Archives par mot-clé : poésie

Collecter le patrimoine immatériel au Yémen : à propos des difficultés du terrain : le cas du fonds Fatima Al-Baydani

Fatma Al-Baydani, chercheure yéménite, a donné le 12 février dernier à la MMSH une conférence qui présentait douze ans de terrain pour la collecte de littérature orale populaire à travers le Yémen.

Résumé de la conférence : En introduction, Claude Audebert, professeure de langue arabe à Aix-Marseille Université, introduit brièvement la conférencière, Fatima Al Baydani. Originaire de la ville d’Al-Bayda au Yémen, elle avait initialement suivi une formation de médecin . Issue d’une famille de poètes et de poétesses, celle-ci ne tarda  pas  à quitter la médecine  pour se lancer, dès la fin des années 1990, dans la collecte de la littérature orale à travers toutes les régions du Yémen. Dans sa conférence, Fatima al-Baydani a mis l’accent sur la méthode suivie pour mener ses enquêtes de terrain, évoquant les multiples difficultés qu’elle a pu rencontrer. Pour lancer le projet, elle n’a pu compter que sur ses propres deniers et avait dû former une équipe de 6 jeunes yéménites (3 femmes et 3 hommes) à la collecte sur le terrain afin d’établir un questionnaire d’enquête. Ses recherches privilégièrent les personnes âgées, tout particulièrement les troupes musicales féminines, les poètes et les conteurs. Ses collectes l’ont amenée à sillonner l’ensemble du pays, de la Tihama au Hadramaout et de Saada à Aden et à Socotra. Elle finit par obtenir quelques aides financières de la part des autorités locales au Yémen ou auprès d’ambassades étrangères. A partir de 2005, elle établit une fructueuse collaboration  avec le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa), ainsi qu’avec l’Ecole Normale Supérieure de Paris (ENS). En 2007, elle fonde l’association «  Mil Al Dahab », toute entière dédiée à la collecte du patrimoine immatériel, à sa préservation, sa diffusion  et sa valorisation. En 2014, cette association prend le nom de « Aydanout » en  en hommage à une chanteuse yéménite décédée en 2011. La conférence s’achève sur un diaporama retraçant différents moments de ses enquêtes de terrain et sur un échange avec les différents participants.

Dans sa conférence, Fatma Al-Baydani reprend point par point les difficultés qu’elle et son équipe ont rencontré au cours de leur collecte sur le terrain yéménite. Ces difficultés nous ont semblé intéressantes à signaler dans Les Carnets de la phonothèques car elles se retrouvent sur d’autres terrains pour la collecte du patrimoine culturel immatériel.

– A l’amorce d’un projet et tout au long de son évolution, les questions financières sont bien entendu centrales et vont conditionner la plupart des orientations. La plus grande partie des recherches de Fatma Al-Baydani ont été faites sur la base de ses deniers personnels. Cela d’autant plus qu’elle a souvent dû refuser l’aide financière en provenance de pays étrangers (Etats-Unis, pays du Golfe) car leurs institutions demandaient une exclusivité sur le patrimoine collecté, ce qui n’était pas envisageable pour elle et son équipe. De leur côté, les gouvernorats yéménites ne pouvaient pas toujours les soutenir. Certaines instances politiques du pays  ont accepté de participer à la prise en charge de l’hébergement ou des repas de l’équipe, d’autres n’ont pas souhaité apporter d’aide à l’entreprise en raison de ce que la collecte du patrimoine immatériel est controversée dans une partie de la société yéménite.

– En effet, pour une partie de la société yéménite aujourd’hui le chant, les comptines, la danse ou les contes sont interdits. Obstacle impossible à surmonter lorsque certains politiques ont connaissance de ces travaux : les collecteurs ont parfois dû quitter leur terrain en vitesse… D’autres fois, après avoir parcouru parfois des kilomètres dans la montagne, et une fois arrivés devant leur témoin, celui-ci refusait d’être enregistré, inquiété de ce qui pourrait se dire sur lui.

– Autre obstacle, l’interdiction d’enregistrer ou de filmer des femmes en train de danser ou de chanter. Les collecteurs ont trouvé une parade en choisissant parfois choisi de filmer uniquement les pieds d’une danseuse, enregistrant ensemble la danse et la musique.

