Archives du mot-clé vie des bibliothèques

Le plus grand Jukeboxe du monde

La bibliothèque du Congrès vient de recevoir en don une extraordinaire collection de disques produite entre 1930 et 1950 par Universal Music Group. C'est la première fois qu'un grand label dépose dans une bibliothèque publique la totalité de sa production : 200 000 masters métalliques, 8 à 10 000 bandes magnétiques et 15 000 78 tours vont ainsi venir enrichir les collections de la Library of Congress.  Ils seront stockés sous une colline à Culpepper, en Virginie, dans des bâtiments conçus pour résister à une attaque nucléaire, "Le Packard" (d'après le nom du donateur du site). The Library of Congress Packard Campus for Audio Visual Conservation ou Campus du centre national de conservation de l'audiovisuel est désormais le plus grand musée sonore du monde. Il semble que ce soit un incendie qui a détruit, il y a deux ans, une partie des collections de films et de vidéos de ses studios d'Hollywood qui ait fini par décider Universal Music de confier à une bibliothèque publique cette collection unique. Le temps qui détruit sans relâche les fragiles supports sonores leur a fait accélérer les choses. Universal n'avait pas la capacité de mettre en oeuvre la numérisation et le traitement de tous ces documents : les archives pourront être traitée par des professionnels de la musique et mise à la disposition du public.

Gene DeAnna, directeur du de la section "Recorded Sound" ne cache pas sa joie et raconte volontiers l'histoire magique de ce dépôt qui a nécessité plus de deux ans de négociations. Il est heureux d'imaginer tout ce qu'il a encore à découvrir : d'après une étude seule 14% de la musique enregistrée entre 1890 et 1960 est disponible dans le commerce !

Universal recevra une copie numérique de l'ensemble du fonds et conservera ses droits pour éditer ou rééditer certains titres mais elle abandonne les droits d'écoute sur le site de la Bibliothèque du Congrès. Celle-ci a déjà signé un accord avec une autre grande maison de disques, Sony BMG et dès le printemps elle promet de mettre en ligne en streaming les enregistrements qui auront été traités pour créer le plus grand Jukebox du monde, the Library of Congress National Jukebox.

Crédits photograhiques : Portrait de Louis Armstrong, Carnegie Hall, New York, ca. avril 1947. Photographie de William Gottlieb. Collection de la Bibliothèque du Congrès.  William Gottlieb a cédé cette photographie au domaine public.

Un compte-rendu de la journée d'études des professionnels de l'information de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS - 25 novembre 2010

L’institut des sciences humaines et sociales du CNRS a organisé, le jeudi 25 novembre dernier, une journée d’études consacrée aux professionnels de l’information de la BAP F. Cette branche d’activités professionnelle de l'enseignement supérieur et de la recherche regroupe les métiers de la documentation, de la culture, de la communication, de l’édition et des TICE ; elle est décrite dans un REFérentiel des Emplois-types de la Recherche et de l'ENseignement Supérieur (REFERENS). Le programme détaillée et les interventions de la journée sont disponibles sur le site de l'INSHS

Côté métier

La BAP F est fortement représentée dans les unités SHS. 600 personnes accompagnent la vie quotidienne des chercheurs et soutiennent la diffusion des résultats de la recherche en créant un site, en faisant des actions de communication, en proposant une documentation structurée ou en réalisant de la cartographie. Ces métiers sont en constante évolution car très liés aux technologies de l'information et de la communication. L'INSHS a le désir d'animer ce réseau de compétences en aidant à la circulation et à la mutualisation des bonnes pratiques.

Qui sommes-nous ? Des femmes principalement (74%) de plus de 35 ans, documentalistes (50%), ingénieur(e)s d'étude, travaillant à Paris et la région parisienne et aussi dans des unités situées en région, et en particulier en Rhône Alpes et en Provence. L'observatoire des métiers du CNRS pour la BAPF va proposer un répertoire d'activités plus précis que le répertoire des emploi-type, lui même différent de fiches de poste. Un débat a eu lieu autour de la question des missions des professionnels de l'information dans les laboratoires.

