Archives par mot-clé : stage

Compte-rendu de stage : à propos de la Cité radieusede Marseille

En tant que sociologue, boursier post-doctoral de l’Académie Roumaine – Filiale de Iasi[1] –, étant en même temps enseignant à l’Université Petre Andrei de Iasi, j’ai décidé d’effectuer pendant le mois d’août 2011 un stage de documentation à l’étranger. Mes sujets de recherche portent principalement sur la sociologie des communautés et dans le cadre du projet de la Filiale de Iasi de l’Académie Roumaine en sociologie urbaine, mon sujet est ainsi formulé : Une mise en perspective communautariste de la vie sociale dans l’espace urbain roumain. Mécanismes d’institution et de perpétuation des dysfonctionnements sociaux.

Le concept des archives de terrain m’a toujours semblé extrêmement attractif. Dans le cadre de mes recherches, j’ai jusqu’ici utilisé majoritairement des données quantitatives. Aussi, il m’a semblé opportun d’équilibrer mon approche en m’intéressant aux enquêtes qualitatives. Je me suis ainsi tourné tout naturellement vers la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme où j’ai pris contact avec Véronique Ginouvès, une professionnelle passionnée par les Archives sonores.

La diversité et la complexité des données existantes à la phonothèque de la MMSH sont nombreuses puisqu’elle met à la disposition des chercheur plus de 5000 heures d’archives : pour un stage court cela peut être décourageant si l’on tente d’identifier tout seul le corpus le plus intéressant à traiter en fonction de sa spécialité. Véronique Ginouvès m’a proposé de travailler sur un corpus en lien avec mon domaine d’expertise, et je l’en remercie. Il s’agissait d’un ensemble d’enquêtes concernant « l’unité résidentielle » Cité Radieuse de Marseille, première des cinq constructions architecturalement identiques réalisées selon les plans et la vision de l’architecte Le Corbusier.

Celui-ci proposait à l’époque une construction capable d’offrir l’opportunité du développement d’une vie sociale riche pour les résidents, une solution pour la création d’un esprit communautaire dans un bâtiment typiquement urbain. Par ailleurs, ces enquêtes étaient assez originales puisqu’elles n’avaient pas été enregistrées dans le cadre d’un programme de recherche comme c’est le plus souvent le cas  à la phonothèque de la MMSH mais par un citoyen soucieux de patrimonialiser la mémoire de ce projet architectural et de ses premiers habitants.

Cette série d’entretiens a été réalisée par Serge Mercier, journaliste photographe de presse, auprès de Suzane Lherisson, Présidente d’honneur de l’Association des Résidents de l’Unité Résidentielle Cité Radieuse de Marseille. Excepté pour l’une d’entre elles, les enquêtes sont enregistrées en présence d’une tierce personne résidente, intervenant secondaire, et elle-même ancienne Présidente de l’Association des résidents. Cette dernière accompagne l’enquêteur, mais elle intervient parfois en tant qu’ancienne habitante. Un des paramètres significatifs de ces enquêtes est d’ailleurs que les trois interlocuteurs habitent tous la Cité Radieuse. D’après ce que nous avons déduit du contexte d’enquête, le sujet principal a habité « Le Corbu » à l’époque des premiers locataires (1952), la seconde s’est installée en 1999, l’enquêteur étant locataire depuis 2001.

Le corpus est constitué de 17 fichiers audio numériques, totalisant 25 heures 15 minutes, enregistré sur plusieurs semaines au cours de l’été 2009. Le témoin au centre des entretiens est unique : pendant des décennies, Suzane Lhérisson s’est consacrée à l’Association et en général à la vie commune de la Cité Radieuse. Elle a conservé toutes les archives de l’Association dès 1952, au tout début des logements mais en a constitué également autour de la construction de l’immeuble. Bénéficiant d’une mémoire infaillible, même à un âge avancé, et s’appuyant sur ses archives personnelles, elle nous offre une image précise et étendue sur ce que peut être l’expérience d’habiter dans la Cité Radieuse.