– Les collecteurs, travaillant à retracer les conditions de production de ce qu’ils recueillaient,  se sont rendu compte que de nombreux hommes s’étaient approprié les chants ou les poésies créés par des femmes, rendant opaque l’identité véritable des auteurs des œuvres.  C’est parfois à la mort de ces hommes que l’on a compris que tel ou tel texte avait été écrit par son épouse, sa soeur ou sa grand-mère.

– L’entrée brutale d’appareillages modernes dans les dispositifs de l’enquête  a aussi introduit de nouveaux obstacles : certains témoins ont refusé les enregistrements ou même la prise de note. Dans ce cas, sans se laisser prendre de cours, les collecteurs ont appris par la transmission orale le chant, la poésie, la danse ou le conte, les ont appris par coeur jusqu’à les maîtriser pour en rendre possible le transfert par l’enregistrement au sein même de l’équipe de collecteurs.

– Le projet de Fatma Al-Baydani était de collecter le plus possible de textes oraux en langue dialectale. Or les collecteurs se sont rendu compte que face à un microphone, la population interrogée avait tendance à abandonner l’emploi de l’arabe dialectale pour l’arabe littéral, employé par la télévision et la radio. Ils ont donc essayé de travailler avec les témoins en profondeur et sur la durée pour que ceux-ci livrent le plus possible de textes en arabe dialectal.

– Au-delà de toutes les difficultés énoncées précédemment, l’instabilité de la situation politique du Yémen reste sans doute l’obstacle le plus difficile à surmonter. En effet, l’équipe de Fatma Al Badani a beaucoup souffert de la méfiance des autorités yéménites qui leur ont confisqué leur matériel à plusieurs reprise (appareil à photo, caméra …), voire ont parfois emprisonné les collecteurs (à Ta’izz ou Tihama). Cette instabilité politique met également un frein à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine immatériel ainsi qu’aux échanges culturels du pays au niveau international. Cette situation amplifiée par l’absence d’institution(s) officielle(s) chargé(es) de recueillir les archives au Yémen.

Pour toutes ces raisons, le dépôt des archives de  Fatma Al Badani à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme est exceptionnel. Il est également important pour les chercheurs du domaine yéménite et plus largement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature et la poésie orale, à la transmission de bouche à oreille, au patrimoine culturel immatériel…
Nous la remercions de sa confiance.

Résumé de la conférence et billet rédigés par Louna Tourdert (lycéenne, en stage à la phonothèque en mars 2015), relecture d’Isabelle Grangaud et Michel Tuscherer (IREMAM).

Crédits photographiques : paysages du Yémen, Fatma Al Badanin

Souvenirs, souvenirs…

sorting-anc-packing-tomatoes

Les applications pour publier du multimédia se multiplient. Hier je vous présentais VoiceThread, créé en mars 2009, ce soir je découvre un nouvel outil sorti à la même époque et finalement assez proche dans sa présentation, Memory-life. L’ambition de Memory-Life est de réaliser l’album de votre mémoire. En quelques clics, vous reconstituez vos flashs visuels mémoriels : votre arrivée essoufflée au sommet de la Sainte-Victoire un jour de mistral, la jupe de coton à carreau blanc et brun qui a dû être portée au siècle dernier d’une femme qui passe, l’arbre sous lequel vous aviez l’habitude de faire la sieste… Bien sûr vous taguez, vous commentez, vous explorez. Dès que vous avez créé votre compte en ligne, vous pouvez télécharger des images  sur votre boite à souvenir, soit depuis votre ordinateur, soit en vous les envoyant sur un courriel créé par Memory Life. Pas de lien ici avec Facebook ou Flickr mais il vous est proposé de télécharger une application d’Adobe (Adobe AIR) pour importer plus simplement vos images.  Si vous souhaitez numériser des documents analogiques, Memory Life vous renvoie vers des partenaires commerciaux. Vous pourrez ensuite exporter sous forme vidéo une animation reproduisant vos photos dans l’ordre que vous aurez déterminé (temps, thème, hasard).

