Archives par mot-clé : photographie

Une découverte entre les archives

Du 18 avril au 17  juin j’ai fait mon stage à la phonothèque de la MMSH. Je ne savais pas trop ce qui m’attendait : je suis étudiante en master de tourisme, langues et patrimoine – aire arabe-musulmane à Aix-Marseille Université, les archives étaient un univers qui m’était inconnu.  Je me suis dis que c’était l’occasion d’explorer un patrimoine sur l’aire de la méditerranée, ce qui m’intéresse et je n’ai pas été déçue ! Après mes études, je voudrais devenir une reporter de voyage ma responsable de stage m’a confié la réalisation d’un « Foto giornale » de mon stage…. l’occasion aussi de dresser un portrait de l’équipe de la phonothèque à la période d’avril, mai et juin 2016.

J’espère que ce diaporama vous donnera une bonne idée de ce qui se fait à la phonothèque et de la force du travail d’équipe, n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Donatella Mistretta

Crédits photographiques : image à la une photographie (sélection) de Serge Mercier « Chaîne de numérisation à la phonothèque de la MMSH, 2011 » CC-BY-NC-SA, photographie du diaporama de Donatella Mistretta, CC-BY-NC.

Les photographies de Costică Acsinte dans le domaine public

 

Né le 4 juillet 1897 dans le petit village de Perieti en Roumanie, Costică Acsinte avait été photographe de guerre pendant la première guerre mondiale. A son retour il avait ouvert un studio photographique « Foto Splendid C. Acsinte » dans la ville de Slobozia où il est mort à l’âge de 87 ans en 1984. Depuis le 23 juin 1991 l’ensemble de ses photographies appartient au domaine public suite au décret n°321/1956 et la loi n°8/1996.

En 1985 le musée d’histoire de la région de Ialomita a acquis plus de 5000 photographies du studio de Costică Acsinte, prises entre 1935 et 1945 et en 2007, 300 de ses clichés de la première guerre mondiale : 10% de ces photographies ont été numérisées et archivées avec le soutien du Musée Ialomița County History. Elles sont désormais  accessibles en ligne etFlickr the commons en valorise une partie sur son site en 21 sets depuis novembre 2013.

Costică Acsinte nous a laissé des traces d’une extrême beauté de la vie en Roumanie au cours du 20ème siècle, allez voir ces images qui font rêver, elles sont librement utilisables.

Crédits photographique : montage de la page Flickr The Commons qui présente les collections Costică Acsinte, domaine public.

Prolongation de l’exposition « Hors champs » jusqu’au 15 décembre 2013

5243245155_7b60b4abf1_z
Il commence à faire vraiment froid… c’est l’occasion de profiter de l’ambiance polaire du Musée d’ethnographie de Neuchâtel qui explore le thème de la construction et de l’usage des images en anthropologie en s’inspirant du monde des inuits et de l’exploration des pôles. De l’approche muséale à une vision poétique associant l’art et l’ethnographie, en passant par la navigation virtuelle (et des réseaux sociaux), l’exposition s’intéresse au choix du point de vue : ce qui est révélé par l’image et ce qui reste hors du cadre. N’hésitez pas à aller ouvrir les frigos du Musée de Neauchâtel, la réflexion proposée sur le patrimoine culturel immatériel dégèle tous les esprits…

Si vous avez la chance d’être à Neuchâtel le 12 décembre pour la clôture, vous pourrez vivre d’étonnantes aventures culturelles immatérielles : le MEN propose un repas (19h) et un concert original (20h15) du duo Bristophe (Brice Catherin et Christophe Schweizer) : du hors-champs à l’hors-chant les musiciens vont proposer de libérer les auditeurs d’une écoute passive en les lâchant dans un monde sonore inconnu…

Depuis le 7 mars et jusqu’au 15 décembre 2013, informations pratiques sur le site web : http://www.men.ch

Catalogue en vente sur le site du Musée.

