Archives du mot-clé traitement documentaire

“La mélodie de la semaine”, à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association “La mélodie de la semaine“, offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais “All Rights Reserved” (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson “La barque aux 30 matelots”, une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée “Ont anarem gardar”. []

L’archive sonore apprivoisée ou l’approche successive du contenu

Le travail documentaire resserré au niveau d’une séquence sonore (ou item) révèle les trésors de l’entretien. Prenons un exemple de traitement réalisé au sein de la phonothèque de la MMSH. Lors d’une enquête dans le Piémont italien en 1984, Christian Bromberger a la chance d’enregistrer le répertoire conséquent d’un chanteur surnommé Robert le Diable. Celui-ci interprète en français une chanson qu’il  nomme Sur le pont d’Avignon. Au cour de l’entretien le chanteur livrera pas moins de trente et une chansons de son répertoire ! Cette chanson-ci parle de l’enlèvement d’une jeune fille par trois cavaliers qui l’emmène pour leur plaisir jusqu’à Paris. Arrivée sur place la jeune fille feint d’être morte pour échapper à son sort. Recherchée par son père elle sera déterrée, toujours vivante et ramenée en lieu sûr.

L’ensemble du travail piémontais est décrit dans la notice du corpus. Cette enquête avec  Robert le Diable est décrite au sein d’une notice générale, comme toutes les chansons interprétées. Chacune a été documentée  dans une notice particulière, générant ainsi trente et une autre notices. Elles décrivent le détail des chansons et toutes les informations livrées par l’entretien : rythme, origine de la chanson, condition d’apprentissage et contexte d’interprétation. Dans le cas qui nous intéresse, la chanson est identifiée, grâce à la classification des chansons françaises réalisée par Patrice Coirault1 comme appartenant à la catégorie des chansons de rapt [COI 13027], plus connue sous le titre “La belle qui fait la morte pour son honneur garder”. On peut ainsi rapprocher notre chanson entendue dans le Piémont d’autres versions existantes dans tout le répertoire des chansons de tradition orale et lui donner un deuxième titre d’œuvre en plus de celui déjà donné par le témoin.

Ce travail étant réalisé pour d’autres enquêtes, une interrogation de la base avec ce titre d’œuvre comme critère nous livre trois autres versions issues d’enquêtes en Cévennes et en Ardèche. Il nous est possible alors d’écouter et de comparer les versions par exemple avec cet exemple cévenol.


Au sein de chacune des notices item un champ prend une importance particulière : celui de “l’incipit littéraire” qui nous permet de noter les premiers mots de l’œuvre, la ou les premières phrases de la chansons. Ici : “Sur le pont d’Avignon, trois belles s’y promènent” et “Rosette se promène, tout le long de son jardin”.

Ce traitement rigoureux permet le recoupement de plusieurs corpus et de la mise en miroir de leurs points communs, au sein de la phonothèque mais aussi entre centres détenteurs d’archives sonores, au niveau national comme international du moment que ces données peuvent être mises en ligne. Il permet de révéler l’amplitude de la valeur informative et de l’identité d’un item sans jamais le découper de sa matrice d’origine, l’entretien qui l’a livré, ni de l’ensemble des autres items qui l’accompagnent.

 

Crédits photographiques : Quentin Metsys, Le prêteur et sa femme, huile sur panneau, 1514, Musée du Louvre, Paris. (détails et vue générale).  L’œuvre d’art représentée dans cette image et sa reproduction sont dans le domaine public mondialement.

 

  1. Patrice Coirault, Répertoire des chansons de tradition orale.  Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Marlène Belly et Simone Wallon. Trois volumes. Paris, BnF, 2006. []

Formation aux archives sonores en Martinique du 5 au 9 décembre 2011

Fabienne Zonzon, responsable des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de Martinique a mis en place un réseau de collecteurs qui arpentent la Martinique pour capturer la mémoire orale de leur île. En mars 2007 elle avait organisé une première formation sur le site des archives départementales, à Fort-de-France, où était intervenue Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’EPHE. La formation programmée cette semaine a pour objectif de renforcer le réseau des partenaires qui organisent des projets de collecte depuis le terrain jusqu’à la valorisation des enregistrements et leur méthodologie.

Ainsi, depuis lundi 5 décembre, nous sommes une petite quinzaine à écouter, échanger, commenter les différentes expériences de chacun.  Les documents, filmés ou enregistrés et documentés, pourront être ensuite consultés sur les lieux des collectes mais aussi aux archives départementales ou encore, bientôt, sur le portail de la Banque numérique des patrimoines martiniquais qui vient d’être créée et qui permet déjà d’interroger de grands corpus de documents écrits, cartographiques et photographiques.

