Archives par mot-clé : réseau

La fabrique des patrimoines musicaux, 21 novembre 2014, Villeurbanne

RIZE-NOV20141-image

Le 21 novembre 2014 au Rize (Villeurbanne) est organisée une Journée d’étude sur le thème, La fabrique des patrimoines musicaux. Organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde, le Centre Georg Simmel (EHESS), le Rize et avec le soutien du Ministère de la Culture, cette journée d’étude réunit chercheurs, représentants d’associations et d’institutions culturelles pour échanger sur les liens entre création musicale, interculturalité et action patrimoniale. À partir de leurs expériences respectives, les intervenants reviendront sur des actions menées en vue de fabriquer des patrimoines musicaux, sur l’évolution des catégories institutionnelles et les nouvelles collaborations articulant recherche scientifique et action culturelle.

La table-ronde inaugurale permettra d’évoquer les stratégies de mobilisation collective : dans quelle mesure le collectage musical, la fabrique d’orchestres ou l’organisation de festivals permettent-ils de relier des personnes ou des groupes sociaux distincts ? Quels sont les effets volontaires ou involontaires de ces mobilisations ? Les ateliers thématiques seront l’occasion de questionner les modalités concrètes de ces démarches, à travers quatre entrées thématiques : la gestion des archives, l’exposition et la publication, la transmission, la création participative. La dernière table-ronde visera à questionner les partages institutionnels : des Centres de Musiques Traditionnelles au Ministère de la Culture en passant par les DRAC, les associations militantes, les conservatoires ou départements d’université, les intervenants reviendront sur l’évolution des catégories auxquels ils se réfèrent, sur les assignations qu’elles produisent et sur les points aveugles des découpages institutionnels.

PROGRAMME

10h : Mots de bienvenue / Présentation de la journée
Xavier de la Selle (Le Rize), Yaël Epstein (CMTRA), Talia Bachir-Loopuyt (IRMM/Centre Georg Simmel)

10h30-12h : Faire de la musique ensemble ? Musique, interculturalité, territoires.
Cette table-ronde vise à faire retour sur des projets mobilisant la musique comme un enjeu interculturel et de développement territorial. On attribue souvent à la musique le pouvoir de relier des individus et des groupes par delà des frontières culturelles et sociales. Mais quel(s) lien(s) font effectivement émerger ces mobilisations, quel impact ont-elles ? Quels territoires sont concernés ou, à l’inverse, laissés à l’écart? Dans quelle mesure ces mobilisations  contribuent-elles à redéfinir des sentiments d’appartenance mais butent-elles aussi sur certaines frontières? Du collectage à la fabrique d’orchestres en passant par la création participative et des expérimentations pédagogiques, les intervenants reviendront sur les stratégies, outils et pratiques qu’ils ont développés pour saisir les réalités multiformes qui les entourent et susciter la rencontre de groupes sociaux pluriels autour de la musique.

Modération de la table ronde :
Denis Laborde (Centre Georg Simmel / IRMM)
Intervenants :
Gilles Delebarre (Responsable pédagogique Cité de la Musique, projet DEMOS)
François Bensignor (Président du Collectif des Musiques et Danses du Monde d’IDF)
Bruno Messina (Directeur Agence Aida / Festival Berlioz)
Philippe Fanise (Directeur artistique Le monde est chez nous)
Guillaume Veillet (Chargé de mission PCI, Conseil Général de Haute-Savoie)
Anne Damon-Guillot (Maître de conférence, Université Jean Monnet CIEREC)
Marc Villarubias (Directeur de la Mission de Coopération Culturelle de la Ville de Lyon)

12h00-13h00 : Patrimoine et création. Retour sur la.BA.la.BEL (CMTRA/ARFI) et la Folle Tentative d’Aubervilliers. Avec Yaël Epstein et Mélaine Lefront (CMTRA), Christian Rollet et Clément Gibert (ARFI), Olivier Le Comte (Compagnie Les Souffleurs).