 

Revue de presse : 

Chardon, Elisabeth. « A Neuchâtel, plongée dans les frigos de l’ethno », Le Temps, 10 novembre 2012, http://www.letemps.ch/Page/Uuid/657d2f70-2ab0-11e2-a2c0-14d6685ecc15%7C0

Gonseth, Marc-Olivier « Politics and poetics of displaying Promenade dans un bac à glaçons », Roots & Routes : research on visual culture, Anno III, n°10, aprile-giugno 2013 http://www.roots-routes.org/2012/11/12/politics-and-poetics-of-displayingprovvisoriodi-marc-olivier-gonseth

Thomas-Bourgnieuf, Martine. « Chez les visages pôles », Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/chez-les-visages-poles_871728

« Interview par Martine Thomas-Bourgnieuf, : Marc-Olivier Gonseth, directeur du MEN, explique la singularité de son musée », Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/regarder-le-patrimoine-culturel-immateriel-avec-de-nouvelles-lunettes_871744

 

Crédits photographiques : 

A man from the Umingmaktormiut, an Eskimo tribe that before Rasmussen’s visit had never been described or photgraphed, 1924, Leo Hansen photographer, Smithsonian Archives, no known copyright restrictions.

– Affiche de l’exposition « Hors champs » (MEN).

Souvenirs, souvenirs…

sorting-anc-packing-tomatoes

Les applications pour publier du multimédia se multiplient. Hier je vous présentais VoiceThread, créé en mars 2009, ce soir je découvre un nouvel outil sorti à la même époque et finalement assez proche dans sa présentation, Memory-life. L’ambition de Memory-Life est de réaliser l’album de votre mémoire. En quelques clics, vous reconstituez vos flashs visuels mémoriels : votre arrivée essoufflée au sommet de la Sainte-Victoire un jour de mistral, la jupe de coton à carreau blanc et brun qui a dû être portée au siècle dernier d’une femme qui passe, l’arbre sous lequel vous aviez l’habitude de faire la sieste… Bien sûr vous taguez, vous commentez, vous explorez. Dès que vous avez créé votre compte en ligne, vous pouvez télécharger des images  sur votre boite à souvenir, soit depuis votre ordinateur, soit en vous les envoyant sur un courriel créé par Memory Life. Pas de lien ici avec Facebook ou Flickr mais il vous est proposé de télécharger une application d’Adobe (Adobe AIR) pour importer plus simplement vos images.  Si vous souhaitez numériser des documents analogiques, Memory Life vous renvoie vers des partenaires commerciaux. Vous pourrez ensuite exporter sous forme vidéo une animation reproduisant vos photos dans l’ordre que vous aurez déterminé (temps, thème, hasard).

Vous avez à votre disposition de nombreuses possibilités d’organisation pour vos images, de l’aléatoire à la frise chronologique. Cette frise n’est pas sans rappeler d’ailleurs la fresque chronologique du projet Repères méditerranéens lancé par l’INA, sur un financement de la région Provence Alpes Côte d’Azur. Ce site vous permet de reconstituer toute l’histoire de la Provence contemporaine d’un seul coup d’œil en affichant des émissions télévisées sous forme de listes, de cartes ou de fresques. Repères méditerranéens serait finalement la boîte à souvenirs, provençaux et pacifiques, d’une méditerranée remémorée par les historiens d’un laboratoire (ici TELEMME). Dans cette application, le système éditorial a été créé par le studio hypermédia de l’INA, à Bry-sur-Marne.

Il me semble qu’il manque à Memory Life comme aux Repères Méditerranéens, tout l’aspect collaboratif et de partage proposé par Voice Thread : les internautes ne peuvent pas laisser de commentaires ni déposer de nouvelles photos ou vidéos pour créer des interactions de souvenirs, pas de partage. Ces sites sont superbes et ils ont la couleur du Web 2.0 mais n’en n’ont pas la saveur. Il n’empêche, les outils d’édition multimédias se multiplient et les phonothèques devraient pouvoir en tirer partie.

