Archives par mot-clé : pêche

MARDI – Open Access Week 2017 : L’espace maritime aux Salins-d’Hyères présenté par un pêcheur

Les chercheurs qui produisent des données sonores au cours de leur travail de terrain peuvent faire le choix de diffuser en libre accès les sources de leur recherche dans une phonothèque. En collaboration avec l’archiviste et selon les thématiques explorées, les chercheurs décident, au moment du dépôt, des modalités d’accès aux données produites. Ils apportent alors tous les éléments de contextualisation nécessaires à la diffusion de leur recherche. Plusieurs outils sont disponibles à la phonothèque de la MMSH pour mettre en œuvre concrètement cette diffusion, en conformité avec les questions éthiques et juridiques. « Open in order to… » est le thème de cette année : l’équipe des archivistes de la phonothèque de la MMSH vous explique chaque jour pourquoi il lui semble important d’ouvrir les enregistrements de terrain à l’écoute de tous les publics sur Les carnets de la phonothèque : https://phonotheque.hypotheses.org/oa  L’occasion également de mettre en avant des archives sonores libres de droit ou qui sont dédiées avant l’heure au domaine public. Bonne écoute !

Annie-Hélène Dufour (1947-2002), ethnologue, s’est passionnée pour les pratiques de la pêche dans le Var, une première fois dans le cadre de sa thèse présentée en 1983. Elle a ensuite eu l’occasion d’approfondir le sujet lors de deux nouvelles enquêtes, l’une en 1984-1985 portant sur la commune des Salins-d’Hyères et l’autre en 1986-1987 portant sur l’Est varois (du Cap-Garonne au Lavandou).

Ce sujet entre dans son thème de recherche principal qui fut le rapport entre les hommes et les espaces qu’ils occupent par leurs activités, leurs habitats ou leurs habitudes sociales.

Les archives d’Annie-Hélène Dufour contiennent des centaines d’heures d’entretiens avec des pêcheurs varois auprès desquels elle a cherché à comprendre dans les moindres détails tout ce qui concerne les techniques de pêche, les accessoires (par exemple la préparation des filets), la communauté des pêcheurs, sa réglementation à travers les prud’homies de pêche, l’économie de la pêche ou encore la composition des fonds marins et de la flore sur la côte varoise. Continuer la lecture de MARDI – Open Access Week 2017 : L’espace maritime aux Salins-d’Hyères présenté par un pêcheur

Embarquement pour Mer en fête 2014

Vendredi 23 mai 2014, la phonothèque participera à la 21éme  édition de Mer en fête menée par l’association U Marinu à bord du Danielle Casanova.  Cette année, dans son atelier, la phonothèque présentera les enjeux de la constitution de collections d’archives sonores pour la connaissance du patrimoine immatériel Méditerranéen. Elle fera découvrir aux écoliers marseillais sur le navire de la SNCM les voix des pêcheurs de la Provence au cours du 20ème siècle.  Je serai à bord pour vous présenter l’atelier de la phonothèque, portant le  n°28 sur le  pont 10 (localisation : « Espace garderie »).

Programme de l’événement Mer en Fête 2014

En attendant le prochain, vous pouvez lire les compte-rendus des précédents ateliers « Mer en fête » auxquels a participé la phonothèque :
2013 : Sounds Archives travel with a boat
2012 : La phonothèque part en voyage

Crédit photographique: Hoisting the elephant, Tyne & Wear Archives & Museums’, This image comes from a collection of glass slides of fairground scenes found in the stores at Discovery Museum, Newcastle upon Tyne. www.flickr.com/photos/twm_news/sets/72157627692102509/. Pas de restrictions des droits connues.

Sounds archives travel with a boat

 

The participation of phonothèque  in the celebration “La Mer en fête” was an experience different from the usual activities that someone could imagine for a  sound archive. It proved that the recordings of people need to be demonstrated in popular places in order to be accessible by different persons and not only by university users.

Such an extraordinary place was the big boat “Danielle Casanova”, which attracted many persons, particularly children. From 27 at 29 May, l’Association U Marinu, organized on the  boat the celebration « Mer en Fête » with the help of the “Office de l’Environnement de la Corse” and many others contributors. During the activities more than 2 000 pupils passed  in order to take part to the discussions, presentations, lessons, games  for  the environmental pollution, the  flora and fauna of the sea, the history and geography of Mediterranean.

Many teachers and parents were wandering why sound archives participate in such activities, usually practiced by environmental organizations with the subjects like the disappearance of seal or starfish. Soon they understood, that sound archives have all the experience and the sources to participate to this celebration and in fact to participate to any kind of similar activities.

