Archivo de la etiqueta: UNESCO

Journée mondiale du patrimoine audiovisuel : hommage aux Abuelas de Plaza de Mayo

Madres_y_Abuelas

Depuis 2005, le 27 octobre est devenu la journée mondiale du patrimoine audiovisuel, en commémoration de l'adoption, en 1980 par la 21e Conférence générale de l'UNESCO, de la Recommandations pour la sauvegarde et la préservation du patrimoine audiovisuel. Cette journée donne l'occasion d'attirer l'attention du public, dans le monde entier, sur la nécessité de prendre des mesures urgentes et de reconnaître l'importance des documents audiovisuels.

Le thème pour 2014 est Archives en danger : il reste encore beaucoup à faire. Pour apporter sa petite pierre, la phonothèque voudrait rendre hommage aujourd'hui aux grands-mères (abuelas) de la place de Mai (Plaza de Mayo) qui en Argentine se battent pour retrouver les enfants volés par la dictature militaire entre 1976 et 1983.

Lors de la 13ème conférence internationale d'histoire orale qui a eu lieu à Rome en 2004 du 23 au 26 juin, j'ai eu la chance d'entendre en clôture des journées Estella de Carlotto. Cette dame, de 75 ans, nous a raconté la disparition de sa fille, l'existence d'un bébé disparu né sur son lieu de détention, la création de l'association des grands-mères de la place de Mai et son combat pour retrouver son petit fils ou sa petite fille. Les enfants de desaparecidos ont été évalués à environ 500, à l'époque de la conférence d'Estella de Carlotto soixante dix seulement étaient retrouvés. Elle a fait le récit du combat des grands-mères et de la méthode mise en place pour faciliter les recherches. Les grands-mères ont créé une base de données, appelée "El tesoro". A chaque famille de disparu correspondait un ensemble de données : un peu de leur sang bien entendu pour qu'une personne dans le doute puisse comparer son ADN, des objets en lien avec la famille, des lettres mais aussi des témoignages enregistrés ou filmés des grands-parents qui puissent à la fois évoquer comment étaient ces parents disparus et leur histoire de vie. Une personne dans le doute de sa famille biologique pouvait ainsi faire une recherche d'ADN dans cette base et en comparant son empreinte avoir la preuve que sa famille faisait partie des desaparecidos. Toutes données du "tesoro" correspondant à sa famille lui étaient alors accessibles. Ainsi, même si les parents ou grands-parents étaient décédés, il pouvait alors comprendre combien, même inconnu, il avait été important et aimé.  A la fin de son intervention, elle nous souriait face à une assemblée en larmes. Nous entendions dans nos écouteurs les sanglots de ceux qui étaient chargés de la traduction simultanée, la tension était à son comble. J'ai souvent pensé à Estella de Carlotto au fil des ans.

Presque 10 ans plus tard, Estella de Carlotto a retrouvé son petit fils. A 36 ans, celui-ci a découvert à partir de cette base de donnée, consultée au siège de l'association des Grands-Mères, que 99,9 %, de son ADN correspondait à celui de Laura de Carlotto, exécutée en août 1978, deux mois après avoir accouché. Il est le 114ème à retrouver son identité. Une merveilleuse nouvelle pour Estella et pour toutes les grands-mères. La nouvelle touche aussi tous les gestionnaires d'archives sonores qui ont écouté Estella de Carlotto ce jour de juin 2005 et qui ont su précisément à cet instant combien les archives peuvent être riches, utiles et vivantes. Au travail, effectivement il reste encore beaucoup à faire !

Crédits photographiques : Grands-mères de la place de Mai, on reconnaître Estella de Carlotto au milieu de la photographie de la manifestation, 16 septembre 1988, Archivo Hasenberg-Quaretti, licence  Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0.

14762767461_441b1d783d_o

Heritage Archives of Tanzania : la phonothèque de la MMSH à Dar-es-Salaam

14762767461_441b1d783d_o

La phonothèque de la MMSH  participe au programme européen soutenu par l'UNESCO "Safeguarding, Preservation and Promotion of the Heritage Archives of Tanzania: the African Liberation Heritage Archives". Dans ce cadre, une formation à la collecte, l'archivage et la valorisation des archives sonores aura lieu à Dar-es-Salaam du 25 août au 5 septembre 2014. Sigue leyendo

En ligne : Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel

Le Museum Association of Newfoundland and Labrador pour le Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP) viennent de publier en ligne1 un Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel.

Ce document fait un point sur tous les outils et les méthodes à notre disposition pour prendre en compte le patrimoine culturel immatériel (PCI) dans les projets de numérisation. Pour expliquer leur démarche, les auteurs partent de l'exemple du "caveau à légumes" (cf. photographie ci-dessus) pour nous faire comprendre l'intérêt de l'archivage numérique du PCI :

Qu'est-ce qu'une entrevue enregistrée au sujet d'un caveau à légumes peut nous apprendre sur le mode de vie des gens de l'époque? À qui cette information pourrait-elle être utile et comment pourrait-elle avoir un effet positif sur une communauté? Le fait de documenter les pratiques traditionnelles, comme la façon de bâtir un caveau à légumes et d'y entreposer des aliments, est important parce que si nous ne prenons pas le temps d'apprendre le savoir-faire du passé, certaines formes de connaissances traditionnelles pourraient devenir inaccessibles aux générations présentes et futures. La documentation est essentielle à la sauvegarde de notre patrimoine culturel immatériel. Cette pratique est importante pour le développement des communautés, puisqu'en contribuant à perpétuer des coutumes et des pratiques d'une valeur inestimable, elle atteste des expériences de vie des membres plus âgés d'une collectivité. Par ailleurs, en partageant du patrimoine culturel immatériel, on incite les jeunes générations à réfléchir à la façon dont certains aspects de leur communauté ont changé, et pourquoi. Alors que de plus en plus de caveaux à légumes donnent des signes de délabrement, les photographies et les histoires ont le pouvoir de nous rappeler que certaines traditions qui se perdent pourraient éventuellement redevenir utiles ou populaires dans l'avenir.