Crédits photographique : Sorting and packing tomatoes at the Yauco Cooperative Tomato Growers Association, Puerto Rico, 1942, par Delano, Jack (1914- ), Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C., Pas de restriction de droit connu. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34052

Dans ma boîte à souvenir, voilà ce qui me vient :

Ouvriers
Ô cette chaude matinée de février. Le Sud inopportun vint relever nos souvenirs d’indigents absurdes, notre jeune misère.
Henrika avait une jupe de coton à carreau blanc et brun, qui a dû être portée au siècle dernier, un bonnet à rubans, et un foulard de soie. C’était bien plus triste qu’un deuil. Nous faisions un tour dans la banlieue. Le temps était couvert, et ce vent du Sud excitait toutes les vilaines odeurs des jardins ravagés et des prés desséchés.
Cela ne devait pas fatiguer ma femme au même point que moi. Dans une flache laissée par l’inondation du mois précédent à un sentier assez haut elle me fit remarquer de très petits poissons.
La ville, avec sa fumée et ses bruits de métiers, nous suivait très loin dans les chemins. Ô l’autre monde, l’habitation bénie par le ciel et les ombrages ! Le sud me rappelait les misérables incidents de mon enfance, mes désespoirs d’été, l’horrible quantité de force et de science que le sort a toujours éloignée de moi. Non ! nous ne passerons pas l’été dans cet avare pays où nous ne serons jamais que des orphelins fiancés. Je veux que ce bras durci ne traîne plus une chère image.

Arthur Rimbaud, Illuminations, 1873-1875

Le fil vocal de la New York Public Library

tubanyplLa bibliothèque de New-York a numérisé des milliers d’images et en a mis une partie sur son Flickr Commons* et l’un de ses albums a pour titre Now playing : music in pictures. Il s’agit de dix-neuf images représentant des scènes musicales qui sont aussi l’occasion de découvrir un nouvel outil social inventé par la bibliothèque de New-York. Comment le nommer en français ? peut-être « fil vocal » (en anglais VoiceThread).

siamnyplVoiceThread est un outil collaboratif multimédia. Avec lui vous allez pouvoir créer des diaporamas commentés vocalement,  avec des textes, des dessins ou des vidéos. Pour l’utiliser, pas de logiciel à télécharger.  Le didacticiel en ligne vous explique comment procéder en trois points : 1. upload, 2. comment, 3. share.

Après vous être identifié, vous téléchargez des images depuis votre ordinateur ou de Flickr ou Facebook. Vous pouvez les commenter en utilisant votre voix à travers un micro ou un téléphone, en écrivant des textes ou en incrustant une vidéo. Plusieurs tutoriels vous expliquent très simplement comment faire. Ensuite il est possible de les partager, revoir des commentaires, créer des groupes… et des tas d’autres choses encore. Un outil de valorisation à tester par les bibliothèques, les musées, les porteurs de projets éducatifs et, bien entendu, les phonothèques.

L’exemple donné par la bibliothèque de New-York part de photographies et de gravures en lien avec la musique issues de ses collections numérisées, où l’on retrouve les images proposées dans le Flickr commons et d’autres encore. Elles sont commentées par des bibliothécaires de la NYPL et une fois enregistré, il vous est possible de laisser des commentaires.  Le diaporama ainsi réalisé évoque des instruments du monde entier et renvoient vers les notices du catalogue de la bibliothèque, plus de 1087 photographies sont indexées sous le terme « Music ». Si vous l’utilisez pour présenter une exposition, des cours ou autre chose merci de me le signaler car j’ai l’impression que cet outil peut être vraiment intéressant pour les institutions scientifiques et culturelles.

