il propose aussi des modes d'actions. Il ne se contente pas de préconiser le renforcement de la participation du public au processus de valorisation du patrimoine, il rappelle également l'importance du débat public dans la fixation des priorités nationales en matière de patrimoine culturel et de son utilisation durable.

Ainsi, le Titre IV de la Convention prévoit une coopération entre les différents Etats pour promouvoir la reconnaissance d'un patrimoine européen en commun. La coopération inclut le maintien, le développement et la contribution de données pour un système d'information partagé, accessible au public qui facilite l'évaluation de l'engagement de chaque partie à la Convention5.

Dépositaires d'archives enregistrées par des chercheurs qui s'intéressent au patrimoine culturel des populations sur le terrain, les phonothèques de l'oral sont donc confrontées à de nouvelles responsabilités : la gestion de l'héritage culturel de ces archives. Les centre de recherche ne peuvent rester indifférents à ce vaste mouvement de restitution des données culturelles vers les citoyens.

Crédits photographiques : Les vainqueurs du Palio 2011, contrade Tartuga,  font le tour du Campo de Sienne, Août 2011, Véronique Ginouvès.

 

  1. Suivant la série des traités du Conseil de l’Europe n° 199, la convention a pu entrer en vigueur après enregistrement de dix ratifications. Elle était ouverte à la signature des Etats membres du Conseil de l’Europe et à l’adhésion de la Communauté européenne et des Etats européens non membres. C'est l'article 19b qui stipule "Pour tout Etat adhérent, ou pour la Communauté européenne en cas d’adhésion, la Convention entrera en vigueur le premier jour du mois qui suit l’expiration d’une période de trois mois après la date de dépôt de l’instrument d’adhésion près le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe." []
  2. Les dix Etats ayant ratifié la Convention de Faro sont : la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Lettonie, la Moldavie, le Montenegro, la Norvège, le Portugal, la Serbie et la Géorgie. En mars 2011, le sénateur Serge Lagauche a interrogé le gouvernement français sur la convention de Faro et sa ratification. []
  3. Du nom de la ville portugaise de Faro où elle a été adoptée le 27 octobre 2005. []
  4. Par exemple, l'expression est employée dans les texte de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (1965) ou celui de la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement (1960) ou encore plus récemment, on la retrouve dans des présentations sur le site de l'UNESCO d'éléments inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme la danse des fermiers du groupe ethnique coréen en Chine ou encore le grand chant du groupe ethnique Dong []
  5. A ce titre, il sera intéressant de suivre le développement du Réseau Herein qui tient d’ores et déjà compte des orientations de la Convention de Faro. Ce réseau se veut un un système permanent d’information sur les politiques du patrimoine en Europe à la disposition des administrations, des professionnels, des chercheurs et du public. Le site propose notamment une base de données sur les politiques patrimoniales et systèmes de protection en Europe, avec un outil informatisé permettant d’effectuer des recherches sur des thématiques précises et des comparaisons entre les pays ; un thésaurus multilingue en 14 langues (allemand, anglais, bulgare, croate, espagnol, français, grec, hongrois, lituanien, néerlandais, polonais, portugais, roumain, slovène) dans le domaine du patrimoine ; une sélection de liens de référence dans le domaine du patrimoine culturel et naturel en Europe ; des expositions virtuelles, des évènements en cours en Europe… []