Programme 

La source orale : de la collecte à la valorisation

5 – 9 décembre 2011

Archives départementales de Martinique

Objectifs : A l’issue de la formation, les stagiaires auront pris conscience des enjeux relatifs à la création d’une collection sonore et audiovisuelle dans le contexte antillais. Ils pourront évaluer la nécessité de développer la collecte d’archives orales en Martinique et solliciter les partenaires à leur disposition. Ils auront en main tous les outils nécessaires à la mise en place d’un programme de collecte, de traitement, de conservation et de valorisation d’enquêtes orales. Ils pourront, s’ils le souhaitent, trouver les cadres collaboratifs susceptibles de les soutenir dans leurs projets.

Méthode : Les exposés théoriques s’appuieront sur des exemples concrets, exploités au fil de la session. Une enquête orale enregistrée de courte durée sera écoutée, traitée et valorisée par les stagiaires. Les stagiaires pourront manipuler et prendre en main une caméra numérique pour la réalisation d’enquêtes filmées.

Durée : 5 jours

8h 00- 8h 30 : Accueil des stagiaires, présentation des intervenants et du déroulement du stage

Lundi 5 décembre 2011

8h 30- 12h 00 Approche anthropologique des sociétés antillaises : permanences et mutations

Intervenant : Isabelle Dubost

14h 00- 16 h 30 Présentation du département son et audiovisuel des Archives départementale de la Martinique et des acteurs de l’archivage du son et de l’audiovisuel en Martinique

Intervenante : Fabienne Zonzon

Mardi 6 décembre 2011

8h00- 12h 00

Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

14h00- 16h 30

Des méthodes d’enquête en sciences humaine et sociales : filmer et/ou enregistrer

Intervenante : Véronique Ginouvès

Mercredi 7 décembre 2011

8h00- 16h 30

La prise en main d’une caméra numérique

  • prise en main d’un caméscope
  • Technique de prise de vie
  • Esthétique de l’image
  • Approche de l’éclairage

Intervenant : Claude Rosalie

Jeudi 8 décembre 2011

8h00- 12h 00

La prise de son sur le terrain :

  • Choix du matériel et des supports
  • Les formats du son numérique
  • L’utilisation du micro et du haut parleur
  • Savoir spatialiser un entretien
  • Les logiciels de numérisation

14h – 16h 30

Mise en pratique : enregistrer une enquête orale.

Vendredi 9 décembre 2011

8h00- 12h 00

Les missions d’un centre d’archive sonores et audiovisuelles :

  • Collecte : prise de son, recherche des fonds, questions de droit
  • Conservation : formats analogiques et numériques
  • Analyse : le traitement documentaire du son
  • Valorisation : base de données et mises en ligne

Mise en pratique : Ecoute d’une enquête enregistrée : traitement documentaire du document sonore. Bilan de la mise en pratique du jeudi après-midi.

14h 00- 16h 00

Collaborer dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles : catalogues collectifs, carnets de recherche, expositions, listes de diffusion.

Rédaction collective d’une charte de qualité d’une collection sonore et audiovisuelle.

Intervenante : Véronique Ginouvès

16h 00-16h 30

Bilan de la semaine, échanges et perspectives. Evaluation du stage

A propos des intervenantes :

Véronique Ginouvès est ingénieure de recherche CNRS, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Elle est l’auteure en collaboration d’un Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (2001) et publie régulièrement sur Les Carnets de recherche de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org

Isabelle DUBOST est anthropologue, Maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane, Membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC). Elle travaille au sein de l’UMR CNRS n° 8053. Ses recherches en cours s’articulent autour de trois axes. Le premier porte sur les stratégies identitaires de groupes issus de l’immigration, les liens diasporiques et l’économie ethnique des « Chinois », des « Syriens » à la Martinique et des « Chinois » et des « Libanais » en Guyane. Le second interroge les processus d’ethnicisation et de différenciation et catégorisation sociales en cours à la Martinique. Le troisième porte sur la gestion sociale de l’environnement et la problématique de gouvernance à la Martinique (GIZC Baie du Robert). http://www2.univ-ag.fr/CRPLC

Fabienne ZONZON est archiviste, chargée de la collecte des archives orales et audiovisuelles aux Archives départementales de la Martinique.

Crédits photographiques : j’ai utilisé au tout début de ce billet une image prise sur Flickr the Commons. Il s’agit d’une photographie de WG. Cooper, issue des collections de la bibliothèque de SMU (Southern Methodist University) Central University, sous le titre “St. Pierre May. 14″ (1902). La photographie est indiquée comme ne présentant pas de restrictions de copyright connues.  J’ai voulu utiliser une image de la Banque Numérique des Patrimoines Martiniquais mais les restrictions de diffusion sont trop sévères pour pouvoir utiliser les documents dans une publication, d’autant que le logiciel utilisé et l’affichage des images contraint toute capture d’image. Les autres photographies ont été prises sur le lieu de stage : bâtiment des AD, présentation de Fabienne Zonzon, cours de M. Rosalie, par Véronique Ginouvès (décembre 2011).