En parcourant ces images je pensais à l’autobiographie de Miles Davis, co-écrite avec Quincy Troupe, que je suis en train de terminer.  Ce livre nous plonge dans l’univers du jazz des années 1940, des clubs de la 47eme, 52 ème ou 118ème rue et des autres. Avec Miles on suit l’histoire du jazz du be bop au jazz rock et jazz électrique, toutes ses évolutions et tous les musiciens qui la parcourent. Il nous fait aussi partager sa hargne à voir les « blancs » voler éhontément la musique des « noirs ». Et en regardant ces photos, je me dis qu’effectivement il y a quelques absents.

a-mountain-fiddlernypl

* Pour en savoir plus sur Flickr Commons, allez lire Flickrland sur « Les carnets de la phonothèque » : http://phonotheque.hypotheses.org/452

Crédits photographiques : Album « Now playing : music in pictures » – The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection – Pas de restriction de droits connus.

– [Man playing the tuba] (Digital ID: 832515). Sans date.

–  Siamese musical instrument : the bell wheel (Digital ID: 832954). Sans date.

– A mountain fiddler (Digital ID: 833064). Barnhill Studios — Photographer. 1920.

Flickrland

Ce texte a été publié dans le Telemme Infos du mois de mai 2009 dans un format plus court.

Flickr est un site web de partage de photos et de vidéos gratuit qui fait partie de ce qui s’appelle communément aujourd’hui, les outils du web 2.01. Ce site, qui héberge plus de 3 milliards de photos, est utilisé à travers le monde aussi bien par des photographes professionnels que des amateurs de tous genres.

Mais voilà que les institutions se sont emparées de Flickr. En janvier 2008, la bibliothèque du Congrès a lancé un nouveau service sous le titre de Flickr Commons, traduit en français par « Flickr organismes publics ». Elle a été très vite rejointe2 par d’autres organismes, musées, instituts ou bibliothèques du monde entier. De quoi s’agit-il ? Les institutions qui le souhaitent mettent à la disposition des internautes une partie de leurs collections d’images photographiques libres de droits. Toutes les images sont téléchargeables3 en haute définition, ce qui autorise une très large gamme d’usages.

Qu’est-il donc passé par la tête des dirigeants de ces vénérables institutions pour qu’ils mettent ainsi leur précieux patrimoine à disposition de tous à travers, un site dont le service semble de prime abord bien éloigné des systèmes habituels des grandes bibliothèques ?

D’abord ils en avaient assez de détenir depuis si longtemps un patrimoine public inexploité et méconnu. Des millions de plaques de verre, de tirages, de diapositives ou de négatifs sont enfouis dans les archives des bibliothèques et des musées depuis l’invention de Nicephore Niépce. La numérisation des données est certes onéreuse au départ mais ensuite, la diffusion du document numérique est simple, surtout pour la photographie qui bénéficie de normes connues et utilisées par tous4. En recourant à un gestionnaire d’images comme Flickr, ces directeurs de musées et de bibliothèques se donnaient la possibilité de dévoiler enfin leurs images à un public immense5 qui jamais n’aurait mis un pied dans leurs bâtiments.

Mais ils espéraient bien aussi en tirer certains avantages. Car le puissant système de tags6, de géolocalisation et de commentaires, offert par Flickr permet très simplement à l’internaute d’indexer et de commenter les images. Il peut ainsi proposer son interprétation, fournir des informations sur la localisation, la période de prise de vue, l’identité des personnes représentées ou le photographe. Mieux encore, il diffuse autour de lui ces images et le public s’élargit d’autant plus. En exploitant le réseau social de Flickr, ces directeurs de bibliothèques et de musées font donc tout simplement travailler les foules. Sur le web, cela s’appelle le crowdsourcing7.

