Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

Les projets numériques se multiplient mais comment  savoir s’il sera toujours possible d’y accéder sur le long terme ? En 2015 nous nous en inquiétions déjà avec l’arrêt brutal de Crevilles et depuis cet été c’est la plateforme MedMem, pourtant soutenue par une institution solide comme l’Ina,  qui ne répond plus :

Et si nous profitions de la nouvelle année pour tirer la leçon de cette inquiétante situation1 ?

Car les méthodologies de travail de ces projets font qu’encore aujourd’hui il est possible d’accéder aux données numériques qu’ils valorisaient. Crevilles s’appuyait sur les plateformes institutionnelles comme Hal-SHS, Tel2 ou MediHal et tous les documents qui ont été numérisés dans son cadre sont toujours accessibles. Quant à MedMem, si le site n’est pas relancé par l’Ina, le dépôt légal de l’Inathèque donnera toujours3 accès à la totalité du site archivé.

Voilà de quoi nous orienter dans nos bonnes résolutions. En 2018 l’équipe de la phonothèque choisit de s’engager à la fois sur l’archivage sur le long terme mais aussi sur les principes du FAIR soutenus par l’Europe dans le cadre des programmes H2020 mais aussi plus récemment par la France4 et nous poursuivons nos efforts pour que nos données soient :
Findable : nous assurer que nos données soient identifiables et localisables ;
Accessible : rendre ces données facilement accessible par défaut ;
Interoperable : veiller à ce que les données que nous générons soient interopérables pour permettre leur échange et leur réutilisation ;
Reusable : prendre les mesures nécessaires à la réutilisation la plus large possible de s données.
ou en bon français : faciles à trouver (F), accessibles (A), interopérables (I) et réutilisables (R).

Après les résolutions,  recevez – vous toutes et tous qui nous lisez -, tous nos voeux de joie, santé et prospérité, avec une pensée particulière pour celles et ceux qui ont participé en 2017 à cultiver et fertiliser la phonothèque :

Lisa Aalla, stagiaire de 3ème au collège, a réalisé le traitement d’un fonds sonore  qui offre une histoire de l’anthropologie sensorielle, à partir d’entretien des pionniers de cette discipline (billet planifié le 8 janvier prochain)

Après un stage à la phonothèque de la MMSH pour développer les usages des postes de consultation des archives de l’Ina et du CNC à la médiathèque, Anissa Adgharouamane a réalisé le traitement archivistique complet en EAD du fonds Roche-Taranger sur la plateforme Calames dans le cadre d’un contrat financé par l’ABES. Le fonds est également présenté sur la plateforme Defter pour la partie qui intéresse le Maghreb.

La phonothèque a reçu, en décembre 2016, 220 cassettes enregistrées par l’anthropologue Faouzi Adel (1947- 1999). Ces entretiens avaient appuyé sa recherche qui portait sur la formation du lien conjugal et les nouveaux modèles familiaux en Algérie pour la rédaction de sa thèse d’État. Dans le cadre d’un stage (Master de langue arabe), et avec le soutien de l’ethnologue Khedija Adel à l’origine de ce dépôt, Samira Ayoun a permis de débroussailler ce magnifique fonds de plus de 180 heures (désormais entièrement numérisé) qui dresse un intime portrait de l’Algérie à la fin des années 1980 . Deux étudiantes en stage bref à la phonothèque ont également travaillé avec elle pour cette analyse, Solenn Al Majali et Myriam Salik.

Chaque dernier lundi du mois et depuis presque trois ans maintenant, Mathilde Bresc, bibliothécaire à la médiathèque de la MMSH, nous fait découvrir une archive sonore révélant une recette de cuisine… Cette année elle a créé sur le blog un index des recettes et des ingrédients pour pouvoir s’y retrouver parmi les 30 propositions. Elle poursuit également le traitement des archives sonores du domaine provençal.

Christian Champaloux, bibliothécaire à la médiathèque, a permis la numérisé la thèse de Faouzi Adel et l’HDR de Kmar Bendana ainsi que de divers articles et documents du fonds Annie-Hélène Dufour. Il est aussi le contact principal pour les recherches et la formation aux postes Inathèque de la médiathèque qui permettent l’interrogation des archives de l’Ina et du CNC.

Au mois de novembre, pour 4 mois, est arrivé dans l’équipe Matteo Cialone dans le cadre du programme scientifique de la région Latium, Torno subito. Parmi ses nombreuses activités et soutien aux projets de la phonothèque il a collaboré avec l’équipe d’Europeana Sounds en publiant deux billets en langues française et anglaise sur le blog d’Europeana, et sur notre carnet. Sa proposition de plonger dans les archives sonores de la phonothèque, a été l’occasion de réentendre les archives du Val Germanasca, mis en ligne sur Sound Cloud :

Dans le cadre de son stage de Master 2, Hélène Colombié a traité un échantillon du fonds de Fatima Al-Baydani-Alzawiya  avec le soutien linguistique de Neila Thouibia-Rachid, doctorante (sur un CDD financé par l’IREMAM). Hélène Colombié a également mis en place la station de numérisation vidéo de la phonothèque et établi des check lists pour faciliter le travail et partager notre nouveau savoir. Puis, entre septembre et octobre, elle a organisé et traité le fonds Annie-Hélène Dufour et  publié un billet sur le blog du  Consortium des ethnologues, Ethnologia : « Que conserver des archives du chercheur et selon quels critères ? Le cas du fonds Annie-Hélène Dufour » (publié le 22 novembre 2017).