Après avoir décrit les processus de numérisation étape par étape pour les fichiers audio et vidéo et les documents photographiques, le guide présente une étude de cas sur un projet d'archives de l'Université Memorial de Terre-Neuve. Un chapitre sur le stockage et la gestion des données, un glossaire et des liens vers divers outils (comme le wiki d'Audacity) complètent ce document fort utile à tous ceux qui s'intéressent à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le guide donne malheureusement trop peu d'informations sur les métadonnées et l'indexation au fil de la numérisation pour être complet. Il vous faut donc, l'associer aux guides de bonnes pratiques qui existent déjà dans le domaine de l'audiovisuel :

- Les guides publiés par la TGIR HumaNum  comme les Guide des bonnes pratiques numériques (2011) et le Guide méthodologique pour le choix de formats numériques pérennes dans un contexte de données orales et visuelles (2011) ;

- La BnF a publié en 2009 un document sous le titre Écrire un cahier des charges de numérisation de collections sonores, audiovisuelles et filmiques et met régulièrement à jour les pages professionnelles sur la numérisation.

- Le Ministère de la culture met en ligne sur une page des ressources sur la numérisation, le catalogage, l'indexation et le catalogage des documents numérisés en direction des professionnels dont malheureusement les liens ne sont pas toujours mis à jour.

Bon travail à tou-te-s ! Merci à nos collègues canadiens de partager leur méthode.

 

Merci à Aude Da Cruz-Lima (Centre de Recherche en Ethnomusicologie LESC UMR 7186 CNRS) pour sa relecture.

Crédits photographiques : Le caveau à légumes de la ferme Robichaud, au Village historique acadien, photographie de Dr Wilson, août 2008, licence CC BY-SA 3.0.

  1. La mise en ligne date du 30 septembre 2013. []

Collecter le patrimoine culturel immatériel : Pratiques, usages, bricolage de l'inventaire

Le vendredi 23 mars aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme à Aix-en-Provence (salle 02) une journée d'étude et de formation sur la collecte du patrimoine culturel immatériel (PCI). Le PCI est aujourd’hui l’objet d’appropriations diverses par les acteurs du terrain. Le Ministère de la Culture a mis en place une démarche d’inventaire basée sur la collecte de fiches. Ces journées s’adressent à tous ceux qui souhaitent  échanger sur la méthodologie des enquêtes liées à la collecte du patrimoine culturel immatériel. Après une présentation du cadre général du PCI et d’expériences déjà réalisées, des ateliers consacrés aux exemples des jeux, des musiques et des danses veulent envisager concrètement l’utilisation de ces fiches d’inventaire.

PROGRAMME

Matin

9h

Présentation de la convention UNESCO sur le PCI

Sylvie Grenet, chargée de mission à la Mission ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication

9h45 discussion

10h

Expérience d’une approche régionale de l’inventaire du PCI

Jean-Jacques Casteret, Responsable du Pôle Culture & Société, InÒC Aquitaine

10h30

La collecte du PCI en Aquitaine : de l'Inventaire à la mise à disposition des données

Patricia Heineger, Maître de conférences à l’Université de Pau

11h discussion

11h30

Cartographier le PCI en Algérie : la musique et la danse

Maya Saidani, Ethnomusicologue, Chercheur au Centre national de la recherche préhistorique, historique et anthropologique.

12h discussion

Après-midi

14h

Un projet d’inventaire des jeux traditionnels en France

Laurent Sébastien Fournier,  Maître de conférences à l’Université de Nantes et MMSH  (IDEMEC UMR 7307 CNRS)

14h20

Exemple d’une collecte en cours : les jeux et les sports traditionnels bretons

Baptiste Monchablon,  confédération FALSAB  (Fédération des amis de la lutte et

des sports athlétiques bretons).

14h40

Utiliser les enquêtes orales dans la collecte du PCI

Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH

15h  Discussion et pause

15h30

Travaux pratiques : discussion sur la méthodologie des fiches d’inventaire, avec la participation d’étudiants collecteurs :

Marie-Véronique Amella et Mickaël Boyer, étudiants en Licence, Département d’anthropologie, Université de Provence

Mathilde Lamothe, doctorante en anthropologie, laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002, UPPA (Université de Pau et des Pays de l'Adour)

Cendrine Lagoueyte, post-doc en anthropologie, laboratoire ADES (Aménagement, Développement, Environnement, Santé et Société) UMR 5185, Université Bordeaux Ségalen

Réalisation d’une fiche d’inventaire sur les jeux, la musique ou la danse et échanges avec les participants et les acteurs de terrain
17h

Conclusion par Sébastien Fournier, Maître de conférences à l’Université de Nantes et MMSH (IDEMEC UMR 7307 CNRS)

18h

Diffusion du film  Murmures de la foggara un film sur sur les danses et les répertoires musicaux de la région de Timimoune et Adrar (52 minutes) réalisé par Maya Saidani et Mohamed Yargui (amphithéâtre de la MMSH)

 

Entrée libre, sur inscription auprès de Véronique Ginouvès : ginouves[at]mmsh.univ-aix.fr

Journée organisée avec le soutien de l'USR 3125 (Programme inter MSH Archives de terrain) l’IDEMEC UMR 7307 CNRS et du Ministère de la culture ; préparée en collaboration avec l'Arcade-PACA (contact: Philippe Fanise, Service des musiques et danses traditionnelles du monde).