Le catalogue Laforte, un outil au service des phonothèques de l’oral

Conrad Laforte et Patrice Coirault sont les compagnons de route de ceux qui gèrent des fonds d’archives sonores dont les collections portent sur le domaine de la littérature orale. En effet, tout comme le conte1, la chanson de tradition orale court le monde avec ses versions qui changent d’un village, d’une région, d’un continent à l’autre. Conrad Laforte (1921-2008), ethnologue, bibliothécaire archiviste, professeur à l’université de Laval, a créé le premier catalogue international de la chanson folklorique française en six volumes (1977-1987). Ainsi, au moment de l’indexation d’une chanson, ce catalogue permet de relier une version chantée à un titre uniforme.

Trouver une bibliothèque qui propose un exemplaire papier de la totalité des volumes n’est pas des plus facile2 . Plusieurs volumes du catalogue ont été numérisés dans le cadre du projet Google books mais aucun n’est entièrement en libre accès. La classification dans son ensemble peut toutefois être parcourue à travers la base de données de Dastum3 qui a utilisé le catalogue Conrad Laforte pour l’indexation de la littérature orale de ses collections sonores.

Prenons par exemple la chanson “Rossignolet du bois”, vous en trouvez deux versions dans les notices de la base de Dastum, quatre dans celle de la phonothèque de la MMSH, six sur celle du centre occitan des musiques et danses traditionnelles. Toutes ces versions sont regroupées sous le même code, ici  [LAF] II, F-09  c’est à dire que dans le deuxième tome du catalogue Laforte,  dans la partie des chansons strophiques

A. Chansons à caractère épique (ou tragique)

B. Sujets religieux

C. Chansons romanesques

D. Chansons comiques

E. Chansons idylliques

F. Chansons bucoliques

G. Chansons saisonnières

H. Cycle de voyage : les départs

I. Cycle de voyage : les retours

J. Cycle de voyage : le déserteur

K. Cycle de voyage : la navigation

L. Cycle de voyage : les coureurs de bois, les chantiers forestiers, la drave, etc…

M. Cycle de voyage : les militaires

N. Cycle de voyage : l’ennui et les messages

O. Chansons sur l’état civil et les conditions sociales

P. Chansons de circonstance

Q. Chansons d’ivrogne

R. Chansons à boire

Ainsi “Le rossignolet sauvage” est la neuvième chanson présentée dans la section “F” des chansons bucoliques.  Conrad Laforte en propose des versions sur plus de quatre pages de bibliographie.

J’avais déjà remarqué que trouver des versions électroniques en libre accès de ce type de monographies peut devenir très compliqué. D’après mes recherches, seuls trois volumes de la classification de Conrad Laforte sont accessibles en ligne sur Google Books en aperçu : le volume deux sur Les chansons strophiques, le volume quatre sur Les chansons énumératives et le volume cinq sur Les chansons brèves (les enfantines). Certes, en aperçu certaines pages ne sont pas accessibles  mais il est possible de faire des recherches sur les mots du titre des chansons et les numéros des catalogues, lorsqu’on connait la difficulté de manipuler le catalogue papier, c’est tout de même un avantage. Il faut également noter que l’ouvrage écrit avec Carmen Roberge  sur Les chansons à caractère religieux (1988) n’est, lui aussi, qu’accessible en aperçu mais sa consultation est très pratique car la table des matières est bien faite et affiche les titres des chansons cliquables. Ce n’est pas rien au vu de l’interface pas toujours facile à utiliser de Google Books. Intérêt supplémentaire de cet ouvrage, toutes les chansons sont accompagnées de leurs partitions musicales  (mais ciblez votre recherche, vous ne pouvez visualiser qu’un nombre de page limité).  Si vous connaissez ou trouvez d’autres ouvrages de Conrad Laforte en texte intégral, merci de les signaler dans les commentaires !

L’occasion vous est offerte aujourd’hui de mieux comprendre la force et la richesse de ce catalogue à travers des mélanges posthumes qui viennent d’être publiés autour de l’oeuvre de Conrad Laforte sous le titre “M’amie, faites moi un bouquet…”4. Jean-Nicolas De Surmont a dirigé ce travail collectif, publié avec la collaboration de Serge Gauthier, qui réunit 17 articles de 19 auteurs. L’appel à contribution avait été lancé dès 2006 et ce sont les Presses de l’université de Laval qui ont publié cet ensemble qui porte à la fois sur et autour de l’œuvre de Conrad Laforte. Belle occasion, c’est justement en 2011 que les PUL ont relancé la collection Les archives de folklore fondée en 1946 par Luc Lacourcière et aujourd’hui dirigée par Jean-Pierre Pichette5. Ce dernier publie d’ailleurs un entretien avec Conrad Laforte au début de l’ouvrage. Formons le souhait que d’autres titres suivent sur ce domaine car les archivistes de la tradition orale ont toujours besoin d’outils or, les publications sur cette thématique de recherche tendent à se raréfier ces dernières années.