Des bruits à Neuchâtel

L'exposition Bruits, échos du patrimoine immatériel devrait intéresser les gestionnaires de fonds d'archives sonores en ce qu'elle questionne les différentes façons dont les sociétés humaines appréhendent, organisent, conservent et mettent en valeur leurs productions sonores. Elle y scrute les processus de patrimonialisation, mettant à mal l'opposition matériel / immatériel, démontrant que l'objet n'est intéressant que parce qu'il nous dit d'immatériel : impossible de saisir le matériel sans user de formes matérielles. A l'heure des inventaires qui ne cessent d'être entrepris sous les auspices de l'UNESCO, quand les archives sonores sont souvent jugées bien trop matérielles pour représenter un patrimoine "vivant", voilà qui nous fait dresser l'oreille... Car à explorer l'immatériel, voilà bien le paradoxe, il nous faut pourtant - pour le conserver, le revoir ou le réentendre - prendre soin des supports sur lequel on l'a capturé. L'exposition pose ainsi de nombreuses questions cruciales pour le gestionnaire de collections sonores. Par exemple, alors que dans les années 1970 le chercheur sur le terrain économisait soigneusement sa bande analogique pour réaliser ses enquêtes, celui du 21e siècle a à sa disposition des moyens de captation sonores compacts, efficaces, simples d'utilisation... que va-t-on garder de ces heures d'entretiens, de ce flot d'information continu ? Ou encore, plus cruelle : comment gérer intelligemment la masse de données sonores accumulées dans les archives du monde entier et dont les contenus intéressent au premier chef les vendeurs et les gestionnaires de données des plateformes ou des portails Internet ? Impitoyable enfin : ne faudrait-il pas accepter que certains éléments disparaissent, pour que d'autres prennent sens, faute de quoi le monde serait englouti par son double muséal ?

Cette exposition, première d'une trilogie consacrée au patrimoine culturel immatériel (PCI), se rit de notre folie patrimoniale.  Organisée par le Musée d'ethnographie de Neuchâtel en collaboration avec l'institut d'ethnologie de l'Université de Neuchâtel, elle mène le visiteur sur un parcours poétique, musical, dérangeant, joyeux et savant. Un catalogue l'accompagne1, magnifiquement illustré, édité par Marc-Olivier Gonseth, Bernard Knodel, Yann Laville et Grégoire Mayor. ; l'affiche de l'exposition, réalisée par François Schuitten, renvoie à la forme de surréalisme muséal que l'on retrouve dans l'aventure de la visite. Les deux autres expositions sur le PCI qui l'attendent en 2012 et 2013  semble tout aussi  déconcertantes puisqu'au lieu d'évoquer les images il sera question de hors-champs et la parole sera présentée à travers le secret, pour "Bruits", il vous reste jusqu'au 15 septembre pour vous y rendre.

Le catalogue Bruits: échos du patrimoine immatériel (2011, 21 x 27 cm, 360 p., ISBN 978-2-88078-037-1) peut être commandé au musée ethnologique de Neuchâtel, 50.00 CHF/ 38€.

Pour avoir une idée plus précise de l'exposition, vous pouvez également lire sur le Temps du 4 octobre 2010, Les ethnologues font du bruit au musée par Elisabeth Chardon, un long article qui décrit l'ensemble du parcours du visiteur (accès libre au texte sur inscription au journal).

  1. En langue française, anglaise et allemande, le catalogue présente une série d'articles de Salvatore Bevilacqua, Karin Bijsterveld, François Borel, Gaetano Ciarcia, Marc-Olivier Gonseth, Yann Laville, Grégoire Mayor, Gérôme Guibert, Jean-Pierre Gutto, Fabien Hein, Caleb Kelly, Walter Leimgruber, Pierre Mariétan, Alain Mueller, Jean-Marie Privat, Béatrice Ramaut-Chevassus, Pablo Vidal González, Nicolas Walzer []

A propos de la sauvegarde du patrimoine immatériel : une demi journée d'information à écouter en ligne

Le 8 décembre 2010, la phonothèque de la MMSH participait à une demi journée de d'information professionnelle sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel organisée parARCADE (agence des arts du spectacle Provence Alpes Côte d'Azur). Un compte rendu avait été publié sur les Carnets de la phonothèque. Désormais vous pouvez aussi écouter en ligne les interventions de Chérif Khaznadar, Charles Quimbert, Dominique Séréna et Véronique Ginouvès. Bonne  écoute !