Crédits photographiques : Japanese New Year tradition. The making of silk cords (shimes), a good luck charm to the bearer. Japan, 1934. Collection des archives nationales des PaysBas, SPAARNESTAD PHOTO/Het Leven. www.spaarnestadphoto.nl

A propos des archives sonores ethnographiques de la British Library

L'UNESCO vient d'inscrire les collections sonores ethnographiques de la British Library (BL) dans le Memory of the World International Register, une sorte d'inventaire international de la mémoire du monde qui peut s'apparenter - pour les documents et les archives - à la liste des sites du patrimoine mondial. C'est une belle reconnaissance de cette collection sonore mais aussi du travail des archivistes qui ont oeuvré non seulement à sa numériser mais aussi, et surtout, à sa mise en ligne. Vous pouvez ainsi écouter en interrogeant la base Archival Sound Recordingsdes complaintes gaéliques enregistrées en 1908, des airs irlandais sifflés (1915) ou encore des chants et des musiques de l'Inde de la fin du 19e siècle et du début du 20e.

Pour cette mise en ligne, l'équipe du département des archives ethnomusicologiques de la BL, sous la direction de Janet Topp-Fargion, a mené une réflexion sur les questions de droit et d'éthique, en travaillant en collaboration avec la World Intellectual Property Organization (WIPO ) et en particulier l'IGC ou Intergovernmental Committee on Intellectual Property and Genetic Resources, Traditional Knowledge and Folklore.  Au moment de l'interrogation des archives ethnomusicologiques, une déclaration conjointe WIPO/BL s'affiche pour les internautes. Cette déclaration, sorte de charte juridique pour les collections, pourrait être intéressante à reprendre sur un site d'archives sonores du même type, si ce n'est en l'état en tout cas dans l'esprit : le texte pourra être discuté lors des réunions de travail qui s'annoncent dans le cadre de la rédaction du Guide de bonnes pratiques sur les questions de  droit et d'éthique pour la diffusion des données en SHS. Je tente ici une traduction, n'hésitez pas à faire d'autres propositions à travers les commentaires.

"La British Library a numérisé ses collections sonores dans un but de conservation mais aussi afin que ces enregistrements puissent être diffusés et utilisés dans le cadre d'exploitations non commerciales pour la recherche, l'éducation ou toute autre utilisation qu'elle soit privée ou appartenant au cercle familial. Ces collectes sont des matériaux sensibles sur la culture de différentes sociétés, enregistrés au cours de recherches ethnographiques. Ainsi, ces enregistrements ne doivent pas être modifiés ou utilisés d'une façon qui pourrait heurter  les communautés autochtones et locales qui sont dépositaires mais aussi vecteurs de la musique traditionnelle et de leurs chants, des savoir faire, des contes, des spectacles et autres matériaux créatifs que l'on trouve dans ces enregistrements sonores.

La British Library, ainsi que ceux qui ont contribué à la constitution des collections, est certes détentrice de la propriété intellectuelle de la numérisations des documents  sonores et propriétaires des supports mais elle reconnait des droits plus étendus à tous ceux qui ont transmis ce patrimoine culturel immatériel, ainsi qu'à ceux qui sont considérés comme les "gardiens traditionnels" de ces matériaux - en vertu des lois nationales, coutumières ou autre -, qu'il s'agisse de musiques, de paroles ou de autres créations enregistrés dans ces collectes. C'est pour cela que, pour toute réédition ou utilisation commerciale de tout ou partie de ces matériaux, il est obligatoire d'obtenir  le consentement préalable de la British Library, comme de tous ceux qui ont contribué à la création de l'archive, mais aussi des "gardiens" de ces cultures.

La British Library est très attentive à la prise en compte des sensibilités culturelles et des interdits religieux en lien avec les sociétés auxquelles appartiennent les témoins enregistrés. Lorsque elle détient les information identifiant l'enregistrement, la British Library le documente le mieux possible, en indiquant en particulier le lieu et la date de de la prise de son, les noms des interprètes, des compositeurs et de tous les témoins qui transmettent leurs savoirs, leurs récits, leurs musiques ou leurs chants. La British Library s'applique à ne jamais déformer ou altérer de quelque façon que ce soit ce matériau. Toutefois, si un représentant d'une communauté ou une communauté se sent lésée par la numérisation et la mise à disposition de ces matériaux, la British Library invite la communauté à la contacter afin d'engager une discussion et résoudre la situation à l'amiable.

 

The following statement has been prepared together with the World Intellectual Property Organization

The British Library has digitised these collections of recordings and made them available purely for the purposes of safeguarding them and for making them available for non-commercial research, study and private enjoyment. The collections include culturally sensitive materials, among them ethnographic sound recordings. These recordings should not be altered or used in ways that might be derogatory to the indigenous and local communities who are traditional custodians of the traditional music, lyrics, knowledge, stories, performances and other creative materials embodied in the sound recordings.

While the British Library, or contributors to its collections, may be the owner of intellectual property in the digitisations of the sound recordings and in the sound recordings themselves, the Library recognises that broader rights and interests in intangible cultural heritage, including traditional music and other creative materials embodied in the sound recordings may, under national, customary and other laws, reside with the traditional custodians of such materials. Therefore the prior informed consent of the British Library and/ or other contributing third parties, as well as the traditional custodians is required for the republication and commercial use of part or whole of these materials.

The British Library always seeks to take account of cultural sensitivities and any religious or other restrictions in the recordings its possesses and/or owns. Where possible, the location and date of the recording, the names of original performers and traditional custodians of the music, and the lyrics, knowledge, stories and performances embodied in the sound recordings have been identified. The Library takes considerable care not to distort or alter this underlying material in any derogatory way. In the event, however, that any community or community representative feels aggrieved by the digitisation and making available of these materials, the British Library invites such community to contact it via the link below in order to resolve the matter amicably through mutual discussion.

