Archives par mot-clé : souvenir

MERCREDI – Open Access Week 2017 : Souvenirs personnels d’une institutrice née en 1900 en Côte d’Or et récit de son exode dans le Sud

Les chercheurs qui produisent des données sonores au cours de leur travail de terrain peuvent faire le choix de diffuser en libre accès les sources de leur recherche dans une phonothèque. En collaboration avec l’archiviste et selon les thématiques explorées, les chercheurs décident, au moment du dépôt, des modalités d’accès aux données produites. Ils apportent alors tous les éléments de contextualisation nécessaires à la diffusion de leur recherche. Plusieurs outils sont disponibles à la phonothèque de la MMSH pour mettre en œuvre concrètement cette diffusion, en conformité avec les questions éthiques et juridiques. « Open in order to… » est le thème de cette année : l’équipe des archivistes de la phonothèque de la MMSH vous explique chaque jour pourquoi il lui semble important d’ouvrir les enregistrements de terrain à l’écoute de tous les publics sur Les carnets de la phonothèque : https://phonotheque.hypotheses.org/oa 
L’occasion également de mettre en avant des archives sonores libres de droit ou qui sont dédiées avant l’heure au domaine public. Bonne écoute !

Aujourd’hui, la phonothèque vous propose de découvrir un extrait de l’enquête « Souvenirs personnels d’une institutrice née en 1900 en Côte-d’Or et récit de son exode dans le Sud » – Fonds Roche-Taranger1.

Anne Roche et Marie-Claude Taranger, enseignantes à l’Université de Provence2, ont dirigé un cours de littérature axé sur le récit autobiographique3 entre 1978 et 1996. Pour être évalués, les élèves devaient réaliser une enquête orale d’une personne de leur choix, s’appuyant sur différentes thématiques (années 1930, Front Populaire, Seconde Guerre mondiale etc.). Devant la richesse de ces témoignages, Anne Roche et Marie-Claude Taranger ont décidé de publier un ouvrage4, ce qui les a conduit à demander des autorisations de diffusion auprès des personnes interrogées ou de leurs ayants droit. Afin de conserver les enregistrements et de garantir leur diffusion auprès du public, elles se sont adressées à la phonothèque de la MMSH5. Continuer la lecture de MERCREDI – Open Access Week 2017 : Souvenirs personnels d’une institutrice née en 1900 en Côte d’Or et récit de son exode dans le Sud

  1. L’enquête est disponible dans son intégralité sur la base de données Ganoub : 2 h 3 min. []
  2. Devenue Aix-Marseille Université depuis 2012 []
  3. Dans la lignée des travaux de Philippe Lejeune []
  4. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit. Récits de femmes dans la région marseillaise. 1914-1945, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, 238 p. (voir notice SUDOC) []
  5. À ce propos, vous pouvez lire le billet de Matthieu Andreani du 7 décembre 2012. []

Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

Du samedi 1er au 5 avril 2017, une formation à la collecte, son archivage et sa valorisation a eu lieu au Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques – CNRPAH, suivie par une quinzaine d’étudiants, en master 1 et 2 d’ethnomusicologie1. Ce master, dont la branche algérienne a été créée par Maya Saidani, ethnomusicologue au CNRPAH, est dirigé, en convention avec l’université de Gabès et l’Institut supérieur des arts et métiers, par Mohamed Gouja, musicologue2. Continuer la lecture de Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

  1. Option « Musique et musicologie, option recherche ». []
  2. Du 12 au 15 Avril 2017 un colloque sera organisé à Gabès en étroite collaboration avec le CNRPAH et l’université de Gabès, dans la lignée de la série de colloques que l’Institut supérieur des arts et métiers organise depuis trois ans. La thématique, cette année, portera sur le thème « Maghreb, Sahara, Sahel : unité et diversité culturelle ». []