  1. Sur le conte, je vous renvoie également vers le billet sur La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral, du 26 avril 2011 []
  2. Une rapide interrogation du SUDOC montre que le nombre de bibliothèques qui le détiennent sont peu nombreuses et que souvent, certains volumes sont manquants. Comme les notices de localisation du SUDOC ne sont pas citables, je vous laisse faire la recherche… []
  3. Dastum, qui signifit “recueillir” en langue bretonne, est une association qui depuis les années 1970 collecte la littérature orale en Bretagne. Plus de 8000 heures, numérisées et indexées, sont accessibles au public sur place et une grande partie est en ligne. []
  4. La phonothèque de la MMSH y publie un article, sous le titre Les phonothèques de l’oral en France, catalyseurs de nouveaux corpus interdisciplinaires sur l’oralité. L’article est déposé sur HAL-SHS sous deux versions la première date de 2008, elle a été mise à jour en 2011  []
  5. A propos de cette collection, vous pouvez lire l’article de L’encyclopédie canadienne. Encyclopédie de la musique au Canada [Consulté le 19 novembre 2011] []

Européens en Algérie indépendante : un corpus sonore à la phonothèque de la MMSH

Le 5 juillet 2012, l’Algérie fêtera le 50ème anniversaire de son indépendance. A cette occasion l’ouvrage de l’historienne Hélène Bracco1, sera réédité dans une version complétée. Cette monographie a été éditée à partir de son mémoire de DEA d’études Arabes et Islamiques, portant sur les Européens ayant fait le choix de rester ou de venir vivre en Algérie après l’indépendance de 19622. Pour documenter ce travail universitaire, Hélène Bracco s’est appuyée sur des entretiens qu’elle a enregistrés. La totalité du corpus a été déposé à la phonothèque de la MMSH où il est aujourd’hui consultable sur place dans sa totalité.

 

Hélène Bracco avait fait un premier dépôt au cours de l’année 2000, les enquêtes avaient été documentées et numérisées à la phonothèque de la MMSH. Ce travail avait donné l’occasion à Hélène Bracco de mieux comprendre l’intérêt du dépôt de ses sources et elle avait largement participé au travail d’indexation. Elle avait d’ailleurs, en 2005, numérisé et traité elle-même son corpus sonore sur les refus civils et militaires de la guerre d’Algérie à la phonothèque. Ce second dépôt, qui eut lieu au mois de juin 2011, vient clore cet ensemble. Le traitement documentaire restait à réaliser. Dans le cadre de mon stage de licence professionnelle à la phonothèque de la MMSH durant le mois de septembre 2011, j’ai travaillé sur ce corpus en m’attachant à l’ensemble de la chaîne documentaire, de sa numérisation à sa valorisation.

Ce second dépôt est constitué de neufs entretiens, six menés en Algérie et deux menés en France en 1993, auxquels s’ajoute un entretien mené récemment au mois de mars 2011 près d’Aix-en-Provence ; ils s’ajoutent aux 15 enregistrements déjà traités. Ces enquêtes nous font découvrir le témoignage de Français ayant fait le choix, au lendemain de l’indépendance de l’Algérie en 1962, de rester y vivre – les Pieds Noirs -, ou de venir y vivre - les Pieds-Rouges -. Il est intéressant de noter à ce sujet, que le terme de Pied-Vert a rapidement fait place à celui de Pied-Noir pour désigner les Européens restés vivre en Algérie indépendante. Ce terme a trouvé un écho favorable (et vraisemblablement sa source) dans la presse et les médias.

L’intérêt pour Hélène Bracco, en enregistrant des témoins, était de pallier le manque d’archives papiers souvent frappées du secret de la défense nationale. Les témoignages qu’elle a recueillis lui ont notamment permis d’obtenir des récits de la clandestinité, livrés par des acteurs des réseaux de soutien au FLN (réseau Curiel), que peu d’écrits relataient au moment de son enquête. Pour elle3, “la source orale est la seule à pouvoir révéler certains actes accomplis dans la clandestinité”.

 

L’auditeur peut ainsi entendre des témoignages d’une différence radicale : du militant pour une Algérie indépendante à celui qui ne voit dans l’Algérie qu’un département français où les « Arabes » n’ont pas leur place. Car ceux qui sont restés sont aussi bien des militants œuvrant pour l’indépendance depuis la métropole, que des Européens d’Algérie travaillant avec le FLN, des libéraux favorables à une Algérie française mais égalitaire, des personnes soutenant l’OAS ou enfin ceux qui, ainsi que les qualifie Pierre Chaulet4, ne furent que simples spectateurs du conflit. Tous racontent leur vie en Algérie indépendante et pourquoi ils ont fait le choix d’y rester. C’est aussi le récit de la recherche d’une identité. Les Français d’Algérie qu’elle a rencontrés n’ont souvent connu que l’Algérie et y vivent depuis plusieurs générations. Leurs origines sont diverses : Juifs espagnols ayant fui les persécutions, Alsaciens refusant la domination prussienne après la défaite de 1870, paysans du Sud de la France poussés à fuir la crise du phylloxéra… C’est ce qui explique en partie la déchirure que certains ont ressentie lors du départ des Pieds-Noirs en 1962, et que d’autres aient refusé de partir. C’est à ces derniers que le choix de la nationalité s’est posée5. En effet les accords d’Evian laissaient aux Français d’Algérie un délai de trois ans au terme duquel ils devaient avoir fait le choix de rester Français en Algérie ou devenir Algérien.

Le travail documentaire réalisé sur ce corpus a été l’occasion d’harmoniser toutes les notices documentaires, celles du premier dépôt et celles du second dépôt, de manière à éditer le catalogue avec index. Ce travail a aussi nécessité la numérisation de cette partie de la collection. J’ai ainsi constaté que techniquement, la numérisation est simple a réaliser. Le réel travail intervient après, avec l’éditorialisation des documents sonores. J’entends par éditorialisation le fait d’organiser les données pour qu’elle puissent être accessibles à un public (chercheurs, étudiants, curieux) dont le champ d’étude n’est pas obligatoirement le même que celui de la chercheuse dépositaire du corpus. Afin de contextualiser le corpus sonore et de participer à sa valorisation, j’ai mené à la toute fin de mon stage un entretien avec Hélène Bracco. J’avais pour cela élaboré un guide d’entretien avec la collaboration de l’équipe de la phonothèque, Corinne Cassé, ethnologue, et Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque. L’objet du questionnaire portait essentiellement sur l’usage des phonogrammes. Au cours de mon stage, j’avais déjà rencontré Hélène Bracco, pour qu’elle précise certaines informations sur ses entretiens et qu’elle puisse me donner son retour sur le travail réalisé. Les échanges qui avaient lieu lors de ces rencontres dépassaient le cadre du travail documentaire, du fait de ma curiosité et de la volonté de transmettre de ce chercheur. Cet entretien a permis à l’historienne de s’exprimer sur son choix de documenter son mémoire de DEA par des enquêtes enregistrées, sur les conditions dans lesquelles elle les a enregistrées et sur les raisons de son dépôt à la phonothèque. Cet entretien a été enregistré et intégré au corpus.

Ce corpus, désormais clos, est ainsi composé de 25 documents d’une durée totale de 28 heures. Il est disponible, ainsi que son catalogue, à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Un contrat de dépôt stipule les conditions d’utilisation et de diffusion de ces archives. L’entretien réalisé avec le chercheur sera mis en ligne bientôt sur la base Ganoub de la phonothèque.

Laurent Pagnier
Titulaire d’une Licence Professionnelle Ressources Documentaires et Bases de Données (LP RDBD) spécialité image fixe, image animée et son à l’IUT Michel de Montaigne Bordeaux 3, j’ai effectué un stage à la phonothèque de la MMSH durant le mois de septembre 2011.

Crédits photograpiques :
     BRACCO, Hélène. L’autre face “Européens” en Algérie indépendante. Paris : Paris-Méditerranée, 1999, 220p.
     Idéale (Collection Paris-Alger), Alger, vue de la place du Gouvernement, aucune restriction de copyright connue

Crédits phonographiques :
BRACCO, Hélène. entretien avec Pierre Chaulet, 1993
PAGNIER, Laurent. entretien avec Hélène Bracco, 2011

Crédit vidéo :
GORETTA, Jean-Pierre (jour.), DISERENS, Jean-Claude (réal.). Continents sans frontières : Les Pieds-Verts [en ligne]. Genève : Radio Télévision Suisse, 1965, 22min53 disponible sur <http://www.rts.ch/archives/tv/information/continents-sans-visa/3435326-les-pieds-verts.html>

  1. Bracco, Hélène. L’autre face “Européens” en Algérie indépendante. Paris : Paris-Méditerranée, 1999, 220p. []
  2. Ce mémoire a été soutenu à l’Université de Provence sous la direction du professeur Robert Ilbert []
  3. Bracco, Hélène. Mémoires de la guerre d’Algérie : de la collecte d’interviews à la numérisation des cassettes , Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS [en ligne], disponible sur <http://afas.revues.org/1641> consulté le 05 octobre 2011. []
  4. Médecin pied-noir d’origine française, ayant pris la nationalité Algérienne et participé aux accords d’Evian []
  5. Il faut aussi ajouter qu’en France des “porteurs de valises” ayant soutenu la lutte d’indépendance ont pris la nationalité algérienne []