 

A propos des collections sonores de la British Library lire aussi http://phonotheque.hypotheses.org/4517

Crédits photographiques : vue extérieure de la Bristish Library, Londres, février 2011, Véronique Ginouvès.

1er juin 2011 : entrée en vigueur de la Convention de Faro

1er juin 2011, belle nouvelle pour les citoyens européens : aujourd'hui la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (ou Convention de Faro du 27 octobre 2005) entre en vigueur. Le texte est passé de justesse en février dernier grâce à la ratification de la Géorgie : 10e Etat pour la ratifier1, mais ne cherchez pas, la France n'est pas dans les neuf autres2.

Cette convention est importante pour tous les citoyens européens car elle considère la connaissance, la vie et la pratique du patrimoine culturel comme un droit fondamental, dans la lignée de la Déclaration universelle des droits de l’homme,.

La convention de Faro3  pourrait être considérée comme une forme de mise en pratique de la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Toutefois, le lecteur habitué aux débats sur ces questions, constatera très vite que le texte rend compte du cheminement juridique du concept de « patrimoine culturel immatériel » et propose sa propre optique. Par exemple, dans l'article 9 « Usage durable du patrimoine culturel », il est dit que « le patrimoine culturel sert à promouvoir l’utilisation des matériaux, des techniques et du savoir-faire issus de la tradition, et à explorer leur potentiel dans la production contemporaine ». Il est bien question ici d’immatérialité, telle que la convention de l'UNESCO l'évoque dans sa définition. Toutefois, le texte préfère faire appel à d'autres concepts, sans doute parce que le terme « immatériel »ne fait pas l'unanimité dans tous les Etats européens. Ici, c'est le mot « tradition » qui émerge, plus ancien pourtant, mais peut-être plus « tangible ». De même il est également question de « communautés patrimoniales » et non de « groupes ethniques » comme on le trouve dans d’autres textes4.

Au-delà des questions de lexique, l'approche de la Convention de Faro est particulièrement innovante car elle ne part pas de l'objet à protéger − le patrimoine − mais du sujet bénéficiaire, à savoir toute personne « seule ou en commun » et des responsabilités individuelles et collectives envers ce patrimoine Le texte est d'abord de nature philosophique, éthique et déontologique mais il propose aussi des modes d'actions. Il ne se contente pas de préconiser le renforcement de la participation du public au processus de valorisation du patrimoine, il rappelle également l'importance du débat public dans la fixation des priorités nationales en matière de patrimoine culturel et de son utilisation durable.

Ainsi, le Titre IV de la Convention prévoit une coopération entre les différents Etats pour promouvoir la reconnaissance d'un patrimoine européen en commun. La coopération inclut le maintien, le développement et la contribution de données pour un système d'information partagé, accessible au public qui facilite l'évaluation de l'engagement de chaque partie à la Convention5.

Dépositaires d'archives enregistrées par des chercheurs qui s'intéressent au patrimoine culturel des populations sur le terrain, les phonothèques de l'oral sont donc confrontées à de nouvelles responsabilités : la gestion de l'héritage culturel de ces archives. Les centre de recherche ne peuvent rester indifférents à ce vaste mouvement de restitution des données culturelles vers les citoyens.

Crédits photographiques : Les vainqueurs du Palio 2011, contrade Tartuga,  font le tour du Campo de Sienne, Août 2011, Véronique Ginouvès.

 

  1. Suivant la série des traités du Conseil de l’Europe n° 199, la convention a pu entrer en vigueur après enregistrement de dix ratifications. Elle était ouverte à la signature des Etats membres du Conseil de l’Europe et à l’adhésion de la Communauté européenne et des Etats européens non membres. C'est l'article 19b qui stipule "Pour tout Etat adhérent, ou pour la Communauté européenne en cas d’adhésion, la Convention entrera en vigueur le premier jour du mois qui suit l’expiration d’une période de trois mois après la date de dépôt de l’instrument d’adhésion près le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe." []
  2. Les dix Etats ayant ratifié la Convention de Faro sont : la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Lettonie, la Moldavie, le Montenegro, la Norvège, le Portugal, la Serbie et la Géorgie. En mars 2011, le sénateur Serge Lagauche a interrogé le gouvernement français sur la convention de Faro et sa ratification. []
  3. Du nom de la ville portugaise de Faro où elle a été adoptée le 27 octobre 2005. []
  4. Par exemple, l'expression est employée dans les texte de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (1965) ou celui de la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement (1960) ou encore plus récemment, on la retrouve dans des présentations sur le site de l'UNESCO d'éléments inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme la danse des fermiers du groupe ethnique coréen en Chine ou encore le grand chant du groupe ethnique Dong []
  5. A ce titre, il sera intéressant de suivre le développement du Réseau Herein qui tient d’ores et déjà compte des orientations de la Convention de Faro. Ce réseau se veut un un système permanent d’information sur les politiques du patrimoine en Europe à la disposition des administrations, des professionnels, des chercheurs et du public. Le site propose notamment une base de données sur les politiques patrimoniales et systèmes de protection en Europe, avec un outil informatisé permettant d’effectuer des recherches sur des thématiques précises et des comparaisons entre les pays ; un thésaurus multilingue en 14 langues (allemand, anglais, bulgare, croate, espagnol, français, grec, hongrois, lituanien, néerlandais, polonais, portugais, roumain, slovène) dans le domaine du patrimoine ; une sélection de liens de référence dans le domaine du patrimoine culturel et naturel en Europe ; des expositions virtuelles, des évènements en cours en Europe… []