Voyager sur les ailes d’une enquête

Finiels-Img1Lorsque j’étais enfant je regardais passer les avions. J’étais captivée par le fait que, là, derrière ce hublot si minuscule si loin de moi il y avait une autre personne bien réelle. Peut-être une petite fille comme moi, accompagnée d’une autre maman. Je me demandais si elle me verrait, ce qu’elle tenait à la main, quel était son jouet, la langue qu’elle parlait. Elle était là, sous mes yeux pendant quelques secondes. Au milieu de ces autres gens qui voyageaient avec elle, avec leur univers, leur vie, leur destin et leurs projets, leur passé. Tout cela me plongeait dans un rêve d’inconnu. Cet autre si proche de moi qui s’éloignait si vite me fascinait. Cette curiosité m’est restée, comme de connaître l’intime, le dévoiler pour le comprendre.

Fraissinet-de-Lozère_01La définition du voyeur dans le Littré ou le Larousse concerne un individu qui regarde, voit, assiste curieux mais sans participer. La démarche ethnographique s’en écarte du simple fait de l’échange qui se noue entre l’enquêteur et l’enquêté. Échange de confidences, de rires, d’humanité, de plaisirs, d’empathie comme en témoignent les enquêtes de Claudette Castell et Nicole Coulomb. Pendant leurs enquêtes, si elles se tiennent en retrait par souci de placer l’enquêté en posture principale, elles ne sont pas moins présentes, de toute leur humanité et de leur savoir être respectueux, curieux et attentif. Elles respectent leurs interlocuteurs jusque dans leurs restitutions fidèles et si vivantes. Ce que laissent ces enquêtes ? Au delà des connaissances culturelles sur un contexte, elles transmettent un formidable sentiment d’humanité commune. L’interviewé derrière la fenêtre n’est jamais le « sauvage » observé mais bien le « même », l’autre différent mais si proche, comme deux frères qui n’ont pas les mêmes yeux.

Marseille_Accoules

Ces deux dames ont connu, après leurs enquêtes ethnographiques, une carrière de documentaliste. Comme moi. Par souci de transmettre, de faire glisser le savoir d’une étagère à une oreille , disponible, au moment opportun.

Le_Pont-de-Montvert_02

Je ne sais toujours pas ce qui se cache derrière les fenêtres. Sauf certaines du quartier du Panier à Marseille ou des villages du Mont Lozère, grâce à mesdames Castell et Coulomb. Regardez ces images et laissez vous glisser vers cet univers, ce feu qui crépite ou ce grillon qui chante, tendez l’oreille vers ces voix parfois claires et bondissantes, parfois rugueuses, comme soufflées. Écoutez et rêvez. Merci mesdames pour cet infini voyage.

Marseille_Panier

Mes préférées :

La vie du quartier St Jean avant la guerre de 1939-1945

La vie du quartier du Panier par une femme d’origine italienne née à Marseille dans les années 1930

Chansons de l’enfance

Conversation autour des veillées et des chansons : La fille d’une riche

Souvenirs de la vie autrefois, la sociabilité et l’origine de certains contes par une ancienne agricultrice des Cévennes

Crédits photographiques : Entering Finiels, Photographer unknown Issues de Wikimedia, licence CC-BY-SA : Rue de Fraissinet-de-Lozère, Ancalagon, octobre 2008 ; Le Panier, à Marseille, Michiel1972, octobre 2009 ; Le Pont de Montvert, GIRAUD Patrick Août 2005 CC BY-SA ; Le Bazar du Panier, Georges Seguin, octobre 2013 CC BY-SA.

 

“On prenait Londres tous les soirs…” : Témoignages sur les usages de la radio dans les années 1930 et 1940

John Frost and daughter listening to radio in their home. Tehama County, California Digital ID: (digital file from original) fsa 8c00054 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsa.8c00054 Reproduction Number: LC-DIG-fsa-8b00054 (digital file from original) LC-USF34-037961-D (b&w film neg.) Repository: Library of Congress Prints & Photographs Division Washington, DC 20540 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/pp.print

Les entretiens de terrain témoignent souvent de pratiques ou d’usages culturels qui ne sont pas toujours les objets d’enquêtes des chercheurs qui les ont enregistrés. Ainsi la radio apparaît régulièrement dans les récits des années 1930-1945, témoignage d’un medium qui diffuse parfois des informations cruciales difficiles à obtenir par d’autres biais ou propose des divertissements. Nous présentons ici une série d’extraits sonores, issus pour la plupart du corpus d’Anne Roche et Marie-Claude Taranger1.

