Archives par mot-clé : récit de vie

Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Ils étaient coopérants militaires enseignants à l’École supérieure des lettres, homme d’affaires amené à voyager dans tout le Moyen-orient, cadre de la banque de l’Organisation des Nations Unies, ingénieur dans l’industrie des métaux chez Sidem, pères jésuites arabisants, chroniqueur sportif franco-libanais, avocat installé depuis plusieurs décennies au Liban…  En 1975, Jean Métral a enregistré 65 portraits de Français qui évoquent leur expatriation puis leur intégration au Liban, leurs loisirs, leur vie de famille, leurs amis Français et Libanais. Ce sont autant de regards posés sur une société libanaise où, à cette période, des tensions séparent de plus en plus les différentes communautés et où l’élite libanaise réclame une entière autonomie.



Continuer la lecture de Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Récit de vie d’Achille Mavromoustakis = Η ΙΣΤΟΡΙΑ ΤΟΥ ΑΧΙΛΛΕΑ ΜΑΥΡΟΜΟΥΣΤΑΚΗ

En 2013, le corpus sonore Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et de la phonothèque de la MMSH. Il a été traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française: Antonis Mavromoustakis, réfugié de la deuxième génération, évoque les récits de son père Achille Mavromoustakis et de sa mère Styliani-Lilika Katolia qui habitaient à Dardanelles-Çanakkale, au moment des événements de 1922 = Ο Αντώνης Μαυρομουστάκης, πρόσφυγας δεύτερης γενιάς αφηγείται την ζωή του πατέρα του Αχιλλέα Μαυρομουστάκη και της μητέρας του Στυλιανής-Λιλίκας Κατολία που κατοικούσαν στην περιοχή Δαρδανέλια (Τσανάκκαλε)

Ηχογραφήθηκε στις 7 Αυγούστου του 2001 στη Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάτου για την συλλογή προφορικών μαρτυριών « Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο« 1

 

 O Αντώνης Μαυρομουστάκης γεννήθηκε το 1935 στη Σύρο και ήταν  οδοντίατρος στην Ερμούπολη.  Μιλάει για την ζωή του πατέρα του Αχιλλέα Μαυρομουστάκη και της μητέρας του Στυλιανής – Λιλίκα το γένος Κατολία. Ο Αχιλλέας γεννήθηκε το 1896 στην Κωσταντινούπολη, όπου σπούδασε δάσκαλος και έμαθε βυζαντινή μουσική. Είχε έναν αδελφό και δυο αδελφές οι οποίες παρέμειναν εκεί και ήρθαν στην Ελλάδα, μετά από τα Σεπτεμβριανά το 1955.2 Η Στυλιανή γεννήθηκε το 1902 στα Δαρδανέλια (Τσανάκκαλε), ο πατέρας της ήταν μεγαλέμπορος ξυλείας, έφερνε ξύλα από την Μικρά Ασία στη Σύρο. Μετά τα γεγονότα του 19143 είχαν αυτο-εξοριστεί στη Σύρο και  κατά την διαμονή τους αγοράσανε ένα σπίτι μέσα στην Ερμούπολη. Αργότερα, όταν εκτονώθηκε η ένταση και οι σχέσεις Τούρκων και Ελλήνων αποκαταστάθηκαν, ξαναγύρισαν με την οικογένειά της στον Ελλήσποντο στα Δαρδανέλια όπου εκεί η Στυλιανή παντρεύτηκε τον Αχιλλέα Μαυρομουστάκη.

Achilles Mauromoustakis

Λίγο πριν την μαζική έξοδο των ελλήνων το 1922, οι τούρκικες αρχές κατάσχεσαν το σπίτι  που ζούσαν και τα κτημάτά τους. Όλη η οικογένεια της Στυλιανής μετανάστευσε στην Ελλάδα κουβαλόντας μαζί τους λίγα τιμαλφή αντικείμενα ενω από την οικογένεια του Αχιλλέα έφυγε μόνον ο ίδιος. Όταν εγκαταστάθηκαν στη Σύρο, κατοικούσαν στην αρχή στο σπίτι που είχε αγοράσει ο πατέρας της Στυλιανής, το 1914. Ο Αχιλλέας, τα πρώτα χρόνια, δούλευε σαν δάσκαλος στο Αμερικανικό Ορφανοτροφείο, αργότερα διορίστηκε στη δημαρχία ληξίαρχος και κατάφερε να εκλεγεί δύο φορές δημοτικός σύμβουλος. Στον ελεύθερο του χρόνο, έψελνε  στον Άγιο Γεώργιο και ήξερε πολλούς βυζαντινούς στίχους και σκοπούς, είχε διασώσει κάποια βιβλία βυζαντινής μουσικής από την Τουρκία, τα οποία όταν πέθανε δωρήθηκαν στη μονή Κεχροβουνίου της Τήνου. Αλληλογραφούσε με τον πατριάρχη Κωνσταντινουπόλεως και τον αρχιεπίσκοπο Μακάριο Κύπρου. Μαζί με τη Στυλιανή έκαναν δύο παιδιά, το πρώτο γεννήθηκε το 1924 και σε ηλικία 21 ετών, όντας στρατιώτης του ελληνικού στρατού, σκοτώθηκε στην μάχη του Γράμμου κατά την διάρκεια του εμφυλίου πολέμου. Ο Αντώνης υποστηρίζει πως η Σύρος ήταν, ανέκαθεν, μια πόλη προσφύγων και ο ντόπιος πληθυσμός ήταν σχετικά καλοπροαίρετος απέναντί τους. Το 1923 ίδρυσαν μαζί με άλλους πρόσφυγες τον “Πανπροσφυγικό Σύλλογο” που είχε σαν έργο του να περιθάλψει τους πρόσφυγες της Μικρασιατικής Καταστροφής και να διεκδικήσει για αυτούς καλύτερες συνθήκες ζωής. Με τις ενέργειες του συλλόγου έχτισαν τον πρώτο προσφυγικό συνοικισμό στον Ξηρόκαμπο, στους πρόποδες της Άνω Σύρου. Ο Αχιλλέας έγραφε στην καθαρεύουσα και δημοσίευε κείμενα στην προσφυγική εφημερίδα ο “Προσφυγικός Κόσμος” που εκδιδόταν στην Αθήνα. Επιπλέον έκανε ανταποκρίσεις για κυκλαδικά θέματα στο “Κυκλαδικό Φως”, την εφημερίδα των Κυκλάδων. Ήταν θρησκευόμενος και θερμός υποστηρικτής του Βενιζέλου. Πέθανε το 1974.

Ο Αντώνης θυμάται πως η μητέρα του έπαιζε μαντολίνο, ζωγράφιζε και ήταν η πρώτη οικογένεια στη Σύρο που στόλισε χριστουγεννιάτικο δέντρο! Όλη η γειτονιά ερχόταν να το θαυμάσει γιατί είχε όμορφα στολίδια. Συχνά ντυνόντουσαν μασκαράδες, κάνανε γιορτές και παίζανε μουσική. O Αντώνης καταλήγει πως οι πρόσφυγες ήταν ανοιχτόκαρδοι και ξέραν πως να διασκεδάζουν και να περνούν καλά.