Les plateformes à notre service

Les missions du TGE Adonis (http://www.tge-adonis.fr) ont été rappelées : structuration des ressources numériques, moyen de stockage et de calculs pour les laboratoires, plateforme de recherche nommée ISIDORE qui a été inaugurée en décembre 2010. Il s'agit d'un moteur de recherche spécialisé en SHS qui moissonnent les données de collections, 35 à ce jour, et valorisent ainsi des ressources du web invisible comme la banque de données Regards, tout en permettant une recherche globale sur divers portails existants, Revues.org, Crévilles, Persée...

Le TGE Adonis a participé à la finalisation de deux autres plateformes proposées par le CCSD. La première présentée lors de cette journée a été SciencesConf-Hal Gestion de conférences (http://www.sciencesconf.org) : il s'agit d'une interface de gestion de conférence pour absolument tout faire autour d'un projet de colloque : appels à communication, création de liste de diffusion, formulaire d'inscription, circuit fermé de validation, actes finalisés, dépôt dans HAL, outils statistiques, site pérenne. Tout projet de site pour un colloque doit être déclaré et soumis à validation, ensuite nous pouvons disposer d'un site propre entièrement paramétrable (interface proche de Hal), y compris le graphisme…La plateforme est articulée avec Azur colloque (centre de paiement du CNRS). Le site est opérationnel depuis fin 2010.

Médihal (http://medihal.archives-ouvertes.fr), autre service du CCSD et projet du TGE Adonis, a pour mission d'archiver de façon pérenne des corpus d'images. Ce projet est né du constat que les chercheurs disposent d'un grand nombre de photos sur des disques durs cassés ! De plus en plus de données numériques sont délocalisées pour être conservées. L'objectif de Médihal est donc de conserver les données de la recherche et de diffuser les collections d'images, d'ouvrir les données à un public et à un autre usage. Comment sont structurées les métadonnées dans Médihal ? Elles suivent les normes IPTC Core Schema for XMP et proposent des images aux formats JPG et TIFF. Au moment de la saisie, il est possible d'indiquer la latitude et la longitude de la prise de vue et d'avoir ainsi automatiquement l'affichage de la géolocalisation de la photographie. Des flux RSS sont générés par auteur et par catégorie. Les images peuvent être diffusées sous licence créative commons ou sous des droits spécifiques. Il s'agit avant tout de mettre en valeur des séries, des collections d'images attachées à un projet de recherche à ou à la numérisation d'un fonds patrimonial ; à voir en exemple, les collections de l'Ifpo et de la Bibliothèque Universitaire de Lyon1.

La présentation a donné lieu à un débat sur la validation des documents déposés. L'extension du service aux données sonores et audiovisuelles pose le problème de façon plus cruciale encore : si il est possible de lire rapidement un document textuel ou de visualiser une photographie, impossible de savoir ce qu'il y a dans un document sonore ou filmique sans prendre le temps d'ouvrir le fichier et d'écouter ou regarder sur la durée : écouter ou visualiser une information continue devient une tâche beaucoup trop lourde pour le valideur. Il faudra trouver d'autres modalités pour les formats audios et vidéos. A lire : la notice de MediHal dans Aldébaran http://aldebaran.revues.org/6509

Aux côtés des revues, la plateforme Revues.org propose désormais des collections de livres en ligne. Il en existe déjà 13 à ce jour. A titre d'exemples, les Presses Universitaires de Rennes (PUR), le Collège de France, ou les éditions Droz ont choisi de mettre en ligne une partie de leur catalogue de monographies via Revues.org. (http://livres.revues.org).
La plateforme de livres de Revues.org qui utilise le logiciel d'édition électronique Lodel permet de réaliser une diffusion multicanal des livres électroniques avec la possibilité d'en proposer la lecture sur liseuse au format ePub. Le Bookserver de Revues.org permet depuis quelques mois, à tout un chacun, de consulter et lire les publications membres de Revues.org sur smartphone, tablette ou liseuse (http://leo.hypotheses.org/5222).