 

The kids listened recordings referring to :

– an old fisherman explaining how to utilize his nets:

–  a seller with  melodic voice in the fish market of Napoli:

–  advices of a fisherman who explain which fish we must avoid for having  beautiful and peaceful dreams:

These recordings suit perfectly with the mood of the children, the smell of the sea and the atmosphere of the boat.  Besides, children and adults had the opportunity to see the method  and the purpose of  the recordings and by hearing the oral data of the archives  to  recognize  sounds which seemed familiar to them either because they brought to  their memory different  local or foreign   accents of friends as well as  story-tellings of their grand fathers and mothers, or because  they compared these sounds with those they listen while they walk in the streets,  or when they play football. At the end, most of them wanted to find a way for recording a person who tell stories in a funny way or has a funny way of speaking.     

It’s time for the sound archives to travel more and more far…

Crédits photographiques : Hélène Loukou et Soufiane Chabbi, 

Mer en fête

La semaine prochaine, du 27 au 29 Mai, la phonothèque présentera des archives sonores dans le cadre de la manifestation Mer en fête menée par l’association U Marinu. Pour ce deuxième épisode1, ceux qui participeront, auront la chance de connaitre  la voix des pêcheurs de la Provence au cours du 20ème siècle et de discuter du pourquoi des constitution de collections d’archives sonores. Tout en écoutant des récits enregistrés, nous vogueront entre Marseille et Bastia (Corse). Soufiane Chabbi2, Hélène Loucou3 seront les coordinateurs de ce projet et Maria Zitaki4 réalisera un court métrage pour la phonothèque sur le bateau  Danielle Casanova.

En Méditerranée, des milliers d’histoires sonores pourraient être enregistrées, conservées pour l’avenir, écoutées et ré écoutées. C’est partis pour cette expérience !

Programme de l’évènement Mer en fête 2013

Le plan du bateau pour participer aux ateliers Mer en fête 2013

L’équipe organisatrice de Mer en fête

 

Crédits photographiques : Fishing Boats Mar Del Plata, 1915, Oregon State University – OSU Special Collections & Archives, Buenos Aries, Argentina. Pas de restrictions de droits connus.

  1. La phonothèque, menée alors par Matthieu Andréani, a participé au projet en 2012 et a raconté ses aventures dans un billet sur le carnet []
  2. Conseiller culturel à la cinémathèque algérienne, en stage à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence []
  3. Etudiante en Master « Métier des bibliothèques et des archives » à l’Université de Thessalonique en stage à la phonothèque de la MMSH à Aix-en-Provence dans le cadre d’un séjour Erasmus []
  4. Artiste, vidéaste, en formation aux Beaux-Arts à Marseille dans le cadre d’un séjour Erasmus []

« Le poisson tu le tues pas mais tu tues ses oeufs » : témoignages de pêcheurs varois sur la pollution des fonds marin dans les années 1970

Étudiante des métiers du livre en licence professionnelle à l’I.U.T Aix-en-Provence, j’ai eu pour mission, lors d’un stage à la phonothèque de la MMSH, de numériser et cataloguer des enquêtes orales en langue provençale enregistrées par Henri-Paul Brémondy. Ces entretiens m’ont fait découvrir l’univers particulier du patron pêcheur et l’évolution de cette profession au court du 20ème siècle. Toute l’atmosphère de la pêche et de la mer y est retranscrite par ces témoignages pris sur le vif. Une certaine confiance s’instaure entre l’enquêteur et les informateurs qui racontent leur métier et tout naturellement leurs anecdotes et leurs histoires personnelles, tout en alternant le provençal et le français.

Ces enquêtes ont été enregistrées dans les années 1970 et déjà le phénomène de pollution des fonds marins est très présent. Les témoignages de patrons pêcheurs décrivent avec précision l’impact néfaste des nouvelles technologies sur l’écosystème maritime. La motorisation des bateaux, l’utilisation du mazout, l’expansion des villes, le déversement de pesticides et de détergents par les égouts détériorent toute la chaîne alimentaire des poissons provoquant également la destruction massive des herbiers.

L’arrivée en masse des touristes modifie aussi les aménagements côtiers faisant ainsi disparaître les criques et les calanques. La côte du littoral varois, s’est transformée peu à peu en station balnéaire, plus favorable à l’économie de la région. Tous les informateurs transmettent un sentiment d’impuissance face à « la société capitaliste » des années 1970. Ils subissent impuissants des situations révoltantes comme la pêche à la dynamite ignorée par les pouvoirs publics et les autorités locales. Devant eux,  la mer se meurt peu à peu.

Au moment où se tient le 6ème forum mondial de l’eau, il peut être intéressant d’écouter les solutions que ces patrons pêcheurs pouvaient imaginer.

Texte de Céline Soulet.