Vous avez à votre disposition de nombreuses possibilités d’organisation pour vos images, de l’aléatoire à la frise chronologique. Cette frise n’est pas sans rappeler d’ailleurs la fresque chronologique du projet Repères méditerranéens lancé par l’INA, sur un financement de la région Provence Alpes Côte d’Azur. Ce site vous permet de reconstituer toute l’histoire de la Provence contemporaine d’un seul coup d’œil en affichant des émissions télévisées sous forme de listes, de cartes ou de fresques. Repères méditerranéens serait finalement la boîte à souvenirs, provençaux et pacifiques, d’une méditerranée remémorée par les historiens d’un laboratoire (ici TELEMME). Dans cette application, le système éditorial a été créé par le studio hypermédia de l’INA, à Bry-sur-Marne.

Il me semble qu’il manque à Memory Life comme aux Repères Méditerranéens, tout l’aspect collaboratif et de partage proposé par Voice Thread : les internautes ne peuvent pas laisser de commentaires ni déposer de nouvelles photos ou vidéos pour créer des interactions de souvenirs, pas de partage. Ces sites sont superbes et ils ont la couleur du Web 2.0 mais n’en n’ont pas la saveur. Il n’empêche, les outils d’édition multimédias se multiplient et les phonothèques devraient pouvoir en tirer partie.

Crédits photographique : Sorting and packing tomatoes at the Yauco Cooperative Tomato Growers Association, Puerto Rico, 1942, par Delano, Jack (1914- ), Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C., Pas de restriction de droit connu. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34052

Dans ma boîte à souvenir, voilà ce qui me vient :

Ouvriers
Ô cette chaude matinée de février. Le Sud inopportun vint relever nos souvenirs d’indigents absurdes, notre jeune misère.
Henrika avait une jupe de coton à carreau blanc et brun, qui a dû être portée au siècle dernier, un bonnet à rubans, et un foulard de soie. C’était bien plus triste qu’un deuil. Nous faisions un tour dans la banlieue. Le temps était couvert, et ce vent du Sud excitait toutes les vilaines odeurs des jardins ravagés et des prés desséchés.
Cela ne devait pas fatiguer ma femme au même point que moi. Dans une flache laissée par l’inondation du mois précédent à un sentier assez haut elle me fit remarquer de très petits poissons.
La ville, avec sa fumée et ses bruits de métiers, nous suivait très loin dans les chemins. Ô l’autre monde, l’habitation bénie par le ciel et les ombrages ! Le sud me rappelait les misérables incidents de mon enfance, mes désespoirs d’été, l’horrible quantité de force et de science que le sort a toujours éloignée de moi. Non ! nous ne passerons pas l’été dans cet avare pays où nous ne serons jamais que des orphelins fiancés. Je veux que ce bras durci ne traîne plus une chère image.

Arthur Rimbaud, Illuminations, 1873-1875

Vamos a hacer memoria : la bibliothèque nationale du Chili

violeta-paraNo seas como el árbol primifloro que después de dar hojas i morirse comienza a florecer… Sur le site de la bibliothèque nationale du Chili j’ai lu le manuscrit du premier poème signé sous le pseudonyme de Pablo Neruda, Hombre. Le feuillet est froissé, la pliure en son centre laisse imaginer qu’il est longtemps resté rangé dans une boite. En haut, à gauche, l’en-tête du journal  où il publiait souvent, La Mañana de Temuco ; une date, 1920. Même en connaissant le poème, je n’ai pas retrouvé ce document magique à travers mon moteur généraliste habituel. Non, il ne retrouve rien de toutes ces richesses. Allez savoir pourquoi (mais peut-être l’imaginez-vous ?).

Il faut donc se glisser dans les rayonnages de la bibliothèque virtuelle du Chili pour y repérer ses merveilles. Vous pouvez hésiter entre  la lecture des poèmes de Gabriela Mistral (qui admirait Frédéric et D’Annnunzio), visualiser des images de la vie quotidenne chilienne ou des portraits des personnages qui ont marqué le Chili entre 1925 et 1985. Pour ma part, je me suis dirigée sans hésitation vers les manuscrits des auteurs chiliens, et  je n’ai pas été déçue. Pablo Neruda s’est imposé.