La politique de Revues.org est toujours celle du libre accès au texte intégral, à laquelle s'ajoute la possibilité de s'abonner à une serie des services payants au travers de l'offre OpenEdition Freemium. L'objectif d'OpenEdition Freemium est de développer un modèle économique durable pour le développement du libre accès à la littérature scientifique. OpenEdition Freemium qui s'adresse en priorité aux bibliothèques est présentée comme une forme d'alliance que le Cléo souhaite établir avec ces dernières. L'objectif est de doter le libre accès d'un véritable modèle économique pérenne et d'offrir un mode d'accès à l'information scientifique adapté aux besoins des utilisateurs des bibliothèques, étudiants, enseignant et chercheurs.

Les projets dans les unités

Caroline Abela a présenté le centre de documentation Regards à Bordeaux (http://www.regards.cnrs.fr) qui met à disposition un catalogue très riche, intégré au moteur de recherche Isidore. Il couvre des thèmes variés : géographie, aménagement, développement, environnement, santé, sociétés. Outre cette base de données, des services en direction de publics différents  sont mis en oeuvre : un portail de veille qui propose une sélection de revues thématique, une base de sommaires de revues, une page delicious qui sélectionne des sites par thèmes, un carnet de recherche sur la plateforme Hypothèses - Terrferm - qui accompagne un projet ANR, une collection de photographie  en cours d'intégration sur Médihal.

Depuis 2001 l’ISH a spécialisé une partie de ses savoir-faire dans l’image animée à travers la création du Pôle Image Animée (PIA). Il apporte un soutien technique dans toutes les phases de la production audiovisuelle : écriture du scénario tournage, montage, diffusion. Une base de données des vidéos est en cours de réalisation. C'est un site de recherche qui croise le travail des chercheurs, des conteurs et des réalisateurs. Cette base méritera une notice dans Aldébaran ! Le catalogue des vidéos éditées est accessible sur le site (http://25images.ish-lyon.cnrs.fr).

Telemeta est un logiciel réalisé pour rendre accessible les archives sonores de la recherche de plusieurs laboratoires : le Centre de Recherche en Ethnomusicologie au sein du laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (Maison René Ginouvès), le LAM (lutherie, accoustique, musique), le département de la musique de la parole au sein du MuCEM, la phonothèque de la MMSH. Telemeta vise à rendre ces archives accessibles aux chercheurs et, dans la mesure du possible, au public, dans le respect des droits intellectuels et moraux des musiciens et des collecteurs. Mise au point grâce au soutien du programme TGE-Adonis du CNRS et du Ministère de la Culture, elle permet aux chercheurs d'échanger les données en ligne, avec les communautés productrices de ces musiques dans leur pays d'origine, notamment au moyen d’outils collaboratifs comme des marqueurs, des espaces de commentaires, etc... Le logiciel est librement accessible et ses spécifications sont décrites avec précision.

Enfin, vous avez pu déjà visionner sur les Carnets de la Phonothèque la présentation qui a été faite du site Aldébaran (http://aldebaran.revues.org/). L'équipe de ce projet qui propose une sélection des ressources documentaires en sciences humaines en a profité pour lancer un appel à collaboration : si vous êtes intéressés pour rédiger des notices qui permette à la communauté de s'approprier les outils électroniques, de les partager, de mieux les comprendre... n'hésitez pas à nous rejoindre !