Ainsi, par manque de moyens ou en temps de guerre apparaissent des difficultés pratiques d’accès à l’information que les témoignages individuels peuvent révéler. Par exemple, les mouvements ouvriers ayant lieu en France ne sont pas connus de cet ouvrier habitant l’Algérie dans les années 1930. Contrairement à ses supérieurs, il n’a pas accès aux journaux internationaux et n’a pas de radio :
Extrait de l’enquête n°4124 (voir la notice sur Ganoub)

Dans les années 1940, les difficultés financières ont amené cette informatrice Oranaise à troquer son transistor contre de la nourriture. Ces circonstances l’empêchent de suivre l’actualité et lui permettent de vivre quotidiennement avec moins d’inquiétude et d’attente que les personnes informées :
Extrait de l’enquête n°4134 (voir la notice sur Ganoub)

A cause de la confiscation des postes de radio à Djibouti, le militaire témoignant dans cette enquête ne connaît pas l’existence des Forces Françaises Libres. Il est étonné d’apprendre leur existence, lorsque, ayant refusé l’armistice, il s’évade en 1940 et rejoint les forces alliées à Aden :
Extrait de l’enquête n°4143 (voir la notice sur Ganoub)

Deux extraits montrent en particulier la radio comme un moyen de suivre l’actualité politique et culturelle. Dans cet extrait, l’informateur aborde la presse écrite et se souvient avoir suivi l’actualité de la guerre d’Ethiopie à la radio :
Extrait de l’enquête n°4145 (voir la notice sur Ganoub)

Cet autre informateur exprime le rôle culturel de la radio (et la station Le Poste Parisien) grâce à laquelle il suivait les retransmissions de représentations théâtrales :
Extrait de l’enquête n°4137 (voir la notice sur Ganoub)

Royal Oak, Michigan. A family listening to the radio and reading Father Coughlin's newspaper

Enfin, trois enquêtes contiennent des informations sur les pratiques d’écoute et des récits de l’expérience des discours radiodiffusés. Dans la première, l’informatrice, habitant Marseille, se remémore les discours de Maurice Schuman et les slogans diffusés par la BBC dénonçant Radio-Paris. La formule “on prenait Londres tous les soirs” suggère les efforts que demandait à cette époque la captation des stations :
Extrait de l’enquête n°4150 (voir la notice sur Ganoub)

Cet autre informateur écoutait pendant la deuxième guerre mondiale, chaque dimanche matin, tranquillement couché, les radios en langue anglaise, française et allemande :
Extrait de l’enquête n°4154 (voir la notice sur Ganoub)

Les informations et les discours radiodiffusés donnent lieu à des séances d’écoute collective :
Extrait de l’enquête n°3032 (voir la notice sur Ganoub)

Crédits photographiques : – première photographie :  John Frost et sa fille écoutent la radio chez eux, Tehama County, California (1940) ; Lee Russell (auteur) ; Library of Congress, Prints & Photographs Division, Washington, DC. Pas de restrictions de droit connues. – deuxième photographie : Une famille écoute la radio en lisant le journal « Social Justice » du père Coughlin, Raoyal Oak, Michigan (1939) ; Siegel, Arthur S. (auteur) ; Library of Congress, Prints & Photographs Division, Washington, DC. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Cette collection a fait l’objet d’un premier billet qui présentait la nature générale du corpus []

