CC-BY-NC

Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : pour la sauvegarde du patrimoine immatériel yéménite

C’est le travail de toute une vie qui a été confié à la Phonothèque de la MMSH. Fatima Al-Baydani-Alzawiya, aujourd’hui accueillie en France par l’IREMAM, a déposé le contenu d’une collecte unique  du patrimoine oral yéménite : un fonds composé de plus de 13.000 documents multi-supports. Un premier travail d’indexation et d’évaluation du fond a été fait entre octobre 2016 et janvier 2017 en collaboration avec Neila Thouabia, doctorante à l’IREMAM et Fatima Al-Baydhani-Alzawiya.

Issue d’une famille de poètes, Fatima Al-Baydani-Alzawiya a commencé très jeune à observer et conserver les traces du patrimoine yéménite (les premiers enregistrements datent de 1979). C’est officiellement en 2001, avec la création de son association « Aydanout », qu’elle se lance dans un projet de collecte de plus grande envergure ayant pour ambition de collecter tout le patrimoine oral yéménite : musique, danse, contes, berceuses, chant traditionnel, théâtre… et ce, dans les 22 gouvernorats qui composent le Yémen. La collecte s’est arrêtée en 2011 lorsque la situation politique yéménite a poussé la chercheuse à l’exil, non sans avoir copié un maximum de données sur des disques durs. C’est le contenu de cette sauvegarde numérique réalisée dans l’urgence que Fatima Al-Baydani-Alzawiya a déposé en 2016 à la MMSH d’Aix-en-Provence. 

auteur : Fatima Al-Baydani-Alzawiya / CC-BY-NC
Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : L’enquêtrice est photographiée avec Maharit, une femme qui récite et transmet la poésie populaire locale dans la ville de Al-Mahrah au Sud du Yémen

Collecter pour sauvegarder un patrimoine en danger

Si Fatima Al-Baydani-Alzawiya a souhaité sauvegarder les traces de ce patrimoine, c’est en premier lieu pour valoriser sa richesse, mais c’est aussi pour préserver un patrimoine qu’elle pressent en danger1. En effet, l’évolution de la société yéménite vers une culture citadine tend selon elle à faire oublier le patrimoine immatériel, notamment chez les jeunes. Ce patrimoine traditionnel repose sur la transmission de valeurs humaines telles que l’entraide et la solidarité qu’elle redoute de voir disparaître. Le patrimoine est également menacé par la guerre qui sévit au Yémen avec une indéniable volonté de destruction. Enfin, la chercheuse évoque une influence des pays du Golfe qui a apporté au Yémen une forme de retour en arrière tendant à détruire la culture yéménite qui était autrefois plus ouverte. Cela ce concrétise par exemple par l’interdiction des fêtes et des danses mixtes. Plus inattendu, dans le cadre de coopérations culturelles, un pays comme la Russie envoie des professeurs de danse enseigner les danses traditionnelles yéménites aux yéménites eux-mêmes mais dans des variations différentes des originales, transmettant ainsi un patrimoine faussé. C’est aussi le cas en musique où on remarque l’introduction d’instruments tels que le piano et la guitare qui sont étrangers de la culture traditionnelle yéménite.

Ce sont ces différentes menaces qui ont motivé la démarche anthropologique de Fatima Al-Baydani-Alzawiya. Son regard s’est porté en particulier sur les femmes, qui souffrent souvent de l’image de personnes sans culture, sans intérêt2. Elle a souhaité prouver le contraire en observant leurs savoir-faire. Son fil conducteur fut thématique : elle a commencé par collecter les contes, puis la danse, la musique, la poésie, les jeux des enfants et leurs chants. Elle a recensé 1500 danses au Yémen dont elle a conservé des traces parfois écrites, parfois filmées, photographiées ou dessinées.

Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : La grande chanteuse Qamer explique comment chanter des berceuses aux bébés

Une collecte aux supports multiples : entre recherche d’exhaustivité et contraintes techniques, juridiques et éthiques

L’outil privilégié par la chercheuse fut la vidéo, un outil très riche dans le cadre d’une recherche anthropologique car il qui permet de documenter un sujet de manière exhaustive par le biais des images et des sons, d’observer les interactions entre les personnes, les regards, les expressions corporelles, les tenues vestimentaires, ou encore l’environnement du témoin. L’usage de la vidéo permet de témoigner également de règles éthiques et culturelles : femmes se voilant pour être filmées, cadrages sur les pieds, femmes filmées de dos…
Ce choix fut, selon ses propres mots3, « un parcours du combattant »4. Lorsque la vidéo était catégoriquement refusée, l’enquêtrice a eu recours à l’enregistrement sonore seul, à la photographie, au dessin ou à la simple prise de note. Le fonds est ainsi constitué de documents de supports et de formats très variés. Le dernier inventaire en date de Janvier 2017 recense : 350 documents sonores, 307 vidéos, 199 illustrations, 7581 textes, 4506 images, 234 documents éditorialisés et 88 projets éditoriaux5. Pour mener à bien ce travail colossal, Fatima Al-Baydani-Alzawiya a réuni et formé une équipe de 7 personnes au sein de l’association Aydanout, dont un dessinateur, un photographe, un monteur.