Crédits photographiques : "Women in white" doctor Navy planes (motors) at the Naval Air Base, Corpus Christi, Texas, 1944. Photographie de Hollem, Howard R. Biblitohèque du Congrès. Pas de restrictions de droit connues. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34880

Rencontres nationales des bibliothécaires musicaux à Aix-en-Provence, du 31 mars au 2 avril 2010

MAGNAVOX

Les 10èmes rencontres nationales des bibliothécaires musicaux auront lieu cette année à Aix-en-Provence, du 31 mars au 2 avril 2010.  Ces rencontres professionnelles sont cette année organisées par la Cité du Livre – Bibliothèque Méjanes, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, l’ABF-PACA, l’Arcade Provence-Alpes-Côte d’Azur - Agence régionale des arts du spectacle, soutenus par l'ACIM qui fédère les associations des professionnels de l'information musicale.

Au moment où les discothèques s'interrogent sur la façon dont elles vont pouvoir accompagner la disparition du support "disque" auprès de leur public, l'ACIM a placé ces journées sous le signe du dépaysement et de la multiplication des horizons avec un titre combatif  "Rendre le possible à nouveau disponible". Pour illustrer cette entreprise, Arsène Ott,  président de l'association de l'ACIM, renvoie en exergue à un article de Jean-Jacques Delfour De l'intérêt de désirer la mort de l'utopie : « C’est parce que nous sommes solidement ancrés dans des lieux fondamentaux de séjour que nous pouvons être des voyageurs. » Après les cigales  de Bernard Marris l'année passée, voilà de nouvelles images qui s'offrent aux professionnels pour les aider à construire de nouveaux projets. Mais ces rencontres annuelles ne sont pas faites que d'images, elles sont surtout l'occasion de rencontres, d'échanges et de formations très concrètes.

Le programme complet est accessible sur le site de l'ACIM. Les journées sont ouvertes également aux non adhérents de l'association qui organisera son assemblée générale le 31 mars.  La journée du 1er avril se déroulera à la MMSH, celle du 2 à la Cité du livre.

La matinée du 1er avril offrira une présentation d'institutions musicales locales (Vidéothèque d’Art Lyrique et de Danse et service documentaire d'Arcade) et se terminera par une  histoire de la compression dynamique audio  par Gilles Rettel. L'après-midi sera l'occasion de participer à des ateliers thématiques pour mettre en place des projets concrets, autour du thème "Se mobiliser".

1er atelier : Besoin d’échanger ? La coopération professionnelle à l’ère numérique : évolution des outils et des besoins . L'animateur en sera Nicolas Blondeau, responsable du département Arts de la Médiathèque de Dole et modérateur de la liste discothecaires_fr.

2e atelier : Besoin de mémoire ? Le collectage et sa valorisation Longtemps les collectes enregistrées sur le terrain par les historiens, les anthropologues, les ethnomusicologues ou les linguistes n’ont été accessibles qu’à travers les ouvrages d’érudition ou écoutés sur des disques qui en éditaient des extraits sélectionnés. Aujourd’hui la numérisation du son a simplifié la mise en consultation de ces documents d’archives. La force émotive et la dimension patrimoniale de ces collections "parlent" à des publics multiples qui se découvrent un intérêt pour leur patrimoine culturel, régional ou familial ou tout simplement pour des anonymes qui ont participé à l’Histoire. L’objectif de l’atelier est de présenter des projets de valorisation d’archives sonores en s’appuyant sur des récits d’expériences et sur des écoutes sonores.  La phonothèque de la MMSH a été chargée de l'organisation de cet atelier.

3e atelier : Besoin de médiation ? Les médiathèques actrices de la musique vivante. Edith Anastasiou, responsable du service musique de la Médiathèque Louis Aragon à Martigues animera l'atelier.

4e atelier : Besoin d’espaces ? Les usages du public ont sensiblement évolué, le besoin de lieux aussi. La médiathèque n’est plus mono-centrée autour de ses collections ; elles en irriguent l’activité qui ne se résume plus aujourd’hui au prêt. Entre l’espace de travail, de loisir, de culture et celui du lien social, revisitons celui dévolu à la musique comme partie d’un tout. C'est Frédéric Lemaire, responsable de l’espace musique de la Médiathèque d’Issy-les-Moulineaux qui animera l'atelier.

