Archives par mot-clé : stage

Une découverte entre les archives

Du 18 avril au 17  juin j’ai fait mon stage à la phonothèque de la MMSH. Je ne savais pas trop ce qui m’attendait : je suis étudiante en master de tourisme, langues et patrimoine – aire arabe-musulmane à Aix-Marseille Université, les archives étaient un univers qui m’était inconnu.  Je me suis dis que c’était l’occasion d’explorer un patrimoine sur l’aire de la méditerranée, ce qui m’intéresse et je n’ai pas été déçue ! Après mes études, je voudrais devenir une reporter de voyage ma responsable de stage m’a confié la réalisation d’un « Foto giornale » de mon stage…. l’occasion aussi de dresser un portrait de l’équipe de la phonothèque à la période d’avril, mai et juin 2016.

J’espère que ce diaporama vous donnera une bonne idée de ce qui se fait à la phonothèque et de la force du travail d’équipe, n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Donatella Mistretta

Crédits photographiques : image à la une photographie (sélection) de Serge Mercier « Chaîne de numérisation à la phonothèque de la MMSH, 2011 » CC-BY-NC-SA, photographie du diaporama de Donatella Mistretta, CC-BY-NC.

Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

« Auriez-vous un souvenir récent de vacances ou de loisirs à nous raconter ? »

C’est le thème choisi cette année dans le cadre des exercices de collectage réalisés par les stagiaires de la formation INA Expert organisée au mois de juin à Bry-sur-Marne.

Huit personnes, issues d’institutions, de collectivités territoriales et du monde associatif, ont suivi durant trois jours une initiation au collectage de paroles de témoins, à leur captation sonore et vidéo. Les idées de projets des uns et des autres étant déjà bien abouties, le besoin de formation était plus fort du côté de la campagne de collectage et de son environnement : quels partenaires techniques, quels moyens mobilisés et quand, quel contrat de cession de droits, pourquoi faire et enfin, comment construire sa grille d’enquête avec quelles questions et sous quelle forme (ouverte, fermée). Continuer la lecture de Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

Propositions de stage à la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence ( AMU/CNRS, USR 3125) collecte, numérise, catalogue et valorise des archives de terrain de chercheurs en sciences humaines et sociales.  Au cours de l’année universitaire 2015-2016 , la phonothèque est susceptible d’accueillir plusieurs stages dans les domaines des archives, de l’administration de la recherche et de l’informatique documentaire. Trois grandes orientations sont possibles pour ces stages en fonction des formations  : métiers de l’information, informatique ou administration de la recherche. Pour postuler, il convient d’envoyer une lettre de motivation orientée sur un projet, accompagnée d’un CV à veronique.ginouves<at>univ-amu.fr

Traitement et valorisation d’un fonds d’archives sonores : au cours du stage le ou la stagiaire numérisera, cataloguera et valorisera une collection sonore. En 2015-2016 trois collections sont susceptibles d’être traitées dans le domaine de l’ethomusicologie, l’architecture et l’histoire orale.

Évaluation de la prise en compte des questions juridiques et éthiques dans une phonothèque de recherche : état des lieux et analyse qualité des processus engagés.

Exposition d’un thesaurus en ethnologie de la France au format SKOS et analyse qualité : la phonothèque de la MMSH utilise pour l’analyse de ses archives un thesaurus dans le domaine de l’ethnologie. Le stage sera l’occasion de réaliser une analyse qualité de ce thesaurus (tout ou partie) et d’évaluer les outils d’exposition de ce thesaurus au format SKOS.

Informations pratiques :

– Le stage se déroule à la phonothèque de la MMSH (pas de télétravail).

– L’étudiant-e stagiaire sera indemnisé-e sur une durée de 3 à 4 mois conformément à la réglementation en vigueur.

– Les demandes de renseignement et les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser par courriel à Véronique Ginouvès (veronique.ginouves<at>univ-amu.fr).