Image à la une :  Achille Mavromoustakis en train d’enseigner à l’Orphelinat Américain
Image insérée dans le texte : portrait d’Achille Mavromoustakis
Les photographies ont été déposée à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades (CC BY-NC).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []
  2.  Με την ονομασία «Σεπτεμβριανά» έμεινε στην ιστορία το οργανωμένο πογκρόμ της νύκτας της 6ης Σεπτεμβρίου 1955, εξ ου και η ονομασία, που συνέβη στη Κωνσταντινούπολη, όπου καθοδηγούμενος τουρκικός όχλος προκάλεσε βίαια επεισόδια κατά των περιουσιών των Ελλήνων ομογενών, πλην όμως Τούρκων υπηκόων, καθώς και άλλων μη μουσουλμανικών μειονοτήτων, λεηλατώντας και πυρπολώντας ελληνικά καταστήματα, σπίτια, σχολεία και βεβηλώνοντας εκκλησίες ακόμα και νεκροταφεία δημιουργώντας τρομοκρατία και ανασφάλεια για τις υφιστάμενες μειονότητες. Αφορμή έδωσε μια βομβιστική επίθεση στο πατρικό σπίτι του Κεμάλ Ατατούρκ στην Θεσσαλονίκη, που αποδείχτηκε στην συνέχεια ότι ήταν σκηνοθετημένη προβοκάτσια από την ίδια τη τουρκική κυβέρνηση. []
  3. Η έναρξη γενικευμένων διωγμών ξεκίνησε κατά τα τέλη του 1913, με το τέλος των Βαλκανικών Πολέμων,ενώ αρχικός στόχος ήταν οι ελληνικοί πληθυσμοί της Ανατολικής Θράκης. Με την καθοδήγηση όμως Γερμανών συμβούλων της Οθωμανικής Αυτοκρατορία, από τον Μαϊού του 1914, οι διώξεις επεκτάθηκαν επίσης και στη δυτική Μικρά Ασία []

Refugies d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922, entretien avec Katerina Kardamitsi = ΜΙΚΡΑΣΙΑΤΕΣ ΠΡΟΣΦΥΓΕΣ ΣΤΗ ΣΥΡΟ : Η KΑΤΕΡΙΝΑ ΚΑΡΔΑΜΙΤΣΗ ΜΙΛΑΕΙ ΓΙΑ ΤΗΝ ΠΑΓΩΝΑ ΣΚΥΡΙΑΝΟΓΛΟΥ

En 2013, le corpus sonore Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et de la phonothèque de la MMSH. Il a été traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française :  Κaterina Kardamitsi, réfugiée de la deuxième génération, évoque les récits de sa mère Pagona Skirianoglou qui a vécu la catastrophe de Smyrne à l’âge de 14 ans = Η Κατερίνα Καρδαμίτση αφηγείται τη ζωή της μητέρας της Παγώνας Σκυριανόγλου  από τη Μενεμένη της Μικράς Ασίας

Ηχογραφήθηκε στις 3 Αυγούστου του 2001 στη Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάκου1

H Κατερίνα Καρδαμίτση του Γεωργίου και της Παγώνας γεννήθηκε στις 28 Απριλίου του 1930 και αφηγείται τη ζωή της μητέρα της Παγώνας Σκυριανόγλου που ήρθε πρόσφυγας από τη Μικρά Ασία το 1922. Σύμφωνα με τις αναμνήσεις της Κατερίνας από τις ιστορίες της μητέρας της, η Παγώνα γεννήθηκε το 1908 στη Μενεμένη της Σμύρνης. Ο πατέρας της λεγόταν Αντώνης Σκυριανόγλου, η μητέρα της Ειρήνη και είχε τρία αδέλφια, την Πολυξένη (η μεγαλύτερη), τον Σίμο και τον Παναγιώτη. Το 1922 ο Αντώνης και η  Πολυξένη πέθαναν ενώ ήταν αιχμάλωτοι του τουρκικού στρατού. Η υπόλοιπη οικογένεια διέφυγε με πλοίο με προορισμό την Αθήνα, όπου βρήκαν προσώρινο κατάλυμα στην Παλιά Βουλή κάτω από δύσκολες συνθήκες. Αργότερα μεταφέρθηκαν σε αποθήκες στην περιοχή του Θησείου και έπειτα εγκαταστάθηκαν στην Ερμούπολη. Κατά τη διάρκεια των μετακινήσεων, η Παγώνα και η Ειρήνη έχασαν τον Σίμο και τον Παναγιώτη.  Από την ταλαιπωρία, το κρύο και τις κακουχίες, η Ειρήνη αρρώστησε βαριά με πνευμονία και έφυγε από τη ζωή. Η Παγώνα, ορφανή, μην έχοντας πού να μείνει, δούλευε ως εσωτερική οικιακή βοηθός. Λίγους μήνες μετά, ο Σίμος και ο Παναγιώτης ήρθαν οικότροφοι  στο Αμερικανικό Ορφανοτροφείο Σύρου και η οικογένεια ενώθηκε. Ο Σίμος αγαπούσε τη μουσική και συμμετείχε στη δημοτική μπάντα του Δήμου Ερμούπολης. Όταν ενηλικιώθηκε, έφυγε για την Αθήνα όπου δούλευε στον ιππόδρομο, αργότερα  εγκαταστάθηκε μαζί του και ο Παναγιώτης. Η Παγώνα έμεινε στη Σύρο και παντρεύτηκε στα 18 της τον ναυτικό Γιώργο Ρόκκο. Η Κατερίνα θυμάται πως η μητέρα της σταδιακά ενσωματώθηκε στην τοπική κοινωνία και ξέχασε τις μικρασιατικές συνήθειες και τα έθιμα. Έκανε δύο παιδιά και σε ηλικία 34 χρονών χήρεψε.

 

Crédits photographiques de l’image à la Une : Refugees in front of the ruins of the temple of Thesus, 1922, Library of congress. Pas de restrictions de droits connues.

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []

L’histoire orale par Antigone (de Shatila)

Elles sont huit femmes face au spectateurs qui lancent en langue arabe, dans un chœur monodique et puissant, la vieille histoire d’Antigone. Celle-la même qui a accompagné son père Œdipe à Colonne, celle qui s’est entêtée à enterrer son frère Polynice et pour cela a été enterrée vivante, subissant la rage de son oncle Créon. Pour nous raconter cette histoire, elles sont assises sur des chaises de bois et de paille. Peut-être sont elles épuisées de la route qu’elles ont parcouru entre Alep, Daraa ou Damas et Beyrouth et dont elle vont nous faire le récit entrelacé dans les vers d’Antigone ? Peut-être qu’elle sont assises ainsi comme on peut l’être dans la cuisine avec ses amies, pour leur confier soudain – parce que les circonstances s’y prêtent – des récits jusqu’ici enfouis, des récits que l’on a jusqu’ici préféré oublier.