La fin de la journée sera ouverte à tous avec la projection à 17h, dans l'amphithéâtre de la MMSH, du film Furigraphier le vide, Art et poésie touareg pour le IIIe millénaire. Hélène Claudot-Hawad, réalisatrice du film,  directrice de recherche au CNRS à l'IREMAM introduira la séance.

La journée du lendemain se déroulera à la Cité du Livre, rue des Allumettes. La conférence introductive de Philippe Coulangeon, chargé de recherche CNRS à l’Observatoire sociologique du changement proposera un bilan des pratiques culturelles des Français en matière de musique à l’ère numérique. Gilles Castagnac, directeur de l’Irma présentera ensuite l'étude toute récente publiée par l'IRMA et l'ADAMI sur le thème Artistes 2020 : variations prospectives.

Les journées se termineront autour d'une table ronde sur le thème "Comment les bibliothèques peuvent-elles exister sur la scène numérique ?" modérée par Xavier Galaup, directeur adjoint de la Médiathèque départementale du Haut-Rhin. Et les questions sont brûlantes : les services numériques à distance (téléchargement, streaming) sont-ils une façon de conquérir de nouveaux publics, de nouveaux usages ou de scier la branche sur laquelle nous sommes assis ?  Ou encore, est-il pertinent aujourd’hui sur le plan d’une politique documentaire basée sur l’encyclopédisme et le pluralisme de "scier la branche" des collections physiques en misant sur le tout numérique en ligne ?...  Cette table ronde sera  introduite par une étude comparée de l’offre musicale enregistrée proposée par les principaux sites de musique en streaming ainsi que par les services numériques à distance destinés aux bibliothèques. Elle sera aussi l'occasion pour Pierre Hemptinne, directeur des collections de la Médiathèque de la Communauté française de Belgique de présenter le  tout récent projet de médiation "Archipel, une organologie des musiques actuelles".


Crédits photographiques : Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for Fifth Liberty Loan in New York City, 1895. Collection Powerhouse Museum. Permalien : http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920
Pas de restrictions de droit connues.

Le fil vocal de la New York Public Library

tubanyplLa bibliothèque de New-York a numérisé des milliers d'images et en a mis une partie sur son Flickr Commons* et l'un de ses albums a pour titre Now playing : music in pictures. Il s'agit de dix-neuf images représentant des scènes musicales qui sont aussi l'occasion de découvrir un nouvel outil social inventé par la bibliothèque de New-York. Comment le nommer en français ? peut-être "fil vocal" (en anglais VoiceThread).

siamnyplVoiceThread est un outil collaboratif multimédia. Avec lui vous allez pouvoir créer des diaporamas commentés vocalement,  avec des textes, des dessins ou des vidéos. Pour l'utiliser, pas de logiciel à télécharger.  Le didacticiel en ligne vous explique comment procéder en trois points : 1. upload, 2. comment, 3. share.

Après vous être identifié, vous téléchargez des images depuis votre ordinateur ou de Flickr ou Facebook. Vous pouvez les commenter en utilisant votre voix à travers un micro ou un téléphone, en écrivant des textes ou en incrustant une vidéo. Plusieurs tutoriels vous expliquent très simplement comment faire. Ensuite il est possible de les partager, revoir des commentaires, créer des groupes... et des tas d'autres choses encore. Un outil de valorisation à tester par les bibliothèques, les musées, les porteurs de projets éducatifs et, bien entendu, les phonothèques.