– Technologies mises en œuvre : Alexandrie 7 pour la base de données documentaire, Wavelab pour la numérisation des archives sonores, catalogage en EAD sur XMETAL sur la plateforme CALAMES, exposition des métadonnées en EDM et DC.

 

Crédits photographiques : Vue sur l’océan depuis la passerelle du Mémorial ACTe à Pointe-à-Pitre, novembre 2015, photographie de V. Ginouvès, CC-BY.

Deux stages à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence)

Au cours de l’année universitaire 2014-2015 la phonothèque Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence (MMSH), est susceptible d’accueillir deux stages dans les domaines des archives et de l’informatique documentaire.

Cataloguer et valoriser une collection sonore enregistrée :
La phonothèque de la MMSH numérise, catalogue et valorise des archives de terrain de chercheurs de sciences humaines et sociales. Le choix de la collection à traiter s’effectuera en fonction des priorités de la phonothèque mais aussi des intérêts ou des compétences particulières du/de la stagiaire. La publication d’un catalogue papier et d’un billet sur les Carnets de la phonothèque sont attendus en fin de stage.

Analyse qualité d’un thesaurus en ethnologie : La phonothèque de la MMSH utilise pour l’analyse de ses archives un thesaurus dans le domaine de l’ethnologie. Le passage de la version 6.7 à la version 7 du logiciel documentaire Alexandrie est l’occasion de réaliser une analyse qualité de ce thesaurus (tout ou partie) en étant vigilant sur les usages des normes et standards existants.

Informations pratiques :

– Le stage se déroule à la phonothèque de la MMSH (pas de télétravail).

– L’étudiant-e stagiaire sera indemnisé-e sur une durée de 3 à 6 mois conformément à la réglementation en vigueur.

– Les demandes de renseignement et les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser par courriel à Véronique Ginouvès (veronique.ginouves<at>univ-amu.fr).

– Technologies mises en œuvre : Alexandrie 7 pour la base de données documentaire, plateforme PKP et Dublin Core pour le portail du patrimoine oral, Wavelab pour la numérisation des archives sonores, catalogage EAD sur XMETAL sur la plateforme CALAMES.

 

Crédits photographiques : Côte Est de Zanzibar, photographie d’Alexandre Abergel, août 2014.

Deux stages à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

En 2014 la phonothèque Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence (MMSH),, est susceptible d’accueillir deux stages dans les domaines des archives et de l’informatique documentaire.

Cataloguer et valoriser une collection sonore enregistrée :
La phonothèque de la MMSH numérise, catalogue et valorise des archives de terrain de chercheurs de sciences humaines et sociales. Le choix de la collection à traiter s’effectuera en fonction des priorités de la phonothèque mais aussi des intérêts ou des compétences particulières du/de la stagiaire. La publication d’un catalogue papier et d’un billet sur les Carnets de la phonothèque sont attendus en fin de stage.

Analyse qualité d’un thesaurus en ethnologie :
La phonothèque de la MMSH utilise pour l’analyse de ses archives un thesaurus dans le domaine de l’ethnologie. Le passage de la version 6.7 à la version 7 du logiciel documentaire Alexandrie sera l’occasion de réaliser une analyse qualité de ce thesaurus (tout ou partie) en étant vigilant sur les usages des normes et standards existants.

Informations pratiques :
– Le stage se déroule à la phonothèque de la MMSH (pas de télétravail).
– L’étudiant-e stagiaire sera indemnisé-e sur une durée de 3 à 6 mois conformément à la réglementation en vigueur.
– Les demandes de renseignement et les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser par courriel à Véronique Ginouvès (ginouves<@>mmsh.univ-aix.fr).
– Technologies mises en œuvre : Alexandrie 6.3 pour la base de données documentaire, passage à la version 7 programmée en 2014, plateforme PKP et Dublin Core pour le portail du patrimoine oral, Wavelab pour la numérisation des archives sonores, catalogage EAD sur XMETAL sur la plateforme CALAMES.

Crédits photographiques : Sur l’Isla del Sol, Lac Titikaka, août 2005, photographie de Véronique Ginouvès.