Car les chaises vont bouger. Le chœur est là pour rythmer les monologues de chacune d’entre elle, indiquer le passage de l’une à l’autre. Comme dans la tradition du théâtre antique, il est mené par une coryphée qui sort du chœur régulièrement pour s’installer à son petit bureau de bois. C’est elle qui a la fonction de guider le spectateur, lui faire comprendre le contexte à travers la lecture de son journal intime qui raconte pourquoi ces huit femmes, qui habitent le camp de Shatila à Beyrouth, sont là ce soir.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9556

Ainsi, assise à son bureau, elle raconte d’abord sa surprise – au milieu du désordre du camp de Shatila – d’apprendre que des cours de théâtre se mettent en place et s’adressent à des femmes. Elle est la seule « dans la vraie vie » : elle boit quelques gorgées de thé ou d’eau à même la bouteille au fil de sa lecture, elle feuillette son journal, elle fume… – les autres ne prennent vie que lorsqu’elles racontent, comme si elles représentaient l' »Histoire » -. Elle a tout noté de ces deux mois de travail et de répétitions, avec la tristesse de l’excitation du premier jour qui sait déjà que l’aventure qui rompt son quotidien sinistre, se terminera.  « Aide par le théâtre », c’était ce qui circulait par le bouche à oreille dans le camp de Shatila et laissait chacune circonspecte. Antigone of Shatila@Didier Nadeau0066

Au camps, une trentaine de femmes décident de participer à ce projet mené par Omar Abusaada1 et participent à des ateliers d’écriture qui vont peut à peu constituer le corps d’Antigone. Car chacune se reconnait dans ce personnage entêté à défendre ses valeurs, essentielles pour se construire, et à prendre son destin en main.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9965

Assises sur leurs chaises, pieds nus, elles sont semblables et différentes. Chacune a sa façon de se tenir, de porter son foulard, de se vêtir. Lorsqu’elles sont sous la lumière, cette individualité déferle dans un récit qui renvoie à une traversée de quelques kilomètres qui les a arrachées à leur vie, leur maison, leurs proches – de la Syrie au Liban. La soeur qui a perdu son frère, la mère qui a perdu ses fils, la fille qui a perdu son père, celle qui ne parle pas de ses morts mais du combat de la vie chaque jour… Des récits qui nous happent et viennent éclairer les statistiques que l’on lit trop souvent sans s’en représenter la réalité.  L’écriture est belle, la diction mélodieuse, plongeant le spectateur dans chacune de ces bribes d’Histoire, uniques et universelles.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9936

Une soeur court d’une faction à une autre pour chercher son frère disparu. La rumeur le dit mort, elle veut l’enterrer. Contrainte à définitivement quitter sa campagne d’Alep sans avoir pu le retrouver, elle emporte avec elle une pierre de sa maison détruite par un bombardement. Une fille retrouve l’odeur de son père mort d’épuisement dans ses bras en dépliant le pull-over qu’il portait ce jour là. Elle déplie avec lui cette journée, où à l’hôpital libanais, en tant que réfugiés, leur douleur s’est heurtée à une absence totale de considération. Il y a aussi cette épouse réveillée un matin pour la première fois de sa vie après son mari, le lit est vide. Inquiète aussitôt – car tout qui change de l’habitude peut être douloureux -, elle s’alarme d’autant plus quand il lui demande de ne pas ranger, de rien préparer mais de partir en taxi, quitter le camp, aller à Beyrouth. Et voilà qu’il entre dans un magasin, lui achète un chemisier et  lui souhaite une belle Saint-Valentin ! Quel émerveillement que de ressentir ce bonheur simple de ne plus trembler. Il y a celle mariée très jeune à un mari grincheux qui lui impose de porter un voile intégral. Sa propre famille soutient cette obligation, le ciel et les oiseaux s’obscurcissent. Mais le camp de Shatila curieusement va la libérer. En voulant ramasser son linge, étendu sur la terrasse de leur pauvre appartement le lendemain même de leur long périple,  elle découvre que quelqu’un lui a volé son voile. Les premiers jours, son mari lui impose la règle, « Pas de voile, pas de sorties » mais son épuisement et les vicissitudes de la vie quotidienne auront le dessus : il finira par la laisser aller visage découvert.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9888

« Aide par le théâtre », c’était par ces mots que ces actrices se sont décider à participer à ce projet d’écriture de pièce sans savoir qu’à travers le théâtre c’est elles qui allaient aider le public à comprendre l’Histoire. Leurs bribes de récits de vie, nous permettent de partager pour un instant leur intimité, leur douleur et leurs espoirs. Loin du stéréotype des femmes au foulard, elles se découvrent opiniâtres telles Antigone, créatrices, actrices, conteuses… Et leurs histoires nous permettent de comprendre le monde.

Antigone of Chatila©Didier Nadeau9478

Mise en scène : Omar Abusaada
Dramaturgie : Mohammad Al Attar
Préparation des actrices : Hala Omran
Lumières : Hasan Al Balkhi
Première européenne à la Friche de la Belle de Mai,
A Hambourg lundi 1er février et mardi 2 à 15h et à 20h, théâtre  Thalia. Réservations : http://www.thalia-theater.de
Si nous apprenons d’autres dates nous le signalerons sur le carnet.

Traduction (les didascalies en langue française s’affichent sur les deux côtés de la scène pendant le spectacle) : Lise Alchami, Khadija Fadel avec le soutien de Simon Dubois.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau0057Actrices : Fatema Al Hasan, Faten Al Hasan, Aicha Al Khalaf, Muntaha Al Shahadat, Israa Alabdou, Fadoa Alaoyete, Zarifa Aljafar, Zakieh Alkhalaf, Heba Alsahly, Reem Meselmani, Esraa Shahror, Walaa Sokare, Wessam Soukari.

Crédits photographiques : Merci à Didier Nadeau (Atelier Pan, Marseille) de m’avoir autorisée à diffuser ses images pour ce billet.