Compte rendu : une après-midi sur le patrimoine culturel immatériel

Le Zoom Arcade du 9 novembre 2010 sur le patrimoine culturel immatériel était placé sous le signe du flamenco : pour rappeler son inscription en novembre 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l'UNESCO, Philippe Fanise avait invité Jean Fernandez dit El Tchoune à ouvrir l'après-midi sur un chant accompagné à la guitare et aux percussions. Joli procédé pour que le public puisse se plonger en quelques instants dans toute la profondeur, l'émotion et la force du patrimoine immatériel. Les conférences en ont recueilli plus d'intensité. En présentant la manifestation, Philippe Fanise a souligné le nombre important de participants, plus d'une centaine, venus de toute la France et issus de  milieux professionnels très différents : le patrimoine culturel immatériel intéresse bien-sûr ceux qui le vivent, mais aussi ceux qui l'étudient, ceux qui le conservent, sans oublier ceux qui le soutiennent... Ainsi, se côtoyaient ce jour là des artistes et des représentants des arts du spectacle, des musées, des associations culturelles, des responsables de DRAC, de parcs naturels, des conservateurs du patrimoine, des archivistes, des bibliothécaires, des enseignants, des chercheurs, des étudiants, des responsables du tourisme... Cette demie-journée s'est avérée extrêmement riche en enseignement puisqu'elle a permis de bien comprendre les enjeux de la convention de l'UNESCO, d'engranger des exemples concrets d'actions locales autour du patrimoine immatériel et de prendre connaissance de projets de valorisation dans le domaine en région PACA.

Pour présenter la convention de l'UNESCO pour le patrimoine culturel immatériel1, Chérif Khaznadar2 a tout d'abord fait le récit de la naissance d'une nouvelle expression, celle de « patrimoine culturel immatériel » : une combinaison de trois termes pour désigner un concept peu ou mal connu. Contre toute attente, l'expression a été adoptée au niveau mondial. Folklore, traditions populaires, patrimoine vivant... depuis le 18e siècle, les appellations se multipliaient, elle se sont trouvées résumées en une seule, institutionnalisée lorsque l'UNESCO a commencé à travailler sur le sujet3. Elle est aujourd'hui entrée dans le langage courant, souvent abrégée en « PCI ». Une belle réussite, car les mots comptent pour que la société civile puisse s'approprier les projets lancés par les institutions ! Dans un pays comme la France, par exemple, où le patrimoine est sacré et où le terme de folklore n'est pas sans provoquer un certain malaise, la création de ce nouveau terme a permis d'effacer un passif et de repartir sur des bases nouvelles.

Au-delà d'une simple lecture, c'est avec clairvoyance que Chérif Khaznadar nous a fait pénétrer directement au coeur des enjeux de la convention - partageant avec générosité sa grande connaissance du terrain4. Revenons en 1972. A ce moment là, la première convention de l'UNESCO concernaient uniquement la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, faisant la part belle aux pays occidentaux. De façon un peu embarrassante, l'Afrique et le Pacifique étaient cruellement absents de cette liste, et ce même après l'ajout de la notion de patrimoine naturel dans la convention. L'immatériel semblait un bon moyen d'ouvrir la porte aux pays du Sud. Le travail de rédaction de la convention a été le fruit d'une longue élaboration qui a permis de faire émerger des questions fondamentales.  Il a abouti à un texte clair et constructif, d'une intelligence rare - c'est Charles Quimbert qui le définira ensuite ainsi - car il permet à chaque acteur de terrain de s'y retrouver. Au moment de l'écriture, les experts pensaient tout d'abord simplement aménager celui de la convention de 1972. Mais très vite il est apparu que ces deux patrimoines matériel/immatériel étaient bien trop opposés : le premier répondait aux critères de valeurs universelles et exceptionnelles avec des notions de hiérarchie et d'authenticité, le second ne pouvait prendre en considération ce type de sélection... Le patrimoine vivant, qu'il s'agisse de musique, de danse, de savoir-faire, de rituel... ne peut se mesurer à un autre. Deux listes ont ainsi répondu à deux postures différentes : lorsque le patrimoine culturel immatériel est en danger il est à sauvegarder (liste de sauvegarde), sinon il est simplement représentatif (liste représentative).5.

Etonnammment les pays signataires ont tout de suite choisi d’inscrire des éléments de leur patrimoine sur la liste représentative. Pour Chérif Khaznadar, cette attitude est pourtant loin de l’esprit de la convention. Lors de la cinquième session du comité intergouvernemental à Nairobi en octobre dernier, les dossiers de la liste représentative dominaient toujours par leur nombre et, pire encore, alors que pour la première fois la session avait lieu en Afrique sub-saharienne aucun dossier africain n’a émargé sur la liste de sauvegarde en 2010. Pourquoi donc tous les pays souhaitent-ils ainsi voir leur patrimoine inscrit sur cette liste ? Chérif Khaznadar n’a pas de réponse à cette question mais pour lui cette liste représentative n’a finalement qu’une valeur d’enregistrement, pour un coût et une charge de travail de plus en plus lourde chaque année. Il a rappelé que l’UNESCO n’avait pas de moyens financiers assez importants pour soutenir tous les projets inscrits et que les fonds allaient en priorité pour le financement de projets de sauvegarde et l'assistance internationale. L'essentiel de la sauvegarde doit s'organiser au niveau national et le soutien financier de l'UNESCO n'est engagé que les pays en voie de développement. La liste « représentative », quant à elle, n’implique aucun soutien spécifique. Pour soutenir et susciter des actions de sauvegarde, et afin que les pays signataires reconnaissent - ou connaissent - mieux leur patrimoine immatériel, l'UNESCO a lancé des actions incitant à la réalisation d'inventaires dont les méthodes sont laissées au choix de chacun.  Ils se multiplient actuellement et certains ont permis de véritables découvertes. Le Vénézuela qui a publié le Censo del Patrimonio Cultural Venezolano et la Colombie qui a mis en place une cartographie musicale, sont deux exemples de réussite de ce type d’inventaire dont il y a beaucoup à attendre.