Formation INA-expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages »

Trois journées de formation ont eu lieu les 24, 25 et 26 juin 2013 sur le site INA-Expert de Bry-sur-Marne.

Organisées pour la deuxième année consécutive (voir présentation de la formation 2012) par le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, elles déclinaient le cadre méthodologique d’un projet de collectage et de ses objectifs, de l’écriture du cahier des charges jusqu’aux travaux de captation d’images et de sons et de montage documentaire. Cette formation commençait logiquement par une journée et une matinée consacrées à la présentation des archives sonores dans leur développement historique,  l’écriture du projet et la réalisation d’entretiens avec des témoins rencontrés sur le  site, le traitement documentaire des matériaux, l’intérêt des métadonnées Dublin Core et les possibilités de valorisation de corpus numériques. Ce premier temps de la formation, commandé à la phonothèque de la MMSH, a été présenté par Corinne Cassé.
Christophe Lizot et Dominique Bloch pour l’INA ont respectivement encadré les modules de captations et montages sonores et audiovisuels ainsi que la présentation des outils techniques.

Cette année les stagiaires étaient issus du monde des musées, de la recherche en sciences sociales, des archives (technicien du son de la BNF et archiviste municipale),  et de la fondation de la MSH.

La ligne conductrice de la partie consacrée aux archives sonores a particulièrement mis l’accent sur la nécessité de préparer son projet de collectage de manière professionnelle en décrivant, en amont :

– les places et rôles des différents partenaires (commanditaires, financeurs, organismes de tutelle, institution de conservation des archives, collecteurs, informateurs, etc.)

– l’état des connaissances sur la question à traiter (bibliographie, entretiens exploratoires) , les pièces d’archives utilisables, les connaissances à acquérir,

– les modalités de cession de droits patrimoniaux des archives à collecter,

– les personnes ressources, les informateurs privilégiés,

– les modalités de collectage,

– les formats, les modalités de conservation et d’indexation des archives collectées,

– les modalités de restitution des matériaux au grand public.

Cette fois encore l’outil des cartes heuristiques fut très utile pour l’écriture de cahier des charges comme des grilles d’enquête. Cette année nous avons travaillé, dans un premier temps sur un tableau en utilisant des feutres de couleurs, puis nous avons formalisé notre carte en utilisant l’outil en ligne Mindmeister, dont la version basique gratuite permet la construction de trois cartes.

Si l’année dernière la thématique d’enquête émanait des préoccupations des stagiaires, cette année elle fut proposée par la formatrice : interviewer des inconnus sur « le rapport au corps à travers le soin ». De cette base, les stagiaires devaient construire un questionnement en partant de leurs propres pré-notions. La carte suivante a été dessinée :

Le_rapport_au_corps_à_travers_le_soin_1

 

Elle nous permit de décider de cinq questions possibles à poser aux témoins durant les 10 minutes d’entretien, temps imposé pour l’exercice.

Les stagiaires se sont répartis au sein de deux groupes où chacun tenait sa place : enquêteur principal, enquêteur secondaire, technicien du son.

Cette année, il était aussi question de demander aux témoins la possibilité de réaliser une photographie. Les objectifs de l’exercice étaient de présenter un matériau de terrain supplémentaire à l’enregistrement sonore également libre de droits d’exploitation, de négocier avec le témoin le choix d’un cliché illustrant le propos et enfin de réaliser une photographie respectant l’anonymat des personnes.