La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral

La tradition orale est mouvante, et les contes se retrouvent sous des versions multiples à travers le temps et l’espace. Contes d’animaux, contes de l’ogre dupé, contes sur les trompeurs ou les naïfs, les hommes et les femmes, les maîtres et les serviteurs, quête initiatique des contes merveilleux, contes licencieux, contes à thème religieux ou récits de peurs… Enregistrés sur le terrain, les témoins qui ont fait part de leur répertoire conté et dont la parole est conservée dans les phonothèques, restituent ces histoires avec cette façon de dire qui tisse le réel dans le détour de l’imaginaire1. Pour indexer ces répertoires de contes traditionnels et s’y retrouver à travers toutes les versions transmise oralement, l’outil qui sert de référence internationale est la classification AT (ou AaTh, pour Aarne et Thompson) qui propose pour chaque conte une version type et donne le schéma détaillé des éléments que l’on y retrouve.
Toutefois, cet ouvrage n’est pas facile à acquérir ou même à consulter : la dernière version éditée, publiée en 2004, est désespérement “Currently unavailable” sur Amazon, les précédentes ne sont plus diffusées et une rapide recherche sur le Sudoc montre que très peu de bibliothèques en possèdent des exemplaires2. Biblioweb qui présente sur son carnets des ressources en ligne numérisées, s’intéresse régulièrement aux contes. Vous trouverez sur ce site un point sur différents documents en ligne qui peuvent vous aider à mieux comprendre et utiliser cette classification. En ligne, excepté les listes des titres et numéros de contes, en français ou en anglais, parfois commentées, il n’y a pas vraiment de ressources qui offre une utilisation complète de cet outil avec tous ses index et sa bibliographie3.
Googlebooks permet depuis peu d’effectuer de premières recherches dans les éditions de 1928, 1961 et 19874. La classification ne peut pas être parcourue en texte intégral mais le texte est accessible en extraits (même pour l’édition de 1928 qui devrait pourtant être tombée dans le domaine public). Si vous recherchez “Tom Thumb”, vous trouvez tout de suite le numéro que lui ont donné Antti Aarne et Stith Thompson : le Petit Poucet est rangé au numéro 700 des contes merveilleux, dans les “Autres contes surnaturels” ; si vous tapez le chiffre 15, vous retrouvez le conte du renard parrain, n° 15 dans les contes d’animaux sous le titre : the Theft of Butter (Honey) by Playing Godfather qui peut être raconté de multiples façons. Par contre, si vous recherchez “Fox” vous n’affichez que quelques uns des extraits de contes où le renard apparaît.
La classification Aarne et Thompson fait partie des outils qui devraient pouvoir être accessibles à tous et il est vraiment dommage de ne pas y avoir accès plus facilement. Dans leur ouvrage sur les légendes urbaines5 Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renarda s’y réfèrent pour regrouper des versions  de récits et je suis certaine que nombre de récits racontés aujourd’hui se retrouveraient dans ce grand entrepôt d’histoires. Peut-être que la version française du catalogue sur laquelle travaille actuellement Josiane Bru, au centre d’anthropologie sociale à Toulouse, offrira un de ces jours une version électronique… à suivre.
A compléter si vous le souhaitez, une bibliographie sur les outils de classification du conte de tradition orale réalisée avec Zotero en lien avec ce billet : http://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI
Crédits photographiques :
Perrault, Charles (1628-1703). Le petit Poucet, estampe issue d’une gravure sur bois en couleur dans un recueil d’images d’Epinal de la Maison Pellerin. Tome 8, 1866, 39 x 30 cm, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (8). Image du domaine public. http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=le+petit+poucet+405
Des enfants dans un camp de migrants en Orégon (Amérique du Nord) écoutent Mary Brown qui leur lit des histoires. Photographer/Studio: O.S.C. Extension ServiceDate: 1945. Notes: Miss Mary Brown, state supervisor for camp work with Home Missions Council of North America, reads to children at migrant camp. Original Format: Gelatin silver prints. Oregon State University Archives. Pas de restrictions de droit connues. http://archives.library.oregonstate.edu/omeka/items/show/486
  1. Jean-Noël Pelen, Le conte populaire en Cévennes, Payot, 1983 []
  2. La bibliothèque de la MMSH possède des exemplaires de plusieurs éditions. En effet, elle a bénéficié dans ses acquisitions de l’influence de plusieurs chercheurs dans le domaine de la littérature orale, en particulier de celle de Jean-Noël Pelen qui a débuté sa carrière de chercheur en collectant des contes traditionnel en Cévennes []
  3. L‘article de Wkipedia sur la classification Aarne-Thomson est sans doute le plus complet en ligne, en français et en anglais []
  4. L’édition de 1928,  prise dans les collections de l’université de l’Indiana, a été numérisée en 2009 comme celle de 1987 qui vient de l’Université de l’Etat de Pennsylvanie. L’édition de 1961 a été numérisée en janvier 2010 à partir d’un exemplaire de l’Université de Michigan []
  5. Légendes urbaines : Rumeurs d’aujourd’hui de Véronique Campion-Vincent Jean-Bruno Renard, Petite bibliothèque Payot, 2002 []

4a sesión del CASAE a Santiago de Cali, 19-23 noviembre 2007 : Programa y participantes

Programma del 4a seminario Internacional del Comité operativo de censo y valoración de Archivos Sonoros y Audiovisuales Etnográficos de los países andinos (CASAE)

Lunes 19 de noviembre

2:00 p.m. : Registro

2:30 p.m. : Bienvenida y presentación del seminario

3:30 p.m. : Introducción

 ¿Porqué se hace un documento de este tipo en Colombia y para los países andinos?¿Que es la Guía?