Pour les aspects de nature technique, épistémologique et méthodologique, vous pourrez consulter les notes et les observations rédigées  dans la fiche corpus présentant les enquêtes qui sera mis en ligne sur la base Ganoub. J’ai indiqué aussi une série d’autres sources utiles sur ce sujet.

Ma mission a été double. D’une part, j’ai réalisé une approche primaire sous forme d’écoute linéaire des données sonores pour permettre aux autres chercheurs de les consulter plus facilement. J’ai ainsi identifié dans chaque fichier des séquences thématiques et créé des séquences chronothématiques, saisi une fiche standard pour chaque fichier avec un résumé succinct des informations signalétiques. D’autre part, j’ai réalisé une analyse secondaire des données dans la  perspective de mon thème de recherche en abordant  la question de l’apparition significative de l’esprit communautaire et sa matérialisation dans cet immeuble. Je l’aborderai dans un article à paraître à l’automne prochain.

Ce corpus est l’occasion, pour les chercheurs, de mieux comprendre le fonctionnement de la vie associative dans un complexe locatif aussi particulier que celui de la Cité radieuse. L’ampleur, la précision et la profondeur de ces informations sont vraiment rares. Il y est question d’une histoire de la vie quotidienne sur plus de 6 décennies et du récit de la création et du développement d’une vaste Association de locataires qui dépasse les initiatives similaires. Y sont aussi dépeints un enchaînement d’évènements intéressants et de personnages exceptionnels. Nombre de moments de la vie quotidienne dans le complexe y sont décrits : fêtes diverses, vie scolaire et sportive, interaction entre les résidents, initiatives de développement et de préservation, influence de l’aménagement de l’espace sur les relations, qu’il s’agisse des relations entre  membres d’une même famille ou entre voisins… Ces entretiens sont aussi, de façon sous-jacente, une véritable plaidoirie pour l’implication des citoyens dans des activités collectives, hors de l’espace de son propre logement car ils évitent la dégradation de l’espace collectif.

J’ai bénéficié au cours de ce stage d’une excellente opportunité pour mon développement professionnel et je veux remercier encore une fois à Véronique Ginouvès pour tout ce qu’elle fait au sein de la phonothèque et qui fait preuve d’un professionnalisme impeccable. Un grand merci à Corine aussi, une collègue de bureau toujours très attentive et dévouée.

 

Auteur : Tudor Pitulac

Contact : tudorpitulac[at]yahoo[dot]com

Blog post in english : http://phonotheque.hypotheses.org/5470

Post în româna : http://phonotheque.hypotheses.org/5491

Note – Photographie réalisée dans le cadre de ma visite effectuée à la Cité Radieuse le 14 août 2011.

 


[1]          Iasi est, en Roumani, le chef-lieu de la région de Moldavie.

Le « Bulletin de l’AFAS » se renouvelle

L’AFAS [Association des détenteurs de documents audiovisuels et sonores] est une association créée en 1979 sur l’initiative de responsables de fonds d’archives sonores ou de phonogrammes inédits ou édités à vocation de recherche, d’études ou d’usage professionnel. Elle a pour finalité de réunir et informer les personnes et institutions qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités. Depuis peu, son bulletin,  le Bulletin de l’AFAS, a été accepté sur  Revues.org, le plus ancien portail d’édition électronique français dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales.

Actuellement stagiaire  Master II en documentation à l’Université Lyon 1 et l’Enssib dans le cadre de la formation continue, passionnée par le son et les langues, j’ai découvert à la Phonothèque de la MMSH une diversité de fonds d’archives impressionnante. L’une de mes missions de stage était la reprise après migration du Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS, devenu Bulletin de l’AFAS après son intégration sur la plateforme Revues.org. Le Bulletin de l’AFAS a d’abord été édité en 1980 sous le nom de Sonorités. Au lancement du numéro 0 en janvier 1980, Sonorités avait pour objectif de faire le point sur les activités de l’AFAS, association créé en février 1979. Cette publication avait tout d’abord pour ambition de répondre à un besoin précis dans un contexte où les enregistrements commencent à proliférer, générant en cela de nouvelles problématiques d’ordre juridique ou déontologique. Elle était aussi considérée comme un lien concret entre les adhérents et l’association favorisant une meilleure prise de conscience des richesses que constituent en France, ces innombrables fonds d’archives sonores et la nécessité de mieux les protéger, les connaître et les utiliser. Le Bulletin de liaison des adhérents de  l’AFAS a remplacé celui des Sonorités en 1993, reprenant les même sujets d’étude et il a été mis en ligne dès 2005.