Deux entretiens ont été réalisés au format WAVE puis exportés au format Mp3. Les voici, accompagnés de leur traitement documentaire :

Titre : Un quadragénaire interviewé par des stagiaires de l’INA au sujet du rapport au corps par le soin (24 juin 2013)

 Photo ITW 24-06-2013

 

 

 

 

 

Résumé : L’entretien se déroule sur le site de l’INA à Bry-sur-Marne, auprès d’un témoin abordé par le groupe des stagiaires. Celui-ci est composé de deux enquêteurs et d’une preneuse de son. L’enquêteur principal, après avoir situé le contexte de l’exercice, interroge successivement le témoin sur le rapport à son corps, le rapport à son image, son rapport aux corps d’autres personnes (famille, amis) et sur son alimentation. L’informateur expliquera sa pratique de sport dans une volonté de s’entretenir face aux effets de l’âge et abordera rapidement l’impact du regard des autres sur “un corps qui change”. Il abordera aussi l’alimentation de sa fille et de son  animal domestique en expliquant ses choix et ses valeurs, notamment concernant l’alimentation Bio et les fast food. L’enquêtrice demandera des précisions sur son besoin de pratique sportive.

 

Titre : Un DJ parisien explique sa pratique de la danse au sein de son activité festive

Résumé : Après avoir présenté le contexte du stage et de l’exercice, l’enquêtrice stagiaire entame la conversation sur l’alimentation. Très vite l’entretien s’oriente sur l’activité de DJ du témoin. Il aborde ses goûts pour la danse en club qui permet, de son point de vue, une dépense énergétique similaire à de la natation en piscine. L’enquêtrice relance plusieurs fois l’entretien sur diverses questions de la grille d’enquête : souvenirs des soins à un animal domestique, cosmétiques utilisés, pratique de la danse. C’est l’occasion pour le témoin de donner plus de détails sur l’animal de son enfance et sur son propre parcours comme DJ et amateur de danse soit en club soit au sein de cours de flamenco. L’entretien se termine sur la gestion du temps dans une vie de DJ, entre activité et période de repos et de soins (pratique du bain, savon spécifique utilisé). L’enquêtrice clôt l’entretien par des remerciements et le détail de l’exploitation de l’entretien au sein d’un billet de blog.

Pour ces deux enquêtes les droits patrimoniaux des témoins comme des enquêteurs ont été obtenus (par contrat) pour l’INA et la phonothèque de la MMSH. Ces entretiens intègrent les collections de la phonothèque ; l’un des deux témoins a demandé l’anonymat et apparaît à ce titre sous un numéro dédié.

Ces questions éthiques et juridiques ont été plusieurs fois abordées au cours de la formation, notamment par la présentation du carnet de recherche Questions éthique et droit en SHS pour la préparation, le collectage, le traitement, la diffusion et la réutilisation des données numériques de la recherche.

Une présentation succincte des enregistreurs numériques Zoom H4n ayant été faite avant les exercices d’entretien, les stagiaires ont pu découvrir, le deuxième jour de leur formation avec Christophe Lizot, les améliorations à apporter lors de la captation du son et les montages possibles à l’aide du logiciel libre Audacity 2.0.3.

Au cours de cette partie dédiée à l’archive sonore, les stagiaires ont pu utiliser les cartes heuristiques avec l’outil en ligne Mindmeister, les logiciels libres Audacity et Cdex pour le montage et l’export au format Mp3 , les documents partagés de Drive Google pour la prise de note et l’écriture d’une grille d’enquête, l’espace de dépôt Internet Archive pour leurs fichiers sons et enfin des exemples de valorisations d’enquêtes orales sur des blogs édités avec WordPress.

Pour une telle formation dédiée à l’initiation au collectage audio-visuel, à son travail d’écriture et à son cadre juridique, le choix de l’INA de trois journées consécutives s’avère plus que judicieux. D’autant que cette formation peut être complétée par d’autres modules plus détaillés comme celui, toujours à l’INA, sur la Conduite d’un entretien patrimonial, spécifique aux relances et aux approfondissements de l’enquête, proposé par Florence Descamps.

 

Crédits photographiques :

Témoin enquête 1, Le ventre, stagiaires de l’INA juin 2013. Droits de diffusion obtenus par contrat pour l’INA et la phonothèque de la MMSH.

Trois stages à la phonothèque de la MMSH

En 2013 la phonothèque de la MMSH est susceptible d’accueillir trois stages dans les domaines de l’information scientifique et technique et de l’informatique documentaire.