D’un point de vue archivistique, un premier travail documentaire mené par la phonothèque a permis de soulever les particularités à prendre en compte pour la suite du traitement : contraintes liées à la langue, contraintes éthiques et juridiques, ou encore de contraintes liées à l’historique d’un fonds réuni dans l’urgence (absence des originaux, absence du plan de classement initial, archives manquantes, absence de carnets de terrains, différences de format et de qualité des documents numériques…).

En mai 2017, les premiers documents traités ont été mis en ligne via différentes plateformes. Ce travail est présenté dans le billet suivant : https://phonotheque.hypotheses.org/21601, en avant goût d’un travail de longue haleine à venir.

Hélène Colombié

Bibliographie de Fatima Al-Baydani-Alzawiya :
Recueils de contes :
– Halâli wa lak (instants d’enchantement), Sanaa, Organisation générale du Livre, 2014
– Contes du Yémen : Lit de pierre, lit de verre. Contes collectés par Fatima Al-Baydani et traduits par l’atelier de traduction arabe de l’ENS, Ecole des loisirs, 2008.
Recueils de poèmes et de chants populaires :
– Hikâyât al-hayawân fî-l-adab al-sha’bi (contes d’animaux dans la littérature populaire),
– Matbaat al-Nur, Sanaa, 2008 ;
– Diwân mahall zayn (Divan de lieux enchanteurs),
– Matbaat al-Nur, Sanaa, 2014 ;
– Haggabi yamma ‘allaya (chants féminins de mariage), sous presse, Matbaat al-Nur, Sanaa, 2015.
Ouvrages de littérature enfantine (textes arabes et traductions en anglais et en français) :
– al-Dimm wa-l-fa’r (le chat et le rat), Sanaa, FSD, 2009 ;
– Tika Tika (récit adénite), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2011 [avec le soutien de l’Unesco] ;
– al-Qird wa-l-qirda (le singe et la guenon).

Crédits photographiques :
Image à la une :  « L’enquêtrice accompagne par des battements de mains un groupe de huit chanteuses traditionnelles avec deux tambours (Bir Ali, Sud du Yémen) », photographie prise par Fatima Al-Baydani-Alzawiya en 2008, CC-BY-NY (numéro d’inventaire PH-I-813)
« L’enquêtrice est photographiée avec Maharit, une femme qui récite et transmet la poésie populaire locale dans la ville de Al-Mahrah au Sud du Yémen », photographie prise par Fatima Al-Baydani-Alzawiya en 2008, CC-BY-NY (numéro d’inventaire PH-I-827)
« La grande chanteuse Qamer explique comment chanter des berceuses aux bébés » photographie prise par Fatima Al-Baydani-Alzawiya en 2005, CC-BY-NY (numéro d’inventaire PH-I-834)
« Témoignage de deux femmes d’Al-Jawf au sujet des coutumes des fêtes et traditions locales particulières (Yémen) » vidéo réalisée par Fatima Al-Baydani-Alzawiya en 2012, CC-BY-NC (numéro d’inventaire 100076)

  • Cite this article / Citer ce billet : Hélène Colombié, « Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : pour la sauvegarde du patrimoine immatériel yéménite » in Les carnets de la phonothèque, 26 avril 2017, https://phonotheque.hypotheses.org/21416 
  1. Entretien réalisé à la phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence, le 27-03-2017, disponible en ligne : http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?aloId=12321&page=alo&fonds=&nat=3&cid=956 []
  2. Ibid. []
  3. Entretien réalisé à la phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence, le 22-02-2017, disponible en ligne http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?aloId=12316&page=alo&fonds=&nat=3&cid=956 []
  4. voir à ce sujet le billet de blog « Collecter le patrimoine immatériel au Yémen : à propos des difficultés de terrain, le cas du fonds Fatima Al-Baydani » []
  5. Voir bibliographie de Fatima Al-Baydani-Alzawiya en fin de billet []

2 réflexions au sujet de « Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : pour la sauvegarde du patrimoine immatériel yéménite »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *