Archives par mot-clé : stockage

Le vrai retour de la cassette

Il en a été question tout récemment dans ce carnet : la cassette audio n’est pas morte… Elle dominait les supports sonores dans les années 1990 (justement cette année là, 442 millions d’exemplaires avaient été vendu) puis ses ventes ont chuté brutalement au début du 21ème siècle (en 2007, ce n’était plus que 274 000 exemplaires qui avaient trouvé acheteur). La voilà qui se fait une deuxième jeunesse.

Car il semblerait que la cassette va bel et bien revenir sur le marché. Sony vient d’en inventer une qui pourra contenir 185 téraoctets de données ! Présentée lors de l’International Magnetic Conférence qui a lieu ces jours-ci (4-8 mai 2014) à Dresde, il semble que la bande magnétique ait encore de beaux jours devant elle… En effet, d’après les calculs du  blog ExtremeTech une seule bande pourra contenir environ 64,75 millions de chansons, assez de musique à écouter pendant 134 896 jours (si on considère qu’une chanson dure environ 3 minutes). A la phonothèque de la MMSH nous arrivons à saturation de nos disques après occupation de 8 téras de données… vite, une cassette !

Sourcehttp://consequenceofsound.net/2014/05/r-i-p-ipod-sony-unveils-cassette-tape-that-can-hold-64750000-songs

Le Monde en a parlé aussi (le 6 mai)  : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2014/05/06/une-super-cassette-pour-stocker-des-donnees_4412060_651865.html

Crédits photographiques : photographie d’un graph de rue, Heart-shaped glasses, Blogaaja.fi

En ligne : Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel

Le Museum Association of Newfoundland and Labrador pour le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP) viennent de publier en ligne1 un Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel.

Ce document fait un point sur tous les outils et les méthodes à notre disposition pour prendre en compte le patrimoine culturel immatériel (PCI) dans les projets de numérisation. Pour expliquer leur démarche, les auteurs partent de l’exemple du « caveau à légumes » (cf. photographie ci-dessus) pour nous faire comprendre l’intérêt de l’archivage numérique du PCI :

Qu’est-ce qu’une entrevue enregistrée au sujet d’un caveau à légumes peut nous apprendre sur le mode de vie des gens de l’époque? À qui cette information pourrait-elle être utile et comment pourrait-elle avoir un effet positif sur une communauté? Le fait de documenter les pratiques traditionnelles, comme la façon de bâtir un caveau à légumes et d’y entreposer des aliments, est important parce que si nous ne prenons pas le temps d’apprendre le savoir-faire du passé, certaines formes de connaissances traditionnelles pourraient devenir inaccessibles aux générations présentes et futures. La documentation est essentielle à la sauvegarde de notre patrimoine culturel immatériel. Cette pratique est importante pour le développement des communautés, puisqu’en contribuant à perpétuer des coutumes et des pratiques d’une valeur inestimable, elle atteste des expériences de vie des membres plus âgés d’une collectivité. Par ailleurs, en partageant du patrimoine culturel immatériel, on incite les jeunes générations à réfléchir à la façon dont certains aspects de leur communauté ont changé, et pourquoi. Alors que de plus en plus de caveaux à légumes donnent des signes de délabrement, les photographies et les histoires ont le pouvoir de nous rappeler que certaines traditions qui se perdent pourraient éventuellement redevenir utiles ou populaires dans l’avenir.

Après avoir décrit les processus de numérisation étape par étape pour les fichiers audio et vidéo et les documents photographiques, le guide présente une étude de cas sur un projet d’archives de l’Université Memorial de Terre-Neuve. Un chapitre sur le stockage et la gestion des données, un glossaire et des liens vers divers outils (comme le wiki d’Audacity) complètent ce document fort utile à tous ceux qui s’intéressent à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le guide donne malheureusement trop peu d’informations sur les métadonnées et l’indexation au fil de la numérisation pour être complet. Il vous faut donc, l’associer aux guides de bonnes pratiques qui existent déjà dans le domaine de l’audiovisuel :

– Les guides publiés par la TGIR HumaNum  comme les Guide des bonnes pratiques numériques (2011) et le Guide méthodologique pour le choix de formats numériques pérennes dans un contexte de données orales et visuelles (2011) ;

– La BnF a publié en 2009 un document sous le titre Écrire un cahier des charges de numérisation de collections sonores, audiovisuelles et filmiques et met régulièrement à jour les pages professionnelles sur la numérisation.

– Le Ministère de la culture met en ligne sur une page des ressources sur la numérisation, le catalogage, l’indexation et le catalogage des documents numérisés en direction des professionnels dont malheureusement les liens ne sont pas toujours mis à jour.

Bon travail à tou-te-s ! Merci à nos collègues canadiens de partager leur méthode.

 

Merci à Aude Da Cruz-Lima (Centre de Recherche en Ethnomusicologie LESC UMR 7186 CNRS) pour sa relecture.

Crédits photographiques : Le caveau à légumes de la ferme Robichaud, au Village historique acadien, photographie de Dr Wilson, août 2008, licence CC BY-SA 3.0.

  1. La mise en ligne date du 30 septembre 2013. []

Cherche à graver cédé désespérement

DISQUES VERTS

Le supports pérennes de conservation des documents numériques ne sont pas encore vraiment établis et le disque compact est encore pour l’instant, dans une phonothèque de recherche, un moyen de conservation sûr (au moins pour quelques années 😉 – je ne m’avance pas trop pour ne pas subir une avalanche de commentaires sur la durée de vie d’un cédé) et une façon de mettre en consultation simplement ses documents. Bien sûr, à la phonothèque de la MMSH, nous réfléchissons à d’autres moyens de conserver nos fichiers son. Lorsque nous commençons à travailler sur un projet, le travail de numérisation est enregistré sur des disques durs externes, nous mettons aussi en place des collaborations avec des institutions dont les missions sont avant tout la conservation (par exemple les archives départementales des Bouches-du-Rhône dans le cadre du projet sur la mémoire arménienne). Mais tout cela ne nous empêche pas pour le moment de continuer à graver nos enquêtes orales sur des cédés : un cédé audio pour la consultation, un cédérom avec les fichiers en WAVE pour la conservation. Tout ça pour dire…

Ces jours-ci nous avons terminé l’analyse de plusieurs collections et nous voulions donc graver sur cédé les fichiers sonores mais voilà… Lorsque nous nous sommes tournés vers notre habituel revendeur à qui nous achetions fidèlement les Quantegy à la phthalocyanine, il nous a appris qu’ils n’étaient plus fabriqués. Je me suis donc tournée vers les disques de technologie AZO sur les conseils de plusieurs de mes collègues. Or, ce matin, sur la liste Oral History plusieurs messages viennent en écho, nous montrer que nos collègues nord-américains se trouvent dans les mêmes affres. L’un d’entre eux écrit :

Gold CDs that are manufactured with Phthalocyanine dye (which means they’ve been manufactured by Mitsui/MAM-A regardless of the final branding on the disc) are considered to be more stable over time than
discs manufactured with Cyanine or Azo dye.  Are they?  You got me.  But as I noted above, CD longevity is a complex .

Devant la complexité de la chose, je me languis d’intégrer le programme SPAR, dans le cadre des pôles associés à la BnF.

Crédits photographiques : galerie Flickr de FormFire Glasswork (CC 2.0)