Le son et l’archive

Qu’est-ce que le son ? Une vibration, une fréquence, mais surtout, une manifestation de vie dans sa diversité et sa richesse ; toujours pratiquement porteur de sens, quelque qu’en soit l’émetteur. Parfois, il se trouve qu’il ne délivre pas de message, ou seulement à qui sait l’entendre. Il y a tout type de sons, le bruit de fond, le bruit des objets inanimés, le chant, la parole, la musique instrumentale. Il témoigne en tout cas de l’extraordinaire diversité des êtres humains. L’Homme moderne occidental ignore volontairement ou involontairement certains sons, car il vit dans un environnement sonore riche. Les preneurs de sons, animés par une volonté curieuse de collecte de la mémoire, les moissonneurs de témoignages ont cette qualité extraordinaire d’aller chercher le discours, la musique, le son et d’en mémoriser l’écho. L’univers sonore est suggestif et pouvoir écouter des témoignages sans image aussi est parfois plus porteur de sens que lorsque l’œil est attiré par une couleur, un visage. L’oral à souvent été déprécié par rapport à l’écrit. Or, ses valeurs sont intrinsèquement liées à une forme d’authenticité et de spontanéité qui ne se retrouve plus dans le texte.

L’homme a toujours eu la curiosité de s’intéresser à tous les phénomènes qui l’entourent. Cette curiosité insatiable se retrouve dans les bases de données auxquelles le navigateur peut accéder en cliquant sur les liens proposés par le Bulletin de l’AFAS. Celui-ci ouvre ainsi des portes sur d’autres univers. Vous êtes sur un site de sons et vidéos animaliers, toujours sous l’onglet des Sites Sonores du Bulletin, le site des patrimoines de musique du monde, les radios du Smithsonian dont l’objectif de est de renforcer les liens entre les cultures, et de rapprocher les gens, à travers le biais des musiques traditionnelles dont le but, de fournir à chacun un outil pour retrouver son héritage personnel à travers une collection de fonds sonores soignés et précieusement choisis. Mais il y aussi le site des plus vilains sons, projet amusant de l’université de Salford (vous souvenez-vous du bruit de la craie sur le tableau noir), celui des voix de poètes en langue anglaises (Kipling, Thomas Hardy…) dont les voix uniques traversent l’éternité, l’association de Soutien à la production indépendante de documentaires qui possède un grand nombre de conférences sur différents sujets d’actualité, etc. Ces témoignages ainsi collectés sont riches de réflexions sur le monde.

Avec le son, l’émotion surgit inévitablement. Dans un témoignage oral, l’intonation d’une voix, les silences, les rires nous renseignent parallèlement à ce qui est dit. A ce sujet, l’article de Latitia Nicolas concernant « La part du sensible dans l’écoute et ses conséquences sur le traitement documentaire d’archives sonores en anthropologie »‘, qui prend ses distances avec les pratiques pour s’attacher aux affects de ceux qui appliquent leur savoir à collecter ou analyser les archives sonores, est une étude à consulter.