Véronique Ginouvès – Coautora Guia; Jaime Quevedo – Coordinador CDM

Propósitos del Seminario – Información de apoyo a su aplicación y desarrollo

Jaime Quevedo – Coordinador CDM

4:30 p.m. Café

4:45 p.m. : Oralidad y patrimonio

De la recolección a la difusión. Jaime Quevedo – Coordinador CDM

Lo oral como fuente científica. Véronique Ginouvès – Coautora Guia

6:30 p.m. : Lanzamiento publicación Guía de Análisis Documental del Sonido Inédito para la Implementación de Bases de Datos. (Traducción al español – y adaptación para los países andinos – de la Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données, elaborada por Véronique Ginouves, Bénédicte Bonnemason, y Véronique Pérennou)

 

CONCIERTO

Chirimia - Sud Pacifico

 

Martes 20 de Noviembre

 

8:30 a.m. : Manual de análisis del documento sonoro inédito. Jaime Quevedo – Coordinador CDM – ¿Cómo definir una grabación sonora inédita? – Normas de intercambio

Jaime al principio de la traducción en castellano du "Guide d'analyse documentaire du son inédit"

 

10:30 a.m. : Café

10:45 a.m. : Problemas específicos de una base de datos especializada en oralidad tradicional. Jaime Quevedo – Coordinador CDM

El cuento, los idiomas, los instrumentos musicales : organización de una base de datos sonora

12:30 m. Almuerzo

2:30 p.m. : Organización de una base de datos sonora : Procesamiento de una base de datos a nivel de fondo, corpus, unidad documental y item. Véronique Ginouvès – Coautora Guia

4:00 p.m. Café

4:15 p.m. : Ejemplos de reseñas, definiciones y aplicaciones. Hugues Sicard – IFEA UNESCO / Jaime Quevedo – Coordinador CDM

6:30 p.m.

 

CONCIERTO

 

Miércoles 21 de Noviembre

8:30 a.m. : Presentación anexos : Instrumentos / Lenguas / Abreviaturas. Clara Inés Casilimas – AGN. Jaime Quevedo – Coordinador CDM

10:30 a.m. Café

10:45 a.m. : Guia para organizar los datos. Ejemplos de fichas de registro general para tratamiento por item. Jaime Quevedo – Coordinador CDM

12:30 m. Almuerzo

2:30 p.m. Foro “Experiencias de los paises invitados en perspectiva de aplicación de la Guia”

4:00 p.m. Café

4:15 p.m. Taller: Ejercicios de aplicación de la Guia. Jaime Quevedo – Coordinador CDM. Véronique Ginouvès – Coautora Guia

 

 

Participantes a la 4a sesión del CASAE (Cali, 2007)

 

CONCIERTO

 

Jueves 22 de Noviembre

8:30 a.m. : Puesta en común de ejercicios de análisis sobre documentos tipo

10:30 a.m. Café

10:45 a.m. Análisis de ejemplos

12:30 m. Almuerzo

2:30 p.m. : Evaluación y propuestas

4:00 p.m. Café

4:15 p.m. : Cierre seminario – entrega certificados

 

Véronique Ginouvès y Hugues Sicard

 

CONCIERTO

 

Viernes 23 de Noviembre

 

SESIONES SIMULTÁNEAS

1. Sesión extraordinaria del Comité CASAE

o Informe del Comité desde abril de 2006

o Propuestas de programación de acciones para 2008/2009

o Evaluación de las acciones de mejoramiento de la visibilidad de las entidades documentales

o Seminarios futuros- Compromisos

o Objetivos, lugares y fechas

2. Sesión Proyecto de RED de Centros de Documentación Musical Colombia

o Informe de la Actividad de Colombia al Comité CASAE

o Informe del estado del proyecto de RED de CDMs.

o Informe consolidado de una aproximación al estudio sobre el estado de la documentación musical en Colombia

Alcunes participantes a la 2a sesión del CASAE (Cali, 2007)

 

Alcunes participantes a la 2a sesión del CASAE (Cali, 2007)

 

 

PARTICIPANTES 

 

NOMBRE

PROCEDENCIA

ENTIDAD

Álvarez Satizabal, Gineth Andrea

Cali

Fundación Colombia Nuestra

Angulo, Zoila C.