Valoriser des collections sonores enregistrées dans les Alpes de Haute Provence

Situé en Haute-Provence, entre Manosque et Forcalquier, le musée de Salagon conserve et met en valeur des collections d’ethnographie locale (objets de la vie domestique, outils agricoles, outillage de l’artisanat rural…). Il accueille des chercheurs dans son centre de documentation (bibliothèque, photothèque). Il gère également une phonothèque (enregistrements de témoignages oraux issus essentiellement d’enquêtes de terrain, dont une partie est numérisée) en partenariat avec la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence (MMSH). Afin de poursuivre ce travail de numérisation, d’indexation et de description des fonds sonores. L’étudiant(e) stagiaire sera rémunéré(e) sur une durée de 2 mois (2ème semestre 2013). Une convention est signée entre le Conseil général 04 dont dépend le musée et la phonothèque de la MMSH. Le stage se déroule en partie à la phonothèque de la MMSH. Les demandes de renseignement et les candidatures sont à adresser par courriel à la Directrice du Musée de Salagon (d.musset<@>g04.fr) Il est possible également de consulter le site Internet du musée pour mieux connaître ses projets : http://musee-de-salagon.com

Valoriser des archives scientifiques produites en Provence

La phonothèque de la MMSH a reçu en dépôt plusieurs archives de chercheurs. Parmi eux, un anthropologue ayant travaillé sur la Provence a déposé des papiers, des films, des photographies et des enquêtes de terrain. Le(a) stagiaire connait les règles pour la description des documents d’archives. En collaboration avec la responsable des archives sonores il(elle) élaborera un plan de classification, de cotation et classement  Il(elle) fera des propositions de valorisation du fonds d’archives. Il (elle) s’intéresse aux sciences humaines et sociales.Le stage se déroule à la phonothèque de la MMSH. L’étudiant(e) stagiaire sera rémunéré(e) sur une durée de 3 mois (1er ou 2ème semestre 2013). Les demandes de renseignement et les candidatures sont à adresser par courriel à Véronique Ginouvès (ginouves<@>mmsh.univ-aix.fr).

Valoriser un portail documentaire

Dans le cadre du pôle associé à la bibliothèque nationale de France, la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles a créé un « Portail du patrimoine oral » donnant accès à plusieurs milliers de références sonores: http://www.portaildupatrimoineoral.org. Ce portail utilise le protocole OAI-PMH. Le(a) stagiaire s’intéresse aux questions de l’oralité et des archives sonores. Il(elle) aura été formé(e) au protocole OAI-PMH, il(elle) connaitra le Dublin Core. Au sein d’un réseau d’archivistes du son et en collaboration étroite avec eux, il(elle) valorisera le portail. La connaissances des problématiques liées à l’accessibilité et à la normalisation des sites web seront appréciées. Le stage se déroule à la phonothèque de la MMSH. L’étudiant(e) stagiaire sera rémunéré(e) sur une durée de 3 mois (1er ou 2ème semestre 2013). Les demandes de renseignement et les candidatures sont à adresser par courriel à Véronique Ginouvès (ginouves<@>mmsh.univ-aix.fr).

 

Technologies mises en œuvre : Alexandrie 6.3 pour la base de données documentaire, plateforme PKP et Dublin Core pour le portail du patrimoine oral,  Wavelab pour la numérisation des archives sonores.

Rémunération : indemnité de stage prévue conformément à la réglementation en vigueur.

Crédits photographiques : Tipaza, Véronique Ginouvès, octobre 2012.

 

« Le décentralisme méditerranéen » Table ronde autour de la musique et de la culture du monde d’Oc

 

 

Stagiaire des métiers du livre (I.U.T d’Aix-en-Provence) à la phonothèque de la MMSH, j’ai assisté mercredi 29 mars, dans le cadre de Babelmed, à une rencontre de professionnels autour des Musiques et cultures du monde d’oc. Musiciens, chercheurs, acteurs de la culture régionale et de la production musicale, se sont retrouvés pour débattre de l’image de langue aujourd’hui et surtout de sa place sur le marché de la musique et de la culture en général.

