Archives par mot-clé : support

Happy International (sound) Archives Day 2017!

Pour la journée internationale des archives nous vous proposons d’écouter celles de la phonothèque de la MMSH qui sont en ligne bien sûr, et pourquoi pas depuis Europeana, mais nous profitons de l’événement pour faire un focus sur la radio d’ Europeana Sounds. Vous y entendrez – entre autres – issus des archives de la Phonobase1,  des fragments sonores reproduits d’après des enregistrements commerciaux sur disques et cylindres, publiés en France et en Europe entre 1888 et 1920. Continuer la lecture de Happy International (sound) Archives Day 2017!

  1. Cette base de données sonore a été réalisée par notre collègue du du LARHRA,  Henri Chamoux, inventeur de l’archéophone et cristal CNRS 2017. Profitons de cette note pour lui envoyer toutes nos félicitations ! []

La longue vie de l’analogique

Statista-Infographic_1465_vinyl-lp-sales-in-the-us-

Le New-York Times a publié récemment (16 janvier 2014) un bref article reprenant des chiffres sur les usages du livre et du disque, numériques et analogiques. Le paradoxe peut étonner : à la différence du livre, dans la musique les usages numériques sont dominants (alors que 4% des lecteurs se déclarent « e-books only ») et pourtant, les ventes de vinyles n’ont  cessé d’augmenter depuis 2007, avec un saut de 6 millions en 2013 en Amérique du Nord.

Pourquoi écouter encore de la musique sur un vinyle ? La qualité du son n’est pas en jeu. Une étude de 2004 réalisée par la NHK démontre qu’il est très difficile pour un auditeur, même averti, de faire la différence entre un son analogique et numérique1… Les explications sont nombreuses et complexes et ne se réduisent pas au fétichisme ou au retour au passé. En 2011 sur le blog  de Paste Magazine, Tyler Kane avait demandé à 20 vendeurs de disques leur avis sur le retour du vinyles. Ainsi, Terry Currier de Music Millenium insiste sur l’importance du livret et de la pochette qui accompagnent les supports analogiques et de leur aspect artistique2. Pour Michel White de Sound Warehouse la musique numérique est comme un repas trop rapide, fait de quelques sandwiches qu’on s’enfourne sans y prêter attention, alors que le vinyle nécessite de se mettre à table, de s’installer et d’en discuter3. L’aspect convivial mais aussi celui de l’engagement physique revient régulièrement. D’après Matthew Bradish, d’Underground Sounds devoir s’occuper d’un lecteur et de son support implique un engagement physique qui soutient l’attention4.

Dans le blog du site Audiovisual preservation Solutions, Joshua Ranger5 revient sur ces questions et insiste sur le fait que le numérique n’est pas exclusif de l’analogique, la bataille n’a pas lieu d’être6. Il est temps de penser numérique et analogiques en terme de complémentarité plutôt que d’opposition et de profiter des expériences qui se posent pour le livre.

Voir plus de statistiques sur l’industrie de la musique sur le site de Statista.

  1. « Perceptual Discrimination between Musical Sounds with and without Very High Frequency Components », par Toshiyuki Nishiguchi, Masakazu Iwaki, and Akio Ando, NHK Laboratories Note n°486, 2004 []
  2. « Vinyl was treated more like art than the CD and especially more than digital downloads. You interface with the packaging much more with a 12″ × 12″ than you do with a 5″ × 5″ cover of the CD, thusly you learn much more about who all made it possible for the music you are experiencing. » []
  3. « Digital music is a snack. We’ve been snacking for so long that for some kids it is the only thing they have eaten their whole lives. While it is possible to survive on snacks, it’s no way to live your life. Sometimes you have to sit down at a real table with real people and eat a real meal. No music reproduction technology—from the boombox to the Mp3 player—offers the satisfying nourishment of a factory sealed 180-gram chunk of wax fresh from your local store’s shelf. » []
  4. « Vinyl requires a commitment. One tends to pay attention more to a natural, magnetic recording that could be scratched and must be attended to, to fully experience. One has to get up to flip the record or replay a track. It’s more about the album than that one “Glee” track you and your friends beat to death. Digital media, even CDs, allow many people to miss the point of a good record. I can recall someone at a party playing “I Get Knocked Down” by Chumbawumba repeatedly for over an hour and that band was better than that song. » []
  5. Enough with the winuyle already, 17 janvier 2014, http://www.avpreserve.com/blog/enough-with-the-vinyl-already/ []
  6. « And this is the second issue I have, that stories like this continue to stoke the digital/analog culture war, obviously pulling for the poor underdog analog that is being mindlessly wiped out by digital Skynet. This is a false dichotomy and a false battle. Digital and analog both exist and are not mutually exclusive. Their continued existence is the decision of the corporation that manufactures them, which is not a conflict over quality or beauty. » []

Sauvegarder ses données sur DVD, c’est possible !