14h00-15h30 : Ateliers
La question du « faire–ensemble » se décline différemment selon les activités et cadres institutionnels. Nous avons ici distingué quatre faisceaux d’action : la gestion des archives, l’exposition et la publication, la transmission, la création collective, dont chacun alimente une vaste littérature et qu’il s’agira ici d’envisager à l’aune des retours d’expérience. Quels sont les acteurs concernés par ces opérations, quelles « prises » mobilisent-ils pour appréhender la spécificité de leur territoire ? Dans quelle mesure s’associent-ils ou ne s’associent-ils pas ? Comment bâtir des passerelles entre les mondes de la recherche scientifique, de l’action associative, des institutions culturelles et de la création artistique ? Chaque atelier sera modéré par un acteur du champ concerné en concertation avec un chercheur.

Atelier « Que faire des archives sonores ? »
Un immense corpus de documents enregistrés sur le terrain a été constitué par le passé, aujourd’hui conservé au sein de différents centres de ressources. Les participants de l’atelier s’interrogeront sur les modalités de leur accès, de leur mise en relation et de leur dissémination. Comment cartographier ces archives ? Quelles questions juridiques et éthiques se posent pour leur valorisation? Quelle place ont les témoins dans ce dispositif ?
Atelier modéré par Véronique Ginouvès (MMSH Aix) et Rémy Besson (LLA-CREATIS, Toulouse 2)

Atelier 2 « Exposer / publier » 
De l’organisation d’expositions ou d’événements culturels à la production de disques, brochures ou « Atlas Sonores »,  cet atelier explore les processus de mise en public de patrimoines musicaux et les problèmes qu’ils font surgir. Qui participe à l’élaboration de ces objets? Quelle place ces auteurs accordent-ils aux divers matériaux (sons, images, paroles de certains « témoins »)? Qui en fait usage et quel impact ont ces mises en public ?
Atelier modéré par Xavier de la Selle (Le Rize) et Talia Bachir-Loopuyt (IRMM / Centre Georg Simmel)

Atelier 3 Transmettre des patrimoines ?
Cet atelier sera l’occasion de réfléchir aux liens entre les patrimoines des habitants d’un territoire et les lieux de transmission de la musique. Nous porterons ici notre attention à des projets et structures travaillant à l’échelle de certains territoires ou quartiers (ENM de Villeurbanne, DEMOS, Orchestre à l’école, « Fabriques d’orchestres » en Ile de France, chorales du CMTRA…). Comment s’effectue le choix des répertoires ? Quels sont les publics visés et effectivement atteints ? L’enjeu, ici, n’est pas la caractérisation d’un type de musique (écrite/orale, traditionnelles/du monde) mais aussi de mettre en relation des mondes qui, malgré toutes les occasions de rencontre, se connaissent mal : les conservatoires, lieux de concert, associations, écoles et collèges.
Atelier modéré par Martial Pardo (ENM Villeurbanne) et Marta Amico (IRMM / centre Georg Simmel)

Atelier 4 «  Créer ensemble  »
Depuis quelques années émergent, en milieu urbain et rural, de nombreux projets centrés sur la mobilisation des habitants et la création participative. Ces projets s’appuient sur le partage de savoirs, y compris entre musiciens professionnels et amateurs. Quelles en sont les visées, les effets, les difficultés ? Comment ce type de rencontre peut-il (ou non) induire la dynamique de « faire société » ?
Atelier modéré par François Bensignor (Président du collectif MDM-IDF) et Laura Jouve-Villard (IRMM / Centre Georg Simmel)

15h30-17h00 Table-ronde « Plus facile à faire qu’à dire !  Le jeu des catégories et des institutions »
« Musiques traditionnelles », « musiques du monde », « musiques actuelles », « patrimoine immatériel », « patrimoines de l’oralité »… Les « mots-clés » mis en avant par les acteurs artistiques, associatifs, institutionnels évoluent et s’ajustent en fonction de stratégies de positionnement variables. Nous porterons ici notre attention aux dynamiques  d’institution de ces  catégories. Comment expliquer que les acteurs du monde associatifs recourent aujourd’hui aux notions de « patrimoine immatériel » et de « patrimoines de l’oralité » alors qu’elles suscitent la méfiance parmi les chercheurs ?  Qui sont les experts du « patrimoine musical » et dans quelle mesure leurs pratiques entrent-ils en dialogue ou en tension ? Après un exposé introductif de François Gasnault, les intervenants reviendront sur l’évolution des catégories dans le paysage institutionnel français, sur le partage des rôles entre diverses institutions (collectivités, associations, universités etc.) et l’émergence de nouvelles collaborations reliant ces différents mondes.