J’ai été étonnée en constatant qu’une majorité d’occitanistes présents lors de cette rencontre avaient appris la langue d’Oc sans qu’il y ait eu de transmission familiale. Cela m’a rassurée car cet apprentissage universitaire m’a souvent inhibée pour parler la langue. Étant issue d’une famille où il y a eu rupture de la transmission, j’ai ressenti le besoin de renouer avec cette langue, mais je suis parfois mise à l’écart sans oser la parler. Aquela rencontra m’a fach comprener que podiai la parlar sens vergohna perque soi pas la sola  a la parlar per lo plaser e per envenja. Parlar occitan per se raprochar de sa cultura !

Le territoire occitan s’étend de l’Océan Pacifique aux Alpes italiennes. Une surface très grande et très vaste qui regroupe plusieurs dialectes occitans, comme le provençal, le languedocien, ou encore le gascon communément appelés, de nos jours la “langue d’Oc”. La richesse culturelle de notre territoire nous encourage à nous ouvrir sur le monde pour porter un regard sur les autres cultures de la Méditerranée, pour comprendre la décentralisation et l’ancrage de la langue. On se nourrit des autres pour faire valoir et enrichir notre propre culture. Comment définir cette musique ? Aujourd’hui on chante en occitan sur du rap, du rock ou de la dub. Le chant polyphonique, influencé par la forte présence de corses à Marseille, fait maintenant partie de la culture occitane, alors qu’à son origine le chant provençal est plutôt monodique… Pour le groupe Lo cor de la plana la musique est un bon moyen de se décoincer de l’espace culturel français. Manu Théron, fondateur de ce groupe phare à Marseille,  raconte que la musique lui a permis de découvrir la langue et la culture occitane. Il est chanteur avant d’être occitan et a besoin de travailler sa musique et son métier avant toute chose, quelque soit la culture qu’il porte.

Les festivals sont devenus, aujourd’hui des vitrines de la culture d’oc sur le monde et un rendez-vous attendu pour de nombreuses personnes. La langue régionale est souvent mieux perçue à l’étranger que dans notre propre pays. Il est donc devenu nécessaire de valoriser les scènes occitanes pour les rendre plus visibles et moins vieillotte afin de se sortir des stéréotypes (prenez le temps d’écouter ce clip de Mauresca de l’album Bartàs), d’un régionalisme ambiant et des identitaires nationalistes. Tous les acteurs ont mis en avant leur volonté de s’ouvrir et faire partager leur culture à l’ensemble du monde et des gens côtoyés.

Le manque de connaissance sur les cultures régionales nous empêche de bien les comprendre et donc de bien défendre ce que l’on représente. Il manque aujourd’hui des chiffres sur la pratique de la langue qu’elle soit parlée, chantée ou récitée. De plus, de part la diversité du territoire occitan, il est plus complexe de défendre cette cause comme le font les corses ou les bretons.

A lire sur le sujet, la revue en langue occitane Aquò d’Aquí : http://aquodaqui.jimdo.com

Crédits photographiques: Embouchure de l’Hérault à Agde et la Mer Méditerranée, 18 March 2007. Fagairolles 34, description physique:  320x 213 pixels . Fonds domaine public  http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Herault_enbouchure.JPG

 


« Le poisson tu le tues pas mais tu tues ses oeufs » : témoignages de pêcheurs varois sur la pollution des fonds marin dans les années 1970

Étudiante des métiers du livre en licence professionnelle à l’I.U.T Aix-en-Provence, j’ai eu pour mission, lors d’un stage à la phonothèque de la MMSH, de numériser et cataloguer des enquêtes orales en langue provençale enregistrées par Henri-Paul Brémondy. Ces entretiens m’ont fait découvrir l’univers particulier du patron pêcheur et l’évolution de cette profession au court du 20ème siècle. Toute l’atmosphère de la pêche et de la mer y est retranscrite par ces témoignages pris sur le vif. Une certaine confiance s’instaure entre l’enquêteur et les informateurs qui racontent leur métier et tout naturellement leurs anecdotes et leurs histoires personnelles, tout en alternant le provençal et le français.