Depuis les débuts de la numérisation des archives sonores, les phonothécaires archivent leurs données sur des disques optiques compacts enregistrables (CD-R) mais la capacité de ces disques est limitée à environ 650Mo. Le DVD, malgré une capacité de 4500 Mo, n’était jusqu’ici pas conseillé comme support de stockage. Les arguments majeurs portaient sur la finesse de l’écriture des données sur les DVD enregistrables qui présentaient une plus grande sensibilité que les CD-R aux conditions de gravure et aux dégradations naturelles au cours du temps.

En 2007, la Direction des Archives de France a demandé au Laboratoire National de Métrologie et d’Essais d’évaluer la qualité des DVD+R et des DVD-R disponibles sur le marché français et de déterminer si ces supports pouvaient être utilisés pour l’archivage avec une fiabilité comparable à celle des CD-R. Parue en octobre 2008 sous le titre Qualité des DVD+R et des DVD-R disponibles sur le marché pour l’archivage des données numériques, cette étude a réalisée par Jean-Michel Lambert et Jacques Perdereau du LNE. Ils ont sélectionné et testé huit références de DVD enregistrables simple couche d’une capacité de 4,7 Go. Outre l’évaluation de la qualité de gravure des différentes références, pour plusieurs graveurs et pour plusieurs vitesses de gravure, l’étude évalue également la vitesse de dégradation lorsque les DVD sont soumis à des conditions climatiques sévères (température de 80°C et hygrométrie de 85%), afin d’anticiper des pertes de données au bout de plusieurs années. Bref, voilà la lecture idéale pour l’archiviste du son qui a toujours trop peu de temps pour réaliser sa veille d’information…

Je vous laisse lire les 112 pages du rapport pour aller directement à la conclusion, page 24 (les pages suivantes sont constituées d’annexes) que je résume rapidement. Tout d’abord, première information intéressante, la  vitesse de gravure recommandée est la vitesse 8. Ensuite, sur les DVD testés, deux d’entre eux sont retenus pour leur qualité, les MPO et les VERBATIM (on retrouve ici les marques préconisées aussi par la BnF). Enfin, information essentielle, la capacité des DVD à supporter des conditions climatiques sévères comparable à celle des CD-R. Même si les DVD conservent une dégradation de qualité par rapport aux CD-R, pratiquement insensibles aux conditions climatiques sévères, après 1500 heures d’exposition les références retenues sont toujours intégralement lisibles.

Ainsi le rapport conclut sur une bonne nouvelle pour les archivistes qui jonglaient jusqu’ici avec leurs disques compacts : si on tient compte de la qualité des références utilisées, l’archivage de données numériques sur DVD±R serait acceptable au même titre que l’archivage sur CD-R.

Crédit photographique : Sqaurecircle15, galerie Flickr de Fontplaydotcom, Licence CC.

Cherche à graver cédé désespérement

DISQUES VERTS

Le supports pérennes de conservation des documents numériques ne sont pas encore vraiment établis et le disque compact est encore pour l’instant, dans une phonothèque de recherche, un moyen de conservation sûr (au moins pour quelques années 😉 – je ne m’avance pas trop pour ne pas subir une avalanche de commentaires sur la durée de vie d’un cédé) et une façon de mettre en consultation simplement ses documents. Bien sûr, à la phonothèque de la MMSH, nous réfléchissons à d’autres moyens de conserver nos fichiers son. Lorsque nous commençons à travailler sur un projet, le travail de numérisation est enregistré sur des disques durs externes, nous mettons aussi en place des collaborations avec des institutions dont les missions sont avant tout la conservation (par exemple les archives départementales des Bouches-du-Rhône dans le cadre du projet sur la mémoire arménienne). Mais tout cela ne nous empêche pas pour le moment de continuer à graver nos enquêtes orales sur des cédés : un cédé audio pour la consultation, un cédérom avec les fichiers en WAVE pour la conservation. Tout ça pour dire…

Ces jours-ci nous avons terminé l’analyse de plusieurs collections et nous voulions donc graver sur cédé les fichiers sonores mais voilà… Lorsque nous nous sommes tournés vers notre habituel revendeur à qui nous achetions fidèlement les Quantegy à la phthalocyanine, il nous a appris qu’ils n’étaient plus fabriqués. Je me suis donc tournée vers les disques de technologie AZO sur les conseils de plusieurs de mes collègues. Or, ce matin, sur la liste Oral History plusieurs messages viennent en écho, nous montrer que nos collègues nord-américains se trouvent dans les mêmes affres. L’un d’entre eux écrit :

Gold CDs that are manufactured with Phthalocyanine dye (which means they’ve been manufactured by Mitsui/MAM-A regardless of the final branding on the disc) are considered to be more stable over time than
discs manufactured with Cyanine or Azo dye.  Are they?  You got me.  But as I noted above, CD longevity is a complex .

Devant la complexité de la chose, je me languis d’intégrer le programme SPAR, dans le cadre des pôles associés à la BnF.

Crédits photographiques : galerie Flickr de FormFire Glasswork (CC 2.0)