Hélène Giudicissi, en cours de reconversion professionnelle, s’est formée au métier d’archiviste mais aussi à l’animation et la supervision du service dont elle a présenté les travaux lors d’un colloque sur le patrimoine à Albi. Elle a entièrement retravaillé le catalogue documentaire des archives de Jean Métral, traité un fonds inédit sur des entretiens d’appelés en Algérie à la fin des années 1950 et continue de travailler à la mise en ligne du fonds Pierre Laurence sur les Cévennes (soit plus de 150 heures) dans le respect des questions éthiques et juridiques.

Arabisante de formation, Claire Grégoire-Saint-Pierre a réalisé son stage de Master 2 (Droit du patrimoine, AMU) sur le traitement documentaire des archives de Michel Seurat aujourd’hui accessibles sur Ganoub,  présentes sur Defter et déposées à l’Institut français du Proche-Orient où elle y avaient été découvertes. Elle a ensuite, mené deux projets dans le cadre du Consortium des archives des ethnologues de la TGIR Huma-Num. Le premier sur les référentiels de la littérature orale, pour faciliter l’usage de la classification Aarne et Thompson sur la littérature orale. Elle a été soutenue par Isabelle Pagniez, étudiante d’anthropologie, en stage à la phonothèque qui a repris les contes merveilleux en langue française. Son second projet a été de numériser la totalité des archives sonores et audiovisuelles de Jean-Pierre Olivier de Sardan, déposées en avril 2017 à la phonothèque et d’organiser le fonds.

Virginie Huynh-Van-Xuan a réalisé son stage de Master 2 (ENSSIB) avec le soutien d’un financement de l’ANR Histinéraires dans laquelle la phonothèque est impliquée. Elle a traité le fonds sonore créé dans le cadre de ce programme. Un billet, programmé le 10 janvier 2018, présente son travail et le contenu de cette collection originale.

En 2013, la sociologue Claudie Gontier a déposé plusieurs corpus sonores réalisés dans le cadre du CERFISE (Centre d’étude, de recherche et de formation institutionnelle du Sud Est), témoignage de la forte activité des sociologues de cette agence sur Marseille et sa région dans les années 1990. Dans le cadre de son Master 1 AMU, Laurie Lajara a traité un premier corpus sur L’émergence des Verts dans un contexte métropolitain : le cas de la zone Fos-étang-de Berre et numérisé l’ensemble des entretiens sur la zone de l’Étang-de-Berre.

L’année 2017 a été celle de la fin du traitement archivistique de l’ANR Colostrum, réalisé par Giulia Manfredi. Elle a saisi sur la plateforme Calames les métadonnées des documents en lien avec la recherche anthropologiques menée entre 2013 et 2016 dans le cadre du programme financé par l’ANR, nommé « L’alimentation pré-lactée, don et consommation néonatale du colostrum : pratiques, représentations, et enjeux de santé publique » et coordonné par Joël Candau (LAPCOS – Université de Nice Sophia Antipolis).

Enfin nos chaleureux remerciements de fin d’année vont vers tous les collègues de la TGIR Huma-Num dont le soutien est essentiel pour la continuation de nos projets et sans qui la conservation sur le long terme comme l’application des principes du FAIR ne pourraient être mis en oeuvre. Par leurs conseils, leurs orientations et la mise à disposition des infrastructures de la TGIR, l’équipe de la phonothèque peut continuer à semer ses idées et ses projets. Ainsi, l’équipe a été retenue en 2018 sur un programme collectif d’Amidex – Pépinière d’excellence  mené par Emmanuelle Chapron (UMR TELEMMe) sur la questions des archives en bibliothèque, plusieurs publications valorisant les travaux de la phonothèque sont en cours5, la nouvelle année s’annonce florissante.

Et pour conclure, 2017, le rituel de l’affichage sous Voyant Tools du billet de bonne année 2018 :

Image à la une : « Les fleurs du bonheur », Alger, 2017, photographie de Véronique Ginouvès, licence CC-BY

  1. Il faudrait tenir le compte des disparitions des bases de données et autres projets en ligne, et vérifier où (et si) les données ont été récupérées sur un autre système. Ainsi depuis plusieurs mois maintenant – peut-être même depuis plus d’une année – le site e-corpus [http://www.e-corpus.org] où plusieurs centres de ressources académiques avaient placé leur données n’est plus accessible. Les liens renvoient la plupart du temps à des pages blanches… 10 références sont encore affichées à travers Isidore. []
  2. Plusieurs thèses ont été numérisées dans le cadre de ce projet. []
  3. Pour le moment ce n’est pas encore possible mais l’équipe de la phonothèque a fait remonter certains manques du site MedMem dans le dépôt légal de l’Ina et il va être entièrement récupéré dans les archives de l’Inathèque. Par ailleurs MedMedm peut être consulté sur les postes de la Médinathèque du MuCEM, sur le site marseillais. []
  4. Pour plus d’informations, voir le site Go FAIR https://www.go-fair.org). Ainsi, fin décembre, la phonothèque a signé une convention avec le CINES – Centre informatique national de l’enseignement supérieur ((Il aura fallu à la phonothèque presque 4 ans pour cela ! Un billet explicatif viendra bientôt préciser les billets des épisodes 1 et 2 datant de 2014 qui faisaient le récit d’un cheminement qui allait durer… []
  5. Signalons en particulier deux articles dans des ouvrages de l’UNAM et de l’Université Complutense de Madrid, un autre sur la revue LARES en lien avec le colloque de Cagliari en septembre 2017 et le projet de guide de bonnes pratiques pour la diffusion des données en sciences humaines et sociales. []

Une réflexion sur « Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.