Le rôle du bulletin

Avec le Bulletin de l’AFAS, vous trouvez des discographies, des articles sur des thèmes qui concernent la préservation du patrimoine sonore. Actuellement la mission du Bulletin de l’AFAS n’a fondamentalement pas changée. cependant le contexte des archives sonores s’est élargi : nouvelles technologies, évolution de la recherche, multiplicité des supports et progrès du net,  les questions débattues nécessitent des expertises plus grandes aussi. Dans les articles du Bulletin de l’AFAS, les chercheurs en ethnologie, sociologie, anthropologie s’interrogent sur les missions des archives orales, ses fondements. Ils collectent les témoignages à travers leurs pérégrinations aux sources des fonds populaires. Mais dans ce bulletin, on peut aussi découvrir les techniques de numérisation des fonds sonores, du cylindre au son numérisé actuel. Les missions du documentaliste, ou du phonothécaire mis sur le devant de la scène avec les évolutions technologiques y sont clairement débattues : travail sur la pérennisation des documents, leur valorisation, la mutualisation des connaissances, leur rôle dans le choix documentaire lors de la prise en charge du document pour sa conservation.

A ce sujet, le travail de Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou dont le Guide d’analyse documentaire du son inédit (qui s’attache à la conservation des supports et des données numériques) répond aux préoccupations des phonothécaires publié par l’AFAS en 2001 en collaboration avec la FAMDT. Les articles, discographies, veille technologique sur les dernières technologies pour la sauvegarde du son, remontent à 1979. On retrouve avec émerveillement des articles traitant des technologies d’autrefois : les cylindres du musée de Berlin, l’histoire du disque à saphir etc., des témoins d’une époque où le son conservé était encore presque aussi volatile que lorsqu’il était émis. Tout ceci est à votre portée avec le Bulletin de l’AFAS.

Ainsi, ce bulletin est le reflet de l’activité d’une association qui propose depuis de nombreuses années, des colloques, des rencontres professionnelles diverses, dont l’enthousiasme de ses membres pour le patrimoine sonore transforme le bulletin en site d’information pour les formations, les astuces techniques des professionnels du son, les projets de sauvegarde des fonds sonores et de leur valorisation. Un article aura un regard historique, un autre s’attardera sur une expérience concrète de numérisation, à des fins de préservation et de consultations. Un autre saura prendre le sujet sous l’angle de la linguistique. A signaler aussi, l’article portant sur le travail de La Bibliothèque nationale de France qui en 2009, a élargit son offre de documents sonores sur le web avec Gallica 2, une collection de plus de 500 enregistrements. Un article va décrire avec précision la méthode, les procédures tant techniques que documentaires et juridiques qui ont permis à la Bibliothèque publique d’information de rendre accessible la mémoire sonore numérique des événements et manifestations qu’elle a produits et accueillis. Un texte saura amener une réflexion autour du silence : méthode et la théorie pour étudier ce contrepoint de la parole et du bruit, ce qui habille la musique, et que John Cage a immortalisé dans son œuvre intitulée : 4’33. De nombreux textes, bien sûr, approfondissent la question de l’archive sonore, sa collecte active et raisonnée, sa diffusion et son assimilation. Audacieux, un article d’Hélène Wallenborn Analyser un fonds de témoignages audiovisuels de survivants des camps nazi sur la collecte et l’interprétation des témoignages des rescapés des camps amène des réflexions sur l’histoire orale, son rôle et sur la place du passé dans nos société contemporaines. Il faut enfin signaler l’enquête menée par l’AFAS et la Bibliothèque nationale de France “Inventaire des fonds sonores édités patrimoniaux dans les collections publiques en France” sur l’édition phonographique des cylindres, disques 78 tours et microsillons (voir aussi le Groupe de travail sur le disque). Les questionnaires de l’enquête sont en ligne, n’hésitez pas à y répondre si vous avez dans votre établissement des 78t à signaler.