Ces images racontent notre histoire depuis la fin du 19e siècle, avec une dominante de photographies anciennes. Vie quotidienne, monde du travail, photographies de vacances, portraits d’hommes et de femmes connus ou inconnus, paysages, monuments, intérieurs d’habitations… Vous pouvez les visualiser sur la « Galerie » de chaque institution ou les rechercher à partir d’un mot. Sur les seize institutions qui ont jusqu’ici rejoint The Commons, cinq sont établies aux États-Unis, une au Québec, trois en Australie et une en Nouvelle-Zélande ; les autres sont en Europe (une au Portugal, trois en Grande-Bretagne, une aux Pays-Bas et une en France). Ainsi, aux côtés du Brooklyn Museum qui propose – par exemple- des daguerréotypes réalisés en Égypte à la fin du 19e siècle et de la Smithsonian Institution qui présente de magnifiques portraits d’indiens, la bibliothèque de Toulouse est devenue le premier organisme public français à participer à ce projet. Elle met à disposition 310 photographies anciennes transférées de plaques de verre, faisant partie du fonds Trutat8, datant des années 1880 à 1920. Jusqu’à présent, ces images n’étaient consultables que sur place. Aujourd’hui, vous pouvez admirer des paysages pyrénéens, arpenter les glaciers avec les randonneurs ou observer des scènes de vie quotidienne dans la ville de Luchon au début du 20e siècle.

A des niveaux plus petits, mais tout aussi riches, des laboratoires ou des responsables de projets de recherche ont lancé des albums d’images librement mises à disposition. Un des plus anciens exemples est celui du laboratoire d’histoire visuelle contemporaine9 un des plus récents est celui que vient d’ouvrir l’Institut français du Proche Orient10. D’un autre genre, l’album « Photos Normandie », invite les internautes à améliorer les légendes des 2 763 photos de la Bataille de Normandie11. Flickr nous offre aujourd’hui assez d’images que nous n’aurons jamais le temps de visualiser en une vie !

***

1 A propos des outils du web 2.0, je vous renvoie vers un article de l’inventeur du terme, Tim O’Reilly, qui date déjà de septembre 2005 : http://www.eutech-ssii.com/ressources/view/1

2 Un rapport sur l’histoire du projet et ses résultats a été publié le 11 décembre 2008 sur le blog de la Library of Congress : http://www.loc.gov/blog/?p=394 Aujourd’hui Flickr Commons compte presque 5000 photos.

3 Pour les droits de ce téléchargement Flickr Commons a inventé un nouveau type de copyright, celui qui n’est pas connu (l’expression consacrée désormais est : No known restrictions on publication). D’autres images sont simplement libres de droits et une partie est placée sous copyright .

4 Depuis 1965 la norme IPTC (International Press Telecommunications Council) domine les formats de métadonnées pour la description des images. La norme XMP (Extensible Metadata Platform) lancée par Adobe Systems – Photoshop en 2001, est en train de la remplacer.

5 Le site compte plus de 54 millions de visiteurs uniques par mois dans le monde dont 880 000 visiteurs uniques en France, selon les chiffres de la société comScore (avril 2008).

6 Le mot-clé est appelé communément « tag » sur les sites dits de réseaux sociaux appartenant au Web2.0.

7 Ce terme a été inventé en 2006 par deux rédacteurs du magazine Wired, Jeff Howe et Marc Robinson. Il s’oppose à l’outsoucing qui renvoie à une externalisation des tâches tandis que le crowdsourcing souligne la contribution ouverte à tous à une oeuvre collective qui n’aurait pu être menée seul.

8 Eugène Trutat, conservateur au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse et photographe, a sillonné les Pyrénées et photographié sur plaques de verre entre 1870 et 1920 autant les paysages, les villages, que les habitants.

9 Le LHIVIC a plusieurs Flickr dont celui de son directeur, André Gunthert : http://www.flickr.com/photos/gunthert/

11 Pour plus d’informations sur ce projet (http://flickr.com/people/photosnormandie/), lire l’article de Patrick Pécatte, « Une plate-forme sociale pour la redocumentarisation d’un fonds iconographique » (deuxième conférence sur le document numérique et Société les 17 et 18 novembre 2008, CNAM-Paris) http://blog.tuquoque.com/post/2008/09/16/Une-plate-forme-sociale-pour-la-redocumentarisation-d-un-fonds-iconographique

Crédit photographique : la photographie a été prise entre 1907 et 1930 par Edward S. Curtis (1868-1952), technique : photogravure. Titre : In the land of the Sioux – No known restrictions on publication URL : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?id=5207