Crédits photographiques : Un chalutier de retour à Skerries avec un plein de chargement de poissons, Dublin 1960.  Tilbrook, Richard , description physique: 1 slide; 5 x 5 cm. Fonds domaine public

Retours sur une méthodologie d’enquête

Le traitement documentaire des enquêtes de terrain d’Annie-Hélène Dufour sur Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois, nous ont permis de redécouvrir ce que peut être une méthodologie de terrain finement ciselée. Faite de patience, de connaissances précises de son sujet, d’observation participante et d’humilité, l’approche des témoins et de son sujet se fait progressivement, dans un espace relationnel où chercheur et témoin prennent simplement leur place et gardent leur identité. Sur un sujet abordé entre 1983 et 1988, Annie-Hélène Dufour questionne les compétences et les connaissances des pêcheurs sur la qualité des fonds marins, les poissons et la flore, les techniques et les accessoires de pêche. Au fil des ans, la mise en place du matériel technique d’enregistrement se perfectionne, la conduite de l’entretien qualitatif avec les pêcheurs se ralentit, s’adapte au rythme du vécu de l’instant partagé.

L’une de ces enquêtes est une démonstration de cette approche d’un corps de métier particulier, confronté aux aléas de la nature, aux décisions économiques européennes, à la concurrence,  à la multitude de tâches sans cesse renouvelées. Le témoin de cette enquête prépare un filet, accessoire primordial de son métier, pendant toute la durée de l’entretien ; ses gestes sont précis, il est attentif à ce qu’il fait et, malgré tout, accueillant à l’enquête. Une fois le magnétophone et le micro installé, l’enquêtrice prend le temps de rentrer dans le dialogue, silencieuse, attentive elle aussi aux gestes, à l’avancée du travail et à la disponibilité du témoin.

L’attitude est payante, au bout de quelques trois  minutes l’information vient, au moment et sous la forme choisis par l’informateur.

L’entretien se prolonge, l’enquêtrice relâche son questionnaire et son objectif de recherche pour rentrer un peu plus dans la relation en train de se faire. L’homme travaille, peine un peu sur son filet, évoque ses soucis avec ses fournisseurs, son retard sur ses préparatifs ou la mauvaise qualité des accessoires livrés. L’enquêtrice est aussi à l’écoute de cela, s’intéresse, touche les objets et maintien son attente silencieuse. Ainsi, le pêcheur s’investit à nouveau comme témoin, en demandant les questions (à quelques 37 minutes d’entretien).

L’enquêtrice revient sur sa recherche, précise, clairement énoncée. L’informateur prend le temps de la réflexion et répond, lui aussi, avec précision et professionnalisme. Il n’est pas sujet d’observation ;  il est pleinement co-auteur d’un savoir qu’il transmet en toute connaissance de cause.

Les corpus déposés à la phonothèque et disponibles au public nous offrent, dans une qualité sonore émouvante qui nous rend si proches ces locuteurs disparus depuis1 , une exploration des diverses façons d’aborder la parole et ses contenus à travers l’évolution d’une méthodologie basée sur la relation humaine et le « savoir-écouter ».

Extraits de l’enquête 2504 : « Un pêcheur des Salins-d’Hyères rend compte de ses connaissances sur les espèces de poissons selon les profondeurs et commente l’évolution de la profession depuis les années 1970 », enregistré par Annie-Hélène Dufour (enquêtrice), auprès de Monsieur Saragossa (informateur), 1er février 1985, Les-Salins-d’Hyères. Corpus Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois.

Crédits photographiques : Working with Fishing Net, India, 2011, auteur Navaneeth Krishnan S. Licence Creative Commons- Paternité – Partage à l’Identique.

  1. Annie-Hélène Dufour est décédée en 2002 []

 »La mer c’est une chose, le bateau c’en est une autre »

« La mer c’est une chose, le bateau c’en est une autre », c’est ainsi qu’un des informateurs d’Henri-Paul Bremondy clot son entretien en 1977. Pêcheur depuis la première guerre mondiale, il témoigne de toute une vie liée à ce territoire si complexe, entre garrigues et criques, faite de petits métiers de la pêche mais aussi de l’agriculture, lorsque la mer était mauvaise. Ces enquêtes foisonnent de détails sur ce qui fait rire ces hommes attachés à la mer, sur leurs savoirs faire, leur quotidien, les deux guerres qu’ils ont traversées, sur la pratique de la langue provençale « d’ici » avec ses versions propres à un village, sur ce qui fait la carrière d’un patron-pêcheur, des taches du mousse aux responsabilités du patron. Ce corpus sur la pêche à Six-Fours, riche d’entretiens exclusivement en provençal, vient rejoindre trois autres corpus sur le métier et la représentation des espaces maritimes dans le Var mais aussi en Camargue et sur l’Étang de Berre.
L’un des témoins de H.-P. Bremondy raconte une histoire connue, une histoire d’idiot croyant que son âne a bu la lune. Celle-ci est référencée dans la classification Aarne-Thompson comme un conte facétieux.1.