L’environnement éditorial

Le renouvellement du site du Bulletin de l’AFAS n’aurait pas pu se faire sans le soutien de l’équipe de Revues.org et en particulier Lisa George qui a étroitement suivi le changement de version du logiciel d’édition électronique Lodel. Lodel, est un CMS (Content Management Systems – systèmes de gestion de contenus) utilisé pour produire à travers le monde de nombreuses revues. Lodel a de nombreux atouts et en particulier le respect des normes d’édition sur le Web (Métadonnées, Dublin Core, syndication par flux RSS). En outre, les personnes ne connaissant pas les techniques du Web peuvent aussi mettre des documents en ligne facilement. La dernière version de Lodel sur laquelle est migrée le Bulletin de l’AFAS a beaucoup évolué par rapport à l’ancienne.  C’est ainsi que les numérisations d’ anciens articles ou discographies ont pu être chargées sur le site. Ce sont à présent plus d’une centaine d’articles et une centaine d’annonces, compte-rendus, et informations pratiques, une soixantaine de notices, auxquels viennent se joindre liens et flux de syndication qui sont sur le Bulletin de l’AFAS.

En conclusion

Ainsi, tout l’intérêt de ce nouveau bulletin repose sur l’ancienneté de l’AFAS et sur l’effort fait pour mettre en ligne dans la mesure du possible les anciens numéros qui jusqu’à présent étaient sous version papier, afin qu’à la lecture naisse une compréhension de l’évolution des méthodes d’enregistrement, de transmission et de production des sources sonores. De ce fait, en plus des anciens numéros jusqu’à présent sous version papier uniquement du Bulletin de l’AFAS, vous avez aussi accès à quelques articles extraits de Sonorités qui a précédé le Bulletin de l’AFAS. De nombreuses discographies vont vous faire revivre les belles heures de la chanson française (Edith Piaf, Georges Brassens, …). Peut être aussi découvrirez-vous certains noms de chanteurs oubliés, ceux que l’on a qualifié de « chanteurs maudits » ?
Vous l’aurez compris, les objectifs du Bulletin de l’AFAS sont la mise en valeur du patrimoine sonore, de multiples réflexions sur la collecte, l’archivage et la préservation du patrimoine sonore. La richesse des réflexions menées, la multiplication des informations apportées lui donnent un intérêt pour de nombreux visiteurs. Le Bulletin de l’AFAS est plus que jamais un « lieu de rencontre, un carrefour pluridisciplinaire et multi-thématique, témoin de la richesse d’un patrimoine sonore et audiovisuel en pleine mutation ». A propos, nous vous invitons  à proposer à l’équipe éditoriale du Bulletin de l’AFAS, les sites sonores qui vous paraissent intéressants, vos articles, ou à faire part de vos remarques.

J’espère donc que vous aurez la curiosité d’aller sur le site : Bulletin de l’AFAS, dont les articles de fonds montrent l’effervescence scientifique sur le domaine des archives audiovisuelles et sonores.

Crédit photographique : « Etiquette de disque pyral conservé à la BnF »

Documentation du fonds Olivier Féraud : mon expérience de stagiaire à la phonothèque de la MMSH

Je me répétais: tu sais que dans les moments importants de ta vie tu as de la chancetu trouveras… de nouveau étudiante à presque 30 ans, un peu frustrée par mon accent étranger, j’avais besoin de trouver un stage pratique qui puisse correspondre à mon Master Monde du Livre à l’Université de Provence. J’ai été acceptée à la Médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, un campus de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, spécialisé sur le monde méditerranéen. Cette médiathèque constitue un important appui documentaire pour les étudiants en sciences humaines et sociales. Elle est constituée de trois services (la bibliothèque, l’iconothèque et la phonothèque) qui rassemblent des fonds et des collections en provenance de divers laboratoires de la MMSH.

Je suis restée une semaine dans chacun des services et mon expérience à la phonothèque a été particulièrement riche car j’ai pu suivre un projet du début à la fin. Le projet du stage portait sur le traitement documentaire d’enquêtes de terrain réalisées dans le cadre de la thèse de doctorat d’Olivier Féraud, rattaché au  LAIOS, Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire des Institutions Culturelles. Ethnomusicologue, Olivier Féraud a réalisé en 2003 un mémoire de maîtrise intitulé Les voix du marché : le cri de marchand et son écoute, sous la direction de Bernard Lortat-Jacob. Il est également  musicien, luthier et chercheur en archéomusicologie. Consultable en ligne sur TEL, sa thèse, Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples propose une approche pluridisciplinaire où la production sonore se révèle le centre de la vie sociale du quartier, mettant en avant les relations des acteurs quotidiens.