 

Voir une vidéo sur les répétitions de la pièce à Beyrouth :

  1. Omar Abusaada est un metteur en scène syrien qui a créé la troupe Studio Theatre. Son premier spectacle ‘Insomnia’ en 2004 a été joué à Damas et au Contact Theatre Festival de Manchester. Il enchaîne ensuite les productions en Syrie : Poster (2006), Samah (2008) – une improvisation collective réalisée avec un groupe de jeunes prisonniers – puis Al Merwad wa Al Mekhala (2009) – joué à l’opéra national de Syrie à Damas – et Look at the Streets.  This is how Hope looks like (2011). Il quitte la Syrie en 2011 et continue son travail de metteur en scène comme Can You Please Look at the Camera? []

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922

Une des collections sonores traitées par la phonothèque au cours du premier trimestre 2015 porte sur des témoignages en langue grecque. Ils ont été enregistrés auprès de réfugiés de la première et deuxième génération arrivés d’Asie Mineure en 1922 et installés sur l’île de Syros. Les archives qui documentent cette population de réfugiés étant clairsemées, les Archives Historiques des Cyclades avaient voulu enregistrer le témoignage de ceux qui pouvaient encore raconter ces évènements, de manière directe ou indirecte. Entre 1996 et 2001 une campagne de collecte a été lancée sous la direction d’un historien1. Vingt-neuf entretiens ont été réalisés par deux historiens et une archiviste rattachés aux Archives Historiques des Cyclades. Ces enregistrements ont été numérisés à la phonothèque de la MMSH en 2013 et sont en cours d’analyse, en langues française et grecque. Les supports originaux (27 cassettes) seront conservés aux Archives historiques des Cyclades où une copie numérique des enregistrements accompagnée du traitement des archives en langue grecque y sera bientôt accessible.

A l’époque de la Grande catastrophe, le port d’Ermoupoli, faisait de Syros un centre commercial important et sa zone industrielle offrait un bassin d’emplois conséquent (chantier naval, tanneries et filatures textiles…) ce qui explique en partie que l’île ait pu être une destination pour les réfugiés de Smyrne. Les registres des Archives Historiques des Cyclades indiquent que le nombre des réfugiés  arrivés à Syros peu après la Grande catastrophe a pu atteindre les 7 800 personnes, principalement des femmes et des enfants. Une autre raison de l’arrivée de ces réfugiés a pu être l’installation d’un orphelinat américain, construit à côté d’Ermoupoli en 1923 qui a accueilli des milliers d’orphelins, en majorité d’origine grecque et arménienne2.  La plupart des réfugiés arrivaient des grandes villes d’Asie Mineure : Smyrne, Cilicie, Aïdini, Trébizonde, Halicarnasse, Mésopotamie et Constantinople.3

Dans leurs récits, les réfugiés reconstituent des bribes de leur vie en Asie Mineure avant 1922. Ils évoquent leurs liens avec les habitants de la Turquie d’alors, et plusieurs aspects de leur culture : leurs métiers, leur niveau de vie, leur éducation, leur pratique de la religion, leur vie quotidienne, leurs traditions familiales. A partir de 1922, les réfugiés racontent l’épisode de leur fuite vers la Grèce,4 un pays qui, à cette époque, souffre de la misère et de la pauvreté. Dans cette « nouvelle patrie”, les réfugiés essaient de trouver un travail, de nourrir leurs familles et d’améliorer leurs conditions de vie. L’état grec tente d’accueillir au mieux ces nouvelles populations et de leur fournir une indemnité de guerre. L’intégration des micrasiates en Grèce ne se fait pas sans heurts et nombre d’entre eux se font exploiter : les enfants doivent travailler dès leur plus jeune âge, les salaires sont extrêmement bas – et parfois difficiles à obtenir -, la durée du temps de travail excessive.

Certains commerçants ou artisans vont toutefois tirer parti du contexte cosmopolite et de l’activité commerciale du port d’Ermoupoli et saisir l’occasion de réussir leur nouvelle vie. A travers certains témoignages, comme celui d’Antonis Mavromoustakis (enquête n°4443) quand il évoque le travail réalisé par son père, un des fondateurs de l’association “Union des réfugiés des Cyclades”, on peut saisir la solidarité qui se noue entre les réfugiés et la façon dont ils essaient, à travers la fondation de leurs propres regroupements et associations, d’améliorer leur sort.

Quand il est arrivé d’Asie Mineure, comme il était instituteur et qu’il avait une certaine éducation, il a compté parmi les fondateurs de l’association “Union des Réfugiés des Cyclades” qui avait comme mission d’aider les réfugiés à vivre dans de bonnes conditions. C’est grâce à l’action de cette association qu’a été aménagé le premier quartier pour réfugiés à Xirokampos.

A partir des années 1940, au moment où les réfugiés commencent à laisser derrière eux le souvenir de la Grande catastrophe, un autre épisode historique survient : l’occupation de la Grèce et ses conséquences économiques et sociales désastreuses. Les réfugiés connaissent de nouveau la famine, la peur, la lutte pour la survie. Malgré les difficultés constantes, dans ces discours personnels transparaît la joie de vivre des réfugiés, à travers les fêtes et la musique orientale qui font partie de leurs traditions. Nous vous proposons de vous présenter ce fonds sonore dans une série de billets à venir sur les Carnets de la phonothèque.

Crédits photographiques : Refugees from Asia Minor, 1922, Library of Congress. Pas de restriction de droits connues.

  1. Christos Loukos, aujourd’hui retraité, alors rattaché à l’Université de Crète, a suivi le projet et a déposé les archives à la phonothèque de la MMSH []
  2. La population arménienne avait été victime d’un génocide en 1915 qui a fait de 1,2 à 1,5 victimes []
  3. Nous renvoyons ici vers l’article collectif paru en 1999 sous le titre « Les réfugiés d’Asie Mineure à Ermoupoli : premières hypothèses d’une recherche sur les questions de leur installation et de leur intégration » Οι Μικρασιάτες πρόσφυγες στην Ερμούπολη. Πρώτες υποθέσεις μιας έρευνας για τα προβλήματα εγκατάστασης και ενσωμάτωσης », Εταιρεία Σπουδών Νεοελληνικού Πολιτισμού και Γενικής Παιδείας (εκδ.), Ο ξεριζωμός και η άλλη πατρίδα. Οι προσφυγουπόλεις στην Ελλάδα.. Επιστημονικό Συμπόσιο (11 και 12 Απριλίου 1997), Αθήνα [1999], σ. 203-214. []
  4. En septembre 1922, à la fin de la guerre d’indépendance, l’armée de Mustafa Kemal se livre aux pillages et aux meurtres contre les populations grecque et arménienne. []

MARDI – La semaine de l’Open Access Week : Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

L’enquête que nous vous proposons aujourd’hui est issue du corpus : mémoires orales des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône. Ce corpus est composé de 106 enquêtes recueillies auprès de 126 personnes. Le collectage de ce corpus se déroula entre fin 2006 et fin 2007, il fut piloté par un comité composé d’anthropologues et d’historiens spécialistes de Marseille et de la diaspora arménienne, de François Gasnault, directeur des archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH.1

L’enquête choisie va vous faire découvrir les souvenirs d’une famille descendant d’Arméniens à Marseille et de la transmission des éléments de la culture arménienne sur deux générations.

Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens, D2315-1, D2315-2, n°2077, enregistrée à Marseille le 23 novembre 2006, durée : 1h 58min.

Crédit photographique: Service, Bain News, Armenians, 1899. http://www.loc.gov/pictures/collection/ggbain/item/ggb2006002495/. Pas de restriction de copyright connue.