Parmi les questions de la salle, nombre ont porté sur la question des langues minoritaires, en regrettant qu'elles ne puissent être inscrites sur la liste de sauvegarde en tant que telles. L'UNESCO oeuvre à promouvoir la diversité linguistique et le multilinguisme, l'atlas des langues en danger dans le monde qu'il a publié en ligne en 2009 en est un des exemples ; mais, en effet, dans la convention, la langue est présentée comme un vecteur de communication et ne peut être un élément de dépôt. C'est le contexte dans lequel l'élément à sauvegarder est immergé, ce qui implique la défense des langues. Pour Charles Quimbert, l'entrée de la langue par l'aspect « patrimonial », héritage transmis de génération en génération est vraiment intéressant pour faire vivre les langues : la sauvegarde des paghjelle inscrites dans la liste de sauvegarde en 2009 engage la langue corse dans laquelle elles sont interprétées, il en va de même pour le conte ou encore la transmission d'un savoir-faire. Dans les projets de l'UNESCO il semble qu'il soit question de travailler sur une convention spécifique pour les langues, elle sera attendue avec beaucoup d'intérêt et d'impatience !

Charles Quimbert, chanteur breton et directeur de Dastum, a ensuite présenté, en trois points très concrets, comment les acteurs culturels d'une région se sont emparés d'un outil juridique ratifié par la France, la Convention du patrimoine culturel immatériel, pour faire fructifier leurs actions. Il a tout d'abord expliqué que cette convention arrivait à point dans une Bretagne qui ne se considérait ni nostalgique, ni passéiste, à l'aise dans la mondialisation. Ce texte offrait, en plaçant la personne et les communautés au coeur de la réflexion, de bonnes bases pour réfléchir sur les enjeux de la diversité culturelle et la façon de donner une place aux acteurs et aux témoins. Une journée a été organisée en décembre 2008 : plus de 200 personnes sont venues découvrir la convention et les actions qui pouvaient être menées sous ses auspices. Le fest-noz est une fête vivante, transmise de génération en génération, passé de la sphère privée à la sphère publique, communautaire, intergénérationnel. Les chants à écouter (Gwerz et complaintes) sont en train de disparaître. La demande sera faite d'inscrire le premier sur la liste représentative, les seconds sur la liste de sauvegarde. En conclusion, ce travail régional autour du patrimoine immatériel s'est avéré extrêmement constructif. Il a permis à chacun de s'en saisir. Le comité du patrimoine immatériel en Bretagne est une lieu de réflexion et de rêve... Plusieurs secteurs y sont présents et notamment le monde économique, celui la cohésion sociale, ils ont rarement autant travaillé avec celui de la culture.

Dominique Séréna s'est appuyée sur une présentation historique des musées pour démontrer que ceux-ci peuvent utiliser le patrimoine matériel à bon escient afin de générer du patrimoine immatériel qui ait du sens. Dans le projet de refondation du Museon Arlaten, le parti pris a été de considérer le musée comme un objet patrimonial au même titre que les objets provençaux d'usage réunis depuis plus d'un siècle. Dans ce lieu de mémoire créé par Mistral, chaque objet pourrait - si on savait le faire parler - raconter des traditions vivantes, mais ces objets ont été jusqu'ici empilés dans des vitrines et recouverts de poussière. Dominique Séréna "sauvegardienne", nous décrit avec humour et finesse, les traditions reprises par les multiples discours : ceux des objets, ceux des conservateurs, ceux des habitants, ceux des étiquettes inversées... Elle cite par exemple les reconstitutions grandeur nature de la veillée de Noël - un savoir être ensemble des provençaux qui pourrait très bien être inscrit sur les listes du PCI - que Frédéric Mistral avait fait réaliser pour le musée. Mistral reconstituait alors ce qu'il connaissait de la veillée. Avec le mouvement folkloriste, Marie Gasquet et la revue d'Aubagne, la tradition vint à être normée :  dans la salle calendale il n'y a qu'une petite dizaine de desserts et pourtant chaque année le miracle se produit, les visiteurs en voient toujours 13... Le musée a fermé l'année dernière pour ré-ouvrir en 2014 : comment continuer à le faire vivre entre temps ? Les actions hors les murs sont nombreuses mais il en est une où le patrimoine immatériel est particulièrement valorisé  : le voyage des 10. Dans cette aventure, Guylaine Renaud, femme troubadour, a proposé de travailler autour de 10 objets choisis avec elle par les conservateurs du musée, du vélo de Jeanne Calman en passant par une vitrine judéo-comtadine, la charrette de la Saint-Eloi ou les trompettes de la Saint-Jean...  Pour chacun d'eux, Guylaine Renaud invite un artiste, en résidence itinérante. Chacun va utiliser à la fois ses compétences, ses traditions, sa création, et les objets se mettent à parler.

La phonothèque de la MMSH a présenté le portail du  patrimoine oral, un outil collectif qui permet de rechercher à travers une grande masse critique de documents du patrimoine oral : récits de vie, savoirs faire, contes, chansons, ... Voilà l'occasion d'écouter les détenteurs du patrimoine immatériel.  Charles Quimbert est de ceux là, qui nous a chanté J'ai fait l'amour à une brune en clôture de notre après-midi.

Diaporama présenté par la phonothèque de la MMSH lors du Zoom Arcade :

Présentation du programme du Zoom du 8 décembre 2010 : http://phonotheque.hypotheses.org/3898

Crédits photographiques : Espagne / Danse locale, photographie de Ch. Chusseau-Flaviens, ca. 1908 (plaque de verre, 9 x 12 cm), collection George Eastman House

Etonnammment les pays signataires ont tout de suite choisi d’inscrire des éléments de leur patrimoine sur la liste représentative. Pour SK, cette attitude est pourtant loin de l’esprit de la convention. Lors de la cinquième session du comité intergouvernemental à Nairobi en octobre dernier, les dossiers de la liste représentative dominaient toujours par leur nombre et, pire encore, alors que pour la première fois la session avait lieu en Afrique sub-saharienne aucun dossier africain n’a émargé sur la liste de sauvegarde en 2010. Pourquoi donc tous les pays souhaitent-ils ainsi voir leur patrimoine inscrit sur cette liste ? Chérif Khaznadar n’a pas de réponse à cette question mais pour lui cette liste représentative n’a finalement qu’une valeur d’enregistrement, pour un coût et une charge de travail de plus en plus lourde chaque année. Il a rappelé que l’UNESCO n’avait pas de moyens financiers assez importants pour soutenir tous les projets inscrits et que les fonds allaient en priorité pour le financement de projets de sauvegarde et l'assistance internationale. L'essentiel de la sauvegarde doit s'organiser au niveau national et le soutien financier de l'UNESCO n'est engagé que les pays en voie de développement. La liste « représentative », quant à elle, n’implique aucun soutien spécifique. Pour soutenir et susciter des actions de sauvegarde, et que les pays signataires connaissent et reconnaissent mieux leur patrimoine immatériel, l'UNESCO a lancé des actions incitant à la réalisation d'inventaires dont les méthodes sont laissées au choix de chacun.  Ils se multiplient actuellement et certains ont permis de véritables découvertes. Le Vénézuela qui a publié leCenso del Patrimonio Cultural Venezolano et la Colombie qui a mis en place unecartographie musicale, sont deux exemples de réussite de ce type d’inventaire dont il y a beaucoup à attendre.
  1. Cette convention, promulguée en octobre 2003, est entrée en vigueur en 2006. Elle est ratifiée par 133 pays aujourd'hui. []
  2. Chérif Khaznadar est président de la Maison des Cultures du Monde, vice-président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO []
  3. Lanarani, Leila. « L'avant-projet de convention de l'Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : évolution et interrogations ». Annuaire français de droit international, 2002, Vol. 48, n°48, pp. 624-656 [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/afdi_0066-3085_2002_num_48_1_3719 []
  4. Cherif Khaznadar a été directeur de la maison de la culture de Rennes pendant 10 ans où il a créé en 1974 le festival des arts traditionnels. Il a ensuite créé la Maison des Cultures du Monde à Paris en 1982 et le centre de documentation sur les spectacles du monde à Vitré. Directeur de la maison des cultures du monde entre 1982 et 2007, il en est devenu président en 2008. Aujourd'hui il dirige la Collection Internationale de l'Imaginaire, co-fondée et co-dirigée jusqu'en 2007  (date de son décès) avec Jean Duvignaud. Le thème principal est celui de l'univers des arts vivants de par le monde, notamment d'un point de vue ethno-musicologique (Babel / Maison des Cultures du Monde). []
  5. Notons également que 90 chefs d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité, « proclamés » en 2001, 2003 et 2005, ont intégré à la liste représentative par le Comité, en 2008 dans un programme précurseur de la convention.  Nous pourrions également ajouter l'existence d'une troisième liste, constituée par le registre de bonnes pratiques. Ce registre répertorie les programmes, projets et activités visant à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel considérées comme les plus pertinents et exemplaires. C'est le Comité intergouvernemental qui les sélectionne périodiquement, parmi les propositions soumises par les États parties, et les promeut en tant que bonnes pratiques de sauvegarde. []

Zoom sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : de la convention de l’Unesco à l’action régionale

Le mercredi 8 décembre 2010 de 14h à 17 h aura lieu à Aix-en-Provence une demi-journée d'information et d'échanges sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.  Cette formation est organisée dans le cadre des Zooms mensuels d'ARCADE  où se donnent rendez-vous les professionnels du spectacle vivant  pour approfondir un sujet d'actualité ou une question de fond pour le secteur de la culture, des arts et du spectacle, tout en créant un espace de rencontre entre professionnels. La journée est gratuite et ouverte à tous mais il est nécessaire de s'inscrire auprès du Centre d'information et de documentation d'ARCADE 04 42 21 78 65 et cid [@] arcade-paca.com. Vous pouvez demander des renseignements complémentaires à Philippe Fanise, responsable du service des musiques et danses traditionnelles et du monde à ARCADE et organisateur de l'évènement : p.fanise[@]arcade-paca.com

L'invité d'honneur en sera Chérif Khaznadar, président de la Maison des Cultures du Monde, vice-président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO. Il présentera la Convention de l’UNESCO adoptée en 2003 et entrée en vigueur en 2006 : ses objectifs et son fonctionnement ainsi que les premiers résultats de son action,  ses effets positifs comme ses effets pervers.  Il reviendra sur les définitions de certains termes comme "conservation" ou "patrimoine culturel immatériel" en délimitant les domaines qui en font partie : traditions et expressions orales, arts du spectacle : musiques, danses et théâtre traditionnels, rituels et événements festifs, pratiques et connaissances concernant la nature et l’univers, savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel… Enfin, il brossera un tableau de la mise en oeuvre de la convention en France, à l'échelle nationale et régionale.

Un compte rendu de la journée a été rédigé sur Les carnets de la Phonothèque le 13 décembre 2011 ; http://phonotheque.hypotheses.org/4297

Sa conférence sera suivi de trois interventions destinées à illustrer les actions régionales, de Bretagne en Provence avec :

Charles Quimbert , directeur de Dastum, patrimoine oral et musical de Bretagne.
La déclinaison de la convention sur le Patrimoine Culturel Immatériel en Région Bretagne.

Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence) : Ecouter le patrimoine immatériel. L’exemple du Portail du patrimoine oral, catalogue collectif d’archives sonores et audiovisuelles sur les traditions orales (FAMDT/BnF)

Dominique Serena, conservatrice du Museon Arlaten (Arles) : Le voyage des 10 ( Hors les murs ). Comment, autour de la rencontre entre 10 objets du musée et 10 artistes créateurs, le patrimoine matériel inspire le patrimoine immatériel.

Le programme : http://www.arcade-paca.com/index.php?id=675

Crédits photographiques : Musique de rue pour un baptême à La-Paz, 28 août 2005, Véronique Ginouvès.

Depuis le travail de terrain jusqu’à la restitution : recueillir, archiver et diffuser. Le patrimoine immatériel se conjugue à Bilbao

L'Association européenne (AE) Txoke ! pour la recherche, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine culturel, organise un congrès international à Bilbao (Biscaye, Pays Basque, Espagne) les 13, 14, 15 et 16 octobre 2010.  La thématique générale du congrès est le patrimoine immatériel, son recueil et sa fixation, la constitution et la gestion des archives sonores et audiovisuelles (catalogage de l’inédit, normes et standards, conservation, restauration), et son exploitation (différents types de diffusion, publication), sans oublier les problèmes éthiques et juridiques. La phonothèque de la MMSH sera représentée par Corinne Cassé ethnologue, chargée de mission à l'association Paroles Vives. Elle proposera à son retour une synthèse de ces journées sur les Carnets de la phonothèque.

Sur le site de l'association vous trouverez le programme complet, les informations pour vous y inscrire, une présentation des intervenants et sous peu les textes de leurs conférences.

Compte-rendu du colloque sur les Carnets de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/4172

2ème rencontres du PCI les 27 et 28 novembre 2009 à Clermont-Ferrand

189328714_6242577767_bAprès Rennes, c'est Clermont-Ferrand qui accueillera les deuxièmes rencontres du patrimoine culturel immatériel (PCI). En direction des élus, des acteurs culturels, des habitants, des artistes, des médias, des agents de développement, des professionnels du tourisme, des universitaires… ces rencontres ont pour objectif d'apporter des éléments sur le rôle que le PCI peut jouer dans le développement des territoires, par les questionnements qu’il soulève sur les notions d’invention, d’identité, de communauté, de citoyenneté, de développement durable, de tourisme culturel, de gouvernance…

Programme

vendredi 27 novembre 2009

14h - 16h :

Ouverture des journées par les organisateurs : Emmanuelle Perrone, Directrice Adjointe de l’Association Cultures et Traditions (ANCT) à Gannat, André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires en Auvergne (AMTA) et Pierre-Olivier Laulanné, Directeur de la  Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles (FAMDT)

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel et son application, interventions de Catherine Henri-Martin, Vice-Présidente du Conseil Régional d’Auvergne chargée de la culture ; Laurent Heulot, Directeur Régional des Affaires Culturelles d’Auvergne ; Michel Clément, Directeur de l’Architecture et du Patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication ; Christian Hottin, Chef de la mission ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication ; Marie-Blanche Potte, Conservateur du Patrimoine, Chef du Service Culture et Inventaire au Conseil Régional d’Auvergne

16H30-18H30
Table ronde : La convention du Patrimoine Culturel Immatériel va-t-elle changer les modes de gouvernance ?
Modérateur et introduction, Pascale Bonniel-Chalier, Université Lumière Lyon 2 ; Christelle Blouët, gestionnaire culturelle et directrice artistique, coordinatrice du Réseau culture 21 pour l’Observatoire des politiques culturelles, Grenoble ; Stéphane Briant, Maire d’Antignac, Vice-Président chargé de la culture de la Communauté de communes Sumène-Artense Isabelle Blanc, Directrice du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne ; Elisa Dumay, Directrice de l’Association de l’Aire, Drôme

21H30
Ciné-concert : L’œil du pharmacien, par l’Auvergne Imaginée

28 novembre
9H30-10H30

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel comme outil de développement des territoires : plues values et risques

Modérateur et introduction par Cyril Isnard, Université d’Evora (Portugal) et cofondateur du Réseau de chercheurs sur les patrimonialisations ; Jean Pinard, Directeur du Comité Régional de Développement Touristique d'Auvergne ; Nicolas Canova, Université de Grenoble - UMR PACTE-Territoires ; Murielle Bousquet, Directrice de Source, Centre National de ressources du tourisme et du patrimoine rural
11H-13H

Atelier 1 : Le Patrimoine Culturel Immatériel au cœur des projets de coopération

Atelier 2 : Le Patrimoine Culturel Immatériel source d’innovation dans l’économie sociale

14H45-15H : Rapport des ateliers

15H-17H

Table ronde : Le Patrimoine Culturel Immatériel levier de développement
Modérateur et introduction, Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, Université de Nice ; Pascal Guitard, Directeur de l’Agence Régionale de
Développement des Territoires d'Auvergne ; Pierre Jarlier, Sénateur-Maire de St Flour ; André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne (AMTA) ; Jean-Michel Guerre, Maire de Bellerive sur Allier, Vice-Président du Conseil Régional d’Auvergne chargé du développement et de l’aménagement des territoires ; Yaël Epstein, Ethnologue, chargée de missions au Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes

17H30-18H
Conclusions

Lieu : Corum St Jean, 17 rue Gaultier de Biauzat, 63000 Clermont-Ferrand
Téléphone :  04 73 31 57 00
Inscriptions : 5€ Etudiants et demandeurs d’emploi  - 25€ Associations et collectivités - 20€ Tout public.
Renseignements disponibles sur les sites :
http://www.lafeuilleamta.fr
http://www.cultures-traditions.com
http://www.famdt.com

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, La Paz, août 2005.