Il ne s’agissait pas de numérisation puisque les enquêtes étaient déjà au format numérique : Olivier Féraud avait réalisé ses enquêtes au format Wave. Mon travail consistait principalement à les écouter ou visionner les films (formats mov, m4v) pour que je puisse les analyser et les cataloguer. Pour chaque enregistrement, je rédigeais un résumé explicitant le contenu et le contexte de la production,  ses caractéristiques, le but de l’émission vocale et remplissais les différents champs de la base de données. Je travaillais sur le logiciel documentaire de la phonothèque, Alexandrie. Aucun détail qui pourrait définir le mieux un document sonore ne devait pas échapper à cette analyse. Alors pour chaque enquête j’indiquais ainsi la cote, le numéro d’inventaire, le nom de l’enquêteur et de l’informateur, le genre du document (ex: expression vocale, paysage sonore), la durée de l’enregistrement, les noms cités, les lieux cités, les instruments, les descripteurs, la production et technique du son, sa qualité. Avec l’aide de Marie Doumain qui travaille depuis deux ans à la phonothèque, j’ai réussi à comprendre  le fonctionnement d’un thesaurus documentaire et appris à sélectionner les descripteurs. Une fois les données validées par la responsable du service, j’ai imprimé un catalogue pour le chercheurs avec des index afin que lui aussi relise et reprenne éventuellement le travail réalisé. Enfin, avec l’accord du chercheur et en fonction de la volonté des informateurs, les enregistrements sonores ont été mis en ligne en lien avec les notices documentaires.

Les 23 enregistrements sonores enregistrés à Naples, constituent un corpus d’une durée totale de 43 minutes à laquelle s’ajoutent 6 séquences audiovisuelles, d’une durée totale de 40 minutes. J’ai découvert un paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouaient dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural. Pour tout documenter, je me suis appuyé sur le Guide d’analyse documentaire du son inédit et bien évidemment sur la thèse d’Olivier Féraud qu’il considère une approche pluridisciplinaire en abordant des aspects relevant de l’anthropologie sociale, la microsociologie, l’anthropologie urbaine, l’anthropologie de la communication, la sociolinguistique, l’anthropologie sensorielle et la prosodie.

Maintenant peut-être avez-vous la curiosité de faire la connaissance de Pino qui lance des appels exposant les attributs du poisson d’une voix incisive pour susciter l’urgence et l’envie ? Je vous laisse vous imaginer son âge, son portrait, son histoire racontée par ses mélismes.

Impossible de ne pas tambouriner le rythme en écoutant une « tammurriata » pendant la fête de Monte Somma, mieux connu sous le nom de « Vésuve », interprétée pour vous par le groupe ‘A parenz’ d’Auniundo .

Enfin, malgré la chaleur de l’été l’envie vous viendra peut-être de vous préparer des marrons chauds en écoutant un castagnaro (vendeur de marrons). Ce n’est pas grave si vous ne connaissez pas la langue napolitaine, ses explications sont sous-titrées en français.

Olivier Féraud a réussi à associer l’image et le son dans des diaporamas, sorte de « films sonores » qui offrent une nouvelle façon de contextualiser les enquêtes orales. L’un d’entre eux vous invite à la fête qui a lieu le mardi in albis, après les Pâques. Tout en écoutant un canto sul tamburo, des photos des chanteurs avec leur auditoire glissent sous vos yeux.

A vous désormais de reconstituer le puzzle de ce quartier populaire de Naples !

Crédits photographiques : Alina Zaharia, la station de numérisation de la phonothèque de la MMSH.