Intervenants :
François Gasnault (Conservateur du Patrimoine, chercheur, IIAC)
– Yaël Epstein (Directrice du CMTRA)
Christian Hottin  (Direction Générale du Patrimoine, Ministère de la Culture)
Hélène Hatzfeld (Secrétariat général du Ministère de la Culture, GIS IPAPIC)
Laura Jouve-Villard (Doctorante « Musique » à l’EHESS, coordinatrice IRMM)
Yann Laville (Conservateur – Adjoint au Musée d’Ethnographie de Neuchâtel)
Modération : Emilie Da Lage (Attacafa, Université de Lille 3)

17h00-18h00 : Compte-rendu des ateliers et discussion finale.

Lieu de la journée d’étude : Le Rize , 23-25 rue Valentin-Haüy, 69100 Villeurbanne

Organisation : Centre de Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde et le RIZE – Centre Mémoires, cultures, échanges

Renseignements, contacts et réservation : CMTRA (Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes) http://www.cmtra.org
Talia Bachir-Loopuyt : tbachir<@>noos.fr
Yaël Epstein yael.epstein<@>cmtra.org

Accéder au Rize
Bus C3 | arrêt Blanqui-Centre mémoires & société
Bus 38 | arrêt Blanqui-Centre mémoires & société
Bus 11 | arrêt Arago
Bus 198 | arrêt Grandclément
Tram T3 | arrêt Reconnaissance Balzac
Vélo’v | « Mémoires & société » rue Valentin-Haüy

Chercheurs et organisations communautaires: un exemple de collaboration réussie

Le projet ARUC (Alliance de Recherche Universités-Communautés)- Histoires de vie Montréal a débuté en 2007 et s’achèvera en 2012.  Un projet de 5 années durant lesquelles une équipe de plus de 150 chercheurs universitaires et communautaires réalisent des entrevues auprès de résident(e)s montréalais(e)s ayant été victimes de violations aux droits de la personne. Ces entrevues sont enregistrées en format vidéo ou audio et sont conservées au Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia (CHORN) et éventuellement chez des organismes communautaires partenaires.

La notion d’ « autorité partagée » entre les chercheurs, les intervieweurs, ainsi que les personnes interviewées est le concept clé de ce projet. Ceci est possible notamment grâce à l’obtention d’un « consentement éclairé » des personnes interviewées lors des collectes (Cf. le code déontologique décrivant l’éthique du projet). De plus, le projet prévoit des stratégies de partage d’autorité après l’entrevue:  les personnes interrogées participent également à la production de la recherche et notamment à l’interprétation des propos recueillis. Il s’agit en définitive de développer une relation de confiance qui favorise  la collaboration et les prises de décision partagées.

Ce projet est structuré en 7 groupes de travail autour de thèmes géographiques (« Cambodge », « Haïti » , « Rwanda ») ou transversaux  (« Jeunes réfugiés », « Shoah et autres persécutions contre les  juifs », « Histoires de vie en éducation »)  et le groupe « Histoires orales et représentations artistiques ». Ce dernier groupe de travail se base sur les histoires de vies recueillies lors des interviews et élabore des œuvres  musicales, théâtrales, dansées ou encore des expositions, conférences etc. Ainsi les témoignages recueillis participent à la création artistique contemporaine engagée: une façon de donnée une autre vie aux archives ainsi constituées.

Différents outils ont été développés dans le cadre de cette collaboration:

Le projet Histoire de Vie démontre (encore une fois) l’intérêt et la richesse d’une collaboration à grande échelle entre universitaires et communautés, de sorte que ces dernières ne soient pas uniquement observées mais deviennent des partenaires de la recherche. (Nous reprenons ici les propos de Steven High).

Océane Chotard

Après avoir obtenu un master recherche en musicologie-spécialité ethnomusicologie: "Les sillons du Gwo ka de la Guadeloupe" (2008) à l'Université François-Rabelais de Tours, Océane complète sa formation par une maîtrise des sciences de l'information à l'Ecole de Bibliothéconomie et des Sciences de l'Information à l'Université de Montréal (en cours). Ses intérêts professionnels résident dans la préservation, la valorisation et la diffusion du patrimoine musical et particulièrement en ce qui concerne les documents sonores.

More Posts - Website