Ces enquêtes ont été enregistrées dans les années 1970 et déjà le phénomène de pollution des fonds marins est très présent. Les témoignages de patrons pêcheurs décrivent avec précision l’impact néfaste des nouvelles technologies sur l’écosystème maritime. La motorisation des bateaux, l’utilisation du mazout, l’expansion des villes, le déversement de pesticides et de détergents par les égouts détériorent toute la chaîne alimentaire des poissons provoquant également la destruction massive des herbiers.

L’arrivée en masse des touristes modifie aussi les aménagements côtiers faisant ainsi disparaître les criques et les calanques. La côte du littoral varois, s’est transformée peu à peu en station balnéaire, plus favorable à l’économie de la région. Tous les informateurs transmettent un sentiment d’impuissance face à « la société capitaliste » des années 1970. Ils subissent impuissants des situations révoltantes comme la pêche à la dynamite ignorée par les pouvoirs publics et les autorités locales. Devant eux,  la mer se meurt peu à peu.

Au moment où se tient le 6ème forum mondial de l’eau, il peut être intéressant d’écouter les solutions que ces patrons pêcheurs pouvaient imaginer.

Texte de Céline Soulet.

Crédits photographiques : Un chalutier de retour à Skerries avec un plein de chargement de poissons, Dublin 1960.  Tilbrook, Richard , description physique: 1 slide; 5 x 5 cm. Fonds domaine public

« Qui a dit que les stages en entreprise ne déclenchaient pas de vocations ? »

Printemps 2001. Du haut de mes quatorze ans, mes tresses africaines sur la tête et mon « eastpack » sur le dos, je débarque à la phonothèque de la MMSH pour y effectuer mon stage en entreprise de 3ème. Ayant découvert l’existence de l’ethnologie dans la rubrique « lettre E » des métiers listés au CDI du collège, je n’avais pas idée de ce qui m’attendait…

A peine arrivée et en dépit de mon jeune âge, je suis accueillie avec la plus grande déférence et convivialité par Véronique Ginouvès, documentaliste, et Corinne Cassé, anthropologue, assistante à la phonothèque. Si la semaine de stage se déroule dans une bonne humeur joviale, elles ne prennent pas leur rôle à la légère. Au cours de la semaine, présentation de leurs professions, traitement de documents sonores et rencontre avec divers chercheurs sont au programme.

Je suis prise sous leurs ailes : en dehors des heures de travail, elles m’embarquent à la cafétéria, dans une fête du personnel, mais surtout elles me font partager leurs expériences professionnelles et personnelles. Avec Corinne, nous échangeons de longues conversations sur le rôle de l’ethnologue, les difficultés pratiques liées au métier, la méthodologie et l’éthique du chercheur. Elle illustre ses propos d’exemples, et me propose même de l’accompagner sur son prochain terrain. Je jubile !

Les différentes rencontres effectuées à la MMSH vont dans le sens de l’enthousiasme bienveillant de Corinne et Véronique ; tous contribuent à me rendre le métier compréhensible et accessible.

Ainsi, Evelyne Disdier, à la médiathèque, me fait découvrir une carte du monde datant de Louis XV ainsi qu’un album de photos prises en Tunisie dans les années 1950 qui appartiennent aux collections de la MMSH. Mais cela ne s’arrête pas là : nous discutons de l’actualité brûlante de l’époque et du rôle politique des médias, ce qui ouvre sur une discussion profonde sur la dimension subjective des images !