L'exemple donné par la bibliothèque de New-York part de photographies et de gravures en lien avec la musique issues de ses collections numérisées, où l'on retrouve les images proposées dans le Flickr commons et d'autres encore. Elles sont commentées par des bibliothécaires de la NYPL et une fois enregistré, il vous est possible de laisser des commentaires.  Le diaporama ainsi réalisé évoque des instruments du monde entier et renvoient vers les notices du catalogue de la bibliothèque, plus de 1087 photographies sont indexées sous le terme "Music". Si vous l'utilisez pour présenter une exposition, des cours ou autre chose merci de me le signaler car j'ai l'impression que cet outil peut être vraiment intéressant pour les institutions scientifiques et culturelles.

En parcourant ces images je pensais à l'autobiographie de Miles Davis, co-écrite avec Quincy Troupe, que je suis en train de terminer.  Ce livre nous plonge dans l’univers du jazz des années 1940, des clubs de la 47eme, 52 ème ou 118ème rue et des autres. Avec Miles on suit l'histoire du jazz du be bop au jazz rock et jazz électrique, toutes ses évolutions et tous les musiciens qui la parcourent. Il nous fait aussi partager sa hargne à voir les "blancs" voler éhontément la musique des "noirs". Et en regardant ces photos, je me dis qu'effectivement il y a quelques absents.

a-mountain-fiddlernypl

* Pour en savoir plus sur Flickr Commons, allez lire Flickrland sur "Les carnets de la phonothèque" : http://phonotheque.hypotheses.org/452

Crédits photographiques : Album "Now playing : music in pictures" - The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection - Pas de restriction de droits connus.

- [Man playing the tuba] (Digital ID: 832515). Sans date.

-  Siamese musical instrument : the bell wheel (Digital ID: 832954). Sans date.

- A mountain fiddler (Digital ID: 833064). Barnhill Studios -- Photographer. 1920.

Nouveaux usages en bibliothèques universitaires : il faut commencer par le CDI !

ecole-hollande-1946

L'Université d'été de l'édition électronique ouverte s'est terminée mardi 15 septembre par une table ronde à la MMSH à propos des changements de paradigmes auxquels on assiste aujourd'hui dans ce domaine. Vous pouvez écouter, sur le wiki créé pour l'occasion, la totalité des conférences déposées sur Internet Archives. Une université d'été riche en enseignements et foisonnante de propositions pour l'avenir du livre : quelle chance de pouvoir ainsi vivre ou revivre ces échanges ! Ce soir, j'aimerais vous renvoyer vers celle de Daniel Bourrion, sur les nouveaux usages en bibliothèques universitaires ; une belle intervention, précise et joyeuse, qui rappelait certains accents du De biblioteca d'Umberto Eco.

Pourquoi celle-là particulièrement, ce soir ?  Je vous raconte. Mon fils a fait sa rentrée en 6ème pendant, qu'assidument, je suivais cette université d'été. Il a fait une visite du CDI de son collège. il en est revenu ravi, avec un plan très précis sur une feuille volante (à la chaise près) et des propositions de lecture. Mais voilà, ce soir il avait une observation de la responsable du CDI  sur son carnet de correspondance : "A continué délibérément à se promener dans le CDI malgré plusieurs mises en garde". Il a dû aussi copier, en punition de ses promenades délibérées, l'introduction d'un manuel de géologie. Il n'a pas compris pourquoi. "Tu sais, ce CDI c'est comme une bibliothèque maman, pourquoi cette dame ne veut-elle pas qu'on se lève pour prendre des livres ?" . Il est désormais déterminé à ne plus y remettre un  pied jusqu'à la fin de sa 3e. Que disait Daniel Bourrion ? Qu'on devrait pouvoir manger des sandwichs en travaillant en bibliothèque ? Laisser des miettes entre les pages ? De quoi ? Vous me copierez trois fois, le premier chapitre du Château de Kafka !

Crédit photographique : Nationaal Archief / Spaarnestad Photo / Henk Blansjaar, SFA001003029. Une classe aux Pays-Bas en septembre 1946. Pas de restriction de droits connus  http://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/3895373807