Plusieurs versions de ce conte sont d’ailleurs disponibles à la phonothèque. La suivante est cévenole :

* * * * * * * * *

Attachés à la mer pour vivre, plus que par goût, les pêcheurs partagent le solde de la pêche en comptant comme ils peuvent, parfois sou à sou lorsque les règles d’arithmétique manquent (un pour toi, un pour moi, un pour le bateau). Avant la seconde guerre mondiale, on ne va pas au café lorsqu’on est pêcheur , on ne joue pas aux cartes. Quand la pêche est finie ou que la mer vous empêche de sortir, il faut entretenir les filets, le bateau, aller faire du bois de chauffage, planter son champ ou celui d’un autre, réparer, ranger… La vie des hommes échappe au rythme des contraintes et respire « au cabanon » autour de l’aïoli, du repas cuisiné dans la petite cheminée, dans les « coups de gueule » (agrémenté parfois de coups de poings pour faire bonne mesure), dans les parties de boules. La distraction des femmes, ils ne savent quoi en dire : elles n’étaient pas avec eux au cabanon. Finalement, « à part l’église », ils n’identifient pas leurs lieux de distraction, ni les distractions d’ailleurs qu’elles pouvaient avoir. Elles, femmes et filles de pêcheurs, attendent le retour des hommes, font quelques sous avec de petits métiers, s’occupent des enfants.

Ces pêcheurs nous apprennent au fil des souvenirs, la structuration d’une profession, pour se défendre, pour partager la mer, pour réglementer l’usage des outils et le lent et inéluctable changement du paysage avalé par le tourisme. Aller à la plage pour pic-niquer ? Une idée bien incongrue pour un homme qui ne sait pas nager. L’eau est bien, en dessous du bateau, c’est là qu’est le poisson, le petit et le gros, celui qui mord. La mer c’est celle qu’on entend frapper le long de la coque, qui vous fait tituber dans la nuit pour descendre du hamac où l’on dort coûte que coûte, enroulés dans les précieuses couvertures jusqu’à ce que les plus vieux vous réveillent en frappant la coque de leurs rames. Eux savent que c’est l’heure d’y aller, parce que le nez dans les étoiles, qu’on appelle les pougnères, ils ont vu qu’il était l’heure. L’heure d’y retourner.

Dans son mémoire de DEA2 , soutenu à l’université de Provence en 1978, Henri-Paul Bremondy, auteur de ces enquêtes, décrit finement les savoirs-faire des pêcheurs :

« Quand on pense que huit pêcheurs sur dix nés en 1900 ne savaient pas nager, que la plupart des patrons aujourd’hui encore, prennent un bain de mer quand, par accident, ils tombent à l’eau, on ne peut que s’étonner de la connaissance précise qu’ils ont du fond. Le fond de la mer, ils l’ont dans la tête. Ils ne se le représentent peut-être pas exactement avec les couleurs et les formes que nous lui connaissons, mais sur leur carte mentale sont relevés les détails indispensables à leur métier : telle roche, tel bordant, telle clairière, tel bosquet ou tel talus. » En effet, pas moins de sept termes en provençal local sont utilisés par les pêcheurs pour décrire les différents fonds.

Henri-Paul Bremondy, a continué son travail de collectage après ses études, de façon indépendante afin de collecter la mémoire de sa famille. Il s’est particulièrement intéressé aux différentes formes de pêche en méditerranée et à l’usage de la langue provençale. Il est décédé brutalement en 2004 sans avoir pu organiser ses archives. En 2010 son épouse et ses enfants décident de déposer ses pièces d’archives à la phonothèque de la MMSH  (entretiens enregistrés, croquis, retranscriptions, photographies, notes) sur la pêche dans le Var mais aussi sur la fête des Tripettes de Barjols à l’occasion de laquelle H.-P. Bremondy avait interviewé quelques personnages clefs de la fête. Son épouse se charge aujourd’hui de rechercher les autorisations de diffusion pour permettre l’écoute de ces enquêtes au plus grand nombre et nous l’en remercions.

 

Crédits photographiques : Hommes dans une barque, port de Marseille, avril 1899. Fonds Eugène Trutat – Bibliothèque numérique de Toulouse. Photographie ancienne. Négatif sur plaque de verre. Fond domaine public.
Pêcheurs sur échasses près de Unawatuna, Sri Lanka, Bernard Gagnon, 2006.http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Stilts_fishermen_Sri_Lanka_02.jpg. Licence Creative Commons.

  1. La version de ce conte est décrite dans la classification Aarne et Thompson sous la référence 1335, The Eaten Moon, dans la catégorie Anecdotes and Jokes []
  2. La pêche sur le littoral varois, DEA d’ethnologie, 1978, page 14. Cote médiathèque MMSH GL-20372 []