Jean-Noel Pelen, chercheur au CNRS, m’offre aussi de son temps et discute avec moi de sujets très sérieux lié à ses dernières recherches : qui peut-on qualifier d’« exclu » ? Peut-il s’agir d’une catégorie analytique ? La découverte de l’approche inductive me contrarie quelque peu car je ne comprends pas encore que l’on puisse travailler sur un sujet non défini au préalable. Nous parlons aussi de l’étrangeté, de l’aspiration à changer de point de vue, du rêve, de son impact sur le réel, de questions existentielles, du désir de voler…

Aux vues de mes tresses, Marilyne Crivello, professeur d’histoire, me conseille de consulter un mémoire de maîtrise sur de jeunes marseillaises d’origine comoréenne qui doivent effectuer le « Grand Mariage »1. Elle contribue même à me rendre cette recherche palpable en me prêtant la vidéo de l’entretien qui y est associée.

Ma plongée dans la salle des mémoires est initiée, je m’y engouffre littéralement, fascinée par l’originalité des thèmes qui y sont traités. Je me laisse même surprendre à ne plus voir le temps passer. La jeune fille que je suis se tourne vers les titres qui attirent spontanément son attention. Je me souviens être restée longtemps marquée par l’étonnement qui m’a saisie lorsque, à la lecture d’un mémoire sur la perception de la beauté aux Antilles, je réalisais que c’était systématiquement la fille que je trouvais la moins belle sur les photos qui était élue Miss. Comment se pouvait-il que des personnes aient des perceptions si différentes des miennes ?

En fin de semaine, je passais au stade supérieur et me lançais dans la passionnante lecture de Mœurs et Sexualité en Océanie de Margaret Mead, me délectant de à l’inversement des schémas et de l’exotisme des sociétés décrites…Si loin du désenchantement ! Je me souviens que le jour de mon départ, avant de passer la porte, Corinne m’avait lancé: « Je suis sûre que tu vas beaucoup apporter à l’anthropologie ! ». Ma mère m’avait dit qu’elle était gentille. Moi, j’envisageais d’en devenir capable…

A la fin du rapport de stage, il nous était demandé de faire le lien entre nos études et l’avenir. A sa relecture, onze ans plus tard, je me rends compte que j’ai fait exactement ce que j’avais écrit : après un bac général, je suis partie une année à l’étranger afin d’élargir mes horizons et me confronter à l’altérité, après quoi j’ai entrepris des études d’anthropologie. Ce que je n’avais pas prévu, c’est qu’ayant découvert l’Amérique centrale, je les réaliserais à la fac de Nanterre, afin de partir un an en échange au Mexique, puis que j’entrerais à l’EHESS de Paris pour le Master.

C’est lors de la rédaction de mon mémoire, intitulé Des expériences intimes de la translocalité. Usages du « lieu », usages de l’Autre et élaborations identitaires en situation touristique (Tulum, Quintana Roo, Mexique), que j’ai été amenée à me remémorer mes quatorze ans. Tenue d’expliquer le choix de mon objet d’étude, je l’introduisais par le constat suivant :

« Ce mémoire est parti de l’interrogation éminemment générale, commune et sujette à controverse : Qu’en est-il des « identités » dans la « globalisation » ? De fait, il s’agissait de la question à la mode au début des années 2000, quand mon intérêt pour l’anthropologie s’est éveillé. Si son omniprésence dans les médias la rendait intrigante aux yeux de l’adolescente que j’étais, elle s’accompagna du souhait de la disséquer pour mieux la comprendre, bref de la déconstruire. Les années qui suivirent me fournirent le matériel conceptuel et empirique nécessaire à l’entreprise de ce projet. »

La prochaine étape est lancée : me voilà doctorante, de retour dans le sud, où je compose ma thèse dans les locaux familiers de la MMSH

Le plus fou dans tout ça, c’est que je l’avais prévu !

Mélissa Elbez – Contact : Melissa.elbez[@]ehess.fr

Crédits photographiques : Corinne, Mélissa et Véronique photographiées par Benjamin Vettori à la MMSH, 24 janvier 2012.


  1. Elaboration de sources filmiques en histoire : la représentation du grand Mariage pour les jeunes Comoriens à Marseille par Franck Salingardes, maîtrise d’histoire sous la dir. de Maryline Crivello, Université de Provence, 2000, 130 p. []