  1. L’ensemble du corpus est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH. []

8 mars 2014 : récit de vie d’une femme née en 1914

femmes au travail

Profitez de la journée de la femme pour écouter des entretiens enregistrés auprès de femme anonymes qui ont traversé le 20ème siècle : l’équipe de la phonothèque a sélectionné pour la journée du 8 mars 2014 cet enregistrement issu du corpus sonore constitué par Michèle Bitton, « Témoignages de femmes engagées du Pays d’Aix« .

Une Aixoise née en 1914 raconte son parcours de femme résistante pendant la seconde guerre mondiale puis son engagement social et politique d’après guerre
Cote : D3099 – Enquête n°3409
Enquêtrice, Bitton, Michèle ; informatrice, Impens, Yvette
Enregistré à Aix-en-Provence le 21 juin 2001, 1 cass., 1h 35min

Ecouter l’entretien

L’informatrice, née en 1914, a été conseillère municipale d’Aix-en-Provence en 1977, sollicitée par le maire de l’époque, Félix Ciccolini. Elle était connue pour son engagement dans la Résistance durant la seconde guerre mondiale et pour son militantisme syndical et politique. L’informatrice était secrétaire médicale au centre hospitalier Montperrin d’Aix-en-Provence. Pendant la guerre, elle faisait partie du réseau de résistants MUR (Mouvements Unis de la Résistance). Elle cite des noms de résistants qu’elle a connus et elle parle des femmes qui étaient résistantes avec elle. Comme l’informatrice, ces femmes étaient agents de liaison. Les femmes étaient moins contrôlées que les hommes par les forces de l’ordre (police et gestapo). Leur travail consistait à fournir les hommes en divers matériel (nourriture, petites armes) et écouter les messages radio. Elle circulait à vélo et transportait constamment sa machine à écrire. Elle déposait sa marchandise dans des commerces et en récupérait une autre en retour, par l’intermédiaire d’un autre agent de liaison. L’informatrice s’était engagée dans la Résistance notamment parce que son père avait été tué par les Allemands lors de la première guerre mondiale. Si elle avait été un homme, elle aurait combattu. Il a été difficile pour elle d’entrer dans la Résistance car plus personne ne se faisait confiance. Elle déclare que, pendant la guerre, tous les représentants administratifs avaient été remplacés par des hommes du gouvernement de Pétain. Elle est officiellement intégrée à la Résistance en novembre 1943 et elle quitte son travail en avril 1944. La Résistance s’arrête au lendemain de la Libération d’Aix-en-Provence du 21 août 1944. Elle doit alors passer de nouveau son concours de secrétaire médicale qui n’était plus valable car il avait été passé sous le Régime de Vichy. Après la guerre, l’informatrice a toujours était militante syndicale et politiquement à gauche. Dès 1972, elle fait partie de la Ligue des Droits de l’Homme. Les anciens de la Résistance se sont ensuite regroupés en association, l’Union des groupements de la Résistance du Pays d’Aix, qui rassemble divers réseaux (ANACR, ORA, FFL, FFC, SAP). Elle avait des amies résistantes qui faisaient partie de ce groupe. Il est important pour l’informatrice de transmettre son expérience de la Résistance aux jeunes générations, se qu’elle fait notamment dans les écoles. Elle explique les démarches pour la création du Mémorial de la Déportation et de la Résistance du Camp des Milles. Après la guerre, l’informatrice s’est engagée dans plusieurs associations (LDH, Anciens Combattants, EFS, etc.) et au Parti Socialiste. Elle n’a pas vécu l’accession au droit de vote des femmes comme une révolution. A la fin de l’entretien, l’informatrice donne son point-de-vue sur la municipalité actuelle d’Aix-en-Provence et elle parle de sa vie personnelle, notamment son veuvage à 23 ans et son second mariage dans les années 1940.

Crédits photographiques : Women workers install fixtures and assemblies to a tail fuselage section of a B-17F bomber at the Douglas Aircraft Company, Long Beach, Calif. Better known as the « Flying Fortress, » the B-17F is a later model of the B-17 which distinguished itself in action in the South Pacific, over Germany and elsewhere. It is a long range, high altitude heavy bomber, with a crew of seven to nine men, and with armament sufficient to defend itself on daylight missions, Alfred Palmer, octobre 1942, Repository: Library of Congress Prints and Photographs Division Washington, pas de restrictions de droit connues.

MARDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Entretien biographique avec Marceau Gast, ethnologue

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, a enregistré une série de neuf entretiens biographiques préparatoires auprès de l’ethnologue Marceau Gast (1927-2010), à son domicile à Aix-en-Provence, en vue de la rédaction d’un ouvrage biographique. Celui-ci est paru sous la référence suivante: Gast, Marceau, Tikatoûtîn. Un instituteur chez les touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. Cette série d’entretiens retrace la jeunesse et la formation de Marceau Gast en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touarègues du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie. Ces entretiens sont l’occasion pour le chercheur de poser un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touarègue, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche. Marceau Gast a disparu le 26 juillet 2010, un ouvrage collectif en son hommage dirigé par Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker va paraître incessamment.

Durée de la totalité du corpus : 6h30

Ahaggar 1974007

 

L’enfance, la formation professionnelle et la découverte du désert saharien de Marceau Gast, institut

Pour retracer l’émergence de sa vocation saharienne, Marceau Gast revient sur son enfance, son environnement familial, social et naturel qui ont forgé sa sensibilité et sa vie imaginative. La solitude et une certaine marginalité revendiquée ont marqué son apprentissage mais aussi le choix de la carrière d’instituteur qu’il inscrit dans la recherche d’une liberté sociale et intellectuelle. En filigrane de ce récit de l’enfance et de l’adolescence, c’est un regard critique qu’il transmet sur les structures de la société coloniale française en Algérie. Marceau Gast revient ensuite sur son apprentissage entre « vie de Robinson » qui lui enseigne sens de l’observation et sens pratique, et parcours institutionnel de l’école communale à la formation professionelle, dont il souligne les dysfonctionnements autant pratiques que moraux. En 1948, Marceau Gast est nommé à Laghouat où il poursuit son expérience d’instituteur mais vit surtout son premier contact avec le désert. Après le récit de son expérience du service militaire, Marceau Gast explique pourquoi il était alors fasciné par le désert, et plus particulièrement par le Hoggar et le peuple touareg. A la suite d’autres expériences, Marceau Gast obtient enfin une nomination dans le Hoggar où il intègre le projet des écoles nomades. Il raconte le « choc » qu’il éprouve à son arrivée à Tamanrasset puis dans le camp de l’Aménokal, la perte de repères spatiaux et sociaux. Il évoque en particulier l’attitude libre des femmes touaregues et la transformation de leur statut imposée par le regard d’une société coloniale ici vivement critiquée. Il décrit ensuite les conditions d’arrivée dans le camp de l’Aménokal en tant qu’instituteur, ses premières observations et difficultés. Il souligne l’importance dans ce contexte qu’a eu pour lui la découverte de la pédagogie de Célestin Freinet et ses efforts pour mettre en place cette dynamique auprès des enfants. Ce premier entretien se termine par l’évocation de plusieurs figures du camp de l’Aménokal et de l’ambiance particulière, austère et crispée, de ce groupe, très éloigné du fonctionnement des autres groupes touaregues de la région.eur et futur ethnologue : écouter l’enquête n °3377