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC

Balcazar Paruma, Carlos Eduardo

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC – DIF

Barreto Esnal, Ignacio Andrés

Caracas (Venezuela)

Biblioteca Nacional de Venezuela

Briceño Robles, Mónica Sofía

Bogotá

CDM – Biblioteca Nacional

Calle Gómez, Jaime León

Medellín

Fonoteca Departamental y Centro de Documentación Musical “Hernán Restrepo Duque”

Cardona Colorado, Diana Lorena

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC -Sede Porvenir

Casasbuenas Díaz, Martha Helena

Bogotá

ICANH

Casilimas, Clara Ines

Bogotá

Archivo General de la Nación

Castañeda R., Raúl

Cali

COMFANDI

Castiblanco Suarez, Clelia Mayerly

Bogotá

Universidad Nacional de Colombia

Chaves Muñoz, Rocío

Cali

Biblioteca “Alvaro Ramírez Sierra” – Instituto Departamental de Bellas Artes

Chica  Muñoz, Hugo

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC -Sede Porvenir

Collo Méndez, Emilúth

Popayán

PEBI – Consejo Regional Indígena del Cauca – CRIC

Duque Valenzuela, Rodrigo

Ginebra

Fundación Canto por la Vida

Estrada, Luisa Fernanda

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC

Figueroa, Gloria

Bogotá

Traductora

Findji, Maria Teresa

Cali

Fundación Colombia Nuestra

García Umaña,Julián

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC

García, Josefa del Carmen

Popayán

Consejo Regional Indígena del Cauca – CRIC

Garzón López, Luz Margotd

Medellín

Centro de Documentación Coral Rodolfo Pérez González – Coral Tomás Luis de Victoria

Garzón Morales, Nora Stella

Cali

Fundación Colombia Nuestra

Gil Araque, Fernando Antonio

Medellín

Universidad EAFIT – Sala de documentación patrimonial

Ginouves, Véronique

Aix en Provence

(Francia)

González de Pérez, Maria Stella

Bogotá

Instituto Caro y Cuervo

González, Maria Liliana

Tuluá

AYUTEC

Hernández Ramírez, Felipe

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC

Jácome Sánchez, Rodrigo Alberto

Popayán

Servicio Nacional de Aprendizaje – SENA (Cauca)

Lucumi Ruiz, Braulio

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC -Sede Porvenir

Marín, Leonor

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC -Sede Porvenir

Martina G., Edith H.

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC

Mejía Franco, Manuel

Cali

Biblioteca “Álvaro Ramírez Sierra” – Instituto Departamental de Bellas Artes

Mejia Vallejo, Maria Victoria

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC

Millán Grajales, Gloria

Bogotá

Facultad de Artes ASAB – UDFCJ

Montoya Barbosa, Lineth Patricia

Bogotá

LEASING BANCOLDEX

Mora García, Maribel

Bogotá

Archivo General de la Nación

Muñoz Lorza, Luz Elsy

Tuluá

Instituto Popular de Cultura – IPC -Sede Porvenir

Navas Rumbos, José

Caracas (Venezuela)

 Centro de la Diversidad Cultural

Nuñez Cabarcas, Helkin Alberto

Barranquilla

Archivo Histórico del Atlántico

Paz Villamizar, Salomon

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC -Sede Porvenir

Pérez González, Juliana

Bogotá

Facultad de Artes ASAB – Universidad Distrital Francisco José de Caldas

Piedrahita Ramírez, Liliana del Socorro

Tuluá

Pio – Burguer

Quevedo, Jaime

Bogotá

CDM – Biblioteca Nacional

Quiñones Abusaid, Mario Farid

Bogotá

Archivo General de la Nación

Rendón Marín, Héctor

Medellín

Grupo de Investigación Valores Musicales Regionales, Facultad de Artes, Universidad de Antioquia

Rincón Flórez, Gloria Elena

Tuluá

Servicio Nacional de Aprendizaje – SENA (Centro Agropecuario de Buga)

Rivera Bozón, Angélica Rocío

Bogotá

Facultad de Artes ASAB – Universidad Distrital Francisco José de Caldas

Romero, Edith

Cali

Instituto Popular de Cultura

Sánchez Echeverry,  Hernando

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC -Sede Porvenir

Sánchez Flores, Adrián Armando

México D.F. (México)

Escuela Nacional de Música – Universidad Nacional Autónoma de México

Sánchez Vásquez, Fabián

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC

Sicard, Hugues

París

(Francia)

IFEA, UNESCO

Suárez V., Patricia

La Paz (Bolivia)

Centro de Documentación en Artes y Literatura Latinoamericana

Terán, Phanor

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC

Toro Carmona, Eliana Iveth

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC  -DIF

Torres Caro, Janeth Cecilia

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC – DIF

Valdés Muñoz, Alejandro

Cali

Instituto Popular de Cultura – IPC – Escuela de Música

Vanegas, Aurelia Ximena

Cali

FUN – ENCULTURA

 

Ce texte a été publié en 2007 sur le wiki du CASAE (http://www.casae.org) mais suite à des problèmes de piratage informatique, il a été transféré sur les Carnets de la phonothèque en 2012

Este texto ha sido publicado en 2007 sobre el wiki del CASAE (http://www.casae.org) pero en respuesta a problemas de piratería, ha sido trasladado sobre las Carnets de la phonothèque en 2012

 

 

 Crédits photographiques : Véronique Ginouvès pour la photographie de la place de Caicedo à Cali, Véronique Ginouvès et participants à la 4e session du CASAE pour les images du séminaire, Santiago de Cali, 2007.