Archives par mot-clé : relation enquêteur-informateur

Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

« Auriez-vous un souvenir récent de vacances ou de loisirs à nous raconter ? »

C’est le thème choisi cette année dans le cadre des exercices de collectage réalisés par les stagiaires de la formation INA Expert organisée au mois de juin à Bry-sur-Marne.

Huit personnes, issues d’institutions, de collectivités territoriales et du monde associatif, ont suivi durant trois jours une initiation au collectage de paroles de témoins, à leur captation sonore et vidéo. Les idées de projets des uns et des autres étant déjà bien abouties, le besoin de formation était plus fort du côté de la campagne de collectage et de son environnement : quels partenaires techniques, quels moyens mobilisés et quand, quel contrat de cession de droits, pourquoi faire et enfin, comment construire sa grille d’enquête avec quelles questions et sous quelle forme (ouverte, fermée). Continuer la lecture de Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

Pratiques de collecte, d’archivage et d’utilisation des données d’entretien – Jeudi 10 mars 2016, Irstea (Lyon)

Le 10 mars 2016 aura lieu à Lyon, un séminaire sur le thème « Pratiques de collecte, d’archivage et d’utilisation des données d’entretien. Questions éthiques, juridiques et techniques ». Cette journée sera l’occasion de présenter le projet Sygade1, un système de gestion et d’archivage des données d’entretiens recueillis par les chercheurs en sciences humaines et sociales de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) .

PROGRAMME

9h30 – Genèse et déroulement du projet Sygade et brève démonstration.

10h – Les enjeux de la qualité des données et métadonnées sonores et de leur conservation, par Michel Jacobson (Laboratoire ligérien de linguistique).

11h – Le témoin aux sources du savoir de l’enquête de terrain :quels sont les apports de la signature d’un contrat entre témoin et enquêteur ? par Véronique Ginouvès (USR3125 – AMU/CNRS)

11h45 – Utiliser et réutiliser les archives orales. Comment faire des archives orales un outil de recherche collectif ? par Florence Descamps (EPHE).

L’après-midi sera consacrée à des ateliers pratiques avant de se centrer sur les enjeux de la valorisation des données de terrain à l’IRSTEA, de dresser un bilan de la journée et d’envisager les suites de ce séminaire.

Atelier 1. Signer un contrat entre informateur et collecteur. Premier retour d’expérience et discussion.

Atelier 2. Les données d’entretien : un matériau pour de futures recherches ? À quelles conditions ?

15h45 – Interventions d’un responsable de la DJA (Direction juridique et des achats) d’Irstea et de la DP2VIST (Direction de la prospective, de la veille et de la valorisation de l’information scientifique et technique) sur les enjeux des données de la recherche à Irstea »

Téléchargez le programme du séminaire (format PDF)

Se rendre à l’IRSTEA Lyon

Crédits photographiques de l’image « à la une » : Margaret Mead (1901-1978) parle à des journalistes à l’Académie des sciences de New-York en juin 1968. On voit également la chimiste Linus Pauling (1901-1994). Photographe : Stephen Siegel. Collection du Smithsonian Institution Archives. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Ce projet est développé dans le cadre de l’appel à projets de soutien au développements des systèmes d’informations scientifiques 2014 (APSIS14) d’Irstea []

Méthodologie de l’histoire orale à Aix-en-Provence : une conférence sur les « ethnotextes » de Jean-Claude Bouvier en 1981

 Jean-Claude Bouvier a été professeur de dialectologie et de langue occitane à l’Université d’Aix-en-Provence où il a fondé et dirigé le CREHOP1. Spécialiste de dialectologie, d’ethnolinguistique et d’onomastique, il est aussi le co-fondateur, avec Philippe Joutard (historien moderniste), de la Phonothèque d’Aix-en-Provence, actuellement implantée à la MMSH. Enfin, il est l’un des fondateurs de l’Association Française d’Archives Sonores (AFAS),  en 1979, qui a pour objectif de « réunir institutions et personnes qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités ».