L’arrivée de Marceau Gast, instituteur et futur ethnologue, au camp de l’Aménokal (1951) dans le Hoggar et son expérience de l’école nomade : écouter l’enquête 3378

Ce deuxième entretien revient sur l’arrivée de Marceau Gast dans le camp de l’Aménokal près d’Abalessa et sur ses premières impressions (étrangeté, solitude, hostilité). Le récit de la première journée est émaillé d’anecdotes et de réflexions sur l’autorité de l’Aménokal Bey ag Akhamouk, sur son entourage et l’accueil qui est fait au nouvel instituteur. Marceau Gast évoque sa découverte de l’étiquette à respecter en présence de l’Aménokal. De même, il apprend peu à peu, avec l’aide de son cuisinier, à décrypter les rites, les interdits et les modes de relation qui structurent la vie du camp. Il rappelle les raisons qui expliquent l’adhésion de l’Aménokal au projet des écoles nomades. Au vu de l’échec qu’a été cette expérience des écoles nomades jusqu’alors, Marceau Gast évoque ses objectifs: convaincre les Touaregs de l’intérêt de cet enseignement, gagner leur confiance sans tomber dans la complaisance et obtenir des résultats auprès des enfants en six mois, durée de l’année scolaire. Marceau Gast poursuit en se remémorant la première journée de classe, la composition du groupe d’élèves, ses difficultés à gérer les enfants de cette aristocratie touarègue, enfants gâtés et susceptibles dont faisait partie le fils de l’Aménokal. Dans ce contexte relationnel difficile, Marceau Gast rappelle l’importance qu’eut la pédagogie Freinet: par la pratique du dessin et des dialogues, en se basant sur le réel, il parvient à capter l’attention de ces enfants et à les amener peu à peu sur le chemin de l’apprentissage. Ce deuxième entretien se termine par l’évocation des petits cadeaux attendus en silence autant par les enfants que par les adultes du camp de la part de l’instituteur: la gestion de ces dons est l’objet pour l’instituteur d’un long et difficile apprentissage. Il doit y faire démonstration de sa subtilité, de sa connaissance de la société touarègue, de ses hiérarchies et de ses codes.

L’expérience d’une école nomade par Marceau Gast, instituteur dans le Hoggar (1951-1952) et futur ethnologue, et sa critique du colonialisme : écouter l’enquête 3379

Dans ce troisième entretien, Marceau Gast évoque l’hostilité première qu’a suscité dans le camp de l’Aménokal la figure de l’instituteur. Il parle de ses difficultés et de ses doutes. A propos de l’enseignement, il fait la critique de la pédagogie traditionnelle dans le contexte des écoles nomades et souligne les apports de la méthode Freinet. Il évoque les dons de ses élèves pour le calcul et fait le récit de sorties pédagogiques autour du camp. Il raconte notamment les similitudes qu’il observa entre les éléments iconographiques spontanément employés par ses élèves et les peintures rupestres néolithiques qu’il leur fit découvrir dans la région. Marceau Gast revient ensuite sur les règles de vie dans le camp de l’Aménokal et plus particulièrement sur les règles régissant l’accueil des visiteurs. Il décrit l’importance à l’époque du rôle de l’Aménokal (recevoir, écouter, aider, arbitrer) au sein des tribus de la région. Etonnée des conditions favorables faites à l’Aménokal par les Français dans cette région, l’enquêtrice évoque la situation de l’Aïr et d’autres régions marquées elles par la répression. Marceau Gast confirme les différences qui ont existées, avance quelques éléments d’explication. Il critique la mentalité d’une partie des coloniaux, notamment au sud du Sahara, et la violence que leur attitude a engendrée. Il évoque également des continuités entre période de la colonisation et période de la coopération sur le plan des mentalités françaises. Ces considérations politiques l’amènent à revenir sur la pensée humaniste de Freinet et sur son propre regret d’avoir manqué de formation politique dans sa jeunesse. L’entretien se termine sur l’application de la méthode Freinet dans sa classe dont il nomme les élèves. Il finit sur les tensions qui ont émaillé sa vie dans le camp et sur la finesse des observations psychologiques des Touaregs.

Observation de la vie et des structures de la société touarègue du Hoggar, par Marceau Gast, instituteur au camp de l’Aménokal (1951-1952) et futur ethnologue : écouter l’enquête 3380

Marceau Gast évoque les rythmes quotidiens du camp de l’Aménokal et souligne le peu de documents existant sur cette société au début des années 1950. La vie au campement était réglée: l’accueil des visiteurs et les discussions suivaient une procédure précise que s’emploie à décrire Marceau Gast. Il souligne également le rôle économique de l’Aménokal dans la région et la gestion de son troupeau de chamelles. L’ancien instituteur revient ensuite sur sa progressive et laborieuse compréhension des codes, des hiérarchies, des règles de bienséance et de politesse qui structurent la vie du camp de l’Aménokal. Il raconte notamment comment se déroulaient certains moments forts de la vie du camp: le retour de voyage de l’Aménokal et l’expérience du deuil. Il revient aussi sur l’interdiction de la musique par l’Aménokal et les comportements qui en découlaient dans le camp en sa présence ou en son absence. Marceau Gast évoque ensuite les connaissances précises qu’avaient l’Aménokal et son entourage sur les populations de la région (sur chaque individu, sa généalogie, ses actions), informations sans cesse actualisées grâce aux visiteurs quotidiens. Ici, Marceau Gast fait la comparaison avec un système équivalent qu’il rencontra plus tard au Yémen du nord. Sur ce thème de la circulation de l’information, Marceau Gast évoque l’importance des pelotons méharistes comme sources d’informations précises pour les Français. Il souligne également les limites des connaissances de l’Aménokal une fois sorti de la région proche et surtout à partir de la progressive entrée en désuétude des grandes voies caravanières et dans le contexte de mutations sociales importantes. L’entretien se termine sur la notion de pauvreté dans la société touarègue et la pratique de l’offrande alimentaire (tabühak).