Allende con un niño, Campaña Presidencial 1970

La bibliothèque recèle de nombreux sites multimédias à découvrir. Un des plus importants porte sur la mémoire chilienne, autour de cinq axes : histoire, littérature, arts visuels, musique et sciences sociales. A travers le catalogo vous pouvez faire des recherches par auteur, titre ou sujet dans tout le site ou pour une période en particulier. Si c’est la presse chilienne qui vous intéresse, vous pouvez utiliser un autre moteur ou pour une recherche chronologique, un autre encore.

Lors du symposium Vamos a hacer mémoria, Ana Tironi, directrice de la bibliothèque nationale du Chili a présenté tous les projets de collections numériques qui ont été lancés depuis quelques années… ils méritent d’être visités. Promenez vous aussi du côté des enfants sur le site du Chile para niños, Ana Pironi est fière de ce projet et c’est clairement une réussite. Il manque sans doute un moteur de recherche unique et performant, on se perd parfois entre toutes les ressources et les questions de citabilité ne sont pas toujours résolues mais tout cela est mouvement, et cette bibliothèque propose certainement un des plus beaux catalogues de l’Amérique Latine. En 2010 la bibliothèque du Chili aura 200 ans, elle vous propose de participer à ses futures aventures en remplissant un questionnaire en ligne.


Crédits photographiques : bibliothèque nationale du Chili. Violeta Para puis Salvador Allende.

Vamos a hacer memoria : la violence fait-elle partie du patrimoine ?

mc0007660

Le symposium sur le patrimoine bibliographique qui s’est déroulé du 22 au 25 septembre à Bogotá a été l’occasion pour la bibliothèque nationale de Colombie de créer des réseaux dans le pays, mettre en place des collaborations internationales, recueillir des idées pour établir son plan stratégique décennal.  Si le sujet vous intéresse, vous pouvez d’ailleurs participer à l’écriture de ce plan en inscrivant vos propositions sur le forum créé pour l’occasion. Les conférences qui se sont succédées présentaient de nombreux exemples de réalisations en Amérique Latine (Brésil, Chili, Mexique), en Europe  (Espagne, Grande-Bretagne, France) et en Colombie (bibliothèque nationale, départementales, communales, bibliothèques d’universités privées ou encore bibliothèques du réseau de la Banque de la République de Colombie).

La table-ronde du jeudi portait sur la définition du terme « patrimoine ». Angela Perez, sous-directrice de la grande bibliothèque Luis Ángel Arango financée par la banque de la République de Colombie, en était la modératrice. Aquiles Alencar-Brayner, conservateur des collections latino américaines à la British Library, a lancé un débat plutôt brûlant : la notion de patrimoine est vaste, elle couvre de nombreux domaines mais il en est un qu’il ne faudrait pas oublier, celui de la violence et de l’interdit. Les traces des manifestations culturelles qui vont à l’encontre de l’Etat  ou du pouvoir doivent aussi être conservées dans les bibliothèques ou les centres de documentation.  Il a donné deux  exemples, un en Amérique Latine, l’autre en Europe. Au Brésil, la musique funk des rues brésiliennes est interdite de diffusion par l’Etat parce qu’elle est jugée trop violente. Aujourd’hui cette musique est vivante et témoigne de la vie quotidienne des favellas. Mais pourquoi ne pas en conserver un témoignage dans les institutions culturelles brésiliennes ?  Plus près de chez nous, il a rappelé cette récente polémique qui a eu lieu en Grande-Bretagne. En septembre 2008, l’organisme chargé de valider les examens dans l’enseignement secondaire a supprimé du programme des lycéens un poème intitulé Education for leisure exigeant même des enseignants qu’ils détruisent les anthologies dans lequel il figurait. Ce poème avait été écrit plusieurs années auparavant par une jeune fille de 14 ans, Carol Ann Duffy, intronisée le 1er mai dernier « Poet Laureate » des dix prochaines années.

Education for leisure

Today I am going to kill something. Anything.
I have had enough of being ignored and today
I am going to play God. It is an ordinary day,
a sort of grey with boredom stirring in the streets
I squash a fly against the window with my thumb.
We did that at school. Shakespeare. It was in
another language and now the fly is in another language.
I breathe out talent on the glass to write my name.
I am a genius. I could be anything at all, with half
the chance. But today I am going to change the world.
Something’s world. The cat avoids me. The cat
knows I am a genius, and has hidden itself.
I pour the goldfish down the bog. I pull the chain.
I see that it is good. The budgie is panicking.
Once a fortnight, I walk the two miles into town.
For signing on. They don’t appreciate my autograph.
There is nothing left to kill. I dial the radio
and tell the man he’s talking to a superstar.
He cuts me off. I get our bread-knife and go out.
The pavements glitter suddenly. I touch your arm.