Souvenirs, souvenirs…

sorting-anc-packing-tomatoes

Les applications pour publier du multimédia se multiplient. Hier je vous présentais VoiceThread, créé en mars 2009, ce soir je découvre un nouvel outil sorti à la même époque et finalement assez proche dans sa présentation, Memory-life. L’ambition de Memory-Life est de réaliser l’album de votre mémoire. En quelques clics, vous reconstituez vos flashs visuels mémoriels : votre arrivée essoufflée au sommet de la Sainte-Victoire un jour de mistral, la jupe de coton à carreau blanc et brun qui a dû être portée au siècle dernier d’une femme qui passe, l’arbre sous lequel vous aviez l’habitude de faire la sieste… Bien sûr vous taguez, vous commentez, vous explorez. Dès que vous avez créé votre compte en ligne, vous pouvez télécharger des images  sur votre boite à souvenir, soit depuis votre ordinateur, soit en vous les envoyant sur un courriel créé par Memory Life. Pas de lien ici avec Facebook ou Flickr mais il vous est proposé de télécharger une application d’Adobe (Adobe AIR) pour importer plus simplement vos images.  Si vous souhaitez numériser des documents analogiques, Memory Life vous renvoie vers des partenaires commerciaux. Vous pourrez ensuite exporter sous forme vidéo une animation reproduisant vos photos dans l’ordre que vous aurez déterminé (temps, thème, hasard).

Vous avez à votre disposition de nombreuses possibilités d’organisation pour vos images, de l’aléatoire à la frise chronologique. Cette frise n’est pas sans rappeler d’ailleurs la fresque chronologique du projet Repères méditerranéens lancé par l’INA, sur un financement de la région Provence Alpes Côte d’Azur. Ce site vous permet de reconstituer toute l’histoire de la Provence contemporaine d’un seul coup d’œil en affichant des émissions télévisées sous forme de listes, de cartes ou de fresques. Repères méditerranéens serait finalement la boîte à souvenirs, provençaux et pacifiques, d’une méditerranée remémorée par les historiens d’un laboratoire (ici TELEMME). Dans cette application, le système éditorial a été créé par le studio hypermédia de l’INA, à Bry-sur-Marne.

Il me semble qu’il manque à Memory Life comme aux Repères Méditerranéens, tout l’aspect collaboratif et de partage proposé par Voice Thread : les internautes ne peuvent pas laisser de commentaires ni déposer de nouvelles photos ou vidéos pour créer des interactions de souvenirs, pas de partage. Ces sites sont superbes et ils ont la couleur du Web 2.0 mais n’en n’ont pas la saveur. Il n’empêche, les outils d’édition multimédias se multiplient et les phonothèques devraient pouvoir en tirer partie.

Crédits photographique : Sorting and packing tomatoes at the Yauco Cooperative Tomato Growers Association, Puerto Rico, 1942, par Delano, Jack (1914- ), Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C., Pas de restriction de droit connu. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34052

Dans ma boîte à souvenir, voilà ce qui me vient :

Ouvriers
Ô cette chaude matinée de février. Le Sud inopportun vint relever nos souvenirs d’indigents absurdes, notre jeune misère.
Henrika avait une jupe de coton à carreau blanc et brun, qui a dû être portée au siècle dernier, un bonnet à rubans, et un foulard de soie. C’était bien plus triste qu’un deuil. Nous faisions un tour dans la banlieue. Le temps était couvert, et ce vent du Sud excitait toutes les vilaines odeurs des jardins ravagés et des prés desséchés.
Cela ne devait pas fatiguer ma femme au même point que moi. Dans une flache laissée par l’inondation du mois précédent à un sentier assez haut elle me fit remarquer de très petits poissons.
La ville, avec sa fumée et ses bruits de métiers, nous suivait très loin dans les chemins. Ô l’autre monde, l’habitation bénie par le ciel et les ombrages ! Le sud me rappelait les misérables incidents de mon enfance, mes désespoirs d’été, l’horrible quantité de force et de science que le sort a toujours éloignée de moi. Non ! nous ne passerons pas l’été dans cet avare pays où nous ne serons jamais que des orphelins fiancés. Je veux que ce bras durci ne traîne plus une chère image.

Arthur Rimbaud, Illuminations, 1873-1875