Kel Ahaggar, Issendan et société coloniale de Tamanrasset (1951-1953), le regard de Marceau Gast, instituteur et futur ethnologue, sur le Hoggar : écouter l’enquête 3381

Marceau Gast précise, dans cette partie de l’entretien, les relations entre l’Aménokal et l’administration française, notamment à travers la question des impôts. Par l’évocation des travaux quotidiens et des troupeaux de chamelles et de chèvres, Marceau Gast aborde ensuite la situation particulière des esclaves dans la société touarègue et en particulier dans le camp de l’Aménokal. Il s’arrête en effet sur leur statut, leurs activités, leur importance dans la vie quotidienne du camp, la formation des jeunes touarègues (caravanes) et la circulation des informations. Loin d’une situation d’oppression, il relève au contraire la conscience qu’ils et elles ont de leurs connaissances, de leurs savoirs-faire et par là de leur importance dans le camp. Marceau Gast revient ensuite sur les différentes sources de revenus de l’Aménokal (caravanes, impôts) et sur la circulation des biens dans la société touarègue. Une autre partie de cet entretien est consacrée à l’alimentation et aux repas de l’instituteur. Marceau Gast détaille les conditions d’alimentation, de ravitaillement et de gestion de la ration alimentaire. Il souligne l’ingéniosité de son cuisinier. Il s’arrête ensuite sur ses relations avec les militaires et la société de Tamanrasset ainsi que sur le rapport annuel du chef d’annexe et son pouvoir. La fin de cet entretien est consacrée à la nouvelle école nomade qu’intègre Marceau Gast en 1952-1953, dans l’Atakor auprès des Issendan. Il décrit les conditions de vie difficiles de cette population (froid, faim, maladie). Il souligne également la curiosité des enfants et la richesse des histoires et légendes du lieu dont il cite deux exemples.

De la vie auprès des populations du Hoggar et du Tamesna à la recherche scientifique à Alger, Marceau Gast, instituteur et ethnologue, évoque l’Algérie à la veille de l’indépendance : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3382

En amorce de cet entretien, Marceau Gast dresse un tableau général de la situation des Touaregs du Hoggar au début des années 1950, celui d’une société figée dont la maîtrise des savoirs et des techniques se délite. Résultat de la colonisation française, une sorte d’atonie semble, pour Marceau Gast, toucher cette population (diminution des échanges avec l’extérieur, crispation identitaire, appauvrissement culturel). Marceau Gast, dans cet enregistrement, évoque son départ du camp de l’Aménokal et son arrivée au Tamesna, territoire peuplé en grande partie par les Irreguenaten et les Isséquamarenes. Avec l’enquêtrice, il revient sur l’histoire du Tamesna et sur les conditions de vie des populations. Il décrit les pâturages, la construction de puits et les divers trafics existants au Tamesna. Le jeune instituteur avait été alors frappé par la liberté, la gaieté et le dynamisme culturel qu’il rencontre dans cette région et qui contrastent avec son vécu dans le camp de l’Aménokal. Il raconte son arrivée, la question du sens de son activité, ses conditions de vie. Il souligne la liberté et l’autorité des femmes du Tamesna, et tisse des liens avec le fonctionnement des anciennes sociétés arabes. Marceau Gast revient ensuite sur les Kel Ahaggar, l’influence islamique auprès de ces populations puis fait un point sur la relation qu’il a observée des Kel Ahaggar avec les membres âgés du groupe. Il évoque ensuite les contacts futurs qu’il eut, au moment de l’indépendance, avec l’Aménokal, Bey ag Akhamouk, et son entourage, les relations entre Berbères et Arabes et leur évolution dans l’Algérie indépendante. Il souligne le fort développement de la ville de Tamanrasset dans ce nouveau contexte politique. Marceau Gast fait enfin un retour sur les raisons de son départ du Tamesna puis du Hoggar. Il fait le récit de son intégration et son investissement dans l’équipe des Centres Sociaux Educatifs d’Alger dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne. Il rappelle enfin sa nomination en 1960 au CNRS qui marque le début de sa carrière d’ethnologue. L’entretien se termine sur l’évocation de la répression des « libéraux » en Algérie à la fois par le FLN et les Français (l’OAS en particulier). Marceau Gast évoque les violences et notamment la torture dont ont été victimes certains de ses collègues et amis.

Marceau Gast, ethnologue, évoque l’expérience des Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3383

Dans cet entretien, Marceau Gast revient sur l’expérience des Centres Sociaux Educatifs d’Algérie de leur création en 1955 à l’indépendance algérienne. Il rappelle les objectifs de ces institutions (proposer un rattrapage d’urgence aux populations délaissées des bidonvilles: alphabétisation, ateliers professionnels, soins de base etc…), et la diversité des équipes qui les animaient. Marceau Gast dirigeait lui le centre audiovisuel dont le but était de produire des documents pédagogiques (émissions de radio, disques, films fixes). Le chercheur évoque ensuite les conditions politiques tumultueuses d’une Algérie en pleine guerre et le fait que les Centres Sociaux Educatifs ont été pris pour cibles à la fois par le FLN et par une armée française dont il fait une vive critique (concussion, prévarication, violence arbitraire, usage de la torture, exactions diverses). Marceau Gast présente avec le recul de quelques décennies, « l’utopie généreuse » qui formait la base du projet des Centres sociaux: idéalisme, générosité d’un personnel passionné, promotion d’une société algérienne démocratique, multiculturelle et multiconfessionnelle. Il rappelle également le fonctionnement des centres et le succès de leurs actions sur le terrain. Marceau Gast fait part de ses critiques envers le gouvernement français d’alors et en particulier envers l’action de Michel Debré. Le rappel de l’assassinat par l’OAS de six responsables des centres sociaux le 15 mars 1962 (« assassinat du Chateau-Royal ») permet à Marceau Gast d’évoquer la douleur d’une illusion perdue ainsi que l’espoir puis la nouvelle désillusion qu’apportera la politique de l’Algérie indépendante. Il évoque également la disparition de toutes les archives des centres, le silence politique autour de ce projet et de là son obsession personnelle pour les archives et la conservation de traces. Marceau Gast revient ensuite sur la figure de Germaine Tillion. Enfin, il fait part de son regard sur la France en cette fin de XXè siècle et fait partager ses doutes, son pessimisme. L’entretien se clôt sur l’annonce du sujet du prochain enregistrement: les années de formation et de recherche en ethnographie de Marceau Gast à Alger.

L’entrée de Marceau Gast dans le milieu de la recherche en ethnologie: un regard sur les débuts de l’ethnologie française dans les années 1960 : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3384

Dans cet entretien, Marceau Gast raconte son arrivée au CNRS et ses débuts dans le milieu de la recherche. Il dresse un tableau critique de la situation de l’ethnologie en France à la fin des années 1960: l’importance de la muséographie, les limites de l’enseignement de l’ethnologie dans les universités françaises, et la fermeture du milieu de l’ethnologie parisienne (autour du Musée de l’Homme et de grandes figures comme André Leroi-Gourhand et Claude Levy-Strauss). Marceau Gast revient sur ses difficultés à intégrer ce milieu parisien. Le jeune chercheur du C.A.R.A.P.E. ne se rend pas tout de suite compte de ces difficultés et rattrape par tous les moyens à sa disposition son retard de formation. Il souligne la qualité de certains cours et de la bibliothèque du centre de recherche du C.A.R.A.P.E et du musée du Bardo à Alger, l’énergie également de chercheurs comme Gabriel et Henriette Camps, Lionel Balout ou Robert Capot-Rey. Marceau Gast s’intéresse à la relation entre la vie des hommes et les structures globales qui les dominent dans les systèmes régionaux, nationaux et internationaux. Sur cette ligne directrice, il oriente peu à peu ses recherches vers la question de l’alimentation, sa vie saharienne l’ayant particulièrement sensibilisé au problème de la faim.