Carol Ann Duffy

Je ne connaissais pas ce poème, mais je l’ai aimé et il m’a donné une furieuse envie de mieux connaître l’oeuvre de Carol Ann Duffy. Sa lecture  ne peut effectivement que faire réfléchir sur le sens de l’interdit et les choix que les bibliothèques et les musées doivent faire pour la conservation d’un patrimoine « national ». Cette question est cruciale en Amérique Latine qui a traversé depuis les années 1950 des séries de régimes autoritaires. Elle est affrontée de différentes façons par les institutions culturelles et par les citoyens.

Lors du 13e  congrès international d’histoire orale à Rome en 2004, en conclusion des journées, Estella Carlotto, ancienne « folle de la place de mai« , est venue y raconter son histoire. Dans les années 1970 elle a été la grand-mère d’un enfant qu’elle n’a pas encore pu rencontrer. Auparavant elle était mère d’une fille engagée dans la lutte politique, arrêtée,  torturée alors qu’elle était enceinte, puis assassinée une fois son enfant mis au monde.  « L’aguela »  a raconté comment elle a créé avec d’autres  grand-mères, des archives sonores d’un nouveau genre, des archives où des grands-parents racontent la vie de leurs enfants, l’amour qu’ils ont pu leur porter, et l’amour que ceux-ci auraient porté à leurs propres enfants s’ils avaient pu les élever.  Avec ces enregistrements est aussi consigné un peu du  sang des grands-parents. Ceux qui ont des doutes sur leur origines peuvent ainsi confronter leur ADN.  Cette base de données qui a pour nom « Tesoro » a permis de retrouver déjà une centaine d’enfants, devenus des adultes, qui avaient été adoptés par des militaires.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale du Chili : « Memoria chilena para chiegos » : Images du parti socialiste du Chili (1963-2000) : le train de la liberté, candidature de Salvador Allende (1958), pas de restriction de droit signalée. http://www.memoriachilena.cl/iniciativas/ciegos.asp

Ecouter Carol Ann Duffy sur la BBC : http://www.bbc.co.uk/poetryseason/poets/carol_ann_duffy.shtml

Les outils du web 2.0 au service des documentalistes

Ouvrir un carnet sur Hypotheses.org c’était -entre autre- un moyen pour l’équipe de la phonothèque de la MMSH d’utiliser les outils du Web 2.O. En effet, la base de données en ligne de la phonothèque ne permet pas vraiment d’ouvrir un dialogue avec ses utilisateurs. Même si nombre d’internautes nous écrivent des courriels pour avoir des informations sur les archives sonores repérées dans la base (et certains mériteraient d’être publiés), il s’agit d’échanges privés.

Je m’égare… tout ça pour dire que pour gérer un fonds d’archives sonores il est utile de connaitre les outils du Web 2.0. Ces jours derniers, se sont déroulées à Sète les journées des professionnels de l’information scientifique et technique du CNRS, les FREDOC. Elles portaient sur « Le web collaboratif au service des documentalistes ». J’y suis intervenue dans un atelier sur la syndication de contenu et les outils de travail collaboratifs. Voilà le programme et le diaporama diffusé lors de cet atelier.

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, Port de Sète depuis le cimetière marin (CC)

Une note en bas de la page :

La ville de Sète (Cette) est émouvante. D’abord à cause du poète Paul Valéry qui plane sur le cimetière marin :

« Le vent se lève! . . . il faut tenter de vivre!
L’air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs!
Envolez-vous, pages tout éblouies!
Rompez, vagues! Rompez d’eaux réjouies
Ce toit tranquille où picoraient des focs! »

Et puis à cause de son nom, longtemps resté sous forme d’adjectif démonstratif, comme l’a chanté Georges Brassens, amoureux un temps de Jeanne Martin, « patronyme qui fait pas tellement d’effet dans le bottin mondain. »