Lors de la numérisation de bandes magnétiques déposées par le Musée ethnologique de Salagon, j’ai écouté un enregistrement que l’on peut désormais qualifier d' »historique » : Jean-Claude Bouvier, lors d’un stage d’ethnologie à Saint-Michel-l’Observatoire en 1981, présente ce qu’il appelle les « ethnotextes », ou « textes oraux ». Nous sommes alors dans une période de fort intérêt chez les chercheurs de sciences humaines et sociales de l’université d’Aix-en-Provence pour les archives orales et l’histoire orale, longtemps ignorées dans le monde de la recherche française. Il présente devant l’auditoire une méthodologie d’enquête orale puis développe quelques exemples avant de terminer sur la préservation des supports physiques.

Dans une première partie, Jean-Claude Bouvier définit le concept d’ethnotextes2 et présente une méthodologie qui passe par un plan d’enquête, donc d’une bonne connaissance du sujet. Toutefois, ce plan doit être flexible, en évolution permanente. Il conseille de limiter les interventions de l’enquêteur lors de l’entretien, de laisser parler librement l’informateur, et de revenir ensuite sur certains points qui mériteraient d’être éclairer:

 

Pour Jean-Claude Bouvier, le texte oral qui découle de l’entretien doit être étudié au même titre que n’importe quel autre texte écrit :

 

Ce texte oral contient la représentation que se font les informateurs de leur propre culture :

 

Il donne alors l’exemple d’enquêtes réalisées sur le thème du baptême :

 

Puis il insiste sur l’importance lors de l’entretien des non-dits :

 

Jean-Claude Bouvier insiste sur l’importance de passer par des intermédiaires afin de trouver des informateurs pouvant renseigner sur le sujet étudié, mais il ne faut pas rester prisonnier de leur « réseau ». Il est aussi important de travailler avec différents types d’informateurs, aux âges, sexes et lieux d’habitation différents à l’intérieur d’une zone définit :

 

Les enquêtes doivent être renseignées par le biais d’une fiche de renseignement, nécessaire dans le travail de recherche de l’enquêteur :

 

Il enjoint ensuite à croiser source orale et source écrite :

 

Car l’enquête orale ne se suffit pas en elle-même, elle doit être croisée avec d’autres formes de sources car elle n’est qu’une représentation de la culture :

 

Pour conclure sur l’apport de l’ethnotexte dans la recherche, je vous renvoie vers plusieurs articles publiés jusqu’au début des années 1990 par les chercheurs du CREHOP. Jean-Noël Pelen en a rédigés plusieurs portant sur la naissance et l’utilisation de l’ethnotexte en 1992, La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement,3 ou plus largement sur le dépôt des sources orales et les phonothèques de recherche. Clairvoyant sur l’avenir de la méthode en science humaine et sociale, il insiste sur l’intérêt du travail pluridisciplinaire dans le domaine de la source orale. Philippe Joutard, toujours inspiré par l’oralité, vient de publier un nouvel ouvrage sur le thème  Histoire et mémoires, conflits et alliance paru en 20134 que je vous invite à découvrir, comme en symétrie à cette conférence, plus de trente ans plus tard. 

 

Crédits photographiques : Couverture de l’ouvrage « Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes », BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 

  1. Centre de Recherche et d’Etude sur l’Histoire Orale et les Parlers régionaux []
  2. On trouvera plus d’informations sur le sujet dans le livre collectif Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 []
  3. « La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement » in Actes du Congrès international de dialectologie, Iker 7, Bilbao, 1992 []
  4. Histoire et mémoire, conflits et alliance, La Découverts, 2013 []

Retour sur archives : l’ethnographie dans les Alpes de Haute-Provence

 

 

Lors d’un stage à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de ma licence d’anthropologie, j’ai été amenée à travailler sur trois corpus oraux rassemblés au Musée ethnobotanique de Salagon. Les écoutes que j’ai faites sur des archives d’enquêtes ethnographiques, ont enrichi ma connaissance personnelle sur diverses pratiques et modes de vie. Elle m’ont aussi permis de compléter la formation que j’ai eu en licence d’anthropologie, en m’ouvrant à une autre forme de recherche par les archives orales.