Marceau Gast, ethnologue, évoque le déclin de la recherche ethnographique en Algérie à partir des années 1970 et la question du nucléaire au Sahara : écouter l’enquête 3385

Dans ce dernier entretien, Marceau Gast porte un regard critique sur l’évolution de la recherche dans l’Algérie nouvellement indépendante. Il décrit la transition, souhaitée au moment de l’indépendance, visant à créer des centres de recherche dans plusieurs secteurs fondamentaux et à passer progressivement la main aux Algériens. Ainsi, jusqu’à la fin des années 1960, Marceau Gast est optimiste quant à ce projet et croie en l’importance de la recherche ethnographique pour la définition de l’identité du peuple algérien. Mouloud Mammeri dirige désormais le C.R.A.P.E et propose plusieurs projets dans ce sens. Cependant, ce centre de recherche, de même que la dynamique Maison de l’Artisanat, connaissent leur déclin au fur et à mesure de l’installation du pouvoir de Houari Boumédiene. Marceau Gast émet des critiques quant à la médiocrité des nouveaux responsables politiques et au fossé qu’ils ont creusé entre le pouvoir et les élites intellectuelles de l’Algérie, contribuant à faire de l’Algérie un pays, pour lui, sans identité. Marceau Gast, avec Gabriel Camps, poursuit à partir de là ses recherches à Aix-en-Provence mais le contexte politique algérien rend très difficiles de nouvelles missions de recherche dans le pays à partir de 1974. Il évoque sa dernière mission en 1971 sur le coffre kabyle et les développements qu’il aurait souhaité lui donner. La dernière partie de cet entretien est consacrée à la question du nucléaire dans le Sahara algérien. Marceau Gast évoque les centres de Reganne et d’In Eker. Il décrit le recrutement de ce dernier notamment auprès des anciens esclaves des campements touarègues et souligne l’importance de ce fait dans l’évolution des structures sociales du Hoggar. Il expose également ses doutes quant aux réelles conséquences des essais nucléaires français dans la région et souligne le manque d’études significatives en ce sens.

Crédits photographiques :

A caravan of Tuareg singers in Algeria. 1960s? Mennonite Board of Missions. Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 1 folder 27, photo #22. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restriction de droits connues.

– Marceau Gast avec des amis touarègues dans le Sud du Sahara en 1974, photographie d’Hélène Claudot-Hawad, diffusée avec son aimable autorisation.

Hommage au professeur Pierre Chaulet

Le 5 octobre 2012 est décédé Pierre Chaulet, professeur de médecine à l’hôpital d’Alger et anticolonialiste, à l’âge de 82 ans. Il a reçu à Alger les funérailles nationales. Un hommage lui sera rendu le 17 janvier prochain au Centre culturel algérien à Paris (18h30). L’occasion de réunir des membres de la famille, certains de ses amis et collègues ainsi que des historiens.

Je l’ai rencontré en 1993 dans le cadre de la recherche universitaire que j’effectuais alors sur les européens restés vivre en Algérie après l’Indépendance. Une grande amitié professionnelle et personnelle est née à ce moment là. Pendant plus de vingt ans, il m’a accompagnée et soutenue dans ma recherche. Le 14 juin 2012 il présentait son livre à la médiathèque de Ganges Le choix de l’Algérie – Deux voix, une mémoire, écrit avec sa femme Claudine. Il m’avait autorisée à transmettre le témoignage de sa vie. Un de ses entretiens sur la question des accords d’Evian et de la nationalité a été précédemment diffusé sur Les carnets de la phonothèque. L’enregistrement présenté ici est le récit de son histoire, en partie transcrite dans mon ouvrage. Cet entretien est accompagné de la notice documentaire qui le décrit et restitue le contexte de l’enquête.

Mémoire d’un médecin engagé au côté du FLN dans l’indépendance de l’Algérie

N° d’enquête : 4014

Bracco, Hélène (enquêteur) ; Chaulet, Pierre (informateur) ; Bracco, Michel (interv.). Enregistré à Alger, 1993. 1 cass., 1h.

Pierre Chaulet est né en Algérie et y demeure toujours au moment de l’entretien. Ses grands-parents du côté maternel sont arrivés en Algérie, à Skikda, après avoir été ruinés par la crise du phylloxéra, et du côté paternel à Hussein Dey où son grand-père était Maréchal ferrant. L’informateur n’a pas fréquenté d’enfants arabes durant toutes sa scolarité puisqu’il a effectué ses études primaires et secondaires dans une école privée jésuite. La prise de conscience du nationalisme algérien durant ses années universitaires a été pour lui l’élément le plus important au regard de son rapport à la guerre d’Algérie. C’est ce qui lui a fait prendre conscience des inégalités sociales et épouser la cause algérienne. L’informateur rappelle le contexte géopolitique international de l’époque, témoignant ainsi de l’évolution du monde colonial. L’informateur estime que l’insurrection de 1954 était logique d’un point de vue historique et qu’elle impliquait de choisir son camp (indépendance ou colonialisme). Pierre Chaulet explique aussi cette insurrection par les nombreuses inégalités frappant le peuple algérien (double collège, vote d’un statut spécifique à l’Algérie). L’informateur présente les différents mouvements de revendications : les modérés comme Ferhat Abbas, les radicaux comme le MTLD et le PCA. Il précise que la presse et les discours politiques (François Mitterrand et Jacques Chevallier) détournaient les causes réelles de l’insurrection. Il présente ensuite les différentes organisations françaises en faveur de l’indépendance de l’Algérie ; les libéraux d’une part et les mouvements radicaux d’autres parts. L’activité politique de l’informateur a motivé son arrestation et son expulsion du territoire algérien. Après sa période de détention, il a repris ses activités en collaboration avec le FLN depuis Tunis pour préparer l’indépendance de l’Algérie. Il est rentré en Algérie en 1962. L’informateur conclut en présentant sa famille, notamment ses parents qui furent des militants et responsables syndicaux à la CFTC. Enfin il présente l’implantation de la CFTC en Algérie et le rôle qu’eurent les communistes libertaires et les anarchistes pendant la guerre d’Algérie. il a acquis la nationalité algérienne au titre de l’article 8 de la Constitution (participation à la lutte de Libération).

Crédits photographiques : Pierre Chaulet en 2013, collection privée, diffusée avec l’aimable autorisation de la famille.

 

Hélène Bracco,

historienne