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d’un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

A propos de l’indexation de corpus sonore en langue rare

Si le métier de phonothécaire est parfois méconnu, le rôle que joue ce spécialiste au sein de la communauté des professionnels de l’information et de la documentation, n’en est pas moins primordial : à une époque où les NTIC révolutionnent littéralement le travail des documentalistes, les archives sonores, jusque là peu valorisées, prennent tout leur sens dans un tel contexte de développement et de mutualisation des informations.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai décidé d’effectuer mon stage de Licence Professionnelle Information et Documentation [PDF] au sein de la phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence. En effet, bien que les missions confiées au phonothécaire soient communes à tous les documentalistes, la spécialisation dans le domaine de l’audiovisuel constitue à mon sens, un enjeu de taille compte tenu de l’évolution rapide et constante du métier.

Le documentaliste audiovisuel [PDF] et notamment le phonothécaire, doit aujourd’hui être capable de gérer le passage d’un fonds manuel en fonds numérique, et c’est bien là que se situe son défi. La gestion de projet, qui suppose l’investissement croissant dans la production et le travail éditorial, la responsabilité de la diffusion en ligne et la gestion des droits, constitue l’essence même du métier.

C’est pourquoi le projet de stage que m’a proposé Véronique Ginouves m’a séduite : le fonds sonore en juba-arabic sur lequel je travaille actuellement, m’a ainsi permis d’appréhender efficacement les enjeux du métier. La démarche de réflexion qu’exige un tel travail s’articule autour de quatre axes principaux :

  • Travail d’inventaire des documents
  • Numérisation et archivage
  • Analyse documentaire
  • Valorisation du corpus (édition de catalogue et mise en ligne)

Plus concrètement, le projet de traitement et de valorisation du fonds sonore de Catherine Miller repose sur le dépôt à la phonothèque de ses enregistrements audio réalisés au cours de ses recherches en ethnolinguistique. Catherine Miller a enregistré sur deux années (1981 et 1984) cinquante-sept enquêtes au Sud Soudan. Dans cette région charnière entre le monde arabo-musulman et le monde africain, s’est développée à partir de la deuxième moitié du 19ème siècle, une variété d’arabe véhiculaire appelée juba-arabic. Ce phénomène, qui s’est répandu tout au long du 20ème siècle, a été particulièrement observé à Juba où ont été réalisées la plupart des enquêtes. A partir de ces matériaux, Catherine Miller a étudié l’expansion du juba arabic au détriment des langues vernaculaires du Sud Soudan et le lien avec la situation économique, culturelle, politique du pays à ce moment là.

Évidemment, travailler sur un corpus sonore dont on ne connaît pas la langue rajoute encore à la difficulté de traiter le fonds. Il s’agit donc d’entretenir avec le déposant des échanges réguliers au sujet de l’avancement du travail. Au départ, mon choix s’est porté sur le corpus de Catherine Miller car mon goût pour les langues étrangères rares et l’ethnologie m’y ont poussé. Et il convient de souligner que le corpus en question était non seulement numérisé mais aussi très bien documenté.

Pourtant, même avec des fonds numérisés au préalable, le traitement documentaire reste délicat. Car qui dit documentation dit interprétation, et rien n’est plus difficile qu’interpréter une langue inconnue. Il faut dès lors se concentrer sur le contenu en faisant sans cesse des liens entre les informations léguées par le chercheur et les informations récoltées au cours de l’analyse du fonds sonore (environnement sonore, intonations des voix, hésitations, silences, rires…)

Et bien que je ne parle pas le juba-arabic, je constate cependant avec satisfaction qu’au fur et mesure de la progression de mon traitement, j’acquiers des réflexes utiles et des connaissances précieuses en matière de documentation (méthode et organisation dans le travail, méthode d’archivage, utilisation de logiciel de SGBD, thésaurus).

Vive la phonothèque!

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques :

Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for for Fith Liberty Loan in New York City, 1895. Photographie imprimée en noir et blanc. Gabriel Moulin, San Francisco, USA. Powerhouse Museum Collection. Permalien: http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920 . Pas de restriction de diffusion connue.

Soudanais de la tribu Gâlièh [1860-1920], photographie de 25 x 20,5 cm. Source Photographs and prints of Egypt and Syria. Stephen A. Schwarzman Building / Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs. Permalien: http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?88421. Pas de restriction de diffusion connue.