Ces trois corpus oraux, qui se focalisent principalement sur les Alpes de Haute-Provence et le Luberon, sont très diversifiés de par leur sujet, mais ils montrent également trois méthodes d’enquêtes distinctes qui peuvent être mises à profit en anthropologie. On y perçoit diverses approches de la part de l’enquêteur, tout autant que sa relation avec l’informateur.

Ainsi, la directrice du musée de Salagon et anthropologue Danielle Musset, a rencontré des anciens charbonniers entre 1992 et 1995, pour conserver une trace orale de leurs savoirs et leur mode de vie particulier. Avec ces charbonniers -pour la plupart immigrants italiens-, on découvre les techniques de fabrication d’une charbonnière, le mode de vie en montagne, mais aussi les relations entre les charbonniers et les conflits entre Piémontais et Lombards. Ces récits témoignent non seulement d’un métier aujourd’hui disparu, mais renseignent aussi précisément sur un mode de vie et des relations humaines.

Le deuxième corpus que j’ai eu à traiter a été mené par Magali Amir, ethnobotaniste. Son axe de recherche était double: comprendre quelle utilisation était faite des plantes dans les Alpes de Haute-Provence et le Luberon, mais aussi se questionner sur les néo-ruraux et leur relation avec les habitants originaires de la région (transmission des savoirs, secrets gardés, etc). Ces enquêtes montrent une grille d’enquête fermée, dont l’objectif est de faire préciser les connaissances des informateurs dans ce domaine. Ils sont amenés à parler de recettes de cuisine et d’alcools à base de plantes, ainsi que des vertus médicinales qu’ils leur attribuent. Voici quelques exemples de recettes de plat, confiture ou boisson que j’ai pu recueillir à travers ces enquêtes: gratin de pissenlit, confiture de cynorrhodon,  vin de cerise ou encore sirop de sureau.

 

Enfin, Jean-Pierre Joly, un passionné d’histoire de pays qui s’est improvisé ethnologue au cours de discussions avec une quinzaine d’habitants de la vallée du Jabron, nous offre une série de 17 témoignages de la vie entre les deux guerres. La relation particulière qu’il entretient avec les personnes qu’il interroge, due au fait qu’il est lui-même un  »enfant du pays », pose la question de la distance en anthropologie entre un enquêteur et son informateur. Ces conversations n’en sont que plus naturelles et riches en anecdotes historiques de la part des enquêtés, comme de l’enquêteur.

Cette anecdote sur un tireur de corde, tirée d’un entretien avec un natif de Saint-Vincent-sur-Jabron, illustre bien cette ambiance particulière que l’on retrouve dans les enquêtes de Jean-Pierre Joly :

Les récits couvrent une grande quantité de sujets comme la fabrication de fromage, d’alcool, la vie agricole, la distillation de la lavande, les fêtes de villages, la religion… du début du vingtième siècle jusqu’aux années 1960.

Une histoire sur les loups montre notamment comment l’enquêteur amène ses informateurs à raconter ce qu’ils savent, mais aussi quelle position il adopte par rapport à eux :

L’intérêt commun de ces enregistrement me semble être dans la manière dont ils relient anthropologie et histoire. On prend conscience en écoutant ces conversations de l’importance de l’histoire au sein de l’anthropologie, car elles permettent de cerner les évolutions des techniques et des pratiques et parce qu’elles restent des témoignages sur la vie en société. On peut s’étonner que l’anthropologie, qui revendique son étude des faits sociaux par le biais d’enquêtes orales, ne s’attache pas plus à la valorisation de ces sources uniques que constituent les archives.

 Crédits photographiques: Al lavoro sul pojat, Vénétie, pas de photographe indiqué, photographie dans le domaine public, citée en illustration du « Pojat » http://vec.wikipedia.org/wiki/Pojat